DiscoverNoCiné
NoCiné
Claim Ownership

NoCiné

Author: Binge Audio

Subscribed: 5,710Played: 61,042
Share

Description

Actualités, débats, films de genre, blockbusters, séries Netflix et rééditions cultes. Chaque mercredi, Thomas Rozec et ses chroniqueur·se·s discutent des dernières sorties. NoCiné est un podcast de Binge Audio.
406 Episodes
Reverse
Xtra - Scarface

Xtra - Scarface

2019-10-1600:25:31

Voilà un film qui revient de loin. Au début des années 1980, De Palma cherche à se refaire une virginité après son fiasco « Blow Out ». Il accepte de réaliser une nouvelle version du film de gangsters d’Howard Hawks, déjà écrite par le réputé Oliver Stone.Lâché par la critique au moment de sa sortie, cette oeuvre, bien plus morale qu’elle n’y paraît, a été sauvée par le marché de la vidéo. Ce remake a connu une seconde vie et l’écho qu’il méritait. « Vous avez besoin de gens comme moi ! » hurle Tony Montana dans le film, joué par Al Pacino. N’oublions pas qu’on a aussi besoin de films comme « Scarface ». Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONHoward Hawks, Blow Out (Brian De Palma, 1981), Le Prince de New York (Sidney Lumet, 1981) CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 4 octobre 2019 au Club de l’Etoile (Paris, 17e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Mais pourquoi, à peine sorti, ce film est-il déjà culte ? Mais pourquoi, « Joker » a-t-il été récompensé d’un Lion d’Or à la Mostra de Venise ? C’est à n’y rien comprendre. Cette énième relecture de l’antagoniste culte de Batman a tout d’une coquille vide. La mise en scène signé Todd Philipps est superficielle et super bancale. Les acteurs sont sans personnage et sans jeu : Joaquin Phoenix n’a rien à défendre et Robert De Niro passe juste faire un clin d’oeil. Le tout forme une œuvre sur le mal qui a tout d’un écran de fumée, un film sur la folie qui a tout à envier à « La Valse des pantins ». Soyons clairs : passez votre chemin, il n’y a rien à voir.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE CŒURLA RECO DE STEPHANE : « L’Armée des 12 singes » réalisé par un vrai fou, Terry Gilliam LA RECO DE DAVID : « Comiques », un épisode pétrifiant de « Strip-tease », une émission de télévision belge LA RECO DE JULIEN : « Spetters » de Paul Verhoeven, un film qui avait fait scandale au moment de sa sortie en 1980RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Very Bad Trip (Todd Philips, 2009), Starsky et Hutch (Todd Philips, 2006), Joaquin Phoenix, Jack Nicholson, Heath Ledger, Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976), La Valse des pantins (Martin Scorsese, 1983)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 3 octobre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Will Smith, tueur d’élite désireux de se ranger, se retrouve confronté à un jeune sniper qui anticipe toutes ses réactions. Et pour cause, « Junior » est bien le clone de son ainé. Après le chef d’oeuvre « Une journée dans la vie de Billy Lynn », le réalisateur Ang Lee, à la carrière talentueuse marquée certes par quelques faux pas, se révèle un excellent mercenaire et trouve les billes suffisantes pour transformer un pur high concept hollywoodien des années 1990 en un film qui fera date. Pas forcément pour son scénario, mais certainement pour sa prouesse technologique. En tournant en 3D+, 4K et 120 FPS, Ang Lee ouvre de nouveaux horizons pour le cinéma d’action : les fusillades et poursuites sont nettes, les combats de nuit très clairs, exit le flou de mouvement. Le défi du personnage de « Junior », réalisé en performance capture sans rajeunissement numérique, est amplement relevé. De l’approche naturaliste très poussée ressort un sentiment à la fois exaltant et perturbant. Pas de doute, le cinéma se réinvente.Animé par Thomas Roses avec Julien Dupuy, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR LA RECO DE DAVID : « Lust, caution » d’Ang Lee (2007)LA RECO DE JULIEN : le livre « The making of Life of Pi : A film, a journey » de Jean-Christophe Castelli (Harper Design, 2012). LA RECO DE STEPHANE : « Un jour dans la vie de Billy Lynn » en ultra HD. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Gemini Man (Ang Lee, 2019), Tigres et Dragon (Ang Lee, 2000), Le Secret de Brokeback Mountain (Ang Lee, 2005), L’Odyssée de Py (Ang Lee, 2012), Un jour dans la vie de Billy Lynn (Ang Lee, 2016), Mary Elisabeth Winstead, Clive Owen, Linda Emond, Volte-face (John Woo, 1997), John Travolta, Nicolas Cage, Double Impact (Sheldon Lettich, 1991), Jean-Claude Van Damme, Hulk (Ang Lee, 2003), Le Prince de Bel-Air (Andy & Susan Borowitz, 1990 - 1996), Avatar 2 (James Cameron, 2020). CRÉDITSNoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 19 septembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Marie Jadowski et Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Avant « Last Blood », il y a eu « First Blood ». Après un tournage low cost et un montage compliqué, sort en 1982 un premier film d’action ramassé rythmé par une musique galvanisante. C’est le début de la Rambo mania : une fièvre cinématographique qui ira bien plus loin qu’aux seuls Etats-Unis et continuera de se faire sentir avec la sortie du deuxième opus, puis du troisième, puis du quatrième et près de quarante années plus tard, avec la sortie du cinquième et dernier volet. Rambo, ce héros par accident, ce hors-la-loi libertarien, a tout d’un Marvel avant l’heure.Animé par Thomas Rozec avec Stéphane Moïssakis, Lelo Jimmy Batista et Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Le Retour (Hal Ashby, 1978), Kirk Douglas, Retour vers l’enfer (Ted Kotcheff, 1983), Rambo : First Blood (Ted Kotcheff, 1982), Rambo 2 : La Mission (George Cosmatos, 1985), Rambo 3 (Peter MacDonald, 1988), Cobra (George P. Cosmatos, 1986), American Sniper (Clint Eastwood, 2015), Portés disparus 3 (Aaron Norris, 1988), John Rambo (Sylvester Stallone, 2008)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 19 septembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski et Fatima Bahhou (stagiaire). Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Brad Pitt va rejoindre dans les confins de l’espace son père Tommy Lee Jones, qui menace la sécurité de l’ensemble du système solaire. Le dernier James Gray, très attendu, explore deux sujets passionnants. Une relation père-fils d’un côté, et la solitude de l’humanité de l’autre, représentée par un Brad Pitt coupé du monde des hommes, parti à la reconquête de ses émotions, en traversant le vide spatial comme métaphore de son vide intérieur. Pour une production à gros budget sur l’exploration spatiale, « Ad Astra » est un vrai prototype, ni facile ni agréable, un objet difficilement identifiable mais accessible au grand public, intéressant malgré quelques froideurs dans l’esthétique et un peu trop de voix-off. Il n'est pourtant jamais galvanisant, et peut se voir comme une forme de variation sur les thèmes fétiches de James Gray, comme un film miroir des précédents. Après 25 ans de carrière, serait-il temps de s’éloigner de ses obsessions ?Animé par Thomas Rozec, Lelo Jimmy Batista, Julien Dupuy, Stéphane Moïssakis et Perrine Quennesson. LES RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURLA RECO DE LELO JIMMY : « Comme un chien enragé » de James Foley (1986)LA RECO DE PERRINE : « Contact » de Robert Zemeckis (1997)LA RECO DE STÉPHANE : « Mission to Mars » de Brian De Palma (2000)LA RECO DE JULIEN : « Space Truckers » de Stuart Gordon (1997)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 20 septembre 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Thomas Plé et Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Fatima Bahhou. Chargée d’édition : Camille Regache. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Son neuvième film dépasse toutes les espérances. En presque trois heures, Quentin Tarantino filme avec splendeur l’Hollywood de 1969, l’histoire d’une époque révolue qu’il réécrit comme il sait si bien le faire.Outre l’ambiance tendue des plateaux de cinéma et les conversations chuchotées entre deux loges, on suit les déboires d’un acteur qui cherche un second souffle, Rick Dalton, joué par Leonardo DiCaprio, et celles de son cascadeur, Cliff Booth, accusé d’avoir tué sa femme et incarné par Brad Pitt.Plan après plan, Tarantino multiplie les références à sa propre oeuvre. Et le film de ressembler à une synthèse de ses vingt-septièmes années de carrière dans le cinéma. Aussi personnel qu’universel, « Once Upon A Time…in Hollywood » est à voir et à revoir.Animé par Thomas Rozec avec Lelo Jimmy Batista, Stéphane Moïssakis, Perrine Quennesson et David Honnorat.Cet épisode a été enregistré sur Twitch pendant Binge On Air, l’événement de rentrée de Binge Audio diffusé et enregistré en direct sur Twitch pendant plus de 24 heures, du 4 au 5 septembre 2019. L’intégralité de Binge On Air est disponible en replay ici : https://bit.ly/2kbjRjTCRÉDITSNoCiné Club est un hors-série de NoCiné, un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 4 septembre 2019 pendant Binge On Air au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation son : Solène Moulin. Réalisation vidéo : Quentin Bresson. Générique : Théo Boulenger. Production : David Honnorat et Juliette Livartowski. Édition : Diane Jean. Identité graphique : Marion Lavedeau, Sébastien Brothier et Camille Bernard (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Tarantino et l'année 1969

Tarantino et l'année 1969

2019-08-1400:13:13

Episode hors-série, en partenariat avec le film "Once Upon a Time... In Hollywood” en salle le 14 août.1969, année de tous les possibles ? A l’occasion de la sortie du film "Once Upon A Time… In Hollywood" qui se déroule en 1969, David Honnorat revient sur les événements qui ont marqué cette même année, d’un point de vue historique mais aussi musical et cinématographique.Premier homme sur la Lune, Woodstock, des films incontournables comme Easy Rider et Le Lauréat… L’année 1969 a été un tournant culturel pour les États-Unis qui ont été confrontés à l’avénement de la contre-culture, la démilitarisation du Vietnam mais aussi à la métamorphose de son cinéma.Ecrit et animé par David Honnorat.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONCinéma : Le Lauréat (Mike Nichols, 1967), Easy Rider (Dennis Hopper, 1969), Hello, Dolly! (Gene Kelly, 1969), Matt Helm règle son compte (Phil Karlson, 1969), Bob et Carol et Ted et Alice (Paul Mazursky, 1969), Model Shop (Jacques Demy, 1969), Cent dollars pour un shérif (Henry Hathaway, 1969), La Horde sauvage (Sam Peckinpah, 1969), Butch Cassidy et le Kid (George Roy Hill, 1969), Macadam Cowboy (John Schlesinger, 1969).Musique : Sugar Sugar (The Archies, 1969), Let the Sunshine In (Aquarius, 1969), Born to be wild (Steppenwolf, 1968).CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio, animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 31 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Direction de projet : Soraya Kerchaoui-Matignon. Production : Albane Fily. Edition : Simon Lestang. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Tarantino et Hollywood

Tarantino et Hollywood

2019-08-0700:17:42

Episode hors-série, en partenariat avec le film "Once Upon a Time... In Hollywood” en salle le 14 août. Los Angeles, Hollywood, Tarantino. Trois mots indissociables quand on parle de cinéma. Dans cet épisode hors-série et à l’occasion de la sortie de « Once Upon a Time… In Hollywood », David Honnorat explore la relation qu’entretient Tarantino avec la ville de Los Angeles et l’influence que celle-ci a sur sa carrière.C’est au milieu des belles voitures et vedettes de cinéma que le jeune Tarantino grandit et construit son univers créatif. Plus tard, dans ses films, les références à l’âge d’or hollywoodien seront multiples. De Réservoir Dogs à Kill Bill en passant par Pulp Fiction, il fait exister sa réalité, ses souvenirs.  « Once Upon a Time... In Hollywood », en est un criant hommage.Ecrit et animé par David Honnorat.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONTrue Romance (Tony Scott, 1993), Reservoir Dogs (Quentin Tarantino, 1992), Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994), Inglorious Basterds (Quentin Tarantino, 2009), Jackie Brown (Quentin Tarantino, 1997)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio, animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 31 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Direction de projet : Soraya Kerchaoui-Matignon. Production : Albane Fily. Edition : Simon Lestang. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Spécial Anaconda

Spécial Anaconda

2019-07-1001:34:291

Un reptile géant aux airs de Dracula, du love dans la mangrove, les buttshots de J-Lo et du bateau, Ice Cube qui s’écoute, des crop-tops et des flops de tropes, la De-Niro-face d’Owen Wilson, un mulet de trop et une panthère de moins. Pour fêter le 200e épisode et marquer la fin de la quatrième saison, NoCiné se livre à un exercice inédit. Sept membres de l’équipe commentent en direct l’intégralité du film « Anaconda, le prédateur » de Luis Llosa, sorti en 1997 – en VO, ça va de soi.Animé par Thomas Rozec avec Rafik Djoumi, Perrine Quennesson, David Honnorat, Stéphane Moïssakis, Lelo Jimmy Batista et Julie Le Baron.Pour (re)voir le direct en vidéo, c’est par ici : bit.ly/2LdTcii CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 9 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin et Quentin Bresson. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
L’Histoire de la Grande Guerre, on la connaît. Les témoignages de celles et ceux qui l’ont vécue, beaucoup moins. Réalisé par Peter Jackson, « Pour les soldats tombés » est un documentaire qui n’a rien d’une analyse sociale, tout d’une plongée dans l’intimité d’une guerre, celle de 14-18.Filmées sur pellicule, ces interviews d’archives ont été, en partie, colorisées, dynamisées, sonorisées. Un travail d’une minutie rare qui permet de revivre ces instants de vie, en dedans et en dehors des tranchées, comme si on y était. À voir assurément, au cinéma absolument.Animé par Thomas Rozec avec Julien Dupuy.RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION Fantômes contre fantômes (Peter Jackson, 1996), Forgotten Silver (Costa Botes, Peter Jackson, 1995), Le seigneur des anneaux : La communauté de l’anneau (Peter Jackson, 2001), Braindead (Peter Jackson, 1992)CRÉDITS NoCiné est un podcast de Binge Audio animé par Thomas Rozec. Cet épisode a été enregistré le 2 juillet 2019 au studio V. Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Diane Jean. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
loading
Comments (1)

Nico

Beaucoup trop de procès d'intention, de critiques hors sujet (filmographie du réalisateur,...), de bégaiements (Stéphane !!!!!), de "eeeuuuh", d'adverbes superflus. Pas assez de critique argumentée, de préparation du sujet (Scorcese,...), d'objectivité,.... Pénible. A nouveau, je zappe.

Oct 14th
Reply
loading
Download from Google Play
Download from App Store