DiscoverNoCiné
NoCiné
Claim Ownership

NoCiné

Author: Binge Audio

Subscribed: 5,837Played: 66,479
Share

Description

Actualités, débats, films de genre, blockbusters, séries Netflix et rééditions cultes. Chaque mercredi, Thomas Rozec et ses chroniqueur·se·s discutent des dernières sorties. NoCiné est un podcast de Binge Audio.
413 Episodes
Reverse
[Episode full spoiler, vous êtes prévenu·e·s] Trois heures pour l’éternité. Le temps d’un tour de table à laquelle se seraient assis tous les acteurs du Nouvel Hollywood et ses deux monstres, De Niro et Al Pacino. Le temps de dresser le bilan de la vie de Frank Sheeran et de son passé criminel au contact de la mafia et de Jimmy Hoffa. Comme un condensé de la vie de cinéaste de Scorsese et un bilan de tout un pan de l’histoire du cinéma, « The Irishman » abandonne le style narratif des films de gangster. En retenue, lente et détendue, la narration épouse la mélancolie d’un vieil homme, sa mémoire forcément menteuse et magnifiée, son questionnement moral et presque spirituel. Le temps d’une leçon sur la vie et le cinéma : la réalité pèse peu face au mythe. Animé par Thomas Rozec avec David Honnorat, Stéphane Moïssakis et Perrine Quennesson. LES RECOMMANDATIONSLA RECO DE PERRINE : « Big Fish » qui est une sorte de tour de piste de Tim Burton (2003). LA RECO DE DAVID : « Il était une fois en Amérique » dernier film de Sergio Leone (1984).LA RECO DE STEPHANE : « After Hours » de Martin Scorcese (1985).RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONRobert de Niro, Al Pacino, Jo Pesci, Mean Streets (Martin Scorsese, 1973), Les Affranchis (Martin Scorsese, 1990), Casino (Martin Scorsese, 1995), Le Loup de Wall Street (Martin Scorsese, 2013), Le Parrain (Francis Ford Copolla, 1972), Il était une fois en Amérique (Sergio Leone, 1984), Le traitre (Marco Bellochio, 2019), Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976), Raging Bull (Martin Scorsese, 1980), JFK (Oliver Stone, 1991), La liste de Schindler (Steven Spielberg, 1993), The Night Of (Richard Price et Steven Zaillian, 2016), Le Stratège (Bennet Miller, 2011), Aaron Sorkin, Mission Impossible (Brian de Palma,1996), I Heard You Paint Houses (Charles Brandt), Silence (Martin Scorsese, 2016), FIST (Norman Jewinson, 1978), Paul Thomas Anderson, Big Fish (Tim Burton, 2003), After Hours (Martin Scorsese, 1985), Stretch (Joe Carnahan, 2014). CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 28 novembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Alors qu’il a rassemblé autour de lui une famille désunie et dysfonctionnelle, un célèbre auteur de polar est retrouvé mort dans sa maison le soir de ses 85 ans. Benoit Blanc, alias Daniel Craig, est appelé pour résoudre l’enquête. Avec «A couteaux tirés », après le très controversé épisode 8 de Star Wars, Rian Johnson s’essaye au «Whodunit».On s’attend donc à s’amuser, dans ce Cluedo version grand écran, porté par un casting prestigieux. Mais bien vite, ce petit jeu de massacre en famille tourne court : l’identité de l’assassin est dévoilée trop rapidement, les indices sont distillés de manière anarchique, et le discours politique en sous-texte manque clairement de subtilité. Si bien que le spectateur reste sur le pas de la porte du manoir, face à des acteurs en roue libre.Animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Stéphane Moïssakis et David Honnorat.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONBrick (Rian Johnson, 2005), Looper (Rian Johnson, 2012), Star Wars, épisode 8 (Rian Johnson, 2017), Les Dix petits nègres (Agatha Christie, 1939), Columbo (Richard Levinson, William Link, 1971), J.J. Abrams, Sherlock Holmes, La Cité de la peur (Alain Berbérian, 1994), Mort sur le Nil (John Guillermin 1978), Breaking Bad (Vince Giligan, 2008-2013), The Brother’s Bloom (Rian Johnson, 2008), Die Another Day (Lee Tamahori, 2002), Nick Nolte, A couteaux tirés (Lee Tamahori, 1997).RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLES RECOS DE DAVID: «Succession», série d’HBO où l’on retrouve la même ambiance de familles détestables qui se déchirent, et le film de Paul Feig, «L’ombre d’Emily» (2018).LA RECO DE PERRINE : «Gosford Park» de Robert Altman (2001), dans la même veine du film de genre «Wodunit».LA RECO DE STÉPHANE : «Once were warriors» de Lee Tamahori (1994), qui a disparu des radars en France depuis sa sortie en salle en 1994.CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 14 novembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin et Mathieu Thevenon. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache et Roxane Poulain. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
A la manière d’un Ken Loach, Ladj Ly braque sa caméra sur une société au bord de l’implosion avec “Les Misérables”, récompensé par le prix du Jury à Cannes. L’enfant du collectif Kourtrajmé y suit un flic, campé par Stéphane Bonnard, qui intègre la BAC de Montfermeil. Tout droit débarqué de sa Normandie natale, il y découvre les méthodes musclées d’une brigade qui tente tant bien que mal de maintenir l’ordre jusqu’à ce qu’une interpellation tourne au fiasco.Ce premier long-métrage en solo est un geste de cinéma autant qu’un geste politique. En filmant une inversion brutale des rapports de force, dans une zone délaissée, maltraitée par les médias, l’héritier de Kassovitz livre un cri du coeur violent. Vingt-cinq ans après La Haine, il parvient à mettre à nouveau en lumière la force de frappe politique d’un cinéma social engagé. Véritable coup de poing, le film n’en soulève pas moins une question cruciale : réussira-t-il à toucher le public concerné ? Animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson, Julie Le Baron et Stéphane Moïssakis.LES RECOMMANDATIONS LA RECO DE STÉPHANE : le film de science-fiction “Simple mortel” de Pierre Jolivet (1991), injustement oublié. LA RECO DE JULIE : “Brawl in cell Block 99” de Craig Zahler (2017) de Vince Vaughn. Un film sur la violence débridée.LA RECO DE PERRINE : “Il y a maldonne” de John Berry (1987) où l’on découvre Clovis Cornillac dans l’un de ses premiers rôles.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONA voix haute (Stéphane de Freitas et Ladj Ly, 2016), La Haine (Mathieu Kassovitz, 1995), Vincent Cassel, le collectif Kourtrajmé, Kim Chapiron, Romain Gavras, Moi, Daniel Blake (Ken Loach, 2016), Sorry we missed you (Ken Loach, 2019), Prince des ténèbres (John Carpenter, 1987), Force majeure (Pierre Jolivet, 1989)CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 14 novembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson et Victor Dubin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache et Roxane Poulain. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Ford veut détrôner Ferrari sur le mythique circuit des 24 Heures du Mans de l’année 1966. L’ingénieur Carroll Shelby (Matt Damon) et son pilote britannique Ken Miles (Christian Bale) relèvent ce défi, et James Mangold, en portant à l’écran cette histoire, relève le sien. L’intelligence du scénario, la mise en scène époustouflante, font de ce western déguisé une énorme claque. Il y a un plaisir immédiat à décortiquer toutes les oppositions, celle de Ford vs Ferrari, mais aussi celle des deux personnages principaux, une tête brûlée qui parle par son corps face à un diplomate, qui confrontent leur savoir-faire au « faire savoir » de leur écurie commune, Ford. Ce film injecté d’humanité est une forme de vestige : celui d’un cinéma qui aligne les millions pour la machinerie, d’un studio qui tente un coup d’éclat avant l’ère du streaming, d’un réalisateur qui retourne une commande pour en faire un travail d’auteur. Il faut faire des films pour demain, et c’en est un. Animé par Thomas Rozec avec Perrine Quennesson et Stéphane Moïssakis LES RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR LA RECO DE PERRINE : le film d’animation pour adultes « J’ai perdu mon corps » de Jérémy Clapin (2019), et la superbe scène de rencontre par interphone.  LA RECO DE STÉPHANE : « Heavy » le premier film de James Mangold (1995), et « Thunderbolt » réalisé par Gordon Chan, avec Jackie Chan « sous pression » en coureur automobile (1995)RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLe Mans 66 (James Mangold, 2019), Matt Damon, Christian Bale, Copland (James Mangold, 1997), Walk the Line (James Mangold, 2005), Logan (James Mangold, 2017), Rush (Ron Howard, 2013), les coureurs de F1 James Hunt et Niki Lauda, Tom Cruise et Brad Pitt, Once upon a time in Hollywood (Quentin Tarantino, 2019), Night and Day (James Mangold, 2010), Une vie volée (James Mangold, 1999), Angelina Jolie, Winona Ryder, Heat (Michael Mann, 1995), Robert De Niro, Al Pacino, Funan (Denis Do, 2018), Persepolis (Marjane Satrapi, 2007), J’ai perdu mon corps (Jérémy Clapin, 2019), Heavy (James Mangold, 1995), Thunderbolt (Gordon Chan, 1995).  CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 17 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin et Mathieu Thevenon. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Raconter l’histoire vraie de Rudy Ray Moore n’était pas une mince affaire. Retracer la vie déjantée de cet acteur signifie aborder un pan entier, parfois oublié, de la contre-culture du cinéma américain des années 1970 : la blaxploitation. Ce courant dont Rudy Ray Moore et son personnage Dolemite deviendront des figures emblématiques.Pour une si grande ambition, de grands noms étaient nécessaires : Eddie Murphy au premier rang, Larry Karaszewski et Scott Alexander, deux scénaristes habitués du biopic alternatif et enfin, derrière la caméra, Craig Brewer. Il fallait au moins ça pour rendre hommage avec subtilité à l’audace de cette icône et à son processus de création.Animé par Thomas Rozec avec David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE DAVID : pour creuser le sillon Eddie Murphy, l’épisode « La loi de Murphy » du podcast Le Tchip.LA RECO DE STÉPHANE : « White Like Me », un sketch d’Eddie Murphy dans l’émission de télévision Saturday Night LiveRÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Junior le terrible (Dennis Dugan, 1990), The Human Tornado (Cliff Roquemore, 1976), Tommy Wiseau, Dolemite (D’Urville Martin, 1975), Ed Wood (Tim Burton, 1995), Les Nuits de Harlem (Eddie Murphy, 1989)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 31 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Victor Dubin et Mathieu Thévenond. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Comme tous les films qui ne se révèlent qu’avec le temps, le cultissime « Eyes Wide Shut » de Stanley Kubrick provoque encore interrogations, théories conspirationnistes et enquêtes minutieuses. Comme celle du journaliste Axel Cadieux, qui signe l’ouvrage « Le dernier rêve de Stanley Kubrick, Enquête sur Eyes Wide Shut », après avoir rencontré une soixantaine de personnes impliquées sur le tournage. Comment le caractère irréel de la ville new-yorkaise a-t-il été construit ? Où se cache la symbolique de l’arc-en-ciel au fil des plans ? Quelles ultimes modifications Kubrick aurait-il demandé, si son décès avant la fin du montage n’avait pas laissé toutes ces questions en suspens ? L’énigme est impossible à résoudre complètement, mais vingt ans après sa sortie, scruter ce monument du patrimoine cinématographique permet, entre autres, de se demander si le tournage n’était pas un Loft Story avant l’heure, et d’évoquer les émois typographiques provoqués par la version bold de Futura au générique. Parfait pour alimenter l’obsession. Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi et David Honnorat. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONLe dernier rêve de Stanley Kubrick, Enquête sur Eyes Wide Shut (Axel Cadieux, éditions Capricci, 2019), Nicole Kidman, Tom Cruise, le journaliste de Libération Didier Péron, Harvey Keitel, Le Magicien d’Oz (Victor Fleming, 1946), le scénariste Frederic Raphael, The Shining (Stanley Kubrick, 1980), Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1971), Room 237 (Rodney Ascher, 2012), Jeffrey Epstein, l’affaire sans fin (Programme B, Binge Audio, 2019), Traumnovelle (Arthur Schnitzler, 1926), la photographe Lisa Leone, Leon Vitali, Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958). CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 17 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Jules Krot Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
(Attention, spoiler Schwarzeneggeresque à la fin de l’épisode) Fiévreux, fauché et fana de SF, James Cameron, une nuit, rêve d’un torse tout fait de chrome. Juste après une explosion nucléaire, le buste métallique, désarticulé surgit des flammes et s’avance lentement dans un nuage de cendres. C’est cette vision qui est à l’origine de la saga que tout le monde connaît. C’est cette vision qui donnera naissance à l’une des plus grandes figures tutélaires du cinéma.Malgré un budget riquiqui et des conditions de tournage compliquées, le premier volet remporte, dès sa sortie, en 1984, un succès tonitruant. Succès qui permet au réalisateur d’avoir les moyens de ses ambitions pour le deuxième film. Terminator se mue alors en blockbuster. Suivra T3,T4, T5 et enfin, Dark Fate. Hasta la vista, baby ?Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, Julie Le Baron et Stéphane Moïssakis.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION The Terminator (James Cameron, 1984), Tim Miller, Arnold Schwarzenegger, Short Circuit (John Badham, 1986), Terminator Genisys, fatal reboot (NoCiné, Binge Audio, 2015), Terminator 2 : Le Jugement dernier (James Cameron, 1991), Terminator 3 : Le Soulèvement des machines (Jonathan Mostow, 2003), Terminator Renaissance (McG, 2009), Terminator Genisys (Alan Taylor, 2015)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 17 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Jules Krot Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargées de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Xtra - Scarface

Xtra - Scarface

2019-10-1600:25:36

Voilà un film qui revient de loin. Au début des années 1980, De Palma cherche à se refaire une virginité après son fiasco « Blow Out ». Il accepte de réaliser une nouvelle version du film de gangsters d’Howard Hawks, déjà écrite par le réputé Oliver Stone.Lâché par la critique au moment de sa sortie, cette oeuvre, bien plus morale qu’elle n’y paraît, a été sauvée par le marché de la vidéo. Ce remake a connu une seconde vie et l’écho qu’il méritait. « Vous avez besoin de gens comme moi ! » hurle Tony Montana dans le film, joué par Al Pacino. N’oublions pas qu’on a aussi besoin de films comme « Scarface ». Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONHoward Hawks, Blow Out (Brian De Palma, 1981), Le Prince de New York (Sidney Lumet, 1981) CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 4 octobre 2019 au Club de l’Etoile (Paris, 17e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Mais pourquoi, à peine sorti, ce film est-il déjà culte ? Mais pourquoi, « Joker » a-t-il été récompensé d’un Lion d’Or à la Mostra de Venise ? C’est à n’y rien comprendre. Cette énième relecture de l’antagoniste culte de Batman a tout d’une coquille vide. La mise en scène signé Todd Philipps est superficielle et super bancale. Les acteurs sont sans personnage et sans jeu : Joaquin Phoenix n’a rien à défendre et Robert De Niro passe juste faire un clin d’oeil. Le tout forme une œuvre sur le mal qui a tout d’un écran de fumée, un film sur la folie qui a tout à envier à « La Valse des pantins ». Soyons clairs : passez votre chemin, il n’y a rien à voir.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE STEPHANE : « L’Armée des 12 singes » réalisé par un vrai fou, Terry Gilliam LA RECO DE DAVID : « Comiques », un épisode pétrifiant de « Strip-tease », une émission de télévision belge LA RECO DE JULIEN : « Spetters » de Paul Verhoeven, un film qui avait fait scandale au moment de sa sortie en 1980RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Very Bad Trip (Todd Philips, 2009), Starsky et Hutch (Todd Philips, 2006), Joaquin Phoenix, Jack Nicholson, Heath Ledger, Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976), La Valse des pantins (Martin Scorsese, 1983)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 3 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Will Smith, tueur d’élite désireux de se ranger, se retrouve confronté à un jeune sniper qui anticipe toutes ses réactions. Et pour cause, « Junior » est bien le clone de son ainé. Après le chef d’oeuvre « Une journée dans la vie de Billy Lynn », le réalisateur Ang Lee, à la carrière talentueuse marquée certes par quelques faux pas, se révèle un excellent mercenaire et trouve les billes suffisantes pour transformer un pur high concept hollywoodien des années 1990 en un film qui fera date. Pas forcément pour son scénario, mais certainement pour sa prouesse technologique. En tournant en 3D+, 4K et 120 FPS, Ang Lee ouvre de nouveaux horizons pour le cinéma d’action : les fusillades et poursuites sont nettes, les combats de nuit très clairs, exit le flou de mouvement. Le défi du personnage de « Junior », réalisé en performance capture sans rajeunissement numérique, est amplement relevé. De l’approche naturaliste très poussée ressort un sentiment à la fois exaltant et perturbant. Pas de doute, le cinéma se réinvente.Animé par Thomas Roses avec Julien Dupuy, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR LA RECO DE DAVID : « Lust, caution » d’Ang Lee (2007)LA RECO DE JULIEN : le livre « The making of Life of Pi : A film, a journey » de Jean-Christophe Castelli (Harper Design, 2012). LA RECO DE STEPHANE : « Un jour dans la vie de Billy Lynn » en ultra HD. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Gemini Man (Ang Lee, 2019), Tigres et Dragon (Ang Lee, 2000), Le Secret de Brokeback Mountain (Ang Lee, 2005), L’Odyssée de Py (Ang Lee, 2012), Un jour dans la vie de Billy Lynn (Ang Lee, 2016), Mary Elisabeth Winstead, Clive Owen, Linda Emond, Volte-face (John Woo, 1997), John Travolta, Nicolas Cage, Double Impact (Sheldon Lettich, 1991), Jean-Claude Van Damme, Hulk (Ang Lee, 2003), Le Prince de Bel-Air (Andy & Susan Borowitz, 1990 - 1996), Avatar 2 (James Cameron, 2020). CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 19 septembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Marie Jadowski et Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Avant « Last Blood », il y a eu « First Blood ». Après un tournage low cost et un montage compliqué, sort en 1982 un premier film d’action ramassé rythmé par une musique galvanisante. C’est le début de la Rambo mania : une fièvre cinématographique qui ira bien plus loin qu’aux seuls Etats-Unis et continuera de se faire sentir avec la sortie du deuxième opus, puis du troisième, puis du quatrième et près de quarante années plus tard, avec la sortie du cinquième et dernier volet. Rambo, ce héros par accident, ce hors-la-loi libertarien, a tout d’un Marvel avant l’heure.Animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis, Lelo Jimmy Batista et Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Le Retour (Hal Ashby, 1978), Kirk Douglas, Retour vers l’enfer (Ted Kotcheff, 1983), Rambo : First Blood (Ted Kotcheff, 1982), Rambo 2 : La Mission (George Cosmatos, 1985), Rambo 3 (Peter MacDonald, 1988), Cobra (George P. Cosmatos, 1986), American Sniper (Clint Eastwood, 2015), Portés disparus 3 (Aaron Norris, 1988), John Rambo (Sylvester Stallone, 2008)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 19 septembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Brad Pitt va rejoindre dans les confins de l’espace son père Tommy Lee Jones, qui menace la sécurité de l’ensemble du système solaire. Le dernier James Gray, très attendu, explore deux sujets passionnants. Une relation père-fils d’un côté, et la solitude de l’humanité de l’autre, représentée par un Brad Pitt coupé du monde des hommes, parti à la reconquête de ses émotions, en traversant le vide spatial comme métaphore de son vide intérieur. Pour une production à gros budget sur l’exploration spatiale, « Ad Astra » est un vrai prototype, ni facile ni agréable, un objet difficilement identifiable mais accessible au grand public, intéressant malgré quelques froideurs dans l’esthétique et un peu trop de voix-off. Il n'est pourtant jamais galvanisant, et peut se voir comme une forme de variation sur les thèmes fétiches de James Gray, comme un film miroir des précédents. Après 25 ans de carrière, serait-il temps de s’éloigner de ses obsessions ?Animé par Thomas Rozec, Lelo Jimmy Batista, Julien Dupuy, Stéphane Moïssakis et Perrine Quennesson. LES RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO DE LELO JIMMY : « Comme un chien enragé » de James Foley (1986)LA RECO DE PERRINE : « Contact » de Robert Zemeckis (1997)LA RECO DE STÉPHANE : « Mission to Mars » de Brian De Palma (2000)LA RECO DE JULIEN : « Space Truckers » de Stuart Gordon (1997)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 20 septembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Thomas Plé et Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Fatima Bahhou. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Son neuvième film dépasse toutes les espérances. En presque trois heures, Quentin Tarantino filme avec splendeur l’Hollywood de 1969, l’histoire d’une époque révolue qu’il réécrit comme il sait si bien le faire.Outre l’ambiance tendue des plateaux de cinéma et les conversations chuchotées entre deux loges, on suit les déboires d’un acteur qui cherche un second souffle, Rick Dalton, joué par Leonardo DiCaprio, et celles de son cascadeur, Cliff Booth, accusé d’avoir tué sa femme et incarné par Brad Pitt.Plan après plan, Tarantino multiplie les références à sa propre oeuvre. Et le film de ressembler à une synthèse de ses vingt-septièmes années de carrière dans le cinéma. Aussi personnel qu’universel, « Once Upon A Time…in Hollywood » est à voir et à revoir.Animé par Thomas Rozec avec Lelo Jimmy Batista, Stéphane Moïssakis, Perrine Quennesson et David Honnorat.Cet épisode a été enregistré sur Twitch pendant Binge On Air, l’événement de rentrée de Binge Audio diffusé et enregistré en direct sur Twitch pendant plus de 24 heures, du 4 au 5 septembre 2019. L’intégralité de Binge On Air est disponible en replay ici : https://bit.ly/2kbjRjTCRÉDITSNoCiné Club est un hors-série de NoCiné, un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 4 septembre 2019 pendant Binge On Air au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation son : Solène Moulin. Réalisation vidéo : Quentin Bresson. Générique : Théo Boulenger. Production : David Honnorat et Juliette Livartowski. Édition : Diane Jean. Identité graphique : Marion Lavedeau, Sébastien Brothier et Camille Bernard (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Tarantino et l'année 1969

Tarantino et l'année 1969

2019-08-1400:13:13

Episode hors-série, en partenariat avec le film "Once Upon a Time... In Hollywood” en salle le 14 août.1969, année de tous les possibles ? A l’occasion de la sortie du film "Once Upon A Time… In Hollywood" qui se déroule en 1969, David Honnorat revient sur les événements qui ont marqué cette même année, d’un point de vue historique mais aussi musical et cinématographique.Premier homme sur la Lune, Woodstock, des films incontournables comme Easy Rider et Le Lauréat… L’année 1969 a été un tournant culturel pour les États-Unis qui ont été confrontés à l’avénement de la contre-culture, la démilitarisation du Vietnam mais aussi à la métamorphose de son cinéma.Ecrit et animé par David Honnorat.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONCinéma : Le Lauréat (Mike Nichols, 1967), Easy Rider (Dennis Hopper, 1969), Hello, Dolly! (Gene Kelly, 1969), Matt Helm règle son compte (Phil Karlson, 1969), Bob et Carol et Ted et Alice (Paul Mazursky, 1969), Model Shop (Jacques Demy, 1969), Cent dollars pour un shérif (Henry Hathaway, 1969), La Horde sauvage (Sam Peckinpah, 1969), Butch Cassidy et le Kid (George Roy Hill, 1969), Macadam Cowboy (John Schlesinger, 1969).Musique : Sugar Sugar (The Archies, 1969), Let the Sunshine In (Aquarius, 1969), Born to be wild (Steppenwolf, 1968).CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio, animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 31 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Direction de projet : Soraya Kerchaoui-Matignon. Production : Albane Fily. Edition : Simon Lestang. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Tarantino et Hollywood

Tarantino et Hollywood

2019-08-0700:17:42

Episode hors-série, en partenariat avec le film "Once Upon a Time... In Hollywood” en salle le 14 août. Los Angeles, Hollywood, Tarantino. Trois mots indissociables quand on parle de cinéma. Dans cet épisode hors-série et à l’occasion de la sortie de « Once Upon a Time… In Hollywood », David Honnorat explore la relation qu’entretient Tarantino avec la ville de Los Angeles et l’influence que celle-ci a sur sa carrière.C’est au milieu des belles voitures et vedettes de cinéma que le jeune Tarantino grandit et construit son univers créatif. Plus tard, dans ses films, les références à l’âge d’or hollywoodien seront multiples. De Réservoir Dogs à Kill Bill en passant par Pulp Fiction, il fait exister sa réalité, ses souvenirs.  « Once Upon a Time... In Hollywood », en est un criant hommage.Ecrit et animé par David Honnorat.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONTrue Romance (Tony Scott, 1993), Reservoir Dogs (Quentin Tarantino, 1992), Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994), Inglorious Basterds (Quentin Tarantino, 2009), Jackie Brown (Quentin Tarantino, 1997)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio, animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 31 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Direction de projet : Soraya Kerchaoui-Matignon. Production : Albane Fily. Edition : Simon Lestang. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Spécial Anaconda

Spécial Anaconda

2019-07-1001:34:291

Un reptile géant aux airs de Dracula, du love dans la mangrove, les buttshots de J-Lo et du bateau, Ice Cube qui s’écoute, des crop-tops et des flops de tropes, la De-Niro-face d’Owen Wilson, un mulet de trop et une panthère de moins. Pour fêter le 200e épisode et marquer la fin de la quatrième saison, NoCiné se livre à un exercice inédit. Sept membres de l’équipe commentent en direct l’intégralité du film « Anaconda, le prédateur » de Luis Llosa, sorti en 1997 – en VO, ça va de soi.Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi, Perrine Quennesson, David Honnorat, Stéphane Moïssakis, Lelo Jimmy Batista et Julie Le Baron.Pour (re)voir le direct en vidéo, c’est par ici : bit.ly/2LdTcii CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 9 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin et Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
L’Histoire de la Grande Guerre, on la connaît. Les témoignages de celles et ceux qui l’ont vécue, beaucoup moins. Réalisé par Peter Jackson, « Pour les soldats tombés » est un documentaire qui n’a rien d’une analyse sociale, tout d’une plongée dans l’intimité d’une guerre, celle de 14-18.Filmées sur pellicule, ces interviews d’archives ont été, en partie, colorisées, dynamisées, sonorisées. Un travail d’une minutie rare qui permet de revivre ces instants de vie, en dedans et en dehors des tranchées, comme si on y était. À voir assurément, au cinéma absolument.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Fantômes contre fantômes (Peter Jackson, 1996), Forgotten Silver (Costa Botes, Peter Jackson, 1995), Le seigneur des anneaux : La communauté de l’anneau (Peter Jackson, 2001), Braindead (Peter Jackson, 1992)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 2 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Far from Spiderman

Far from Spiderman

2019-07-0500:37:001

[Avertissement : ne pas lire la suite, ni écouter cet épisode si vous n’avez pas vu Avengers : Endgame] En plein deuil, Peter Parker part en voyage scolaire en Europe, en compagnie de Ned, son meilleur ami, et de sa chère et tendre Mary Jane. Rattrapé par Nick Fury, il accepte de faire équipe avec Mystério, un nouvel allié expert en prestidigitation, hypnose et cascades.Dans cet opus au ras des pâquerettes, Peter Parker n’est plus que l’ombre de Tony Stark. Spiderman hérite du garde du corps de son mentor, son tout-nouveau-tout-beau costume est signé feu Iron Man. Et l’homme-araignée de n’être plus qu’un gamin à gadgets, malgré ses pouvoirs arachnéens et un casting réussi. Qu’il est triste de voir une figure si importante de l’écurie Marvel aussi déniée.BONUS : Vous l’aviez demandé, iels l’ont fait ! NoCiné profite de la sortie du film pour faire un retour sur l’oscarisé «  Spider-Man : New Generation  ».Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, David Honnorat, Stéphane Moïssakis et Perrine Quennesson.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE JULIEN : « Les Enfants de la mer » d’Ayumu Watanabe à l’esthétique fantastiqueLA RECO DE PERRINE : « Buñuel après l’âge d’or » de Salvador Simó, une sorte de making-of animé passionnantLA RECO DE DAVID : l’inimitable « Donnie Darko » de Richard KellyLA RECO DE STEPHANE : l’épisode 200 de NoCiné, une séance spéciale qui restera graver dans votre mémoireRÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Spider-Man : New Generation (Peter Ramsey, Bob Persichetti, Rodney Rothman, 2018), Avengers : Endgame (Anthony Russo, Joe Russo, 2019), Spiderman : Homecoming (NoCiné, Binge Audio, 2017), Spider-Man : Homecoming (Jon Watts, 2017), Thor : Le Monde des ténèbres (Alan Taylor, 2013), Love, Death and Robots (Tim Miller, Netflix, 2019)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 2 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Xtra - Mario Bava

Xtra - Mario Bava

2019-07-0300:18:44

Son nom est connu, ses films peut-être moins. À l’occasion d’une rétrospective à la Cinémathèque française et de la rediffusion en salles et en DVD de versions restaurées, gros plan sur la carrière de Mario Bava.Technicien virtuose, ce réalisateur hors pair est l’une des grandes figures du «  giallo  », à la croisée du cinéma policier, d’horreur et érotique. Résumer la filmographie de Mario Bava à ce registre serait nier la panoplie des genres auxquels il s’est essayé : péplum, western, science-fiction ou comic book. Ce n’est pas un hasard si le cinéaste italien est devenu, entre autres, le maître du grand Dario Argento.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION La Planète des Vampires (Mario Bava, 1965), Six femmes pour l’assassin (Mario Bava, 1964), Le Corps et le fouet (Mario Bava, 1963), La baie sanglante (Mario Bava, 1971), Une hache pour la lune de miel (Mario Bava, 1970), Les trois visages de la peur (Mario Bava, 1963), La ruée des Vikings (Mario Bava, 1961), Richard Fleischer, Georges Méliès, Dario Argento, Brian De Palma, Alfred Hitchcock, Barbara Steele, Le masque du démon (Mario Bava, 1961), Tim Burton, Mario Bava (Gérald Duchaussoy Romain Vandestichele, éd. Lobster Films, 2019) CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 2 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Après un étrange accident de circulation, Jack, musicien amateur anglais incarné par Himesh Patel, se réveille dans un monde où les Beatles n’ont jamais existé. Avec sa meilleure amie d’enfance – jouée par Lily James, le jeune chanteur décide de piller leur répertoire.En apparence, «  Yesterday  » a tout d’un feel-good movie réussi. L’histoire est intriguante, elle se veut même romantique voire politique. Le scénario est rythmé par la discographie du monstre à quatre têtes qu’on ne se lassera jamais de réécouter. Mais, mais, mais il y a un mais. Le film, signé Danny Boyle, est monté avec les pieds et réalisé avec les coudes.Animé par Thomas Rozec avec Julie Le Baron, David Honnorat et Perrine Quennesson.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE JULIE : pour rester dans la thématique du mensonge, « Tokyo Sonata » par Kiyoshi Kurosawa (2008)LA RECO DE DAVID : la sensationnelle série « Fleabag » de Phoebe Waller-BridgeLA RECO DE PERRINE : « Years and Years », de Russell T Davies, pour un mélange réussi de « This is Us » et « Black Mirror »RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Trainspotting (Danny Boyle, 1996), Baby Driver (Edgar Wright, 2017), Love Actually (Richard Curtis, 2003), 4 mariages et 1 enterrement (Mike Newell, 1994)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 25 juin 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
loading
Comments (5)

Nico

Beaucoup trop de procès d'intention, de critiques hors sujet (filmographie du réalisateur,...), de bégaiements (Stéphane !!!!!), de "eeeuuuh", d'adverbes superflus. Pas assez de critique argumentée, de préparation du sujet (Scorcese,...), d'objectivité,.... Pénible. A nouveau, je zappe.

Oct 14th
Reply (2)

cetta pascal

oui bon déçu par le film,les personnages loufoques apportent la dérision qu'il faut,quand a l'histoire rien de folichon. un film qui se laisse regarder, mais qui détruit un peu l'image du prédateur

Oct 17th
Reply

Echedhly Bel Hsan

salut je veux en image

Jan 2nd
Reply (1)
loading
Download from Google Play
Download from App Store