Claim Ownership

Author:

Subscribed: 0Played: 0
Share

Description

 Episodes
Reverse
Certaines personnes ont un besoin pathologique d'aider les autres, non pour eux-mêmes, mais pour en obtenir de la reconnaissance. Elles sont alors atteintes de ce que les spécialistes appellent le "syndrome du sauveur". Une empathie intéressée À première vue, le fait de vouloir aider les autres peut paraître tout à fait positif. C'est le cas, en effet, si la personne qui en secourt une autre n'attend rien en échange. Elle fait alors preuve d'un altruisme authentique. Mais d'autres personnes sont moins désintéressées. Si elles font preuve d'empathie, ce n'est pas tant pour venir en aide à l'autre que pour se mettre en valeur elles-mêmes. Ce que le "sauveur" attend, dans ce cas, c'est la reconnaissance de celui qu'il a soutenu, mais aussi celle des autres. Aussi va-t-il s'empresser de faire connaître son geste. C'est une manière pour lui d'être valorisé. En effet, comme il n'a pas confiance en lui, comme il n'est pas sûr de sa valeur, le "sauveur" a besoin qu'elle lui soit confirmée par les autres. Une personnalité manipulatrice La personne atteinte du "syndrome du sauveur" a donc une mauvaise image d'elle-même. Ce sentiment est provoqué par une blessure émotionnelle, qui remonte souvent à l'enfance. Elle est parfois causée par la mauvaise opinion, à son égard, de l'un de ses parents. Elle peut aussi venir d'un deuil mal surmonté ou d'une déception sentimentale. L'attitude du "sauveur" peut se révéler nocive, notamment dans le cadre d'une relation de couple. Il recherche en effet, comme partenaire, des personnes fragiles et vulnérables, qu'il pourra "aider" plus aisément. Certains n'hésitent pas à s'en prendre à la santé mentale de leur partenaire, de manière à pouvoir l'aider à se rétablir. Une telle manipulation relève d'une véritable forme de perversion. S'il produit une anxiété chronique, le syndrome du sauveur peut être traité au moyen de médicaments qui réduisent cette angoisse. Certains anxiolytiques peuvent se révéler efficaces à cet égard. Le médecin proposera également à son patient des thérapies, dont le but essentiel est de restaurer cette estime de soi, dont le défaut est souvent à l'origine de ces troubles. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
À partir d'avril 2022, certaines femmes enceintes pourront être hébergées dans une nouvelle structure, les "hôtels hospitaliers". Certaines conditions sont requises pour bénéficier de ce nouveau dispositif. Une prise en charge moins stressante Ces hôtels hospitaliers peuvent être crées dans l'enceinte d'un établissement de santé ou même à l'extérieur. Le but est de permettre aux femmes enceintes dont l'état ne nécessite pas des soins continus de bénéficier d'un suivi ponctuel. Il s'agit donc de leur offrir une alternative à l'hospitalisation, tout en libérant des lits indispensables au traitement de certaines grossesses. Le dispositif permet donc de fluidifier les prises en charge, laissant les médecins se consacrer aux cas les plus urgents. Les patientes peuvent ainsi bénéficier d'une prise en charge plus légère et générant moins de stress, dans un lieu proche de l'hôpital. Le séjour dans ces hôtels hospitaliers, qui, en règle générale, ne peut excéder 5 nuitées consécutives, est remboursé par la Sécurité sociale. Il est à noter que ce délai de 5 nuitées ne s'applique pas aux femmes ayant une grossesse à risque. Les patientes peuvent se faire accompagner d'une personne, et même de deux si elles sont mineures. Enfin, le trajet peut être pris en charge, s'il est effectué au moyen d'un taxi ayant signé une convention avec l'Assurance maladie. Compenser l'absence d'offre des déserts médicaux Toutes les femmes ne peuvent pas bénéficier de ce dispositif. Il est en effet réservé à celles ne pouvant bénéficier des services d'une maternité suffisamment proche. En effet, durant ces dernières années, de nombreux établissements ont disparu. Entre 2000 et 2017, 221 maternités ont dû fermer. En 2017, la France ne comptait plus que 496 maternités, alors qu'il en existait 717 au tout début des années 2000. De ce fait, 60.000 femmes se trouvent éloignées de l'un de ces établissements. C'est pour elles que les hôtels hospitaliers ont été construits. En effet, ils sont réservés aux femmes habitant à plus de 45 minutes d'une maternité. Il existe une autre condition. Ces hôtels n'étant pas des établissements médicalisés, les femmes devant y séjourner ne doivent pas avoir besoin d'une surveillance spécifique. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Parmi les conséquences induites par la pandémie de Covid-19, figure l'arrêt ou du moins le ralentissement de certaines campagnes de vaccination. C'est pourquoi certaines maladies, comme la rougeole, se propagent à nouveau, et à un rythme très soutenu. Une très forte résurgence des cas de rougeole Les cas de rougeole repartent nettement à la hausse dans le monde. Ainsi, plus de 17.300 cas ont été signalés dans le monde durant les deux premiers mois de 2022, contre un peu plus de 9.600 pour la même période de l'année précédente. Soit une augmentation de près de 80 %. Mais il est probable que le nombre réel de cas soit plus élevé. Les zones du globe les plus touchées sont l'Afrique et les pays riverains de la Méditerranée orientale. On a ainsi relevé environ 9.000 cas en Somalie et plus de 12.300 au Nigéria au cours des douze derniers mois. Durant la même période, 21 épidémies de rougeole ont été signalées dans le monde. Des campagnes de vaccination reportées L'une des causes majeures de cette forte résurgence de la rougeole est la désorganisation des services sanitaires liée à la pandémie de Covid-19. En effet, depuis deux ans, les équipes médicales ont consacré l'essentiel de leurs efforts à la lutte contre cette maladie. De ce fait, la vaccination contre les autres affections a parfois été négligée. Ainsi, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 57 campagnes de prévention vaccinale, concernant 43 pays, auraient été reportées. Plus de 200 millions de personnes, surtout des enfants, subiraient les conséquences d'un tel report. D'après les médecins, la diffusion rapide de la rougeole serait également favorisée par une trop rapide levée des restrictions sanitaires et le retour à une vie sociale quasiment normale. En l'absence d'une vaccination massive, une telle situation créerait des conditions favorables à la propagation de la rougeole. En effet, il s'agit d'une maladie très contagieuse, une personne contaminée pouvant en infecter 20 autres. Les experts incriminent aussi, dans le développement de la maladie, les déplacements de millions de personnes liées notamment à la guerre en Ukraine. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Environ 4 millions de personnes seraient touchées par l'asthme en France. Mais cette maladie atteint davantage les femmes, qui courent plus de risques d'en mourir que les hommes. Les femmes plus touchées par l'asthme Dans l'enfance, les garçons font plus de crises d'asthme que les filles. Mais, à partir de la puberté, les choses changent. Les jeunes filles, puis, à l'âge adulte, les femmes, sont plus concernées par cette maladie. En effet, un récent rapport indique que les femmes de 29 à 40 ans seraient 2,5 fois plus nombreuses à être hospitalisées pour une crise d'asthme que les hommes. De même, on observerait près de 6 cas d'asthme pour 1.000 personnes et par an chez les femmes contre 4,4 cas chez les hommes. Enfin, environ 5.100 femmes en mourraient, contre 2.300 hommes. De tels chiffres sont d'autant plus préoccupants que cette maladie est plus grave chez l'adulte que chez l'enfant. Et c'est encore plus vrai pour les femmes, qui en décèdent donc plus souvent. Le rôle des hormones et de certains traitements Les médecins ne comprennent pas très bien pourquoi les femmes sont plus touchées que les hommes par de graves crises d'asthme. Il semble clair, malgré tout, que les hormones sexuelles jouent un rôle dans le développement de cette maladie. Ainsi, il semblerait que la testostérone, une hormone sexuelle mâle, bloquerait le développement des cellules impliquées dans le développement de l'asthme. Par ailleurs, des témoignages, recueillis auprès de femmes souffrant de crises d'asthme, semblent montrer que les symptômes s'aggravent au début des règles. Le déclenchement de l'asthme ne serait pas non plus sans rapport avec certains traitements hormonaux. De même, les femmes asthmatiques prenant la pilule verraient leur état s'améliorer. À l'inverse, les hormones de substitution tendraient à l'aggraver. Reste, pour les médecins, à comprendre les mécanismes à l'œuvre. Ces témoignages devraient les y aider. Ainsi, en comprenant mieux le rôle des hormones sexuelles dans l'apparition de la maladie, les médecins pourraient découvrir de nouveaux traitements, susceptibles de soulager les millions de femmes qui, dans le monde, souffrent de graves crises d'asthme. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Le glioblastome est une forme de cancer du cerveau. Cette maladie, qui se déclare assez subitement, est très agressive, et, quand elle diagnostiquée, les chances de survie, même à moyen terme, sont très minces. Une maladie aux origines mal connues Le glioblastome se traduit par la dégénérescence de cellules qui sont indispensables au bon fonctionnement du cerveau. Elle représentent d'ailleurs une part appréciable des cellules cérébrales. Les origines de cette maladie sont très mal connues. D'après les médecins, l'alcool, le tabac, ou un usage intensif du téléphone portable, qu'on a pu suspecter de favoriser l'apparition de cette pathologie, ne joueraient aucun rôle notable dans sa survenue. Par ailleurs, il ne s'agirait pas d'une maladie héréditaire. Tout ce que l'on sait avec certitude, c'est que cette forme de cancer serait due au vieillissement, et qu'elle apparaîtrait à l'âge de 65 ans en moyenne. Les symptômes de la maladie Les symptômes du glioblastome se manifestent de manière assez soudaine. En règle générale, ils ne sont pas présents 3 à 6 mois avant le début de la maladie. Ils peuvent se manifester par des migraines intenses, qui ne se dissipent pas. Elles sont souvent accompagnées de nausées. D'autres symptômes, comme des difficultés à s'exprimer, une paralysie, des troubles visuels ou encore la survenue d'une crise d'épilepsie, peuvent encore apparaître. Ces manifestations étant bien connues des médecins, le glioblastome fait l'objet, en règle générale, d'un diagnostic assez rapide. Une maladie très grave Dans l'état actuel de la médecine, aucun traitement n'est capable de traiter avec une véritable efficacité une maladie qui est donc considérée comme incurable. En effet, les chirurgiens ne parviennent qu'à extraire une partie de la tumeur qui, la plupart du temps, s'est déjà propagée au reste du cerveau. Par ailleurs, un traitement spécifique, qui combine les effets de la radiothérapie et de la chimiothérapie, peut permettre de réduire la taille de la tumeur quand les médecins ne recourent pas à la chirurgie. Malgré tout, l'issue de cette maladie est presque toujours fatale, l'espérance de vie moyenne des malades étant de 16 mois en moyenne. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Nombre de responsables politiques arguent de l'augmentation de l'espérance de vie pour justifier le report de l'âge de la retraite à 65 ans. D'autres lui opposent l'espérance de vie en bonne santé. Mais que signifie au juste cet indicateur ? Un second indicateur concernant l'espérance de vie L'espérance de vie représente le nombre d'années moyen qu'un individu peut espérer vivre depuis sa naissance. Elle est aujourd'hui de 85,6 ans pour les femmes et de 79,7 ans pour les hommes. Il existe cependant une autre mesure, qu'on appelle l'espérance de vie en bonne santé, ou encore l'espérance de vie sans incapacité, ou EVSI. Or celle-ci est plus basse. En effet, l'espérance de vie en bonne santé est de 65,9 ans pour les femmes et de 64,4 ans pour les hommes. Ce qui représente, depuis 2004, un gain de 2,9 ans pour les hommes et de 1,7 an pour les femmes. Mais de quoi s'agit-il ? Cet indicateur mesure le nombre d'années qu'on peut espérer vivre depuis sa naissance, sans que la vie quotidienne soit perturbée par l'existence d'une pathologie handicapante. Les limites de l'EVSI Tel qu'il existe aujourd'hui, l'EVSI présente certaines limites. En premier lieu, cet indicateur n'est pas défini avec une véritable objectivité. En effet, il repose sur la déclaration de personnes auxquelles on demande si elles se sentent gênées, dans leur vie, par un problème de santé. Il peut donc se glisser, dans les réponses à cette question, une part de subjectivité qu'il est difficile de mesurer. Par ailleurs, le nombre de personnes interrogées, 16.000, est assez faible, surtout si on le compare aux 600.000 personnes qui décèdent chaque année. C'est en effet sur ce dernier chiffre que l'on s'appuie pour calculer l'espérance de vie. En outre, les résidents des maisons de retraite, qui souffrent souvent de diverses incapacités, ne figurent pas parmi les sondés. Enfin, le calcul de l'espérance de vie en bonne santé ne tient pas compte du travail exercé par les personnes interrogées. Et pourtant, on sait qu'il existe, à cet égard, de notables différences selon la catégorie socioprofessionnelle concernée. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
En France, 50 à 100 personnes sont touchées par la foudre chaque année. Si de tels accidents sont assez rares, leurs conséquences peuvent être très graves. En effet, entre 10 et 20 personnes meurent chaque année foudroyées. La foudre se manifeste de diverses façons C'est quand les gens se promènent dans la nature, ou font du sport, qu'ils sont le plus souvent touchés par la foudre. Et ces accidents sont encore plus fréquents l'été. La foudre peut se manifester de plusieurs manières. Elle peut atteindre ses victimes de façon directe. En effet, l'organisme humain, et notamment la peau, souvent mouillée au cours d'un orage, est un excellent conducteur pour la charge électrique propagée par la foudre. Celle-ci peut également toucher une personne de manière indirecte, par l'intermédiaire de l'arbre sous lequel elle s'est réfugiée par exemple. De même, elle peut être foudroyée par le biais d'un objet atteint par la foudre. Elle peut encore se diffuser dans le sol sur lequel marche une personne qui sera alors atteinte de cette manière. Enfin, la foudre provoque parfois des lésions auditives ou oculaires ou bien projette des éclats ou des objets susceptibles de blesser des personnes situées à proximité de l'impact. Les effets de la foudre sur l'organisme Les effets de la foudre sur l'organisme humain dépendent en partie de la manière dont elle le touché et des zones du corps qu'elle atteint. Si la foudre n'entre en contact qu'avec la peau, cet impact ne se traduit parfois que par des brûlures superficielles. Mais la foudre peut aussi pénétrer à l'intérieur du corps. Dans ce cas, elle peut causer des lésions osseuses ou musculaires. Victime d'une électrocution, la personne foudroyée se retrouve parfois dans une véritable situation de détresse respiratoire, voire d'asphyxie. Mais il arrive que la foudre provoque aussi une perte de connaissance ou un traumatisme crânien. Les pertes de mémoire sont également fréquentes. Enfin, si la foudre atteint le cœur, elle peut provoquer un arrêt cardiaque. Faute d'une réanimation cardiaque adéquate, qui n'est pas toujours efficace, une telle atteinte entraîne le décès de la personne foudroyée. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Des progrès considérables ont été faits dans le traitement du SIDA, qui est aujourd'hui considérée comme une maladie chronique. Il n'en reste pas moins que de très nombreuses personnes en meurent toujours, soit de manière directe, soit sous l'effet de pathologies liées au SIDA. Des traitements efficaces Aujourd'hui, les personnes contaminées par le virus de l'immunodéficience humaine (ou VIH), qui peut se traduire par l'apparition du syndrome d'immunodéficience acquise (ou SIDA), avec ses maladies associées, bénéficient de traitements assez efficaces. Ils se composent, pour l'essentiel, de médicaments antirétroviraux, qui n'éliminent pas le virus de l'organisme, mais en diminuent la quantité. Aujourd'hui, près de 30 millions de malades dans le monde profitent de ces traitements. L'efficacité de ces produits dépend en grande partie de la précocité du dépistage de la maladie. En effet, si elle est diagnostiquée assez tôt, les patients soignés avec des antirétroviraux peuvent bénéficier d'une espérance de vie qui se rapproche de celle des personnes en bonne santé. De fait, elle de 73 ans, en moyenne, pour les hommes atteints du SIDA, et de 76 ans pour les femmes. Une maladie encore mortelle Ces réels progrès dans le traitement du SIDA n'empêchent pourtant pas cette pathologie de demeurer une maladie mortelle. En effet, sur environ 38 millions de personnes touchées par le SIDA, dans le monde, on dénombre encore 700.OOO décès par an. Les patients peuvent mourir des suites des infections opportunistes liées à l'affaiblissement du système immunitaire. Mais ils décèdent aussi de pathologies dont l'apparition est favorisée par le VIH. Il s'agit de maladies du foie, de cancers ou de maladies cardiovasculaires. De nombreux décès pourraient être évités si certains patients se faisaient dépister de manière plus précoce. Nombreux sont ceux qui ignorent même qu'ils sont malades. Autant de faits qui témoignent d'une certaine banalisation de la maladie. Par ailleurs, le SIDA est encore méconnu. En effet, plus de 20 % des 15/24 ans déclarent n'avoir reçu aucune information spécifique sur la maladie. Et la pandémie de Covid, qui a focalisé l'attention de la communauté médicale et de l'opinion publique, n'a rien fait pour arranger les choses. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Même si l'usage du tabac favorise le développement du cancer du poumon, certains gros fumeurs semblent protégés contre les atteintes de la maladie. Une nouvelle étude révèle le mécanisme de cette protection. Une étude centrée sur les cellules pulmonaires Le tabagisme provoque la majorité des cancers du poumon. Et pourtant seule une minorité de fumeurs souffre de la maladie. On compte en effet 13 millions de fumeurs en France, pour environ 46.000 cancers du poumon, dont près de 90 % sont dus au tabac. Par conséquent, de très nombreux fumeurs échappent à la maladie. Comment leur organisme parvient-il à se protéger des nombreuses substances toxiques qui composent les cigarettes ? Des chercheurs ont voulu mieux comprendre ce mécanisme de protection. Pour ce faire, ils ont étudié les cellules pulmonaires de 33 personnes d'âge divers. Dans ce groupe, on comptait 14 non-fumeurs pour 19 fumeurs. Un mécanisme de protection spécifique Depuis longtemps, les scientifiques pensaient que la fumée de cigarette entraînait des mutations de l'ADN des cellules pulmonaires. Peu à peu, ces mutations les transformeraient en cellules cancéreuses. Pour étudier plus à loisir l'ADN des cellules pulmonaires des participants à cette étude, les chercheurs ont mis au point une nouvelle technique de séquençage du génome. Elle permet d'examiner l'ADN d'une cellule isolée, sans pour autant que cet examen entraîne des mutations génétiques. Les chercheurs ont observé des mutations de l'ADN dans les cellules pulmonaires des personnes fumant jusqu'à 23 paquets de cigarettes par an. Au-delà de cette consommation, aucune augmentation significative de ces mutations n'a été constatée. Par conséquent, les cellules des plus gros consommateurs de tabac ne comportaient pas le nombre de mutations génétiques auquel on aurait pu s'attendre. Ce qui montre que leur organisme a su empêcher cette accumulation de mutations de l'ADN qui peut déboucher sur un cancer. Ainsi, cette étude pourrait permettre de mettre au point une méthode de détection précoce du cancer des poumons chez les sujets à risque. En s'appuyant sur ces travaux, les chercheurs seraient sans doute en mesure de mieux comprendre le processus de réparation de l'ADN des cellules pulmonaires. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Les cerises sont des fruits succulents, dont beaucoup raffolent la saison venue, mais il faut se garder d'en manger les noyaux. Ils contiennent en effet une substance toxique. Un amateur de noyaux de cerises En juillet 2017, en pleine saison des cerises, un Anglais savoure la chair délicieuse de ces fruits. Mais, au lieu d'en jeter les noyaux, il en extirpe l'amande et la mange. Trouvant le goût plaisant, il en ingère trois. Mal lui en prend. Quelques minutes après avoir avalé ces graines, notre mangeur de cerises ressent des maux de tête et de la fièvre. Une grande fatigue l'envahit. Inquiète, sa femme voit son état s'aggraver. Au point qu'elle appelle les secours. Le Britannique est rapidement hospitalisé, ce qui lui sauve la vie. En effet, les médecins diagnostiquent un empoisonnement. Une substance toxique Cette personne avait été intoxiquée par les amandes contenues dans les noyaux de cerise. Mais le résultat aurait été le même si elle avait croqué des noyaux de prune ou d'abricot, ou même des pépins de raisin. En effet, la graine qui forme le centre de ces fruits contient une substance toxique, l'amygdaline. Une fois avalée, celle-ci se transforme en cyanure dans l'estomac. En fonction de la quantité absorbée, cette substance peut provoquer des maux de tête, des vomissements ou des convulsions. À haute dose, elle peut même entraîner la mort. Même s'il faut absolument éviter de manger ces amandes, il n'y a pas lieu de trop s'inquiéter si une personne de votre entourage en absorbe tout de même. En effet, la dose mortelle d'amygdaline est comprise entre 1 mg et 1,5 mg par kilo de poids corporel. Ce qui veut dire, par exemple, qu'une personne pesant 70 kg ne doit pas ingérer plus de 105 mg d'amygdaline. Ce qui fait tout de même beaucoup. D'autant que la totalité de cette substance ne se transforme pas en cyanure une fois dans l'estomac. Même les amandes d'abricot, qui ont la réputation d'être anticancéreuses, doivent être consommées avec modération. Ainsi, un adulte ne doit pas en manger plus de trois par jour. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
L'acné se traduit par l'apparition de boutons disgracieux, qui peuvent perturber la vie quotidienne de ceux qui en souffrent. Or, cette maladie dermatologique ne touche pas seulement les adolescents, mais aussi de nombreuses femmes. Pour en atténuer les atteintes, les spécialistes conseillent désormais de modifier son régime alimentaire. Des origines diverses... L'acné est notamment dû à une sécrétion trop importante de sébum, une substance huileuse produite par les glandes sébacées. Son rôle est de protéger la peau, mais, sécrétée en excès, elle peut provoquer cette dermatose aux manifestations gênantes. L'acné a plusieurs origines possibles. Les bouleversements hormonaux ainsi que les facteurs génétiques peuvent contribuer à son apparition. Mais d'autres facteurs, comme le stress, les effets de la pollution ou encore l'usage de certains soins pour la peau, ne sont pas non plus sans effet. ...Parmi lesquelles l'alimentation En effet, le régime alimentaire peut être l'une des causes majeures de l'acné. Une étude récente, de grande ampleur, a permis de le vérifier. Elle a en effet porté sur 25.000 personnes. En novembre 2018, elles ont précisé, à trois reprises, ce qu'elles mangeaient sur une période de 24 heures. Les mêmes indications ont été données à six mois d'intervalle. D'autres facteurs ont été pris en compte, comme l'âge, le poids, le sexe, l'existence de certaines maladies ou encore la pratique d'une activité physique. Dans leurs conclusions, les chercheurs notent que les personnes consommant une plus grande quantité d'aliments gras et sucrés, de boissons sucrées ou de lait étaient plus sujettes à l'acné. Elles mangeaient également moins de légumes, de poisson et de fruits. Le principal coupable serait donc le sucre. Pas celui contenu dans les légumineuses ou les céréales. Mais bien les sucres rapides et raffinés qu'on trouve dans les sodas, les viennoiseries ou les bonbons par exemple. La consommation de sucre favoriserait la production d'insuline, qui produirait à son tour une inflammation susceptible de contribuer à l'apparition de l'acné. Réduire, de manière notable, sa consommation de sucre, limiterait donc les risques d'apparition de cette maladie. L'alimentation devrait donc être prise davantage en compte dans sa prévention. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Le chimérisme humain est un phénomène extrêmement rare. Il peut cependant se produire à l'occasion d'une grossesse gémellaire. Deux œufs et un seul embryon Une centaine de cas de chimères humaines ont été décrits dans la littérature spécialisée. Mais l'administration de certains traitements destinés à améliorer la fertilité et le recours à la procréation médicalement assistée ont rendu de telles situations plus fréquentes. En effet, ces médicaments et ces techniques augmentent le nombre de grossesses gémellaires, à partir desquelles peuvent apparaître des chimères humaines. Durant une telle grossesse, en effet, il arrive que les deux œufs fécondés fusionnent. L'unique embryon qui résultera de cette fusion aura donc deux ADN, le sien et celui du jumeau qu'il a "absorbé". Des problèmes spécifiques Si l'on voulait analyser l'ADN d'une chimère humaine, on ne trouverait pas le même génotype dans toutes les parties de son corps. Ce qui est normal, dans la mesure où elle partage cet ADN avec le jumeau qui n'a pas vu le jour. Un tel phénomène peut conduire à des situations curieuses, gênantes pour ceux qui les vivent. C'est ainsi qu'une femme s'est vu refuser certains droits sous prétexte qu'elle n'était pas la mère biologique d'un enfant dont elle avait pourtant accouché. On s'est finalement aperçu que cette mère de famille, qui l'ignorait elle-même, était une chimère et, qu'à ce titre, elle était porteuse de deux ADN différents. Le plus souvent, en effet, le résultat de cette fusion utérine ne se voit pas. Sauf exceptions, très rares il est vrai. On peut citer le cas d'un mannequin, qui avait toujours pris la marque qu'elle avait sur le ventre pour une tache de naissance. Or, elle s'est aperçue, un peu plus tard, que cette marque était en fait un peu de l'épiderme de la sœur jumelle qu'elle avait "absorbée" durant la grossesse de sa mère. Les chimères sont d'ailleurs confrontées à d'autres problèmes, résultant par exemple de la confrontation de deux systèmes immunitaires, dont l'opposition permanente les expose à des contaminations plus fréquentes. De même, certaines parties de leur corps ne réagiront pas comme d'autres. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Certains résidus menacent aussi bien l'environnement que notre santé. C'est notamment le cas des microplastiques. Ils sont partout, dans l'air que nous respirons et la nature, jusqu'au plus profond des océans. Mais les médecins en retrouvent aussi dans le corps humain. Du plastique dans les poumons Les scientifiques le savaient déjà : chaque jour, nous absorbons de très fines particules de plastique. Et les quantités ingérées ne sont pas négligeables. À en croire les spécialistes, nous en avalerions pas moins de 5 grammes par semaine ! Récemment, ces microplastiques ont été découverts dans le sang. Mais on vient également d'en trouver dans les poumons. Les médecins les ont repérés dans des tissus pulmonaires prélevés, dans le cadre de leur traitement, sur un certain nombre de patients. Les scientifiques se sont aperçus que les poumons des patients masculins renfermaient une plus grande quantité de microplastiques que ceux des femmes. La plus grande quantité dans la partie inférieure des poumons Pas moins ce 12 variétés de plastique ont été ainsi découvertes. En effet, ces échantillons ont révélé la présence de polyéthylène, qui entre dans la composition de certains emballages ou dans celle des récipients alimentaires. On a aussi retrouvé des résidus de PET (abréviation de polyéthylène téréphtalate) utilisé dans la fabrication des bouteilles en plastique. Mais les médecins ont aussi détecté la présence de résines ou des traces du nylon qui compose nos vêtements. Ils ont fait une autre découverte étonnante. Ils ont trouvé ces fines particules de plastique à un endroit où ils ne se seraient pas attendus à les trouver. En effet, ils les ont surtout décelées dans la partie inférieure des poumons. Dans cette région, les voies respiratoires sont pourtant plus étroites. Il est donc assez étonnant que les microplastiques aient pu s'y frayer un chemin, d'autant que certains résidus n'étaient pas parmi les plus petits. Les poumons ne sont d'ailleurs pas les seuls organes envahis par les microplastiques. Les médecins en ont également trouvé dans le foie, le rate ou les reins. Pour l'instant, les éventuels risques pour la santé de l'inhalation de ces particules de plastique sont encore mal évalués. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Machinerie d'une infinie complexité, le cerveau humain n'en finit pas de révéler ses secrets. Et de nouvelles études confirment un fait essentiel : il ne cesse d'évoluer tout au long de la vie. Une meilleure connaissance du cerveau Durant notre existence, le cerveau subit de nombreuses transformations. Dans le cadre d'une vaste étude mondiale, des chercheurs ont voulu en apprendre davantage sur leurs mécanismes. Dans ce but, ils ont collecté plus de 120.000 IRM cérébraux que des médecins, intéressés par leurs recherches, ont bien voulu leur confier. Le recueil est un peu incomplet, dans la mesure où ces IRM sont surtout celles d'individus blancs et citadins. Il a cependant permis de préciser la manière dont le cerveau évoluait avec l'âge. Ainsi, certaines parties du cerveau se développent davantage dans l'enfance. C'est le cas de la matière grise ou du cortex cérébral, plus épais dans cette période de la vie. En revanche, cette étude confirme que la matière blanche, qui contient des fibres nerveuses, atteint son maximum d'extension à l'âge adulte. Le cerveau grandit dès les premiers mois de la vie Une autre étude, provenant de chercheurs américains et norvégiens, permet d'en apprendre encore davantage sur cette évolution du cerveau. Elle montre que cet organe se modifie dès les tout débuts de la vie. En effet, le volume du cerveau augmente d'environ 1 % par jour dès la naissance. À 3 mois, un nourrisson a déjà un cerveau qui a la moitié de la taille de celui d'un adulte. La plupart des éléments du cerveau grandissent au même rythme. Mais il y a de notables exceptions. Ainsi, le cervelet, qui joue un rôle essentiel dans la coordination des mouvements, augmente de plus de 100 % dans les 3 premiers mois de la vie. Ce n'est pas le cas de l'hippocampe, structure clé de la mémoire, qui, durant la même période, ne grandit que d'un peu moins de 50 %. Quoi qu'il en soit de ces différences, le cerveau poursuit sa croissance. À l'âge d'un an, cet organe a environ les deux tiers de la taille d'un cerveau adulte. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
On se retrouve lundi 2 mai. D'ici là, je vous invite à découvrir toute la gamme des podcasts Choses à savoir sur www.chosesasavoir.com ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Retrouvez Lelynx.fr en cliquant sur ce lien: https://www.lelynx.fr/assurance-auto/?utm_source=podcasts&utm_medium=audio&utm_campaign=branding_chosesasavoir_avril22&utm_content=lp_auto --------------------------------------------- On connaissait déjà certaines des conséquences néfastes d'une telle privation de sommeil, c'est à dire toute une nuit. Mais une étude récente indique qu'elle pourrait en réalité provoquer de plus importants troubles cérébraux. Une équipe de chercheurs suédois s'est donné pour tâche de mesurer les effets du manque de sommeil sur le cerveau. Dans ce but, ces neurologues ont rassemblé des volontaires, tous en bonne condition physique. Ils ont demandé à certains de dormir normalement la nuit précédente, et à d'autres de se priver de sommeil. Le lendemain, ils ont pratiqué une analyse de sang sur les deux groupes de volontaires. Les résultats ont révélé de notables différences. Un risque pour le cerveau En examinant les analyses des personnes ayant accepté de passer une nuit blanche, les chercheurs ont constaté une hausse dans la concentration de deux molécules, de l'ordre de 20% par rapport au groupe ayant passé une nuit normale. Or, ces molécules sont des marqueurs, indiquant un dysfonctionnement du cerveau. Leur concentration dans le sang augmente en cas de lésions cérébrales, ou d'une commotion. Le niveau constaté dans le sang des personnes ayant passé une nuit blanche n'est pas aussi élevé que s'ils avaient subi un choc à la tête. Mais il l'est assez pour laisser prévoir de possibles phénomènes de neurodégénérescence. Cette découverte s'inscrit dans la logique de travaux précédents. En effet, le manque régulier de sommeil est déjà censé favoriser la survenue de la maladie d'Alzheimer ou encore de la sclérose en plaques. Un sommeil insuffisant faciliterait l'apparition de toxines dans le cerveau, responsables en parie du développement de certaines maladies dégénératives du cerveau. On savait déjà que des nuits hachées limitaient la capacité de concentration et de mémorisation. Un sommeil dégradé nuit donc au fonctionnement optimal de notre cerveau. Cette étude suédoise permet de comprendre qu'un sommeil régulier et suffisant serait également indispensable à la bonne santé du cerveau. À l'inverse, un temps de sommeil trop court, et a fortiori des nuits blanches, feraient le lit de certains troubles cérébraux. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Je ne vous apprends par grand chose en vous disant que notre cerveau n'est pas composé d'une seule masse, mais qu'il possède deux parties bien distinctes, l'hémisphère droit qui gère la partie gauche de notre corps, et l'hémisphère gauche qui au contraire s'occupe de la partie droite. C'est ce que l'on appelle la “latéralisation”. Comment expliquer cette curiosité ? Aucun scientifique n'a de réponse certaine et définitive à cette question. Cependant il existe des hypothèses. Pour les comprendre il faut d'abord s'intéresser aux différentes fonctions du cerveau. D'abord la fonction de “communication symbolique” qui prend en charge la parole et le calcul par exemple, se situe dans la parte gauche, tandis que les fonctions de perception, d'action et les “émotions” sont à droite. La latéralisation servirait à traiter plus efficacement l'information. Car la communication entre les aires cérébrales n'est pas immédiate. Elle se fait à grande vitesse, de l'ordre de 300km/h mais pas plus. Or le cerveau des êtres humains ayant grossi avec le temps les délais de communication aussi. En assignant des fonctions bien distinctes à chaque hémisphère, l'information peut être traitée plus vite, ayant moins fréquemment à aller d'un point éloigné du cerveau à un autre. Pour une fonction donné il existe un hémisphère dominant qui a besoin de peu de connexions avec l'autre. Le traitement de l'information est ainsi réalisé plus efficacement. Cette idée est renforcée par l'observation de l'activité cérébrale. En effet on sait aujourd'hui que plus les fonctions sont latéralisées, moins elles communiquent avec l'autre hémisphère. Mais il existe un revers de la médaille à cet avantage dans l'évolution. En cas de lésion cérébrale, l'hémisphère non atteint peut moins facilement compenser les fonctions touchées.  Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Ce phénomène touche 80% des nourrissons. A la naissance, ils ont les yeux bleus gris puis, après quelques mois, cette coloration se modifie, la couleur s'assombrit et les yeux deviennent marrons, verts ou autre. Cette modification s'explique par les cellules pigmentaires, appelées mélanocytes. Ce sont eux qui produisent le pigment foncé, nommé mélanine qui sert à colorer la peau et les poils mais aussi... l'iris, ce disque coloré dans l'oeil qui possède en son centre la pupille. L'iris, durant les première semaines de la vie d'un bébé est dépourvu de mélanocytes. Le bleu-gris que l'on voit est en réalité non pas la couleur de la superficie de l'iris qui est alors transparente mais sa couche profonde qui se trouve être naturellement de couleur gris-bleu. Petit à petit les gènes vont se mettre à commander la production et la répartition de la mélanine dont une partie ira dans l'iris. Trois situations peuvent se présenter: soit les gènes du bébé sont ceux d'un bébé aux yeux bleus. Dans ce cas les gènes vont bloquer la production de mélanine au niveau de l'iris. Les yeux conserveront leur couleur bleus. Si la production est bloquée à 100% alors le bébés era dit “albinos” et l'iris pourra alors présenté des nuances rouges, car complètement transparent il laiissera voir les vaisseaux sanguins de la rétine. Soit, et c'est la majorité des cas, le bébé possède les gènes des yeux de couleur foncée ou marron,et ils commanderont la production de mélanine dans l'iris pour le brunir. Au bout de 6 mois en moyenne, la couleur définitive apparait. Enfin si les gènes ne commandent pas la même quantité de mélanine pour l'iris des deux yeux, alors on obtient des yeux de couleurs différentes, souvent un oeil bleu et l’autre marron. On parle alors d'hétérochromie. Si cette hétérochromie est complète, on parle d' « yeux vairons ». Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Quand les réfrigérateurs n'existaient pas encore, c'est à dire jusqu'à la fin du 19e siècle, une méthode pour conserver les aliments périssables (comme le poisson et la viande) consistait à les saler. Comment expliquer que le simple sel prolonge ainsi la durée de vie des aliments ? L'explication réside dans sa capacité à absorber et retenir l’humidité. On parle de son pouvoir «hygroscopique».  Ainsi privée d'eau la multiplication des bactéries présentes dans la nourriture est grandement limitée. Le processus de putréfaction est ralenti. Et cela est très utile car ce processus est très rapide. Dand des conditions habituelles, à partir d'une population initiale de 10 germes, au bout d'une heure on en compte 80. En 5 heures 320 000. Puis la multiplication ralentit mais la plupart des viandes sont d'ores et déjà toxiques. Il existe deux techniques de salaisons. D'abord le salage dit “à sec”. Il s'agit ici de répandre beaucoup de sel à la surface de l'aliment. Pour vous donner une idée des quantités, 5 kg de sel sont nécessaire pour 10 kg de viande. En 6 semaines, la viande perdu un quart de son poids, et peut se conserver plusieurs mois. Ensuite, seconde technique, mais moins efficace, le saumurage. On place les aliments dans de l’eau salée jusqu'à 10 %. L'eau moins salée qui se trouve dans la viande est alors attirée vers l'extérieur, et une partie du sel entre dans l'aliment. Ainsi les concentrations de sel s'équilibrent, c'est l'osmose. Une solution contenant 10% de sel permet de neutraliser la quasi-totalité des micro-organismes. Mais à ce niveau beaucoup d'aliments deviennent inmangeables. Par exemple pour les viandes, on conseille 2% et pour le poisson entre 3 et 4%.  Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Dans une récente étude, des chercheurs britanniques ont voulu approfondir la notion d'ennui. Ils l'ont fait, notamment, en recherchant les métiers et les passe-temps jugés les plus ennuyeux. Des métiers qui ne suscitent pas l'enthousiasme Pour mener leur étude, les chercheurs ont étudié de près 28 professions et demandé à un échantillon de 500 personnes d'indiquer quels métiers leur paraissaient les plus ennuyeux. L'analyse de ces données a donc permis de sélectionner 7 métiers jugés "ennuyeux". Plusieurs d'entre eux ont un rapport avec la manipulation de chiffres et de données, qui est perçue par les personnes interrogées comme une activité peu attirante. Ces professions sont celles de comptable, d'analyste de données, de fiscaliste et de banquier. D'autres métiers sont considérés comme peu passionnants, comme ceux d'agent d'entretien, de caissier ou encore d'employé de bureau. Et les personnes qui les exercent peuvent être victimes de stéréotypes défavorables. En effet, les résultats de cette enquête montrent qu'on les juge souvent peu chaleureuses et même plutôt incompétentes. Des passe-temps jugés ennuyeux Les chercheurs se sont également intéressés aux loisirs jugés ennuyeux. Il en ressort une liste assez hétéroclite de "hobbies" réputés peu passionnants. Ainsi, le fait de fréquenter une église, ou un temple, et de s'intéresser à la religion est considéré comme une "activité" ennuyeuse. D'autres passe-temps sont épinglés de la même manière. Ainsi, les amateurs d'ornithologie ont une occupation jugée peu enthousiasmante. De même, les mathématiques pâtissent d'une fâcheuse réputation, du moins pour ceux qui n'en maîtrisent pas les mécanismes. Aussi un préjugé tenace dévalorise-t-il une science jugée rébarbative. Quant aux gens qui regardent beaucoup la télévision, ils sont jugés aussi ennuyeux que l'activité qui mobilise leur temps. Le sommeil est également assimilé à une activé ennuyeuse. De ce fait, les gens qui passent beaucoup de temps à dormir sont censés distiller l'ennui autour d'eux. D'après cette enquête, les personnes exerçant des métiers ou se livrant à des passe-temps jugés ennuyeux seraient victimes d'un certain ostracisme social. Ils se renfermeraient alors dans une solitude qui finirait par affecter la santé mentale de certains d'entre eux. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Comments (5)

Nour Hane

wow

Jun 11th
Reply

ربي زدني علما امين

s'il vous plaît ,la musique de début est agaçante

Aug 26th
Reply

Valérie Schneider

Mon rituel du matin, pendant que je me lave ! Très instructif et ludique. J'écoute également Choses à savoir Tech et Choses à savoir Culture générale.

Jul 20th
Reply

Léa Steydli

Super intéressant 😊

Oct 28th
Reply

Prüd'homme Carlõssy's

bien

Jul 22nd
Reply
Download from Google Play
Download from App Store