DiscoverLa Licorne
La Licorne
Claim Ownership

La Licorne

Author: Lily Gros

Subscribed: 6Played: 51
Share

Description

Le podcast qui révèle les secrets de ceux et celles qui organisent des moments collectifs extra-ordinaires.Podcast animé par Lily Gros, exploratrice de la facilitation.Dans ce podcast, vous découvrirez des personnes qui ont organisé des moments collectifs forts. Forts en émotion, en sens et en intention.Je vais à la rencontre de femmes et d'hommes qui ont partagé, vécu ces moments, parfois dans le cadre professionnel, parfois dans le cadre personnel.Le format des épisodes est court et dynamique : partage d'une histoire vécue, des apprentissages et des conseils de l'invité.e du jour pour vous permettre de, vous aussi, faire ce pas de côté dans vos moments collectifs.
34 Episodes
Reverse
Dans cet épisode, rendez-vous dans une université, où Mathieu Geiler a co-créé et co-animé le Labyrinthe de l'égalité.Le labyrinthe de l'égalité, c'est une installation de 100m2 pour sensibiliser aux questions de l'égalité entre femmes et hommes.Dans cet épisode, Mathieu nous raconte l'histoire de ce labyrinthe et les enseignements qu'il en a tiré.Comment sensibiliser et créer un impact ? “On n’est pas là pour faire changer les gens d’avis mais planter des graines et les faire réfléchir”“Je connais ces chiffres, mais de les voir écrits, de cette manière, est hyper prenant, déboussolant, fort”“Ce qui fait la différence est que les gens viennent d’eux mêmes ; c’est eux qui font le pas d’aller dans le labyrinthe, qui gèrent leur investissement et leur lecture”Quel accompagnement faire en complément d'installations physiques ? “On arrivait avec un grand sourire, plein d’énergie, on faisait naître de la curiosité chez eux. La plupart ne savaient pas qu’ils s’embarquaient dans un labyrinthe sur l‘égalité femme-homme”“A la sortie du labyrinthe on avait des médiateurs pour accueillir les gens. Les chiffres sont très forts, marquants, voire violents. On est là pour leur demander d’abord si ça va, comment ils ont vécu l’expérience et ensuite ce qui les a le plus marqu锓Le labyrinthe n’aurait pas du tout eu le même effet s’il n’y avait pas eu cette médiation. C’est tellement important de débriefer juste après cette expérience. C’est ce qui fait la valeur ajoutée de notre travail” Pour échanger avec Mathieu, rendez-vous sur le site https://www.takeactionforequality.com/Cet épisode est dédié à Alice Pouillevet et Aude Omerin, coanimatrice et cocréatrices du labyrinthe de l'égalité. 
Bienvenue dans cet épisode de la licorne, spécial Cop26. La cop26 aura lieu du 1er au 12 novembre à Glasgow et vise à inspirer, imaginer et trouver des solutions pour un futur collectif durable. Dans cet épisode, j’ai le plaisir d’Olivier Maurel, qui nous raconte une Deep Time Walk, ou marche du temps profond, une marche collective de 4.6km, pour revivre l’entièreté de la vie sur terre depuis 4.6 milliards d’année. Un moment fort de conscience, présence. Nous parlons dans cet épisode de rêve, d’écologie profonde, de changer de regard, communion avec la nature et engagement. Olivier Maurel est  entrepreneur-facilitateur, en intelligence collective et écologie profonde.- Pourquoi rêver ? Pourquoi changer de regard ? “Le rêve est comme une étoile dans la nuit qui nous éclaire”“Changer de regard permet de changer le monde. Il y a besoin d’action concrète, terrain, et en même temps, changer de point de vue c’est déjà se décaler merveilleusement”- Qu'est-ce que l'écologie profonde ? Comment changer son regard sur le vivant ?“Notre relation au monde ne peut pas être uniquement sur du quantitatif, et c’est ce que propose l’écologie profonde. C’est pouvoir joindre au quantitatif le qualitatif. De pouvoir s’intéresser à un arbre, pas juste en mesurant sa taille, le nombre de kilos de carbone qu’il séquestre, le nombre de kilos de pommes qu’il produit. L’idée c’est de pouvoir rencontrer en communion avec la nature qui nous entoure et dont nous faisons partie. ““Derrière l’écologie profonde et le travail qui relie, il y a l’idée que nous sommes un. Je passe d’une vision égocentrique qui sépare, classe, ordonne, contrôle, à quelque chose de plus incluant, où je valorise la diversité dans l’unité”  - Quel rôle jouent les expériences dans la transition écologique ? “C’est l’expérience profonde qui va amener un questionnement profond, qui amène un engagement profond. C’est parce que j’ai vécu une expérience avec une intensité et qualité de vie bousculante que quand je reviens dans le temps ordinaire je me dis, non, la vie ça ne peut pas être ça.”- Quels apprentissages tirer de ces marches, en tant que facilitateur et humain ?“En tant que facilitateur je me suis rendu compte que je n’avais pas toujours besoin de post-it, de matrices, de paperboard. Une marche en forêt fait super bien le boulot"“La Deep Time Walk m’invite à me laisser porter. Il y a 4,6 milliards d’années qui connaissent les arabesques de la vie, et qui sauront te guider vers où passer.”Les références citées par Olivier MaurelLe Schumacher college et Satish KumarArne NaessStephan Harding, concepteur de la Deep Time WalkPour retrouver le site d’Olivier Maurel : https://syncandthink.mystrikingly.com/ . Et le programme alliance pour la nature est à ce lien https://allianceaveclanature.mystrikingly.com/ Pour participer à une Deep Time Walk pendant la COP26, rendez-vous sur le site https://www.deeptimewalk.org/cop26/A Paris, Olivier organise une marche du temps profond, au départ à 15h de la Tour Eiffel (inscriptions : https://www.eventbrite.com/e/deep-time-walk-avec-la-cop26-marche-du-temps-profond-tour-eiffel-15h-tickets-198254854607) La dédicace va à Matthieu Dardaillon et Joséphine Bouchez, cofondateurs de Ticket for change et auteurs du manifeste “Tu fais quoi dans la vie ?”
Dans cet épisode, Manon nous raconte un voyage culturel, émotionnel et intérieur. Manon Baëlen nous raconte une cérémonie de la pipe sacrée (autrement connue sous le nom de calumet de la paix).Dans cet épisode, Manon vous partage également l'histoire de la prophétie arc-en-ciel.Dans cette histoire, Manon nous fait découvrir Ce qu'est une cérémonie “Une cérémonie n’est pas nécessairement spirituelle pour moi, parce que la spiritualité c’est la vraie vie”“Une cérémonie est un moment collectif que l’on va marquer avec des rituels. On va utiliser des symboles, des gestes, des mots signifiants pour les personnes qui sont réunies. Ce qui fait cérémonie est le fait d’être ensemble autour de ce rituel, et peut-être aussi autour d’une intention commune”.Comment donner un sens spirituel à un moment collectif“Quand je passe la pipe à mon voisin, il y a une manière de la tourner pour que je fasse attention à lui. Le silence m’invite à soutenir son espace, à l’entourer de mon attention. Je suis attentive à ce qui se passe pour l’autre et j’ai envie de le soutenir car je sais que ce qu’il offre est le plus beau de lui-même, dans l’intention de faire une prière pour le monde”"On peut avoir des prières pour soi et pour ses proches, mais on a rarement des prières pour le futur, et en ça il y a quelque chose où on se replace dans la ligne du temps et c’est très beau”“Ce qui va faire l’ouverture à quelque chose de plus grand est l’intention. Dire qu’on invite la dimension subtile, invisible, liée à chacun. Collectivement, on dépose qu’on a envie d’être soutenus par l’invisible, par les croyances de chacun”“Dans le simple fait que des personnes soient réunies, il y a plein d’échanges, partages, retrouvailles qui peuvent se produire”Comment dépasser l'appropriation culturelle pour s'ouvrir au sens profond d'une cérémonie “La manière dont il nous apporte ce sujet là nous invite complètement à la table pour découvrir sa culture”“Il y a cette autorisation pour me relier à plus grand que moi, me relier à d’autres cultures et considérer que ces ancêtres là ont aussi apporté des choses à notre peuple”“Que je croie à quelque chose ou pas, qu’est-ce qui se passe quand je suis assis en cercle et des personnes aussi différentes lâchent des masques et se prêtent à ce rituel incongru ?”Pour retrouver Manon, rendez-vous sur le site https://www.le-noisetier-epanoui.com/ Une des dédicaces de Manon : Claire Marie et son livre "Comment je suis devenue chamane"
Pour ce nouvel épisode, Amélie Bridot, coach, facilitatrice de bien-être au travail, nous raconte le tout premier atelier qu'elle a animé en tant qu'indépendante.Dans cet épisode, elle nous parle de syndrome de l’imposteur, de se faire prendre au sérieux, d’authenticité, d’impact, mais aussi de licornes, trottinette électrique et baskets à paillettes.Qu'est-ce que le bien-être au travail ? "Le bien-être au travail n’est pas une licorne""Souvent, on peut se dire que le bonheur au travail c’est la cerise sur le gâteau, il n’y en a pas vraiment besoin (...) Pour moi, ça comprend faire ce que j’aime, le faire dans des bonnes conditions, agir au quotidien pour booster son épanouissement au travail"Je pense qu’on peut tous être acteurs et actrices de notre bien être au travail, ne pas attendre que ça vienne forcément des managers et de la direction. On peut avoir un impact à notre échelle à chaque fois.""On avait vraiment été au cœur : on n’est pas restés dans la superficialité (...) ils avaient parlé des vrais sujets, notamment de suicides au travail. "Comment faire de son premier atelier une réussite ? “Le fait d’avoir osé complètement moi-même, j’étais à l’aise dans mes baskets à paillettes. Si je m’étais habillée avec petits talons et tailleur j’aurais été beaucoup moins à l’aise”“Entre le retard, les participants qui parlent plutôt pas le français, ça a donné une pression magique, en mode défi et challenge que j’aime beaucoup”“Le fait qu’ils choisissent leur atelier les a impliqués dans le sujet”“Heureusement qu’ils se connaissaient avant, parce qu’ils se sentaient en confiance et qu’ils ont pu échanger librement”“Les  choses peuvent ne pas se passer comme prévu à chaque fois. Et c’est ok et on s’adapte. C’est peut être cela aussi qui les a mis en confiance pour aller sur ce sujet” “C’est à eux de trouver leurs propres solutions aussi, et c’est ça qui a le plus d’impact”Retrouvez Amélie Bridot sur Instagram, LinkedIn et sur son site komizo.frAmélie a dédié cet épisode à Lauriane Gonzalez, de Yolyshine. ************Je recherche des prochains et prochaines invité.e.s qui pourraient me raconter un moment extra-ordinaire dans leur vie hors travail. Un mariage, un enterrement, un voyage, un divorce, une réunion de famille, une  fête vous a marqué ? Envoyez-moi un mail à lily.gros@gmail.com ou contactez moi sur les réseaux sociaux. A très bientôt ! 
Pour cet épisode, direction Bruxelles pour rencontrer Nathalie Gilly et découvrir ses tables ouvertes.Pendant 5 ans, tous les jeudis, Nathalie a animé des tables ouvertes chez elles ; des dîners ouverts, sans chichis, avec des rencontres imprévues et improbables.Dans cet épisode vous découvrirez- Quels sont les ingrédients d'une table ouverte“On ne savait jamais combien de personnes il y aurait. La table était ouverte à qui avait envie de venir et on pouvait être entre une et vingt personnes.”“L’enjeu de la soirée n’était pas de faire de la grande cuisine, on était en mode bonne franquette”- Comment réellement accueillir les autres chez soi“Le vrai accueil c’est accepter que les gens sont différents, qu’ils vivent les choses d’une façon peut être distincte de la mienne. Si on est dans cet accueil un peu radical, ça créé une détente”“Un accueil qui va plus loin que je t’accueille chez moi. Je t’accueille chez toi, avec ton chez-toi que tu amènes chez moi”- Comment organiser des tables ouvertes à son tour“Le secret c’est de ne pas avoir d’attentes ; j’avais accepté que ce qui allait venir allait venir et que ça serait juste”“La notion d’obligation est étrangère à la notion de table ouverte. C’est une ouverture vers les autres et aussi vers soi. Qu’est-ce que j’ai envie de proposer qui soit juste pour moi, les autres et pour le monde” Pour retrouver Nathalie Gilly, un seul mot : Zoupitizoup.
Dans cet épisode, nous rencontrons Ewen Le Borgne, consultant et agent provocateur basé aux Pays-Bas.Ewen nous raconte une animation qu’il a menée pour un centre de recherche agricole au Mexique et nous introduit à l'every day process literacy (ou pleine conscience du processus). L'every day process literacy c'est l'idée d'éduquer les participants d'un événement au processus qu'ils vivent ; pour qu'ils se l'approprient et lui donnent du sens. Dans cet épisode, Ewen nous partage une foule d'anecdotes : comment utiliser son micro ,rendre des post-it lisibles, le langage des couleurs, le silence, Liberating structures, la puissance des tables ovales ou encore les spirales.Les questions que nous abordons ensemble :- Qu'est-ce qu'un "MC" ? (maître de cérémonie / master of ceremony)- Comment bien utiliser son micro ? (spoiler : on vous parle de metal)- Comment écrire des post-it lisibles "Plutôt que d’écrire un mot, utilisez des phrases complètes"- Comment utiliser le silence ? - Comment configurer une salle pour créer du dialogue entre les participant.e.s ?Un épisode créatif, à la croisée de plusieurs univers, pour lequel je remercie beaucoup Ewen.Pour retrouver Ewen, direction Twitter, LinkedIn, son blog sur le Knowledge Management et son site sur le Process Change. Les dédicaces d'Ewen : Liberating Structures et Community at Work. 
Gwenaëlle Goëler est accompagnatrice de projets à impact.Dans cet épisode pas comme les autres, elle nous raconte l'histoire du premier cercle de cœur mixte qu'elle a organisé à l'automne 2020. Un cercle de cœur c'est "un voyage intérieur pour les aider à se reconnecter à cette part en eux qui est le cœur. L'espace à partir duquel on agit de manière juste et on peut créer à partir de notre singularité". Gwenaëlle a eu l'élan d'organiser ces cercles suite à une rencontre avec une association qui ", par l'art, aide les adolescents à s'éloigner de l'alcool, et les femmes dans l'affirmation d'elles-mêmes face à la violence qu'elles peuvent subir" Les questions que nous avons abordées ensemble :- Qu'est-ce qu'un cercle de cœur ?- Pourquoi créer un espace mixte ? - Pourquoi utiliser les pratiques artistiques ? "le corps sait, est source d'intelligence, d'information, d'alchimisation et c'est essentiel qu'il y aie un dialogue entre les différentes parts de nous.""Le cœur est cet endroit qui permet de faire le lien entre les différentes parts de nous""Dans cet espace de créativité on peut s'autoriser à lâcher les jugements, lâcher les croyances.""Les pratiques artistiques sont le lien à notre humanité, ce qui fait notre singularité sur cette planète" - Comment utiliser les pratiques artistiques pour ouvrir des espaces de (re)connexion à soi ? "J'ai créé un flow musical qui raconte une histoire. C'est pas juste des musiques qui s'enchaînent ; c'est une histoire avec des rythmes, variations, résonances, contre-pied""Est-ce que je suis confortable, inconfortable. Est-ce qu'il y a de la joie, de la peur à être en lien à l'autre, ou pas ? Tout cela raconte une histoire et c'est de l'information précieuse pour le chemin de développement de soi" - Quels ingrédients pour créer la dimension extra-ordinaire de cette rencontre ? "Oser partager aussi son propre chemin contribue à créer un cadre de confiance. On n'est pas au-dessus, pas en-dessous, à égalité""La notion de miroir c'est me dire ; ce que je vis, tu le vis, ce que tu ressens, je le ressens. Il y a souvent des échos dans une histoire"- Quels conseils pour des organisateurs de tels événements ?"J'ai envie d'inviter les organisateurs à se connecter à leur intention ; à partir de quelle énergie je veux œuvrer et dans quel but ?""Porter un regard neuf sur soi en tant que facilitateur, et sur les participants, hommes, femmes, et sur la dynamique, même si on revient sur un sujet qu'on a pu entendre 10, 20, 30 fois.""Les silences sont précieux jusqu'à la dernière seconde. La personne sur le pas de la porte en train de partir peut avoir un déclic, une prise de conscience""Laisser la personne aller au bout, vivre son inconfort jusqu'au bout. Peut-être qu'en laissant du silence, des pleurs, des rires, la personne va pouvoir aller plus loin dans des prises de conscience, l'accès à des ressources, la compréhension d'elle-même""Je veux vous partager une invitation ; vous lever le matin, vous centrer et vous demander "quelle est mon intention créative pour la journée ? qu'est-ce que j'ai envie de vivre ?""Pour retrouver Gwenaëlle, rendez-vous sur Instagram, LinkedIn, son site, son blog, le groupe Corps & sens ou encore par mail. Gwenaëlle a dédicacé cet épi
"Si on le traduit littéralement, le feedback c'est se nourrir en retour" Dans cet épisode, nous plongeons au cœur des relations entre membres d'une équipe et parlons feedback avec Aymeric Marmorat.Aymeric nous raconte la  chaise chaude ; un moment d'équipe qu'il a vécu chez Enactus France où chaque personne de l'équipe a été invitée à donner un feedback aux autres membres d'équipe. Les questions que j'ai évoquées avec Aymeric : Qu'est-ce qu'un feedback ? "Dans un collectif, on agit, on influence, on créé du mouvement avec les autres. On interagit avec les autres, par la parole, l'action, ses postures, son attitude, et même parfois par son inaction. Ce que l'on fait a des conséquences sur les autres et on n'est pas toujours conscient de ce que ça peut générer chez l'autre ou dans le collectif.Le feedback, nourrir en retour, c'est mettre en lumière, avoir un retour, conscientiser les conséquences de son action ou de son inaction sur les autres"Pour Aymeric, il existe 4 types de feedbacks :Le feedback du manager à son collaborateur, qui peut aussi être réciproqueLe feedback d'un collectif sur un projet Le feedback d'un membre d'équipe à un autre Le feedback d'un collectif à un membre d'équipe "L'intention d'un feedback est d'offrir un cadeau à l'autre, pas de régler ses comptes. Cela nécessite donc un emballage. Et comme tout cadeau on a le choix de ce qu'on en fait : on le prend ou on l'utilise ou on le met dans un tiroir et on l'oublie""Derrière le feedback il y a le parler vrai. Lorsqu'on dit dans un climat de bienveillance là où l'autre nous a irrité, cela contribue à générer de la relation de confiance. Et cela permet d'avoir du linge propre" Aymeric cite les travaux de Will Schutz autour de l'élément humain.Comment donner et recevoir un feedback ? "Ne pas se centrer sur la personne, mais son comportement""Cela nécessite beaucoup de confiance dans le collectif et cela fonctionne quand il y a déjà une base de confiance. S'il y a cette base de confiancel,  l'exercice renforce la confiance dans l'équipe" "La seule chose que j'ai le droit de dire (en recevant), c'est merci. Sans justification" "Oser donner du feedback positif régulièrement" "On apprend du feedback d'amélioration mais on tire son énergie du feedback positif" Comment guider un moment de feedback en équipe ? 5 ingrédients sont clés :Expliquer ce qu'est un feedbackExpliquer l'intention derrière ce momentDonner suffisamment de temps (au moins 2h pour une chaise chaude)Guider l'exercice dans un endroit où chacun se sent bien, où il n'y a pas d'interruptionsIncarner : la personne qui porte le sujet doit pouvoir être exemplaire sur la démarche et montrer l'exemple Pour retrouver Aymeric, direction LinkedIn.La dédicace de cet épisode est faite à Magdalena Musiala, facilitatrice. 
Pour l'épisode du jour nous répondons à une énigme : comment fêter un anniversaire sans se réunir physiquement ? Julie Guény, cofondatrice de Reliez-vous, nous raconte le livre d'or qu'elle a réalisé pour les 50 ans de sa maman. Au menu du jour :Qu'est-ce que se souvenir ? "Ce qui fait la richesse de la vie, c'est les rencontres et ce qu'on a partagé. En faisant un album où chacun raconte ses souvenirs, on se relie à ce qui nous rassemble et qui est positif" "Je  fais des albums de photo, que je relis à mes enfants quand ils sont grands, avec les phrases rigolotes qu'ils disent quand ils apprennent à parler, les choses marquantes. Et cela créé le ciment de leur histoire et aussi le ciment de leur famille"Comment créer un livre d'or ? "Avoir un support physique est vraiment important (...) cela devient un petit peu comme un doudou""Cela fait presque 15 ans et ma mère me dit que de temps en temps quand elle a un petit coup de blues, elle replonge dans ce classeur et retrouve tout le bonheur de ce tissu relationnel, de tous les gens qui m'aiment et qui me l'ont dit dans cet album""Le plus longtemps est que les personnes se lancent, de les motiver, de désacraliser ce côté je n'ai rien à écrire, je ne sais pas quoi écrire, est-ce que je vais être à la hauteur""Une fois que les gens sont lancés, ils en retirent eux-mêmes une sorte de joie et de fierté. C'est le principe de la gratitude". Qu'est-ce qui en fait un moment extra-ordinaire ?Deux ingrédients sont clés :- La force du collectif et de la mobilisation d'un groupe tout entier "Rares sont les occasions dans une vie de témoigner collectivement son affection. Il y a peut-être un discours de mariage, un anniversaire et après malheureusement c'est souvent aux funérailles que de très belles choses sont dites. "- L'écrit, sa profondeur et sa puissance "On va parler de la personne et de la relation et c'est cela qui donne une valeur et une puissance au message. On ne dit pas bonne retraite Gérard, on dit Gérard je me souviens de tous les cafés qu'on a bus, tu m'as parlé de tes enfants, je me souviens de la fois où on a déjeuné à côté. Cela dit quelque chose d'unique (...) Cela permet de raconter la personne à  travers un souvenir et quelque chose qui est très spécifique à la relation" Les conseils de Julie pour se lancer dans la création de souvenirs - Se lancer et persévérer - Poser une question très simple pour créer un dénominateur communPar exemple : Quelle recette de cuisine voudriez-vous lui envoyer, est-ce que vous pouvez dessiner cette personne, comment la connaissez-vous ? - Fédérer"C'est important de, si on veut essayer de rassembler tout le monde, de n'oublier personne"Pour retrouver Julie Guény, direction LinkedIn ou encore www.reliez-vous.fr La dédicace de fin d'épisode est faite à Florence Servan-Schreiber, auteure notamment de 3 kifs par jour. 
Bienvenue dans ce nouvel épisode de La Licorne - au menu du jour, l’histoire d’un goupe de jeunes qui, pendant 3 jours, ont hacké une conférence sur le développement durable et la RSE en entreprise. Florent et Valentine vont vous raconter une histoire d’inclusion, facilitation, accompagnement au changement, controverse, débat et expérience d’équipe. Belle plongée au cœur de l’histoire des Youth Hacktivators. Valentine de Muizon et Florent Faucher sont co-fondateurs des Youth Hacktivators. Dans cet épisode, ils nous racontent l'histoire des Youth Hacktivators pendant Sustaintable Brands Paris 2019. Les questions que nous abordons ensemble : - Qu'est-ce que l'authenticité ?“L’authenticité c’est ne pas chercher à se cacher, être toujours le plus près de soi” Valentine de Muizon"L’authenticité  c’est aller au-delà des conventions pour être qui on est véritablement” Florent Faucher- Quels sont les ingrédients clés de succès pour bousculer les entreprises sans les brusquer ? “Par effet miroir, nos questions permettaient au public de se remettre en question par rapport à ses propres pratiques” Florent Faucher “Plutôt que dire vous ne faites pas assez, dire comment pourriez-vous  faire plus ? Comment pourrions-nous trouver des solutions ensemble ?” Valentine de Muizon“Trouver un langage commun, se comprendre et être d’accord de ne pas être d’accord” Florent Faucher- Comment passer d'un groupe de jeunes qui ne se connaissent pas à un groupe soudé ?“Ce qui a tout fait, c’est la facilitation ; la manière dont le groupe a été préparé à agir pendant l’événement. On ne se connaissait pas et au bout de 4 jours on avait l’impression de se connaître depuis toujours avec quelques personnes” Florent Faucher“Ce qui est important est d’avoir une diversité de profils, avec une valeur commune forte ; l’engagement” Valentine de Muizon- Comment construire des événements inclusifs, qui mélangent différents types de population ? “Laisser de la place ça veut dire ne pas tout téléguider. Plus on va téléguider le groupe qu’on a choisi pour apporter de la diversité, moins cela va être réussi”  Valentine de MuizonRetrouvez les Youth Hacktivators sur LinkedIn et InstagramLes dédicaces de fin d'épisode ont été faites à Bruno Vinay, Enactus France et Impact. 
Dans l'épisode du jour, nous rencontrons Marion Da Riva, qui nous raconte une rencontre amoureuse extra-ordinaire et comment ce coup de foudre s'est transformé en relation tissée.“Ca n'a pas été fluide tout de suite. C’est important de le dire car souvent quand on parle de coup de foudre on se dit ça a été simple, fluide, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Cela a fallu que je persévère et lui aussi” “Même en coup de foudre, une relation se construit”“Jusque là, je pensais qu’on s’aimait, c’était l’autoroute du kiff et on s’arrêtait là. Et en réalité, parfois on fait des pauses au péage, parfois on mange un sandwich triangle et c’est pas top. C’est une autoroute avec plein de virage, de sorties, que l’on co-construit” “Les relations se  tissent et se dé-tissent et c’est toujours pour une bonne raison”“J'aime bien, de manière inopinée, envoyer un colis à quelqu’un, qui ne s’y attend pas. Ce n'est  plus pareil de s’envoyer des messages sur messenger et instagram. Prendre le temps de créer, envoyer quelque chose à quelqu'un par la poste a un goût d’antan qui rend les choses magiques.” “Si vous devez tisser un premier lien, c’est déjà avec vous avant d’aller vers les autres, même si les autres sont souvent un reflet de ce que l’on a en nous”Pour retrouver le site de bijoux faits par Marion : https://willow-atelier.fr/ et https://www.instagram.com/willow_atelier/ Toutes les informations sur https://fr.tipeee.com/subtil-documentaire pour le documentaire Subtil (et également sur Instagram  https://www.instagram.com/__subtil_/Et pour vous régaler, une recette de tourte à la patate : https://www.marmiton.org/recettes/recette_tourte-aux-pommes-de-terre_18847.aspx 
Bienvenue dans ce nouvel épisode, où Rym Roy-Krouri et Sarah Philippe, d'Enactus France, nous partagent l'histoire d'une journée d'équipe spéciale.Dans cet épisode, elles répondent à cette question universelle : comment faire des réunions d'équipes qui sortent de l'ordinaire et qui ont vraiment du sens ?Qu’est-ce qu’une réunion d’équipe ? A quoi peut-elle servir ? “Pour moi un temps d’équipe c’est ça : quelque chose qui allie le formel et l’informel et nous fait vraiment sortir de la routine” Sarah Philippe“Mieux on se connaît entre collègues de façon formelle et informelle, plus les relations de travail sont meilleures et efficaces” Sarah Philippe Le half-team day parisien et son déroulé “On était à un moment de l’année où il y avait eu beaucoup d’arrivées dans l’équipe et on ressentait de donner du concret sur le besoin du quotidien des collègues, dont on ne connait pas forcément les tâches.” Sarah Philippe“Paris Solidari-Thé propose des jeux de piste solidaires et ds moments de teambuilding à travers des parcours de découverte d’un quartier, avec l’idée de mettre l’accent sur des initiatives solidaires d’un quartier” Rym Roy-Krouri“L’idée du vis ma vie était d’organiser des rendez-vous entre personnes d’équipe qui ne sont pas dans les mêmes équipe projet pour échanger sur sa formation, ses études, les expériences professionnelles précédentes et chez Enactus, ce sur quoi elles travaillaient au quotidien, les autres personnes de l’équipe avec lesquelles elles avaient des relations, ses tâches et enjeux au quotidien. Sarah  Les secrets pour une réunion d’équipe réussie “Aller en dehors du bureau a vraiment libéré des échanges et liens avec des collègues. C’était un moment hors du temps” Sarah Philippe“Mon conseil est de couper toutes les distractions et les téléphones et s’accorder vraiment ce temps pour soi et pour l’équipe. Etre pleinement présents” Rym Roy-Krouri“Mon conseil est de se mettre en action et sortir du cadre, créer des conditions d’échange et de lien avec d’autres personnes. Par exemple ; créer des petites équipes, des moments d’échange en sous-groupes” Sarah Philippe“Il n’y a aucune obligation de partage. Si des personnes n’ont pas envie de partager, elles ne sont pas forcées de le faire.” Sarah“Mon conseil est d’anticiper et informer tout le monde de ce qui va se passer avant. Cela permet de créer une dynamique d’équipe en amont” Sarah  Les références citées par Sarah & RymParis Solidari-Thé: https://www.parisolidari-the.com/ Le film Bigger than us : https://biggerthanus.film/Les liens pour suivre Enactus Francehttps://fr-fr.facebook.com/Enactus.France/ https://www.linkedin.com/company/enactus-france/ https://www.instagram.com/enactusfrance_officiel/ https://twitter.com/EnactusFrance https://enactus.fr/  Suivre Enactus France sur Welcome to the Jungle pour les offres d’emploi et recherche de formateurs freelance : https://www.welcometothejungle.com/fr/companies/enactus Vous avez aimé cet épisode ? Découvrez d’autres épisodes sur le même thème : 
Combinez confinement, tiny-house, accouchement à domicile, habitat en collectif, et vous obtiendrez un accouchement extra-ordinaire !Dans cet épisode, Johanne nous raconte un accouchement à domicile extra-ordinaire.Nous y parlons De l'accouchement"Je trouve qu’autour de l’accouchement il y a quelque chose  d’hyper tabou, je partais d’une page blanche.""Il y a autant de projets d’accouchements que d’accouchements, de femmes. ""On était dans une bulle, la bulle de notre mini-maison, des hormones, de l’amour, de tout ce qui était en train de naître."Du rôle du collectif dans l'accompagnement de parents et futurs parents"On était 3 couples sur un grand terrain de verdure, avec chacun notre habitat. Nous avions réfléchi tous ensemble, on passait beaucoup de moments en commun pour anticiper tout ce qui se passe dans notre vie communautaire. On avait imaginé le jour de l’accouchement, évidemment ça ne se passe jamais comme prévu, mais c’est quelque chose qu’on avait réfléchi et préparé à 6." "C’est pas tant le jour de l’accouchement que ce qui entoure la parentalité qui est important à vivre en collectif. On a besoin de tout un village pour élever un enfant."De relations et d'amitié"Tu as beau avoir tout l’argent, le matériel qu’il te faut, mais ce sont les autres qui apportent ce dont on a fondamentalement besoin pour être heureux.""Il faut prendre le temps d’être à l’écoute des amis, être présents dans ils ont besoin de toi, d’accepter qu’il peut y avoir des temps de silence dans les amitiés”Les inspirations de Johanne : les 4 accords Toltèques, de Don Miguel Ruiz La micro-fabrique de Kombucha dont Johanne parle : Lokki La dédicace de cette épisode est faite à Kristelle, doula qui a accompagné Johanne, Simon et Léo. https://www.instagram.com/karma.mamas/ 
Aujourd'hui, nous parlons climat, jeu de rôles et événementiel.Dans l'épisode du jour Claire Bourrasset, coach éclaireuse et fondatrice de Rouj, nous parle de sa participation à une simulation internationale de négociation pour le climat.Pendant cet événement, 120 étudiants se sont rassemblés pour rejouer une rencontre internationale sur le climat - la COP de 2009 qui avait été un échec cuisant - et voir s'il était possible d'obtenir un autre résultat. Elle revient sur cet événement, vécu pendant sa vie d'étudiante, pour en décrypter les grands apprentissages.Comment créer une prise de conscience collective ?Comment faire face à des événements inévitables ? Quelle organisation pour un événement de 120 personnes, 3 Jours et 1 nuit ?  Dans cet épisode, Claire nous parle de l'impact qu'a eu cet événement sur sa vie et celle des participants.“Aujourd’hui, toutes les personnes que je connais qui ont participé à cette simulation sont engagées professionnellement sur ce sujet”Nous revenons également sur le format choisi, l'organisation et le rôle des détails dans le vécu des participants.“Le  fait de s’être mis à ce point là à la place d’un autre pays. On parle beaucoup de notre point de vue de pays occidental. De se mettre pleinement à la place d’un pays comme la Chine fait voir les choses sous une toute autre perspective”  “Dans les négociations internationales, ce qu’on sait peu c’est que le gros du travail se passe dans les temps off ; les moments à la machine à café, dans les couloirs. C’est là que se passent des moments clés, encore plus que dans les moments officiels”“On avait soigné tous les détails. Comme dans une vraie négociation il y avait des espaces où certains pays pouvaient aller, d’autres n’avaient pas le droit. Il y avait des ONG qui essayaient d’influencer les négociations. Des badges qui donnaient des accès à certains endroits.”“Ces détails ont permis aux étudiants de se prendre au sérieux dans ce qu’ils étaient en train de faire.” Et enfin, Claire nous livre ses apprentissages sur ce moment marquant.“On souffrait de ne pas avoir eu de moment de débrief, de ne pas avoir exprimé tout ce qu’on avait ressenti pendant la simulation”“De regarder le sujet en face aurait pu me paralyser, mais au contraire cela m’a reconnectée aux autres et au fait qu’on peut tous faire quelque chose à notre échelle”“Quand on se sent seul par rapport à un sujet, se connecter à d’autres. En se connectant à d’autres on peut retrouver de l’énergie là où il y avait un blocage”Claire nous a parlé de Mathilde Imer à qui elle fait la dédicace de cette fin d'épisode. Pour retrouver Claire, rendez-vous sur le site de Rouj et sur LinkedIn ou par mail à claire.bourrasset@gmail.com  
Myriam Hadnes est facilitatrice, créatrice du podcast Workshops Work et du festival de facilitation Never Done Before.Dans ce podcast, Myriam nous parle- De la création de liens dans un monde bouleversé "Cette pandémie nous a appris que ça vaut le coup de s’ouvrir, de trouver des connexions en dehors de notre environnement de proximité géographique”- De vulnérabilité et authenticité“On voulait créer un moment de joie et de vulnérabilité, aller plus profond que les projets habituels sur le business”“Si un homme montre de la vulnérabilité, ça a un autre impact et ça encourage les femmes autour à oser aussi”“Laisser de l’espace pour que les autres puissent définir le niveau auquel ils veulent s’ouvrir” - Du pouvoir du jeuMyriam a créé un jeu en 4 catégories Cadeaux. Par exemple : recevoir une ovation, entendre parler d’une peur.   Défis. Par exemple : explique ton plus grand regret, ton côté obscur, danse comme si tu étais seulActions. Par exemple : chante ton avenir, mime ton premier rendez-vous, chante de 1 à 10 comme si c’était une chanson d’amour Activité tactile : faire une création en pâte à modeler “On a pris la décision consciente de ne pas introduire un jeu à boire. On ne voulait pas distraire de l’essence du jeu ; l’honnêteté” “Si on invite les personnes à utiliser leurs mains, leur créativité, à sortir du normal, ça nous sort de notre zone de confort et nous donne permission de revenir dans notre enfance.”- De l'importance de l'audace, de l'incarnation“Nous avons commencé. Nous ne l’avons pas invitée à prendre la première carte car il faut guider par l’exemple”“En tant que facilitateur on a souvent ce doute “Qu’est-ce qu’on fait si le groupe dit non”. Si la personne, le groupe ressent qu’il y a du soin, qu’on a réfléchi à créer un environnement de confort, un espace sûr, ils vont suivre. Ensuite, il faut juste oser et plonger”- De l'importance du cadre et de l'environnement physique“Quand elle est rentrée dans la pièce, elle a vu qu’on avait pris du temps et du soin à tout préparer” Retrouvez Myriam sur son site internet workshops.work
Dans l'épisode du jour je vous propose de rencontre Claire & Corine Versini, un duo fille-mère !Elles nous racontent l'organisation surprise de l'anniversaire de mariage de Corine et son mari, pour 20 ans de mariage.C'est une histoire de complicité, de famille, de surprises entre petite-fille et grand-mère, de voyage au bout du monde, et c'est aussi l'histoire d'un événement qui est allé à l'essentiel.Je retiendrai notamment de cet épisode deux conseils très importants : préparer des mouchoirs et garder des archives de l'ensemble des coulisses L'épisode s'articule en trois moments de discussionUne première discussion philosophique sur ce qu'est le mariage"Cela me semble important de célébrer et de prendre le temps de la  célébration" Corine "Pour moi, le mariage est un moment symbolique d'union et d'amour que des personnes souhaitent partager avec d'autres" ClaireL'histoire du jour, ses anecdotes "Pour marquer ce moment là on s'est dits qu'il fallait faire la fête et rassembler les personnes qui étaient les plus importantes pour mes parents et dans l'histoire de leur mariage" Claire "Le point d'orgue de cette surprise là allait être de les rassembler à nouveau" Claire "C'était un rassemblement de personnes qui s'aiment très fort et qui voulaient célébrer deux personnes qui s'aiment tout particulièrement fort" Claire Les ingrédients qui ont fait la réussite de cet anniversaire de mariage"On était dans quelque chose de simple, humain et authentique, pas dans de la surprise spectaculaire" Corine"On n'a pas cherché à faire quelque chose d'extraordinaire, mais plutôt ce qui était le plus juste" Claire"On n'a pas cherché à rajouter des activités, à en faire trop" Claire"Un des secrets est que l'on a transformé tout ce qui aurait pu relever de la contrainte en créativité" Claire "Commencer par l'essentiel et s'en tenir là et le reste arrivera" Corine Pour retrouver Corine et Claire, direction LinkedIn !
Aujourd'hui, rendez-vous autour de nos assiettes. Dans l'épisode de cette semaine je vous partage mon échange avec Diane, cofondatrice des Petites Cantines. Les Petites Cantines c'est un réseau non lucratif de cantines de quartier.Dans cet épisode, Diane nous parle des coulisses de ces cantines et d'un grand moment d'émotion qui s'y est déroulé. Sans vous en dévoiler tout le contenu, cette histoire parle de deuil, accordéon et authenticité. En partant de cette histoire, nous en profitons pour parler de sujets importants, nécessaires, même vitaux quand on s'adresse au lien social : - Ce qui se passe au-dessus de l'assiette"On a besoin d'être nourri non seulement dans l'assiette mais aussi dans ce qui se passe au-dessus de l'assiette"- Ce qu'est un maître / une maîtresse de maison "L'hôte c'est à la fois celui qui reçoit et celui qui est reçu et je nous mets bien au défi de savoir quand on est en train de recevoir et quand on est reçu""L'activité d'un maître / d'une maîtresse de maison est la restauration mais son vrai métier est l'animation de communauté, faire en sorte que la mayonnaise prenne. Et c'est un véritable savoir faire.""On n'est plus dans le syndrome de la maitresse de maison qui s'affaire, la tête dans son four et qui oublie d'accueillir ses invités. On est dans le faire faire : le rôle de la maîtresse de maison devient de confier des tâches et responsabilités aux autres. Chacun se sent utile et responsabilisé".- Comment garantir la sécurité relationnelle dans un groupe"Garantir la sécurité relationnelle c'est permettre à chacun de se sentir accueilli comme il est.""Pour que chacun puisse s'exprimer dans sa singularité il faut qu'il y aie un va et vient entre la similarité entre les gens, ce qui les rapproche, et l'altérité"- Courage et vulnérabilité"Le fait qu'il ai montré sa vulnérabilité a transformé les choses. De quelque chose qui était extrêmement triste est devenu joyeux parce qu'on était ensemble" "Personne ne se jette à l'eau à notre place. Mais ce courage est immédiatement encouragé et soutenu"- Authenticité dans nos relations, au travail, entre amis, avec des inconnus et dans nos familles "Parfois on croit qu'on connait bien ses frères et sœurs, ses conjoints, ses parents et en fait on vit presque comme des étrangers avec les autres""Même en famille on peut être seul parmi les autres et même en famille on peut travailler ces relations de qualité et d'authenticité" Pour retrouver Diane et toute l'équipe des Petites Cantines, rendez-vous sur le site www.lespetitescantines.org 
Aujourd'hui je rencontre Francis, dirigeant de O-live productions, DJ pour des mariages, occasions personnelles et professionnelles et DJ résident dans plusieurs bars lillois.Dans cet épisode, nous rentrons dans le coeur de la fête, au coeur du dancefloor d'un mariage.“J’ai senti les gens au niveau de la piste de danse devenir complètement fous, complètement zinzins. Tout le monde a atteint ce niveau de plénitude” Francis nous y livre plusieurs secrets :  Plénitude et connexion entre DJ et public“Quand tu es en mariage, personne ne vient pour le DJ, c’est à moi d’aller vers les gens. Je dois faire le pas vers eux”Taille de piste de danseFaire danser des collaborateurs en entrepriseL’importance de poser un cadre “Quand j’ai peu d’informations, je vais tester des sons en début de soirée, discuter avec les invités” Séquencer le dîner en fonction du temps que l’on veut passer à danserFrancis nous y raconte plusieurs histoires de mariage : un mariage où la connexion entre le public et le DJ était folle, une histoire de mariage en début d’après-midi et bien d'autres anecdotes. Pour retrouver Francis, rendez-vous sur O-live productions La recommandation musicale : L.O.V.E. de Nat King Cole 
Anaïs Mayet est directrice artistique, graphiste et facilitatrice (c'est elle qui a réalisé la superbe identité visuelle de la Licorne !). En parallèle de sa vie professionnelle, Anaïs est engagée depuis 12 ans dans le mouvement du scoutisme, en  tant que cheftaine et maintenant en formatrice et accompagnatrice de chefs.Dans l'épisode du jour, Anaïs nous raconte deux veillées auxquelles elle a participé.La veillée est ce moment en fin de journée où l'on se pose.Anaïs nous raconte deux histoires de veillées : une veillée de talents où les jeunes sont invités à partager leurs talents, et une veillée d'engagement, pour prendre un engagement et le célébrer auprès des autres jeunes présents.  Nous commençons l'épisode en parlant d'aventures et scoutisme : - Sortie de zone de confort- Confiance en soi - Importance de l'espace “La veillée est un moment où on se pose, où il y a un ancrage de la journée, une bulle hors du temps.”Puis rentrons dans les secrets de ces veillées extra-ordinaire :- L'espace, notamment de la configuration en cercle- Le feu"Le feu nous permet de nous connecter à nous-mêmes et aux autres"- L'imaginaireL’imaginaire nous embarque, nous fait faire un pas de côté- Les chantsLe chant rassemble, fait vibrer les corps en même temps, même s’il y en a qui chantent faux - Le cadre de confiance "Être vigilant à l’état dans lequel les participants arrivent... On a des niveaux différents d’énergie. Il faut être vigilant à cela, même entre potes, entre collègues.” - La co-construction“La coconstruction du moment, de cette veillée est importante pour que chacun se sente impliqué dans la veillée. Si on la co-construit on va se sentir co-responsable de la co-vivre”Pour échanger avec Anaïs, contactez-la depuis son site ou son profil LinkedIn.
Gandhi a dit “si tu vois une personne telle qu’elle est, elle a de grandes chances de le rester. Si tu vois la personne telle qu’elle pourrait être, elle aura de grandes chances de le devenir”.Dans ce nouvel épisode, je vous propose de rencontrer Bruno Palazzolo.Bruno est expert formateur en prise de parole, et bien plus que cela. C'est un homme de conviction, et de grand cœur.Dans cet épisode, il nous conte un concours d'éloquence qu'il a animé pour des détenus. Et bien au-delà, il nous invite à revoir la manière dont on se regarde au quotidien, dont on met l'autre en avant. Au menu dans cet épisode: Comment la prise de parole peut être un levier pour développer ses projets "La prise de parole est un levier pour soulever son propre monde. "Pourquoi organiser un concours d’éloquence pour des détenus ?Mettre des mots sur des maux, faire monter les détenus en confiance pour prendre la parole et en compétence. Quelle posture pour accompagner ?“Quand on accompagne on n’a pas besoin de savoir ce qu’a réalisé la personne. On a besoin d’être dans l’essence même de la présence (...) Si on met des étiquettes sur les personnes qu’on accompagne avant qu’elles ne parlent, c’est foutu car on les enferme.“La magie opère avec des rires, des larmes, de l’émotion. C’est leur minute à eux”“Lors des préparations, la journée avant (...) Un des détenus m’a dit : merci, grâce à vous, je vais pouvoir m’exprimer devant le Juge. Dire ce que je dois dire en tant qu’homme.”Comment porter un regard nouveau sur l’autre ? "Questionner, écouter. Questionner en orientant. Écouter en écoutant pleinement, en essayant de se connecter au moment qui est là."“J’aime quand les personnes se rendent compte qu’elles ne sont pas ce qu’on leur a dit qu’elles étaient, mais qu'elles sont capables de faire bien plus” Un épisode à écouter avec le cœur et les oreilles bien ouverts. Pour découvrir Toastmasters, club de prise en parole, rendez-vous à ce lien. Rendez-vous sur Linkedin et Facebook pour retrouver Bruno, ainsi que sur son site internet.La citation de clôture de cet épisode est de Gandhi “si tu vois une personne telle qu’elle est, elle a de grandes chances de le rester. Si tu vois la personne telle qu’elle pourrait être, elle aura de grandes chances de le devenir”.
loading
Comments 
Download from Google Play
Download from App Store