Claim Ownership

Auteur:

Abonnements: 0Lu: 0
partager

Description

 Episodes
Reverse
Après une première rencontre exceptionnelle - un podcast de deux heures - en mars 2021 pour le livre La fabrique des pandémies, voici une nouvelle interview à l’occasion de la sortie du film !"Si nous continuons de détruire les écosystèmes, nous connaîtrons "une ère d’épidémie de pandémies", nous avertit le parasitologue Serge Morand (CNRS), l’un des pionniers français de l’écologie de la santé.Après avoir interviewé à distance, pendant le confinement, plus de soixante chercheurs du monde entier - interviews à retrouver dans son livre La fabrique des pandémies - Marie-Monique Robin est allée rencontrer et filmer certains d’entre eux sur le terrain : huit pays, quatre continents visités. En croisant habilement leur paroles et leurs recherches, le film témoigne du fait que leurs mises en garde se recoupent, quel que soit le milieu dans lequel ils travaillent et l’endroit où ils se trouvent sur la planète. Que ce soit aux États-Unis et en Géorgie, au Mexique, au Gabon, en Thaïlande, en Guyane, à Madagascar, en France ou au Kénya, tou.te.s lancent l’alerte (et depuis longtemps !) : il faut d’urgence protéger la biodiversité, c’est une question de survie pour l’humanité ! Mais quel rapport entre la biodiversité et la survie de l’humanité ? En quoi la chute de la biodiversité permet-elle l'apparition de nouvelles maladies infectieuses ?Quels sont les liens d’interdépendance qui nous relient, nous les humains, aux autres vivants ? En quoi la disparition des lémuriens de Madagascar est-elle inquiétante pour nous ? Quel rapport entre le virus Ebola, la maladie de Lyme et la pandémie de Covid 19 ? Y-a-t’il des causes communes à la chute de la biodiversité et au réchauffement climatique ?Les réponses et les explications des scientifiques nous sont rendues formidablement accessibles dans ce film. Juliette Binoche, dans le rôle de "passeuse" entre les chercheurs et le public, nous permet de créer un lien sensible avec le sujet. Sa spontanéité et son humour sont réjouissants !Pour en savoir plus, écoutez l'interview...Marie-Monique Robin est journaliste d’investigation, auteure, lauréate d’une trentaine de prix dont le prix Albert-Londres en 1995 et le prix norvégien Rachel Carson en 2009 et réalisatrice d’une quarantaine de documentaires très engagés qui ont bousculé la / les société(s) : Le monde selon Monsanto, Escadrons de la mort, l’école française, Sacrée croissance, Torture mais in USA, Voleurs d’organes, Argentine, le soja de la faim…La liste de toutes les projections-débats du film La fabrique des pandémiesComment organiser une projection-débat près de chez vous ?La bande-annonce du film avec Juliette BinocheSoutenir So Sweet Planet sur Patreon Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Aya Cissoko : "Devenir quelqu’un, c’est avoir une véritable conscience de l’autre."Dans cet épisode de So Sweet Planet, je vous propose une rencontre avec Aya Cissoko, triple championne du monde de boxe, passée par Sciences Po et conférencière, autrice et comédienne.Aya Cissoko a publié en 2011 un premier livre sur son parcours, "Danbé", écrit avec Marie Desplechin et adapté en téléfilm pour Arte en 2014, suivi en 2016 par N’ba et le 6 mai 2022 est sorti ce nouveau livre, "Au nom de tous les tiens", publié au Seuil. Une parole puissante, claire, juste et nécessaire, parce qu'il est urgent d'écouter.Dans cette interview, nous revenons sur le parcours d'Aya Cissoko, sur le contenu de son nouveau livre et sur ce qui l'anime aujourd'hui, parce qu' "Il faut continuer à se battre et à interroger les hiérarchies sociales, montrer comment racisme et mépris de classe se mêlent dans une logique perverse." et parce que "Devenir quelqu’un, c’est avoir une véritable conscience de l’autre." Des réflexions sous-tendues par une colère légitime mais aussi par un profond désir de mettre à plat ensemble ce sur quoi nous avons collectivement à réfléchir, dans une approche constructive qui appelle à un véritable universalisme qui inclurait enfin tout le monde.Présentation du livre "Au nom de tous les tiens" par l’éditeur"Quand Aya Cissoko était jeune, sa mère, Massiré Dansira, ne cessait de lui répéter : "Tu n’es pas l’enfant de rien ni de personne !". Devenue mère à son tour, l’autrice entend ici rappeler à sa propre fille ses origines ; son enfant est en effet issue d’une double lignée à l’histoire violente et douloureuse, celle de guerriers bambaras du Mali qui ont affronté la colonisation, et de juifs ashkénazes déportés à Auschwitz. Comment calmer les brûlures de ces destins mêlés ? Il faut continuer à parler, dénoncer, lutter, ne pas cacher les difficultés de la condition noire, regarder en face les vexations subies par une mère vaillante dans un pays hostile. Il faut continuer à se battre et à interroger les hiérarchies sociales, montrer comment racisme et mépris de classe se mêlent dans une logique perverse. Parce qu’elle a compris que l’ascension sociale, si elle éloigne de la pauvreté, ne protège pas des préjugés, Aya Cissoko ne veut oublier ni les siens, ni d’où elle vient. Elle sait maintenant transformer en mots puissants et éruptifs, dans une ultime tentative de conciliation, une colère qui jaillit des tréfonds de son enfance. Aya Cissoko est une ancienne championne de boxe passée par Sciences Po. Elle est aujourd’hui conférencière, autrice et comédienne."Acheter le livre "Au nom de tous les tiens" sur le site Librairies IndépendantesAcheter le livre "Danbé" de Aya Cissoko avec Marie Desplechin sur le site Librairies IndépendantesSo Sweet Planet, un site et un podcast indépendants !Soutenez mon travail sur Patreon, accédez à vos contenus exclusifs et vos épisodes sans publicité :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Rencontre avec David Linx pour évoquer son parcours, le jazz, la vie, ses rencontres exceptionnelles - d’Ella Fitzgerald aux invités de cet album en passant par Kenny Clark, James Baldwin et bien d’autres - et son nouvel album Be my guest.David Linx est une personnalité étonnante. Son approche du jazz et de la vie, sa créativité et sa curiosité, sa liberté, son audace, ses réflexions sur le monde, ses propres remises en question, la dynamique de son esprit toujours en mouvement, ses engagements qu’il traduits dans sa façon de vivre et de créer, tout cela a de quoi intriguer. On sent que ce qui l’anime a été façonné de longue date, que c’est le fruit de multiples expériences, réflexions et dialogues et que rien n’est figé : le socle est solide mais l’esprit créatif bouillonne et célèbre toujours l’ouverture. Je ne vous en dis pas plus, écoutez l’interview pour découvrir son univers.David Linx a reçu récemment le prix Octave d’Honneur en Belgique pour l’ensemble de sa carrière, le prix Edison pour le meilleur album de l’année (Brel avec le Brussels Jazz Orchestra) et a été de nombreuses fois récompensé en France : prix Charles Cros, prix de l’Académie du Jazz, Victoires du Jazz. Skin In The Game son dernier opus de compositions originales chantées en anglais, a réuni un combo de leaders avec Gregory Privat au piano, Chris Jennings à la contrebasse, Arnaud Dolmen à la batterie et en invité de luxe Manu Codjia à la guitare. Entre ballades et titres plus rythmés, deux morceaux agrémentés de poèmes dits par Marlon Moore rajoutent une couleur de plus et rappellent le premier sublime album réalisé par David Linx avec l’écrivain James Baldwin en 1987. Skin In The Game, sorti en 2020 fut chaleureusement accueilli par les médias (Approved by Jazz Magazine, Choc Jazz Magazine) et vivement récompensé ( Les Victoires du Jazz 2019, l’Académie du Jazz, Coup de Cœur Charles Cros).“Ce projet est venu à moi très naturellement tel un inventaire qui se réclame, un peu comme si je retournais à l’école. Il est un hommage à la transmission, à l’esprit de curiosité indissociable et indispensable à cet apprentissage par soi-même.Ces duos sont une façon de continuer à évoluer encore et toujours et me rappellent ma jeunesse lorsque je me ruais sur tout ce que je ne connaissais pas, avec une curiosité qui est toujours intacte." David LinxÉcouter / Acheter l’album :Sur le site de CristalProdSur Apple Music Sur Spotify Sur DeezerVoir les clips et autres vidéos sur la chaîne YouTube de David LinxLa page Facebook de David LinxSo Sweet Planet, un site et un podcast indépendants !Soutenez mon travail sur Patreon, accédez à vos contenus exclusifs et vos épisodes sans publicité :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Survival International travaille depuis 50 ans de l'Amazonie au Kalahari, des jungles de l'Inde à la forêt tropicale du Congo, en partenariat avec les peuples autochtones pour protéger leur vie et leurs territoires. "Ils sont victimes de racisme, du vol de leurs terres et de violence génocidaire – simplement parce qu'ils vivent différemment. Il faut y mettre fin."Les équipes de Survival International amplifient les voix autochtones et s'assurent qu'elles soient entendues. "Nous n’abandonnerons pas avant que les peuples autochtones soient respectés en tant que sociétés contemporaines, ayant le contrôle de leur vie et de leurs terres, libres de déterminer leur propre avenir."Survival International a reçu le prix Nobel alternatif (Right Livelihood Award) en 1989.Je reçois Marie Ndenga Hagbe de Survival International France. Nous parlons ici des difficultés rencontrées par les peuples autochtones, des victoires emblématiques de Survival International depuis cinquante ans, des pressions sur les gouvernements pour qu'ils reconnaissent les droits territoriaux autochtones, du travail pour documenter et mettre en lumière les atrocités commises contre les autochtones – et agir pour y mettre un terme, de l’aide apportée aux Yanomami pour créer la plus grande zone de forêt tropicale au monde sous contrôle autochtone, de colonialisme vert, de diversité, des controverses autour de la conservation de la nature et du mythe de la wilderness (nature vierge et sauvage), de droits humains, de racisme, du projet de transformer 30% de la planète en Aires protégées d’ici 2030 et Marie nous explique pourquoi Survival International y est opposé.Survival International FranceSurvival International France sur Twitter, Facebook, InstagramLes éléments cités :L’étude sur l'efficacité des Aires protégéesUne étude démontrant que les humains façonnent et gèrent leur environnement depuis au 12 000 ans.Informations et liens de Survival International contre le plan 30X30 (30% d’aires protégées d’ici 2030)Podcast québécois "Laissez-nous raconter : L’histoire crochie", par Marie-Andrée Gill, femme autochtoneLa Chute Du Ciel - Paroles d'un Chaman Yanomami, Davi Kopenawa, Bruce Albert, PocketYanomami, L'Esprit De La Forêt, Bruce Albert, Davi Kopenawa, Actes SudL’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l'Éden africain, Guillaume Blanc, Flammarion Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Rencontre avec Anne-Sophie Novel. Son nouveau livre "L’enquête sauvage. Pourquoi et comment renouer avec le vivant ?" nous propose une enquête journalistique et immersive !Avec le réchauffement climatique et la chute de la biodiversité, les menaces qui pèsent sur l’humanité se font de plus en plus pressantes. De tous côtés fleurissent des invitations à renouer avec le vivant… de toute urgence. Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement et comment s’y prendre ? Portée par une prise de conscience personnelle, la journaliste Anne-Sophie Novel a mené l’enquête pendant plus d’un an. Ce livre nous invite à la suivre dans ce parcours initiatique, à la rencontre de celles et ceux qui cultivent concrètement ce lien au vivant mais aussi d’experts et de scientifiques reconnus. Si l’enquête est riche et rigoureuse, l’autrice a le bon goût de distiller humour et autodérision dans le récit de ses expériences qui tournent parfois au véritable défi ! Un éventail d’approches variées que l’on explore avec plaisir, qui invitent à réfléchir, nous apportent des connaissances et offrent des pistes que chacun.e peut ensuite décider d’expérimenter.Pour en savoir beaucoup plus sur cette belle aventure, écoutez l’interview !Anne-Sophie Novel est journaliste indépendante, auteure et réalisatrice, spécialisée dans les questions d’environnement et d’écologie. Elle travaille ou a travaillé pour Le Monde, Le 1, So Good, DardDard, Kaizen, Colibris le Mag, la Salamandre et de nombreux autres organes de presse. Elle est l’auteure de plusieurs livres et je l’avais déjà reçue sur So Sweet Planet pour parler de l’un d’entre eux, "Les médias, le monde et nous", une enquête riche et passionnante sur la façon dont on fabrique et consomme l’information. Acheter le livre L’enquête sauvage, pourquoi et comment renouer avec le vivant ? d'Anne-Sophie Novel sur le site des Librairies IndépendantesPour en savoir plus sur : le site officiel d'Anne-Sophie NovelL'interview d'Anne-Sophie Novel sur So Sweet Planet pour son livre (+ documentaire) Les médias, le monde et nous (janvier 2020)So Sweet Planet, un site et un podcast indépendants !Soutenez mon travail sur Patreon, vous accèderez à des contenus exclusifs et vos épisodes sans publicité :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
À l’occasion de l'exposition "Femmes photographes de guerre" - Paris, Musée de la Libération - qui présente les oeuvres de huit femmes photographes reconnues qui ont couvert 75 ans de conflits internationaux entre 1936 et 2011, je vous propose dans cet épisode une rencontre avec l'une de ces huit femmes aux parcours exceptionnels : Christine Spengler. Christine Spengler a couvert 14 conflits - Cambodge, Liban, Sahara Occidental, Nicaragua, Salvador, Iran, Afghanistan… - et ses photos, publiées par toute la presse internationale, ont fait le tour du monde. Pendant plusieurs décennies, elle travaille pour Life, Paris-Match, El Pais, le New-York Times, El Mundo, les agences Associated Press, Sipa-Press, Sygma… Sa célèbre photo du bombardement de Phnom Penh est actuellement sur les murs de Paris, c'est la photo de l'affiche de l’exposition "Femmes photographes de guerre".Dès le début et tout au long de sa carrière, Christine Spengler a refusé le sensationnalisme : "L'important dans la guerre, dit-elle, ce ne sont pas les morts, ce sont les survivants." et c’est pour "témoigner des causes justes" qu’elle a parcouru la planète, gardant sa capacité d’indignation toujours intacte.Aujourd’hui, Christine Spengler est toujours photographe, toujours du côté des opprimés. Elle est aussi artiste plasticienne et poursuit sa quête perpétuelle pour faire gagner la couleur sur l’obscurité, l’espoir sur la résignation, la vie sur la mort. Dans cette interview, vous en apprendrez un peu plus sur Christine Spengler, la femme, la photographe, l’artiste, la correspondante de guerre, ses choix, son oeuvre, les risques, ses réflexions, la place de l’écriture, de la musique, de Madrid, de Christian Lacroix, Pedro Almodovar, Marguerite Duras, Amélie Nothomb… entre autres ! Une personnalité et un parcours hors normes.Le site officiel de Christine Spengler et sa biographieLes livres de Christine SpenglerLes expositions de Christine Spengler :- Femmes photographes de guerre, Paris, Musée de la Libération, jusqu’au 31 décembre 2022- Vierges et toreros, gallerie Fisheye, Arles, jusqu’au 12 juin 2022- Promenades photographiques de Vendôme, du 2 juillet au 27 août 2022L’épisode de So Sweet Planet consacré à Femmes photographes de guerre, l’interview et la visite commentée de cette exposition avec Sylvie Zaidman, commissaire générale, au Musée de la Libération de ParisSo Sweet Planet, un site et un podcast indépendants !Merci de soutenir mon travail sur Patreon, vous accèderez à des contenus exclusifs et vos épisodes sans publicité :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet et accédez à vos contenus exclusifs et vos épisodes sans publicité :https://www.patreon.com/sosweetplanetInterview et visite commentée !Cet épisode de So Sweet Planet est consacré à une la belle exposition "Femmes photographes de guerre" et pour en parler je suis sur place, au musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin avec la commissaire générale de cette exposition, Sylvie Zaidman, historienne, conservatrice générale, directrice du musée de la Libération de Paris.Si la photographie de guerre est une profession dominée par les hommes, de nombreuses femmes photographes ont cependant travaillé dans les zones de guerre. Elles ont documenté les crises mondiales et ont joué un rôle décisif dans la formation de l’image de la guerre. Dans les territoires de conflits, contrairement aux hommes, ces femmes ont souvent eu accès aux familles, dont elles ont réalisé des portraits particulièrement émouvants. Elles ont également été activessur le front et pris des photos de victimes de guerre qui n’épargnent pas l’observateur.Cette exposition présente les oeuvres de huit femmes photographes reconnues - Lee Miller, Gerda Taro, Catherine Leroy, Christine Spengler, Françoise Demulder, Susan Meiselas, Carolyn Cole, Anja Niedringhaus - qui ont couvert 75 ans de conflits internationaux entre 1936 et 2011. À l’aide d’une centaine de documents, plus de 80 photographies, ainsi qu’une douzaine de journaux et de magazines originaux, l’exposition met en évidence l’implication des femmes dans tous les conflits, qu’elles soient combattantes, victimes ou témoins. L’exposition questionne la notion de genre, interroge la spécificité du regard féminin sur la guerre, bouscule certains stéréotypes, montre que les femmes sont tout autant passeuses d’images que témoins de l’atroce. Et certaines y ont laissé la vie, comme Gerda Taro et plus récemment, Anja Niedringhaus.Ces photographes, dont les oeuvres vont des conflits européens des années 1930 et 1940 aux guerres internationales les plus récentes, font appel à une grande variété stylistique et narrative. Leurs approches alternent entre le maintien d’une distance objective, le constat et l’implication personnelle.L’exposition aborde aussi une problématique partagée par les correspondants de guerre : comment témoigner de la sauvagerie de la guerre ? Faut-il passer par une vision crue ou par une euphémisation formelle ? Autant de questions qui permettent de découvrir sous de nouveaux angles le travail de ces femmes, de réfléchir sur les intentions des photographes et les impératifs de la presse, entre autres.FEMMES PHOTOGRAPHES DE GUERREdu 8 mars au 31 décembre 2022Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin4, avenue du Colonel Rol TanguyPlace Denfert Rochereau - 75014 ParisTél : 01 71 28 34 70Du mardi au dimanche de 10h à 18hhttps://www.museeliberation-leclerc-moulin.paris.fr/So Sweet Planet, un site et un podcast indépendants.Soutenez So Sweet Planet et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetRencontre avec le réalisateur Jacques Goldstein pour discuter de ce beau documentaire, à voir sur Arte le 1er mai et sur arte.tv à partir du 24 avril !"Nica", son fume-cigarette en or, son élégance et son amour infini du jazz… Quand elle croise l’étrange musique de Thelonious Monk salle Pleyel, à Paris, en 1954, Pannonica de Koenigswarter est aussitôt happée par son génie et sa radicale liberté. Épouse d’ambassadeur, la baronne, née Rothschild, ancienne pilote et résistante, va tout quitter pour accompagner à New York la "révolution" du pianiste et l’installer, avec le be-bop, sur la scène internationale. Dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950, le jazz est méprisé, et Monk, interdit de club après une arrestation pour détention de drogue, incarne à lui seul l’incandescence entravée des musiciens afro-américains, leur dénuement et leur solitude. L’égérie "Nica" les aide et les héberge dans sa suite d’hôtel où Charlie Parker mourra dans un éclat de rire – puis dans sa maison du New Jersey. Dans un carnet de cuir rouge, elle consigne aussi les portraits de ses amis jazzmen, de Charlie Mingus à Miles Davis en passant par John Coltrane, saisis sur le vif avec un Polaroid, qu’elle documente de trois vœux recueillis auprès de chacun d’eux. Photos et textes composent alors l’album simple et sensible d’une génération d’artistes en lutte, qui se retrouvent au Five Spot pour de légendaires jam-sessions.Au fil d’archives, photos et concerts, de contributions de musiciens – Archie Shepp, William Parker, Wadada Leo Smith, Roy Nathanson… – et d’éclairages (Laurent de Wilde, le biographe de Monk), le réalisateur Jacques Goldstein raconte ce combat, artistique et politique, en s’appuyant sur les émouvants trésors du carnet rouge de la baronne, retrouvé par sa petite-fille et édité en fac-similé en 2006. À travers l’amitié entre Pannonica et l’insaisissable pianiste, dont le portrait, nourri par le témoignage de son fils, est esquissé, ce film retrace l’épopée créative de ces musiciens noirs pour résister à la violence sociale, inventer le jazz et l’imposer comme un art majeur. "À voir sur Arte le 1er mai 2022 à 23h50 et sur arte.tv du 24/04/2022 au 30/05/2022Documentaire de Jacques Goldstein (France/Luxembourg, 2021, 54mn) - Coproduction : ARTE GEIE, CFRT, A_BahnSo Sweet Planet, un site et un podcast indépendants.Soutenez So Sweet Planet et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Sara Curruchich es la primera cantautora indígena guatemalteca en llevar sus cantos en kaqchikel -su idioma materno- y español a nivel internacional.Official website : https://saracurruchich.com/ Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetSara Curruchich est une formidable jeune femme, chanteuse et musicienne, originaire du Guatemala et de culture maya. Elle est la première artiste maya à s'illustrer sur la scène latino-américaine et la division ONU Femmes des Nations Unies l’a nommée ambassadrice afin de relayer les messages de lutte contre les discriminations et la défense de l'égalité de genre au Guatemala. Sara Curruchich est très engagée pour la reconnaissance et le respect des droits des peuples autochtones qui sont souvent malmenés, invisibilisés, maltraités, menacés. Ils sont victimes de racisme dans leur propre pays mais aussi de l’appétit des multinationales qui viennent s’accaparer leurs terres et les ressources qu'elles contiennent.Son succès aujourd’hui en Amérique latine relève d’un incroyable parcours d’obstacles pour une jeune femme indigène, les petites filles ayant peu accès à l’éducation et encore moins à l’étude de la musique, mais ses parents se sont battus pour qu’elle ait les deux. Une très belle et riche rencontre, à écouter !Voir les clips de Sara Curruchich :Mujer IndigenaSiguanabaAmor diversoPueblos avec Lila DownsTukurResistir (2016)La page Facebook de Sara CurruchichLe site officielLe festival (virtuel) des femmes indigènesLien enquête et vidéos de Forbidden StoriesMerci à Vincent Simon pour traductionUne interview réalisée par © Anne Greffe - Tous droits réservésSo Sweet Planet, un site et un podcast indépendants.Soutenez So Sweet Planet et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetDans cet épisode de So Sweet Planet, j’accueille Marc Epstein, journaliste franco-britannique, qui a été chef du service "Monde" de L’Express auteur de plusieurs livres dont "Ils ont assassiné Massoud "(Robert Laffont), avec Jean-Marie Pontaut et de "Cachemire, le paradis oublié" (Chêne), avec Marie Dorigny. Marc Epstein est aussi président de La Chance, une formidable association qui agit de façon très concrète pour la diversité dans les médias. Pour que les médias reflètent mieux la diversité de la société, il faut déjà que plus d'étudiants issus des diversités puissent accéder aux écoles de journalisme. Depuis 2007, La Chance aide des étudiants boursiers à préparer les concours des écoles de journalisme. Et il ne s'agit pas que de "la" diversité mais "des" diversités, avec par exemples des jeunes qui arrivent du monde rural ou en situation de handicap. 350 journalistes bénévoles accompagnent plus de 80 bénéficiaires dans toute la France et 73% des anciennes et anciens bénéficiaires sont devenu.e.s journalistes. Une action dont les bénéfices ne vont pas qu'aux étudiants : une société mieux représentée dans ses médias se porte mieux !La Chance c’est aussi tout un programme d’éducation aux médias avec des journalistes qui vont par exemple échanger avec des jeunes dans les écoles pour les aider à décrypter l’information.Un vrai gros travail de fond. Passionnant !Le site internet de La ChanceUne interview réalisée par © Anne Greffe - Tous droits réservésSo Sweet Planet, un site et un podcast indépendants.Soutenez So Sweet Planet et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetPourquoi, en dépit de l'imminence de la catastrophe climatique, ne parvenons-nous pas à changer nos modes de vie ? Y a-t-il une explication scientifique à cette inertie ? Réponse dans cette riche enquête qui révèle les surprenants réflexes du cerveau humain.Dans cet épisode, avec l'interview du réalisateur Raphaël Hitier, je vous propose d’en savoir un peu plus sur ce documentaire enthousiasmant."Nombre de biais cognitifs entravent en effet notre jugement : celui de l’optimisme, qui nous conduit à minimiser l’impact négatif d’un événement ; celui de la culture, selon lequel l’humain, au-dessus de la nature, sera toujours sauvé par le progrès technologique ; ou encore celui de la « confirmation ». « Notre cerveau s’intéresse aux informations qui confirment sa vision du monde, pas à celles qui la contredisent », résume Andreas Kappes, psychologue en sciences cognitives. Ce dernier réflexe cérébral favorise la polarisation des opinions, aujourd’hui renforcée par les algorithmes des réseaux sociaux qui, en proposant des contenus liés aux préférences de leurs utilisateurs, les enferment dans une « bulle de filtres ». À ces mécanismes bien peu rationnels s’ajoute le phénomène psychosocial dit « effet spectateur » : plus nous sommes nombreux à pouvoir intervenir en cas de danger, plus nous nous sentons autorisés à ne rien faire, en rejetant la responsabilité sur les autres... Nos habitudes contemporaines de consommation, ancrées dans les couches profondes de nos cerveaux et encouragées par le circuit de la récompense, constituent un frein supplémentaire à l’action."Climat : mon cerveau fait l’autruche – réalisé sans qu’aucun membre de l’équipe ne prenne l’avion – convoque une dizaine de chercheurs de disciplines variées, des neurosciences à la philosophie en passant par la psychologie et la sociologie. Cette enquête scientifique met leurs travaux à notre portée sous forme d’animations éclairantes en recréant plusieurs expériences qui dévoilent le fonctionnement du cerveau humain. Raphaël Hitier est documentariste scientifique et a déjà réalisé plusieurs très bons documentaires pour Arte : Bien nourrir son cerveau, Génération écrans, génération malade ?, Chauve-souris : alliée ou ennemie ? pour n’en citer que quelques uns. Climat : mon cerveau fait l’autrucheSur arte.tv du 5 mars au 10 mai 2022Sur ARTE samedi 12 mars 2022 à 22h40Documentaire de Raphaël Hitier Auteurs : Sylvie Deleule et Raphaël Hitier Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetFanny Charrasse nous parle de ce conte musical exceptionnel, Plumes, poils, écailles, et vous ne pouvez pas imaginer tout ce qu'il contient !Interview + extraits musicaux."Alors que la forêt amazonienne est ravagée par de terribles "monstres" qui détruisent ses arbres et contraignent des centaines d’animaux à fuir, Paco, un grand tamanoir grincheux et affamé, Molly, une petite tatoue égarée et sans défense, et Rico, un beau toucan orgueilleux et blessé à l’aile, se rencontrent au hasard de leur migration précipitée. Bien qu’ils n’aient presque rien en commun, les trois animaux décident de cheminer ensemble en quête d’un nouvel endroit où s’installer. Au gré de ce périple mouvementé, ponctué de nombreuses rencontres et d’aventures parfois périlleuses, une belle amitié, profonde et solidaire, viendra souder ce trio pour le moins inattendu."Dans ce périple les personnages cheminent et évoluent jusqu’à acquérir sagesse et maturité. Fanny Charrasse éveille ainsi à la conscience écologique en sensibilisant les petits comme les plus grands aux problématiques environnementales actuelles.Un beau livre de 160 pages doublé d’une formidable version audio et musicale du conte, disponible en ligne et accessible grâce à un QR Code en fin d’ouvrage. Adapté aux enfants à partir de 8 ans, ce conte écologique aborde à travers une belle histoire les conséquences de la déforestation, afin de sensibiliser les plus jeunes aux problématiques environnementales actuelles. Le texte est illustré de superbes dessins naturalistes, transportant ses jeunes lecteurs dans l’univers dépaysant et fascinant des forêts primaires d’Amazonie. Autrice : Fanny CharasseIllustrateur : Etienne DruonCompositeur : Richard CailleuxNombre de page : 160Éditions Terre VivanteAcheter le livre Plumes, poils, écailles sur le site de l'éditeur :https://www.terrevivante.org/boutique/livres/autres-livres/livres-societe/plumes-poils-ecailles/Accéder au conte musical Plumes, poils, écailles en ligne :https://www.assopepino.com/ppeaudio1744Teaser vidéo :https://www.youtube.com/watch?v=QHUSF-9jJtASoutenez mon travail sur Patreon et accéder à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Accédez aux liens mentionnés dans ce podcast et à des avantages exclusifs sur Patreon : https://www.patreon.com/sosweetplanetJe vous propose un épisode Coup de coeur une fois par mois, cet épisode s’intercale au milieu des épisodes habituels d’interviews de So Sweet Planet et j’y partage une sélection de livres, films, albums musicaux, clips, expos, événements, livres, documentaires, expos, bons plans, séries... toujours en lien avec les thèmes de So Sweet Planet : Environnement, Culture & Droits humains, avec l’idée d’ouvrir des portes vers d’autres cultures, d’autres regards et d’autres approches du monde. Dans un podcast mi-janvier, je vous ai expliqué que j’ai ouvert un espace sur la plate-forme Patreon et que vous pouvez y soutenir mon travail par des abonnements découpés en 6 paliers, ça commence à 3 euros par mois, ce qui vous fait à peu près 75 centimes par semaine… Au 3ème palier, vous aurez accès à un texte avec tous les liens mentionnés dans les épisodes Coups de coeur. Exceptionnellement pendant trois mois, même si vous n’êtes pas contributeur, vous avez tous accès au texte avec tous les liens qui vous permettent d’aller explorer tous les sujets dont je vous parle dans ce podcast. Vous avez accès à des clips musicaux, des vidéos de bandes-annonces de films, les sites officiels des événements, les interviews etcCrédit des bandes-annonces de The Journalist et L’arnaqueur de Tinder : © NetflixExtraits musicaux :- Youn Sun Nah, album "Waking World": Waking World, Heart of a woman, Lost Vegas, Don’t get me wrong- Rovski : L’aventure- Cat Power, album "Covers" : Bad religion, It Wasn't God Who Made Honky Tonk Angels© Un podcast réalisé par Anne Greffe / So Sweet Planet - Tous droits réservésSoutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à des contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetRovski est un duo musical composé de Sonia Nemirovsky et d’Olive Perrusson. Après un premier EP Mangroves, elles ont été lauréates du Fair 2020, du Mégaphone Tour en 2019, du Give Me Five, Finaliste du Prix Georges Moustaki, de la Médaille d’Or de la Chanson française et du Grand Zebrock. Leur travail est présenté comme "une pop amazone poétique et percussive en marge des sentiers battus". Le clip du premier titre extrait de cet album est magnifique. Voici le petit texte d’explications qui le présente : "Métaphorique et fantastique, le clip de L'Aventure, réalisé par Matthieu Berner et Alexandre Wahl est pensé comme le voyage initiatique d'un personnage masculin, mi-homme mi-rapace. Sa déambulation commence de la cime d'un arbre pour s'achever dans ses racines, ses fondements. L'occasion pour lui de se remettre en question et de rééquilibrer les positions de pouvoir. Il passera de la ville sombre et tortueuse où la femme est exposée comme une imagerie fantasmée à des paysages pop et fleuris métamorphosant ses préceptes archaïques et l'accompagnant bon gré mal gré vers sa renaissance sous les traits d'un jeune arbre, graine d'un nouvel espoir."Cela donne une bonne idée de l’univers de Rovski et de ce premier album.Leur premier album La Proie est reine sort le 25 février, je reçois Sonia pour en parler !Concert : le 30 mars 2022 au Café de la Danse (Paris)Le clip de L’AventureLe site de RovskiSoutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetJe reçois Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France pour parler de son nouveau livre "Climat. 5 ans pour sauver notre humanité. Ce que la France doit faire." aux éditions Tallandier.Ce livre propose un état des lieux, avec des chiffres clairs et nets de où nous en sommes, de où nous devrions en être et nous rappelle qu’ "Au début de l’automne 2021, Climate Tracker indiquait qu’aucun pays du G20 n’était en phase avec les engagements pris lors de la signature de l’accord de Paris, six ans plus tôt.". Avec ce livre, Jean-François Julliard lance un ultimatum aux politiques et une alerte à la population, il rappelle que "le prochain quinquennat est la dernière chance d’inverser la courbe du réchauffement climatique. Au rythme actuel, la neutralité carbone n’arrivera pas en France avant 2084 !"Dans le texte de présentation, on lit : "Si le prochain gouvernement ne lance pas urgemment les transformations nécessaires, nous entrerons en territoire inconnu. Jean-François Julliard dresse un état des lieux précis et donne des propositions concrètes pour notre pays émanant d’acteurs de terrain dans les domaines les plus décisifs : l’agriculture, le transport, le logement, l’industrie et l’énergie. Transformation de notre modèle économique, réinvention de nos modes de vie, changement de notre consommation alimentaire, les mesures à prendre avant 2030 sont urgentes et radicales. La prise de conscience des citoyens est là, il nous manque le courage politique."Nous parlons donc de où nous en sommes, des occasions manquées, de l’agriculture – son lien avec le climat et l’urgence de sa transformation – de l’Affaire du siècle, de la place des communs, du traitement médiatique du sujet climat, d’exemples positifs et encourageants, d’initiatives concrètes qui allient justice climatique et justice sociale… entre autres !Acheter "Climat. 5 ans pour sauver notre humanité. Ce que la France doit faire." sur le site Place des libraires (librairies indépendantes).Signer la pétition "Ensemble, exigeons de parler climat dans le débat présidentiel !" Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet2ème partie. J’accueille Laura Nsafou pour parler du premier tome de son roman Nos jours brûlés, une belle aventure dystopique et afrofuturiste - entre autres ! - et de son nouvel album jeunesse, La demeure du ciel.Présentation par l’éditeur :"2049. Depuis vingt ans, le soleil a disparu et le monde est plongé dans la pénombre. La faune et la flore se sont peu à peu adaptées, et les espèces nocturnes, multipliées. Pour les humains, s’éclairer, se nourrir, survivre sont devenus des défis quotidiens. Elikia, née peu après l’avènement de la Grande Nuit, et sa mère Diba, se sont fixé pour mission de ramener le jour sur le monde. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle de Juddu, une ancienne et mystérieuse cité ayant abrité des esprits et des individus dotés de pouvoirs, toutes deux sillonnent le continent africain dont elles sont originaires à la recherche de témoignages. Les récits glanés auprès des Anciens les conduisent jusqu’à l’Adamaoua, une montagne où nulle âme sensée n’oserait s’aventurer…Après la perte brutale de sa mère, Elikia va rencontrer l’Éclaireur, un des seuls survivants du massacre de Juddu. À son côté, elle découvrira qu’elle peut faire usage de la magie… et aussi que les deux marques incrustées sur sa joue gauche la relient malgré elle à Guddi, la divinité responsable de la disparition du soleil. La jeune fille parviendra-t-elle à s’affranchir de l’emprise que la nuit exerce sur elle afin de respecter la dernière volonté de sa mère : poursuivre leur quête ?"Dans cette interview avec Laura Nsafou, nous discutons de la genèse de Nos jours brûlés, des recherches qu’elle a dû mener pour écrire cette aventure riche de mythologies, cosmogonies, croyances… Nous parlons des conséquences de la grande Nuit, comme la montée des eaux et les préoccupations environnementales qui sont au coeur de cette histoire. Nous évoquons les questions que nous sommes amenés à nous poser en suivant son héroïne, Elikia, telles que "y-a-t’il un monde invisible, quelles sont les frontières entre superstitions, croyances, réalités…", des questions qui existent depuis la nuit des temps mais qu’Elikia pose d’une façon très moderne et qui peuvent nous interpeller sur la façon dont l’Occident considère, depuis des siècles, les autres cultures.Laura Nsafou nous invite à entrer dans un monde que certain.e.s considèreront comme réel, d’autres comme de la science-fiction, libre à chacun.e de s’approprier le récit et de s’interroger. Il sera aussi question de chemin initiatique, de métaverse, de transmission des savoirs, de tourisme virtuel, de sortir de sa zone de confort, d’écrire sur l’espoir…Enfin, nous parlerons de son bel album jeunesse La demeure du ciel, courageusement consacré au deuil. Un sujet difficile abordé avec beaucoup de bienveillance dans ce livre doux, sensible et beau !Acheter le livre Nos jours brûlés (Albin Michel)Acheter le livre La demeure du ciel , de Laura Nsafou et Olga Guillaud (Cambourakis)© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet1er épisode - J’accueille Laura Nsafou pour parler du premier tome de son roman Nos jours brûlés, une belle aventure dystopique et afrofuturiste - entre autres ! - et de son nouvel album jeunesse, La demeure du ciel.Présentation par l’éditeur :"2049. Depuis vingt ans, le soleil a disparu et le monde est plongé dans la pénombre. La faune et la flore se sont peu à peu adaptées, et les espèces nocturnes, multipliées. Pour les humains, s’éclairer, se nourrir, survivre sont devenus des défis quotidiens. Elikia, née peu après l’avènement de la Grande Nuit, et sa mère Diba, se sont fixé pour mission de ramener le jour sur le monde. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle de Juddu, une ancienne et mystérieuse cité ayant abrité des esprits et des individus dotés de pouvoirs, toutes deux sillonnent le continent africain dont elles sont originaires à la recherche de témoignages. Les récits glanés auprès des Anciens les conduisent jusqu’à l’Adamaoua, une montagne où nulle âme sensée n’oserait s’aventurer…Après la perte brutale de sa mère, Elikia va rencontrer l’Éclaireur, un des seuls survivants du massacre de Juddu. À son côté, elle découvrira qu’elle peut faire usage de la magie… et aussi que les deux marques incrustées sur sa joue gauche la relient malgré elle à Guddi, la divinité responsable de la disparition du soleil. La jeune fille parviendra-t-elle à s’affranchir de l’emprise que la nuit exerce sur elle afin de respecter la dernière volonté de sa mère : poursuivre leur quête ?"Dans cette interview avec Laura Nsafou, nous discutons de la genèse de Nos jours brûlés, des recherches qu’elle a dû mener pour écrire cette aventure riche de mythologies, cosmogonies, croyances… Nous parlons des conséquences de la grande Nuit, comme la montée des eaux et les préoccupations environnementales qui sont au coeur de cette histoire. Nous évoquons les questions que nous sommes amenés à nous poser en suivant son héroïne, Elikia, telles que "y-a-t’il un monde invisible, quelles sont les frontières entre superstitions, croyances, réalités…", des questions qui existent depuis la nuit des temps mais qu’Elikia pose d’une façon très moderne et qui peuvent nous interpeller sur la façon dont l’Occident considère, depuis des siècles, les autres cultures.Laura Nsafou nous invite à entrer dans un monde que certain.e.s considèreront comme réel, d’autres comme de la science-fiction, libre à chacun.e de s’approprier le récit et de s’interroger. Il sera aussi question de chemin initiatique, de métaverse, de transmission des savoirs, de tourisme virtuel, de sortir de sa zone de confort, d’écrire sur l’espoir…Enfin, nous parlerons de son bel album jeunesse La demeure du ciel, courageusement consacré au deuil. Un sujet difficile abordé avec beaucoup de bienveillance dans ce livre doux, sensible et beau !Acheter le livre Nos jours brûlés (Albin Michel)Acheter le livre La demeure du ciel , de Laura Nsafou et Olga Guillaud (Cambourakis)© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Retrouvez tous les liens mentionnés dans ce podcast sur mon espace Patreon :https://www.patreon.com/sosweetplanetJe vous proposerai un épisode "Les Coups de coeur de So Sweet Planet" une fois par mois, cet épisode s’intercalera au milieu des épisodes habituels d’interviews de So Sweet Planet et j’y partagerai une sélection de livres, films, albums musicaux et clips, expos, événements, livres, documentaires, expos, bons plans, séries... toujours en lien avec les thèmes de So Sweet Planet : Environnement, Culture & Droits humains, avec l’idée d’ouvrir des portes vers d’autres cultures, d’autres regards et d’autres approches du monde. Voici donc le 1er épisode et dès la semaine prochaine, les interviews habituelles reviennent sur So Sweet Planet.Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanet© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Soutenez So Sweet Planet, podcast indépendant, et accédez à vos contenus exclusifs :https://www.patreon.com/sosweetplanetUn épisode un peu particulier où je m'adresse à vous directement pour vous informer de l’ouverture de mon espace sur Patreon.Cela m’a pris quelques semaines à mettre tout en place, je prends donc le temps maintenant de vous expliquer :qu’est-ce que Patreon, pourquoi j’ai choisi Patreon, et vous aurez un peu d’infos sur qui je suis et comment j'ai créé So Sweet Planet…!© Anne Greffe - Tous droits réservés Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
Commentaires 
loading
Télécharger sur Google Play
Télécharger sur l’App Store