DiscoverChoses à Savoir
Choses à Savoir
Claim Ownership

Choses à Savoir

Author: Choses à Savoir

Subscribed: 54,722Played: 2,096,427
Share

Description

Développez votre culture générale.
1502 Episodes
Reverse
Le sucre et les aliments gras ont mauvaise réputation. En plus de leurs effets nocifs sur la santé, ils feraient grossir ceux qui les consomment. Mais l'un des deux a-t-il plus d'impact sur notre tour de taille ? Des jumeaux et des rats Des recherches ont été menées pour savoir laquelle de ces deux substances, sucre ou graisses, faisait le plus grossir. L'une d'elle est originale. Elle a été entreprise par deux jumeaux anglais, médecins de leur état. Durant 30 jours, l'un a adopté un régime alimentaire riche en sucre et pauvre en graisses, tandis que l'autre faisait l'inverse. Tout au long de cette expériences, les deux cobayes volontaires ont surveillé plusieurs paramètres corporels, dont leur poids et leur pression artérielle. Et le résultat n'a pas manqué de les surprendre. Non seulement ces nouvelles habitudes alimentaires ne les avaient pas fait grossir, mais elles leur avaient fait perdre du poids. De son côté, un scientifique américain a nourri des rats avec un ensemble d'aliments contenant autant de sucre que de graisses. Au fil du temps, les animaux ont pris beaucoup de poids et sont devenus sédentaires. Un cocktail nocif De ces recherches, on peut tirer la conclusion que ce ne sont pas tant les graisses ou le sucre en eux-mêmes qui feraient le plus grossir que le mélange des deux. C'est pourquoi les jumeaux médecins, qui avaient privilégié un type d'aliments, ont même perdu du poids. Et les rats, qui se sont gavés de sucre autant que de graisse, sont devenus obèses. Ce qui ne veut pas dire qu'une consommation excessive de sucre ou de graisses n'entraîne pas une prise de poids et de sérieux problèmes de santé. Tout dépend, cependant, des aliments gras ou sucrés qui sont consommés. En effet, le sucre industriel, consommé en excès, peut faire grossir et provoquer des soucis de santé, alors que le sucre naturel, contenu dans les fruits ou le miel, est réputé pour ses bienfaits. De même, les acides gras insaturés, qu'on trouve dans l'huile d'olive, sont bénéfiques pour notre santé, ce qui n'est pas le cas de certains acides gras saturés, présents notamment dans les plats transformés.   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Certains astres ont reçu des noms familiers. C'est le cas de l'"étoile du berger". Mais, au fait, pourquoi l'appelle-t-on ainsi ? Une planète brillante En fait, cette "étoile du berger" n'est pas une étoile, mais une planète. Il s'agit de Vénus, une planète dont la taille et la masse ne sont pas très éloignées de celles de la Terre. C'est la deuxième planète la plus proche du Soleil, après Mercure. Elle est donc bien placée pour réfléchir sa lumière, même si sa couverture nuageuse bloque une partie des rayons du Soleil. De ce fait, c'est un objet céleste brillant, très visible dans le ciel nocturne. Cet éclat vient aussi de la position relativement proche de vénus, qui n'est éloignée de la Terre que de 42 millions de kilomètres, contre 150 millions pour le Soleil. Vénus a une particularité : elle est toujours la première à apparaître au crépuscule, mais c'est aussi la dernière à s'effacer du ciel de l'aube. Un guide dans l'espace et dans le temps On peut se demander pourquoi les bergers ont donné leur nom à un objet céleste qu'on a d'abord pris pour une étoile. Plusieurs explications ont été données. Vénus leur servait peut-être de point de repère, permettant aux pâtres de s'orienter et de retrouver le chemin de la bergerie. Le soir, en effet, elle se trouve à l'Ouest, et le matin à l'Est. Mais les bergers empruntaient souvent les mêmes itinéraires et connaissaient d'autres moyens de s'orienter. Il se peut que l'"étoile du berger" leur ait plutôt indiqué un moment de la journée. L'observation du ciel était en effet leur seul moyen de connaître l'heure. Quand les bergers voyaient disparaître, dans le ciel matinal, l'étoile qui "annonce le matin", ils savaient qu'il était temps de faire sortir les moutons. De même, son apparition, dans le ciel vespéral, marquait le moment de rentrer à la bergerie. On a pu également prétendre qu'à force de la voir apparaître et disparaître chaque jour, ces hommes, vivant sous le ciel étoilé, ont pu faire de cette "étoile" une sorte de mascotte.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Fondée en 1635 sur l'initiative de Richelieu, l'Académie française définit toujours les règles de la langue française et en précise l'usage, notamment au travers de son célèbre dictionnaire. Mais certains écrivains illustres, qui n'ont jamais pu ou voulu y entrer, sont censés occuper un "41e fauteuil" imaginaire. Quarante Immortels Constituée à l'instigation de Richelieu, l'Académie française est l'une des cinq Académies qui forment l'Institut de France. Depuis 1805, son siège se trouve quai de Conti, à Paris. Depuis l'origine, l'Académie comprend 40 membres, surnommés les "Immortels" en référence à la devise que lui a donnée le cardinal de Richelieu. Les académiciens élisent en leur sein les nouveaux membres ainsi qu'un Secrétaire perpétuel. Les sièges occupés par les académiciens sont nommés des "fauteuils", chacun se voyant attribuer un rang précis. On dit ainsi que tel écrivain a été élu au 10e fauteuil. Au départ, les académiciens s'asseyaient sur de simples chaises. Mais, à la fin du règne de Louis XIV, l'un d'entre eux, âgé et fatigué, demanda la permission de s'installer dans un fauteuil. Le roi accepta, à condition que tous les académiciens reçoivent le même privilège. Le 41e fauteuil Si beaucoup de personnages illustres sont entrés à l'Académie française, bien d'autres, non moins remarquables, n'en ont jamais franchi le seuil. C'est pour eux que fut créé ce 41e fauteuil imaginaire. Certains n'y sont pas entrés parce que leur candidature aurait été refusée. C'est le cas de Molière, que son statut de comédien plaçait au bas de l'échelle sociale de son époque. Il est des écrivains, comme George Sand, qui n'auraient pas non plus songé à poser leur candidature. En effet, la première femme ne sera reçue sous la Coupole qu'en 1981. D'autres se sont présentés mais n'ont pas été élus. Le cas le plus emblématique est celui d'Émile Zola, qui se présenta pas moins de 20 fois, davantage même selon certaines sources. Et il fut toujours battu. De même, Balzac, qui se présente en 1849, n'obtiendra que 2 voix. Enfin, d'autres écrivains prestigieux, comme André Gide, refusèrent de se présenter à l'Académie française.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Certains mythes ont la vie dure. C'est le cas de cette légende selon laquelle c'est Marco Polo qui aurait ramené de son voyage en Chine les pâtes qui allaient devenir l'emblème de l'Italie. En vérité, les Italiens ne l'avaient pas attendu. La naissance d'une légende C'est en Chine, dernière étape de son grand périple du XIIIe siècle, que Marco Polo aurait découvert les pâtes. Il les aurait ensuite ramenées en Italie. Cette version des faits semble remonter à un article ou un encart publicitaire parus en 1929 dans le journal publié par un fabricant de pâtes. L'histoire sera reprise dans un film américain de 1938, dans lequel on voit Marco Polo, interprété par Gary Cooper, rencontrer des Chinoises en train de confectionner des pâtes. Les auteurs de cette contre-vérité se seraient appuyés sur une mauvaise interprétation d'une version tardive du récit de voyage de Marco Polo, "Le livre des merveilles". Par ailleurs, il n'est pas certain que les propos rapportés dans cette version soient bien de Marco Polo. Les pâtes italiennes existaient avant Marco Polo Il n'est pas impossible que Marco Polo ait ramené des pâtes chinoises dans ses bagages. À l'époque de son voyage, les Chinois en fabriquaient déjà, de formes diverses. Mais elles étaient élaborées à base de riz, et non de blé. Et surtout, les pâtes existaient en Italie bien avant la naissance de Marco Polo./ Elles y auraient été introduites par les Arabes, au IXe siècle, à l'occasion de leur conquête de la Sicile. Mais les Romains mangeaient déjà des pâtes, sous une autre forme. Il s'agissait plutôt d'une pâte cuite directement sur le foyer, et qu'on garnissait de viande. C'est ce "lasanum" qui a donné le mot "lasagnes". Et il a fallu attendre le VIe ou le VIIe siècles pour qu'on commence à faire cuire ces pâtes dans l'eau. Mais ce ne sont pas les Arabes qui ont inventé les pâtes. Les Mésopotamiens, qui furent les premiers à cultiver le blé, en préparaient déjà 1.700 ans avant J.-C. ! Dès le Xe siècle, les Perses les consommaient aussi sous forme de tagliatelles.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Quelques recommandations et une opportunité...  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
La figue est un fruit singulier à plus d'un titre. En effet, les fleurs de figuier poussent à l'intérieur de la coque qui protège le futur fruit. Et c'est cette particularité qui explique également le caractère étonnant de la pollinisation des fleurs de figuier. Une fleur qui pousse à l'intérieur Les fleurs de figuier n'éclosent donc pas à l'air libre. Elles se développent à l'intérieur de l'enveloppe qui entoure la figue. Dans ces conditions, comment la fleur pourra-t-elle être fécondée par le pollen ? En effet, chez les plantes à fleurs, le phénomène de pollinisation désigne le transport du pollen depuis les organes de reproduction mâles des fleurs, ou étamines, vers l'appareil reproducteur femelle, ou pistil. Fécondée, la fleur donnera un fruit. En règle générale, ce transport est assuré par le vent et surtout par certains insectes. Mais comment pourraient-ils accéder à la fleur du figuier, dissimulée dans sa coque ? Le sacrifice d'une guêpe La nature faisant bien les choses, elle a créé un insecte qui se charge de la besogne. C'est d'ailleurs pourquoi on l'appelle la "guêpe du figuier". Elle est en effet capable de se glisser dans un petit orifice, ménagé sous la figue. En principe, elle ne pénètre que dans les figues mâles, dont la conformation lui permet de déposer ses œufs. Mais ce ne sont pas ces figues que nous mangeons. La seule à être consommée est le fruit du figuier femelle. Or, il arrive que la guêpe y pénètre par erreur. Dans les deux cas, elle se sacrifie. Son intrusion dans la figue ayant cassé ses ailes et ses antennes, elle ne peut plus sortir. La figue est donc son tombeau. La figue transforme les restes de la guêpe en protéines, mais l'insecte aura pu assurer sa descendance. Ainsi, chacun a besoin de l'autre. Par ailleurs, le pollen apporté par la guêpe contribuera à féconder la fleur. Certaines des larves déposées dans les figues mâles n'ont pas un sort plus enviable. Seules les femelles ailées peuvent s'enfuir en empruntant les tunnels creusés par les petits mâles dépourvus d'ailes. Et condamnés par là à mourir sur place !  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Un texte ne nous paraît clair que s'il est accompagné de la ponctuation adéquate. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Les signes de ponctuation que nous connaissons ne se sont mis en place, de manière progressive, qu'à partir de la Renaissance. Les débuts hésitants de la ponctuation Durant l'Antiquité et jusqu'au début du Moyen-Âge, les textes étaient composés de séries de mots continues. Rien ne marquait la césure entre eux. C'était au lecteur, qui lisait à voix haute, d'isoler les mots de la phrase. Dès le IIe siècle avant J.-C., cependant, Aristophane de Byzance met au point une première forme de ponctuation. Il utilise un système de points qui a quelque équivalence avec notre actuelle ponctuation. Au début du XVe siècle, un grammairien italien, Gasparin de Bergame, rédige un premier traité de ponctuation. Le rôle de l'imprimerie Durant la Renaissance, les humanistes souhaitent rendre plus compréhensibles les manuscrits antiques qu'ils redécouvrent. Certains publient donc des traités où la ponctuation apparaît comme une manière de structurer la phrase et de mieux la comprendre. Ils inventent peu à peu les signes de ponctuation qui sont utilisés aujourd'hui. Ils recommandent ainsi de ponctuer les textes au moyen du point crochu, qui deviendra la virgule, du colon, qu'on appelle aujourd'hui le point, ou encore du point d'interrogation ou des parenthèses. Ces nouveaux signes de ponctuation ne trouvent leur utilité que dans le cadre de la nouvelle mise en page des textes permise par l'imprimerie, à partir du milieu du XVe siècle. Peu à peu , en effet, des sauts à la ligne structurent la page imprimée en paragraphes, introduisant ainsi des ruptures dans le texte. De même, des blancs séparent désormais chaque mot. Cette nouvelle disposition du texte, accompagnée de signes de ponctuation qui en soulignent l'articulation, se prêtent mieux à la lecture silencieuse. Jusqu'au XIXe siècle, pour autant, de nombreux auteurs ne se souciaient guère de la ponctuation. Ils en laissaient le soin aux imprimeurs. À partir de cette date, des écrivains la considèrent comme une part intégrante de leurs œuvres et lui prêtent une attention particulière.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Dans la grande majorité des cas, les hommes possèdent un testicule plus élevé, et aussi plus gros, que l'autre. Ce phénomène, qui s'explique par des causes naturelles, peut être également dû à des problèmes de santé. Un testicule plus élevé que l'autre En règle générale, c'est le testicule droit qui est placé plus haut. Cette asymétrie entre les deux testicules avait été constatée dès l'Antiquité. Dans les temps contemporains, plusieurs études ont confirmé la position éminente de l'un d'entre eux. Au début des années 1960, en effet, des chercheurs chinois ont remarqué, en examinant près de 500 patients, que, pour plus de 60 % d'entre eux, le testicule droit se situait plus haut. Cette étude, comme les autres, a aussi confirmé qu'il était plus volumineux. Peu d'hommes s'en rendent compte, car, comme il est situé plus haut, ce testicule droit est en partie dissimulé. Cette étude chinoise montre cependant que, dans un peu plus de 10 % des cas, les deux testicules étaient à la même hauteur. D'autres recherches, menées par des scientifiques britanniques, ont abouti aux mêmes constatations. Les raisons d'une asymétrie Les hommes se sont interrogés très tôt sur cette différence de position et de poids entre les deux testicules. Pour le philosophe grec Anaxagoras, elle introduisait une hiérarchie entre eux. Plus gros et plus haut placé, le testicule droit ne pouvait contenir que du "sperme mâle". De son côté, Aristote pensait que la conformation différente des testicules favorisait la circulation du sperme. Aujourd'hui, on considère que cette différence entre les testicules n'est qu'un des nombreux exemples de l'asymétrie qui caractérise le corps humain. Ainsi, on a souvent un bras plus court que l'autre ou un œil plus petit. De même, de nombreuses femmes ont un sein plus gros que l'autre. C'est dire que le but de la nature n'est pas la beauté ou l'harmonie, mais la survie de l'organisme. La différence de niveau ou de poids entre les testicules résulte parfois d'affections spécifiques, comme un kyste ou la survenue de l'orchite, qui peut se manifester chez une personne souffrant des oreillons.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Donnant naissance à des jeux variés, les cartes à jouer sont devenues l'un des loisirs les plus universels qui soient. Venant sans doute du Proche-Orient, puis se répandant dans le reste du monde, elles remontent à un lointain passé. Des cartes en provenance du Proche-Orient Des jeux de carte sont attestés dès le VIIe siècle en Chine, mais il est peu probable qu'elles aient pu être connues en Europe, même par l'intermédiaire de Marco Polo, comme on l'a parfois prétendu. Il est possible que ces cartes, qui profitaient des progrès de la gravure sur bois et, un peu plus tard, de l'imprimerie, se soient inspirées des dés en usage en Inde. Il est plus vraisemblable que les cartes que nous connaissons aujourd'hui nous viennent des Mamelouks musulmans d'Égypte, peut-être influencés eux-mêmes par des modèles en provenance d'Inde ou de Perse. Des jeux de cartes circulent en Europe dès la fin du XIVe siècle. Elles y seraient parvenues par le biais des musulmans installés en Espagne ou à l'occasion des échanges commerciaux qui empruntaient des itinéraires comme la route de la soie. Des couleurs et des symboles Si les quatre couleurs qui habillent toujours les jeux actuels ont très tôt orné les cartes à jouer, il n'en a pas été de même pour leurs symboles. En effet, chaque pays d'Europe a adopté les siens. Les cartes françaises ont retenu le trèfle, le cœur, le carreau et le pique alors qu'en Espagne, par exemple, on a rapidement préféré la coupe, la monnaie d'or, le bâton et l'épée. Les personnages peints sur les cartes reflètent le contexte politique de l'époque. Certains sont en effet des rois, qui tiennent un sceptre paré de fleurs de lys. Tous ces symboles monarchiques seront gommés au moment de la Révolution française. Les cartes à jouer deviennent ainsi un discret instrument de propagande. Grâce au procédé de la gravure sur bois, les cartes à jouer, qui composent des jeux de 52 unités, sont fabriquées en grande quantité. Leurs fabricants, qu'on appelle des cartiers, sont ainsi en mesure de répondre à une très forte demande.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
La valeur d'un diamant s'exprime en carats. Chaque carat équivaut à un certain poids. Ainsi, le Cullinan, le plus gros diamant du monde, atteint les 3.106 carats, pour un poids de 621 grammes. Mais pourquoi les diamants sont-ils évalués de cette façon ? Une unité de mesure très ancienne Le mot "carat" viendrait du grec ancien "keration", qui veut dire "cornes". Ce terme fait référence à la forme des gousses du caroubier. Originaire du pourtour méditerranéen, cet arbre produit en effet de longues gousses, dans lesquelles on trouve des graines. De forme ovale et de couleur brune, ces graines de caroube ont souvent servi d'étalons de mesure dans l'Antiquité. Ces graines ont été utilisées de cette façon parce que leur poids était jugé presque invariable. En effet, toute graine de caroube était censée peser environ 0,20 gramme. En fait, il semble bien qu'il y ait des variations de poids d'une graine à l'autre. Le carat pour apprécier la valeur des diamants et des métaux précieux Le mot "keration" aurait d'abord donné "carato" en italien, puis "carat" en français. Jusqu'au début du XXe siècle, ce sont en effet les graines de caroube, au poids jugé constant, qui servaient de référence dans l'achat et la vente de diamants. Ce système quelque peu imprécis a été remplacé, en 1907, par l'instauration du "carat métrique". Désormais, un carat pèserait 200 milligrammes ou 0,20 gramme. Ainsi, un diamants de cinq carats pèse un gramme. Le carat est donc toujours considéré comme une unité de masse, plus précise cependant, qui permet de mesurer le poids et donc la valeur des diamants. Cependant, celle-ci dépend aussi de la pureté et de la couleur de ces pierres précieuses. Il existe en fait deux sortes de carats, qu'il ne faut pas confondre. L'un, qui vient d'être décrit, mesure la valeur d'un diamant. L'autre, appelé parfois carat des bijoutiers, est utilisé pour évaluer la pureté de métaux précieux comme l'or ou l'argent. Ainsi, de l'or à 24 carats, appelé aussi or fin, est le plus pur qu'on puisse trouver. Il s'agit en effet d'un métal comprenant 99,99 % d'or.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Écrite en 411 avant J.-C., en pleine guerre du Péloponnèse, la pièce "Lysistrata", d'Aristophane, met en scène des femmes qui décident, pour obtenir la paix, de priver leurs maris de tout rapport conjugal. Cette grève du sexe a fait des émules jusqu'à notre époque. Des hommes condamnés à la chasteté En 411 avant notre ère, la guerre du Péloponnèse dure déjà depuis vingt ans. Sous la conduite de Sparte et d'Athènes, elle déchire l'ensemble du monde grec. Cette année-là, Aristophane fait représenter une nouvelle pièce, "Lysistrata". Il y imagine un moyen original de faire cesser ce conflit interminable. En effet, son héroïne, qui donne son nom à la pièce, demande aux femmes des autres cités grecques de ne pas coucher avec leurs maris tant que la paix n'a pas été conclue. Au début réticentes, les Grecques acceptent finalement le défi. Pour arriver à leurs fins, elles décident d'exciter le désir des hommes sans pour autant leur céder. Bien que la pièce ait été souvent revendiquée par les féministes, elle ne remet pas en cause la domination masculine qui prévalait alors. Elle ne contient pas davantage de condamnation de principe de la guerre. Des exemples contemporains L'exemple de Lysistrata a été repris de nos jours, notamment en Afrique. En 2003, à l'appel de Leymah Gbowee, prix Nobel de la paix, les femmes du Libéria entament une grève du sexe. Son but est de permettre aux femmes libériennes de faire entendre leurs voix dans les négociations qui doivent mettre un terme à la guerre civile qui ravage le pays. L'entreprise est un succès. Au Kenya, en 2009, cette forme d'action originale a été conçue, là encore, comme un moyen de pression sur les autorités. Il s'agissait d'obtenir d'elles l'accélération des réformes. Les maris bafoués se sont émus, l'un d'eux attaquant même en justice les initiatrices de la grève. Des actions du même genre ont également eu lieu, avec des succès divers, en Colombie et en Belgique. L'une de ces initiatives les plus récentes est la grève du sexe déclenchée au Togo, en 2012, pour inciter les hommes à s'investir davantage dans la vie politique de leur pays.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
L'Afrique de l'Ouest pourrait recéler d'importants gisements diamantifères. Mais, avant de les exploiter, il faut d'abord les localiser. Un géologue américain pense avoir trouvé la meilleure solution pour cela. Des diamants qui remontent à la surface Stephen Haggerty est un géologue américain. Son travail l'a d'abord conduit à étudier les roches lunaires, notamment dans le cadre du programme Apollo. Mais la Lune étant un peu délaissée, il a orienté son activité dans une autre direction. En effet, son intérêt s'est porté sur les kimberlites, des roches volcaniques qui intéressent beaucoup les professionnels du diamant. À l'occasion d'une remontée du magma dont elles font partie, ces roches peuvent faire surgir à l'air libre les diamants qui se forment en profondeur. On les trouve dans des diatrèmes, sortes de cheminées volcaniques où des explosions ont entraîné la formation de nombreuses brèches. C'est au cours de voyages au Libéria, à la fin des années 1970, que le géologue avait commencé ses recherches, sans pouvoir les pousser très loin. Déchiré par une guerre civile, entre 1989 et 2003, le pays n'était plus accessible. Stephen Haggerty y est retourné à la fin du conflit et a découvert, en 2013, une zone qui lui a paru prometteuse. Une plante bien commode En effet, notre géologue a découvert, dans ce secteur, un large diatrème, qui pourrait recéler des diamants. La zone valait donc d'être explorée, d'autant qu'elle n'était pas très vaste. Il n'était cependant pas facile de progresser dans ces marécages à la végétation luxuriante. Mais Stephen Haggerty a trouvé un moyen de repérer les fameuses cheminées volcaniques. Il a en effet remarqué qu'un arbuste épineux, du nom de "pandanus candelabrum", poussait sur les diatrèmes. Pour en avoir le cœur net, le scientifique parcourt d'autres sites comparables, mais dépourvus de kimberlites. Et là, il n'aperçoit pas l'arbre en question, qui doit son nom à sa forme de chandelier. Il pousserait mieux dans le sol bourbeux qui borde les cheminées volcaniques. Ce serait donc la première fois qu'une plante permettrait de repérer un gisement. Voilà un moyen pour le moins original, qui simplifierait la vie des prospecteurs.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
La fontaine de Jouvence est, sous des noms divers, l'un des mythes les plus universels de l'humanité. En effet, elle traduit, dans toutes les cultures, une peur, celle de la vieillesse, qui débouche sur une mort inéluctable. Une tradition très ancienne La fontaine de Jouvence était censée procurer la jeunesse à ceux qui buvaient son eau. Certaines traditions prétendaient même qu'elle les rendait immortels. On en trouve la trace dans la mythologie romaine. Le bain annuel qu'y prenait la déesse Junon, épouse de Zeus, lui redonnait une éternelle virginité. Certaines traditions religieuses mentionnent parfois une fontaine dont les eaux donneraient l'immortalité. C'est le cas de l'Islam, qui cite le cas d'un personnage du Coran lui devant son immortalité. On sait par ailleurs qu'Alexandre le Grand chercha en vain, toute sa vie, cette fontaine de Jouvence. La fontaine de Brocéliande Certains récits situent la fontaine de Jouvence dans un lieu précis. C'est le cas de la légende du roi Arthur et de Merlin l'Enchanteur, qui parle d'une mystérieuse fontaine, dont les eaux couleraient non loin du tombeau du mage. Cette fontaine, située dans la forêt de Brocéliande, aujourd'hui Paimpont, en Bretagne, s'offre toujours au regard du visiteur. Si elle est réputée rajeunir ceux qui s'abreuvent de ses eaux, c'est peut-être en raison d'un usage local. Chaque année, en effet, les nouveau-nés étaient lavés dans la fontaine, appelée "jaouanc" en langue celtique, ce qui veut dire "jeunesse". Puis ils étaient inscrits sur un registre. Les parents qui ne pouvaient venir inscrivaient leurs enfants l'année suivante, mais avec un an de moins. Mais sachez qu'une autre fontaine est candidate: la fontaine de Ponce de Leon Explorateur espagnol et premier gouverneur de Porto Rico, en 1509, Juan Ponce de Leon est surtout connu pour avoir découvert la Floride. Et c'est au cours d'une de ses expéditions dans la région qu'il aurait découvert une fontaine de Jouvence. Il l'aurait recherchée depuis des années, notamment pour guérir de son impuissance.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
L' "hubris" était défini par les Grecs anciens comme un sentiment de démesure, qui pouvait modifier le comportement de celui qui en était atteint. C'est, de nos jours, le nom qu'on donne au syndrome qui peut toucher des personnes détentrices d'un pouvoir ou d'une autorité. Un syndrome qui modifie le comportement Dans un livre récent, In Sickness and in Power (Dans la maladie et le pouvoir) paru en 2008, David Owen, médecin mais aussi plus jeune ministre des Affaires étrangères britannique, observe le comportement de personnalités parvenues au pouvoir. Il constate que cette situation tend à modifier l'attitude de certains d'entre eux. Ils se montrent volontiers arrogants et développent une certaine forme de mégalomanie. En résumé, ils sont atteints du syndrome d'hubris, qui, dans le passé, a touche nombre de leurs devanciers. Plutôt narcissiques, ces personnes sont persuadées qu'elles sont faites pour exercer de telles fonctions. Et l'exercice du pouvoir, vécu comme une véritable addiction, renforce ce narcissisme latent et peut conduire à une attitude tyrannique. Au bout d'un certain temps, la personne atteinte d'hubris peut même se sentir toute-puissante et au-dessus des règles. Des substances comme la testostérone, une hormone mâle, ou, la dopamine, qui est un neurotransmetteur, joueraient un rôle essentiel dans l'apparition du syndrome d'hubris. Il ne concerne d'ailleurs pas que les dirigeants. Chacun, dans ses relations de travail ou sa vie familiale, peut en ressentir les effets. Comment lutter contre l'hubris? La personne narcissique, imbue d'elle-même, peut être ramenée à un plus juste sentiment de sa valeur par l'expression d'une saine critique. Aussi a-t-on tout intérêt à susciter, dans l'entourage des personnes atteintes du syndrome d'hubris, une certaine opposition, qui les contraint à se confronter à la réalité. L'organisation même du pouvoir, dans un État ou une entreprise, peut en atténuer les manifestations. Un terme au mandat exercé, connu d'avance, ou l'impossibilité d'une réélection, peuvent limiter l'hubris d'un dirigeant politique ou d'un chef d'entreprise. De même, les relations très hiérarchisées favorisent l'exercice d'une autorité sans partage, qui peut conduire à des abus de pouvoir. Une organisation plus horizontale dilue davantage l'autorité et facilite la collaboration entre les tenants d'un pouvoir plus collectif. Peut aller dans le même sens la règle de l'alternance au pouvoir, comme en Suisse.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Si je vous propose d'aborder cette question c'est que vous l'avez peut être déjà constaté: l'avis des enfants influence parfois celui des parents. Notamment quand il s'agit d'achats. Or leurs décisions sont prises en fonction de certains critères qui leur sont propres. Et parmi ceux-ci, il semblerait que figure la couleur de l'emballage. Pour le prouver, plusieurs recherches ont été menées pour mesurer l'impact sur les enfants des emballages de divers produits, et notamment de leur couleur. Deux études notamment. La première a porté sur 160 enfants de 7 à 12 ans. Elle consistait à leur présenter, en alternance, des produits aux emballages colorés et d'autres à la présentation plus terne. Ensuite, autre étude, des chercheurs allemands ont suivi, durant trois ans, près de 180 enfants, répartis entre plusieurs écoles primaires. Ils étaient invités, eux, à observer tour à tour des yaourts dont les uns étaient présentés de manière neutre et les autres assortis d'un label ou arborant des couleurs vives. Après quoi, les enfants devaient goûter les yaourts et leur donner une note. Quels furent les résultats ? Ceux de la première étude montrent que la couleur de l'emballage semble faciliter la reconnaissance du produit, et de sa marque, par les enfants. En revanche, elle ne leur permet pas, semble-t-il, de se rappeler plus facilement le nom de cette marque. Pour les enfants, la couleur de l'emballage n'est donc pas, comme pour les adultes, une simple décoration, mais une aide permettant de mieux traiter une certaine information. De son côté, l'étude allemande a révélé que les enfants accordaient une meilleure note aux yaourts à l'emballage coloré. Par un effet placebo, observé en d'autres circonstances, les jeunes consommateurs ont l'impression que ces desserts joliment présentés ont meilleur goût. D'autres éléments que la couleur de l'emballage tendraient à influencer les enfants. Sa forme, la présence d'un personnage de dessin animé, connu des enfants, ou encore l'insertion de jeux, contribuent aussi à influer sur la décision d'achat ou les appréciations des enfants. Aussi, il semble que ces constats pourraient faire réfléchir les professionnels du secteur alimentaire et les pouvoirs publics, sensibilisés, mais pour des raisons différentes, à la question de l'alimentation des enfants.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Normalement, la sève monte dans l'arbre grâce à l'évaporation, qui l'aspire vers le haut. De son côté, le phénomène de capillarité permet à l'eau de s'élever dans les fins vaisseaux de l'arbre en faisant fi de la gravité. Or à une certaine hauteur, celle-ci finit par reprendre ses droits. Elle provoque une diminution de la pression, qui empêche la sève de circuler.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Le pirate Olivier Levasseur, dit "La Buse", est condamné à mort et pendu en 1730. Avant de mourir, il jette à la foule un indice permettant de découvrir un trésor enfoui...  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Le soleil et la chaleur aidant, nous avons tendance, durant les vacances d'été, à nous montrer plus décontractés. C'est ainsi que certains automobilistes n'hésitent pas à conduire pieds nus. Mais une telle pratique est-elle autorisée?  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Si l'épiderme des membres de la famille Simpson fut peint de cette couleur, c'est qu'elle est éclatante. Un atout considérable car à la télévision américaine, déjà a l'époque, la concurrence était vive et les gens changeaient volontiers de chaîne.    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Avec le Parthénon et les evzones, ces soldats qui montent la garde devant le palais présidentiel d'Athènes, le sirtaki est devenu l'un des symboles de la Grèce. Pourtant, il ne s'agit pas du tout d'une danse traditionnelle de ce pays. Je vous explique.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
loading
Comments (35)

Colby

7

Aug 1st
Reply (1)

Théo Maillet

Je crois que ce fact est faux

Apr 15th
Reply

Nour Hane

hyper intéressant

Mar 25th
Reply

Ludovic M

Podcast sympa mais trop d'approximations... dans le genre, je préfère largement le podcast Culture G

Jan 19th
Reply

marc Genevey

Merci pour ce sujet passionnant.peut on le retrouver en ligne ?

Jan 18th
Reply

Mahdi French

comment puis je trouver des transcriptions?

Dec 26th
Reply

Audrey pasdecalais

obsolète mais qui fonctionne mieux que les machines et logiciel qui ont énormément de mise a jour.

Nov 16th
Reply (3)

JuPok

Bonjour. Grosse erreur dans l'épisode! Madère et les Açores n'appartiennent pas à l'Espagne!! 😲🤨😱

Aug 19th
Reply

Lolie

comment ça "sans surprise" le mot cacou vient du Sud ?! 😅

Apr 28th
Reply

Jane

Trop de pub et en plus en allemand. Pourquoi écoute-on un podcast français?

Apr 14th
Reply

ID17575499

Bonjour, est-ce possible de lire des textes complets de vos podcasts? J’apprends le français et ce serait très utile.) merci beaucoup !

Apr 2nd
Reply

L CortexAxiome

F65 défaut S788 wk9w5PZwwww3

Dec 20th
Reply

N B

trop de pub, ça gâche le plaisir de l'écoute

Dec 7th
Reply

N B

trop de publicité trop de publicité

Nov 14th
Reply

Kiwi Poivré

Martin Luther King??

Aug 30th
Reply

Rodrigue Cailleau

magnifique podcast c'est trop trop bien est intéressant continuez

Jun 13th
Reply

David Vallejo

Les "amérindienne" n'ont pas découvert le Maiz, le. Maiz à été Domestiqué par ce qui est aujourd’hui mexicains, et était déjà mangé par des natifs en oaxaca, Il a été domestiqué par plus de 7000 ans

May 31st
Reply

khalid HASSANI

merci pour cet épisode

Apr 28th
Reply

marc Genevey

merci infiniment pour cette chaîne aussi instructive que digeste. les sujets sont toujours intéressants et traités de façon sobre et enrichissante

Apr 19th
Reply

Aodran Loran

dans un café,la commande d'un allongé est un double expresso..disons..une dose expresso pour un, dans une grande tasse.et non un café filtre qui donc est plus fort en caféine

Feb 15th
Reply
Download from Google Play
Download from App Store