DiscoverLes Déviations
Les Déviations
Claim Ownership

Les Déviations

Author: Les Déviations

Subscribed: 312Played: 2,691
Share

Description

Podcast by Les Déviations
18 Episodes
Reverse
Ses fleurs habillent showrooms, défilés, dîners… Après une première carrière dans les ressources humaines, Pierre Banchereau, 40 ans, s’est créé un métier en devenant l’artisan fleuriste qui manquait à la mode et à l’architecture d’intérieure. En à peine six ans, son atelier-boutique Debeaulieu,du nom de ses grands-parents maternels, a renouvelé les codes floraux du luxe. Fashion week oblige, rencontre en plein rush.Propos recueillis par Ariel KENIG. Photo Sydney KLASEN. 
Pendant plus de 20 ans, Lionel a déployé ses talents au service de la scène nocturne parisienne et mondiale en créant des lieux atypiques devenus incontournables comme le Baron qui s’est exporté partout sur la planète, à Miami comme à Tokyo en passant par Londres. Pendant des années, ses lieux et événements s'enchaînent à une vitesse folle, rythmés par des influences électro-rock et techno dans une ambiance festive mais jamais guindée.En 2013, Lionel s’éveille à l’écologie et à la spiritualité, non pas brutalement mais à travers des rencontres, des lectures, des ruptures dans sa vie personnelle et sa paternité. « Je réalise que le capitalisme et le libéralisme sont des systèmes obsolètes, que la planète meurt. Et ça me rend malade de pas savoir quoi faire. » Fini les grandes marques, il décide de mettre de ce qu'il sait faire au service des autres, notamment des ONG. Hippie ? Colibri plutôt. Lionel s’inspire aujourd’hui du mouvement de l’écrivain militant Cyril Dion pour créer des alternatives positives avec son collectif GANG et dépoussiérer le milieu écolo avec une communication plus glamour. « On peut transformer notre monde par l'imaginaire et utiliser les outils du capitalisme pour changer les choses de l’intérieur. »
Loin d’être calculé, le parcours de Morgane s’est dessiné à force de travail, de passion et d’éthique. « Comme je chinais beaucoup sur Internet, ma sœur m’a laissé un grand sac de pièces vintage à vendre (…) J’ai mis ses vêtements en scène, pris de jolies photos près d’un mur blanc ou d’une fenêtre. C’est à ce moment-là que j’ai découvert que j’avais une prédisposition pour composer avec des images, des matières, des couleurs. » Sont venus le succès, les voyages et toujours le travail… « C’était magique de travailler avec de belles pièces uniques, souvent faites à la main, dotées de couleurs dingues, de nuances et de finitions qu’on ne trouvait pas dans le prêt-à-porter moderne. Je les décousais, je regardais les montages, je les retravaillais. » Grâce au savoir-faire qu’elle acquiert, Morgane choisit de tourner la page du vintage, de créer des vêtements et de les vendre en ligne. Sézane est née. Désormais, le défi est de durer et d’innover. « Quand on a les moyens de bousculer les choses, il faut le faire ! » Sézane a d’ailleurs dépassé ses objectifs en matière d’écologie et tient à devenir une marque exemplaire à cet égard.
Marie-Clémence rêvait depuis son enfance de vivre selon le modèle bourgeois et catholique offert par sa famille, et dans lequel elle s’épanouissait « entre messes dominicales et prières quotidiennes ». Ses désirs respectaient en tout point le chemin suivi par ses parents avant elle : rencontrer un homme avec une bonne situation, se marier, avoir des enfants et devenir institutrice… jusqu’à ce qu’une rencontre vienne tout remettre en question. Aurore, une collègue, va retourner le monde de Marie-Clémence. « Je sais qu’elle est homosexuelle mais il ne me vient pas à l’esprit que notre relation puisse être autre chose que de l’amitié. Pourtant, je commence à vouloir la séduire, à m’habiller de façon féminine pour la troubler. » Les deux femmes commencent une liaison peu de temps après et Marie-Clémence navigue entre le couple qu'elle forme avec son fiancé et sa relation avec Aurore. « Je n’ai pas l’impression de le tromper, ni même d’être homosexuelle. J’aime Aurore et je ne peux pas me passer d’elle, c’est simple. »Pas si simple lorsqu’un drame vient bouleverser sa double vie. « Le suicide d’un ami gay a sur moi l’effet d’un électrochoc. Je quitte mon fiancé et décide d’annoncer la vraie nature de ma relation avec Aurore à mes proches. »Commence alors un combat sans répit pour faire accepter leur amour dans cette « bonne famille », ce qui arrivera petit à petit. On ne choisit pas qui on aime alors pourquoi devrait-on se priver de ses rêves ? Marie-Clémence choisit de les réaliser avec sa fiancée : se marier, avoir une petite fille, la faire baptiser… Marie-Clémence a raconté son parcours dans « On ne choisit pas qui on aime », paru en 2019 chez Flammarion
Marie-Clémence rêvait depuis son enfance de vivre selon le modèle bourgeois et catholique offert par sa famille, et dans lequel elle s’épanouissait « entre messes dominicales et prières quotidiennes ». Ses désirs respectaient en tout point le chemin suivi par ses parents avant elle : rencontrer un homme avec une bonne situation, se marier, avoir des enfants et devenir institutrice… jusqu’à ce qu’une rencontre vienne tout remettre en question. Aurore, une collègue, va retourner le monde de Marie-Clémence. « Je sais qu’elle est homosexuelle mais il ne me vient pas à l’esprit que notre relation puisse être autre chose que de l’amitié. Pourtant, je commence à vouloir la séduire, à m’habiller de façon féminine pour la troubler. » Les deux femmes commencent une liaison peu de temps après et Marie-Clémence navigue entre le couple qu'elle forme avec son fiancé et sa relation avec Aurore. « Je n’ai pas l’impression de le tromper, ni même d’être homosexuelle. J’aime Aurore et je ne peux pas me passer d’elle, c’est simple. »Pas si simple lorsqu’un drame vient bouleverser sa double vie. « Le suicide d’un ami gay a sur moi l’effet d’un électrochoc. Je quitte mon fiancé et décide d’annoncer la vraie nature de ma relation avec Aurore à mes proches. »Commence alors un combat sans répit pour faire accepter leur amour dans cette « bonne famille », ce qui arrivera petit à petit. On ne choisit pas qui on aime alors pourquoi devrait-on se priver de ses rêves ? Marie-Clémence choisit de les réaliser avec sa fiancée : se marier, avoir une petite fille, la faire baptiser… Marie-Clémence a raconté son parcours dans « On ne choisit pas qui on aime », paru en 2019 chez Flammarion
Depuis son adolescence, Lili se sentait coincée dans un corps qu'elle n'aimait pas et à qui elle faisait subir toutes les privations possibles. La quarantaine arrivant, oscillant entre une frénésie de projets excitants et son mal être latent, elle ressent l’urgence de se libérer. "Dans mon téléphone, que des photos de buffets somptueux de pâtisseries, de gâteaux régressifs et de flacons de parfum ; des natures mortes. Si tout est mort, où est le vivant ? Quelle est ma place au milieu de toute cette chantilly ?" En 2016, elle jette sur son blog un billet sans fard et nomme des états d'âme que même ses plus proches ignoraient. Les milliers de réactions à son texte l'engagent dans un processus qu'elle n'avait pas vu venir : une série de rencontres et d’expériences - parmi lesquelles la pratique du yoga Kundalini - lui permettent de recréer un lien avec la nature, la joie et avec son corps.
Ramdane Touhami est ce qu'on appelle un transfuge de classe. Fils d'un d'ouvrier agricole, il a grandi dans la campagne entre Toulouse et Montauban. Ce qui le caractérise, c'est un cerveau qui bouillonne, qui fuse à mille à l'heure, et une urgence à l'exercer sur des concepts créatifs et commerciaux.De coups d'éclat en échecs cuisants, il sera tour à tour SDF, créatif du Paris branché, créateur de business dans le monde entier, avant de lancer avec sa femme Victoire de Taillac sa dernière entreprise, l'officine Buly. Mais avant d'être un homme d'affaires, Ramdane Touhami est surtout une personnalité provocatrice et visionnaire. 
"Un jour, j’ai fait les cartons de mon appartement parisien, j’ai tout mis dans le coffre d’un Berlingo Citroën et je suis partie. C’est simple de tout quitter, c’est même grisant. Ce qui est compliqué, c’est l’avant et l’après."Anaïs Vanel était éditrice à Paris avant de partir s'installer à Hossegor. Elle nous raconte ici comment malgré un parcours sans faute, elle se sentait devenir "le fantôme" de sa propre vie : "J’avais non seulement l’impression de m’être créé un personnage, excentrique et show-off, qui n’était pas moi, mais il y avait pire... Je sentais que j’étais en train de glisser vers une personnalité que de l’extérieur, j’aurais pu détester. J’étais devenue cette femme dédaigneuse, impatiente et ambitieuse (...)." Une sensation que seule cette échappée et le surf, la quête de l'océan pouvait laver. 
Jusqu'en juillet 2019, Clementine Galey était directrice de casting. Son job ? Dénicher des candidats hauts en couleur pour des émissions de télévision. Lors d'une émission sur les entrepreneurs, elle se demande « Pourquoi pas moi ? ». Pus tard, une immersion dans l’univers des sages-femmes la remue intimement : depuis toujours elle est sensible aux questions autour de la mise au monde et de la maternité. Il y a un an, elle décide de lancer le podcast Bliss Stories, des témoignages de femmes, de mères, autour de la grossesse et de l'accouchement. L'engouement des auditeurs est immédiat et Bliss Stories devient l'un des podcasts les plus écoutés de France.Il y a deux mois, elle quitte définitivement son job pour se consacrer à 100% à son podcast. Au micro des déviations, Clémentine nous raconte son histoire, son parcours, depuis sa jeunesse jusqu'au récent succès de son podcast. Elle y analyse les évènements, les étapes, les hasards qui ont pas à pas permis la naissance de ce projet.
Changer de vie, c’est parfois s’avouer qui on est vraiment. Élevé dans une famille bourgeoise, ouverte et tolérante, Gautier se conforme malgré tout à une sexualité hétérosexuelle éloignée de ce qu’il ressent au plus profond de lui. Avocat bien établi, il se voit rattrapé par la dépression. Il questionne alors son désir et se résout brutalement à rattraper le temps perdu.Un témoignage sensible et inspirant à écouter sur toutes les plateformes Les Déviations (iTunes, SoundCloud, Pippa, Youtube...). Et retrouvez-nous sur notre compte Instagram @lesdeviations, Facebook et notre site lesdeviations.fr.
loading
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store