DiscoverPassion Classique, le podcast
Passion Classique, le podcast
Claim Ownership

Passion Classique, le podcast

Author: Radio Classique

Subscribed: 911Played: 15,537
Share

Description

Des conversations intimes avec les plus grands artistes classiques, des moments d’une rare intensité, délicats et sensibles : Olivier Bellamy présente une nouvelle formule de Passion Classique. Avec l’ambition d’aller toujours plus loin dans l’exploration des cœurs et des âmes de ces personnalités hors du commun qui font rayonner la musique classique dans le monde entier.
156 Episodes
Reverse
Comment Glenn Gould concevait-il sa relation à son instrument fétiche ? Bruno Monsaingeon bat en brèche quelques idées reçues et remet les choses en perspective. Glenn Gould n’aimait-il pas le son du piano ou vomissait-il les clichés rattachés à cet instrument ? N’aimait-il pas Mozart, comme il l’a laissé entendre, ou ne supportait-il pas certaines œuvres de Mozart ? Quels étaient ses goûts en musique et est-il resté fidèle à une morale en la matière ?À toutes ces questions, Bruno Monsaingeon répond avec passion et souci du détail.
Le réalisateur et violoniste Bruno Monsaingeon nous raconte comment il est entré en contact avec Glenn Gould et comment s’est développée la « gouldmania » en France grâce à une grève de l’ORTF. Il raconte la rencontre savoureuse avec Arthur Rubinstein et explicite leur incompatibilité esthétique. Mais il revient aussi sur le prétendu ratage de la collaboration avec Elisabeth Schwarzkopf et nous dévoile la vérité d’une courte mais fascinante aventure artistique.
Alors qu’il vient de faire paraître un livre de près de 1 000 pages (Bouquins) rassemblant les textes fondateurs de la pensée de Glenn Gould, Bruno Monsaingeon, qui a été son collaborateur télévisuel et son ami, revient sur les origines de sa rencontre avec celui qui reste comme l’un des plus grands pianistes de l’histoire.Il nous donne les clés pour comprendre son génie, son esprit « polyphonique » et ses « excentricités" qui révèlent une recherche sans concessions de l’absolu.Violoniste, cinéaste et essayiste, Bruno Monsaingeon a en outre réalisé des films avec Yehudi Menuhin, Sviatoslav Richter ou Dietrich Fischer-Dieskau. Nul mieux que lui peut nous aider à approcher le mystère Gould.g3vxd59z
Les amoureux de Berlioz se trouvent bien plus souvent en Angleterre et en Amérique qu’en France. C’est le cas de John Nelson, fils de pasteur, né au Costa Rica, qui a entrepris une intégrale discographique (Erato) du grand compositeur romantique.Francophile et ancien directeur musical de l’Ensemble orchestral de Paris, le chef d’orchestre américain nous livre en confiance les meilleurs et les pires moments de sa belle carrière.
Le 19 septembre 2020, Roberto Alagna sera en vedette du Carmen de Bizet qui sera représenté au Stade de France. Il chantera le rôle de Don José aux côtés de Béatrice Uria-Monzon et d’Aleksandra Kurzak, qui est aussi sa femme. Il défend avec passion un personnage souvent mal compris.C’est dans les tribunes du Stade de France qu’Olivier Bellamy a retrouvé le célèbre ténor franco-sicilien qui nous explique pourquoi il a accepté, à 56 ans, un défi aussi périlleux.  
C’est en jouant Gaspard de la Nuit de Ravel que Lucas Debargue a ravi le cœur du public russe du 15e Concours Tchaïkovsky de Moscou. Ce pianiste, compositeur et musicien de jazz a scellé son destin en rencontrant son professeur Rena Shereshevskaya. Depuis, il parcourt le monde. Nous avons pu le rencontrer entre deux avions à Paris. 
Depuis qu’il a été le héros du Concours Tchaïkovski de juillet 2015 en ne remportant que le 4e prix, le pianiste français Lucas Debargue est devenu une vedette internationale et a scellé avec le peuple russe une relation indéfectible. Cet artiste à nul autre pareil a bien voulu se dévoiler en confiance.
Bien qu’elle soit américaine, la mezzo-soprano colorature Jennifer Larmore est une championne vocale des montagnes russes.Après des débuts à Nice, dans les années 1980, elle n’a pas tardé à incarner la pétulante Rosine du Barbier de Séville sur tous les continents. Une centaine d’enregistrements a ponctué sa carrière comme ce fabuleux Jules César de Haendel. Aventureuse, elle a abordé de nombreux répertoires dont Falla ou Janacek.J'ai pu la retrouver dans les coulisses du Théâtre des Champs-Élysées où elle répétait Les Noces de Figaro de Mozart dans la nouvelle production mise en scène par James Gray avec Jérémie Rohrer à la baguette. 
Découvert par Martha Argerich, le pianiste argentin Nelson Goerner est l’une des personnalités musicales les plus fortes de notre époque. Depuis son premier prix au Concours de Genève, il n’a cessé de conquérir une place essentielle dans le coeur du public. Amoureux du grand répertoire romantique, il est un poète du clavier autant qu’un peintre des harmonies les plus secrètes de la musique. Voici le deuxième volet d’un entretien qui s’est déroulé lors de son dernier passage à Paris.
Héritier de la grande école de piano argentin, Nelson Goerner vit à Genève où on lui a confié la classe de virtuosité créée par Franz Liszt qui fut aussi tenue par Dinu Lipatti. Ses récents enregistrements de la Sonate « Hammerklavier" de Beethoven et des Nocturnes de Chopin ont consacré un maître exigeant et sensible. Alors que paraît un nouveau disque consacré à Brahms (Alpha), Nelson Goerner accepte de revenir avec émotion sur les grands moments d’une carrière qui l’a propulsé au sommet. 
Originaire de Tbilissi, la violoniste Lisa Batiashvili a quitté la Géorgie au moment de l’indépendance. Elle vit à Munich avec son mari, le hautboïste François Leleux, et leurs deux enfants. Vingt-huit ans plus tard, alors qu’elle est une virtuose reconnue internationalement, une vague de nostalgie la traverse lors d’un retour au pays à l’occasion du 1er Festival de Tsinandali.
Ce merveilleux pianiste et chef d'orchestre hongrois nous parle de son enfance, de l’expérience douloureuse du nazisme et du communisme, du génie de la langue hongroise, et du message spirituel des grands compositeurs proches de son cœur.
Dans le monde de la musique, elle incarne la liberté mais pour cette pianiste de génie les choses ne sont pas si simples. Voici le dernier volet de notre tango argentin avec une légende du piano, la discrète et célébrissime Martha Argerich.
Elle n’est jamais là où on l’attend, à la fois transparente et insaisissable. Continuons notre tango argentin avec une légende du piano, la discrète et célébrissime Martha Argerich.
Pour ouvrir le bal, un tango argentin avec une légende du piano, la discrète et célébrissime Martha Argerich. L’imprévisible et insaisissable, pianiste d’origine argentine a répondu en toute transparence aux questions indiscrètes d’Olivier Bellamy.
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
loading
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store