Claim Ownership

Author:

Subscribed: 0Played: 0
Share

Description

 Episodes
Reverse
Quand on s’intéresse à la musique, on finit toujours à un moment ou à un autre par s’intéresser à l’œuvre de Jean-Sébastien Bach. Alors certes le compositeur a en quelque sorte posé, notamment avec les Variations Goldberg, les bases de l’harmonie moderne, mais plus de 4 siècles après sa mort de nombreux artistes se sont plongés dans son œuvre, de Glenn Gould à Wendy Carlos. Le dernier en date est français, et on le connait bien sur Tsugi Radio car c’est une des figures du label parisien InFiné. Hiver 2020, Arandel se retrouve au Musée de la Musique à Paris pour enregistrer tout un tas d’instruments anciens, parfois oubliés comme la viole de gambe, le piano carré, le luth, la vielle à roue, le clavecin, le Cristal Baschet, les Ondes Martenot, qu’il va ensuite mêler à ses synthés et ses effets pour faire naître InBach. Mais sa soif d’exploration du répertoire de Bach était loin d’être étanchée, alors en juillet 2021, il publie InBach Vol. 2 et continue à entraîner Bach sur le dancefloor et parfois même jusqu’à la pop. Aujourd’hui sur tsugiradio.fr on parle de Passacaille, de sonate et de concerto en compagnie d’Arandel. Arandel qui sera sur la scène de Petit Bain le 14 décembre en compagnie d’Heron Cendré et d’Emmanuelle Parrenin. Arandel  nous a fait un joli cadeau puisqu’à la suite de l'entretien, vous allez pouvoir découvrir en exclusivité quelques extraits d’un concert donné il y a quelques semaines à l’Opéra Underground de Lyon.
Pour le Mag de cette semaine, Rémi Pierre a eu la chance de bavarder avec TEED pour évoquer la sortie de son album, When The Lights Go Out.  Une émission où Antoine Gailhanou partage sa passion pour la musique de Pokemon sorti en 1999 sur Game Boy et on où découvre les coups de coeur du moment d'Antoine : Bibi Club, Fernie et TASTE.
Redorer le blason de la variété. C'est une mission qu'on s'est choisi à Tsugi Radio et pas que dans Serge, l'émission. Et c'est vrai que ces dernières années, l'armée de ces soldats de la chanson s'est sacrément renouvelée et agrandie avec des Générales comme Clara Luciani, Juliette Armanet, des amiraux comme Eddy de Pretto, des capitaines comme Fishbach et des lieutenants comme Fils Cara ou Zaho de Sagazan. Et ce qui fait plaisir c'est qu'à regarder la programmation des festivals de découverte, ce n'est pas prêt de s'arrêter. L'invité de Place des Fêtes aujourd'hui a toujours voulu être chanteur même si dans la campagne picarde où il a grandi on lui a dit que c'était impossible. Thibaut Blond a eu raison de s'entêter car son premier album Armes & Paillettes est sorti le 21 octobre dernier, bien accueilli par une critique déjà sous le charme des prestations scéniques de ce chanteur, beau, oui comme Bowie. Il a fait tomber le P de poète pour se doter d'un pseudo mystérieux à consonnance germanique, Oete pour nous embarquer dans un univers où se côtoient le cabaret des années 30, Ziggy Stardust, mais aussi Daniel Darc, Soulages ou Hervé Guibert. Oete a fait sien le célèbre slogan d'Act Up-Paris : danser = vivre parce que quoi de mieux qu'un beat pour célébrer ses fêlures. Oete, sera un des artistes à ne pas rater à Rennes la semaine prochaine pour Bars en Trans et il est, aujourd'hui, l'invité de Place des Fêtes en direct sur tsugiradio.fr
Dans le Mag de cette semaine, nous avons rendez-vous dans l’espace littéraire avec Nicolas Jalageas qui vient nous présenter deux essais passionnants consacré à l’anthropologie. Gros focus également sur les prochaines Trans Musicales qui feront vibrer Rennes du 7 au 11 décembre, avec, bien sûr l’infatigable Jean-Louis Brossard qui viendra à ce micro nous parler de cette 44e édition du festival rennais. Mais pour ouvrir le mag de ce 22 novembre, j’accueille une nouvelle chroniqueuse, Lola Avril. Lola qui viendra désormais chaque mois interroger nos pratiques culturelles et détricoter les liens entre musique et politique. Et alors que les joueurs de la sélection iranienne ont hier au Qatar refusé de chanter l’hymne national avant leur match dans ce qui, n’en déplaise à certains, est une coupe du monde bien politique, tu as choisi pour ta première chronique de t’intéresser à une chanson qui cumule des millions de vue sur les réseaux.
Avec Saycet

Avec Saycet

2022-11-2251:02

Ce n'était pas forcément le cas au début du siècle, mais il semblerait que le cinéma français en pince aujourd'hui pour les musiciennes et les musiciens issu.e.s de la scène électronique hexagonale : Chloé, Para One, Arnaud Rebotini, Laurent Garnier, Agoria, Rone... pour n'en citer que quelques-uns. Et pour tout vous dire ça fait bien plaisir car malgré plus de 30 ans d'existence, un musée à Détroit, des récompenses, un engouement public et j'en passe, c'est comme si les musiques électroniques devaient encore démontrer leur légitimité, si l'on en juge par la répression dont elles font parfois toujours l'objet dans certains pays. Ce qui fait plaisir aussi c'est de voir aussi comment la musique à l'image permet à des artistes aux univers parfois singuliers, qui ne caracolent pas en tête des streams, de continuer à vivre de leur passion. Au-delà de ces considérations, c'est vrai que dans sa nature aussi la musique électronique est un formidable outil d'expression pour une nouvelle garde de cinéastes, comme par exemple le duo FGKO, qui dont le dernier film vient de sortir en salles. Un film dont le titre est déjà tout un univers sonore en soi qui a sans doute inspiré mon invité du jour quand il s'est attaqué à la bande originale. Ce film il s'appelle, Du crépitement sous les néons, et celui qui signe cette BO, c'est le musicien parisien, Saycet. Place des Fêtes épisode 180, en direct sur tsugiradio.fr.
Julia Jean-Baptiste en live avec plein d'ami.e.s qui défilent au micro : Antoine Dabrowski fête les 7 ans de Tsugi Radio en direct de la Folie L1.
À mi-parcours de la tournée pour les 15 ans de Tsugi, on retrouver toute la team à Bordeaux en direct de l'iBoat avec un plateau ultra chic : Laurent Garnier, Olympe 4000 & Lion's Drums.
Avec Zimmer

Avec Zimmer

2022-11-0822:52

Amour, c'est le titre du deuxième album du producteur parisien Zimmer, le plus italo-disco de l'écurie Roche Musique. Interview avec le musicien qui a découvert la musique électronique lors d'une fête de la musique avec Joachim Garraud aux platines.
Place des Fêtes, c'est le rendez-vous musique et culture de Tsugi Radio chaque mardi en direct. On parlera pinard avec Antonin Romeas du Baccus Social Club qui nous emmène au MIAM! Chez Bastien à Toulouse. Mais aussi punk italien avec notre chroniqueur italophile Benoît Felix-Lombard et le groupe CCCP. À ce micro cette semaine, Alexis Bernier, le directeur de la publication de Tsugi pour parler de notre couverture événement consacrée à l'argent du live. Mais pour commencer cette émission, on va parler de notre sujet de prédilection : l'émergence. Comment repérer et accompagner de jeunes artistes ? Comment leur fournir les outils et l'aide dont ils ont besoin pour qu'ils rencontrent leur public ? Comment remettre de l'humain dans un monde de plateformes et d'algorithmes ? C'est une des missions du FAIR, un dispositif créé en 1989 par le Ministère de la Culture. On parle de tout ça aujourd'hui sur tsugiradio.fr avec mes deux premiers invités : Julien Soulié, le directeur du FAIR, et une ancienne lauréate qui a ses habitudes sur Tsugi Radio, la productrice et DJ Calling Marian.
On a beaucoup parlé depuis 15 jours du festival bizarre qui a agité le Nord du Parc de la Villette mais je voulais quand même vous faire part de ce qui s’est passé samedi soir au Pavillon Villette. Le Pavillon Villette c’est l’ancienne maison des vétérinaires à l’époque où ici, c’était des abattoirs. Un grand cirque de béton au milieu duquel les équipes d’à la folie ont construit un ring de box qui servait samedi de scène à un cabaret fabuleux, dont la tête d’affiche n’était autre que John Cameron Mitchell, le comédien et réalisateur culte de Shortbus et de Hedwig and the angry Inch. Il est venu en toute simplicité interpréter les chansons de son film, reprises en chœur par un public des étoiles plein les yeux. Il fallait un peu se pincer pour y croire. Il était là, les gens lui tendaient la main, visiblement ému de l’accueil. Le collectif AÏE à la manœuvre derrière cette soirée a raconté les innombrables témoignages du public disant tous l'impact que les films de l’Américain ont eu pour eux, quant, adolescents, parfois seuls à la campagne ou dans des petites villes, ils n’avaient aucun modèle. La force émancipatrice du cinéma et de la musique, c’est bien cela qu’on a célébré pendant deux incroyables week-end du festival Bizarre. Vivement le mois de mai et la 4e édition de Bizarre qui va sans aucun doute frapper encore plus fort. Pour se remettre de nos émotions, une place des fêtes un peu plus courte qu’à l’accoutumée où il sera question de deux premiers romans, où la musique occupe une place centrale, au menu de la chronique de notre libraire, Nicolas Jalageas. Pas mal de nouveautés dans cette émission puisque les sorties pleuvent en ce moment, et puis on va parler de la question sensible du droit d’auteur et de la protection des œuvres avec Julien Dumon de la SACEM. Mais d’abord, Le Désamour, nouvel extrait de l’album du futur album de Julia Jean-Baptiste, qui sera ce jeudi en concert à la felicita. Julia Jean-Baptiste sur le player de la tsugi radio.
"C'est un programme éducatif", voilà ce qu'a répondu Daphné Burki lorsque Nicky Doll, lors du 1er épisode de DragRace France, lui demandait si ses enfants étaient devant leur poste de télévision. Et c'est vrai qu'on en a appris des choses avec cette première saison, parexemple qu'une femme trans, La Briochée, pouvait très bien être drag queen. Et comme ses sœurs, en sortant de scène, on a vu les seins d'une femme trans sur une chaîne du service public, et ça, ça n'est pas rien. Mais ce qu'on savait déjà, c'est que l'histoire a une fâcheuse tendance à se répéter. Ru Paul's Drag Race a débuté en 2009 sur une obscure chaîne du câble avant de basculer sur unechaîne nationale, VH1. Ici, France télévisions comptait réserver le concours à sa plateforme France TV Slash, mais face au succès a choisi de diffuser tous les épisodes sur France 2. Voilà qui ne va pas rassurer Eugénie Bastié et Pascal Praud ! Quand on dit drag queen, on a plein d'images en tête : Divine, Priscilla folle du désert, mais existe-t-il une véritable culture du drag enFrance ? Qu'est-ce que le succès de Drag Race France change pour la scène ? Qu'en est-il des drag-kings ? Est-ce qu'on peut en vivre ? Au-delà de la nuit, quel rôleles drag-queens et les drag-kings peuvent jouer dans la société ? Autant de questions, auxquelles on va tenter de répondre, pour le 2ème week-end de Bizarre, le festival pour communautés curieuses initié par les copines d'à la folie. Avec moi autour du micro Chriss Lag, réalisatrice du documentaire Paroles de King ! , Minima Gesté, drag-queen et animatrice des bingo drag d'à la folie et aussi Victoria Lachose, membre de Discoquette.
Ce mois-ci, Olivier Forest évoque "Le monde de demain", la série sur arte.tv qui évoque les débuts de NTM et de la scène hip hop parisienne. Tandis qu'Angèle Chatelier parle de l'importance des tremplins pour les jeunes artistes avec Eesah Yasuké, une des lauréates de la dernière édition des Inouïs du Printemps de Bourges.
Avec Jeanne Added

Avec Jeanne Added

2022-10-1855:57

À nos côtés. Jeanne Added revient cet automne, touteproche de nous. En trois albums, et un gros EP, Air, la chanteuse auraprobablement exploré plus de territoires artistiques que d'autres en toute unecarrière. Du rock tempêtueux de Be Sensational, à la techno mélancolique deRadiate, sans oublier le jazz des débuts, jusqu'à ce troisième album, By YourSide, où l'on ressent le souffle de sa voix à chaque instant. Une voix mutanteet multiple qui rebondit, élastique, sur des grooves lumineux. Cet album, dontl'écriture a duré une année, elle l'a réalisé avec le brillant Renaud Létang.Deux belles âmes qui sont musique jusqu'au bout de leurs doigts et dont latroublante alchimie frappe avec une justesse saisissante. Le chemin de JeanneAdded c'est celui vers la lumière mais comment apprécier la lumière sansassumer sa part d'ombre ? Comment être heureux si l'on ne sait pas êtremalheureux ? By Your Side est un disque qui donne envie de rire, de pleurer, dedanser et d'être amoureux, même si on sait que ça ne va pas être facile tousles jours. Jeanne Added sera jeudi avec son nouveau live sur la scène du GrandRex à Paris, avant que vous ne la retrouviez un petit partout en France. Etelle est ce soir l'invitée très spéciale de la 176ème Place des Fêtes, endirect sur tsugiradio.fr
Depuis jeudi, dans le Nord de notre Parc de la Villette, s'est élancée la 3ème édition de Bizarre, un festival queer, curieux et essentiel, qui célèbre la vitalité des artistes et des initiatives des communautés LGBTQIA+. Bizarre, c'est deux week-ends chargés en fêtes, en paillettes, en échanges et en rencontres. La fête, mes 3 invités de ce soir la pratique mais chacun à leur manière. À partir de 20h, le producteur, DJ et ancien homme de radio, Domenico Torti, qui a livré une version savoureuse du tube de Chagrin d'Amour, Chacun fait ce qu'il lui plait, prendra les platines, juste avant qu'on aille retrouver au choix le pavillon villette avec Barbieturix et leurs invité.e.s, ou à la folie et la célèbre soirée Mustang. Mustang où figure ce soir au line-up, l'Américain Juan MacLean, figure de Brooklyn et des labels DFA et Correspondant, assez rare derrière un micro. Juan MacLean qui nous fait le plaisir de passer ce soir par la Folie L1 du Parc de la Villette. Mais studio un petit peu plus inclusif aussi parce que ce soir, exceptionnellement, on a  décidé d'ouvrir nos portes et d'accueillir quelques auditeurices dans notre petite cabane dont il a fallu un peu pousser les murs. Le premier artiste de cette soirée Bizarre vient de sortir, Théorème, un 3ème album audacieux produit par la moitié de Yelle, Grand Marnier. Virage musical assumé pour celui qui a représenté la France à l'Eurovision en 2019 avant d'arriver en finale de Danse avec les stars au bras d'un autre homme, pour finir élu personnalité LGBT de l'année par le magazine Têtu. Dans une société où les propos et les actes LGBTphobes sont toujours trop fréquents, il est bon d’entendre les voix de Kiddy Smile, Hoshi ou Bilal Hassani. Et ça tombe bien – et on est même un peu fier - parce qu’aujourd’hui, Bilal Hassani est l’invité de Tsugi Radio.
Se réunir, se retrouver, se rencontrer, se découvrir, échanger, se confronter parfois, on fait tout ça au MaMA tout les ans au mois d'octobre sur le boulevard de la chanson - appellation non officielle - de ce bout de Paris surligné par le métro aérien et qui s'étend de FGO Barbara dans le quartier de la Goutte d'Or à Backstage By The Mill à côté du cimetière Montmartre. Cette année le MaMA se rebaptise Music and Convention avec plus de 6000 délégués professionnels venue de toute l'Europe parfois même au-delà, puisque l'édition 2022 accueille Nora Felder, rien moins que la music supervisor de la série phénomène, Stranger Things. 13e édition de ce MaMA qui a vocation à réunir tous les acteurs de la filière musicale : les labels, les producteurs de spectacle, les médias, les différents syndicats, les sociétés de collecte de droits, les techniciens, les artistes, les médias... une filière éprouvée par les multiples crises, inquiète face à l'explosion des coûts au public qui a pris d'autres habitudes cultures, au défi de la transition énergétique et j'en passe ! Mais une filière qui a l'image du public a faim de musique, de concerts, de projets et d'innovation, une des autres jambes de ce MaMA. Tsugi Radio en direct du Trianon, avec Rémi Pierre aux manettes, pour se faire le haut-parleur de tous ces enjeux qu'ils soient artistiques, économiques, environnementaux ou sociétaux. Je recevrai tout à l'heure, Romain Laleix, le directeur général délégué du Centre National de la Musique, que le MaMA a sans doute un peu contribué à faire exister - mais aussi Bénédicte Froidure qui pilote le comité de programmation artistique du MaMA, comité qui a eu la bonne idée de proposer à Charles Dollé, nouvelle et très attachante signature de Tricatel, de jouer ce soir à 19h30 à la Boule Noire. Place des Fêtes au MaMA avec aussi nos chroniqueurs Benoît Felix-Lombard, italien de cœur qui évoque le parcours de Gianni Nannini, et Antonin Romeas de Baccus Social Club qui reçoit Quentin, qui dirige la cave Poison à Toulouse.
Un Mag en plein milieu du dancefloor cette semaine ! Tout d'abord avec notre spécialiste jeux vidéo qui nous embarque dans l'univers d'Hotline Miami et puis avec Nicol. Le DJ et producteur, fondateur du collectif AÏE et résident de Microclimat et de la Culottée, sortira son premier maxi le 28 octobre sur le label de Chloé, Lumière Noire.
S'il y a quelques années notre ancien président craignait la fracture sociale, aujourd'hui c'est une fracture bien plus profonde qui nous inquiète. Il n'y a pas que les gauches qui sont irréconciliables, n'en déplaise à Manuel Valls. Il y aussi des pans entiers de la société qui ne s'adressent plus la parole. Entre les fans d'Hanouna et ceux de Yann Barthès, Guillaume Meurice et les réacs qui défilent à son micro, Pascal Praud et l'abc de Bertrand Chameroy. Les sondages  qui se sont encore largement trompés quand ils prévoyaient une large victoire de Lula au premier tour face à Gargamel au Brésil. Et, nouveauté de la semaine, CNews, qui ne se cache même plus et qui se prend à rêver de  l'avènement de la République de Gilead en France avec une émission qui s'appelle "En quête d'esprit" et qui consacre un épisode entier, je cite, aux "forces du mal qui menacent notre société et qui sont pire qu'un virus". Diantre. Avec tout ça on est très loin de la sono mondiale et de United Colors of Benetton.. Et pourtant il y a des groupes qui portent dans leur histoire, leur ADN : une vision d'un monde sans frontières, multi-culturel et généreux. Le trio que je reçois aujourd'hui est composé d'une Japonaise, d'un Britannique d'origine Jamaïcaine et d'un Suédois. Ils se sont retrouvés autour de leur amour pour Paris, de leur goût du dancefloor, du rock et du funk. Vendredi 14 octobre, c’est la sortie du 4e album de Tristesse Contemporaine, avec un titre qui à nous ici nous fait plaisir : UNITED ! Tristesse Contemporaine, invité de cette Place des Fêtes, en mondovision, en direct sur tsugiradio.fr
Dans le Mag de la semaine, on ira faire un tour à Marseille pour la Fiesta des Suds qui s'apprête à célébrer ses 30 ans du 6 au 8 octobre, entre l'esplanade du J4 au pied du Mucem et le Dock des Suds où se tiendront les Fiestas Clubs, deux soirées qui réuniront une bonne partie de la scène électronique underground de la ville. Beaucoup de sorties d'albums en ce moment : Rémi Pierre nous aide à faire le point et s'attarde sur les disques d'Alex G et de Nils Frahm en hommage à nos amis les bêtes. Mais d'abord c'est de livres dont il va être question avec Nicolas Jalageas qui vient avec deux ouvrages : "Ainsi pleurent nos hommes" de Dominique Celis (Philippe Rey) et "Taormine" d'Yves Ravey (Éditions de Minuit).
Avec Florent Marchet

Avec Florent Marchet

2022-09-2752:11

C'est à une drôle de Garden Party que l'invité de Place des Fêtes aujourd'hui nous convie. Ses dernières nouvelles discographiques remontent à 2014. Il était alors à bord de Bambi Galaxie, un vaisseau spatial aux relents groove en quête d'une planète habitable pour lui et sa famille. Huit après, le retour sur le plancher des vaches est implacable. Florent Marchet, regarde à l'intérieur de nos pavillons, à travers les rideaux, et ausculte la vie de ses compatriotes, avec tendresse mais aussi un peu d'inquiétude. Garden Party c'est une galerie de portraits de cette France qu'on dit périphérique, pas vraiment pauvre, mais pas du tout riche. Une ode à notre quotidien banal, parfois brutal, où il faut bien trouver un peu de tendresse et de poésie. Un peu comme à ses débuts avec Gargilesse, Rio Baril ou Courchevel, Florent Marchet chante notre époque avec beaucoup de justesse. La grâce des mélodies et l'élégance d'arrangements qui n'en font pas des tonnes et donnent à nos larmes un peu d'espoir et de réconfort. Comme il le dit si bien sur la chanson qui referme le disque : "laissons l'enfer aux milliardaires". Et ça tombe parce qu'ici on n'est pas en enfer, on est Place des Fêtes et on s'y retrouve, "En famille", avec Florent Marchet.
On va grimper dans un train direction Strasbourg et l'Ososphère qui se tiendra dès ce week-end et qui accueille une étape du Tsugi Birthday Tour avec notamment le résident de Tsugi Radio Mo Laudi. Juste avant, Olivier Forest viendra nous parler de William Klein, disparu, pas de chance, entre la Reine et Jean-Luc Godard. Mais d'abord c'est de jazz dont il va être question. Vous le savez sur ces ondes on aime bien parler du jazz parce que c'est une musique vivante avec des artistes attachants à l'image du saxophoniste que notre nouvelle chroniqueuse, Angèle Chatelier, a rencontré pour nous. Un musicien de jazz mais qui aime aussi le rock ou la musique électronique. Un musicien qui s'appelle Laurent Bardainne.
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store