DiscoverBouffons
Bouffons
Claim Ownership

Bouffons

Author: Nouvelles Écoutes

Subscribed: 2,646Played: 33,988
Share

Description

De l'étoilé au kebab, "Bouffons" discute de tout, avec passion. Sur la bouffe on a tous un avis tranché. Pour mettre tout le monde d’accord, Émilie Laystary décortique tous les mercredis un sujet culinaire en compagnie de deux invités passionnés par le sujet, professionnels du milieu ou pas. Ils et elles exposeront l’un après l’autre leurs regards divergents sur la question dans une ambiance cool et conviviale.

74 Episodes
Reverse
De la farine, du sel, de l’eau et de la levure ou du levain… Quatre ingrédients et voilà tout ce qu’il vous faut pour faire du pain ! Présent à la table de toutes les classes sociales, le pain a une véritable place dans la vie quotidienne et on a vraiment l’habitude de l’acheter tout fait. C’est vrai, pourquoi ferait-on son pain soi-même alors qu’il est si simple et peu cher de l’acheter tel quel ?Et pourtant. À l’heure de la rapidité et de l’instantanéité généralisée, fabriquer sa propre miche, c’est un peu l’éloge de la lenteur. D’ailleurs, à propos de changement de rythme, Emilie a récemment accueilli dans sa vie un nouveau né. Frais de 10 jours et bien portant avec ses 200 grammes à la balance, Jerem’, c’est le levain chef d’Emilie. C’est à partir de lui que notre journaliste culinaire, s’est récemment lancée dans l’expérience du pain fait maison. Dans cet épisode, Emilie revient sur les débuts de cette nouvelle aventure et vous verrez que Jerem’ a du caractère et ne se laisse pas apprivoiser si facilement ! Emilie est allée trouver du soutien parmi la communauté des boulangers sur internet et a donné la parole à Owi, une blogueuse passionnée de cuisine qui partage régulièrement des recettes. Mais d’abord, elle a reçu Marie-Laure Fréchet, une journaliste gastronomique et cofondatrice du festival Mange, Lille ! qui vient de sortir une Encyclopédie du pain maison, chez Flammarion (2019). Elle a commencé par lui poser une question simple : c’est quoi au juste, un bon pain ?Références entendues dans l’épisode : Le kéfir est une boisson gazeuse obtenue à partir de la fermentation de lait ou de jus de fruitLe kombucha est une boisson fermentée préparée à base de thé Un banneton est un panier utilisé pour laisser la pâte reposer et la faire pousser Le blog de OWIL’épisode consacré au bánh mì est à écouter iciBouffons est une émission de Nouvelles Écoutes, portée par moi Émilie Laystary. Montée et mixée par Thomas Decourt. Programmation par Cassandra de Carvalho. Et coordination par Laura Cuissard avec l’aide de Mathilde Vinet.
#70 - Au nom du persil

#70 - Au nom du persil

2019-12-0400:42:39

Pour Emilie, rien de mieux que le persil pour agrémenter un plat de cèpes saisis au beurre et revenus avec d’autres fines herbes. Cette entrée, Emilie a eu le plaisir de la découvrir chez D’une Île, dans le Perche, un hôtel de campagne et restaurant ouvert par l’étoilé parisien Septime. Pour cet épisode de la série consacrée aux herbes aromatiques, Emilie est allée chez Ibrik Kitchen à la rencontre de Ecaterina Paraschiv, ancienne avocate fiscaliste d’origine roumaine qui a ouvert un restaurant de cuisine des Balkans, pour parler de l’omniprésence du persil dans la cuisine roumaine.Mais d’abord, Emilie a rejoint Christophe Moisand, chef étoilé pendant 17 ans et désormais en charge des cuisines du groupe Trasco. Celui qui s’occupe de la carte du Bouillon Julien nous parle du persil comme d’un pilier de la cuisine française traditionnelle et explique bien la différence entre les deux persils.Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes, portée par moi Émilie Laystary. Monté et mixée par Thomas Decourt. Programmation par Cassandra de Carvalho. Et coordination par Laura Cuissard.Références entendues dans l’épisode : Le Bouillon Julien est situé au 16 rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 ParisLe Bouillon Chartier est situé au 7 rue du Faubourg Montmartre, 75009 ParisLe Bouillon Pigalle est situé au 22 Boulevard de Clichy, 75018 ParisLa macreuse de boeuf est une pièce de viandeLa chorba est une soupe traditionnelle que l’on trouve aussi bien en Afrique du Nord qu’en Europe de l’Est, en Russie ou au Moyen-Orient Le bortsch est un plat préparé à base de légumes saumurésLe kimchi est un plat d’accompagnement traditionnel en Corée du SudLa zacusca est une entrée, mélange de légumes d’été confitsLe pastrami est une viande fuméeLa salata de vinete est un caviar d’aubergineBouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Programmation Cassandra de Carvalho avec l'aide de Mathilde Vinet.
#69 - Bande de courges !

#69 - Bande de courges !

2019-11-2700:40:32

La nature est bien faite. Au moment où les feuilles tombent et que le spleen et la grisaille s‘installent, les courges sortent de terre pour nous apporter tout le réconfort dont on a besoin. Potiron, potimarron, citrouille, courge spaghetti, courge butternut : la famille des cucurbitacées est en fait une vaste famille de fruits, mais à l’instar de la tomate et du concombre, on les utilise en cuisine comme légumes. Avec leur texture onctueuse et leur douceur, tout le monde a une petite idée sur la meilleure façon de manger des courges. Souvent, c’est en velouté, mais rôties au four, en gratin ou même en dessert, ça marche aussi ! Pour dérouler le tapis rouge aux courges, on a choisi de donner la parole à deux cheffes qui les adorent. Pour la cheffe américaine Cathleen Clarity, la courge est emblématique du mois de novembre, de Thanksgiving et des épices qui viennent soudainement teinter toutes les recettes de pains, gâteaux, biscuits et bonbons aux États-Unis. Emilie a aussi rencontré Jennie Boniton, cheffe à L’Abattoir végétal, bistro vegan situé au 61 rue Ramey dans le 18ème arrondissement de Paris. Ensemble, elles ont évoqué les différentes façons d'accommoder la courge.Références entendues dans l’épisode : Jamie Oliver est un chef cuisinier et animateur de télévision britannique Un carpaccio désigne un aliment coupée en tranches très fines Le spiralizer est un appareil permettant de préparer les légumes en spiraleLes bolets sont une variété de champignonThanksgiving est une fête célébrée aux Etats-Unis et au CanadaLe mélange “pumkin spice” est composé de cannelle, de clou de girofle, de noix de muscade, et de gingembreLe pumkin spice latte est une boisson au café avec du lait, de la courge et un mélange d’épices doucesStarbucks est une chaîne de cafés américaineLa dinde rouge des Ardennes est une race ancienne élevée dans les ArdennesLes airelles sont des petites baies rouges La Pecan pie est un dessert typique des Etats Unis et du CanadaTrader Joe’s est une chaîne de supermarchés américaineWhole Foods Market est une entreprise américaine de distribution alimentaire de produits biologiquesRecette de la Pumpkin pie. Ingrédients pour 8 personnes : 300 g de potiron, 2cl d’huile de pépins de raisin, 110 g de farine de blé, 80 g de beurre doux, 2 jaunes d’oeuf, 70 g de sucre, 1 pincée de sel, 25 g de sucre vergeoise, 25 g de sucre en poudre, 1 jaune d’oeuf, 1 oeuf entier, 20 g de beurre doux, 160 g de crème fraîche épaisse, 2 c a c de cannelle, 1 c a c de gingembre en poudre, 2 pincées de noix de muscade, 1 pincée de clous de girofle moulu, 2 pincées de sel fin, 1 gousse de vanille, 30 cl de crème liquide entière, 1 gousse de vanille, 1 c a soupe de sirop d’érable. Préchauffer le four à 180 degrés. Tailler le potiron en gros cubes, placer sur une plaque et badigeonner d’huile. Enfourner pendant 25 minutes. Mixez la chair jusqu'à ce qu’elle soit très lisse. Préparer une pâte sucrée (voir recette dans le livre). Pour la garniture : préchauffer le four à 150 degrés. Faire fondre le beurre. Ouvrir la gousse de vanille et gratter les graines. Fouetter l’oeuf, le jaune, la vanille et les sucres dans un saladier. Ajouter le beurre fondu, la purée de potiron, la crème, les épices, et le sel. Verser la préparation sur le fond de tarte précuit, lisser la surface. Enfourner pendant 1h30. Débarrasser sur une grille et laisser refroidir avant de réserver au frais. Monter la crème froide en chantilly avec les graines de vanille et le sirop d’érable. Décorez la tarte de vaguelettes de chantilly. Cathleen Clarity, La Cuisine Américaine Familiale et Authentique, Hachette, 2017.Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Programmation Cassandra de Carvalho avec l'aide de Mathilde Vinet.
Savoureux, fondants, réconfortants, comment ne pas raffoler des raviolis ? Oubliez vos souvenirs de cantine ou le goût de l’inavouable préparation en boîte de conserve qui vous a sauvé plus d’une fois. On vous parle des vrais raviolis, ceux dont la confection prend du temps et demandent d’avoir un véritable coup de main. Pétrir la pâte, préparer et laisser mariner la farce, plier chaque ravioli… Quand on ne les achète pas tels quels, les raviolis, ça se mérite ! Chaque bouchée devient le fruit d’un procédé minutieux, comme la preuve physique que la cuisine, c’est aussi une activité plastique. En tout cas, on ne prendra pas trop de risques à affirmer qu’envelopper une farce dans un morceau de pâte replié sur lui-même est un des meilleurs concepts culinaires qu’on ait inventé ! En France, on trouve plusieurs variétés régionales de ravioles mais pour cet épisode spécial qui ne sera pas le seul que l’on dédiera à ce vaste thème, on a choisi de mettre à l’honneur deux pays étrangers. Emilie est allée déguster des agnolotti del plin, des raviolis emblématiques du Piémont, préparés par Lorenzo Sciabica, chef au restaurant Pastore. Après le dessert, Emilie a même eu le droit de le rejoindre en cuisine pour assister à la confection des raviolis pour le service du soir. Elle s’est aussi rendue à la Maison de la Culture arménienne pour rencontrer Tchinar Arakelian, la maîtresse de maison. Tous les jours, cette Arménienne née en Géorgie réalise elle-même ses raviolis du Caucase.Références entendues dans l’épisode : Les momos sont des raviolis tibétainsLes Banh Cuon sont des raviolis vietnamiensLes Maultaschen sont des raviolis allemandsLes pelmenis sont des raviolis que l’on trouve aussi bien en Pologne qu’en Russie, en Tchécoslovaquie ou en Ukraine Les gyoza sont des raviolis japonaisLes raviolis niçois sont farcis d’un mélange de daube niçoise (viande de boeuf) et de blettes finement hachées.Les ravioles du Dauphiné sont farcies au fromage et au persilLa Maison de la Culture Arménienne est située au 17 rue Bleue, 75009 ParisPastore est situé au 26 rue Bergère, 75009 ParisLes raviolis del plin ou agnolotti del plin sont des raviolis typiques de la région du PiémontLe brasato al barolo est une recette de boeuf braiséLa saveur umami se construit à partir de l’association d’ingrédients venant sublimer une préparationLes raviolis alla zucca sont farcies à la courge et sont typiques de la région de Mantoue La polenta est un plat typique du nord de l’Italie préparé avec de la farine de maïsLe laminoir est la machine qui permet d’abaisser la pâte et de travailler les pâtes fraîchesLes khinkali sont des raviolis géorigiens farcis d’un bouillon contenant une préparation à base de viande de boeuf, d’oignons, de persil et d’anethLes pierogi sont des raviolis polonaisLes pelmeni sont des raviolis russesErevan est la capitale de l’ArménieLes manti sont des petits raviolis farcis à l’agneau et servis avec du madzun, du yaourt fermenté Le sumac est une épice très utilisée dans la cuisine traditionnelle du Moyen Orient Le mont ararat se situe à la frontière arméno-turque. Il est un symbole national important pour les Arméniens Le Karas est un vin arménienBouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Programmation Cassandra de Carvalho. Coordination Laura Cuissard et Mathilde Vinet.
Dans le générique que vous venez d’entendre, on distingue Maïté en train de se délecter d’un ortolan, ce petit oiseau chanteur, met de haute gastronomie. Le plaisir de Maïté y est presque sexuel. On la sent complètement lâcher prise, emportée par une jouissance qui la dépasse et la fait frémir de plaisir. Emilie a reçu Nathalie Helal, journaliste et autrice culinaire, qui a co-animé l’émission « On cuisine ensemble… » de France Bleu Paris pendant deux ans, de 2014 à 2016. Nathalie a écrit Même les légumes ont un sexe, un essai dans lequel elle revient sur les liens étroits entre gastronomie et érotisme. Niveau sensualité, il y en a un qui a ça dans le sang, et c’est Sébastien Kardinal, notre invité. Celui qui est surtout connu pour ses recettes végétaliennes a un jour travaillé comme hôte d’un service de téléphonie érotique… Cette courte carrière est désormais derrière lui, mais de la concupiscence, Sébastien a gardé quelque chose : un attrait pour les plats végétaliens sexy, ceux qui dégoulinent et qui font saliver au premier regard. Références entendues dans l’épisode : L’ortolan est un oiseau, cousin du moineau, qui a longtemps fait partie de la haute gastronomie français et dont la chasse est désormais interditeOn cuisine ensemble est une émission culinaire diffusée sur France bleuNathalie Helal, Même les légumes ont un sexe, Solar éditions, 2018La publicité Perrier (1976) est à voir iciLa chanson “Les nuits d’une demoiselle” par Colette RenardLouis-Ferdinand Céline (1894-1961) est un écrivain, auteur de Voyage au bout de la nuit et antisémite virulent Nathalie Helal, Dictionnaire exquis du chocolat, Albin Michel, 2019Madame de Pompadour (1721-1764) était la favorite du roi Louis XVAuguste Escoffier (1846-1935) est un chef cuisinier français connu pour avoir révolutionné le monde de la gastronomieNellie Melba (1861-1931) est une soprano australienneEn Autriche et en Allemagne, le konditorei est l’équivalent du salon de thé où sont vendues et servies pâtisseries et boissons chaudesLe Mont-Blanc est un dessert reconnaissable à ses vermicelles de crème de marron reposant sur une base de meringue et surmontés de crème chantillyL’exposition “Je mange donc je suis” est à voir au Musée de l’Homme jusqu’au 1er juin 2020L’article “Sébastien Kardinal, vegan, gourmand et gourmet” paru dans Ouest France le 11 février 2019 est à lire ici L’alimentation macrobiotique ou le régime macrobiotique repose sur un équilibre entre les différents nutriments qu’on va ingérer tout au long de la journée. Cet équilibre doit ainsi influer sur l’état de santé général et l’esprit de la personneSébastien Kardinal, Vegan Food Porn, La Plage, 2019La chaîne Youtube de Sébastien Kardinal, “auteur culinaire et foodporniste”Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes, portée par moi Émilie Laystary. Montée et mixée par Thomas Decourt. Programmation par Cassandra de Carvalho. Et coordination par Laura Cuissard avec Mathilde Vinet.
La soupe c’est un peu comme la sieste. C’est réconfortant et ça requinque.On a profité des jours qui raccourcissent et des températures qui baissent pour vous parler de soupe, ce doux breuvage, chaud et savoureux, qui glisse dans le gosier et réchauffe tout le corps. Mixées ou non, onctueuses ou épaisses, les recettes sont infinies ! Dans l’imaginaire populaire la soupe connote également la grosse préparation d’une sorcière, qui ferait mijoter sur le feu des ingrédients dont elle seule a le secret. Et c’est là tout le charme d’une soupe : on ne peut pas toujours deviner ses ingrédients au premier coup d’oeil, ni à la première cuillerée. La soupe ne dévoile sa constitution qu’aux palais les plus curieux et aux esprits gourmands les plus aiguisés. Bref, il y a un nombre infini de possibilités de soupes.On a finalement décidé de parler de harira, la soupe marocaine. Pour cela, on reçoit en deuxième partie d’épisode Manar Souali, cheffe au Little Morocco, un restaurant marocain du 18e arrondissement à Paris. Manar Souali nous parle de harira, une soupe qu’elle sert tous les jours et dont la recette lui vient de sa grand-mère.Mais avant ça, j’ai reçu Christophe Lavelle, biophysicien et chercheur au CNRS, passionné par les questions de physiologie du goût et d’anthropologie culinaire. Il nous a raconté sa vision de la soupe et plus largement, les ponts qu’il aime construire entre sciences et alimentation. On a d’abord demandé à Christophe si enfant il aimait déjà la soupe.Références entendues dans l’épisode : - Camille Labro, La « soupe à tout » de Christophe Lavelle, Le Monde, 2017- La cuisson à l’anglaise est une méthode consistant à cuire les légumes dans un grand volume d’eau bouillante salée et à stopper la cuisson en les plongeant dans un bain d’eau glacée.- La réaction de Maillard est une réaction chimique qui se produit lors de la cuisson d’un aliment et au cours de laquelle se libèrent les composés aromatiques- Le vinaigre de xérès est issu de la fermentation de vins doux provenant uniquement de cépages du sud de l’Andalousie. - La bouillabaisse est une spécialité culinaire provençale et méditerranéenne - La bisque est un potage de crustacés à la texture velouté- La cotriade est un plat typique du sud du Finistère - Hervé This est un physico-chimiste français qui a développé la cuisine moléculaire. Il est également le cofondateur du premier module universitaire de sciences culinaires à l’Université Paris 6 PIerre et Marie Curie.- L’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Education (INSPE) a pour mission d’assurer la formation initiale de tous les enseignants et personnels d’éducation.- Little Morocco est situé au 119 rue Ordener dans le 18ème arrondissement de Paris- La harira est la soupe traditionnelle marocaine. Elle est préparée à base d’herbes aromatiques, d’épices, de pois chiches, de lentilles, de viande- Le smen est du beurre fermenté utilisé dans beaucoup de recettes emblématiques de la cuisine marocaine et maghrébine comme le couscous, la harira ou le tajine. - La chorba est une soupe traditionnelle d’Afrique du Nord que l’on retrouve aussi en Europe de l’Est et au Moyen-Orient - Le raz el-hanout est un mélange d’épices utilisé dans la cuisine des pays du Maghreb- La chebakia est une pâtisserie marocaine - La hssoua est une soupe marocaine à base de blé concassé, de lait, de fenouil grec et de graines de nigelle. - La nigelle ou cumin noir est une plante herbacée dont les graines sont couramment utilisées comme épices au Moyen-Orient.
#65 - La faim est proche

#65 - La faim est proche

2019-10-3000:41:30

Et si la fin du monde était pour demain ? Et si l’attaque de zombies était proche ? En cette Halloween et afin de se préparer à la fin du monde, Bouffons se demande comment on peut bien manger même si le monde s'écroule. Epuisement des ressources pétrolières, accélération de la pression démographique, effondrement de la biodiversité, crises politiques et économiques, le monde va mal et les scénarios-catastrophes se multiplient.Face à la menace apocalyptique prédit par certains, comment augmenter la capacité de résilience de la société ? Comment repenser notre chaîne d'approvisionnement ? Et surtout, qu’est-ce qu’on mange nous, dans tout ça ?Deux scénarios se présentent à vous : soit vous restez en ville et dans ce cas il faut que vous ayez préparé vos stocks. Pour savoir quelles conserves acheter, Emilie a interrogé Catherine Renard, Directrice de recherches au sein de l’unité Sécurité et qualité des produits d’origine végétale à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et responsable du réseau Carnot Qualiment qui travaille à l’amélioration des qualités nutritives et sensorielles de la production agroalimentaire, pour discuter de conservation.Soit vous décidez de fuir en pleine nature, et pour savoir quelles plantes consommer, Emilie a retrouvé Eléonore Lluna, monitrice de survie pour Time on target avec qui elle a effectué un stage de survie. Elle nous livre pleins de conseils simples pour survivre en pleine nature. Eleonore a même préparé un petit tuto de survie aux acteurs de Daybreak, la nouvelle série post-apocalyptique de Netflix.Référence entendues dans l’épisode :- Kurt Saxon, est un libertarien américain d’extrême droite fondateur du mouvement survivaliste.- Les preppers, sont des néosurvivalistes qui prônent l’autonomie et le retour à la nature.- Le Special Air Service (SAS) est un corps d’élite de l’armée britannique- L’échinococcose est une maladie transmise à l’homme par l’animal, causée par des parasites- La crameillotte ou miel de pissenlit est une préparation à base de fleurs de pissentit. On peut préparer cette gelée en faisant compoter 1L d’eau, 365 fleurs de pissenlit et 1kg de sucre- Le plantain lancéolé est une plante herbacée au goût de champignon- Vol West, est un libertarien survivaliste français installé aux Etats-Unis- Eleonore Lluna, Redécouvrez le chasseur-cueilleur qui est en vous ! Conseils et techniques pour se reconnecter à votre vraie nature, Rustica éditions, 2019.
#64 - Ho hisse la saucisse

#64 - Ho hisse la saucisse

2019-10-2300:32:191

En ces temps de réchauffement climatique, la saucisse se trouve au coeur d’enjeux éthiques et environnementaux. Comment restaurer l’image de la saucisse mise à mal par les nombreux scandales de l’industrie de la viande ? Comment réinventer et intégrer la saucisse aux nouveaux régimes alimentaires de nos sociétés modernes ? Doit-on proposer des produits alternatifs imitant l’aspect des saucisses traditionnelles pour répondre au défi de la réduction de notre consommation de viande ?Emilie est d’abord partie à la rencontre de Antonin Bonnet, chef étoilé engagé contre le gaspillage alimentaire qui a repris la boucherie charcuterie triperie Grégoire, à quelques pas de son restaurant le Quinsou. Emilie a ensuite questionné Carolien Niebling, chercheuse néerlandaise diplômée de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL), sur son approche de la saucisse comme objet de design et sur ses recherches visant à renouveler l'imaginaire de ce produit en inventant des versions végétales.Références entendues dans l’épisode : Susan Mahnke Peery et Charles G. Reavis, Saucisses maison, Marabout, 2012Carolien Niebling, The Sausage of the Future, ECAL, 2017Le restaurant Quinsou est situé au 33 rue de l’Abbé Grégoire, 75006 ParisLa Boucherie Grégoire est située au 29 rue de l’Abbé Grégoire, 75006 ParisLap xưởng est une saucisse vietnamienne à la citronnelleLa currywurst est un plat typiquement allemand. Il s’agit d’une saucisse grillée ou cuite à l’eau, recouverte d’une sauce tomate au curry.La saucisse au couteau est une saucisse hachée au couteau assez gros. Elle accompagne parfaitement un Aligot par exemple.La saucisse des cousins est une saucisse faite avec les abats. Elle est plutôt destinée à accompagner les soupes ou les potées. La maison Conquet est un boucherie charcuterie située Route d’Aubrac, 12210 LaguioleLe kimchi est un met de la cuisine coréenne. Il s’agit de chou fermenté et pimenté.Le zaatar est un mélange d’épices utilisé dans la cuisine du Moyen-Orient principalement au Liban.La recette du chef Antonin Bonnet : Taillez des tomates grossièrement en dés, ajoutez un bon filet d’huile d’olive, un zest de citron, une demie gousse d’ail écrasée et un peu de basilic. Mélangez avec une demie botte de persil hachée en travers pour obtenir une belle salade de tomates. Accompagnez d’une saucisse au zaatar et d’une tranche de pain grillé.La sauce gribiche accompagne aussi bien les viandes que les poissons. Elle se prépare comme une mayonnaise à laquelle on ajoute des oeufs durs et plusieurs condiments (cornichons, câpres hachées, persil, cerfeuil, estragon hachés). La caillette aux blettes est emblématique des régions de l’Ardèche, de la Drôme ou des Cévennes. Il s’agit d’un petit pâté à base de viande de porc et de vert (salade, épinard, blette, chou,...) hachés, le tout enveloppé d’une crépine.Le fricandeau est une spécialité de l’Aveyron. C’est un pâté de campagne à base de porc, cuit au four dans une crépine de porcGabriel Serero est un chef cuisinier lausannois qui a fondé avec quatre associés Emotion Food Company.  For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
S’il y a bien un fromage facile à emporter lors de pique-niques et de randonnées entre amis, c'est la tomme. Avec sa croûte qui la protège et sa pâte pressée non cuite, pas de problème d’odeur ou de fromage qui coule. Dans cet épisode, Émilie se rend dans la cave d’affinage de la Laiterie La Chapelle à la rencontre de Paul Zindy, un fromager militant qui s’est lancé dans la production d’une tomme francilienne, élaboré à partir de lait de vaches situées à seulement 35 km de la capitale, dans le Vexin. Elle donne ensuite la parole à un enfant du Cantal devenu chef, Valentin Andrieu, qui officie dans les cuisines du Plomb du Cantal, un restaurant à Paris près de la Gare Montparnasse. Références entendues dans l’épisode : La Laiterie La Chapelle est située au 72 rue Philippe de Girard dans le 18ème arrondissement de Paris. Le Plomb du Cantal est situé au 4 Boulevard Saint-Denis dans le 10ème arrondissement de Paris.Le cantal, le salers et le laguiole sont trois AOP du Massif central. L’aligot est une spécialité du plateau de l’Aubrac qui se trouve à cheval sur trois départements : l’Aveyron, le Cantal et la Lozère. La base de ce plat est une purée de pommes de terre travaillée au beurre et à la crème (de la ferme !), à laquelle on vient ajouter des morceaux de tomme coupés très fins. La préparation est chauffée progressivement pour que le fromage fonde et commence à filer jusqu’à obtenir un gros ruban. On y ajoute généralement, un morceau d’ail haché et une pointe de fleur de sel. La Truffade est un plat du Cantal à base de pommes de terre sautées dans de la graisse animale (canard, saindoux, poitrine). Une fois les pommes de terre cuites, on fait fondre dessus la tomme coupée en petits morceaux avec de l’ail puis on laisse fondre le tout en mélangeant bien. La fromagerie Bonal est située à AurillacLa Cave de Salers est située à SalersLa fromagerie Julhès est située au 54 rue du Faubourg Saint Denis dans le 10ème arrondissement de Paris.Le Saint-Pourçain est un vin d’appellation d’origine contrôlée produit dans le département de l’Allier. Valentin Andrieu mentionne La Ficelle de Saint-Pourçain.Le Marcillac est un vin rouge ou rosé d’appellation d’origine contrôlée produit dans l’Aveyron.Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard avec l'aide d'Emilie Mendy, programmation Cassandra de Carvalho. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Viande grisâtre, purée de légumes non identifiés, pain blanc décongelé, morceau de fromage insipide… Voici à quoi ressemble bien souvent le traditionnel plateau-repas des hôpitaux français. En France, dans les hôpitaux, la gastronomie semble être complètement passée à la trappe : les établissements de santé, adossés à de grandes entreprises de restauration collective, ne proposent qu’un menu unique et s’adaptent peu aux particularités de chacun. Un paradoxe inquiétant lorsqu’il est généralement admis que la nourriture est le premier des médicaments pour des patients en perte d’appétit et en dénutrition. Entre ses apports en nutriments et ses effets sur le moral, le moment du repas est primordial dans le parcours santé d’un patient ou d’une patiente et devrait lui offrir une vraie pause dans la journée. Comment expliquer le désengagement des établissements de santé vis-à-vis de l’alimentation ? Comment redonner de la valeur au repas et du sens à l’alimentation ? Comment mettre le bien manger au centre de la convalescence des patients ? Pour faire un état des lieux des repas à l’hôpital en France, Émilie a accueilli Clémentine Hugol-Gential, chercheuse spécialisée en pratiques alimentaires travaillant sur la place des repas dans le dispositif de soins.Émilie est ensuite allée à Villejuif à la rencontre de Olivier Chaput, un chef engagé dans des ateliers de cuisine avec des hôpitaux publics. Ensemble, ils ont discuté de l’appétit comme réel enjeu lorsque l’on doit être remis sur pied…Références entendues dans l’épisode :Pour découvrir les plateaux repas de la mère japonaise évoqués par Emilie, c'est visible juste ici.Clémentine Hugol-Gential est chercheuse et coordonne un programme de recherche portant sur le repas à l'hôpital financé par le programme national pour l'alimentation. En 2018, elle a publié Bien et bon à manger aux Editions Universitaires de DijonOn estime que 20 à 40% des patients arrivent déjà dénutris à l’hôpital et on constate que leur état nutritionnel tant à se dégrader durant leur séjour hospitalier.Le rapport Guy Grand publié en 1997 a été le premier a souligné les dysfonctionnements dans le secteur de l’alimentation hospitalière.Le Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition (CLAN) est une structure consultative et pluridisciplinaire qui participe à l’amélioration du dépistage des troubles nutritionnels, de leur prise en charge et de la qualité de la prestation en restauration.Le Collectif de lutte contre la dénutrition (CLD) a été fondé en 2016 à l’initiative du professeur Eric Fontaine. Le collectif s’est donné pour objectif de prévenir, dépister et prendre en charge les personnes souffrant de dénutrition. D’après le collectif, 3,73 euros est le montant dépensé par jour et par patient, pour l’ensemble des repas.Le projet Alimentation et Lutte contre les Inégalités en Milieu de Santé (ALIMS) coordonné par Clémentine Hugol-Gential et soutenu par le Programme National pour l’Alimentation (PNA) a pour but de repenser la place du repas dans le dispositif de soin des patients. Fondé par Camille Oger, Le Manger est un blog d’ethno-gastronomie qui décrypte le pourquoi et le comment du manger au travers de reportages, recettes et critiques de restaurant en Europe et en Asie. Emilie mentionne notamment son billet sur l’alimentation à l'hôpital. Sodexo est... For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
#61 - Aciiiiid! :)

#61 - Aciiiiid! :)

2019-10-0200:33:58

On dit qu’il y a des becs sucrés et des becs salés. Mais de toute évidence, il y a aussi des becs acides…L’acidité a la particularité d’être une saveur plurielle : fermentaire dans le cas du vinaigre, naturelle dans le cas du citron, elle est utilisée en un trait final pour donner un peu de relief à une sauce ou incorporée dans une recette pour sublimer d’autres tonalités d’une préparation. Au milieu de l’amer, le sucré et le salé, c’est elle qui a le pouvoir de réveiller et apporter de la légèreté à un plat.Émilie a eu une discussion au coin du feu (mais sans le feu) avec l’écrivain gastronomique Bénédict Beaugé. Celui qui écrit sur le goût depuis plus de 30 ans s’est livré il y a quelques années à un exercice poétique de description de mets portant sur l’acide, à retrouver aux éditions Argol. Émilie et lui tentent de mettre des mots sur les effets que produit l’acide dans un plat. C’est quoi l’acide et qu’est-ce que ça nous fait, exactement ?La dernière fois qu’Émilie a été époustouflée par l’acidité d’une assiette, c’était cet été chez Chinaski, nouvelle table ouverte à Paris dans le 4e arrondissement. Là-bas, elle y a goûté une entrée du chef Jean-Adrien Buniazet (ancien du Dersou), un ceviche de chinchard à la marinade délicatement acide. Dans cet épisode, elle entre en cuisine avec le chef qui lui a proposé de refaire cette marinade sous ses yeux. Ensemble, ils discutent de ce qui fait l’équilibre d’une acidité, notamment atteinte lorsqu’on joue avec différents capteurs présents sur la langue en envoyant à cette dernière plusieurs acidités différentes. Références entendues dans l’épisode : Le restaurant Chinaski situé Rue Daubenton, dans le 5ème arrondissement de Paris ouvert par les anciens du restaurant le Dersou, situé dans le 12ème arrondissement de Paris  Le chef du Chinaski Jean-Adrien Buniazet qui a suivi les préceptes de chef japonais Taku Sekine, jeune chef japonais du Dersou, formé chez Alain Ducasse (à Tokyo puis à Paris, au Plaza Athénée) et Hélène DarrozeL’écrivain gastronomique Bénédict Beaugé et son ouvrage intitulé “L’Acide”, aux éditions Argol L’historien Jean-Louis Flandrin, pour qui l’acide est considéré comme la saveur constitutive du goût français Le chef cuisinier Michel Troisgros qui joue de cette saveur qu’est l’acide Le ceviche est un plat péruvien rythmé par l’acidité La recette de Jean-Adrien pour sa marinade de ceviche : 3 citrons verts, 3 oranges, 2 citrons jaunes, 2 gousses d’ail, oignons rouges ciselés, gingembre, queue de coriandre ciselée, graines de coriandre sauvages, graines de fenouil, fleur de sel, sucre de canne. On peut également apporter une touche de pamplemousse. Le presse-agrumes appelé “mexicain”Le livre de recettes intitulé “The Missing Ingredients” de Ron McIntosh aux éditions Trilogy Christian PublishingL’article du monde sur la cuisine de Jean-Adrien et son rapport à l’acidité à lire ici Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard avec l'aide d'Emilie Mendy, programmation Cassandra de Carvalho. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Vous en avez déjà mangé à tous les coups — dans les galettes bretonnes, les crozets de Savoie ou encore les soba, ces fines nouilles japonaises… Surnommé « blé noir », le sarrasin n'est pas une céréale au sens botanique puisqu’il ne fait pas partie de la famille des graminées. Mais on dit de cette plante à fleurs qu'elle est une « pseudo céréale » car son utilisation en cuisine se rapproche de celle du blé, de l’avoine ou encore de l’épeautre.Au vu de ses apports énergétiques et de son absence de gluten, sa farine est très appréciée de certaines communautés sportives et des personnes intolérantes au gluten. Par ailleurs, depuis 2010, des producteurs et meuniers bretons sont réunis pour défendre l'indication géographique protégée « Blé noir tradition Bretagne ».Dans cet épisode, nous recevons Olivier Campardou, agriculteur dans les Pyrénées ariégoises, qui vient nous parler de la culture de sarrasin, puis Chihiro Masui, journaliste culinaire née à Tokyo, qui nous raconte la place des nouilles soba dans la gastronomie japonaise.Références entendues dans l’épisode :Les crozets sont une variété de féculents spécifiques à la Savoie. Ce sont de petits morceaux de pâte alimentaire, aplatie au rouleau et coupée en carrés à l’aide d’un couteau-hachoir spécifique, autrefois plutôt fabriqués à la maisonOlivier Campardou cultive le sarrasin dans les Pyrénées ariégeoises. Son atelier se trouve au 36 rue Popincourt, 75011 ParisLe sobacha est une infusion à base de graines de sarrasin torréfiéesIl existe trois façons de semer le sarrasin : en ligne, en poquet ou à la volée. La technique à la volée consiste à projeter les graines de façon aussi homogène que possible sur toute la surface à ensemencer.— Le saké  est une boisson alcoolisée japonaise à base de riz— Le coffee shop Otium situé au 56 rue de la Rochefoucauld dans le 9ème arrondissement de ParisChihiro Masui évoque la pâte brisée de Minh-Tâm. Cette dernière était notre invitée dans l’épisode sur les nems.La sauce Tsuyu est de la ciboulette émincée, gingembre ou wasabi râpé.Le soba préféré de Chihiro est le Tensoba, également appelé le tempura soba.Le sobagaki est un bloc de pâte de sarrasin que l’on fait bouillir dans l’eau.Le Kasha est une bouillie à base de sarrasin mondé, de maïs, de riz, de blé, d'avoine, d'orge ou de millet cuits à l'eau.Le restaurant Yen est spécialisé dans les soba, il se trouve au 22, rue Saint Benoît 75006 PARIS.Le foufou est une pâte solide ou molle, souvent élaborée à partir de farine de manioc. On la consomme en Afrique équatoriale.Vous pouvez retrouver les écrits de Chihiro sur son blog. Elle a également participé à l'écriture de “Nouilles d’Asie: Chine, Japon, Vietnam”, publié en 2016 aux éditions du Chêne.
#59 - Say My Nem, Say My Nem

#59 - Say My Nem, Say My Nem

2019-09-1800:37:323

C'est souvent la première chose qu'on goûte en France de la gastronomie vietnamienne : un rouleau frit, croustillant, farci de viande, de légumes et de vermicelles, le tout enroulé dans une feuille de salade avec un peu de menthe. Les nems sont un véritable avatar de la cuisine vietnamienne. Pour étudier ce plat, Émilie a recueilli la parole de Minh-Tâm alias Miss Tâm, spécialiste de la cuisine vietnamienne et professeure, qui donne à son micro tous les conseils pour réaliser des bons nems. Comment réussir une farce sans qu'elle ne détrempe le nem ? Comment faire un pliage sans qu'il ne fendille à la cuisson ? Comment cuire ses nems et le faire croustiller ?Longs à réaliser, les nems maison sont rares dans le commerce. De nombreux restaurateurs préfèrent en acheter en gros lot. Souvent, ces nems viennent de Hoa Nam, un grossiste asiatique basé à Ivry-sur-Seine.À côté de ça, on trouve en grande surface de nombreuses marques proposant des versions francisées et aseptisées de nems. Pour comprendre cette industrie, Émilie a retrouvé les traces du premier entrepreneur à s’être lancé dans la production en masse des nems en France, un Breton répondant au nom de Jean-Pierre Leroux. Ensemble, ils sont revenus sur l’histoire de cette entreprise qui a régné sur l'offre asiatique du marché agroalimentaire français. Références entendues dans l'épisode : Miss Tâm partage ses recettes et conseils sur son blog : http://misstamkitchenette.com et donne des cours de cuisine vietnamienne sur inscription à l'Appartement Créatif dans le 12ème arrondissement de Paris (55 Rue Traversière, 75012 Paris.)Le nem possède différentes appellations au Vietnam. Au sud, c’est chả giò (=hachis croustillant, sans doute une déformation du mot giòn, croustillant), au nord, nem (=hachis de porc) ou nem rán (=hachis de porc frit), au centre, chả ram (=hachis revenu à la poêle), cuốn ram (=rouleau revenu à la poêle).Pour la farce, les légumes originellement utilisés sont le jicama et le pois patate qui se rapprochent du navet. Dans le sud du Vietnam on utilise le taro. Ce tubercule à chair blanche et mauve est petit et visqueux mais donne de la douceur au Nem. Elle le remplace parfois par la patate douce qui est entre le taro et le pois patate.La sauce Nuoc-Mân est une saumure d'anchois fermenté, mélangé avec du sucre, citron vert, vinaigre de riz, de l'eau, ail et piment.Emilie allait acheter des nems au marché de Wazemmes à LilleJean-Pierre Leroux est l'auteur de Mange tes nems, ça va refroidir !. Il raconte la création de son usine de fabrication de nems LUANG, et sa confrontation aux grandes entreprises commerciales. Un documentaire France 3 est à venir sur cette même aventure aux enfers de Jean-Pierre Leroux.Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard, programmation Cassandra de Carvalho.
Un goût de sauge légèrement citronnée ? Ou celui d’un liquide vaisselle voire d’une punaise écrasée ? Adorée des uns, détestée des autres, la coriandre ne laisse personne indifférent. D’ailleurs, avant de faire à manger pour son entourage, Émilie Laystary consulte toujours son « tableau Excel mental » afin de se souvenir des préférences alimentaires de chacun… Parce que pour certains palets, cette herbe aromatique est tout simplement insupportable. Pour nous expliquer les raisons scientifiques qui se cachent derrière cette répulsion, nous avons accueilli en studio Dr Philippe Pouillart, enseignant-chercheur en alimentation et santé à l’institut UniLaSalle de Beauvais. Ce spécialiste en immunologie nous a parlé des aldéhydes, ces molécules responsables du dégoût de certains pour la coriandre. Présente dans la cuisine méditerranéenne, asiatique et latino-américaine, la coriandre est par ailleurs une plante aromatique très riche en antioxydants, précise-t-il également.Mais avant cela, Émilie s’est rendue à Marseille pour tendre le micro à Ella Aflalo, jeune cheffe d’origine israélienne qui vient s’ouvrir son premier restaurant, Yima, rue d’Aubagne, dans le quartier de Noailles. Elle y propose tous les jours une cuisine méditerranéenne faite de bons produits, et dans laquelle elle fait souvent intervenir le « persil arabe ».Références entendues dans l’épisode :Yima, le restaurant d’Ella Aflalo est situé au 27 Rue d'Aubagne, 13001 Marseille.La salade de pamplemousse de la grand-mère d'Ella est fait avec du pamplemousse, du vinaigre, du sel, du citron confit et de la coriandre hachée.Chaque semaine, Ella Aflfola et son équipe prépare un mix d’herbes à saupoudrer sur de nombreux plats de la carte. Elle est composé d’aneth, de coriandre, de persil, de cerfeuil.La chermoula est faite d’ail huile d’olive, de gingembre, de circula et de cumin.Ella Aflola prépare elle-même son huile de coriandre grâce à des feuilles mixées avec une huile neutre chauffé à 65 degrés, puis filtrée.Le tahiné est une crème de sésame utilisé dans la cuisine orientale à base de graine de sésame broyés, de l’eau et une peu d’huile.Le choukchouka est une concassée de tomates épicées, d’oeufs coulants, de feta, avec une poignée d’herbes fraîchesLe halva est un dessert plutôt sec,  à base de semoule et d’origine turque.Le zaatar est un mélange d’épices issue du Moyen-Orient. Il contient forcément du thym, du sumac et des graines de sésame.Philippe Pouillart vient de sortir le livre "Quelle alimentation pendant un cancer ? Le guide pour bien se nourrir" Il mentionne une recette portugaise où la coriandre ne se sent plus : l'Aborça et le Carne de porco à alentejana.Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard avec l'aide d'Emilie Mendy, programmation Cassandra de Carvalho.
#57 - Flan-tastique !

#57 - Flan-tastique !

2019-09-0400:35:131

Ce triangle jaune et tremblotant en ravit certains quand il en écœure d’autres. Pour cet épisode sur le flan, Émilie nous plonge dans l’histoire de ce dessert assez simple qui fait son come-back sur les réseaux sociaux, sur fond de mode des terroirs de France. Parfois trouvable dans le commerce dans un genre trop fluo pour être honnête (lorsqu’il est fait à base de poudre industrielle), le flan existe sous différentes versions partout dans le monde (tarte aux œufs à Hong-Kong, pastel de nata au Portugal, custard tarte au Royaume-Uni, flan au lait de coco en Thaïlande, etc.)Le flan fait partie de nos souvenirs de cantine, mais il a également su traverser les époques puisqu’il existe depuis le Moyen-Âge ! Sûrement à la faveur de sa recette, qui tient au triptyque « lait / œuf / sucre » (auquel on ajoute de la fécule de maïs et un fond de tarte, dans le cas du flan pâtissier). Sur cette question, Émilie s’est entretenue avec l’historienne de l’alimentation Ségolène Lefèvre. Cette universitaire explique que grâce à son côté « pratique à manger dans la rue » pour les gens n’ayant pas de cuisine chez eux, le flan a été synonyme de « street food » médiévale. Ensemble, elles ont égrené les types de flans qui existent en France, du fion vendéen au far breton.Mais d’abord, Émilie a reçu la pâtissière Hélène Thouin, qui travaille au T’Time du Jardin Privé aux côtés du chef pâtissier Quentin Lechat. Tous les jours, Hélène réalise un flan, dont elle nous révèle ici quelques étapes de fabrication.Pour préparer cet épisode, Émilie a ingurgité près d’un flan par jour pendant une semaine ; et rien que pour ça, elle mérite une écoute !Références entendues dans l'épisode :Hélène Touin travaille avec Quentin Lechat est le chef pâtissier du T’ Time du Jardin Privé situé 8 Place Marguerite de Navarre dans le 1er arrondissement  de Paris.L’expression “foncer la pâte” désigne le fait d’étaler la pâte dans un moule à tarte.Cédric Grolet est le chef pâtissier du Meurice, un palace dans le 1er arrondissement, et très connu pour ses pâtisseries en trompe l'oeil.Le célèbre pâtissier Cyril Lignac propose un flan au lait et à la fécule de maïs. On les retrouve dans l’une de ses nombreuses pâtisseries “Gourmand Croquant” à Paris.Les Pastéis de nata sont des petits flan portugais. On retrouve ces pâtisseries croquantes à la crème dans toutes les boulangeries et cafés du Portugal.Le flan custard est une crème au caramel, aux œufs, au beurre, au sucre, à la farine et au lait.Le flan thaïlandais est une tartelette d’origine britannique aux œufs, au lait de coco et à la crème fraîche.La Pâtisserie de Choisy évoquée par Emilie est située 62 avenue de Choisy 75013, Paris.Le far breton s’apparente au clafoutis, il est souvent garnis aux pruneaux.Le flan picard aussi appelée tarte “ale barbrée” est  une tarte rustique aux bords dorés garnie d’une crème aux œufs. On peut y ajouter des fruits.Le fion vendéen est une flan  aux œufs parfumés à la croûte échaudée.Jean-Laurent Cassely est l’auteur de No fake : Contre-histoire de notre quête d'authenticité. Il y explique que le goût pour l’ancienneté est une signe de distinction pour les classes sociales supérieurs.C’est à l’époque d’Apicius que le flan fait son apparition. C’était un riche romain amateur de cuisine au Ier siècle.Au Moyen-Age, la patina était un mélange d’œufs battus et parfois de lait qu’on versait sur des fruits ou des légumes.Retrouvez Bouffons sur Mapstr, Instagram, Twitter et Facebook !Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard avec l'aide d'Emilie Mendy.
#56 - BÁNH MÌse au point

#56 - BÁNH MÌse au point

2019-08-2800:39:03

Ce sandwich vietnamien est composé d'une baguette de pain tartinée de mayonnaise, deux héritages de la colonisation française, que l'on agrémente ensuite de carottes marinées, concombre, coriandre, ainsi que de porc, bœuf sauté, poulet à la citronnelle ou tofu. Et en tant que fille de boat people, il y a des choses à manger qu'Émilie Laystary porte particulièrement dans son cœur. Le bánh mì en fait partie.Au Vietnam, on achète ça auprès de petits commerces ambulants et on en mange à toute heure de la journée. Né pendant l’Indochine française, le bánh mì est la rencontre entre un produit étranger et les arômes de son pays d’adoption. Très savoureux, son succès est reconnu à l’international, où il s’est invité dans de nombreuses scènes street-food.À Paris, de nombreuses échoppes en vendent dans les quartiers de Belleville ou du 13e arrondissement. Ailleurs en France, il est aussi possible d’en trouver dans de grandes villes comme Lille, Marseille, Bordeaux ou encore Lyon. Dans cet épisode, Émilie Laystary tend d’abord le micro à Chi Ta, qui gère sa sandwicherie vietnamienne préférée à Paris, Le Panda Belleville, ouvert il y a plus de 20 ans. Dans cet entretien, il est question d’anecdotes sur la confection de ces sandwichs telles que la recherche du pain idéal ou encore l’essorage des carottes marinées… à la machine à laver. Émilie reçoit ensuite l’historien franco-vietnamien Pierre Brocheux, spécialiste de l’Indochine française, qui rappelle que les Vietnamiens ont avant tout fait leur la baguette française parce que celle-ci était à leur goût. Entre ces deux intervenants, elle donne également la parole à une invitée très spéciale : sa maman, pour qui le bánh mì est une véritable option « comfort food ».Références entendues dans l’épisode :L'umami est le nom japonais que l'on donne à la cinquième saveur repérée par la langue, après le salé, le sucré, l'acide et l'amer. « Plus qu'un goût, c'est une sensation qui se passe au milieu de la langue, au-dessus du palais, quelque chose de très appétant, très rond et gourmand, légèrement salin, qui donne envie d'y revenir », décrit le chef étoilé Alexandre Bourdas. Ce goût savoureux tient à la présence de trois acides aminés : le glutamate (que l'on retrouve dans les protéines animales ou végétales), l’inosinate disodique et le guanylate disodique. Lait maternel, viande en ragoût, fromages affinés :Le Panda Belleville est la sandwicherie vietnamienne, annexe au à la mythique cantine Dong Huong, située à Belleville, au 16 rue Louis Bonnet, dans le 11ème arrondissement de Paris.« Chi » veut dire « grande sœur » en vietnamien. C’est une marque de respect devant une femme qui pourrait être une aînée.Le bánh mì spécial est composé de porc rôti, pâté de porc, carottes râpées, coriandre et concombre.Le bánh mì xíu mại est agrémenté de boulettes de viande de porc.Le bánh mì végétarien est fait de tofu, de légumes sautés (du chou blanc, par exemple), de champignons parfumés, de concombre, des carottes marinées pour accompagner l’ensemble.C'est à Nha Trang, ville balnéaire située au sud du Vietnam, que Chi Ta a mangé son meilleur sandwich vietnamien.L'adresse de sandwicherie vietnamienne qu'Émilie Laystary évoque est la suivante : Madam Khanh - The Banh Mi Queen, 115 Trần Cao Vân, Phường Minh An, Hội An, Vietnam.La version laotienne du bánh mì s'appelle le khao jee sandwich.Pierre Brocheux mentionne la poste centrale de Saïgon, le Bưu điện, construit entre 1886 et 1891 par l'administration des Postes françaises, à l'époque de l'Indochine française.Il parle également de sauce de shoyu (sauce soja) et de giò lụa (le pâté de porc vietnamien, également surnommé mortadelle vietnamienne).Le bò bún est une spécialité vietnamienne à base de vermicelles de riz, bœuf sauté, nems et légumes.Le phở est le plat national vietnamien. Il s'agit de nouilles de riz plongées dans un bouillon. Il peut être agrémenté de morceaux de bœuf, de poulet ou simplement de légumes. On peut déguster ce plat à tout heure de la journée dans des gargotes de rue.Le hủ tiếu est une soupe que l'on retrouve plutôt dans le sud du Vietnam, puisqu'elle est originaire du delta du Mékong. Son bouillon léger est réalisé à partir d'os de porc.Le bánh tét est un gâteau salé vietnamien que l'on déguste au moment du Tết, le nouvel an lunaire. Cette spécialité contient du riz gluant enroulé dans des feuilles de bananier et renfermant le plus souvent une préparation de haricot mungo et de viande de porc.Retrouvez Bouffons sur Mapstr, Instagram, Twitter et Facebook !Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard avec l'aide d'Emilie Mendy.
#55 - Welsh alors !

#55 - Welsh alors !

2019-08-2100:30:05

Pendant longtemps, Lille a peiné à être mise sur la carte des villes gastronomiques. Dans l'ombre de métropoles comme Strasbourg, Lyon ou Marseille (que l'imaginaire collectif associe par exemple à la choucroute, aux quenelles ou à la bouillabaisse), la capitale des Flandres renvoyait vers des images mentales assez floues. Les moules-frites de la grande braderie de Lille ? Les champs de chicorée à perte de vue ? Les bières ?Pour mettre un peu d'ordre dans le rayonnement culinaire de la ville, des restaurateurs ont remis au goût du jour les estaminets, ces établissements populaires au XIXe siècle dans lesquels on servait une cuisine du nord sans chichi. Chicons (le nom que l'on donne aux endives) gratinés , carbonade flamande, welsch, poulet au maroilles… Ces plats roboratifs que l'on n'a jamais cessé de servir dans les Flandres sont revenus se faire une place dans les menus lillois. C'est l'un des souvenirs qu'Émilie Laystary garde de ses années lycée, elle qui est née et a grandi à Lille.Mais le patrimoine gastronomique des Hauts-de-Flandre ne se résume pas à ces vieilles recettes de grand-mère. Aujourd'hui, une jeune garde de chefs et cheffes veut montrer qu'en dépit d'un climat pas réputé super clément, les terroirs du nord sont riches et étonnants.Vous entendrez en première partie Raphaëlle Nilam, restauratrice qui a ouvert un estaminet dans le centre-ville à Lille ; et en seconde partie, Damien Laforce, jeune chef révélé par l'émission « Top Chef », qui chasse, cueille et pêche dans la région afin de se laisser inspirer par l'écosystème des Flandres.Références entendues dans l'épisode : Le marché de Wazemme, situé Place de la Nouvelle, 59000 Lille a lieu les mardis, les jeudis et les dimanches.Avec ses amis restaurateurs, Raphaëlle Nilam a ouvert l'estaminet « Aux Vieux de la Vieille », situé au 2-4, rue des Vieux Murs, à Lille.Les estaminets sont des cafés typiquement flamands. Ils ont vu le jour au début du siècle entre Lille et Dunkerque. Autrefois on y buvait de la bière et aujourd’hui on y mange aussi les spécialités lilloises mais toujours dans un cadre rustique.Lille a été « capitale européenne de la culture » en 2004. Un moment important dans l'histoire de l'émulation artistique et culturelle de la ville. C'est notamment à cette occasion qu'un ancien centre de tri de la poste désaffecté a été réhabilité pour être transformé en lieu de spectacle et d'exposition, Le Tri Postal. De cette époque sont également restées les « maisons folie », pour la plupart anciennes usines devenues lieux de création artistique.Elle évoque le welsh aussi appelé croque gallois. C’est une tranche de pain mouillé à la bière accompagnée de jambon. On y coule une préparation à base de cheddar et de moutarde, le tout servi avec des frites.Le poulet au maroilles est une escalope de poulet accompagnée d’une sauce au maroilles et aux champignons. Il peut être servi avec des pâtes, du riz ou des frites.La carbonnade flamande est faite de viande de bœuf mijotée à la bière ambrée, au pain d’épice et à la cassonade brune accompagnée de frites.La Triple secret des moines est une bière 100% naturelle aux saveurs douces et fruitées. Elle est à base d’eau, de malt d'orge, de blé, de sucre, d’houblon et de levure.La fricandelle aussi appelée fricadelle est une saucisse à base de viande de volaille frite à la graisse dont les épices sont différentes selon les lieux.Florent Ladeyn est un chef étoilé qui s’attache à préserver les spécialités du Nord. Ses plats sont à déguster à L’Auberge du Vert Mont se trouve 1318 Rue du Mont Noir, 59299 Boeschepe.Le potjevleesch signifie “petit pot de viande”. C’est un mélange de porc, de lapin, de veau et de poulet présenté sous forme de gelée au vinaigre. Le tout est servi avec des cornichons, de la salade et des frites.Le waterzooi qui veut dire “cuisson à l’eau” est un plat à base de volaille cuisinée au bouillon accompagné de carottes, de céleri, de poireau et de crème avec des frite. A Dunkerque, il peut être fait à base de poisson avec des pommes de terre vapeur.Le bar dans lequel Émilie interviewe Damien Laforce s'appelle L'illustration et se situe au 18 Rue Royale, à Lille.L'estaminet dont parle Damien Laforce s'appelle « L'Hazewinde » et se situe à l'adresse suivante : 13 Place de l'Église, 59114 Saint-Sylvestre-Cappel. Damien évoque la rouge flamande : il s'agit d'une race bovine française également appelée « rouge du nord ».Lors de ses balades dans la baie de Somme, Damien Laforce cueille des « oreilles de cochon », autrement dit des « épinards de mer » (également appelés « asters maritimes »). Cette plante herbacée pousse dans les marais salants. On peut la cuisiner sautée à la crème ou en velouté, par exemple.Damien Laforce a travaillé à l'Auberge du Vert-Mont (1318 Rue du Mont Noir, 59299 Boeschepe), sous les ordres du chef étoilé Florent Ladeyn, également révélé par l'émission « Top Chef ».Bientôt, le chef ouvrira à Lille « Chez Marcel », son premier restaurant. Marcel est également le nom du chien de Damien, qui l'accompagne lors de ses virées dans les campagnes du nord. La pâtisserie qu'Émilie mentionne à la fin de l'épisode s'appelle le Lion d'Or. On l'achète au Lion d'Or, 11 Place du Lion d'Or, à Lille. Le lion d’or est un clafoutis de pêche poché avec de la crème chiboust (une crème pâtissière meringuée) caramélisée et accompagné d’une pâte briochée. On trouve cette pâtisserie au Lion d’or situé 11 Place du Lion d'Or, 59800 Lille.Le festival Mange Lille aura lieu du samedi 14 septembre au dimanche 22 septembre 2019. Il est organisé par un collectif de chefs et cheffes qui veulent montrer qu' « à Lille, on mange » : « La vocation de l'association est de promouvoir la gastronomie à Lille, d'aider les chefs et cheffes du Nord à se faire connaître et de créer une dynamique autour de leur cuisine ».Retrouvez Bouffons sur Mapstr, Instagram, Twitter et Facebook !Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard avec l'aide d'Emilie Mendy.
Autant tout le monde se sent à peu près légitime pour donner son avis sur une purée de pommes de terre, autant l'univers du vin a tendance à vite intimider. D'un côté, il y aurait « ceux qui savent » et de l'autre, « ceux qui ne savent pas ». C'est dommage, quand on se dit que le vin n'est rien d'autre qu'un jus de raisins fermenté, autrement dit un breuvage paysan et populaire !Alors pour ce premier épisode de la saison 3, Bouffons avait envie de vous faire part des petites astuces pour bien déguster un vin, savoir à quoi il faut faire attention, comment le goûter, comment le choisir. L'an dernier, Émilie Laystary a obtenu une certification de niveau 1 à l'École du vin, un diplôme reconnu par la profession. Grâce à cette formation, elle a appris les bases de l'œnologie. Elle sait donc de quoi elle parle !En première partie, vous entendrez la prof qui avait marqué Émilie grâce à un petit exercice qu'elle raconte en début d'épisode. Il s'agit de Sandrine Audegond, experte et formatrice à l'Ecole du Vin. Ensemble, elles ont évoqué les quelques règles à connaître pour savoir apprécier un vin.En deuxième partie, Émilie a convié son caviste, Antoine Gueguen. Ensemble, ils ont essayé de convaincre les derniers réticent.e.s à pousser de temps en temps la porte d'une cave à vin.Références entendues dans l'épisode :Sandrine Audegond enseigne à L'école du vin, 48 Rue Baron le Roy, 75012 ParisElle mentionne les anthocyanes, des pigments naturels des feuilles, des pétales et des fruits, allant du rouge orangé au bleu pourpre dans le spectre visible.Le grenache est un des grands cépages de la Méditerranée. On le retrouve principalement en France et en Espagne.Le verbe grumer qualifie l'action d'aspirer de l'air afin d'éviter que le vin ne sorte, de le ventiler mais aussi pour remonter sa température. Cela permet d'exhaler les arômes et de les diffuser ainsi vers l'arrière-bouche.La cave d'Antoine : Les Caves Saint-Martin, 195 Rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 ParisAntoine recommande la Cuvée Virar du domaine Mas de L'Escarida, vigneron Laurent FellJus de goutte : Obtenu par égouttage (le vin s'égoutte par le robinet au bas de la cuve, d'où son nom), le vin de goutte désigne un vin rouge ou rosé élaboré à partir du jus de raisin tiré de la cuve avant que la vendange n'ait été pressée dans le pressoir.Jus de presse : Terme qui désigne un vin rouge ou rosé obtenu à partir du jus de raisin tiré des marcs pressés dans le pressoir. Il est obtenu après le vin de goutte. Antoine évoque "Le petit journal de Rapatel" qui est un vin de presse.Antoine mentionne également le grenache du vigneron Frederic Agneray. Émilie et Antoine recommandent la cuvée « Degré de liberté », 100% Jurançon, de Jérôme Deleuze et Keiko Araki.Retrouvez Bouffons sur Mapstr, Instagram, Twitter et Facebook !Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Émilie Laystary. Montée et Mixée par Thomas Decourt. Coordination Laura Cuissard.
Emilie Laystary sera à la tête de cette saison 3 de "Bouffons" ! Retrouvez le premier épisode le mercredi 14 août, puis tous les mercredis de l'année. En attendant, vous pouvez suivre Bouffons sur les réseaux sociaux : Instagram, twitter et Facebook !
Il fallait bien s’y attaquer à un moment ou un autre. Les sushis. Composé de riz vinaigré, de poissons crus ou de fruits de mer, ce plat est souvent sujet de discorde. Sauce soja sucrée ou sauce soja salée? Avec les baguettes ou les doigts ? Les questions pratiques sont multiples, et les réponses pas toujours évidentes quand on ne s’y connait finalement... pas plus que cela. Alors, Guilhem est allé les chercher directement auprès de professionnels.En première partie, Guilhem a convié Pierre Raffard, géographe passionné des mouvements liés à la cuisine, et déjà passé par le studio d’enregistrement de Nouvelles Écoutes, pour comprendre comment ces petites bouchées de poissons crus ont envahi le monde.En deuxième partie, Guilhem a échangé avec un maître sushi, Masayoshi Hanada, officiant à Paris au restaurant Sushi B, l’un des meilleurs Sushi-Ya de France. Après tout cela, les sushis n’auront plus aucun secret pour vous.Références entendues dans l’épisode: Le laboratoire de Food Studies de Pierre Raffard : Food 2.0 LabPierre Raffard recommande la lecture de "The Sushi Economy: Globalization and the Making of a Modern Delicacy" (2007)Guilhem recommande la lecture de ces articles "The Norwegian campaign behind Japan's love of salmon sushi" et "An Illustrated History of Sushi"L'épisode de Bouffons sur le café évoqué par Pierre RaffardLe Marché aux poissons de Tsukiji était le principal marché aux poissons de la métropole de Tokyo et le plus grand marché au monde pour les poissons et fruits de mer. Il a été fermé en 2018 et remplacé par le marché aux poissons de Toyosu.La campagne de Sushi Shop avec Mauro Colagreco ou encore Anne-Sophie PicKaiseki: désigne dans la gastronomie japonaise une forme traditionnelle de repas, composé de plusieurs petits plats servis conjointementSushi B, le restaurant de Masayoshi Hanada, se trouve au 5 Rue Rameau, 75002 Paris. Il n'y a que 8 places !Retrouvez Bouffons sur Mapstr, Instagram, Twitter et Facebook !Bouffons est une émission de Nouvelles Écoutes animée par Guilhem Malissen. Réalisée par Aurore Meyer Mahieu. Montée et Mixée par Thibault Delage au studio L’Arrière Boutique. Production et coordination Laura Cuissard avec l'aide de Cassandra De Carvalho.
loading
Comments (3)

Pauline Rémy

Excellent podcast à écouter sans hésiter. Chaque épisode transporte l'auditeur vers de nouvelles connaissances culinaire. Le tout est réalisé de manière rigoureuse et ludique.

Oct 26th
Reply

Marjec c

Top comme toujours

Nov 22nd
Reply

Benjamin Landman

gu n'y crois c CTnk CT by cci n'y a TC CV y avait une c et h,c

Sep 28th
Reply
loading
Download from Google Play
Download from App Store