DécouvrirLe podcast de So Sweet Planet
Le podcast de So Sweet Planet
Claim Ownership

Le podcast de So Sweet Planet

Auteur: Anne Greffe

Abonnements: 46Lu: 309
partager

Description

Le podcast de So Sweet Planet propose des interviews autour des thèmes de l'environnement, de la culture et des droits humains. Ouvrir des portes vers d’autres cultures, d’autres regards et d’autres approches du monde ✨🌈 Think out of the box ! 🌱✨ Animatrice et réalisatrice : Anne Greffe - So Sweet Planet : http://sosweetplanet.com

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet.

55 Episodes
Reverse
Bienvenue dans La Bulle de So Sweet Planet, un podcast plus court qui vous propose un focus sur un événement - festival, conférences, expo… - en lien bien sûr avec les thèmes de So Sweet Planet, Environnement, Culture et Droits humains. La Bulle s’intercalera de temps en temps entre deux interviews habituelles du podcast de So Sweet Planet.  Comment faire ensemble que le monde d’après devienne vite le monde d’aujourd’hui ? En allant par exemple faire un tour au Smmmile Festival les 19 et 20 septembre prochains (2020), à la Grande Halle de La Villette à Paris. Le Smmmile Festival, c’est vegan et pop, un festival engagé ouvert à tou·te·s, dédié aux arts, à la culture, au débat citoyen et à des modes de vie plus durables… et on en parle avec Clémence Landeau, directrice opérationnelle du Smmmile Festival ! (enregistré à distance) Tous les signaux sont au rouge : nous devons changer nos modes de vie, adopter des façons de consommer plus durables, re-considérer notre rapport au vivant, réfléchir à comment mieux vivre ensemble avec nos différences… mais ce changement n’est pas facile à mettre en place dans nos vies quotidiennes, alors le Smmmile Festival vous propose de vous accompagner avec des propositions festives et ludiques, de la musique, de la cuisine végétale, des associations (L214, Sea Shepherd, SOS Méditerranée, les frigos solidaires...) et des speakers parmi lesquels Jane Goodall, Rob Hopkins... de quoi régaler tous vos sens ! Un podcast pour vous mettre en appétit…  Toutes les informations pratiques sur le site : https://smmmilefestival.com/ Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Rencontre avec Pierre Ducrozet pour évoquer son nouveau roman Le grand vertige Dans ce podcast, Pierre Ducrozet nous explique ce qui lui a donné envie d’écrire un roman sur ce sujet qui concerne tout le monde : le changement climatique ! Nous parlons donc d’aventures et de fiction qui s’ancrent dans une réalité inquiétante… la nôtre, et de cette histoire qui se mêle au réel de façon troublante. Nous parlons aussi de rythme et de séries Netflix - puisque cette histoire nous fait virevolter d’un endroit à l’autre sur la planète avec un petit quelque chose de la série Sense 8 des soeurs Wachowski - de grands projets, de petites réformes et de fausses bonnes idées, de changement climatique et de pétrole, de capitalisme et de partage du monde, de prédation, du Japon, du coronavirus, de réalité et de fiction qui se télescopent au-delà du grand vertige, d’éco-terrorisme, de maîtres du monde, de plantes bioniques, de voyages et de ce qui a inspiré ces personnages si représentatifs de ce début de 21e siècle…  Présentation par l’éditeur  Pionnier de la pensée écologique, Adam Thobias est sollicité pour prendre la tête d’une “Commission internationale sur le changement climatique et pour un nouveau contrat naturel”. Pas dupe, il tente de transformer ce hochet géopolitique en arme de reconstruction massive. Au coeur du dispositif, il crée le réseau “Télémaque”, mouvant et hybride, constitué de scientifiques ou d’intuitifs, de spécialistes ou de voyageurs qu’il envoie en missions discrètes, du Pacifique sud à la jungle birmane, de l’Amazonie à Shanghai... Tandis qu’à travers leurs récits se dessine l’encéphalogramme affolé d’une planète fiévreuse, Adam Thobias conçoit un projet alternatif, novateur, dissident. Né en 1982, Pierre Ducrozet a rejoint les éditions Actes Sud en 2017 avec L’invention des corps, lauréat du prix de Flore. Après un détour de quelques années à Berlin, il est retourné vivre à Barcelone, mais la crise du coronavirus l’a surpris au Japon où il poursuivait un voyage à travers l’Asie entamé en septembre 2019 sur les traces de ses personnages. Il a donné des nouvelles de cette longue équipée à travers sa chronique Résidence sur la terre pour Libération.  Auparavant, il avait déjà publié trois romans chez Grasset : Requiem pour Lola rouge (2010, Prix de la Vocation 2011, à paraître en Babel en cette rentrée 2020), La vie qu’on voulait (2013) et le très remarqué Eroica (2015 et Babel n°1525).  Acheter Le grand vertige de Pierre Ducrozet (éditions Actes Sud) sur le site Librairies Indépendantes : https://www.librairiesindependantes.com/product/9782330139261/ Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
"Les Sentinelles - Chroniques de la fraternité à Vintimille", un livre co-écrit par Teresa Maffeis et Aurélie Selvi. Dans ce podcast, nous parlons donc de ce journal de bord qui couvre les cinq dernières années depuis 2015, date de la fermeture de la frontière entre la France et l’Italie. Teresa Maffeis nous raconte son expérience de terrain auprès des migrants à Vintimille et dans la Vallée de la Roya, du quotidien des "solidaires", de ce qui les pousse à aider, quitte à parfois enfreindre la loi et prendre des risques pour leur propre vie. Les plus connus du grand public sont sans doute l’agriculteur Cédric Herrou et la militante Martine Landry… Amnesty International prend régulièrement leur défense avec d’autres associations dans un contexte où la solidarité est souvent considérée, voire jugée comme un délit. "Délit de solidarité", l'expression laisse perplexe. Nombre d’entre eux sont régulièrement appelés dans les tribunaux, en tant que témoins ou en tant qu'accusés.Quelle est leur réalité, à quoi sont-ils confrontés, qu’est-ce qui les motive ?  Que faire lorsque des réfugiés qui ont fui des guerres ou des conditions de vie inhumaines sont à votre porte ? Lorsque des mineurs, souvent non accompagnés, sont victimes des réseaux de prostitution ? Quelles conséquences ont les décisions prises par les autorités locales sur le terrain ? Que se passe-t’-il si elles décident de couper l’eau ou d’interdire les distributions de nourriture pour les migrants ? Le renforcement des contrôles et de la répression aux frontières est-il une solution ou un cache-misère qui ne fait que déplacer le problème sans le résoudre ? Le camp de la Croix-Rouge de Vintimille que Teresa Maffeis évoque à la fin de cette interview, redoutant sa fermeture, a effectivement été fermé quelques jours après. Les réfugiés climatiques vont s’ajouter en grand nombre aux rangs des migrants dans les années qui viennent. Allons-nous étudier et travailler sur les causes qui créent toutes ces migrations ? Teresa Maffeis nous raconte son expérience, la souffrance mais aussi les belles histoires et l'espoir qui rythment son quotidien et nous permet d’approcher au plus près celles et ceux qu’elle aide, par un regard différent de celui des médias traditionnels. À écouter ! Une interview réalisée par Anne Greffe Les sentinelles - Chroniques de la fraternité à Vintimille Aurélie Selvi, Teresa Maffeis Éditions Max Milo Acheter le livre sur Librairies Indépendantes : https://www.placedeslibraires.fr/livre/9782315009541-les-sentinelles-chroniques-de-la-fraternite-a-vintimille-teresa-maffeis-aurelie-selvi/ Présentation par l'éditeur "Vintimille, ville-frontière italienne, supermarché des Azuréens en quête de cigarettes à prix cassé, s’illustre pour une autre spécialité : le transit de migrants. Fuyant l’horreur des zones de conflits ou la brutalité des dictatures, ce sont des milliers de jeunes hommes, femmes et enfants qui trouvent refuge dans cette ville balnéaire et ses montagnes environnantes. Pour leurs venir en aide, de nombreux citoyens, connus ou inconnus, boulanger ou retraité, princesse ou ouvrier, anarchiste ou curé, se mobilisent. Ils collectent des vêtements et de la nourriture, manifestent avec les réfugiés, dénoncent l’illégalité de pratiques policières et beaucoup doivent se défendre devant les tribunaux. Dans ce journal de bord, Teresa Maffeis, figure militante locale, et Aurélie Selvi, journaliste, souhaitent leurs rendre hommage en racontant l’histoire de la fraternité que ces insurgés écrivent depuis cinq ans." Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Interview de Ange-David Baimey GRAIN se définit comme "une petite organisation internationale qui soutient la lutte des paysans et des mouvements sociaux pour renforcer le contrôle des communautés sur des systèmes alimentaires fondés sur la biodiversité." Dans ce podcast enregistré à distance avec Ange-David Baimey, l’un des membres de l’équipe de GRAIN qui est en Côte d’Ivoire, nous abordons l’histoire de cette association très engagée et cela nous amène à évoquer les nombreux sujets sur lesquels ils travaillent, sur le terrain avec les communautés aussi bien que par des rapports, analyses et expertises destinés au médias et aux institutions internationales. Nous parlons donc de petits paysans, de biodiversité, de semences paysannes, d’OGM, des conséquences et de la violence des règles imposées par le commerce international, des accaparements de terre, de l’huile de palme, des invasions de criquets en Afrique et en Asie, de défenseurs de l’environnement assassinés, d’écocides, de pollutions, d’activisme, d’élevage intensif, d’agro-écologie, de traités de libre-échange, de crise alimentaire, d’énergies fossiles, de réchauffement climatique, de souveraineté alimentaire, problèmes fonciers, terres devenues stériles, luttes sociales et environnementales… Le monde d’après, cela fait 30 ans qu’ils y travaillent ! Retrouvez la page de ce podcast sur le site So Sweet Planet : http://sosweetplanet.com/la-fondation-abbe-pierre-2-3-la-belle-aventure-de-la-bazoche-retrouver-les-cles-dun-logement-et-dune-vie-sociale/ Visiter le site de GRAIN Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
La Fondation Abbé Pierre (3/3) : La belle aventure de La Bazoche ! (suite et fin) Retrouver les clés d’un logement… et d’une vie sociale.  Interview de Delphine Laugier Bienvenue dans ce troisième et dernier épisode du Podcast de So Sweet Planet consacré à la Fondation Abbé Pierre et à ses initiatives pour lutter contre le mal-logement, la précarité, l’exclusion sociale…  Je vous propose ici une rencontre avec Delphine Laugier qui est "hôte" à La Bazoche et qui, comme Delphine Picard (2ème épisode), connait ce lieu depuis ses débuts, il y a 12 ans.  Nous sommes sur le terrain, là où s’appliquent concrètement tout ce qui a été dit par Christophe Robert et Delphine Picard dans les deux épisodes précédents.  Puis nous écouterons le témoignage de Sophie, l’une des habitantes de la Bazoche. Rappel : Après le premier épisode avec l’interview de Christophe Robert - délégué général de la Fondation Abbé Pierre - nous mettons le cap au sud, à 230 kilomètres de Paris.  Nous nous installons dans le charmant jardin de La Bazoche, à Tours. C’est dans le cadre bucolique de cette étonnante pension de famille que je discute avec quelques personnes qui font vivre cet endroit exceptionnel ! Ces pensions de famille accueillent des habitants aux parcours de vie chaotiques, douloureux, qui se sont parfois retrouvés à la rue et qui ici s’installent enfin, retrouvent la paix, retrouvent les clés d’un logement mais aussi les clés d’une vie sociale…  Dans ce podcast, Delphine Laugier nous parle de la vie quotidienne à La Bazoche, de son rôle et des interactions avec les habitants. Un métier hors des cadres traditionnels qui lui demande de savoir jongler et d’être équilibriste mais cela participe à la réussite du lieu ! Retrouvez la page de ce podcast sur le site So Sweet Planet : http://sosweetplanet.com/grain-30-ans-de-luttes-pour-les-petits-paysans-la-souverainete-alimentaire-et-la-biodiversite/ Le site de Soliha Centre Val de Loire https://www.soliha.fr/nos-actions/soliha-centre-val-de-loire-partenaires-contribuent-a-resorption-de-lhabitat-insalubre/ Le site de la Fondation Abbé Pierre : https://www.fondation-abbe-pierre.fr/ Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Retrouver les clés d’un logement… et d’une vie sociale. Interview de Delphine Picard, directrice du secteur Pensions de familles – Soliha du Centre Val de Loire Deuxième épisode du Podcast de So Sweet Planet consacré à la Fondation Abbé Pierre et à ses initiatives pour lutter contre le mal-logement, la précarité, l’exclusion sociale. Après le premier épisode avec l’interview de Christophe Robert, délégué général de cette fondation, je vous propose de mettre cap au sud, à 230 kilomètres de Paris, pour une rencontre avec Delphine Picard, directrice du secteur Pensions de familles Soliha du Centre Val de Loire avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre. Ces pensions de famille accueillent des habitants aux parcours de vie chaotiques, douloureux, qui se sont parfois retrouvés à la rue et qui ici s’installent enfin, retrouvent la paix, retrouvent les clés d’un logement mais aussi les clés d’une vie sociale… Delphine Picard nous parle de leur gestion avant-gardiste des pensions de famille – même si, comme elle le précise, la méthode n’est pas si nouvelle –  et de la belle aventure de La Bazoche, ouverte à Tours (Indre et Loire), il y a douze ans. Un lieu exceptionnel, tant par son cadre de vie que par la façon hors normes qui est ici proposée de reprendre sa vie en main. Une façon d’envisager l’être humain et la société qui sort un peu des cadres et vous allez l’entendre, non seulement c’est passionnant mais en plus… ça marche ! Nous nous installons dans le charmant jardin de La Bazoche, l’une de leurs pensions de famille, pour discuter ! Dans ce podcast, nous parlons de capabilité, de co-construction, de confiance, d’estime de soi, de culture, d’accompagnement, de création et d’adaptation plutôt que d’exécution, d’impulsion émancipatrice, de liberté de choisir, de militantisme, de care, de perpétuelle remise en question, de pouvoir d’agir, de réflexions sur la violence du don, des festivals "Une place à table", "Sète à toi" et "C’est pas du luxe", d’alimentation, de réussite…! Retrouvez la page de ce podcast sur le site So Sweet Planet : http://sosweetplanet.com/la-fondation-abbe-pierre-2-3-la-belle-aventure-de-la-bazoche-retrouver-les-cles-dun-logement-et-dune-vie-sociale/ Le site de Soliha Centre Val de Loire https://www.soliha.fr/nos-actions/soliha-centre-val-de-loire-partenaires-contribuent-a-resorption-de-lhabitat-insalubre/ Le site de la Fondation Abbé Pierre : https://www.fondation-abbe-pierre.fr/ Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Épisode 1 (sur 3) Interview de Christophe Robert, délégué général. "La misère ne se gère pas, elle se combat" disait l’Abbé Pierre. C’est toute cette différence de conception et d’approche que défend aujourd’hui la Fondation qui porte son nom ! Dans ce podcast avec Christophe Robert : nous parlons de la situation du mal-logement et de la précarité en France, des nombreuses actions de la Fondation Abbé Pierre pour combattre la misère, aider les mal-logés, sortir des personnes de la rue, améliorer les conditions de vie des plus fragiles, soutenir le secteur associatif…  Nous évoquons aussi les multiples causes qui mènent au mal-logement ou à l’absence de logement et la difficulté pour faire émerger cette cause dans l’espace public.  Christophe Robert revient pour nous sur l’importance du logement dans le processus d’exclusion, sur le rôle de la Fondation pour interpeller les pouvoirs publics et pointer la responsabilité de certains choix politiques, il nous explique le concept de "Housing first" / Le logement d’abord, revient sur le sens du "care" - prendre soin - sur le terrain et sur l’importance de ré-humaniser… Plus de détails dans l’interview ! "Reconnue d’utilité publique en 1992, la Fondation Abbé Pierre agit pour que toutes les personnes démunies puissent accéder à un logement décent et à une vie digne. Son action s’articule autour du financement de projets liés au logement, de l’accueil et de l’aide aux personnes sans abri, de la sensibilisation de l’opinion et de l’interpellation des pouvoirs publics." (source : page Facebook de la Fondation) La Fondation Abbé Pierre c’est un réseau de 30 Boutiques Solidarité et un réseau de 40 Pensions de famille implantés à travers tout le pays, c’est le financement et le soutien en direction de partenaires associatifs locaux - 700 logements très sociaux sont créés ou rénovés chaque année, 350 logements sont réhabilités grâce au programme SOS Taudis qui vise à l’éradication des 600 000 logements insalubres ou indécents, c’est aussi un ensemble d’actions de solidarité internationale avec des partenaires locaux pour permettre à des familles démunies de trouver un toit ou de le réhabiliter, ce sont aussi des actions de sensibilisation au travers de chiffres et d’analyses - chaque année, la Fondation publie notamment un rapport sur "L’État du mal-logement en France" qui décrypte la politique du logement et présente des propositions. La Fondation Abbé Pierre facilite et soutient aussi des actions innovantes pour apporter des réponses aux nouvelles formes d’exclusion. Retrouvez la page de ce podcast sur le site So Sweet Planet : http://sosweetplanet.com Le site de la Fondation Abbé Pierre : https://www.fondation-abbe-pierre.fr/ La page Facebook de la Fondation Abbé Pierre : https://www.facebook.com/Fondation.Abbe.Pierre/ Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Rencontre avec Chloé Tournier, programmatrice du lieu et Julie Sicault Maillé, commissaire de l’exposition Champs Libres, autour de la transition écologique. C’est un bel espace hybride de 1000 m2, situé au cœur du quartier du Marais à Paris, dont la vocation est de questionner l’innovation sociale et sociétale par le prisme artistique.  Ce lieu gratuit et ouvert à tous accueille tout au long de l’année des expositions, spectacles, débats d’idées, ateliers pour petits et grands, espace de travail, café avec des produits locaux et de saison, distribution de paniers de fruits et légumes bio… Ce podcast vous propose deux interviews :  - dans la première partie, Chloé Tournier, programmatrice du MAIF Social Club nous explique le travail de fond que constitue la programmation de ce lieu, comment toucher des publics variés, créer des opportunités de rencontres entre artistes et scientifiques, entre collectifs de citoyens et intervenants... Chloé Tournier nous détaille tout le travail de réflexion réalisé en amont de cette programmation, quels choix, quelles intentions, comment permettre au public d’acquérir de nouvelles compétences, de réfléchir et de s'impliquer, quelle approche pour la représentation des minorités, personnes racisées, LGBT, comment induire des changements de comportement dans la société… - dans la seconde partie, Julie Sicault Maillé, commissaire de l’exposition Champs Libres, nous explique comment se met en place une exposition comme celle-ci, qui sont ces artistes, quelles sont leurs motivations, l'importance de réunir de multiples nationalités pour évoquer l'environnement, nous parle des interconnexions du vivant, de la montée des eaux due au réchauffement climatique, de la disparition de ressources naturelles, de sable, de glacier, de Village Vert, d’écosystèmes, de tapis en forme de roue, tissé au Népal, pour illustrer l’interdépendance des organismes du vivant, rappelant que la nature est notre maison, de droits humains, d’écologie, de l’importance de décentrer notre regard, de semer des graines, de l’oeuvre d’Ettore Favini sur la surconsommation (distributeur de graines) et des oeuvres de Suzanne Husky… entre autres ! Voir la page du podcast sur So Sweet Planet (avec vidéos et photos) : http://sosweetplanet.com/semer-les-graines-dune-nouvelle-societe-le-maif-social-club-et-lexpo-champs-libres/ Site du MAIF Social Club : https://www.maifsocialclub.fr/ Site de l’exposition Champs Libres :  https://programmation.maifsocialclub.fr/programmation/transition/champs-libres Voir les vidéos des artistes : https://programmation.maifsocialclub.fr/programmation/alamaison/les-videos-de-lexpo © Une interview réalisée par Anne Greffe - Tous droits réservés. Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
"Changement climatique, érosion de la biodiversité, évolution démographique, urbanisation, pollution atmosphérique, détérioration des sols, catastrophes naturelles, accidents industriels, crises sanitaires, mobilisations sociales, sommets internationaux... Voici le premier atlas réunissant l'ensemble des données sur la crise écologique de notre temps." Ce livre est d’une importance fondamentale. Il nous offre une excellente synthèse, très claire, d’une masse de données considérable - souvent très "floues" pour le grand public - et nous propose ainsi un état des lieux de l'impact humain sur la planète : climat, biodiversité, multiples pollutions, politiques… Un ensemble de données qui nous permet d’avoir une vision globale, de visualiser les évolutions dans le temps - que ce soit ce qui nous a précédé, là où nous en sommes et ce qui peut nous attendre - et d’appréhender, donc, ce vaste concept de l’Anthropocène ! J'ai rencontré François Gemenne pour parler de son excellent "Atlas de l’Anthropocène" qu’il a co-écrit avec Aleksandar Rankovic et qui a été mis en images par l’atelier de cartographie de Sciences Po. Dans ce podcast, nous parlons donc d’Anthropocène, de migrations, d’écosystèmes, de pollutions, de biodiversité, de réchauffement climatique, de nucléaire, d'élevage intensifs, de modèle agro-alimentaire, de poursuite de croissance infinie dans un monde de resources limitées, de nos responsables politiques et d’entreprises auxquels les questions d’environnement et de climat n’ont pas été enseignées (et ne le sont toujours pas assez !), de pourquoi nous percevons toujours le changement climatique comme quelque chose de très lointain, de la possibilité ou non de rester dans une logique de compromis entre développement économique et réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, de l’Accord de Paris sur le climat et de sa faible application, du problème des objectifs de - trop - long terme pour le climat et l’environnement, de scénario de l’emballement, de déforestation, d’agriculture intensive, de l’expression "transition écologique" qui n’est déjà plus d’actualité… et de tant d’autres choses ! François Gemenne est chercheur du FNRS - Fonds National pour la Recherche Scientifique - à l'Université de Liège, où il dirige l'Observatoire Hugo qui est le premier observatoire au monde des migrations environnementales. Il est Membre du fameux GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), spécialiste des questions de géopolitique de l’environnement qu'il enseigne à Sciences Po et à l’Université libre de Bruxelles. Il co-dirige l’Observatoire sur le climat et la défense mis en place par le ministère des Armées et a déjà publié plusieurs livres.  Acheter l'Atlas de l'Anthropocène : https://www.librairie-sciencespo.fr/livre/9782724624151-atlas-de-l-anthropocene-francois-gemenne-aleksandar-rankovic-atelier-de-cartographie-de-sciences-po/?fbclid=IwAR2KSTerDTjlraMgLsGrSuOd6nRpeN4BId8kuwq607z89crs7BMcK5AwpAA Voir la page du podcast sur le site So Sweet Planet (+ visuels) : http://sosweetplanet.com/atlas-de-lanthropocene-un-etat-des-lieux-essentiel-de-limpact-humain-sur-la-planete/ Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
"Changement climatique, érosion de la biodiversité, évolution démographique, urbanisation, pollution atmosphérique, détérioration des sols, catastrophes naturelles, accidents industriels, crises sanitaires, mobilisations sociales, sommets internationaux... Voici le premier atlas réunissant l'ensemble des données sur la crise écologique de notre temps." Ce livre est d’une importance fondamentale. Il nous offre une excellente synthèse, très claire, d’une masse de données considérable - souvent très "floues" pour le grand public - et nous propose ainsi un état des lieux de l'impact humain sur la planète : climat, biodiversité, multiples pollutions, politiques… Un ensemble de données qui nous permet d’avoir une vision globale, de visualiser les évolutions dans le temps - que ce soit ce qui nous a précédé, là où nous en sommes et ce qui peut nous attendre - et d’appréhender, donc, ce vaste concept de l’Anthropocène ! J'ai rencontré François Gemenne pour parler de son excellent "Atlas de l’Anthropocène" qu’il a co-écrit avec Aleksandar Rankovic et qui a été mis en images par l’atelier de cartographie de Sciences Po. Dans ce podcast, nous parlons donc d’Anthropocène, de migrations, d’écosystèmes, de pollutions, de biodiversité, de réchauffement climatique, de nucléaire, d'élevage intensifs, de modèle agro-alimentaire, de poursuite de croissance infinie dans un monde de resources limitées, de nos responsables politiques et d’entreprises auxquels les questions d’environnement et de climat n’ont pas été enseignées (et ne le sont toujours pas assez !), de pourquoi nous percevons toujours le changement climatique comme quelque chose de très lointain, de la possibilité ou non de rester dans une logique de compromis entre développement économique et réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, de l’Accord de Paris sur le climat et de sa faible application, du problème des objectifs de - trop - long terme pour le climat et l’environnement, de scénario de l’emballement, de déforestation, d’agriculture intensive, de l’expression "transition écologique" qui n’est déjà plus d’actualité… et de tant d’autres choses ! François Gemenne est chercheur du FNRS - Fonds National pour la Recherche Scientifique - à l'Université de Liège, où il dirige l'Observatoire Hugo qui est le premier observatoire au monde des migrations environnementales. Il est Membre du fameux GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), spécialiste des questions de géopolitique de l’environnement qu'il enseigne à Sciences Po et à l’Université libre de Bruxelles. Il co-dirige l’Observatoire sur le climat et la défense mis en place par le ministère des Armées et a déjà publié plusieurs livres.  Acheter l'Atlas de l'Anthropocène : https://www.librairie-sciencespo.fr/livre/9782724624151-atlas-de-l-anthropocene-francois-gemenne-aleksandar-rankovic-atelier-de-cartographie-de-sciences-po/?fbclid=IwAR2KSTerDTjlraMgLsGrSuOd6nRpeN4BId8kuwq607z89crs7BMcK5AwpAA Voir la page du podcast sur le site So Sweet Planet (+ visuels) : http://sosweetplanet.com/atlas-de-lanthropocene-un-etat-des-lieux-essentiel-de-limpact-humain-sur-la-planete/ Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Interview de Lucie Viver, réalisatrice du documentaire Sankara n’est pas mort, une étonnante expédition poétique au pays des hommes intègres ! Dans ce Podcast de So Sweet Planet, j’accueille la réalisatrice Lucie Viver pour nous parler de son premier long-métrage, un très beau documentaire, sensible, poétique et politique, au titre énigmatique "Sankara n’est pas mort". Pour son premier film, Lucie Viver nous entraine dans un voyage en immersion, assez intimiste, sur les traces de Thomas Sankara au Burkina-Faso. Un voyage en compagnie du poète Bikontine, de ses poèmes et de la musique de Rodolphe Burger (peut-être plus connu du grand public pour son groupe Kat Onoma). Que reste-t'-il de Thomas Sankara, surnommé le Che Guevara africain - bien que leurs parcours soient différents à bien des niveaux - président du Burkina-Faso de 1983 à 1987, assassiné à 33 ans, très engagé contre la corruption, pour l’auto-suffisance alimentaire, écologiste ayant travaillé avec Pierre Rabhi pour développer l’agroécologie dans son pays, féministe convaincu…? Le documentaire ne prétend pas répondre à la question, qui est plutôt le prétexte au départ. Pas plus qu'il ne prétend parler de l'insurrection de 2014 : "Je n'étais pas sur place et ce n'était pas mon rôle" précise Lucie Viver. C'est au travers du regard de Bikontine, de ses poèmes, de ses déambulations diurnes et nocturnes, de ses échanges avec celles et ceux qu'il croise sur sa route que le documentaire esquisse des réponses. La sortie du film a été un peu bousculée par les événements liés au coronavirus. Il a été proposé directement sur internet en e-cinéma sur le site la 25ème heure puis en VOD... et finalement, sort enfin en salles ! Dans cet entretien à distance, nous avons donc discuté de cette sortie de film particulière, de Thomas Sankara bien sûr, du contexte du tournage après l’insurrection populaire de 2014 qui a renversé Blaise Compaoré après 27 ans de pouvoir et des espoirs qui ont suivi... Lucie Viver nous explique aussi le choix du fil conducteur de son documentaire : l’unique voie ferrée du Burkina Faso et sa drôle d'histoire. Enfin nous parlons de Bikontine, de la place du poète dans le chaos - un thème universel et d’actualité ! - de la musique de Rodolphe Burger, du cheminement personnel de Lucie pour la construction de son film, de ses souhaits pour l’avenir… Bonne écoute ! - Voir la bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=x7OcI-akljg - Voir le documentaire Sankara n’est pas mort en V.O.D sur UniversCiné : https://www.universcine.com/films/sankara-n-est-pas-mort - Informations sur les projections en salles sur AlloCiné : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=272640.html  Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Loya fait le tour des îles de l'Océan Indien pour explorer et enregistrer des musiques et des sons, collaborer avec des artistes locaux, mêlant musiques traditionnelles, musique électronique, sons de la nature... Blakaz, c'est le nouvel projet de Loya, originaire de La Réunion, avec Menwar, un artiste Mauricien. L'album s'intitule Sagaï. Dans ce podcast, nous parlons de l'île Maurice, de La Réunion, de Madagascar, de Mayotte, de l'Inde... de musiques, de diversité, d'identité, d'exploration, d'environnement... Passionnant, enrichissant, dépaysant...! Écouter l'album de Blakaz (Loya + Menwar) sur Spotify : https://open.spotify.com/album/5H7yIqa1Hiw3vSXOxgVSxn?si=UMiQ_yN1S2O2avzuIfLOGg Le site de Loya : http://loya.re/ La page Facebook de Loya : https://www.facebook.com/loyaproject/ La page Facebook de Blakaz : https://www.facebook.com/BlakazMusic/ Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
La goélette Tara est un véritable laboratoire scientifique flottant. Climat, biodiversité, écosystèmes, pollution plastique… Son équipage explore la vie de l’océan dont dépend la survie de l’humanité. Il partage ensuite ses résultats auprès de tous ceux qui peuvent aider à le préserver : décideurs, ONG, jeune public, médias, scientifiques, grand public, artistes… Tara c’est une fondation et c’est une célèbre "goélette". C’est aussi une belle aventure à l’origine de laquelle on trouve une famille de passionnés autour de la créatrice-styliste Agnès Troublé, plus connue sous le nom de sa célèbre marque Agnès b. La goélette Tara a déjà parcouru plus de 400 000 kilomètres, faisant escale dans plus de 60 pays lors de quatre expéditions majeures menées en collaboration avec des laboratoires internationaux d’excellence (CNRS, CEA, la NASA, entre autres…). Tara, c’est un "laboratoire scientifique flottant"qui a fait la Une du prestigieux journal de publications scientifiques Cell en 2019, celle de Science en 2015 et compte plus de 100 publications scientifiques à son actif. La Fondation Tara Océan est Observateur spécial à l’ONU et participe activement aux Objectifs du Développement Durable de l’Agenda 2030 de l’ONU, parce que Tara c’est aussi de l’éducation et du plaidoyer pour sensibiliser le plus grand nombre à protéger cet océan si précieux. Tara c’est à ce jour plus de 100 000 échantillons collectés, 100 000 nouvelles espèces marines découvertes, plus de 150 millions de gènes issus du monde marin découverts... mais aussi deux millions de visiteurs à leurs expositions, 70 000 enfants sensibilisés à bord, plus de 100 000 élèves qui ont suivi les programmes éducatifs développés par la Fondation, 450 professeurs qui ont été formés et depuis la rentrée 2018, en partenariat avec l’Education Nationale, 390 classes soit 6500 enfants qui suivent les programmes de la Fondation Tara Océan en France et à l’étranger. Dans ce podcast - exceptionnellement enregistré à distance en raison des contraintes liées au coronavirus - Romain Troublé, directeur général de la fondation Tara Océan, nous explique la raison d’être de Tara, ses missions, ses choix, ses défis et le rôle crucial de l’océan pour le bon fonctionnement de la vie sur notre planète. Le site de Tara : https://oceans.taraexpeditions.org/ La chaîne YouTube de Tara : https://www.youtube.com/user/Taraexpeditions La BD Planktos : https://oceans.taraexpeditions.org/planktos/tara-oceans.html Comprendre l'impact du changement climatique sur l'Océan avec cette interface interactive et immersive en ligne.  Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Hommage à Idir. Une interview réalisée à l’occasion de son album Identités en 2000. [Archive] Nous sommes aujourd’hui le dimanche 3 mai 2020 et nous avons appris le décès du chanteur kabyle Idir. J’ai rencontré ce grand monsieur pour l’interviewer il y a tout juste 20 ans. J’ai ré-écouté cette interview ce matin et j’ai eu envie de la partager avec vous parce que je trouve que ses propos sont toujours d’actualité et que les réflexions qu’il livre ici méritent d’être ré-entendues. C’est pour moi un beau souvenir et vous allez l’entendre, c’est dans la droite ligne des interviews de So Sweet Planet. Alors... en souvenir de Monsieur Idir. Dans cette interview, nous avions parlé de ses débuts, de sa chanson A vava inouva, de son pseudo "Idir", de son arrivée en France, de la Kabylie, de l’identité, de son album Identités qui venait de sortir et de bien d’autres choses. Une interview réalisée par © Anne Greffe. Tous droits réservés. Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Rencontre avec Karine Jacquemart, directrice générale de Foodwatch France. Foodwatch est une organisation à but non lucratif qui se bat pour une alimentation sans risques, saine et abordable pour tous et toutes. Ils font entendre la voix des consommateurs∙rices, militent pour plus de transparence dans le secteur alimentaire et défendent notre droit à une alimentation qui ne porte atteinte ni aux personnes, ni à l’environnement. Du logo Nutriscore à l’affaire Lactalis -laits infantiles contaminés- en passant par des campagnes de sensibilisation telles que "Arnaques sur l’étiquette", l’équipe de Foodwatch joue un rôle de contre-pouvoir citoyen avec des investigations, la révélation de scandales, de la mobilisation citoyenne et des actions de plaidoyer pour peser face au pouvoir - et aux lobbies - de l’industrie agro-alimentaire. Dans cette interview, Karine Jacquemart nous raconte la création de Foodwatch et comment son parcours personnel, après avoir travaillé avec Greenpeace et Action Contre le Faim, l’a menée à diriger Foodwatch France. Nous évoquons les méthodes de Foodwatch pour réussir à pousser les responsables politiques à améliorer les règlementations liées à l’alimentation. Nous parlons donc du logo Nutriscore, de la malbouffe et de notre santé - en France, un enfant sur six est en surpoids ou obèse - et des moyens pour que fabricants et distributeurs de produits trop gras, trop sucrés, trop salés revoient leurs recettes et leurs étiquettes. Nous parlons aussi des accords de libre-échanges, puisque Foodwatch est vent debout contre les TAFTA, CETA, JAFTA et autres MERCOSUR et Karine Jacquemart nous explique pourquoi. Il est aussi question des difficultés et des réussites pour défendre les consommateurs.trices que nous sommes, de notre droit à l’information et à la santé et bien sûr, nous parlons des lobbies, de leur pouvoir mais aussi de certaines grandes entreprises qui acceptent d’améliorer leurs pratiques… entre autres sujets brulants ! À visiter sur le Net : Le site de Foodwatch La campagne pour le logo Nutriscore La campagne Arnaques sur l’étiquette Informations sur L’impact de notre alimentation sur notre santé   Vidéo : Pourquoi le CETA est dangereux pour les citoyens et la planète ? La page Facebook de Foodwatch La chaîne YouTube de Foodwatch Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Rencontre avec Samira Sedira pour évoquer son roman, Des gens comme eux, et son étonnant parcours de vie...  Un parcours de vie qui lui a permis d’explorer l’âme humaine à partir de différents angles de vue : de comédienne dans la lumière à femme de ménage ignorée et méprisée jusqu’à l’écriture d’un premier roman sur ce vécu et ses humiliations, L’odeur des planches, adapté au théâtre et interprété par Sandrine Bonnaire. Aujourd’hui, Samira Sedira sort son quatrième roman, inspiré du fait divers de la tuerie du Grand Bornand. Dans ce podcast, nous discutons de la vie de comédienne, du théâtre, de la précarité, de sa vie de femme de ménage, du courage d’en faire un livre - L’odeur des planches - des épreuves, des conséquences du regard de l’autre lorsque l’on n’est pas ou plus dans la lumière, lorsqu’on n’est pas ou plus dans la bonne case (racisme, classe sociale…), de l’arrivée de sa famille algérienne en France, de la visibilité et de l’invisibilité, de l’écriture, du déterminisme social, de couleur de peau, de ses quatre romans, de son rôle d’auteure, de la différence, de ses projets et de bien d’autres choses… Des gens comme eux, Samira Sedira. Éditions Le Rouergue - Collection : La Brune au Rouergue Acheter Des gens comme eux, L’odeur des planches et les autres livres de Samira Sedira sur librairiesindepndantes.com Une interview réalisée par © Anne Greffe - Tous droits réservés. Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Rencontre avec Maud Dugrand pour son livre "La petite République de Saillans". Une immersion au coeur d'un village de la Drôme qui a eu envie de renverser la table !  Dans ce podcast, Maud Dugrand, journaliste et originaire de Saillans, nous raconte de vive voix l’enquête qu’elle a menée sur place depuis le début de cette expérience. Nous parlons donc de ce qui fait naître cette envie de démocratie participative, des conditions qu’il a fallu réunir pour la rendre concrète, des protagonistes de cette histoire, de leurs parcours et de leurs expériences, de ce qui a permis de tenir dans le temps et de traverser les épreuves et les déceptions sans flancher, de l’héritage historique depuis des siècles et de cet esprit particulier qui règne à Saillans, des esprits libres et indépendants, des crispations inattendues qui ont failli tout ruiner, du fonctionnement "sans maire au-dessus de tout le monde", des trois piliers "de la collégialité, de la participation et de la transparence", de l’importance des outils de l’éducation populaire, du café associatif L’Oignon, de la victoire aux municipales de 2014 avec 56,8% des voix et 80% de participation (ça va en faire rêver quelques uns…), des méthodes utilisées pour gérer les émotions, de la nouvelle place qu’occupent les femmes et les minorités (à écouter, le passage sur la caserne de pompiers, bel exemple de diversité !) et de bien d’autres choses encore parmi lesquelles Coline Serreau, l’école de Beauvallon, Dieulefit…! Présentation par l’éditeur En mars 2014, alors que le Front national fait une percée historique dès le premier tour des élections municipales, Saillans, petit bourg de la vallée de la Drôme, renverse la table. Des citoyens débutants en politique décident sans programme ni candidat de plancher sur les priorités de la commune. Le succès est immédiat et inattendu. Pour la première fois, des habitants prennent la parole, réfléchissent collectivement à une autre façon de faire vivre la politique locale. La liste citoyenne « Autrement pour Saillans… tous ensemble » se constitue. Le 23 mars 2014, elle remporte les élections au premier tour avec 56,8 % des voix. Depuis cinq ans, Saillans, un village de la Drôme de 1300 habitants, expérimente un modèle de démocratie citoyenne où les décisions sont prises par les habitants. De nouvelles façons d’exercer le pouvoir mais aussi de vivre ensemble. La journaliste Maud Dugrand, originaire du lieu, était la mieux placée pour nous raconter cette histoire. À l’heure où se profilent de nouvelles élections, elle fait le bilan d’une expérience sans équivalent, qui répond à sa manière aux aspirations réitérées à une renaissance démocratique. En 2010, après treize ans passés au journal L’Humanité, Maud Dugrand s’installe en famille à quelques kilomètres de Saillans, où elle a grandi. Elle poursuit son métier de journaliste en indépendante. Et suit de très près les premiers pas de la nouvelle municipalité, notamment dans le cadre de reportages pour le magazine Siné mensuel et le journal Le Monde. Acheter La petite République de Saillans - Une expérience de démocratie participative de Maud Dugrand - dans la collection La Brune des éditions Rouergue sur le site librairiesindependantes.com Une interview réalisée par Anne Greffe Visiter la page de ce podcast sur sosweetplanet.com Soutenez ce podcast sur Acast Supporter : https://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Laura Nsafou a écrit et publié deux très beaux livres pour enfants, avec les superbes illustrations de Barbara Brun. Et parce qu’elle a elle-même souffert de ne pas trouver d’enfants noirs auxquels s’identifier dans les livres qu’on lui proposait lorsqu’elle était petite, elle a créé de magnifiques petites héroïnes noires ! Dans ce podcast, nous parlons donc de représentativité, d'estime de soi, de colorisme, d'émancipation de la parole, de se mettre en mouvement, de créer nous-même ce qui nous manque, d’appropriation de la narration, de Tom Tom et Nana (si, si !), du rôle de Toni Morisson et de Léonora Miano dans son parcours, d’afroféminisme et d’intersectionnalité, des difficultés à faire tomber les limites que l’on nous pose et à dépasser celles que l’on se met à soi-même, on parle aussi d’illustrations, de poésie, de cheveux crépus et de nuances de couleurs, de composer avec des origines multiples, de s’affranchir du regard des autres, de l’expérience de la poupée Clarck, de films, de livres et de bien d’autres choses…! Présentation par l’éditeur - Les éditions Cambourakis Laura Nsafou, originaire de la Martinique et du Congo, a grandi en France. Militante afroféministe, elle tient un blog très suivi, sous le nom de Mrs Roots. Elle y interroge les représentations sociales, historiques et culturelles des femmes noires. Déplorant l’absence de visibilité des enfants noirs dans les albums jeunesse, elle est à l’origine du projet de Comme un million de papillons noirs, devenu l'album jeunesse le plus vendu du catalogue des éditions Cambourakis avec plus de 10 000 exemplaires écoulés. Elle est également l’auteure d’un roman, intitulé À mains nues, où elle étudie notamment l’influence des différences culturelles dans les rapports sociaux. Le chemin de Jada Laura Nsafou & Barbara Brun Iris et Jada sont des sœurs jumelles. Elles s’entendent à merveille et partagent tout : les mêmes yeux de chat, le même nez rond, les mêmes longues nattes, le même médaillon… le seul détail qui les distingue, c’est la couleur de leur peau. Celle d’Iris est aussi claire que l’acacia tandis que celle de Jada est aussi foncée que le cacao. Dans leur village, la première est sans cesse complimentée tandis que l’autre est moquée. Un jour, Jada se lasse de ces remarques et décide de s’aventurer dans la forêt. Là-bas, elle espère rencontrer ces « enfants de la Nuit » à qui sa grand-mère ne cesse de la comparer… Les éditions Cambourakis 32 pages / 215 x 266 mm 14 euros à partir de 3 ans Acheter Le chemin de Jada sur librairiesindépendantes.com Comme un million de papillons noirs Laura Nsafou & Barbara Brun Adé adore les éclairs au chocolat, les papillons et poser des questions. Elle a aussi de magnifiques cheveux mais ses camarades d’école s’en moquent, simplement parce qu’ils sont différents. En compagnie de sa mère et ses tantes, elle va heureusement découvrir en douceur la beauté des papillons endormis sur sa tête, jusqu’à leur envol final. Les éditions Cambourakis 32 pages / 22 x 29 cm  14 euros Acheter Comme un million de papillons noirs sur librairiesindépendantes.com Une interview réalisée par Anne Greffe pour So Sweet Planet Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Rencontre avec la journaliste Anne-Sophie Novel pour parler de son livre Les médias, le monde et nous : une enquête de 400 pages pour mieux aborder le monde de demain ! Une discussion au long cours pour évoquer ce vaste sujet. Dans un monde en profonde mutation, quel est le rôle des médias ? Pourquoi tant de défiance à l’égard des journalistes ? Quel rapport entre production / consommation alimentaire et production / consommation d’information ? Y-a-t-il de la production intensive, de la junk-information comme de la junk-food, de l’addiction à des choses toxiques, quels sont les enjeux aujourd’hui de l’information, comment mieux la produire, est-ce possible, y-a-t’il des exemples, nos systèmes économiques ont-ils une responsabilité dans la façon dont nos médias nous nourrissent… et dans le retard pris par l’information sur le changement climatique ? Est-ce que c’est mieux ailleurs ? Tout cela et bien plus encore dans ce podcast ! Les médias, le monde et nous, Actes Sud / Domaine du Possible, 400 pages. Acheter le livre sur librairiesindépendantes.com Le site pour le livre et le documentaire : lesmediaslemondeetmoi.com Comment s’informer pour comprendre les enjeux du monde à venir, par Anne-Sophie Novel pour Le Monde, 19-01-2020 Voir le documentaire en ligne : https://docs.tv/ Une interview réalisée par Anne Greffe Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Une belle expérimentation menée à l’université de Tours (Indre-et-Loire). Rencontre avec Bénédicte Froment et Mathieu Muselet, initiateurs du projet. En 2018-2019, à l’aide d’un nouveau dispositif - les Open Badges - l’université de Tours s'est engagée dans une expérimentation pour encourager, valoriser, rendre visible et lisible l’expérience d’engagement bénévole des étudiants, en milieu associatif notamment. Il s’agit donc de rendre visibles les apprentissages informels. A l’issue de cette année universitaire, l’expérimentation est concluante, le projet se poursuit. Bénédicte Froment, directrice de la Vie Étudiante de l’université de Tours, et Mathieu Muselet, animateur du projet "Badgeons le Centre Val de Loire" et membre salarié de la Ligue de l’Enseignement d’Indre-et-Loire nous expliquent l’origine du projet, l’aventure de son développement, les avantages qu’il apporte aux étudiants et à la société. Ils nous parlent aussi des intentions qui sous-tendent cette initiative car ce n’est pas d’un gadget mais bien d’une valorisation de l’individu dont il s’agit ici : une expérimentation qui ouvre, enrichit et débride le CV traditionnel ! Avec les témoignages de Sandrine Alberini et Cyrielle Duroyon, en service civique sur cette expérimentation à l’université de Tours. Voir la page du podcast "Valoriser l’engagement bénévole des étudiants avec des Open Badges !" sur So Sweet Planet Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/so-sweet-planet  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
loading
Commentaires 
Télécharger sur Google Play
Télécharger sur l’App Store