Claim Ownership

Auteur:

Abonnements: 0Lu: 0
partager

Description

 Episodes
Reverse
C’est le dernier épisode de la saison 2 ! Urban Art Podcast fait une pause pendant l’été et revient à la rentrée prochaine pour vous faire vivre encore plus de voyages passionnants, racontés par nos street-artists voyageurs. Dans cet épisode spécial, Urban Art Podcast part à la rencontre d’Alexandre Latscha, cofondateur de PDP Gallery. Galeriste et assistant d’artistes, il possède un amour infini pour la scène urbaine espagnole. Alexandre a fondé PDP Gallery fin 2015 avec son frère Mathieu, sur un modèle bien particulier : l’itinérance. De voyages en voyages, les deux frères vont suivre ces artistes espagnols, comme Manolo Mesa, Virginia Bersabé, Mohamed Lghacham, Inigo Sesma et bien d’autres, pour partager leur passion au public français, mais aussi international. Alexandre et Mathieu ont pris sous leurs ailes des artistes tous originaires de différentes régions de l’Espagne, mais dont la peinture se rejoint sous un thème commun : la mémoire. Lieux abandonnés, personnes âgées, techniques artistiques traditionnelles… Des sujets oubliés qui prennent soudain vie dans la peinture de ces artistes espagnols. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Pdp Gallery sur Instagram : @pdp_gallery_df Visiter le site internet : pdpgallery.com *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟
Membre des crews parisiens STS et CLM, Seth a commencé le tag et le graffiti dans les années 90, sur les murs de la capitale puis sur des trains. Son blaze, on ne le voit pas uniquement aux abords des gares parisiennes, mais aussi dans plusieurs villes du monde. Au fil de ses voyages à l’étranger, Seth tisse des connexions avec des graffeurs locaux. En 2016, il part à Bogotá en Colombie. Ville entièrement recouverte de fresques, Bogotá possède dans sa culture une longue tradition du muralisme. Là bas, Seth rencontre les membres du crew KAVS, avec qui il fait l’expérience du graffiti sur des murs immenses dans la ville. Une expérience marquée aussi par quelques péripéties… *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Seth sur Instagram : @seth_clm *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟
Lima Lima est une artiste plasticienne et murale, issue d’une formation de peintre en décors d’intérieur pour le spectacle vivant. C’est lors d’un voyage qu’elle découvre le street art, l’art de peindre dans l’espace public. En 2013, elle décide de tout plaquer pour vivre plusieurs mois dans la ville de Bethléem en Palestine. Pour la première fois, elle tient des bombes de peinture entre ses mains, et inspirée par la culture locale et l’artisanat du pays, elle prend conscience que la pratique en extérieur peut être un mode d’expression et de partage d’une grande richesse, différente de l’atelier. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Lima Lima sur Instagram : @lima.li.ma *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟 Pour suivre toutes les actualités de Urban Art Podcast cliquez ici.
Pourquoi sommes-nous si attachés aux personnages de fiction ? Ceux qu’on croise dans les films, dans nos séries Netflix préférées ou encore dans les bande-dessinées. Batman, Spiderman, Iron Man… Au fil de l’histoire, on tisse une relation particulière avec ces super-héros. Par leur mode de présence, leur caractère répétitif, leur intégration dans un univers semblable au nôtre, les personnages de fiction s'immiscent dans notre vie. Et si la fiction nous permettait de mieux comprendre le réel ? Roland Barthes affirmait que le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés. Mythologiser sa vie apparaît alors comme un modèle de connaissance de soi et des autres. C’est tout le travail de Noty Aroz, ce duo de street-artistes qui créent de nouvelles divinités, autour de personnages fictionnels, pour répondre au besoin spirituel de la société contemporaine. C’est la Mythologeny, la mythologie du futur. Dans cet épisode, les deux artistes racontent leur périple en Italie, pour résoudre une énigme posée par le “Professeur”, le fondateur de la théorie du syncrétisme fictif, le texte à la base de la Mythologeny. En 2019, Noty Aroz sont partis à la recherche d’un mystérieux symbole, formé d’un triangle pointé vers le bas, d’une croix et d’un triangle pointé vers le haut. Leur enquête les mènera jusqu’au village de Domicella, près de Naples, où ils feront la rencontre d’un étrange groupe religieux… Un voyage mystique où vous entendrez des archives audio, partagées par Noty Aroz. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Noty Aroz sur Instagram : @noty_aroz *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟 Pour suivre toutes les actualités de Urban Art Podcast cliquez ici.
On a tous déjà rêvé d’un peu de grandeur. De prendre de la hauteur pour voir ses rêves d’un peu plus près. Et quand ceux-ci se réalisent, on se dit que la vie est magique. C’est le sentiment qu’a ressenti l’artiste plasticien Matthieu Dagorn, en 2019. Membre du 9ème concept, il a été invité à participer au festival Lightning in a Bottle, à Bakersfield en Californie. Electro, yoga et arts visuels cohabitent durant toute la durée du festival. Connu pour ses installations monumentales, Matthieu Dagorn a réalisé une sculpture géante, entièrement à base de matériaux de récupération. Une expérience qui lui a permis de toucher ses rêves du bout des doigts. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Matthieu Dagorn sur Instagram : @matthieudagorn *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟 Pour suivre toutes les actualités de Urban Art Podcast cliquez ici.
Comment se sentir à sa place lorsqu’on évolue dans un milieu qui n’est à l’origine pas le nôtre ? Lorsque certains codes sociaux nous échappent ? Si la notion de classe sociale hiérarchise et divise les humains en différents groupes selon leur niveau de vie et leur bagage intellectuel, l’art, et particulièrement le graffiti, a ce pouvoir de transcender les frontières sociales. Et c’est précisément l’expérience singulière qu’a vécu le duo Lek & Sowat, à la Villa Médicis à Rome. Lek & Sowat sont connus pour leur goût partagé de l'urbex et leurs installations in-situ. A la Villa Médicis, résidence d’artistes jusqu’alors réservée à l’art “noble”, Lek & Sowat se sont imposés comme les premiers artistes issus du graffiti à exposer dans cette institution, vieille de plusieurs siècles. En 2015 et pendant un an, ils ont repoussé leurs limites : des expérimentations en atelier à l’exploration de la ville en passant par la réalisation de projets in-situ, l’année romaine de Lek & Sowat a été un véritable combat artistique pour légitimer la pratique du graffiti. Pari réussi. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Lek & Sowat sur Instagram : @sowat_dmv ; lek_____75019 *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟 Pour suivre toutes les actualités de Urban Art Podcast cliquez ici.
Kashink est une artiste et activiste qui pratique un art public et engagé depuis les années 2000. Avec ses deux traits en guise de moustache au-dessus des lèvres, Kashink est reconnaissable entre mille, tout comme son style : des personnages protéiformes, de toutes les couleurs, souvent à quatre ou même huit yeux. En 2019, elle est invitée à Bangkok, en Thaïlande, pour peindre dans la ville avec d’autres artistes, dont Jace. Dans cet épisode, Kashink nous parle d’une ville hétéroclite et dynamique, où microcosme et macrocosme cohabitent ensemble. Entre peintures institutionnelles et rencontres décalées, Kashink nous plonge dans le récit de ses aventures urbaines et artistiques. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Kashink sur Instagram : @kashink1 *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟 Pour suivre toutes les actualités de Urban Art Podcast cliquez ici.
Vous aussi, vous avez sûrement déjà fait ce voyage à l'étranger, avec une bande d'amis. Celui où on part vers l'inconnu, sans rien vraiment préparer. Mais avec une idée en tête : découvrir l'ailleurs. Et c'est sûrement l'un de vos plus beaux souvenirs de voyage.  Bienvenu.e.s dans la saison 2 de Urban Art Podcast. Dans cet épisode, ce n'est pas un, mais deux artistes que vous allez entendre. Ndek et Dja sont membres du crew GAP, très actif à Cergy (Val d’Oise) dans les années 90. Enregistrés séparément, leurs témoignages se répondent mais parfois les souvenirs s'opposent... Les deux graffeurs racontent leur traversée de l'Italie en 1999, pour rejoindre Milan. Avec un objectif en tête : peindre le fameux métro. Découvrez deux voix et deux regards différents sur le même voyage. Bonne écoute ! *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟 Pour suivre toutes les actualités de Urban Art Podcast cliquez ici.
C’est la fin de la saison 1 de Urban Art Podcast. Pour cet épisode spécial, nous n'explorons pas l'art urbain dans une ville étrangère, mais bien à Paris ! Ninin est un artiste argentin installé à Paris depuis 2013. A l’âge de 20 ans, Ninin entame son premier long voyage à Paris, pour s’inspirer et découvrir une nouvelle culture artistique. Dans les rues de Montmartre, le coup de foudre est immédiat. Le jeune artiste décide alors de quitter sa ville natale Córdoba pour vivre de son art à Paris. Après plusieurs mois à vendre ses dessins dans les rues parisiennes, une rencontre va considérablement bouleverser sa démarche artistique… Urban Art Podcast revient à la rentrée prochaine avec encore plus de nouveautés ! *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Ninin sur Instagram : @ninin_art *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles sur Apple Podcasts ! 🌟
Graffeur, auteur et scénariste de bande-dessinées, Tarek est un artiste complet qui puise ses inspirations dans le continent africain. Sur les murs comme sur les toiles, il peint des masques, qui possèdent une valeur symbolique très forte en Afrique. En 2016, il est invité par Carole (galerie Kvasnevski) à Kribi au Cameroun pour participer à un festival d’art contemporain, avec des artistes locaux. Alors que surviennent des complications, il décide de continuer l’aventure autrement. Il parcourt Kribi pour trouver des murs à peindre... des rencontres inattendues marqueront définitivement sa réflexion autour de la symbolique du masque.  *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Tarek sur Instagram : @tarekby Les artistes cités : @rostandpokampaintings, @simonbinna578 *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Des diamants en deux dimensions, faits de miroirs recyclés et parfaitement symétriques. C’est le symbole de l’artiste Le Diamantaire, qui parsème les murs de nombreuses villes dans le monde. Parmi elles : Los Angeles. Invité en 2013 par l’artiste américain Kai, Le Diamantaire se lance à l'assaut de la Cité des Anges avec Combo, pour envahir les rues de leurs collages. Alors que l’art urbain semble peu présent dans la ville à cette époque, Le Diamantaire découvre une autre conception de l’art, davantage considéré comme un produit marchand.  Plongez dans le cœur artistique de L-A dans l’épisode 7 de Urban Art Podcast ! *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Le Diamantaire sur Instagram : @lediamantaire_artist *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
En mai 2014, alors que l’Art Basel bat son plein au cœur de Hong Kong, Stoul est invitée par Street Art Fever pour réaliser trois performances. Là-bas, la jeune artiste issue du mouvement graffiti se frotte à un monde où l’art est synonyme de luxe. Influencée par la culture asiatique dans ses œuvres, la jeune artiste considère ce voyage comme une opportunité pour aller plus loin dans sa démarche artistique. Après ses trois performances dans l’espace public, au Conrad Hotel et chez l’éditeur de meubles Kartel, Stoul commence à géométriser ses personnages pour s'orienter vers l’abstraction. *** Une création de Laura Barbaray (@laurabarbaray) Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Stoul sur Instagram : @stoulpeintresse *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Pour la nouvelle année, nous vous proposons deux épisodes “spécial New York” diffusés en janvier et février ! Pionnière du graffiti, la ville de New York est un territoire riche d’inspiration, où tout semble possible. Deux artistes, deux expériences et deux regards différents sur la même ville. Pendant six mois, Oji a vécu à New York pour s'accorder une parenthèse dans sa vie professionnelle. En 2015, il se décide alors à partir pour exercer sa passion : la peinture. Là-bas, il propose ses services pour repeindre les rideaux en fer de quelques shops. Il fait la rencontre de plusieurs artistes, graffeurs, tatoueurs, scénaristes, qui lui font prendre conscience que devenir artiste est un rêve qu’on peut réaliser. De Bushwick à Bedstuy en passant par Red Hook, Oji peint dans presque tous les quartiers de New York : des murals qu’on peut voir encore aujourd’hui. *** Une création de Laura Barbaray. Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards) *** Suivre Oji sur Instagram : @ojidjo Les artistes cités : Brooklyn Knight, @138films, @thebushwickcollective, @jorit, @hugofulop, @spreadartnyc *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Pour la nouvelle année, nous vous proposons deux épisodes “spécial New York” diffusés en janvier et février ! Pionnière du graffiti, la ville de New York est un territoire riche d’inspiration, où tout semble possible. Deux artistes, deux expériences et deux regards différents sur la même ville. Artiste issu de l’art urbain, Kelkin construit son œuvre autour du motif du labyrinthe, comme la métaphore de nos vies. En octobre 2019, Kelkin part à New York pendant deux semaines, avec l’envie de rassasier ses rêves de grandeur. De Manhattan à Brooklyn, l'artiste se laisse porter par le hasard de ses déambulations dans les rues new-yorkaises, spray et marqueur à la main. Plein d’énergie, Kelkin peint sur les hauts buildings et fait la rencontre légendaire de Mike 171, SJK 171 et Taki 183, pionniers du mouvement graffiti à New York dans les années 1960. Des rencontres qui lui donneront l'inspiration dès son retour en France. Rendez-vous le mois prochain pour l’épisode 5 “spécial New York” ! *** Une création de Laura Barbaray. Musique : Charly Brown (@just_charly_brown) Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Suivre Kelkin sur Instagram : @kelkin.klk Les artistes cités : @mike_171, @sjk_171, @taki183, @138films *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Illustratrice et membre du collectif Le 9ème Concept, Olivia de Bona conjugue nudité féminine et personnages de conte dans ses créations, et tente de saisir l'ambivalence des corps. En septembre 2017, Olivia part en résidence à Alger, accompagnée de Kraken. Après un premier échange à Marseille avec deux artistes algériens, Lmnt et Serdas, les quatre artistes se retrouvent pour réaliser une fresque à l’intérieur de l’Institut Français d’Algérie. Olivia raconte comment les valeurs du pays ont influencé son art, entre pudeur et désir d’émancipation. *** Une création de Laura Barbaray. Musique : Charly Brown (@just_charly_brown), avec un sample du titre “Ecoute-moi camarade” de Rachid Taha. Illustration : David Miège (@sundayboards). *** Olivia de Bona (@olivia_de_bona) vous conseille de regarder le clip de The Blaze “Territory”, qui décrit avec justesse la jeunesse algéroise. The Blaze - Territory - Official Video - YouTube *** Retrouvez sur Instagram les artistes évoqués dans l’épisode : @__kraken_ @lmnt1 @ser.das @sneakhotep.one @inkindustriz (qui rassemble les jeunes artistes algérois) *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Tim Zdey est un artiste globe-trotteur. Du Brésil au Népal, en passant par la Colombie, il s’engage auprès des populations à travers la peinture. En février, juste avant le confinement, Zdey part à Mossoul en Irak avec l’association Artivista, pour peindre un mur de 200m² dans l’université de la ville. Une collaboration avec 14 étudiants des beaux-arts, qui porte une message fort : "demain sera plus beau qu'hier".  Meurtrie par les bombardements, Mossoul laisse place à la reconstruction culturelle, sous les couleurs pop de Zdey.  *** Une création de Laura Barbaray.  Musique : Charly Brown (@just_charly_brown), avec un sample du titre “Nouhi (studio home concert)” de Beshar al Azzawi.  Illustration : David Miège (@sundayboards).  ***  Suivre Zdey sur Instagram : @zdey_zdey_zdey  Pour aller voir la fresque : https://artivista.fr/en-irak/  *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Writer et militante féministe, Lady.K considère le graffiti comme un acte d’émancipation. En février 2020, elle voyage à Moscou pour la deuxième fois. Vêtue d’un élégant manteau blanc à fourrure, l’artiste arpente les rues de la capitale de la Russie, les couloirs richement décorés du métro et surtout les voies ferrées enneigées pour poser ses lettrages. Avec Rasko ou encore les TGK, graffeurs d'origine russe, Lady.K s’approprie la ville aussi activement qu’à Paris, tout en s’adaptant à ce nouvel espace urbain très surveillé.  ***  Une création de Laura Barbaray.  Musique : Charly Brown (@just_charly_brown), avec un sample du titre “Two Guitars” par Ivan Vassiliev et Apollon Grigoriev.  Illustration : David Miège (@sundayboards). Suivre Lady K sur Instagram : @lady.k_156 *** Pour nous soutenir, abonnez-vous au podcast sur votre plateforme d'écoute préférée, et laissez-nous des commentaires avec des étoiles ! 🌟
Urban Art Paris, l'asso qui soutient le mouvement graffiti et street-art, lance son premier podcast original !  Urban Art Podcast vous embarque au cœur des aventures urbaines, vécues par des street-artistes nationaux dans un pays étranger. Tous les mois, vous entendrez des histoires vraies racontées par des graffeur-euse-s de toutes les générations qui ont osé voyager au delà de nos frontières, pour découvrir, s'inspirer, ou bien tout simplement s'approprier à coups de sprays les rues d'une ville inconnue. Pour le premier épisode, enfilez vos bottes et vos gants (et vos écouteurs), et laissez-vous guider sur les pas d'une graffeuse voyageuse, bien connue du métro parisien... A très vite ! *** Une création de Laura Barbaray. Musique : Charly Brown (@just_charly_brown). Graphisme : David Miège (@sundayboards). *** Suivez-nous sur Instagram (@urbanartparis), Facebook (Urban Art Paris) et Twitter (@UrbanArtParis).
Commentaires (1)

Laura Barbaray

🙏🙏

Oct 6th
Réponse
Télécharger sur Google Play
Télécharger sur l’App Store