DiscoverAtelier des médias
Atelier des médias

Atelier des médias

Author: RFI

Subscribed: 276Played: 6,391
Share

Description

L'Atelier des médias, c’est une émission à l’écoute des r/évolutions des médias à l'ère numérique. Chaque semaine, par des entretiens et des reportages, Steven Jambot et son équipe explorent ce monde en perpétuelle mutation. Contact : atelier@rfi.fr

271 Episodes
Reverse
Entretien avec Élisabeth Feytit, du podcast Méta de choc. Le podcast Méta de choc explore nombre de croyances : théories complotistes, médecines alternatives nouvelles spiritualités qui se développent sur internet, dérives du coaching, ou mouvances sectaires comme les Témoins de Jéhovah. Méta de choc, ce sont des entretiens, souvent fleuve, avec des experts ou des personnes qui témoignent. Elles ont parfois été des victimes, parfois elles sont ou ont été membres influents de ces croyances. Élisabeth Feytit, productrice de Méta de choc, est l'invitée de L'atelier des médias. Elle présente le positionnement et les ambitions de son podcast. Elle explique aussi son modèle économique, basé sur le don plutôt que sur la publicité.
Cette websérie documentaire diffusée sur arte.tv revient sur la genèse du bitcoin, les traces laissées par Satoshi Nakamoto, énigmatique créateur de cette cryptomonnaie, et les idéaux qui semblent l'avoir guidé. Rémi Forte, qui a réalisé Le mystère Satoshi, est l'invité de L'atelier des médias. Il explique sa démarche, pourquoi il a fait le choix d'un docu fiction utilisant le « je » et rappelle les enjeux cruciaux derrière le bitcoin, trop souvent résumé à sa dimension spéculative.  Mondoblog audio est signé Ousmane Mamoudou, blogueur nigérien, qui explique le bitcoin.
Radio Nova propose un podcast racontant ses débuts et ceux des radios libres, en France, il y a quarante ans. Richard Gaitet, qui a imaginé et produit «Le roman noir des radios libres», est l'invité de L'atelier des médias. En 2001, Nova Mag offrait à ses lecteurs un fascicule grimé comme la collection Série noire de Gallimard. Son titre : «Le roman noir des radios libres». Son auteur, Jean-François Bizot, fondateur de Radio Nova, y narrait sur la longueur les aventures des premières radios pirates françaises et la naissance de Nova, ses sœurs et ses rivales sur la bande FM, entre 1981 et 1988.  Sur le bon conseil de Jean Rouzaud, l'éclectique journaliste Richard Gaitet s'est emparé de ce texte en 2019. Deux ans plus tard, «Le roman noir des radios libres» est devenu un documentaire diffusé en podcast, où l'on retrouve le récit de Bizot incarné par des comédiens, sur fond d'archives sonores et de musique, avec une réalisation soignée. Dans les studios de Nova, situés dans le 18e arrondissement de Paris, Richard Gaitet a reçu L'atelier des médias. Pendant plus d'une demie heure, il raconte la genèse de ce podcast, parle de Jean-François Bizot, défend l'approche radiophonique de Nova qui sait s'affranchir des formats et où la « liberté bordélique » est une raison d'émettre, une raison d'être.
Après que plusieurs chaînes de télévisions ont refusé ses propositions d'enquêtes sur le quinquennat d'Emmanuel Macron, le journaliste Jean-Baptiste Rivoire a choisi de lancer un média, Off Investigation. Jean-Baptiste Rivoire, ex-grand reporter à l'agence CAPA, ex-rédacteur en chef adjoint de l'émission Spécial investigation sur Canal+ (2009-2016), est l'invité de L'atelier des médias pour présenter son site d'information indépendant : Off investigation. Entouré d'une équipe de journalistes, il lance une campagne de financement participatif sur Kisskissbankbank pour produire une série documentaire en 9 épisodes consacrée aux parts d'ombre d'Emmanuel Macron et son action à la tête de l'État. Diffusé par Blast, le premier épisode approche le million de vues. Dans un entretien de plus de quarante minutes, Jean-Baptiste Rivoire expose les ambitions et les convictions de ce site d’enquêtes vidéo. Il est aussi question de l’investigation dans le paysage audiovisuel français et des pressions que l’exécutif et les oligarques exercent sur les médias dans l’Hexagone. Mondoblog audio est présenté par Foumilayo Assanvi, Mondoblogueur béninois qui a écrit un conte engagé alors que s'achève la COP26. Une histoire « malheureusement inspirée de la réalité », dont « vous reconnaîtrez tous les acteurs ».
L'Atelier des médias a rendu visite aux équipes du collectif Making Waves, installé à Rosny-sous-Bois, qui conjugue production sonore et mission d'insertion. Making Waves est né de la rencontre entre d’une part des professionnels de la radio (des producteurs, journalistes, réalisateurs ou encore des ingénieurs du son) et d’autre part des acteurs du secteur social. Leur idée : favoriser, grâce à la radio et au podcast, des espaces de dialogue, de rencontre et de création.  Depuis le printemps 2021, Making Waves est aussi un tremplin pour des personnes dites « éloignées de l'emploi », avec la création d’un Atelier chantier d’insertion. Concrètement, la structure embauche, pour une durée de six mois, des personnes sans projet professionnel et les forme à la production et à la réalisation sonore. Objectif : les aider à trouver leur voie. Pour L'atelier des médias, Juliette Labracherie est allée tendre son micro à Hervé Marchon et aux salariés de Making Waves.  Mondoblog audio fait entendre la voix d'Yves-Landry Kouamé, blogueur ivoirien, qui présente l'umuganda, une journée par mois que les Rwandais doivent consacrer à des travaux de nettoyage urbain.
En début d'année, Radio Lengo Songo, une des principales stations de Bangui, a radicalement changé sa ligne éditoriale, au point d’être appelée par certains « la radio des Russes ». L'Atelier des médias reçoit Maxime Audinet, chercheur à l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire (Irsem), spécialiste des opérations d’influence informationnelle russes, qui publie sur le site La revue des médias, de l'INA, un article sur cette radio centrafricaine.  Dans la deuxième partie de l'émission, Sinatou Saka vient présenter la seconde édition du Mooc Connexions citoyennes, proposé par CFI, l'agence française de développement des médias, destiné à la jeunesse africaine. En fin d'émission, Mondoblog audio est consacré aux délestages, ces coupures d’électricité qui compliquent la vie des citoyens dans de nombreux pays sur le continent africain. Boukari Ouédraogo, blogueur burkinabè, se demande pourquoi  l’Afrique n’investit pas dans l’énergie solaire – alors que le soleil ne manque pas sur le continent.
Pendant 20 minutes à la radio et en podcast, L'atelier des médias se penche sur le désenchantement des journalistes français et plus spécifiquement celles et ceux qui finissent par quitter ce métier-passion dont ils avaient souvent tant rêvé. En France, il y a de moins en moins de détenteurs de la carte de presse. -10 % en une dizaine d’années. On comptait 34 182 journalistes encartés en 2020. Ils étaient 3 000 de plus en 2009. La durée moyenne d'une carrière de journaliste est de quinze ans.  Aussi, l’enquête menée par le sociologue des médias Jean-Marie Charon, rattaché à l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris, et par Adénora Pigeolat, est riche d’enseignements. Tous deux viennent de publier Hier journalistes (Entremises, 2021). Jean-Marie Charon participait aux Assises internationales du journalisme, fin septembre à Tours. Au micro de L'atelier des médias, il explique comment son enquête a démarré, après des échanges sur Twitter. Il détaille les trois profils types de journalistes qui quittent la profession : les jeunes de moins de 35 ans ; les quarantenaires, principalement des femmes ; les plus de 50 ans. Il y a une conjonction de plusieurs facteurs : la précarité, les implications sur la qualité de vie, le mauvais management qui tourne parfois au harcèlement. Mondoblog audio vient en écho à la journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre. La Mondoblogueuse Clara Delcroix, de la génération Z – comprenez qu’elle est née entre 1995 et 2010 –, nous propose une plongée dans les habitudes alimentaires des jeunes de son âge.
L'atelier des médias poursuit ses réflexions autour des responsabilités journalistiques face à l'urgence climatique en recevant le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, qui était l'un des invités des Assises internationales du journalisme, il y a quelques jours à Tours. Greenpeace France est une ONG qui agit sur les principes de la non-violence pour défendre l’environnement. Ses salariés et militants organisent régulièrement des actions très médiatisées contre le nucléaire, la déforestation ou pour dénoncer l’inaction des grands de ce monde en matière climatique.  Au micro de L'atelier des médias, Jean-François Julliard, journaliste de formation, ancien secrétaire général de Reporters sans frontières, explique le rôle crucial que jouent les médias pour informer sur l'urgence climatique. Il raconte pourquoi des bureaux de Greenpeace – dont le sien, en France – embauchent des journalistes d'investigation pour produire des enquêtes.
L'atelier des médias était aux Assises internationales du journalisme, qui se tenaient à Tours du 29 septembre au 1er octobre. Au programme : « Urgence climatique et sanitaire, responsabilités journalistiques ». François Quinton, rédacteur en chef du site La revue des médias, de l’institut national de l’audiovisuel, rappelle les conclusions de l'étude publiée l'an dernier par l'INA, qui a montré que les sujets sur le climat et l’environnement dans les médias audiovisuels français ont été multipliés par trois en vingt ans. Anne-Cécile Bras, productrice de C’est pas du vent, le magazine de l’environnement de RFI, raconte ce qui l'anime depuis douze ans et comment traiter de l'urgence de la situation. Grégory Rozières, chef de rubrique « science et environnement » au Huffington Post, est le coanimateur de L’enver(t) du décor, un podcast où il est question d'environnement sous la forme d'une conversation humoristique.  Sophie Huet, rédactrice en chef centrale de l’AFP, présente l'organisation mise en place au sein de l'Agence France presse pour que 1 500 journalistes de 80 nationalités qui informent en 6 langues parlent d'une même voix sur l'urgence climatique. Elle revient également sur la publication par l'AFP, en juin, des conclusions du prochain rapport du Giec, groupe d’experts de l’ONU sur le climat. Un scoop massivement relayé par la presse mondiale.  Mondoblog audio arrive de Tananarive, à Madagascar. Lalah Arinaina, journaliste citoyenne et blogueuse, explique le rôle majeur que peuvent et doivent jouer les médias pour mieux informer sur le dérèglement climatique.
Le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’est ouvert début septembre à Paris. Jean-Paul Marthoz, journaliste et directeur du module “Médias et terrorisme” à l’université catholique de Louvain, explique la complexité de couvrir les audiences. Dans le précédent numéro de L'atelier des médias, on a vu l’impact que les attentats du 11-Septembre ont eu sur le journalisme, la diffusion de l’information en ligne et notamment comment ils ont été à l’origine de la création de Google News.  Cette semaine, nous poursuivons sur les questions de journalisme et de terrorisme alors que le procès des attentats du 13 novembre 2015 se déroule à Paris.  Jean-Paul Marthoz, chroniqueur au quotidien belge Le Soir et directeur du module Médias et terrorisme à l’université catholique de Louvain, en Belgique. Dans une interview au journal La Croix, il alertait : « Les médias doivent veiller à ne pas être les mégaphones des accusés. » Au micro de L'atelier des médias, il explique les précautions que les journalistes qui couvrent le procès doivent avoir. La conversation se poursuit sur le positionnement des journalistes face aux faits de terrorisme, leur couverture et leur perception par le public.  Jean-Paul Marthoz est l'auteur d'un manuel pour les journalistes intitulé Les médias face au terrorisme publié en 2017 aux presses de l’Unesco. Une nouvelle version est à paraître prochainement.  En fin d'émission, Mondoblog audio fait entendre la voix de Mariamar Védrine Conon. Dans ses billets, cette militante féministe béninoise pousse pour l'élargissement du droit à l’interruption volontaire de grossesse. Car si avorter est aujourd'hui autorisé au Bénin, c’est dans un cadre très restreint. Pourtant, de nombreuses femmes ont recours à l'avortement en dehors de ce cadre, dans la clandestinité.
Nikos Smyrnaios, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Toulouse III, est l'invité de L'atelier des médias. Dans un article publié sur le site La revue des médias, de l'INA, Nikos Smyrnaios rappelle que les attentats du 11 septembre 2001 ont marqué un tournant dans la diffusion de l'information en ligne, en modifiant les habitudes de consommation de l'information mais aussi de production de ces informations sur internet. Ce jour-là, c'est un ingénieur de Google qui, ne trouvant pas sur le moteur de recherche des actualités liée aux attentats, a eu l'idée de créer Google News. Au micro de L'atelier des médias, Nikos Smyrnaios explique aussi l'évolution de Google actualités et de ses algorithmes et l'impact que le géant de Mountain View a sur l'écosystème de l'information. En début d'émission, Bruno Faure présente Ondes de choc, un podcast récemment produit par RFI qui s'intéresse au parcours de reconstruction des victimes du terrorisme dans le monde. Mondoblog audio est envoyé par la blogueuse ivoirienne Matagaly. Elle explique comment elle « arme ses neurones pour installer durablement la paix dans son quotidien ».
Comment les journalistes doivent-ils se positionner face aux infox et aux théories complotistes ? Quelle posture peuvent-ils adopter face à ceux qui les diffusent et les partagent ? Julien Pain apporte son expérience au micro de L'atelier des médias. Créateur il y a bientôt quinze ans des Observateurs de France 24, Julien Pain est maintenant rédacteur en chef et présentateur de l’émission Vrai ou Fake, sur la chaîne France info. Dans cet entretien, Julien Pain présente le nouveau service de vérification des images créé par Franceinfo, les Révélateurs, qui doit notamment s'attaquer aux deepfakes. ll explique aussi comment lui et ses équipes vont s'organiser, en matière de fact-checking, en vue de la présidentielle française de 2022. Julien Pain raconte la façon dont il travaille au quotidien sur le terrain. Il revient notamment sur son immersion dans les réseaux de désinformation, en juin dernier, au cours de laquelle il a conversé avec l'ancien journaliste Richard Boutry ou encore le chanteur Francis Lalanne. En fin d'entretien, il est question d'éducation aux médias. En fin d'émission, Mondoblog audio fait entendre un blogueur de République démocratique du Congo, Jean-Hubert Bondo. Depuis la province du Kasaï-Oriental, il évoque le terrorisme à travers la lettre d’un musulman adressée à ceux qui se radicalisent et qui sombrent dans la violence.
Diffusé jeudi sur France 2 dans l'émission Complément d'enquête, le documentaire Fake news, la machine à fric montre comment l'argent de la publicité finance la désinformation. L'Atelier des médias reçoit les deux auteurs de cette enquête : Aude Favre, fondatrice de la chaîne YouTube Aude WTFake, que nous recevions déjà en juillet 2020. Sylvain Louvet, journaliste, documentariste, prix Albert-Londres 2020 pour le documentaire « Tous surveillés: 7 milliards de suspects » sur le déploiement massif des dispositifs de surveillance à travers le monde. Dans cet entretien, il est question de plusieurs séquences du documentaire, notamment celles avec le réalisateur du controversé Hold-up Pierre Barnérias, Jim Hoft du site The Gateway Pundit ou encore les dirigeants de la plateforme de financement participatif Tipeee. Nos invités rappellent aussi le rôle central de Google dans l'écosystème de la désinformation. Enfin on aborde les questions d'éducation aux médias portées par l’association Fake Off, destinée à lutter contre la désinformation auprès des jeunes, qu'Aude Favre et Sylvain Louvet ont cofondé. Le documentaire Fake news, la machine à fric est disponible en replay uniquement depuis la France sur les sites et applications de Franceinfo. En fin d'émission, Mondoblog audio, sélectionné comme chaque semaine par Camille Deloche, célèbre la journée mondiale du blog, qui a lieu chaque année le 31 août. Depuis Bamako, le mondoblogueur Ousmane Makaveli vante les atouts du blog, une arme d'émancipation massive.
Pour ce dernier épisode de L'atelier des médias avant une interruption estivale, nous vous proposons une sélection de podcasts francophones à écouter. Tous sont de près ou loin en lien avec le monde de l'information. • Colonel Raslan : la traque d’un bourreau, un podcast produit par Les Jours pour la plateforme Audible. • Mécaniques du journalisme, de France Culture – Ecoutez le 1er épisode de la saison 6 : Bellingcat, chasseurs d'espions. • Grains de sable, un podcast d'Antoine Mariotti.  • Théâtre des indépendances, un spectacle écrit par Vladimir Cagnolari, produit et capté par le festival Africolor et adapté en podcast par RFI. • Synchrone, un podcast franco-allemand de Chloé Cosson et Camille Sarazin. • Convictions, un podcast de Radio Canada. • Défense de filmer, un podcast de Brut pour Spotify. Mondoblog audio est signé du blogueur béninois Foumilayo Assanvi, qui propose une lecture de son article intitulé La radio en Afrique, un média carrefour à réinventer.
Rencontre à Dakar avec le journaliste Maxime Domegni, représentant pour l’Afrique francophone du GIJN, Global Investigative Journalism Network, Réseau mondial du journalisme d’investigation. Au micro de L'atelier des médias, Maxime Domegni explique comment faire pour éviter que les forces politiques, les puissances de l’argent ou des soucis techniques empêchent des journalistes africains de faire un travail d’enquête. Pour en savoir plus ► Le site du GIJN
Le Festival international de journalisme de Couthures-sur-Garonne s'est tenu début juillet. L'atelier des médias vous propose des entretiens réalisés sur place avec un chercheur et un journaliste scientifique. Ils sont revenus sur l'infodémie qui a accompagné la pandémie de coronavirus. Après Epic et Usbek & Rica la semaine dernière, deux nouveaux mooks sont à l'honneur cette semaine au début de L'atelier des médias : Far Ouest, dont le premier numéro est paru en avril 2021, mais qui est au départ un média en ligne local et indépendant. Par des longs formats, Far Ouest questionne le monde et raconte notre époque depuis le sud-ouest de la France. Flo Laval, directeur de la publication, et la rédactrice en chef Clémence Postis expliquent son concept Pays, paru en mars 2021 après une campagne qui a permis de réunir quelque 200 abonnés. Chaque numéro dresse le portrait d’un territoire français. Manon Boquen, cofondatrice de Pays, précise les ambitions de sa revue, notamment en matière d'enquête La deuxième partie de l'émission se déroule à Couthures-sur-Garonne, au bord du fleuve du même nom, dans le sud-ouest de la France. C'est un petit village dans lequel 350 habitants vivent à l’année. Mais chaque été depuis cinq ans, des centaines de personnes s’y retrouvent pour le Festival international de journalisme, organisé par le groupe du journal Le Monde. L’ambition de ce festival est de permettre aux journalistes de discuter de leur métier et de leurs enquêtes avec le public. Cette année, il a notamment été question du traitement journalistique de la pandémie de Covid-19. Pour L'atelier des médias, Pauline Linard-Cazanave y a réalisé des entretiens avec certains des intervenants : Yves Sciama, journaliste indépendant, vice-président de l’Association des journalistes scientifiques. Julien Giry, chercheur en sciences politiques à l'unversité de Tours, explique en quoi la pandémie de coronavirus a eu un effet accélérateur sur les théories complotistes.
Un nouveau magazine de vulgarisation scientifique est dans les kiosques en France : Epsiloon. Sa co-rédactrice en chef est l'invitée de L'atelier des médias pour préciser l'ADN d'un titre qui s'est créé dans l'urgence. En début d'émission, deux mooks sont présentés. Un mook est un joli mélange entre un magazine et un livre (book, en anglais). Pour faire simple, des mooks, ce sont en fait des magazines joliment rédigés et illustrés, imprimés sur du papier de qualité, et qu’on a envie de garder. Epic est un trimestriel dont le premier numéro est paru en janvier 2021. Il donne une grande place à la photographie. En couverture, le concept de la revue est posé : « Média lent, images larges ». Ambroise Touvet, cofondateur d'Epic, explique son approche et ses convictions. Usbek & Rica existe depuis une décennie et continue d'explorer le futur. Blaise Mao, son rédacteur en chef, raconte la mutation vers un média multiplateformes. La deuxième partie de l'émission est consacrée au mensuel Epsiloon. Ce magazine scientifique a débarqué fin juin dans les kiosques en France mais il peut déjà compter sur une solide communauté d’abonnés réunis grâce à une campagne de financement participatif qui a battu tous les records. Beaucoup des journalistes qui forment l’équipe éditoriale d’Epsiloon sont des anciens de Science & Vie, un magazine qu’ils ont quitté après son rachat par Reworld Media et de profonds désaccords sur la ligne éditoriale. Créé en quelques mois, Epsiloon entend donner un coup de jeune à la presse d’information scientifique, notamment en racontant des histoires. Pour L’atelier des médias, Juliette Labracherie s'est entretenue avec Mathilde Fontez, co-rédactrice en chef d'Epsiloon.  En fin d'émission, Mondoblog audio fait entendre Eric Leeuwerck, alias « la grenouille ». Ce « prof de sciences » passionné parle de vulgarisation et de transmission. Il aurait aimé que ses professeurs de physique lui transmettent leur passion quand il était adolescent.
La Zep, Zone d’expression prioritaire, est une association créée en France il y a six ans qui est un média et qui développe un dispositif d'accompagnement à l'expression des jeunes de 14 à 28 ans via des ateliers d'expression et de création de médias encadrés par des journalistes professionnels. Les deux co-fondateurs de la Zep sont les invités de L'Atelier des médias : - Emmanuel Vaillant, journaliste, directeur de la Zep. - Édouard Zambeaux, journaliste, réalisateur, écrivain, il est directeur de la rédaction de la Zep. Il a travaillé pendant quinze ans sur les antennes du service public, notamment sur RFI avec l’émission Microscopie et France Inter avec Périphéries.
Rencontre à Dakar avec Monique Ngo Mayag, journaliste camerounaise qui travaille pour l'AFP Factuel, et Samba Dialimpa Badji, rédacteur en chef de la version francophone d'Africa Check. Monique Ngo Mayag, journaliste camerounaise, travaille pour l'AFP Factuel à Dakar. Âgée de 35 ans, elle a exercé pendant 9 ans au sein du quotidien camerounais Mutations jusqu’à devenir il y a quelques années une fact-checkeuse de talent. Au micro de L'atelier des médias, elle explique son travail pour l'Agence France-Presse depuis Dakar. Samba Dialimpa Badji est le rédacteur en chef du bureau pour l’Afrique francophone d’Africa Check, basé à Dakar. Il est diplômé du Cesti, la plus ancienne école de journalisme du Sénégal. Précédemment, il a travaillé pour BBC Afrique et avant cela à la radio privée sénégalaise Océan FM. Certains se souviennent peut-être l'avoir aussi entendu sur Walfadjiri et sur RFI.
Pour L'Atelier des médias, la journaliste Kpénahi Traoré s'est intéressée à la situation de certains de ses confrères africains réfugiés en France. À leur arrivée dans l’Hexagone, ils pensaient pouvoir continuer leur activité. Mais certains journalistes africains réfugiés en France vivent une véritable désillusion. Ils constatent qu’il est bien difficile de se faire une place dans un secteur saturé et en crise où ils ne sont pas attendus.  Avec :  Mandian Sidibé, journaliste guinéen, était l’animateur vedette de plusieurs émissions sur une radio privée à Conakry : La ronde des journalistes et Palabre. Diane Akizimana, journaliste burundaise, était venue en France pour une formation d’un mois au Centre de formation des journalistes (CFPJ). Elle n'a pas pu repartir dans son pays où la situation politique s'est dégradée. Darline Cothière, directrice de la Maison des journalistes, refuge des professionnels de l'information exilés à Paris.
loading
Comments 
Download from Google Play
Download from App Store