DiscoverLa Guilde Française des Scénaristes
La Guilde Française des Scénaristes
Claim Ownership

La Guilde Française des Scénaristes

Author: La Guilde Française des Scénaristes

Subscribed: 19Played: 296
Share

Description

L’unique syndicat professionnel en France dédié à la défense des intérêts des scénaristes écrivant pour le cinéma, l'animation et la fiction (TV & web).
14 Episodes
Reverse
SECRETS DE SCÉNARISTES #SAISON2ÉPISODE6 / Frédéric Krivine / "Un Village Français" by La Guilde Française des Scénaristes
SECRETS DE SCÉNARISTES #SAISON2ÉPISODE5 / Benjamin Parent / "Mon Inconnue" by La Guilde Française des Scénaristes
LES QUESTIONS :- Quand et comment avez-vous commencé votre carrière de scénariste ?- En plus d'être un scénariste expérimenté, vous enseignez l'écriture de films depuis longtemps.... En France, certains pensent que l'écriture de scénario ne s'apprend pas parce que créer des histoires est d'abord un processus artistique. Quelle est votre opinion sur ce sujet de l'apprentissage de l'art et de l'artisanat du scénariste ? Est-ce possible d'apprendre ? - On dit souvent : « Écrivez ce que vous connaissez ? "Que pensez-vous de cette idée, est-ce une bonne idée ou est-elle limitante pour les écrivains ?- Que pensez-vous du syndrome de la page blanche, est-ce un mythe ou une réalité ? Si c'est une réalité, que pouvons-nous faire ?- Qu'est-ce qu'un "bon scénario" ? Est-ce que ça existe, ou y a-t-il simplement différents "types d'histoires" ? - À votre avis, qu'est-ce qu'une bonne idée de film ?- En France, contrairement aux Etats-Unis, notre culture des genres cinématographiques est très peu développée. Pourquoi les genres cinématographiques sont-ils si importants aux États-Unis ?- William Goldman a dit : "Les scénarios sont des structures". Mais il est difficile de trouver une bonne définition de la structure. Est-ce l'ordre des événements de l'histoire ou autre chose ? Qu'est-ce qu'une structure ?- En France, certains professionnels pensent que le dialogue est plus important que la structure ? Qu'est-ce que vous pensez de ça ?- Qu'est-ce qu'un bon dialogue ?- Qu'est-ce qui est le plus important, l'intrigue ou le personnage ? - Qu'est-ce qu'un bon personnage de fiction ?- On dit souvent que l'écriture, c'est de la réécriture, pouvez-vous nous dire pourquoi ?- Sur Go Into the Story, vous comparez souvent musique et écriture, pourquoi ?- Dans vos articles, vous parlez de l'importance du style d'écriture dans les textes contemporains. Pourquoi est-ce si important pour vous ?- Venons-en à une question importante pour nous, les Français. En France, dans les années 1950 est née la "théorie de l'auteur" avec la nouvelle vague : le cinéaste serait le véritable auteur d'un film. Cette idéologie est toujours en vigueur aujourd'hui, puisque seulement 9% des scénarios sont écrits par des scénaristes individuels, une exception mondiale. Pour écrire en France, il faut quasiment obligatoirement s'associer avec un réalisateur. Que pensez-vous de cette "politique des auteurs" française ?- Quelle est l'image des scénaristes français à l'étranger ? - En France, nous avons un gros déficit de "culture du scénario". Avez-vous des conseils pour nous aider à changer cela ? - De nombreux collègues scénaristes français aimeraient travailler sur le marché international. Si un scénariste français voulait travailler aux États-Unis, que recommanderiez-vous ?- Nous avons l'impression de vivre dans un monde où les histoires sont partout. Idéologies politiques, religions, extrémismes.... On parle beaucoup de "storytelling" dans les médias. Pourquoi le fait de raconter des histoires es devenu si important dans notre culture globalisée ?- Si vous aviez un seul conseil à donner à un jeune scénariste qui cherche à percer, quel serait-il ?
SECRETS DE SCÉNARISTES #SAISON2ÉPISODE4 / Benjamin Dupas / "Exfiltrés" et "Vernon Subutex" by La Guilde Française des Scénaristes
SECRETS DE SCÉNARISTES #SAISON2ÉPISODE3 / Magali Pouzol / "Funan" by La Guilde Française des Scénaristes
SECRETS DE SCÉNARISTES #SAISON2ÉPISODE2 / Nathan Ambrosioni / "Les Drapeaux de Papier" by La Guilde Française des Scénaristes
SECRETS DE SCÉNARISTES #SAISON2ÉPISODE1 / Alexis Michalik / "Edmond" by La Guilde Française des Scénaristes
INVITÉ DE L'ÉPISODE : Benoît Graffin / "En Liberté !" (31/10/18).AU PROGRAMME :- « Comédie d’auteur » VS « comédie de marché ».- « En liberté », un film écrit à six mains.- Le scénario, art « inné » ou artisanat « acquis » ?- Être scénariste = avoir le sens du rapport de force, du conflit.- Le problème de la reconnaissance du métier en France.- L’apprentissage du scénario avec Gilles Taurand.- Des débuts en animation TV.- Apprendre l’écriture en tournant un court-métrage.- Le scénario, une étape de création pleine de doute et l’angoisse.- Au cœur des meilleures idées de scénario : un paradoxe, une dynamique, une promesse.- Les grandes étapes de travail de Benoît Graffin : Pitch 3 pages / Traitement 25 pages / Séquencier « au mur » / Dialogues.- Structure et artisanat : créer l’intérêt du spectateur puis jouer avec.- Développer ses personnages. Trouver la métaphore qui les définit.- Trouver leur volonté. 2 ou 3 traits de caractère qui permettent de structurer le film.- Question clef : que peut-il arriver de pire à mon personnage ?- Journée type : tout dépend de la dead line de rendu au producteur.- L’importance de prendre du temps « autour » du scénario. Regarder des films.- En moyenne, une fois l’idée de film trouvée, Benoît écrit une V1 en un an.- L’ennemi du scénariste = le doute. Il faut garder l’énergie sur le long terme.- Importance fondamentale de la confiance entre les co-scénaristes et avec le producteur.- Maîtriser le sous-genre de la « screw ball comedy ». Ne pas se brider.- Comment les scènes de comédie « métaphorisent » le thème principal du film (la fiction plus belle que la réalité).- Exemple du sadomasochisme comme métaphore du thème.- La vraisemblance est moins importante que l’émotion en comédie.- Comment écrire une scène d’action « à l’américaine ».- L’importance d’avoir des idées avec un fort potentiel pour construire les actes 2 et 3.- Pour Benoît, la comédie est aussi dure à écrire que le drame.- Construire une scène de quiproquo : le plaisir de la construction scénaristique pure.- Écrire un scénario en action et en images. Puis viennent les dialogues.- L’importance de chercher constamment de nouvelles idées visuelles.- Comment s’est organisée l’écriture à trois scénaristes ?- Les prochains projets de Benoît Graffin : Adaptation d’un livre de Raphaëlle Bacqué et un récit racontant l’enfance de Daniel Auteuil.- Le conseil de fin : Ne jamais perdre l’enthousiasme.
INVITÉ DE L'ÉPISODE : Jean Regnaud / "Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill" (23/10/13) & "Le grand méchant renard et autres contes" (21/06/17).Jean Regnaud est scénariste sur de nombreuses séries animées (Ariol, Sam sam, Mouk, Petit Vampire, Ernest et Célestine) mais aussi de films : "Maman est en Amérique elle a rencontré Buffalo Bill" (nominé aux césars 2013) et "Le grand méchant Renard", césar du film d’animation 2018. Le court-métrage qu’il a scénarisé, "Mon papi s’est caché" est sorti dans le programme "Ta mort en short" le 31 octobre 2018. Il est également intervenant en scénario à l’école d’animation la Poudrière.AU PROGRAMME :- La seule énorme différence entre l’écriture pour l’animation ou le "live", c’est qu’il faut utiliser la fantaisie et la liberté que permet l’animation !- La question de l’adaptation : Il y a très peu de livres qu’on peut adapter tel quel. Il faut les adapter/les adopter… Comment ça se passe de s’adapter soi-même ? Surtout quand on parle de son propre vécu !La restructuration de l’histoire avec un enjeu fort pour tirer le spectateurLe sentiment de trahison du spectateur : quand le film raconte l’histoire différemment… ce qui est presque toujours le cas ! Si on ne trahit pas le livre, si on ne prend pas de risque un film ne peut pas fonctionner ! - Thématiques et sous-texte : Même quand on écrit pour les enfants, on peut aborder en sous-texte des thématiques dures ou graves. Se servir de la grande liberté graphique et narrative de l’animationMon papi s’est caché : une conversation entre un papi et son petit-fils, une manière poétique de parler en sous-texte des religions. La comédie : la tristesse marche encore mieux avec l’humour !- Habitudes d’écriture : écrire à plusieurs, il y a beaucoup de manière de travailler ensemble. On écrit aussi les histoires en les racontant. Les raconter transforme l’histoire. L’écriture scénaristique surtout en animation est un travail collaboratif… Nos remerciements pourraient être aussi longs que ceux des réalisateurs et des producteurs- Écriture de série : la bibleEn animation les personnages sont extrêmement caractérisés, limite caricaturaux, mais souvent on joue avec la caricature ! Bible de série et « Pré-bible » : ce sont les premiers épisodes qui concrétisent la série. Il faut laisser les scénaristes rentrer dans l’univers. Parfois des personnages apparaissent et disparaissent ! - Les difficultés de l’adaptation pour créer un concept de série : Exemple d’Ernest et Celestine : il y a des livres et un film. Trouver la récurrence, difficultés posées par les personnages, difficultés techniques liées à l’animation : on ne raconte pas tout à fait les mêmes histoires en 2D, en 3 D ou avec d’autres techniquesL’importance des dialogues Dans l’animation les dialogues sont très importants. On numérote les dialogues ! Nécessité que chaque dialogue fasse avancer l’histoire !- Écrire des épisodes en série d’animation : Exemple de la série qui se passe bien ! 52 épisodes à écrire. Mais dans l’idéal, il ne faudrait pas dépasser des équipes de 6, 7, 8 scénaristes !La mission du directeur d’écriture : l’importance de communiquer et de partager l’idée qu’on se fait de la série. Ecriture en brainstormingLes étapes : le pitch (il faut décrocher son téléphone !), le synopsis, la version dialoguéeLe pitch est l’étape la plus difficile ! Normalement, dans le pitch il n’y a pas la fin juste les enjeux !- Et on finit sur les meilleures séries d’animation…
INVITÉ DE L'ÉPISODE : Laurent Turner / "Radin" (28/09/16) & "L'Odyssée" (12/10/16).AU PROGRAMME :. Défendre le métier en partageant son expérience. Sortir de l’isolement.. Le déficit de « culture du scénario » en France. Un métier d’expert mal connu par le grand public.. La formation de Laurent : la lecture de scénarios américains (car difficulté d’en trouver en France), l’écriture, l’enregistrement et la multi-écoute de dialogues.. L’importance d’avoir un petit talent inné pour raconter des histoires, et le cultiver.. Attention au piège des manuels d’écriture, des méthodes qui enferment et qui « mécanisent » l’écriture, souvent théorisées par des non-scénaristes.. L’écriture par bloc de séquence.. L’apprentissage par l’écriture de films d’animation. Excellente école d’écriture visuelle : penser à la mise en scène et au montage dès l’écriture.. Libérer son écriture. Écrire vite et beaucoup. Ne pas chercher le chef d’œuvre. Le travail artisanal en quantité permet de sortir des chefs d’œuvre.. Comment Laurent a rencontré les « mentors » qui lui ont mis le pied à l’étrier.. La différence de perception des métiers du scénario. L’animation et le Cinéma.. Rencontre décisive avec le producteur Eric Jehelmann.. Le scénario qui lui a permis d’être identifié dans le cinéma : « La chance de ma vie », 1 million d’entrées.. Le plaisir de varier les genres de scénarios.. Le genre le plus difficile à écrire : la comédie. Nécessité d’une structure béton + des rires dans chaque scène. . Paradoxe de la réception des comédies en France : Le genre le plus dur à écrire est le genre le plus attaqué. Mais le temps rattrape le manque de discernement de certains critiques. Les bons films restent.. L’importance de la reconnaissance de ses pairs. . Qu’est-ce qu’un bon concept de comédie ? Trouver le bon angle, le bon point de vue. Partir du propos. L’exemple de Radin.. L’importance du MIDPOINT dans une structure solide d’un scénario de 100 pages.. L’importance du LOW POINT dans une bonne histoire.. Les étapes d’écriture de Laurent : importance du traitement de 40 pages. Pas de synopsis ni de séquencier.. L’importance de démarrer par les personnages avant de définir la structure du récit (l’enchaînement des péripéties). Le sel d’une histoire vient des personnages. L’exemple de Radin.. L’importance des personnages pour séduire les acteurs au moment du financement des films.. L’importance de la cohérence psychologique des personnages. Travail empirique en se mettant dans la peau des personnages. Sans surcharger les caractérisations.. La journée type de travail de Laurent. Long travail préparatoire sur papier chaque jour. Écriture de la continuité dialoguée en 10 jours.. Lire les conseils de William Goldman dans ses ouvrages « Adventures in the screen trade ». . La co-écriture sur les biopics L’odyssée et l’outsider. Cousteau et Kerviel.. La longue phase de documentation, de rencontres, de visites.. Savoir s’adapter aux réalisateurs co-scénaristes.. L’importance du bon angle dans l’écriture des biopics pour éviter l’effet « Wikipedia ». . La question du writers’ block : la difficulté de « craquer » les histoires. Laisser des phases de temps entre les versions pour retrouver du recul.. Le travail de lecture avec les comédiens. La relation avec le réalisateur au moment de la mise en production.. Les projets en cours de Laurent. 3-4 scénarios en parallèle. . Les conseils de la fin : lire beaucoup de scénarios et regarder les films du point de vue de la narration. L’importance du relationnel. Savoir rassurer les producteurs et les réalisateurs. Être bon en rendez-vous. Travailler beaucoup. Un épisode proposé par La Guilde Française des Scénaristes :http://www.guildedesscenaristes.org/Présenté par David Benmussa / The Film Talker : http://urlz.fr/7kynÀ retrouver en vidéo sur notre chaine YouTube : urlz.fr/84d2
loading
Comments (1)

Olivier de Plas

Très interessant. le son ça peut être franchement mieux par contre

Feb 20th
Reply
loading
Download from Google Play
Download from App Store