DiscoverChiffonlepodcast
Chiffonlepodcast
Claim Ownership

Chiffonlepodcast

Author: Chiffonlepodcast

Subscribed: 1,843Played: 47,583
Share

Description

Podcast indépendant qui analyse notre rapport à la mode et aux fringues. La journaliste, Valérie Tribes, interviewe des femmes et des hommes, connus ou inconnus venant de milieux, de villes et de pays différents. On y parle avec un ton libre, pertinent et décalé.
149 Episodes
Reverse
Le 28 novembre dernier, Sharon Krief et Barbara Boccara les deux fondatrices de Ba&sh,  ont réuni plusieurs femmes célèbres pour fêter le lancement de Teddy, le nouveau sac signature de leur marque. A cette occasion, elles m’ont demandé de venir avec les micros de Chiffon pour parler de sacs ou plutôt, de faire parler leurs invitées sur la relation qu’elles entretiennent avec leur sac. Vous verrez que cet épisode très spécial se divise en trois parties : La première est un entretien exclusif avec le  célèbre sociologue Jean-Claude Kaufmann qui nous explique en quoi, le sac en dit long sur la femme qui le porte…Puis, j’ai choisi d’interviewer des femmes d’exception, à l’instar de Delphine Plisson, Cathy Closier, Mathilde Lacombe, Marie Poniatowksi, Constance Benque et Sarah Amzalag. Elles ont toutes accepté d’ouvrir leur sac devant mon micro avec simplicité et beaucoup d'humour ! Et la dernière partie de cet épisode se termine en beauté avec Sharon Krief  et Barbara Boccara, les hôtes de cette soirée exceptionnelle qui nous ont raconté l’histoire du sac Teddy. Bonne écoute !!  For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, j'ai invité une journaliste qui a commenté et résumé les Fashion Week sur TF1 pendant des années. Viviane Blassel m'a reçue chez elle un matin de novembre. Et selon moi, cette femme incarne l'élégance ! Pour elle, la mode est liée à la sociologie, la psychologie, l'économie et les bouleversements de notre société, ce qui fait "qu'on ne s'habille pas par hasard". Vous apprendrez au cour de cette épisode, qu'avant d'être journaliste de mode, cette grande brune au timbre de voix mythique a été comédienne auprès des plus grands comme Delphine Serig, Jean Rochefort ou encore Nadine Trintignant.Quand on lui demande son avis sur la mode actuelle, Viviane reconnait que ce milieu a bien changé et regrette que les directeurs artistiques des grandes maisons subissent une véritable pression financière. Pour elle, cela ressemble au « mercato du football » qui « ne laisse plus beaucoup de place à la vraie création ».Viviane adore s'habiller chez Zara. Ses vêtements ADN ? Les pantalons larges à poche et les pulls noirs pour accentuer sa silhouette androgyne.  L'accessoire est aussi très important pour elle car ils finissent une silhouette. Par contre, jamais vous ne la verrez porter des pantacourts ou une jupe culotte !Sa définition de l'élégance ? "C'est une harmonie avec soi, avec le mouvement et avec les autres". Et si cette adéquation n'est pas réussie cela... lui irrite les yeux ! Tout est dit ! For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je reçois une femme qui excelle dans l’art de la dérision. Actrice, comédienne,  ex Robins des Bois, auteur de courts et longs métrages, Elise Larnicol  a plus d’une corde à son arc. Quand je lui ai demandé ce qu’elle pense de la mode, sa réponse a été claire : « je n’aime pas du tout la mode mais j’aime… être bien habillée ». Tout est dit ! Et vous verrez qu’elle est intarissable sur le sujet.Elise a grandi dans la région de Toulouse auprès d’une maman couturière ce qui lui a permis d’avoir un œil très affuté sur le sujet. C’est le milieu de la mode qui ne l’attire pas vraiment. Quand on lui parle de vêtements son regard s’éclaire.Elle reconnaît qu’elle adore regarder les tenues des gens qu’elle croise dans la rue. Cet épisode est aussi l’occasion de parler des coulisses du cinéma et des costumes. Elise trouve que bien souvent « les personnages des films sont habillés comme des actrices et non le contraire ». Et qu’il y a souvent un « décalage avec la réalité ». Elise aime le rouge, les pantalons slim et les bottes. Elle a trouvé son uniforme depuis très longtemps et a une relation plus que cordiale avec son dressing. Bref, mon invitée n’est pas du tout du genre à se prendre la tête pour s’habiller. Sa définition de l’élégance ? « Ce sont les gens qui font un effort pour s’habiller ». Ses modèles d’élégance ? Elisabeth Badinter, Florence Foresti et Adèle Haenel. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, j'ai invité une jeune femme qui aime "le beau et le bon". Pauline Bischoff est journaliste dans la production audiovisuelle et parcourt la France pour montrer les trésors cachés du terroir. La mode n'est pas son domaine mais elle reconnait que "cela nous met à nu bien plus qu'on ne le pense". Quand je lui ai demandé sa définition sur la chose, sa réponse est claire : "C'est un truc assez utile qui permet de ne pas apparaître cul nu en public". Ses fringues préférées ? Elle les chine dans les placards de ses parents, de sa soeur et de ses deux grands-mères. Parlez-lui de transmission familiale, les yeux de mon invitée se mettent à pétiller. Pauline aime la simplicité et les couleurs franches. Pour elle, point de vert clair, de bleu ciel ou encore de jaune pâle, il lui faut du jaune citron, du bleu klein ! Son uniforme ? Jean, chemise (de son père), baskets ou sandales grecques ! Pour son mariage civil, elle a opté pour un pantalon blanc et un tee shirt Petit Bateau. Quand je vous dis que cette fille est simple et pas prise de tête !Sa définition de l'élégance ? "S'intéresser aux gens et faire pauvre de curiosité"Son mantra ? "Du bon et du beau ! On doit se montrer au monde alors autant le faire d'une belle façon". Tout est dit ! For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, mon invitée est une pointure en matière de mode. Très stylée, avec ses grandes lunettes noires forme aviateurs,  Véronique Tristram, attire les objectifs des photographes à la sortie des défilés. Cette française expatriée à Munich,  est directrice de la mode pour le Glamour Allemagne. Passionnée de mode depuis sa plus tendre enfance, cette grande brune était destinée au professorat avant de rejoindre des rédactions. Véronique nous parle de son métier qui fait tant rêver. Selon elle, une directrice de la mode a deux missions : décrypter les tendances et les expliquer aux lectrices. Vous verrez qu’elle ne manque pas d’humour quand elle nous parle de son métier. Son rapport à la mode est très décomplexé. Elle adore son dressing et reconnaît qu’elle n’arrive pas à se séparer de ses vêtements.Véronique aime porter les vêtements taillés « oversize » car elle déteste « être engoncée », n’aime pas les décolletés et surtout, elle n’écoute aucun conseil car elle déteste les « interdits vestimentaires ».Mon invitée est une femme libre. Son mantra en matière de mode : «il faut s’habiller pour soi et non pour les autres », c’est l’œil aiguisé qui parle !Véronique est une élégante, une élégante discrète qui aime les basiques et les accessoires qui selon elle, finissent un n’importe quel look. « Une belle paire de chaussures peut sauver n’importe quelle allure ». Sa définition de l’élégance ? « Ne pas faire de bruit autour de soi , ne pas avoir l’air déguisé, et être en accord avec soi même » . Tout est dit.  For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, j’ai invité une femme qui a opéré une véritable mutation intérieure. Ancienne Journaliste beauté chez Vogue puis M le Monde, Lili Barbery-Coulon  a tout plaqué pour devenir professeur de yoga kundalini. Après des années en guerre contre son corps, des années à se juger et à se comparer aux autres,  cette grande brune volontaire a trouvé la voie de la guérison et de l’apaisement. Cette réconciliation a changé sa vie et sa vision de la vie. Bien évidemment, vous verrez que ce cheminement n’a pas été sans conséquences sur sa relation avec son dressing. Ancienne collectionneuse compulsive de chaussures, Lili nous raconte avec humour comment elle s’en est détachée. Sa nouvelle philosophie de vie : «consommer moins, mais mieux ». Elle nous avoue que « l’industrie de la mode ne la fait plus rêver »  et relève certaines de « ses incohérences ». Lili aime le rose pâle, qu’elle relie à l’énergie du quartz rose, le coton recyclé, les jeans et les pantalons cigarette.Sa définition de l’élégance ? « C’est savoir accepter l’autre tel qu’il est ».La Réconciliation par Lili Barbery-Coulon aux éditions Marabout (17,90 €)Episode réalisé en partenariat avec H&M For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je vous offre une dose de dolce vita pour découvrir l’univers coloré de JJ Martin la plus italienne des américaines. Elle m’a reçu à l’hôtel Thoumieux lors de sa présence à Paris pour la Fashion week. JJ nous parle de mode et de sa mode avec un charme et un humour déconcertant. Elle nous décrit son enfance en Californie dans une famille peu portée sur la mode, puis son départ en Italie. Elle était, en effet,  en poste à New York quand elle a rencontré un italien et a tout plaqué pour le rejoindre à Milan. Même, si au départ, ce fut un choc des cultures, elle est tombée tout de suite sous le charme de cet art de vivre à l’italienne qui prône l’élégance et la douceur, une société diamétralement opposée à la société « masculine » de New York portée sur la performance et la compétitivité. De cet art de vivre, elle en a créé une marque, la Double J, qui prône les fleurs, les couleurs, les belles matières, le tout 100 % made in Italie. JJ Martin aime les robes, le vert, les plumes, les chaussures plateformes, les robes de soirée. Son accessoire de mode préféré ? Son carlin de 1 an Pepper qui la suit partout. Sa définition de l’élégance ? « Une allure sans effort » (même si elle reconnaît que c’est une chose très difficile à définir.L’adjectif qui la caractérise ? La joie et je le confirme !Valérie TribesDu 6 septembre au 20 octobre, la maison DoubleJ tiendra office au Bristol Paris et proposera une sélection de prêt-à-porter et d'art de la table. Episode réalisé en partenariat avec H&M For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, j’ai invité Valérie de Saint Pierre une journaliste fort bien calée dans le lifestyle et la mode. Elle adore décrypter les tics et les tocs de ce qui est tendance, et explique la mode « aux filles de la vraie vie ». Valérie nous parle de la mode et de sa mode, de son ras le bol du « retour de la néo bourgeoise », de sa « fascination répulsion » pour les « mumpreneurs » à la vie parfaite hypra culpabilisantes pour les femmes « normales » que nous sommes. En effet, vous comprendrez que la mode « feel good » l’agace au plus haut point. Mon invitée est surtout une passionnée qui parle sans langue de bois. Selon elle, l’expression « être à la mode » est complétement vintage. Instagram ? C’est son outil d’information et d’inspiration « sarcastique » pour ses écrits. Son dernier écrit en date est un manuel sur le frenchy parfait, écrit avec son amie et photographe Frédérique Veysset. Le sujet du livre ? Les Français, leurs codes, leurs trucs, leurs tics et tocs, leurs adresses. En ce qui concerne sa garde robe, Valérie déteste les vêtements moulants, les it bag  et les logos qui sont, selon elle, « dépourvus » de classe. Elle aime les combinaisons, le bleu indigo, les pantalons larges 7/ 8ème, le denim, les vêtements japonais, les cirés et les paniers. Quand on lui demande quelle est sa définition de l’élégance, sa réponse est claire « on est toujours le plouc de quelqu’un ». Son élégance doit être surtout toujours cohérente avec une « élégance civile ». Tout est dit !Ze French do it Better, le manuel du Frenchy Parfait aux éditions Flammarion (19,90 €)Valérie TribesEpisode réalisé en partenariat avec H&M For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour cette nouvelle saison de Chiffon, je vous retrouverai aussi  dans des épisodes bonus un peu différents pour découvrir les coulisses et les enjeux de ceux qui font la mode. Premier thème abordé aujourd’hui : l’éco responsabilté dans la fast fashion. A l’heure, où il y a une réelle prise de conscience du mauvais état de notre planète, l’industrie du textile est la première pointée du doigt : c’est un fait, la consommation de vêtements pollue.Et c’est la fast fashion que l’on accuse en premier : production à outrance, incitation à la surconsommation, gaspillage, utilisation de produits chimiques, développement de l’esclavagisme moderne et j’en passe. Or de plus en plus d’acteurs majeurs de ce secteur sont en pleine réflexion sur la manière de faire et de penser la mode. J’ai décidé  de mener une petite enquête et d’essayer de comprendre la chose en invitant Julie-Marlène Pelissier, responsable de la Communication Sustainability d’H&M France »Julie Marlène  va nous expliquer comment H&M s’est engagée pour une mode durable. Chose que l’on ne sait pas forcément, la marque utilise depuis très longtemps de plus en plus de matériaux issus de source durable ou recyclés.Autre engagement du groupe H&M : la partie sociale avec une surveillance étroite des ateliers de production.La collection  H&M conscious est disponible depuis le 12 septembre dernier.  For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je vous invite à rencontrer celle que l’on surnomme la papesse des dessous chic.  Chantal Thomass m’a reçue chez elle dans son appartement aux murs rose pour parler de mode mais pas que… Cette grande dame reconnaissable à son éternelle frange, son carré parfait de couleur noire ébène et son rouge à lèvres rouge nous évoque son enfance et son début de carrière en tant que créatrice de prêt à porter. Elle nous parle avec nostalgie des années où la mode rimait avec liberté et folie. Aujourd’hui, Chantal ne s’habille qu’en noir et blanc (pour un côté purement pratique) avec une touche de couleurs mais seulement dans les accessoires. Quand on lui demande ce qu’elle pense de la mode actuelle, elle nous répond que c’est « purement du marketing » et regrette cette « uniformisation imposée par les tendances ». Chantal aime le rose (flatteur pour le teint), les pantalons d’homme années 30, les escarpins (même si elle reconnaît ne porter que du plat), les tailles hautes. Sa définition de l’élégance  « C’est de porter des vêtements qui correspondent à notre physique, qui sont en rapport avec notre mode de vie, et qui sont en harmonie avec ce que l’on a dans la tête ». Vous verrez que Chantal Thomass est une femme libre et nous avoue même être très têtue !Vous pourrez découvrir son univers à la Galerie Joyce au Palais Royal, du 21 septembre au 5 octobre prochain, où elle y a installé son appartement boudoir avec des pièces clés de son univers et ses plus belles créations. Exposition Chantal Thomass « Personal Dressing »Joyce Gallery 168, rue de Valois –Jardins du Palais Royal- 75001 Paris jusqu’au 5 octobre du lundi au samedi de 10h à 19H.Episode réalisé en partenariat avec H&M For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
S’il y a une femme qui incarne l’élégance à mes yeux, c’est elle. Je vous invite à passer 40 minutes en compagnie de Vanessa Seward. Cette grande brune à l’accent irrésistible a accepté de revenir devant le micro de Chiffon pour nous parler de sa collaboration avec La Redoute. A cette occasion, Vanessa nous confie  ses doutes face au difficile passage du cap de la cinquantaine, avec beaucoup de dérision et de bienveillance. Dans cet épisode inédit, elle nous raconte son enfance auprès d’une mère « fantasque et élégante », de son amour de la mode, de confiance en soi, et de sa rencontre avec La Redoute. Vanessa aime les ceintures, les foulards, les robes, les trench, le bleu cobalt et l’élégance naturelle.Sa définition de l’élégance ? « L’harmonie ». Où puise t elle son inspiration ? « Chez toutes les femmes ». Je vous l’avais dit que Vanessa Seward est un modèle d’élégance !Valérie TribesCet épisode est réalisé en collaboration avec H&M. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel de Chiffon je reçois la journaliste Emmanuelle Courrèges. Cette élégante brune de 46 ans a passé les vingt premières années de sa vie en Afrique de l’Ouest. Elle se revendique « enfant de l’Afrique » et cela n’est pas sans impact sur sa vision de la mode et son rapport aux fringues. Il y a deux ans, elle a créé, Lago 54, une plateforme de vente et de communication pour faire connaître les créateurs africains afin de changer les regards sur ce continent car « la mode africaine n’est pas que le wax et les couleurs vives. Il y a une multitude de talents cachés ». Quand on l’interroge sur son dressing, Emmanuelle nous avoue être « une infidèle », et déteste « être habillée comme les autres ». Son créneau ? Les motifs qu’elle adore mixer. Sa définition de l’élégance ? » C’est le contraire de la construction ». Elle adore le « less is more ». Sa tenue de rêve ? Un costume d’homme avec des tongs. Tout est dit ! https://lago54.com Cet épisode de Chiffon est réalisé en partenariat avec le https://www.leboncoin.fr la plateforme idéale pour se loger, s’habiller, s’équiper, partir en vacances. Le mantra du Bon coin ? « Le bonheur des uns fait le bonheur des autres ». Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, j'ai cédé mon micro à Pauline Grisoni, alias Paulette Grisoni du podcast La Leçon. Au cours de cette conversation, on y parle de mode, de chiffon, de futilité et de mon nouveau combat : la leucémie. Cette étape de vie a renforcé mon besoin de futilité et de liberté. Et je vous explique pourquoi. Je n'en dis pas plus... Bonne écoute ! Valérie Cet épisode de Chiffon est réalisé en partenariat avec le https://www.leboncoin.fr la plateforme idéale pour se loger, s’habiller, s’équiper, partir en vacances. Le mantra du Bon coin ? « Le bonheur des uns fait le bonheur des autres ». Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je reçois un humoriste, acteur, comédien, voix off et auteur. Bruno Salomone est né il y a 48 ans dans le Val de Marne d’une mère flamande et d’un père sicilien, son rêve était de devenir vétérinaire, à défaut il se lance dans le café théâtre avec la troupe « Nous C Nous » (avec un certain Jean Dujardin) et depuis les succès s’enchainent.. Pas facile de résumer une telle carrière…pour beaucoup de monde, Bruno Salomone c’est aussi Denis Bouley de l’excellente série « Fais pas ci fais pas ça ». Quand je l’ai invité à venir chiffonner avec moi, il m’a répondu « je ne connais rien à la mode ». Vaste programme ! Mais vous verrez que finalement, Bruno a des choses à dire sur le sujet. Valérie Tribes Cet épisode de Chiffon est réalisé en partenariat avec le https://www.leboncoin.fr la plateforme idéale pour se loger, s’habiller, s’équiper, partir en vacances. Le mantra du Bon coin ? « Le bonheur des uns fait le bonheur des autres ». Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je reçois une passionnée de couture. Diane Toneatti a créé sa marque, Mademoiselle D, il y a 5 ans et elle a réussi à réunir une communauté fidèle autour de ses créations. Elle, en effet, une des premières à avoir proposé la vente de vêtements en ligne, confidentielle et en édition limitée. Un bon pari pour cette jeune femme de 30 ans qui travaillait dans la mode et qui en fait son métier. Diane a décidé de « libérer la femme des diktats de la mode » et les invite à oser tous les styles. Son style ? « Romantico, rock, intemporel ». Et je le confirme, elle arrivée à mon rendez-vous vêtue d’un slim noir, de boots Chloé et d’une tunique. Vous verrez que mon invitée ne se prend absolument la tête avec ses fringues. Quand il lui en manque une, elle se la fabrique… plutôt pratique ! Pour elle, l’élégance est surtout « une façon d’être, avoir le souci du détail sans oublier la politesse ». Diane aime le marine, les pantalons « Girl Friend », les bottines et les sandales, les robes longues en été, le lin et la soie. Pour fêter ses 5 ans, Mademoiselle D vous invite du 7 au 9 juin au 63, rue de Turenne pour découvrir son très bel univers. http://www.mademoiselledparis.com Valérie Tribes Cet épisode de Chiffon est réalisé en partenariat avec le https://www.leboncoin.fr la plateforme idéale pour se loger, s’habiller, s’équiper, partir en vacances. Le mantra du Bon coin ? « Le bonheur des uns fait le bonheur des autres ». Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je reçois un chineur, illustrateur, réalisateur, collectionneur, aquarelliste, auteur et aventurier. Marin Montagut est devenu le « chineur » le plus glam de Paris. Après avoir grandi dans le sud de la France du côté de Toulouse, il est parti étudier dans la prestigieuse Saint Martins School de Londres où il a pu tout expérimenter « en matière de style ». Aujourd’hui, il a choisi de s’installer à Paris, car il adore cette ville et les Parisiennes qui ont toutes « un style intemporel ». Au cours de cette interview, Marin nous parle des femmes qui ont marqué son enfance (sa maman et sa grand mère), de sa passion pour la chine et les vieux objets. Bref, Marin est l’incarnation du cool. Il ne se prend pas du tout la tête pour s’habiller le matin car il a trouvé son uniforme à bas de vestes de bleu de travail, de vieux godillots, de tee shirt blancs et de jean vintage 501. Il nous avoue au cours de l’interview qu’il préfère la déco à la mode., car, cette dernière est pour lui, « un uniforme de la vie quotidienne ». Marin aime la couleur marine (et le vert en déco), les godillots bien patinés avec le temps, le chanvre, la fleur d’oranger et les sacs de week end. S’il était une femme, ce serait Inès de la Fressange. Sa définition de l’élégance ? «Etre simple et rester soi-même ». Quoi de plus simple ? Pour découvrir l’univers de Marin https://www.marinmontagut.com et chaque vendredi dans Grazia ! Cet épisode Chiffon est réalisé en partenariat avec la marque American Vintage. Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je reçois une fille qui se décrit ainsi : « Je suis parisienne, amoureuse, sukiffeuse, attachiante et peut être même un peu chiante ». Delphine Desneiges a été une des premières à se lancer dans la blogosphère en 2005 avec son blog « Deedee ». 14 ans plus tard, Delphine est devenue une référence en matière de looks, de voyages, de beauté, et de conseils shopping. Cette interview est d’ailleurs l’occasion de dresser un état des lieux sur la blogosphère actuelle et de l’impact d’Instagram pas forcément positif sur ce réseau. Elle est arrivée à notre rendez-vous avec son casque de scooter sous le bras, un slim noir (alias son « jean de bonnasse ») et une veste à carreaux en totale cool attitude. Delphine nous parle de son enfance en robes à smock et de son adolescence passée en uniforme au pensionnat de jeunes filles de la Légion d’Honneur. Ce qui n’a pas été sans impact sur sa manière de s’habiller aujourd’hui. Elle nous avoue aussi d’une lmanière très touchante qu’elle est pétrie de complexes comme la majorité des femmes. Bref, Delphine est sans filtre !Son style ? Il est impacté par son « humeur du moment ». Actuellement, elle se sent « élégante sans prise de tête ». Mon invitée aime le made in France, les chemises, les pantalons droits tailles hautes, le vert, les converse, la soie et le cachemire. Vous verrez que cette grande bavarde qui est intarissable sur la mode est aussi très lucide sur le sujet. Pour elle, la mode est un jeu qu’il faut désacraliser. Sa définition de l’élégance ? « C’est un tout pas si facile que ça à définir ». Cet épisode Chiffon est réalisé en partenariat avec la marque American Vintage. Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Depuis 1958, DIM incarne la mode et la liberté pour toutes les femmes. C'est pour cette raison, que j'ai eu envie de partager avec vous cette aventure extraordinaire et qui colle à l'histoire de la femme. DIM c’est 40 millions de collants vendus par an. 1 collant Dim vendu toutes les secondes et demie en France. J’ai invité à ce micro Fabienne Mallat sa directrice de la communication et image. Vous allez voir qu’elle est intarissable sur la femme DIM et sur l’histoire d’une entreprise véritable bastion du savoir-faire français. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je vous invite dans les coulisses du ballon ovale pour rencontrer l’un des espoirs du rugby français. Gaël Fickou a 25 ans et originaire de la Seyne sur Mer. Il évolue, aujourd’hui, au Stade Français et il adore les fringues. Pour lui, la mode exprime notre façon d’être et notre humeur. Gaël est arrivé à notre rendez-vous, du haut de son 1m90 et ses 100kg, vêtu d’un sweat de son équipe, et d’un jean. Même s’il prête beaucoup d’attention à sa garde robe (rangée par catégories de vêtements et par couleurs), il n’en reste pas moins hyper simple. Il a bien conscience que pouvoir s’acheter des fringues demeure un luxe alors que pour certaines personnes, la priorité est de manger. Au détour de notre conversation, il nous parle de son enfance dans le sud et de sa maman qui l’a élevé de manière modeste. Son seul souci était que son fils décroche de bonnes notes à l’école !Ce grand gaillard nous parle aussi des maillots de rugby qui doivent être « moulants » et « solides » et il se révèle aussi très superstitieux… car il porte la même tenue depuis 7 ans !En dehors du terrain, Gaël aime le bleu ciel, les baskets, le cuir et le cachemire. Sa définition de l’élégance ? « C’est une attitude qui doit s’appliquer aussi bien dans la vie que sur le terrain de rugby ». Cet épisode Chiffon est réalisé en partenariat avec la marque American Vintage. Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Pour ce nouvel épisode de Chiffon, je vous invite à découvrir l’univers d’une jeune femme fortement audacieuse. Après avoir passé 1 an et 9 mois dans un grand cabinet d’avocat américain, Jessica Troisfontaine a plaqué sa robe et son Code du Commerce pour créer Septem, une marque de prêt à porter féminin. Son créneau ? Les combinaisons. Pour elle, les vêtements permettent de transmettre une force et des émotions. Mais ils doivent aussi savoir se faire oublier pour que l’on puisse se concentrer sur le plus important : ce que « l’on a à dire et à faire ». Jessica est arrivé à notre rendez-vous vêtue de sa dernière création : la combinaison blanche dimanche. Lors de cet épisode, Jessica nous parle de la naissance de sa marque qui a été « sa véritable prise de pouvoir en tant que femme », de son amour pour les vêtements, et nous distille qu’un seul conseil : « être à l’aise dans nos fringues ! ». Jessica aime les combinaisons (évidemment), les bijoux très fins, l’armoire de sa maman à Bruxelles, les escarpins très féminins, le parfum de son amoureux et le cachemire.Sa définition de l’élégance tient en une très jolie phrase : « un bel habit est le prolongement naturel d’une belle âme ».https://septem-paris.com/Cet épisode est réalisé en partenariat avec DIM. Cette marque iconique qui vient de fêter ses 60 ans, vous offre à cette occasion 20 % de réduction sur son eshop https://www.dim.fr et en boutique grâce au code « Chiffon ».Réalisation : Gautier Carbonneaux For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
loading
Comments (1)

ريا نوف

Oct 26th
Reply
loading
Download from Google Play
Download from App Store