DiscoverBigBooks par Audrey Vernon
BigBooks par Audrey Vernon
Claim Ownership

BigBooks par Audrey Vernon

Author: Audrey Vernon

Subscribed: 34Played: 225
Share

Description

Je m'appelle Audrey Vernon, et dans le cadre de mon ex-nouveau spectacle "Billion Dollar Baby" j'ai décidé de partager avec vous mes lectures.

Parce que je suis toujours en avance sur les nouvelles technologies, parce que le président de la république a dit qu'il fallait lire, voici donc mon podcast "BigBooks" dans lequel je vous parle des livres très intelligents qui sont disponibles et vous en propose des extraits choisis. Bonne écoute, bonne lecture.
24 Episodes
Reverse
Dans cet épisode nous abordons l'article de Matthieu Amiech paru sur le site Reporterre : Peut-on s'opposer à l'informatisation du monde ? Sommes-nous encore libres de décider de nos usages et modes de vie collectifs ? L'auteur fait le constat du paradoxe d'une société où le diktat technologique impose, malgré la volonté de ses citoyens, l'implantation et l'utilisation de technologies numériques de plus en plus performantes et pénétrantes (comme la 5G), alors même qu'elles contribuent à accélérer la catastrophe écologique en cours. Pour en savoir plus sur le groupe Marcuse (Mouvement Autonome de Réflexion Critique à l'Usage des Survivants de l'Économie) dont Matthieu Amiech fait partie : https://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/la-liberte-dans-le-coma Merci d'écouter le podcast BigBooks, n'hésitez pas à le partager, à rédiger un commentaire, à mettre des étoiles ou à vous abonner. Texte et Voix : Audrey Vernon Réalisation : Virgile Lorach / Chlorine Free Production : Jean-Patrick Labouyrie / Podmust
C’est un texte bouleversant que Raoul Peck a écrit suite au meurtre, par un policier, de George Floyd, aux États-Unis. “Ce n’est cependant pas de l’Amérique dont je désire vous parler. Mais de la France”. Et du déni français... dont “ses enfants ’’adultérins’’ ne veulent plus attendre. Ses enfants noirs, blancs, jaunes, arc-en-ciel s’agitent”. Publié dans l’hebdomadaire le 1 N°301 du 17 juin 2020. http://institut.fsu.fr/J-etouffe-par-Raoul-Peck-2795.html Le livre J'étouffe est disponible aux éditions Denoel : http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Document/J-etouffe Merci d'écouter le podcast BigBooks, n'hésitez pas à le partager, à rédiger un commentaire, à mettre des étoiles ou à vous abonner. Texte et Voix : Audrey Vernon Réalisation : Virgile Lorach / Chlorine Free Production : Jean-Patrick Labouyrie / Podmust
Dans cet épisode, des extraits du livre de Fatima Ouassak "La puissance des mères" paru aux éditions La Découverte : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_puissance_des_m__res-9782348059377.html Texte enregistré en plein air, désolée pour les mauvaises conditions... mais c'est un peu de Nature... : https://youtu.be/FnsqHdPwGbA En liens complémentaires : la bande-annonce du documentaire NOUS SOMMES L'HUMANITÉ : https://www.youtube.com/watch?v=3Sooz4ZlYIM la page de Survival International (ONG qui lutte aux côtés des peuples autochtones) consacrée au peuple Jarawa : https://www.survivalinternational.fr/peuples/jarawa
Un article issu de l'excellent journal La Décroissance qui détesterait apprendre qu'un de leurs articles est lu dans un podcast alors... chut. 😉 Dans cet épisode on parle de la voiture. On parle du site Carfree. On parle aussi de vagilité : une définition à lire ici. On parle d'un épisode d'un autre podcast, Présages, une interview de Laurent Castaignède. On parle enfin d'une idée incroyable issue de mon cerveau : la rosalie-voiture.
C'est un très gros épisode qui vous attend avec cette lecture d'extraits de Guérir du mal de l'infini, un ouvrage d'Yves-Marie Abraham paru aux éditions écosociété : https://ecosociete.org/livres/guerir-du-mal-de-l-infini Yves-Marie Abraham est professeur à HEC Montréal, où il enseigne la sociologie de l’entreprise et mène des recherches en sociologie de l’économie. Il est l’une des figures les plus en vue du mouvement de la décroissance au Québec.   "La décroissance nous invite à envisager la transition d’un monde fondé sur l’entreprise à un monde fondé sur les communs. Entre croître et durer, il faut choisir." Extrait vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=nboBFX3o8Eg Merci d’être au rendez-vous de BigBooks. Merci pour vos messages et vos commentaires sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter ou Instagram). À très bientôt. https://podmust.com/podcast/bigbooks/
Bienvenue dans la saison 2 de BigBooks ! Nouvelles lectures, nouvelle musique, l'heure de la rentrée a sonné...  Et justement : On the Wildness of Children (Sur la nature sauvage des enfants) est un article écrit par Carol Black (réalisatrice et auteure états-unienne) en avril 2016 et qui résonne encore plus que jamais actuellement : http://carolblack.org/on-the-wildness-of-children/  Il complète son documentaire "Scolariser le monde" sorti en 2010 et qui est disponible librement en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=D8YCBs8HbR8 L'ensemble a été traduit par le site Le Partage : https://www.partage-le.com/2017/01/03/sur-la-nature-sauvage-des-enfants-scolariser-le-monde-par-carol-black/ Voici également une introduction en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=F0pMY1aZVNs Et pour compléter le tout, ce texte sur l’éducation des enfants, plein de bon sens, écrit par Marguerite Yourcenar en 1981 : Les Yeux ouverts. Merci merci merci d'être de nouveau au rendez-vous de BigBooks. Merci pour vos messages et vos commentaires sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter ou Instagram). À très bientôt. https://podmust.com/podcast/bigbooks/
Cet épisode est une rediffusion d'une lecture effectuée pour le blog Floraisons pendant le confinement, consacrée au livre "Divertir pour dominer 2". Il s'agit de la première partie. Beaucoup s’accordent à dire que les séries sont le lieu le plus exhalant de la création contemporaine, qu’elles osent traiter de sujets qui dérangent, reflètent nos obsessions et permettent de comprendre le monde, qu’elles sont une nouvelle forme d’art supérieur aux autres. Les séries sont partout, elles influencent et sont massivement consommées à l’échelle mondiale dans toutes les couches de la population. Cependant si nous sommes de plus en plus nombreux·ses à les regarder, ce n’est pas que leur qualité augmente, mais parce que les écrans envahissent nos vies. Les séries font l’objet d’investissement colossaux et d’études universitaires mais rarement sous l’angle de la critique en tant que culture de masse. Voici donc un podcast réalisé à partir de l’ouvrage Divertir pour dominer 2, dirigé par Cédric Biagini et Patrick Marcolini aux Éditions l’Échappée, des lectures choisies et présentées par Audrey. Le podcast se découpe en deux parties, voici la première, sur le thème de l’industrie des séries vidéos. https://floraisons.blog/divertir-pour-dominer-1/
Allez, après un épisode précédent tout-à-fait spécial, revenons à des points de vue disons... plus en accord avec nos idées. Dans cet épisode je vous partage un nouvel article de Lundi Matin intitulé : "Pour une écologie sans transition", par le groupe Désobéissance Ecolo Paris. https://lundi.am/Pour-une-ecologie-sans-transition-Desobeissance-Ecolo-Paris EN BONUS : Oubliez les douches courtes ! par Derrick Jensen, sur Deep Green Resistance : https://www.deepgreenresistance.fr/oubliez-les-douches-courtes-derrick-jensen/
Merci pour toutes vos recommandations de lectures, cela méritait bien un épisode spécial dans lequel je vous explique mon revirement intellectuel après la découverte d'un article paru sur le site Atlantico et qui s'intitule "Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète".  Effectivement, il était temps d'ouvrir les yeux et de mettre un peu de baume au cœur au regard de tout ce qui nous arrive de bien en ce moment. Quel.le.s ingrat.e.s nous faisons, vraiment. L'article est écrit par Jacques Brasseul et Marcel Kuntz : https://www.atlantico.fr/decryptage/3590944/psychose-collective--ces-enormes-progres-environnementaux-que-ne-veulent-pas-voir-les-deprimes-de-la-planete-liberalisme-capitalisme-progres-innovation-jacques-brasseul-marcel-kuntz Une lecture également disponible en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=4WSsi6xxLvM
"L’anarchisme, en tant que philosophie politique, est en plein essor. De fondement de l’organisation dans le mouvement altermondialiste qu’ils étaient, les principes anarchistes traditionnels — autonomie, association volontaire, autogestion, entraide, démocratie directe — en sont venus à jouer ce rôle dans des mouvements radicaux de toutes sortes dans le monde entier. Et pourtant, cela n’a eu presque aucun écho dans le milieu universitaire. Les anarchistes interrogent souvent les anthropologues sur leurs idées quant aux diverses façons d’organiser la société sur des bases plus égalitaires, moins aliénantes. Les anthropologues, terrifiés à l’idée de se voir accusés de romantisme, n’ont pour seule réponse que leur silence. Et s’il en était autrement ? « On peut penser, à tout le moins, qu’être un professeur ouvertement anarchiste signifierait, remettre en question la façon dont les universités sont gérées — cela non pas en demandant un département d’études anarchistes —, ce qui, bien sûr, lui attirerait beaucoup plus d’ennuis que tout ce qu’il pourrait écrire par ailleurs. »" A lire aussi : Pierre Clastres la société contre l’état https://comptoir.org/2017/05/16/pierre-clastres-la-societe-contre-letat/ https://fr.theanarchistlibrary.org/library/pierre-clastres-la-societe-contre-l-etat Introduction en vidéo https://youtu.be/Z9ApjcTxZKM David Graeber. Pour une anthropologie anarchiste, éditions instinct de liberté, Traduction Karine Peschard.
Rebienvenue sur le podcast. Encore un article de Lundimatin car Ivan Illich est un auteur qui revient souvent dans des ouvrages que j'aime beaucoup, un auteur pas forcément très connu mais qui est important dans la pensée sur la décroissance. "De fidèles lecteurs de Lundimatin nous ont envoyé cette traduction depuis l’anglais d’un article de David Cayley publié d’abord sur Quodlibet aux côtés des interventions de Giorgio Agamben. David Cayley est écrivain et fait de la radio à Toronto (voir son site internet et ses podcasts par ici). Proche d’Ivan Illich, il a participé à la publication de certains de ses livres. Dans cet article passionnant, il part des thèses d’Illich pour analyser la pandémie de coronavirus, en particulier au Canada où il vit, l’évolution de la médecine occidentale et ses dérives ainsi que le devenir « statistique » des êtres humains." Article : https://lundi.am/Sur-la-pandemie-actuelle-d-apres-le-point-de-vue-d-Ivan-Illich
Agir contre la réintoxication du monde.  Nous avons aperçu pour la première fois dans nos existences ce qui serait encore possible si la machine infernale s’arrêtait enfin, in extremis. Nous devons maintenant agir concrètement pour qu’elle ne se relance pas. Article : https://lundi.am/Agir-contre-la-reintoxication-du-monde Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=eiyreq-c6EI
Un épisode un peu spécial : "La raison des plus forts, Chroniques du procès France Telecom", coordonné par Eric Beynel, et dans lequel j'ai écrit. Et ce qui est dedans a une énorme valeur émotionnelle. Mon introduction est disponible en vidéo, c'est un extrait de cet épisode : https://www.youtube.com/watch?v=nWpBc2k8maU Ci-dessous, le résumé de cette affaire : Du 6 mai au 11 juillet 2019 s’est tenu le procès France Télécom. Didier Lombard, ex-président du groupe, comparaissait aux côtés de son ancien bras droit, Louis-Pierre Wenès, de l’ex-directeur des ressources humaines, Olivier Barberot, et de quatre autres cadres pour des faits de harcèlement moral ayant conduit à de multiples suicides entre 2007 et 2010. Au premier rang des parties civiles, le syndicat Sud PTT et l’Union syndicale Solidaires, à l’origine de la plainte contre la direction de l’entreprise... Porte-parole de Solidaires, Éric Beynel a lancé une démarche éditoriale inédite de suivi du procès, conviant chaque jour une personnalité (romancier.ère, chercheur.se., artiste) à rédiger ou dessiner un récit d’audience. Chaque texte constitue un épisode haletant, une plongée dans l’espace ritualisé, tragique, du tribunal. L’ensemble de ces chroniques est réuni dans un livre « La raison des plus forts» aux éditions de l’Atelier qui est sorti en librairie le 4 juin 2020. À gauche les avocat.e.s des parties civiles, à droite ceux des prévenu.e.s, deux fois plus nombreux.ses. Au centre des débats, des hommes, des femmes immolé.e.s, défenestré.e.s sur leur lieu de travail, pendu.e.s à leur domicile. Les dirigeant.e.s de France Télécom paraissant patauger dans leurs contradictions... Un an après ce procès, les chroniques des audiences résonnent avec une acuité particulière avec la période de crise sanitaire que nous traversons et le gouvernement semble faire preuve du même aveuglement sur la santé et les conditions de travail que l’équipe de direction de France télécom d’alors. C’est d’ailleurs ce gouvernement qui s’attaque aujourd’hui et hier à tous les outils ayant permis de condamner Didier Lombard et ses complices. Suppression des CHSCT, musellement de l’inspection du travail, attaques sur l’expertise, réduction des délais, tentative d’interdiction des droits de retrait... la liste des griefs est déjà longue.
Bienvenue dans un nouvel épisode de Big Books, je vais vous lire un texte d’un auteur que j’aime beaucoup : Armand Farrachi. J’ai rencontré son écriture il y a 3 ans dans un livre des éditions libre « écologie en résistance »… 
Et j’ai décidé d’inclure un de ses textes à un des plus beau jour de ma vie. Le 18 janvier 2018 à la maison des métallos à Paris, j’ai organisé une soirée de lecture en partenariat avec Hervé Kempf et Reporterre. Dans cette soirée j’avais choisi de lire des textes d’écologistes considérés comme radicaux parce que j’avais un besoin vital de faire résonner cette parole, de la faire entendre, j’avais passé 3 mois à travailler pour cette soirée gratuite, c’est toujours les trucs gratuits qui m’apportent le plus... C’est récurrent chez moi...  Je m’étais mis une énorme pression pour cette soirée intitulée "Écologie : maintenant il faut se battre" et tout s’était merveilleusement passé, comme sur un nuage… Des acteurs que j’adore avaient accepté de se joindre à moi pour lire ces textes. On était 12 sur scène et je lisais la majeure partie des textes en duo avec Marianne Denicourt, une actrice que j’admire infiniment. Donc voilà cette soirée était dingue, j’étais trop heureuse, vosu pouvez la réecouter sur le site de Reporterre et même la rejouer car elle est en open source : si vous voulez monter le spectacle on vous fournit tous les éléments… Sauf Marianne Denicourt…  Donc j’étais trop heureuse, en plus 2 jours après c’était la 500ème du "Milliardaire" au théâtre Antoine, 2018 c’était un bon début d’année. En 2 ans beaucoup de choses ont changé, ces textes qui étaient considérés comme radicaux le sont aujourd’hui beaucoup moins, notamment grâce aux gilets jaunes qui ont rendu visible quelque chose dont on parlait dans le spectacle qui était le fait que le kérosène des avions n’est pas taxé alors que le diesel des pauvres l’est, donnant un avantage dégueulasse à l’industrie aéronautique et ce qui me permettait de rajouter une blague dans "Comment épouser un milliardaire" : je n’ai qu’un conseil à vous donner les pauvres, roulez en jet… Aujourd’hui, 2 ans après cette soirée, j’ai eu envie de vous relire un texte d’Armand Farrachi qui entre temps a écrit "Le triomphe de la bêtise", que je vous conseille si vous avez envie de vous prendre dans la gueule qu’on est un peu une civilisation de beaufs… ça fait du bien de s’en souvenir parfois vu qu’on a envie d’apporter notre civilisation à des peuples qui contrairement à nous vivent en harmonie avec la nature, ne détruisent rien, construisent leurs maisons, font pousser leur nourriture, tissent leurs vêtements, ils sont à la fois Bouygues, Vinci et Nestlé mais on veut quand même leur apporter Youporn et Cyril hanouna… Alors je sais ce que vous allez me dire, j’essentialise les peuples premiers… Peut-être, il y a peut-être un Trump chez les aborigènes mais il nous fait quand même moins chier et ne fait pas peser une menace vitale sur le reste du monde… Je vais donc vous lire un texte inédit d’Armand Farrachi que j’ai trouvé sur le site Le Partage, mon site chouchou, avec le site de la Redoute… https://www.partage-le.com/2020/05/07/la-guerre-mondiale-contre-la-nature-par-armand-farrachi/
Dans cet épisode, la lecture d'un texte de Nicolas Casaux intitulé "De l’avènement de la civilisation au coronavirus de Wuhan : trajectoire d’un désastre logique", paru sur Le Partage : https://www.partage-le.com/2020/01/25/de-lavenement-de-la-civilisation-au-coronavirus-de-wuhan-trajectoire-dun-desastre-logique/ Il cite d'autres auteurs : l'anthropologue de Yale James C. Scott, et le canadien Ray Grigg. Bonne écoute, bonnes lectures ! N'hésitez pas à me laisser des commentaires et des recommandations de lectures !
Dans cet épisode du podcast, je vous présente des extraits choisis de « Portrait du colonialiste » de Jérémie Piolat, paru aux éditions La Découverte. J’ai choisi ce texte parce qu’en ce moment, je me pose beaucoup la question de la transmission, de notre culture commune, entre Netflix et youtube, les marques qui sont partout autour de nous, j’ai l’impression que nous n’avons plus grand chose à transmettre et à raconter. Ce texte parle des cultures populaires qui ont dû exister chez nous et qui ont disparues… Jérémie Piolat est anthropologue des migrations. Autres textes que je cite dans le podcast : La société contre l’Etat de Pierre Clastres https://comptoir.org/2017/05/16/pierre-clastres-la-societe-contre-letat/ Dernier article de Jérémie Piolat.: https://www.youmanity.org/migrations-et-discriminations-comment-penser-le-deconfinement-en-contexte-de-confinements-structurels/ Bonus « transmettre » texte inédit écrit par Jérémie Piolat pour Big Books : https://youtu.be/BT_jh82BxJ0 et Lorena Wallace: https://www.terraincognitamedia.com/features/white-people-have-no-culture2018
Dans cet épisode du podcast, je vous présente des extraits choisis des Narcisse : ils ont pris le pouvoir, par Marie-France HIRIGOYEN, paru aux éditions La Découverte. Narcisses pathologiques mégalomanes, prêts à tout pour réussir, Narcisses vulnérables, hypersensibles à la critique, dissimulant leur désir de toute-puissance derrière une façade d'humilité, les Narcisses sont de tous les fronts et font recette. Pour s'en prémunir, il faut pouvoir les reconnaître : Marie-France Hirigoyen propose ici une grille de lecture explicite et salutaire. Dans un monde toujours plus compétitif, les Narcisse ont pris le pouvoir. Notre société de performance et de consommation pousse les individus à se centrer toujours plus sur eux-mêmes, renforçant leurs traits narcissiques et sélectionnant les plus ostensibles pour les plus hauts postes. Comme Narcisse contemplant son reflet dans l'étang, de plus en plus de personnes, accros à leurs écrans et aux réseaux sociaux, n'existent que dans le regard de l'autre. Face à cette narcissisation de notre société, certains peuvent avoir le sentiment de perdre leurs repères et leur identité. Ils souffrent d'une chute de l'estime de soi, se sentent méprisés par l'exercice abusif des pouvoirs. Le repli sur soi, les addictions, les comportements discriminatoires, le refus de l'autre deviennent alors leurs mécanismes de défense. Partant de sa clinique, Marie-France Hirigoyen pointe la confusion entre le narcissisme sain, qui permet d'avoir suffisamment confiance en soi pour s'affirmer, et le narcissisme pathologique consistant à se mettre en avant aux dépens des autres. Elle invite à mieux comprendre ce qu'est cette pathologie afin d'en repérer les dérives et de contrer l'ascension des Narcisse tout-puissants. Merci d'écouter le podcast Big Books. N'hésitez pas à vous y abonner depuis votre application préférée et à me laisser vos commentaires ! https://podmu.st/bigbooks
Je voudrais poser une question simple qui ne me semble pas avoir été encore posée : Pourquoi les vies que l’on tente de sauver aujourd’hui en menant la « guerre » contre le Covid-19, nous paraissent-elles plus importantes que celles que l’on ne sauve pas d’habitude ? Ou bien : Qu’est-ce qui fait qu’un système qui depuis toujours est absolument incapable de mobiliser le peu qu’il faut pour sauver d’autres vies est aujourd’hui prêt à tout pour sauver celles-ci ? L'article est à retrouver ici : https://lundi.am/Vivre-et-laisser-mourir
Lecture de "Une colère noire" lettre à mon fils de Ta-Nehisi Coates éditions autrement.
« Il faut entrer dans une boutique Zara pour comprendre la religion du déstockage. » par Olivier Long Dans cet article, Olivier Long nous emmène dans les magasins Zara pour discuter de la logique et de la logistique du « zero stock » propre au toyotisme et au Lean management. L’envers du déstockage, c’est la circulation infinie. On parlait de marchandises, on parle aujourd’hui de masques volés sur les tarmacs et de corps transbahutés en TGV. Finalement, la pensée magique qui a poussé à gérer des vies comme on gérait des habits, « n’est-elle pas un nécessaire retour d’un refoulé ? » L'article en intégralité : https://lundi.am/Coronavirus-une-biologistique-des-corps
loading
Comments 
Download from Google Play
Download from App Store