DiscoverLa Matrescence
La Matrescence
Claim Ownership

La Matrescence

Author: Clémentine Sarlat

Subscribed: 4,102Played: 99,022
Share

Description

La Matrescence c'est le podcast qui parcoure la vie des parents ou futurs parents pour leur donner des outils, des clés grâce à des interviews de professionnels & des témoignages de parents.


La Matrescence est la contraction du mot maternité et adolescence pour expliquer pourquoi tant de changements arrivent au moment de donner naissance à un enfant.


Créé par Clémentine Sarlat, journaliste dans le sport à la télé, mais aussi maman, partie du constat que trouver des informations claires et faciles sur ce que vit une femme et par extension un homme lors de la découverte de la parentalité, était plus que fastidieux. Ici, c'est simple, on se laisse bercer au son de la voix des invités/


Bonne écoute

96 Episodes
Reverse
C’était il y a 2 ans presque jour pour jour.Dans le premier épisode, j’expliquais la genèse du projet de la matrescence et je glissais le nom d’une personne que je rêvais d’interviewer… Michel Odent.Pour beaucoup ce nom est inconnu mais pour les autres, il évoque un grand Monsieur qui a essayé toute sa carrière de faire changer les mentalités autour de la naissance.Michel Odent est d’abord chirurgien et c’est par ce biais qu’il tombe dans l’obstétrique. On en parle dans l’épisode de ses débuts dans les années 50.Il dirige pendant de nombreuses années la maternité de Pithiviers, précurseuse dans le respect des naissances, toutes les naissances.Michel Odent a écrit une dizaine d’ouvrages autour de la mise au monde avec un prisme très scientifique, ce qui rend ses travaux extrêmement précieux. Dans l’épisode d’aujourd’hui nous n’avons traité que la moitié des questions que j’avais prévu, je pense donc qu’il y aura un 2e volet.On y aborde des thèmes et pourtant essentiels : d’abord sa carrière, ensuite les conditions nécessaires pour qu’une naissance se passe bien, puis l’impact du microbiote sur les naissances et enfin nous détaillons les différents types de césariennes que Michel Odent a identifié au cours de sa carrière.  Avant de commencer l’épisode rappelez-vous que Michel est un monsieur de 90 ans, il parle lentement et fait des digressions pour toujours revenir au sujet, mais ça c’est sa façon de faire depuis toujours ;) Je vous souhaite une très bonne écoute !C’était Michel Odent, chirurgien, obstétricien, auteur et conférencier autour de la naissance.Je suis Clémentine Sarlat votre hôte. Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager autour                                                                                            de vous et sur les réseaux sociaux @lamatrescence.A la semaine prochaine,Prenez soin de vous 
Bienvenue dans la matrescence, vous écoutez l’épisode 76 de la saison 3Il y a des personnes qui sortent du lot et qui arrivent à faire passer un message capital au plus grand nombre. Audrey fait partie de ces personnes qui marquent par leur engagement et la force qu’elles mettent dans leur métier.  J’ai découvert Audrey Ndjave il y a 3 ans quand je cherchais une vidéo pour apprendre à moucher mon bébé, c’était une des premières à mettre en ligne du contenu fait par une professionnelle de santé.Autant vous dire que depuis 3 ans, Audrey a étoffé ce qu’elle propose sur internet, puisqu’elle est aujourd’hui à la tête d’un des premiers centres de périnatalité international, qui permet aux parents de consulter en ligne divers  spécialistes formé.es aux dernières données notamment en neurosciences et en sommeil.Via son centre happy mum and baby, elle a accompagné plus de 15 000 parents en recherche d’informations.Audrey habite au Québec et pose un regard intéressant sur le rôle de la santé en Amérique du nord.Dans cet épisode on évoque la formation, ce qu’elle propose aux parents, la santé sur les réseaux sociaux et de l’importance que les professionnel.les se positionnent, mais aussi un sujet qui me touche particulièrement, celui du changement de carrière au moment de devenir mère.Audrey apporte un regard hyper intéressant sur ce thème. Je vous laisse le découvrir en écoutant l’épisode.Je vous souhaite une très bonne écouteC’était Audrey Ndjave infirmière et fondatrice du centre périnatale Happy mum and BabyJe suis Clémentine Sarlat votre hôte, si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et retrouver toute une communauté sur le compte @lamatrescence sur instagram.A la semaine prochainePrenez soin de vous
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode 75 de la saison 3Et si la sexualité était enfin repensée dans le milieu médical? Et si la gynécologie était enfin dépoussiérée de son patriarcat ?C’est ce que la gynécologue obstétricienne Laura Berlingo, essaie de faire à travers son livre intitulé   ‘Une sexualité à soi’ aux éditions Les Arènes.Je suis ravie de pouvoir recevoir une gynéco dans ce podcast.Laura Berlingo exerce à Paris, à l’hôpital de la Pitié Salpétrière.Dans sa profession, le sexe c’est un peu tabou. Ce n’est pas une dimension étudiée dans sa globalité.D’ailleurs Laura reconnaît avoir découvert, pour la première fois, le clitoris représenté en entier, en 2016.Dans cet épisode, on parle sexualité et maternité, injonction au désir sexuel, de violences obstétricales, du rôle des hormones, de ses études de gynéco mais  aussi de ses propres accouchements qui lui ont fait découvrir la partie physiologique de la naissance.Je vous souhaite une très bonne écouteC’était Laura Berlingo, gynécologue obstétricienne, et autrice du livre Une Sexualité à soi.Je suis Clémentine Sarlat, votre hôte. Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux via le compte @lamatrescenceA la semaine prochainePrenez soin de vous 
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode 74 de la saison 3Et si on changeait d’angle? C’est le pari, réussi, de Fanny Vella, illustratrice et autrice de la BD éponyme.Mais de quel angle parle t-on ?Fanny croque à merveilles des scènes du quotidien, que nous vivons avec nos enfants, des scènes qui paraissent banales, ancrées dans nos modes d’éducation mais qui peuvent déclencher nos colères ou incompréhensions… Par exemple, couvrir son enfant parce qu’on a froid, mais pas lui… Demander à son enfant de prêter son jouet et ne pas comprendre sa réaction de refus…En dessinant ces scènes avec comme protagonistes, des adultes, Fanny nous fait ouvrir les yeux sur leur absurdité…En lisant sa BD, Fanny nous permet de prendre du recul sur les tensions qui peuvent apparaître au sein de nos foyers.Et ce n’est pas pour rien qu’on dit souvent qu'une image vaut 1000 mots…Sa BD en est la preuve.Alors je vous encourage vivement à vous procurer cette BD éditée aux éditions Ailes et Graines.Fanny parle dans cet épisode, de ce qu’il l’a poussé à être illustratrice, de son rapport à ses parents et des petites violences éducatives qui ont jalonnées son enfance.Fanny mène également un combat contre les violences faites aux femmes et les relations toxiques qui peuvent détruire une personne.Merci Fanny pour ta spontanéité et ton enthousiasme! C’était Fanny Vella, illustratrice et autrice de la BD et si on changeait d’angle.Je suis Clémentine Sarlat, votre hôte. Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à en parler autour de vous ou sur les réseaux sociaux @lamatrescencePrenez soin de vous, à la semaine prochaine!
Il y a des annonces qui marquent. Et celle d’Emilie Daudin, le 1er novembre dernier sur son compte instagram, n’a laissé indifférente aucune femme.Emilie est influenceuse et maman de 2 enfants. Le 1er octobre 2020, le ciel lui tombe sur la tête, elle découvre qu’elle est atteinte d’un cancer du sein triple négatif, elle a 32 ans.Ce cancer est agressif. Il concerne 10 à 15% des personnes atteintes de cancer. Quand on cherche sur google ce mot, la première suggestion est : espérance de vie. Parce que oui, la mort approche de près celles qui développent ce type de cancer.Pour rappel 1 femme sur 8 est atteinte de cancer du sein, c’est la première cause de mortalité chez les femmes.Dans son post instagram, Emilie, avec beaucoup de sobriété, raconte se battre pour elle, mais aussi pour que nous, en tant que femmes, n’oublions pas de nous faire dépister. Alors si vous écoutez cet épisode, que vous avez un doute, n’attendez plus, prenez rendez-vous avec votre gynécologue ou votre sage-femme.Cet épisode est fort en émotion, j’ai voulu comprendre ce que peut ressentir une maman de jeunes enfants qui doit gérer, une chimiothérapie, son couple, ses peurs, son rapport au corps, son entreprise et cette lutte acharnée face à ce terrible crabe.Aujourd’hui Emilie n’est pas guérie, elle est en plein traitement, mais elle sait dors et déjà que l’insouciance c’est fini. Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir le podcast qu’Emilie a lancé sur le sujet qui s’appelle @triplenégatif ou d’écouter l’épisode dans PowHer où elle raconte la découverte.Je vous souhaite une très bonne écoute.C’était Emilie Daudin, entrepreneuse et maman atteinte d’un cancer.N’oubliez pas, faites vous dépister au moindre doute.Je suis Clémentine Sarlat, la créatrice de ce podcast.Si vous avez aimé cet épisode, partagez le sur les réseaux sociaux @lamatrescence.A la semaine prochaine, prenez soin de vous
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode 72 de la saison 3.                          Mon invité de cette semaine est Fatima Ouassak. Dans un livre remarqué, Fatima Ouassak, raconte son combat pour défendre les mères des quartiers populaires. Le livre s'intitule : La puissance des mèresFatima est née dans le Rif Marocain, elle est arrivée en France vers l’âge de 8 ans avec toute sa famille.Fatima est militante, elle a toujours évolué dans le milieu associatif. Mais en devenant mère, son combat et son engagement se sont renforcés autour des mères qDiplômée de Sciences po, elle est aujourd’hui consultante et la co-fondatrice du Front de mères.Dans son livre, elle apporte un témoignage fourni et très engagé sur ce qu’est être mère aujourd’hui, dans les quartiers populaires.Comment sont-elles considérées? Quelles sont les croyances qui les entourent ? Pourquoi on leur demande en permanence d’être des mères-tampon? C'est-à-dire, des mères qui doivent quoiqu’il arrive empêcher leur fils de sortir dans la rue, pour ne pas gêner dans l’espace publique.Quelles discriminations vivent-elles au quotidien?Ce livre est pertinent et percutant.  Vous pouvez également écouter son témoignage dans 2 autres podcast, Kiffe ta race et Les enfants du bruit et de l’odeur
Bienvenue dans la matrescence, vous écoutez l’épisode 71 de la saison 3Je ne sais pas si vous êtes d’accord avec moi, mais j’ai la sensation que nous faisons partie d’une génération qui soulève des questions, qui remet en perspective certaines idées et qui avance pour déconstruire. Cécile Doherty Bigara en est le parfait exemple. Elle est l’autrice du livre Nouvelle Mère, un récit autobiographique et poignant qui raconte sa maternité.A travers son livre, elle a voulu révéler toute l'ambiguïté de ce rôle si précieux mais si déstabilisant.Dans cet épisode, nous parlons beaucoup de transmission, de transgénérationnel et du poids de la famille.  On aborde également les thématiques liées à la honte et à ce sentiment d’inadéquation que ressentent beaucoup de mères.Pendant 2 ans, Cécile a noté ce qu’elle ressentait, ces moments de grande souffrance, au point où elle avoue, avoir cru mourir. Il lui aura fallu beaucoup de patience pour se reconstruire derrière cette maternité qui a balayé sa vie telle qu’elle la connaissait. Mais 3 ans plus tard, Cécile lève le voile sur ce tabou et raconte ce qui aujourd’hui, la nourrit profondément pour vivre plus sereinement sa maternité.Je vous souhaite une très bonne écoute. C’était Cécile Doherty Bigara, autrice du livre Nouvelle MèreJe suis Clémentine Sarlat votre hôte.Si vous avez aimé ce podcast, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescence, à laisser un commentaire et à mettre 5 étoiles.A la semaine prochainePrenez soin de vous
J’ai découvert Isadora et Marisa, 2 sœurs jumelles entrepreneuses, il y a un peu plus de 2 ans maintenant à travers le podcast de Génération XX où elles racontaient la genèse de leur entreprise Snackies. J’avais été interpellé par leur enthousiasme et surtout leur franchise au regard de leur aventure professionnelle.A l’époque elles n’étaient pas maman et leur business tournait autour de snacks sains.Et puis… Isadora, d’abord, est devenue maman d’une petite Alba il y a 16 mois, avant que sa sœur Marisa ne la rejoigne en accueillant sa première fille Gemma en septembre 2020.Dans cette épisode, je voulais à la base parler d'entrepreneuriat et gestion du temps entre sa vie pro et perso. Et je me suis vite rendue compte qu’il y avait bien plus à creuser à travers leur profils. Marisa et Isadora sont différentes et pourtant elles ont la même configuration familiale, elles sont belles-mères avant d’être mère. On a donc évoqué ce sujet, mais aussi leur cheminement face à leur éducation parfois empreinte de violences éducatives et leur relation à leurs parents. Marisa, avec beaucoup d’honnêteté, raconte comment elle n’arrivait pas toujours à comprendre Isadora sur les thèmes de la maternité, avant de devenir elle-même maman. Et Isadora explique la pression qu’elle a pu ressentir face à sa sœur dans leur aventure professionnelle.En 2020, après plusieurs années passées à faire grandir Snackies, elles ont réfléchi à faire pivoter leur entreprise au moment où Marisa est tombée enceinte. A 32 ans, elles avaient envie de créer une entreprise plus alignée avec leur valeurs et leur nouveau mode de vie de maman entrepreneure. Intentions est né!Je vous souhaite une très bonne écoute
Bienvenue dans La Matrescence, vous écoutez l’épisode 69 de la saison 3. Et le dernier de l’année 2020.Alors je vous souhaite une excellente année 2021. On en a besoin. Merci d’être toujours plus nombreux et aussi présent.e.s pour soutenir ce podcast.Pour le dernier épisode de l’année, j’ai choisi d’interviewer la personne qui a été la lumière dans ma maternité, celle qui a planté des graines en moi, sans même le savoir.Cet épisode est anglais, parce que c’est Nan, ma soeur américaine qui répond. Nan, je l’ai rencontré il y a 15 ans, quand je suis arrivée dans le Minnesota pour ma terminale. J’ai vécu dans une famille américaine et Nan est la femme de mon frère américain, Steele. J’espère que vous suivez :)J’ai partagé énormément de choses avec elle, même avec 8000 Kms de distance. Ce qui est sûr c’est que ce podcast n’existerait pas si elle n’avait pas fait partie de ma vie.Nan a été mon pilier, quand je suis devenue mère, c’est elle, par ses recommandations qui m’a fait découvrir le mot matrescence et tellement plus.Il y a 7 ans, elle a choisi d’accoucher à la maison, et depuis cette idée m’était restée dans la tête. Je suis très émue de vous faire partager cette conversation avec cette femme extraordinaire, mère de 2 petits garçons, Junah et Fields.Nan est professeure de yoga, mais surtout elle a fondé il y a 17 ans, Landscape Love, une entreprise de paysagisme qu’elle dirige avec son mari Steele, mon frère américain.Si vous voulez comprendre un peu mieux, vous pouvez aller dans mes storys permanente sur Instagram, j’y parle de ma famille plus en détails. Je vous souhaite une très bonne écoute
Aujourd’hui je vous embarque avec moi dans le monde extraordinaire de la neuroscience.Mon invitée du jour est Nawal Abboub, elle est neuroscientifique spécialisée dans les mécanismes d’apprentissage des enfants et des tout-petits.En 2018, elle a reçu le prix des 50 femmes les plus inspirantes de la Tech et elle a cofondé Rising up, une start up qui déploie des solutions technologiques pour développer le potentiel d’apprentissage des individus et une association 1001 mots qui œuvre pour l'égalité des chances.Dans cet épisode, Nawal nous explique ce que nous dévoilent les dernières recherches sur le cerveau des tout-petits et notamment sur le langage. Avec elle nous décryptons une thématique plus large, les neurosciences n’ont de sens que si l’on prend en compte l’aspect sociétal et environnemental du développement d’un humain. C’est passionnant.  Et enfin, nous abordons avec Nawal, l’épineuse question des écrans et leurs impacts dans l’apprentissage.Comme tout parent vous vous posez des questions au sujet des écrans et c’est bien normal, ils font partie intégrante de notre quotidien, et nous mêmes, adultes, avons du mal à nous en défaire. Alors quelles sont les dernières découvertes scientifiques sur ce sujet? Que faut-il faire avec les écrans? Les écrans sont-ils vraiment mauvais?Nawal remet en perspective ce problème de société. Attention, c’est très déculpabilisant!Je vous souhaite une très bonne écoute https://blog.risinguparis.com/jeunes-enfants-ecrans-apprentissage/ https://blog.risinguparis.com/emotion-et-intelligence/C’était Nawal Abboub, neuroscientifique spécialisée dans les questions d’apprentissages dès la vie in utero.Je suis Clémentine Sarlat votre hôte.Si vous avez aimé ce podcast, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescence, à laisser un commentaire et à mettre 5 étoiles.A la semaine prochaine
Dans cet épisode nous allons parler de la perte d’un enfant. Le sujet est sensible, douloureux et terriblement tabou.C’est pour briser ce tabou que Betty se bat au quotidien pour que l’on n’oublie pas Nathan, son fils décédé il y a un an, le 10 décembre 2019.Betty est maman de 3 enfants, Nathan, Mélina & Loane.Quand Nathan meurt, elle est encore dans son postpartum. Sa dernière n’a que 3 mois. Pour survivre, Betty et Flo, sont très rapidement entourés de leurs amis et leur famille. Un véritable village se crée pour leur permettre de vivre leur deuil dans des conditions décentes et d’enclencher une procédure judiciaire difficile. Certaines allaitent Loane, quand Betty n'est plus disponible psychiquement pour son bébé. D’autres préparent à manger. Et vous le comprendrez dans cet épisode, leur rôle a été prépondérant.Dans cet épisode, nous parlons de Nathan, ce petit garçon au rire incroyable, nous parlons de sa maladie génétique, la sclérose tubéreuse de Bourneville, de la gestion de ses crises d’épilepsie, de ce fameux soir de décembre où Nathan n’a pas survécu à une crise d’épilepsie.A travers le récit de Betty, on comprend surtout que vivre après la perte d’un enfant n’a plus la même saveur, que le mode pilote automatique s’enclenche souvent, qu’avoir d’autres enfants permet de continuer à voir la lumière, mais que plus rien ne sera comme avant.Alors comment Betty et sa famille font vivre Nathan au quotidien dans leur vie? Comment Betty parle de lui à ses soeurs ? Quels impacts sur le couple?Beaucoup d’amour dans cet épisode.Merci sincèrement Betty pour ta confiance.Je vous souhaite une très bonne écoute, et si vous êtes sensibles des oreilles, ne soyez pas surpris, on entend à plusieurs reprises, les petits cris de Loane.C’était Betty Van Aken, maman de Nathan, Mélina et LoaneJe suis Clémentine Sarlat votre hôte.Si vous avez aimé ce podcast, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescence, à laisser un commentaire et à mettre 5 étoiles.
Dans cet épisode spécial, je vous raconte mon accouchement à la maison, le 24 septembre 2020.9 semaines, 9 semaines que je ressasse les images dans ma tête, que j’ai peur de les oublier, que j’aimerais m’en imprégner pour la vie!Il y a 9 semaines j’ai donné la vie pour la 2e fois. Mais cette fois, dans l’eau, dans l’intimité de notre salon, dans la douceur et la chaleur de notre maison.9 semaines sur un petit nuage. 9 semaines où, oui, je suis extrêmement fière de moi.e sLe timing est parfait puisque j’ai reçu il y a peu, les chiffres officiels français de l’aad, accouchement à domicile de 2019.Donc je vais pouvoir étayer mon récit de ces chiffres. C(Je ferai partie des chiffres de 2020 😊)Alors déjà, l’accouchement à domicile, ça représente 0,14% des accouchements en France.910 femmes ont accouché chez elles en France sur 753 000 naissances.tDonc clairement, c’est très très très peu.Merci à la sage femme @floriane_sf_aad  pour ce formidable boulot de collect de données.Si vous suivez ce compte depuis longtemps, vous savez que c’est un projet mûrement réfléchi (vous pouvez écouter les épisodes 50 et le hors série d’octobre pour comprendre). J’étais donc ultra préparée mentalement pour aller au bout de cette envie.Accoucher ce n’est pas anodin, c’est vrai. Mais ça peut aussi être merveilleux, puissant, extra-ordinaire et grandiose.reC’est un moment inoubliable.Pour avoir été celle qui accouche pour son premier bébé après 17h de travail difficile, je peux vous assurer qu’on aussi prendre un plaisir fou à donner la vie. Cet accouchement je le refais sans me poser de questions, demain, s’il le faut.La suite de l’histoire de cet accouchement maison, c’est dans le podcast d’aujourd’hui !Bonne écoute 🧡*N’oubliez pas de signer la pétitionS#noussommesmatraitees#noussommesmaltraites#jesuismaltraitante#jesuismaltraitantSi vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescenceEt sinon, mettez 5 étoiles, ça aide vraiment, merci!Mon site web est en ligne, allez y faire un tour pour trouver de nouveaux épisodes. Lien dans les notesA la semaine prochaineCréation originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitées : Clémentine SarlatMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l'épisode 65 de la saison 3!Je crois qu’on peut toutes et tous être d’accord sur un point : sage-femme est le plus beau métier du monde.Oui, mais à quel prix?Le 11 novembre 2020, Anna Roy, sage-femme mais aussi chroniqueuse pour l’émission de la maison des maternelles, nous plonge dans son quotidien de manière brute, dans un post instagram devenu viral.Anna y met tout son coeur et surtout sa rancoeur face à un système qui brutalise tout le monde, les patientes, les familles et les soignantes.Etre sage-femme, dans ces conditions, résume Anna, c’est etre maltraitante.Le mot est lâché, il est fort.Quand Anna poste son texte, je la contacte dans la foulée, touchée par sa détresse. Nous échangeons et l’idée folle vient de naitre. On va se battre ensemble pour restaurer l’humanité des salles de naissances.Je demande à Alison Cavaillé, la fondatrice de Tajinebanane et aujourd’hui une amie, je demande à Clémentine Galey la fondatrice de Bliss, si elles sont prêtes à nous rejoindre pour faire bouger les lignes.Agathe Lecaron nous rejoint et nous voilà parties à écrire une pétition pour aider les femmes, toutes les femmes et les soignantes.Dans cet épisode, Anna vous raconte son quotidien, d’où lui vient sa passion et surtout, pourquoi il est urgent de faire bouger les lignes.Notre demande est simple.Une femme, une sage-femmeBonne écoute et surtout, partagez la pétition et SIGNEZ-là!https://www.change.org/jesuismaltraitante C’était Anna Roy, sage-femme, chroniqueuse et autrice. Je suis Clémentine Sarlat votre hôte. Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescenceEt sinon, mettez 5 étoiles, ça aide vraiment, merci!Mon site web est en ligne, allez y faire un tour pour trouver de nouveaux épisodes. Lien dans les notesA la semaine prochaine et surtout SIGNEZ LA PETITION!Création originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitées : Anna RoyMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Ceci est un épisode hors-série proposé par la Fondation Ronald McDonald. La Fondation Ronald McDonald, sous l’égide de la Fondation de France, soutient depuis plus de 25 ans les familles d’enfants hospitalisés. Grâce aux Maisons de parents, construites à proximité des hôpitaux, et à la Parenthèse, un espace de vie au sein même de l’hôpital, les parents peuvent rester au plus proche de leurs enfants pendant toute la durée de leur hospitalisation. Dans l’épisode précédent, le 63, Fanny nous racontait sa version de la naissance prématurée de son fils Lucas. Pour cet épisode, nous nous sommes réunis avec Fabrice Florent, le fondateur du podcast Histoire de Darons, pour donner la voix à ce couple.Ici vous entendrez Jérôme, le papa, livrer sa version de la prématurité avec sa femme. A leurs côtés nous avons voulu montrer qu’au sein d’un même couple, chaque individu vit et traverse les difficultés de la vie avec un regard parfois bien différent. Et pourtant jamais, et on le sent, ces deux êtres n’ont cessé de s’aimer. C’est une expérience enrichissante, que d’avoir 2 points de vue d’un même événement.Je vous souhaite une très bonne écoute.   « Cet épisode a été réalisé en partenariat avec la Fondation Ronald McDonald. Merci à Fanny et Jérôme pour  leur témoignage. Retrouvez tous les épisodes du podcast « Dans la Maison des Parents » sur vos applis de podcasts habituelles. Et pour plus d’informations sur la Fondation rendez-vous sur le site fondation-ronald-mcdonald.fr »Je suis Clémentine Sarlat votre hôte. Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescenceEt sinon, mettez 5 étoiles, ça aide vraiment, merci!Mon site web est en ligne, allez y faire un tour. Lien dans les notes
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode 63 de la saison 3!  Ceci est un épisode hors-série proposé par la Fondation Ronald McDonald. La Fondation Ronald McDonald, sous l’égide de la Fondation de France, soutient depuis plus de 25 ans les familles d’enfants hospitalisés. Grâce aux Maisons de parents, construites à proximité des hôpitaux, et de la Parenthèse, un espace de vie au sein même de l’hôpital, les parents peuvent rester au plus proche de leurs enfants pendant toute la durée de leur hospitalisation.  Après 12 ans de PMA et plusieurs fausses couches, Fanny tombe enfin enceinte. Après 3 mois à retenir son souffle, son bébé s’accroche. Mais à la 23e semaine, première grosse alerte, Fanny, doit être hospitalisée à Bordeaux pour tenter de garder bien au chaud son bébé.Lucas, pointera le bout de son né à la 25e semaine… 25 semaines pour ceux qui ne visualisent pas, c’est la limite de la viabilité d’un foetus… Lucas pèse alors 600 grs.Jamais on ne leur dira que Lucas s’en sortira, ils doivent composer au jour le jour avec la peur de le perdre.Fanny et son mari vont passer 5 mois près de lui au CHU de Bordeaux.Grâce à la maison des parents qui leur offre une place et surtout un grand soutien avec la possibilité de dormir tous les jours près de leur bébé, Fanny et Jérôme, vont petit à petit sortir de l’angoisse pour enfin rentrer à la maison, à 3.Je vous souhaite une très bonne écoute et petite précision, les bruits de bip que vous entendrez au long de l’épisode, sont simplement, les bruits de la machine qui aide Lucas à respirer. « Cet épisode a été réalisé en partenariat avec la Fondation Ronald McDonald. Merci à Fanny pour son témoignage. Retrouvez tous les épisodes du podcast « Dans la Maison des Parents » sur vos applis de podcasts habituelles. Et pour plus d’informations sur la Fondation rendez-vous sur le site fondation-ronald-mcdonald.fr »Je suis Clémentine Sarlat votre hôte.Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescenceEt sinon, mettez 5 étoiles, ça aide vraiment, merci!Mon site web est en ligne,allez y faire un tour. Lien dans les notesCréation originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitée : Sandie TourondelMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode 62 de la saison 3.L’ambivalence maternelle, peut-être l’un des sentiments les plus difficiles à apprivoiser lorsqu’on devient mère.Ce besoin de proximité avec son bébé mais aussi cette envie d’autonomie et de se retrouver soi peut bousculer n’importe quel être humain.C’est ce qui est arrivé à Sophie Ebrard, photographe et créatrice de l’exposition “I didnt Want to be a mum” qui s’est tenue à Amsterdam il y a un an.Sophie raconte sans fards qu’elle aurait aimé 10 ans de plus avant de devenir mère pour pouvoir vivre sa vie à elle. Mais à 36 ans, elle sent le tic toc envahir ses pensées… et se lance donc dans ce projet de faire un enfant.A l’arrivée de son fils Jules en 2013, Sophie réalise qu’elle a du mal à tisser un lien avec lui, qu’il manque quelque chose à leur relation, mais elle ne parvient pas à identifier l’origine de ce sentiment.C’est la naissance de sa fille, quelques années plus tard, qui vient tout chambouler sur son passage… Sophie découvre ce lien maternel si précieux et réalise le manque avec Jules.Dans cette exposition très forte, Sophie dédie une vidéo à cette matrescence et à son fils. J’ai personnellement pleurer en la regardant, elle est disponible sur mon compte instagram.Une 2e maternité qui répare la première, c’est le thème de cet épisodeJe vous souhaite une très bonne écouteCréation originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitées : Sophie EbrardMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode 61 de la saison 3.On a toutes et tous fait le constat en tant que femmes ou en tant que parents, que face à certains soignants la bienveillance, l’écoute et la prise en compte de sa spécificité liée au genre ou à sa couleur de peau, n’était pas toujours respectée. L’association pour une MEUF, c’est à dire pour une Médecine Engagée Unie et Féministe, créé il y a 3 ans, a fait le même constat.Ces femmes, à l’origine de l’association, ne se reconnaissant plus dans le discours majoritaire du monde des soignants face aux patients, ont décidé de prendre les choses en main et d’agir à la racine du problème. C’est à dire dans les universités et auprès des soignants volontaires et adhérents de la démarche.  J’ai donc eu le plaisir d’interviewer Maya, orthophoniste et engagée depuis le début aux côtés d’autres membres d’une MEUF.Dans cet épisode on parle des actions menées par une MEUF, de la formation prodiguée, des polémiques autour de la liste des soignants mais aussi de sa posture à elle en tant que soignante et comment elle a changé face aux enfants notamment. On a évoqué l’autisme et le bilinguisme chez les enfants.Je vous souhaite une très bonne écouteCréation originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitées : Maya, orthophonisteMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Bienvenue dans la Matrescence, c’est la rentrée, pour une nouvelle saison, vous écoutez l’épisode 60 de la saison 3! Pour cette rentrée, je reçois deux femmes, une mère et une fille.Deux femmes d’une même lignée maternelle qui composent avec leurs différences mais qui ont réussi à trouver le chemin, parfois difficile de la guérison mère/fille. Mai Hua est réalisatrice. Elle a 44 ans et pendant plusieurs années elle a filmé les femmes de sa famille d’origine vietnamienne. Sa grand-mère d’abord puis elle et sa mère, ainsi que sa fille. En est sorti un magnifique film documentaire que je vous recommande chaudement, intitulé : Les Rivières sur ces 4 générations de femmes puissantes. Avant de démarrer l’épisode, je vous encourage, à titre personnel, à visionner ce film d’une profondeur incroyable, afin de mieux comprendre nos échanges. Mai et sa mère Hong Loan qui est médecin, détricotent au fil des 6 années de tournage et de montage, leur relation tumultueuse où amour, incompréhension, honte, peur de la répétition du schéma familiale, divorce et résilience se mêlent.  Dans cet épisode, elles ont accepté de revenir, à 2, sur cette expérience cinématographique qui a changé à tout jamais leur relation et leur vie.Vous découvrirez comment on peut réussir à se reconnecter à sa propre mère, comment on peut pardonner certaines trahisons vécues en tant qu’enfant, comment le poids de la culture vietnamienne a influencé leur façon d’envisager la famille et ses liens et surtout comment les non-dits, la violence et l’inceste au sein du foyer peut se répercuter sur des générations avant que le cercle ne se brise.Ces 2 femmes sont une ôde à la famille, à la transmission et à l’amour.Je les remercie infiniment d’avoir accepté de parler de leur histoire, qui au final, est universelle.   Je vous souhaite une très bonne écoute Création originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitées : Mai Hua et Hong LoanMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Bienvenue dans la Matrescence, vous écoutez l’épisode numéro 59 - le dernier épisode de la saison 2!Le 30 septembre 2019, la vie de la famille de Sandie Tourondel bascule.Sandie est maman de jumeaux, Arthur et Jules.Ils sont nés grands prématurés mais jusqu’à leur 5 ans leur santé n’est pas une source d’inquiétude.Et puis ce 30 septembre 2019, Arthur est diagnostiqué d’un gliome infiltrant le tronc cérébral, un cancer du cerveau extrêmement rare et surtout incurable.Les médecins parlent d’une période de 9 mois à 2 ans avant qu’Arthur ne décède de sa maladie…Le monde de Sandie s’écroule…Mais Sandie est une battante, elle et son mari Alex, vont tout faire pour qu’Arthur vive les plus beaux derniers mois de sa vie.Sandie et ses amies, créent l’association Les étoiles filantes, pour que les enfants malades puissent réaliser leur rêves et notamment rencontrer leur sportifs préféré. Arthur a eu la chance de pouvoir passer quelques heures avec Killian Mbappé.Il y aura d’ailleurs une vente aux enchères en septembre 2020 pour aider l’asso. Allez faire un tour sur leur site.Cet épisode est plein de vie, d’espoir. Si Sandie raconte une histoire que tout parent redoute, elle lève également le voile sur ce qu’est la réalité d’accompagner un enfant en fin de vie et de gérer un autre petit garçon, Jules, le jumeau d’Arthur.Je vous souhaite une très bonne écoute.Merci du fond du coeur Sandie.Création originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitée : Sandie TourondelMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
Cette semaine j’ai donné la parole à la créatrice du compte instagram : parents toxiques.Qu’est-ce qu’un parent toxique : il est difficile de trouver une définition claire et précise. Mais un parent toxique peut se résumer en 5 points : il critique et se moque de son enfant, il culpabilise son enfant, il ne s’excuse jamais, il nie les émotions de son enfant en permanence et impose ses vues à son enfant. Un parent toxique c’est aussi un parent violent, sexuellement abusif, maltraitant et agressif. Vous l’aurez compris, chacun sa définition du parent toxique.En France, selon le site de la fondation de l’enfance, 14 % des Français déclarent avoir été victimes de maltraitances de la part d’un(e) adulte au cours de leur enfance60 % n’en ont parlé à personne. Pourtant, lorsqu’elle existe, l’aide apportée aux victimes a permis de mettre fin à la maltraitance dans 6 cas sur 10.En France, on compte plus d’1 million d’enfants maltraités.Avec son compte instagram, M qui a tenu à rester anonyme, veut donner la parole à ces victimes, pour qu’enfin le cercle vicieux se brise. Dans cet épisode, M raconte sa propre histoire, son cheminement et comment elle voit son compte. Pour elle tous les témoignages relèvent d’un grand courage et c’est ça qu’elle veut mettre en avant.Je vous souhaite une très bonne écoute.C’était M. - Fondatrice du compte instagram Parents ToxiquesJe suis Clémentine Sarlat votre hôte. Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux @lamatrescenceEt sinon, mettez 5 étoiles, ça aide vraiment, merci!Mon nouveau site web est en ligne, n’hésitez pas à y faire un tour. Lien dans les notesA la semaine prochaine, prenez soin de voushttps://www.laprocure.com/parents-toxiques-echapper-emprise-susan-forward/9782501084871.htmlCréation originale : Clémentine SarlatProduction : Clémentine SarlatEnregistrement : Clémentine SarlatInvitée : M. Créatrice de Parents ToxiquesMusiques libres de droits : https://icons8.com/music Musique intro : by BELAIR Tonight TonightMusique outro : Abloom https://icons8.com/music Lien web : Clémentine Sarlat Réseaux Sociaux :Instagram : Clem Sarlat + La Matrescence Youtube : Abonnez-vous
loading
Comments (18)

Sylvie Henon

Bonjour ! Très intéressant, mais pas nouveau ! J'ai eu 2 bébés à 16 ans d'écart (oui 16) dont la dernière il y a 3 mois... je vous recommande la lecture de "mauvaises mères " de Emma Defaud, Nadia Daam et Johana Sabroux (2008) qui réalisent elles aussi le séisme étonnant de la premiere maternité sans aucune langue de bois et avec beaucoup d'humour. ca fait bien 15 ans que la parole est libérée...le tout est de s'intéresser au sujet avec réalisme avant le projet d'enfant ! Même si tous vos items sont toujours très pertinents en 2021 et surtout parmi les jeunes femmes d 'aujourd'hui. Tenir ces discours à des couples en attente du premier se heurte souvent à la surdité, l'indifférence ou au jugement (elle est frustrée, en échec, ... nous on va assurer ...) Il faut avant tout être très indulgente vis à vis de soi.Je suis persuadée qu'il y a un champs d'action possible dans la phase de préparation à l'accouchement, qui doit être beaucoup plus complet (accueil du bébé, préparation à la parentalité) et intégrer la déconstruction des idées reçues et des illusions.

Feb 10th
Reply

Philippe

Discussion et rencontre très intéressante et enrichissante, merci

Feb 7th
Reply

Amélie de Rosanbo

Je viens de partager l'épisode ! et signer la pétition. Je suis très triste de ce constat pour toutes les sages femmes, et les parents et bébés, j'en ai mal au bide. Mais je suis aussi pleine d'espoir ! Un combat après l'autre. Il y a aussi du boulot à faire dans les écoles...des instits qui ont la vocation mais qui deviennent aussi maltraitants à cause des conditions de travail... et tant d'autres beaux métiers indispensables ☹️

Nov 21st
Reply

Gaëlle Pampelonne

Magnifique podcast, mon RDV incontournable sur le chemin du boulot (et plus!). Plein d'information et super agréable à écouter, en tant que chiropracteur pédia et en tant que femme souhaitant devenir maman. Merci Clémentine et merci aux merveilleux intervenants.

Oct 8th
Reply

Ruth KATASI

Super podcast. J'ai énormément appris. Merci

Oct 7th
Reply

Hedge

Tout le monde devrait écouter ce témoignage sur le racisme ordinaire. C'est nécessaire. Merci pour cet épisode !

Oct 3rd
Reply

Cécile Monat

Merci pour toutes ces informations. Et moi qui cherchait justement une sage-femme sur Clermont-Ferrand, je sais désormais a qui m'adresser !

Jul 29th
Reply

Marine Lesaine

Encore un super épisode !

Mar 28th
Reply

Catherine Duba

super podcast

Feb 15th
Reply

clara riwan

Passionnant !!!!!!

Jan 26th
Reply

Jonathan Maret

très intéressant comme podcast. j'ai beaucoup aimé celui sur la paternité :-)

Jan 9th
Reply

Cécile Miralles

super podcast, très intéressant, au bon format ni trop long ni trop court, bravo !

Dec 9th
Reply

Tiffen Faye

super podcast ! a écouter et réécouter ! merci

Dec 6th
Reply

S. H.

Merci pour cet excellent podcast qui aborde enfin ce fameux 4ème trimestre. J'ai traversé une dépression du post partum et je pense que ton podcast aurait vraiment pu m'aider à me sentir mieux. Il m'a au moins permis de me déculpabiliser et de mieux comprendre ce qui m'était arrivé. Bonne chance à toi. J'espère que tu pourras faire vivre encore longtemps ce podcast. Stéphanie

Oct 14th
Reply

Salma El Hayani

mille merci !!

Oct 3rd
Reply

Adeline Le Meur

Merci. J'ai adoré. Anglais très compréhensible 💖😉😘

Sep 27th
Reply

Lauriane Lotti

merci !!

Sep 20th
Reply

Salma El Hayani

Ton juste et investigation pertinente. Ce podcast est un incontournable pour un devenir parent.

Sep 17th
Reply
Download from Google Play
Download from App Store