DiscoverLes podcasts du Média
Les podcasts du Média
Claim Ownership

Les podcasts du Média

Author: Le Média

Subscribed: 264Played: 11,915
Share

Description

Engagé en faveur des causes sociales et écologistes, Le Média s'efforce de remplir la mission de service public d'information aujourd'hui en voie de disparition.
Première coopérative audiovisuelle de France, elle est financée uniquement par des citoyens comme vous. Sans vous, Le Média n’existerait pas.

Soutenez-nous ! https://soutenez.lemediatv.fr
242 Episodes
Reverse
La dictature franquiste mourra-t-elle avec ses derniers dignitaires ? Protégés par la loi d’amnistie de 1977, les derniers bourreaux franquistes passent l’arme à gauche, les uns après les autres, sans jamais avoir du répondre de leurs crimes. Dans un contre-la-montre haletant comme un polar, les victimes du régime et leurs descendants se battent contre l’impunité, l’indifférence et les zones d’ombres d’une « Transition démocratique » incomplète.  Car près d’un demi-siècle après la mort de Franco, les corps de milliers de combattants républicains, d’anarchistes et de civils attendent toujours une sépulture décente, loin des fosses communes de la dictature. Résistants fusillés, prisonniers torturés, enfants volés : les fantômes du siècle passé hantent toujours le pays. Ce match de la dernière chance se joue bien sûr en Espagne, mais aussi en Argentine, où s’est constitué le seul dossier judicaire pour condamner les crimes de la dictature au nom de la justice universelle. Dans l’épisode 3 –  Pedro Sánchez aura-t-il les épaules pour affronter les vieux démons du pays ? À Madrid, les timides initiatives du gouvernement socialiste navrent ceux qui réclament justice contre les crimes de la dictature. « L’Espagne finira-t-elle par enterrer Franco ? », troisième épisode de notre série sur l’impunité des crimes franquistes. « Franquisme, chroniques d’une impunité », un podcast Le Média TV, à retrouver à l’écrit sur le site du Média. De Madrid à Buenos Aires, une enquête de Laura Guien et Fabien Palem Avec les voix de Romain Mahdoud et Bérénice Sevestre. Réalisation : Jordan Escoda et Téo Cazenaves. Générique : Maxime-Marc Chazarenc. Illustrations : Adrien Colrat et Léo Tixador. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Inégalités de genre ou encore inégalités de classe, la crise sanitaire a mis en lumière les inégalités sociales préexistantes dans la société. Pour en parler, nous recevons la sociologue Anne Lambert, chercheuse à l'Institut national d'études démographiques. La crise sanitaire exacerbe et fait exploser les inégalités. C’est le constat fait par cet ouvrage, « L’explosion des inégalités : classes, genre et générations face à la crise sanitaire », paru aux éditions de l’Aube. En bouleversant l’ordre social, le confinement a remis sur la table la question des inégalités et des injustices sociales. Pendant que certains métiers sont déclarés essentiels et font l’objet d’ordonnances destinées à « assouplir le code du travail », d’autres, les « non-essentiels », cessent leur activité. Dans ces secteurs, les contrats précaires, les femmes et les jeunes sont surreprésentés. Ceux qui vivent en résidence étudiante, en HLM, en milieu rural ainsi que les retraités se retrouvent parfois en situation d’isolement. Les plus chanceux peuvent télétravailler depuis leurs résidences secondaires. Les inégalités de genre se sont accrues également. À la maison, les femmes reprennent en main les tâches domestiques. Un peu comme si nous étions revenus avant les années 1970. Pour en parler, Le Média a eu le plaisir de recevoir Anne Lambert, sociologue, chercheuse à l’Institut national d’études démographiques (INED), et co-auteure de l’ouvrage. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram PeerTube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Figure du mouvement des Gilets Jaunes, l'avocat François Boulo est de retour sur le devant de la scène politique avec son essai "Reprendre le pouvoir". Il nous a accordé un entretien où il analyse la crise actuelle à l'aune du mouvement des Gilets jaunes et esquisse sa vision pour 2022. Reprendre le pouvoir. Le titre du dernier essai de François Boulo a le mérite d’être compréhensible par tout citoyen qui a un jour goûté à la sensation étrange de n’avoir, en réalité, aucun moyen de peser réellement dans le cours de l’histoire de son pays. Une sensation d’autant plus étrange qu’à première vue, nous sommes en démocratie. Nous pouvons élire notre président de la République, notre député, notre maire, nos conseillers régionaux. Et pourtant. Il y a un malaise démocratique en France et plus largement dans le monde. Il se double aussi d’une sorte de lent déclassement des classes populaires en Occident, où un néolibéralisme conquérant impose désormais sa règle d’airain. Ce mouvement préoccupant s’est accéléré avec la crise financière de 2008 et s’accentue avec la crise sanitaire que nous vivons. Que deviennent les Gilets jaunes, courant né du refus de l’ordre qui se consolidait avant même le COVID 19 et ses confinements ? Le mouvement est-il mort ? Peut-il se réinventer ? Ne vaut-il que parce qu’il a été le signe du retour de la lutte des classes qui s’exprimera dès que la vie sociale reprendra ? ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram PeerTube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
C’était le 18 avril dernier. Le maréchal Idriss Déby Itno mourrait au front, laissant le Tchad sans chef politique. Aussitôt, un conseil militaire dirigé par un de ses fils, Mahamat Idriss Déby Itno, se met en place. Cette version, c’est la version officielle. Mais il se pourrait bien que la mort du dictateur d’un des pays les plus pauvres de la planète ait un air de vengeance. Toujours est-il qu’une nouvelle parenthèse s’est ouverte pour ce pays d’Afrique centrale, depuis en proie à de nombreuses manifestations meurtrières.  Car le Tchad a été gouverné d’une main de fer pendant trente ans par le maréchal défunt et grand allié de la France, notamment dans sa guerre contre le terrorisme au Sahel. Des intérêts qui ont mené Macron jusqu’aux funérailles d’Idriss Déby Itno, alors même qu’un coup d’Etat venait d’avoir lieu. Pour analyser cette transition politique et revenir sur les relations entre la France et le Tchad, nous avons reçu Thomas Dietrich, collaborateur du Média et spécialiste de ce pays. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram PeerTube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Le monde d'après, c'est le monde d'aujourd'hui : un monde en crise. Dans ce monde d'après, il faut rembourser la dette covid estimée à 234,8 milliards d'euros sur 2020. Dans le même temps les milliardaires français totalisent plus de 510 milliards de dollars. Et si on faisait payer la crise aux riches ? On en parle avec Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac. Pour comprendre l'évolution de notre société depuis le monde d'après, et faire le bilan politique de ce que la crise de la Covid 19 engendre, Le Média reçoit Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram PeerTube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Des policiers du tristement célèbre commissariat du 19ème arrondissement sont visés par une plainte pour viol et violences volontaires. Un jeune homme d’origine maghrébine accuse deux d’entre eux de l’avoir tabassé et violé lors de sa garde à vue. Des déclarations étayées par les documents médicaux consultés par Le Média et Streetpress. L’IGPN a été saisie. Une enquête de Taha Bouhafs, Filippo Ortone, Téo Cazenave et Mathieu Molard À retrouver à l'écrit sur le site du Média et de StreetPress ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram PeerTube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Pendant des mois, Yann Philippin, journaliste à Mediapart, a enquêté sur la vente pour 7,8 milliards d’euros des Rafale à l’Inde, un contrat faramineux remporté par Dassault après 15 années d’âpres négociations. Les “Rafale Papers”, comme Mediapart a nommé l’enquête publiée le 4 avril, montrent la face cachée de ce succès de Dassault, entre maquettes surpayées, luxurieuses commissions aux intermédiaires, corruption politique et pressions au plus haut niveau des deux états. Grâce à des documents publiés pour la première fois, Yann Philippin a réussi à reconstruire la longue série de moyens illicites utilisés par Dassault et la France pour s’assurer de remporter ce marché exceptionnel, ainsi que le rôle joué par deux présidents de la République, François Hollande, dont la compagne a joui du financement d’un film, et Emmanuel Macron, qui a autorisé un mystérieux abattement fiscal quand il était ministre de l’économie. Sur le plateau du Média, le journaliste du service enquête de Mediapart relate également l'indifférence de l’ancienne cheffe du parquet national financier, Eliane Houlette, et de l’Agence française anticorruption. Au courant des soupçons de corruption, ni l’une ni l’autre n’ont entamé aucune investigation sérieuse. Une enquête qui a eu une grande résonance en Inde, mais très peu d’écho en France, et dont l’auteur raconte les coulisses sur Le Média. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Quel rapport les partis politiques entretiennent-ils à l'écologie ? Ont-ils conscience de la catastrophe en cours ? Comprennent-ils réellement les enjeux ? Saisissent-ils les implications écologiques et politiques, les impacts environnementaux que produisent les bouleversements en cours ? Quelles mesures comptent-ils mettre en œuvre? Quel programme défendent-ils pour résoudre la crise écologique et climatique ? Le Média a décidé de confronter des représentants politiques de différents partis à ces interrogations. Face à l'urgence, les invités politiques seront interrogés exclusivement sur leur politique écologique durant un entretien qui leur permettra de développer leur vision, mais aussi de relever les contradictions, les limites et les insuffisances écologiques de leur discours. Anasse Kazib est le deuxième invité du Média. Cheminot, syndicaliste à Sud Rail, membre de la direction du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA),  représentant en interne la fraction Révolution Permanente, Anasse Kazib a décidé de proposer au débat au sein de son parti sa candidature pour l'élection présidentielle. Le NPA devra trancher d'ici cet été qui le représentera lors du scrutin électoral. Ce travailleur du rail était l'un des porte-parole du mouvement contre la réforme ferroviaire et porte un projet politique radicalement différent de celui mené par le gouvernement dans le réseau ferré (une alternative essentielle à la route et à l'avion). Partisan d'un développement massif et planifié du rail et notamment du fret ferroviaire, ce syndicaliste développe une vision politique différente de celle des grands partis institutionnels. Mais que propose-t-il pour sortir de la crise écologique et climatique ? Et sera-t-il capable de mener son projet ? ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
3 millions de morts. C’est le bilan de la pandémie de Covid19 dans le monde. Depuis un an, le virus ravage tout sur son passage. Et pour l’éradiquer, une seule solution : la vaccination. Les laboratoires occidentaux se sont lancés dans une course effrénée au vaccin le plus efficace possible, avec en ligne de mire des bénéfices mirobolants.  En France, déjà presque 20% de la population a reçu une dose de vaccin.  Mais derrière ces chiffres se cache une autre réalité : l’inégalité d’accès à ces vaccins. Car ces remèdes miracles sont bien protégés par des brevets, majoritairement détenus par des laboratoires occidentaux. Une injustice dénoncée notamment par les pays qui la subissent en premier lieu : les pays pauvres. La levée des brevets qu’ils appellent de leurs voeux est soutenue par de nombreuses associations et ONG qui dénoncent une marchandisation de la santé et la toute-puissance des laboratoires pharmaceutiques, pourtant largement nourris d’argent public. Pour en discuter, nous recevons Jérôme Martin, cofondateur de l’observatoire de la transparence dans les politiques du médicament. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram PeerTube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Dimanche 18 avril au soir, le New York Times révélait qu’Andrea Agnelli et Fiorentino Perez, respectivement présidents de la Juventus Turin et du Real Madrid, officialisaient la création de la Super Ligue Européenne. Ce projet de ligue fermée, destinée à concurrencer la Ligue des Champions. Dans la foulée, le Barça, l’Atlético Madrid, l’Inter Milan, l’AC Milan, Manchester City et United, Chelsea, Arsenal, Liverpool et Tottenham - les clubs les plus puissants économiquement de la planète - ont annoncé prendre part au projet. Un projet financé à hauteur de 6 millards d’euros par la banque américaine JP Morgan. L’UEFA, l’instance qui gère le football européen, a réagi en dévoilant son projet de réforme de la Ligue des Champions. Une réforme financée de son côté par un fond d’investissement britannique à hauteur de 3,5 millards d’euros. Une réforme tout aussi favorable à ces même clubs puissants. Foot business vs Foot business. Depuis, le projet de Super Ligue est dit « mort ». Tous les clubs se sont retirés du projet et sont revenus dans le giron de l’UEFA. « La Super Ligue est morte, vive le football », d’aucuns diraient. Mais le football sort-il vraiment grandi de cette affaire ? C’est pour parler de tout cela que Pierre Rondeau, spécialiste de l’économie du sport, est venu sur le plateau du Média. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Richesse et héritage : un sujet tabou en France De nombreux économistes l’affirment, l’héritage est l’une des causes de reproduction des inégalités économiques et sociales les plus déterminantes. Alors faut-il le supprimer, ou du moins augmenter ses frais de succession ? Où en sommes-nous aujourd’hui fiscalement parlant ? À l’heure où la crise sanitaire, économique et sociale frappe de plein fouet les plus fragiles, nous revenons sur l’une des principales causes de ces inégalités, avec Nicolas Frémeaux, maître de conférence en économie à Paris 2 et auteur du livre Les nouveaux héritiers sorti en 2018. Car si les inégalités de revenu sont souvent dénoncées, celles liées à l'héritage sont très peu abordées. Pourtant, depuis les années 70, le poids des transmissions patrimoniales n'a cessé d'augmenter pour se rapprocher des niveaux observés au 19ème siècle. Non seulement l'héritage est très inégalitaire, mais son imposition a reculé dans la plupart des pays. Dans son livre, Nicolas Frémeaux expose ce constat préoccupant, mais donne aussi des pistes et des solutions, car "si l'héritage est de retour, il est urgent de le démocratiser". À un an des présidentielles, dans un climat de crise économique et d'enrichissement des plus riches, le livre de Nicolas Frémeaux Les nouveaux héritiers est tristement toujours d'actualité. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
La dictature franquiste mourra-t-elle avec ses derniers dignitaires ? Protégés par la loi d’amnistie de 1977, les derniers bourreaux franquistes passent l’arme à gauche, les uns après les autres, sans jamais avoir du répondre de leurs crimes. Dans un contre-la-montre haletant comme un polar, les victimes du régime et leurs descendants se battent contre l’impunité, l’indifférence et les zones d’ombres d’une « Transition démocratique » incomplète.  Car près d’un demi-siècle après la mort de Franco, les corps de milliers de combattants républicains, d’anarchistes et de civils attendent toujours une sépulture décente, loin des fosses communes de la dictature. Résistants fusillés, prisonniers torturés, enfants volés : les fantômes du siècle passé hantent toujours le pays. Ce match de la dernière chance se joue bien sûr en Espagne, mais aussi en Argentine, où s’est constitué le seul dossier judicaire pour condamner les crimes de la dictature au nom de la justice universelle. Dans l’épisode 2 – Parce que L’Espagne se refuse à juger les crimes de la dictature, les descendants des victimes portent le combat à Buenos Aires. La justice argentine fera-t-elle sauter le verrou de la loi d’amnistie espagnole ? La juge Servini réussira-t-elle là où Baltasar Garzón avait échoué ? « La juge qui venait d’Argentine », deuxième épisode de notre série sur l’impunité des crimes franquistes. « Franquisme, chroniques d’une impunité », un podcast Le Média TV, à retrouver à l’écrit sur le site du Média.  De Madrid à Buenos Aires, une enquête de Laura Guien et Fabien Palem Avec les voix de Romain Mahdoud et Bérénice Sevestre.  Réalisation : Jordan Escoda et Téo Cazenaves.  Générique : Maxime-Marc Chazarenc.  Illustrations : Adrien Colrat et Léo Tixador. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
L'hôpital public est en surchauffe. Alors que le taux d'occupation des lits de réanimation dépasse les 150% dans le département de Seine Saint Denis (93), nous recevons Yves Cohen, le chef du service de réanimation de l'hôpital Avicenne. Bientôt 100.000 morts en France. Le Covid19 continue de faire des ravages dans l’hexagone. Deux semaines après l’instauration d’un nouveau confinement à l’échelle nationale, les chiffres sont toujours très alarmants. Plus de 5800 personnes sont en réanimation à cause de l’épidémie en France, et ce confinement qui n’en a que le nom promet un avenir encore difficile pour les Français. Et aussi pour les personnels soignants, qui doivent déjà faire le tri. C’est le 93 qui expérimente le pire. Comme souvent dans ce département, la précarité entraîne une plus grande mortalité liée à la crise sanitaire. Un chiffre illustre cette inégalité de prise en charge sanitaire : 80 lits de réanimation sont disponibles en Seine Saint Denis, pour 1,8 millions de personnes. A Paris, il y en a 250 pour 2,2 millions d’habitants. Résultat : les services hospitaliers du département sont débordés. Dans le 93, le taux d’occupation des lits de réanimation dépasse les 150%. Un chiffre inquiétant, et une situation qui va durer d’après Yves Cohen. Il est chef du service de réanimation de l’hôpital Avicenne de Bobigny, et nous l’avons reçu sur le plateau du Média TV. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Quel rapport les partis politiques entretiennent-ils à l'écologie ? Ont-ils conscience de la catastrophe en cours ? Comprennent-ils réellement les enjeux ? Saisissent-ils les implications écologiques et politiques, les impacts environnementaux que produisent les bouleversements en cours ? Quelles mesures comptent-ils mettre en œuvre ? Quel programme défendent-ils pour résoudre la crise écologique et climatique ?   Le Média a décidé de confronter des représentants politiques de différents partis à ces interrogations. Face à l'urgence, les invités politiques seront interrogés exclusivement sur leur politique écologique durant un entretien qui leur permettra de développer leur vision, mais aussi de relever les contradictions, les limites et les insuffisances écologiques de leur discours.   Mathilde Panot est la première invitée du Média. Députée, Vice-Présidente du groupe de La France Insoumise à l'Assemblée Nationale, elle porte la thématique de l'écologie pour son mouvement politique. La France Insoumise est le premier des principaux partis à rendre public son projet écologique pour la campagne présidentielle de 2022. En Mars, LFI a publié un livret, La planification écologique, pré-programme qui dévoile la ligne directrice de Jean-Luc Mélenchon avant de présenter en octobre 2021 son programme définitif.   Ce sont ces éléments programmatiques que Mathilde Panot présente sur le plateau du Média. Construite autour de la planification écologique, la vision politique de LFI prévoit d'organiser l'économie et d'aménager les territoires selon certains besoins.  Mais quelles sont les limites de ce projet ? ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Comment concilier défense de l'emploi et lutte contre les changements climatiques ? Pour en parler, nous recevons Alexandre Ouizille, porte-parole de l'initiative "Un emploi vert pour tous". Un an après le début de la crise sanitaire, il est difficile de dire que le bilan est positif : si nous assistons à une nouvelle vague de demandeurs d’emploi sur le marché du travail, à la suite des 3500 licenciements annoncés entre septembre et décembre 2020, entre 600 000 et 700 000 emplois seraient à nouveau menacés en 2021. Le chômage est devenu une habitude dans nos vies, et ce depuis 40 ans. Les dernières générations vivent un chômage de masse inquiétant et à cela s’ajoute l’angoisse de la crise climatique. Comment parvenir à sauver les Français de ces deux catastrophes ? Notre invité du jour, Alexandre Ouizille, défend le projet d’emploi vert pour tous. https://www.emploivertpourtous.fr/ ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
La dictature franquiste mourra-t-elle avec ses derniers dignitaires ? Protégés par la loi d’amnistie de 1977, les derniers bourreaux franquistes passent l’arme à gauche, les uns après les autres, sans jamais avoir du répondre de leurs crimes. Dans un contre-la-montre haletant comme un polar, les victimes du régime et leurs descendants se battent contre l’impunité, l’indifférence et les zones d’ombres d’une « Transition démocratique » incomplète.   Car près d’un demi-siècle après la mort de Franco, les corps de milliers de combattants républicains, d’anarchistes et de civils attendent toujours une sépulture décente, loin des fosses communes de la dictature. Résistants fusillés, prisonniers torturés, enfants volés : les fantômes du siècle passé hantent toujours le pays. Ce match de la dernière chance se joue bien sûr en Espagne, mais aussi en Argentine, où s’est constitué le seul dossier judicaire pour condamner les crimes de la dictature au nom de la justice universelle.  Dans l’épisode 1 - Un bourreau et sa victime emportés par le coronavirus ; le combat frustré d’un juge contre les crimes de la dictature espagnole ; l’Argentine, terre d’espoir pour ceux qui refusent le silence et l’oubli. « Qui veut la peau des derniers franquistes ? », premier épisode de notre série sur une étrange impunité espagnole.  « Franquisme, chroniques d’une impunité », un podcast Le Média TV, à retrouver à l’écrit sur le site du Média.  De Madrid à Buenos Aires, une enquête de Laura Guien et Fabien Palem.  Avec les voix de Romain Mahdoud et Bérénice Sevestre.  Réalisation : Jordan Escoda et Téo Cazenaves.  Générique : Maxime-Marc Chazarenc.  Illustrations : Adrien Colrat et Léo Tixador.  ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Alors que la loi contre le "séparatisme" sera discutée au Sénat à partir ce mardi 30 mars, nous recevons l’avocat et cofondateur de l’association Action contre l’islamophobie, Rafik Chekkat. Multiplication des polémiques autour de l’islam, désignation par les politiques et les grands médias d’un ennemi intérieur… Les musulmans sont régulièrement pointés du doigt. C’est dans ce contexte que l’idée d’une loi contre le “séparatisme islamiste” a fait son chemin. Plusieurs fois re-nommée, elle a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 16 février dernier. Après un passage en commission des lois au Sénat il y a deux semaines, elle sera discutée à partir du mardi 30 mars sur les bancs du Palais du Luxembourg. À cette occasion, nous avons reçu l’avocat et cofondateur de l’association Action contre l’islamophobie Rafik Chekkat, pour discuter des implications de ce projet de loi pour “renforcer les principes de la République”. Ce dernier considère que le climat actuel instauré par les responsables politiques du pays facilite l’émergence d’un complotisme islamophobe. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Autrefois absent du lexique des commentateurs politiques, le terme de « populiste » est devenu très à la mode dans la sphère médiatique. Qualifiant aveuglement des personnalités de droite comme Donald Trump, Matteo Salvini, Viktor Orban ou Marine Le Pen, des politiques de gauche comme Pablo Iglesias ou Jean-Luc Mélenchon ou encore des mouvements sociaux comme les Gilets jaunes, il est difficile d’apporter une définition concrète à ce terme. Souvent, les définitions se cantonnent à l’analyse politique. Pourtant, avant d’être un phénomène électoral, c’est dans les crises économiques, aggravées par le système néolibéral que le populisme trouve son terreau. C’est l’objet de l’ouvrage, « Populisme et néolibéralisme il est urgent de tout repenser » de notre invité du jour, David Cayla. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
Lettre aux communard.e.s A l'occasion du 150eme anniversaire de la Commune de Paris, Julien Théry reçoit Ludivine Bantigny, historienne spécialiste des mouvements sociaux. Il y a exactement 150 ans, au printemps 1871, la Commune de Paris se soulevait et vivait une brève mais extraordinaire expérience d’autonomie politique, avant d’être écrasée par les troupes du gouvernement versaillais. Pour faire l’histoire de ces 72 jours de révolution en montrant à quel point leur écho retentit encore aujourd’hui, Ludivine Bantigny a choisi une démarche insolite et particulièrement féconde. Son livre, « La Commune au présent », est « une correspondance par-delà le temps » : il s’agit d’une série de plus d’une soixantaine de lettres qu’elle adresse à des « communeuses » et des « communeux », comme ils se désignaient eux-mêmes (l’appellation « communards » étant à l’époque d’abord dépréciative). Ce que Ludivine Bantigny a trouvé au fil de ses travaux d’archives sur les parcours des femmes et des hommes auxquel.les elle s’adresse, dont beaucoup ont été massacrés lors de la « Semaine sanglante », exécuté plus tard ou envoyés au bagne, elle l’évoque dans ces lettres tout en les prenant à témoin des luttes d’aujourd’hui et de ce qu’elles doivent à l’expérience de la Commune. Avec cette dernière, et pour la première fois, accédaient au pouvoir des gens du peuple, des gens de rien, que les élites dirigeantes du XIXe siècle, Jules Ferry en tête, excluaient de toute capacité au gouvernement. En s’adressant à des communard.e.s bien connus (Louise Michel, Jules Vallès, Eugène Varlin, Gustave Courbet…) ou plus ou moins oubliés (Herminie Cadolle, Elisabeth Dmitriev, Maria Verdure, Pélagie Daubain…), Ludivine Bantigny fait revivre leur voix tout en la mêlant à la sienne et à celles des militants de notre temps – en particulier des gilets jaunes, dont le combat pour la démocratie directe fait abondamment référence à la Commune. ▶ Soutenez Le Média : 👉 https://soutenez.lemediatv.fr/ 👉 https://www.okpal.com/le-media/ 👉 https://fr.tipeee.com/le-media ✅ Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Rejoignez la communauté des Socios ! Pour aller plus loin
loading
Comments (1)

Alixan Timis Godrie

Merci de laisser parler votre invitéE, que nous comprenons très bien. Nul besoin de l’interrompre toutes les 2 secondes pour synthétiser ses paroles ! #mansplaing bonjour !

Nov 28th
Reply
Download from Google Play
Download from App Store