DiscoverLe Podcast de l'Aviation
Le Podcast de l'Aviation
Claim Ownership

Le Podcast de l'Aviation

Author: Aérocontact

Subscribed: 17Played: 225
Share

Description

Le nouveau podcast du "Journal de l'Aviation" dédié à l'actualité aéronautique.Chaque semaine, notre journaliste Frédéric Beniada vous propose une interview exclusive.
28 Episodes
Reverse
Jérémy Caussade présente la jeune société Aura Aero, qu'il a fondée en août 2018 avec Wilfried Dufaud et Fabien Raison.Actuellement en plein développement d'Integral R et Integral S, avions de voltige à destination des écoles de pilotage, Aura Aero a été créée avec l'ambition de lancer un nouveau constructeur qui s'appuierait sur de nouvelles bases, essentiellement numériques, pour répondre aux besoins de l'aviation générale initialement mais avec la capacité de s'adresser également au marché régional.Convaincu que l'électrique est l'avenir de ces deux marchés, Jérémy Caussade revient sur le travail d'Aura Aero et de ses partenaires dans ce domaine, alors que l'avionneur compte industrialiser une version électrique d'Integral fin 2023 et un avion électrique de dix-neuf places dici 2026.
Cette semaine, le Podcast de l'Aviation adopte un format un petit peu différent pour réagir à la polémique déclenchée par Léonore Moncond'huy, maire de Poitiers, la semaine dernière lorsqu'elle a annoncé vouloir couper les subventions aux aéroclubs de sa ville. Une phrase en particulier a choqué l'ensemble du secteur : « L'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui. » Dans ce billet, Frédéric Beniada lui répond.
L'armée de l'air et de l'espace a lancé sa nouvelle campagne de recrutement au début de l'année qui doit combler un besoin de 3 000 personnes, pour remplacer les départs naturels. Tous types de postes dans une cinquantaine de métiers sont ouverts aux hommes et femmes de 16 à 30 ans, de tous profils et de tous niveaux d'études, l'armée de l'air se chargeant des formations et des orientations.Thierry Fluxa explique que le besoin en ingénieurs est particulièrement important, pour des missions traditionnelles mais aussi dans de nouveaux métiers. Il décrit également les mutations que la crise sanitaire a provoquées dans les processus de recrutement, au bénéfice de l'armée de l'air qui sait désormais mieux s'adresser à ses candidats et les accompagner. Enfin, il évoque les nouveaux enjeux liés au spatial et les rebondisseurs de Florence Parly, la ministre des Armées.
Dans la deuxième partie de son interview, Damien Cazé explique pourquoi l'Europe doit être la première à trouver des solutions pour répondre à la question climatique et à construire le monde d'après dans l'aéronautique. Revenant sur les concessions demandées à Air France sur les vols où une alternative de moins de 2h30 existe en train, il salue une décision historique qui doit ouvrir la voie à une vraie politique combinant le ferroviaire et l'aérien. Il défend également les réformes qui ont déjà été engagées à la DGAC et travaille à une meilleure harmonisation des opérations de l'aviation générale avec les territoires.
Damien Cazé a accordé sa toute première interview en tant que directeur général de l'aviation civile au Journal de l'Aviation.Il y retrace rapidement le parcours qui l'a mené à la tête de la DGAC avant d'évoquer la crise. Expliquant qu'il est arrivé à un moment de transition qui lui a donné le temps que creuser les dossiers, il estime que le bashing contre l'aérien vient dune perception erronée du public qui croit que le secteur est inconscient des problèmes environnementaux mais rappelle qu'il travaille à sa transition écologique depuis longtemps. Il évoque enfin la difficulté d'harmoniser les procédures entre les Etats pour lutter contre une pandémie dont les cycles varient selon les régions.
Thales s'est bien sorti dune année 2020 difficile grâce à la variété de ses activités et la résilience de l'essentiel d'entre elles, et ses perspectives sont très encourageantes.Conforté dans ses choix stratégiques, le groupe technologique va donc poursuivre sur sa lancée.Investissements soutenus dans le numérique, seconde révolution quantique, contrôle aérien et cockpit du futur, évolution vers l'avion à un voire sans pilote, Patrice Caine évoque les grands dossiers qui vont faire évoluer le monde de l'aéronautique (entre autres) et dans lesquels Thales est totalement investi.
Invité du Podcast de l'Aviation cette semaine, Francis Pollet, directeur général de l'IPSA - Ecole d'ingénieurs de l'air et de l'espace.Dans son livre, Le futur de l'avion, publié aux éditions Fyp, Francis Pollet livre sa vision de ce que pourrait être l'aviation de demain, qu'il s'agisse des évolutions technologiques qui nous mèneront à l'avion du futur ou des nouvelles façons de voyager.Dans cet extrait d'une longue interview réalisée par Frédéric Beniada à l'IPSA, il rappelle que l'industrie n'a pas attendu le flygskam ni la crise sanitaire pour évoluer vers une aviation plus propre et souligne que les enjeux actuels vont l'obliger à accélérer les recherches pour arriver à une rupture technologique menant à l'avion électrique ou à hydrogène.En parallèle, elle devra compter avec une modification des habitudes de voyage, avec une plus grande proportion de voyageurs loisirs, au détriment des déplacements d'affaires.
Invité du Podcast de l'Aviation cette semaine, Marc Rochet, vice-président d'Air Caraïbes et président de French bee.    Alors que la situation d'Air Caraïbes et de French bee devient préoccupante à cause de la persistance de la crise, Marc Rochet reste confiant et continue de croire que les deux compagnies du groupe Dubreuil vont redécoller et retrouveront leur solidité.     Elles ont notamment maintenu leurs investissements pour leur flotte, ce qui devrait les porter lorsque le transport aérien pourra repartir. Il revient aussi sur l'échec du rapprochement avec CMA CGM et les aides apportées à Air France et Corsair.
Franklin Auber évoque l'ampleur de l'impact que la crise sanitaire a eu sur Singapore Airlines, la compagnie souffrant d'autant plus que son activité repose intégralement sur les liaisons intercontinentales. Il raconte comment, après avoir répondu à l'urgence absolue, la compagnie a réussi à maintenir des lignes et pourquoi elle reste pleine d'espoir pour la reprise.
Dans la seconde partie de cet entretien, Eric Trappier évoque les investissements indispensables pour assurer l'avenir de la filière aéronautique et sa transition vers l'aviation verte. Il estime qu'il est essentiel de miser sur les technologies disponibles aujourd'hui pour accélérer cette transition, notamment forcer le développement des biocarburants, en attendant la génération suivante d'innovations, qui sera notamment représentée par l'hydrogène. Sur le plan militaire, il livre sa vision de la forme que pourrait prendre la coopération autour du projet SCAF et comment il devra répondre aux nouveaux enjeux opérationnels.
Dans un entretien en deux partie, Eric Trappier revient sur le bilan de 2020 pour Dassault Aviation et pour l'ensemble de la filière aéronautique. En tant que PDG de Dassault Aviation, il constate un frein sur les commandes de Falcon dû à la crise mais se félicite du succès du marché de l'occasion qui amène de nouveaux clients vers l'aviation d'affaires, tandis que le contrat Rafale en Grèce sauve le carnet de commandes et entretient l'emploi dans l'industrie française. En tant que président du GIFAS, il évoque comment la menace d'effondrement de l'écosystème aéronautique a pu être évitée.
Mourad Majoul, fondateur et président directeur général d'AVICO, fait le bilan d'une année très difficile pour le spécialiste de l'affrètement aérien, même s'il a eu la chance de l'aborder avec une trésorerie solide. Alors que la sortie de crise commence à se dessiner, AVICO s'estime très bien positionné. La société a en effet conservé toutes ses ressources et sera prête à les mettre en oeuvre lorsque la demande repartira sur un marché aux capacités considérablement réduites.
Dans un entretien en deux parties, Bruno Sainjon, Président Directeur général de l'Onera, revient sur le bilan de l'année 2020, la crise sanitaire et les projets d'avion du futur, carburants alternatifs, mais surtout avion à hydrogène.
Dans un entretien en deux parties, Bruno Sainjon, Président Directeur général de l'Onera, revient sur le bilan de l'année 2020, la crise sanitaire et les projets d'avion du futur, carburants alternatifs mais surtout avion à hydrogène.
Invité du Podcast de l'Aviation cette semaine, Paul Chiambaretto, directeur de la chaire Pégase et professeur à la Montpellier Business School.Depuis sa création, la chaire Pégase a publié deux études, la dernière en date décrivant l'impact de l'épidémie de covid-19 sur la façon de voyager des Français et ses conséquences à plus long terme. Paul Chiambaretto revient sur les conclusions de cette enquête, ainsi que celles de la précédente, qui analysait la perception des Français de l'empreinte environnementale du transport aérien.
Un Best Of des 12 premiers podcasts du Journal de l'Aviation
Michel Roth est l'un des Chefs les plus titrés de France avec un palmarès de titres parmi les plus prestigieux de la gastronomie française. Aux côtés de Guy Martin, Massimo Bottura, Régis Marcon et Anne Sophie Pic, il fait partie du studio culinaire Servair, chargé d'élaborer les menus à bord des avions d'Air France. Aujourd'hui à la tête du restaurant le Bayview de l'hôtel Président Wilson à Genève, il nous livre les secrets de la gastronomie de haut vol.
Haïm Korsia, grand rabbin de France, aumônier des Aéroports de Paris est un passionné d'aviation; Pour le podcast de l'Aviation, il nous livre son regard sur la période que nous traversons.
C'est la première fois depuis sa création que le salon du Bourget est annulé. Patrick Daher explique les raisons de cette lourde et historique décision qui est venu secouer le monde de l'aéronautique cette semaine et évoque l'impréparation du secteur à la crise.
C'est un sauvetage inattendu qui redonne un peu d'espoir quant à l'avenir du pavillon français.Au bord de la faillite après avoir été durement touchée par la crise sanitaire, Corsair est sauvée. Le montage financier a été bloqué il y a quelques jours. La compagnie, basée à Orly, propriété de l'Allemand Intro Aviation, va être rachetée par un consortium d'entrepreneurs antillais, acteurs majeurs du tourisme, investisseurs privés, collectivités et régions.Pour en parler, Pascal de Izaguirre, son PDG."300 millions d'euros sont investis dans la compagnie pour en faire le transporteur de l'Outre-Mer"
loading
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store