Vlan!

Vlan!

Author: Gregory Pouy

Subscribed: 8,603Played: 81,015
Share

Description

Vlan, c'est un podcast pour mieux comprendre notre société sans blabla ou prise de tête. Vlan, c'est une discussion entre Grégory Pouy et une personne éclairée et passionnée - Chercheur, anthropologue, journaliste... avec autant que possible un angle positif. Tous les mardi, recevez un nouvel épisode court pour comprendre les grands mouvements du moment
100 Episodes
Reverse
[Rediffusion de l'épisode 50] Olympe de G! Derrière ce pseudo se trouve est une femme mutlifacette, entre autre réalisatrice et actrice de films X alternatifs (ou féministes si vous préférez). D'ailleurs, elle a besoin de vous pour son prochain film pour lequel elle fait un KisskissBankbank!Ceci est l’épisode 50 de Vlan et je voulais marquer le coup avec un sujet qui me tient à coeur même s'il peut sembler sensible pour un homme de l’aborder.Ce thème est sujet sociétal important car comprendre l’évolution de la relation de la femme à sa sexualité doit parler à un peu tout le monde.Nous en discutons avec sérieux mais sans intellectualiser et nous abordons le plaisir féminin, la sexualité mais aussi les films X. Ces derniers sont une part essentielle du "combat" d'Olympe de G que ce soit dans la manière de les produire mais aussi pour leurs impacts sur l’éducation sexuelle.
Alain Viala est un sociologue littéraire, professeur émérite à la Sorbonne et à l'université d'Oxford et il a écrit 2 livres autour de la galanterie.Le dernier opus: La galanterie, une mythologie française (au Seuil) nous ouvre les portes d'une compréhension largement élargit de ce terme qui peu sembler désuet mais qui recouvre énormément de choses: de la peinture, de la musique, des soirées, des comportements aussi.Au final, la galanterie est un style, une marque de fabrique et nous avons en France une relation toute particulière avec ce style justement.C'est ce dont nous discutons avec Alain Viala.Est-ce que la galanterie est une marque d'un sexisme bienveillant ou malveillant?Est-ce que la galanterie est une forme de politesse?Doit on quand on est un homme être galant avec les femmes? Et l'inverse? Les femmes peuvent-elles être galantes?J'ai décidé de le recevoir car moi même je n'étais pas très au clair avec cette notion en tant qu'homme.Par conséquent il m'a semblé important de mieux comprendre et ensuite de partager avec vous afin que vous puissiez à votre tour mieux appréhender la question et vous faire un avis éclairé sur ce "petit" terme qui fait débat mais que l'on maîtrise plutôt mal.
Maxime de Rostolan est le fondateur de ferme d'avenir et plus récemment de La Bascule, un mouvement citoyen pour essayer de faire bouger les choses.Après avoir été voir les entreprises, l'état, il reste convaincu que c'est un mouvement citoyen qui pourra nous faire basculer dans une nouvelle manière de consommer.Nous savons tous, plus ou moins, que l'humanité va dans le mur si nous continuons à vivre à ce rythme et que cela impliquera des conséquences nécessairement très importantes même si les scientifiques se gardent bien de sortir leur boule de cristal pour prédire précisément les conséquences.Dans ce contexte, il y a 2 postures: ne rien faire ou faire quelque chose.Cela peut être aussi simple que de générer des conversations autour de soi ou comme Maxime de créer un mouvement d'ampleur pour montrer au gouvernement la volonté d'une partie non négligeable de la société de bouger.L'idée de la Bascule c'est de célébrer l'an zéro, celui à partir duquel on modifie tout, on s'engage pour voir s'enclencher les transitions nécessaires.Ca se passe les 30/31 aout et le 1er septembre sur le plateau de Millevache et comme il le précisera chacun est le bienvenue.Utopique? Oui sans doute mais c'est sans doute préférable à la dystopie.Maxime nous entraine dans son parcours de vie, comment il est arrivé pas à pas dans une conscience écologique et la raison pour laquelle il essaie à son niveau de changer la donne.
Lili Barbery Coulon est journaliste mais aussi "influenceurs" ou encore professeur de yoga Kundalini. Comme nombreux.ses elle se questionne naturellement sur son mode de vie.A travers cet épisode, plus long que les autres, elle nous entraine dans son histoire, dans ses contradictions et finalement sur son chemin pour changer totalement de mode de vie.Elle décrit parfaitement sa quête de succès, son plaisir d'être journaliste à M le Monde, la manière dont elle a fait tout parfaitement pour être heureuse: mariée, une petite fille, un super job, un peu de méditation, la pratique du yoga... Puis ses questionnements, ses tentatives de négociations avec elle même et sa transformations sur les 3 dernières années.Le yoga Kundalini aura été pour elle le vecteur d'une transformation profonde.Alors qu'elle cherchait de la réassurance à l'extérieur d'elle même sans y arriver vraiment, elle a fini par trouverAprès avoir rédigé un premier livre autour des petits déjeuners, elle s'apprête à sortir un nouvel ouvrage "la réconciliation" chez Marabout dans lequel elle raconte comment elle a trouvé une voix en elle.Changement de métier, arrête de la viande, réveil très matinal, routine pas tant pour faire ce qu'on lui a conseillé mais pour trouver une paix intérieure.Un épisode dans lequel on se laisse emporter avec plaisir et qui permet de résonner avec nos propres questionnements.
Thierry Picard a dirigé le digital d'un grand groupe pharmaceutique et il nous explique aujourd'hui les avancées technologiques pour réduire la consommation de médicaments.En France, pays champion de la prise de médicament, il m'a semblé important d'abordé ce sujet car il peut vous aider à vous faire du bien.Avec Thierry, nous abordons évidemment les médecines douces mais aussi et surtout comment la technologie aujourd'hui permet de réduire sa consommation.Evidemment il ne s'agit pas de faire de l'auto diagnostic via Google mais simplement d'utiliser des outils qui permettent de mieux écouter son corps.Mais par exemple, on peut mettre (et maintenir) une personne sous hypnose grace à des casques de réalité virtuelle, on peut prévoir ses règles en observant de manière précise la température de son corps, gérer partiellement la douleur liée à une endométriose bref, autant de solutions auxquelles la technologie nous permet d'accéder.
Nicolas Menet est un sociologue spécialisé sur les vieux, DG de Silver Valley et auteur de "construire la société de la longévité".Dans une société viellissante, il est indispensable de parler des vieux mais ce n'est pas nécessairement la ralson pour laquelle je voulais traiter le sujet.Il me semble qu'il y a un rapprochement générationnel que nous avions perdu entre les vieux et les jeunes.L'épisode avec Perla Serva Schreiber avait été un bon indicateur de cela mais plus largement je l'observe autour de moi.Finalement la société nous appelle à revenir à un mode de vie frugal que la société humaine à connu avec les guerres à répétition.En occident, la société de consommation dont nous avons totalement perdu le contrôle nous amène à des défis inédits tant il est plus facile d'imaginer la fin de l'humanité que la fin du consumérisme.Avec Nicolas nous essayons de définir ce qu'est un vieux, nous balayons tous les préjugés vis à vis du sexe, de la vie amoureuse, du rapport aux technologies, bref toutes ces choses sur lesquelles on peut avoir des préjugés idiots.Je vous laisse avec cet épisode, n'hésitez pas à me faire des retours surtout.
Mai Hua est une femme multi facette (slasheuse dans le vocab moderne) mais aussi réalisatrice, je l'ai déjà reçu sur ce podcast dans un épisode (Vlan #24) qui était parti un peu dans tous les sens (lol).Cet épisode est donc en français car nous n'avons pas réussi à faire un bon doublage de l'épisode avec Jerry et je suis assez perfectionniste en la matière.Mais finalement je suis encore plus content de recevoir mon amie mais aussi parce que les 2 épisodes sont différents car Jerry revient sur son livre et apporte la vision d'un thérapeute tandis que Mai partage beaucoup plus sa propre expérience.Si vous parlez suffisamment anglais pour comprendre l'entretien avec Jerry, je vous conseille vivement de l'écouter également.Alors pourquoi parler sur Vlan des "dark sides", en français "les ombres"?Les ombres sont une partie que l'on essaie de cacher aux autres mais aussi, trop souvent, à nous même pourtant elles sont essentielles pour comprendre nos modes de fonctionnement individuels et collectifs.Et surtout quand on essaie de les enfouir, on les nourrit beaucoup trop.Dans une ère ou l'injonction au bonheur s'affiche partout sur les réseaux sociaux, où les citations positives pullulent, il est essentiel de se regarder entièrement et de réaliser que les péchés capitaux font intégralement parti de notre nature humaine.Il faut du courage pour les regarder en face et les accepter pleinement.Parce que dans la manière dont j'envisage la manière dont la société va évoluer, je crois que nous passerons d'une société hautement individualiste à une société plus collective et cela passe nécessairement par un recentrage personnel.C'est un début de reconnaissance que je vous propose avec ces 2 épisodes.
Jerry Hyde est un thérapeute anglais peu orthodoxe, je l'ai déjà reçu sur ce podcast pour parler de masculinité à l'ère de Me Too mais cette fois, c'est pour parler de son livre "the book of sin" que je le reçois à nouveau.Comme vous l'avez compris cet épisode est en anglais mais il existe également une version française avec Mai Hua.Les 2 épisodes sont différents car Jerry revient sur son livre et apporte la vision d'un therapeute tandis que Mai partage beaucoup plus sa propre expérience. Les 2 épisodes sont très différents et apporteront beaucoup de valeur si vous parlez suffisamment anglais pour comprendre l'entretien avec Jerry.Alors pourquoi parler sur Vlan des "dark sides", en français "les ombres"?Les ombres sont une partie que l'on essaie de cacher aux autres mais aussi, trop souvent, à nous même pourtant elles sont essentielles pour comprendre nos modes de fonctionnement individuels et collectifs.Et surtout quand on essaie de les enfouir, on les nourrit beaucoup trop.Dans une ère ou l'injonction au bonheur s'affiche partout sur les réseaux sociaux, où les citations positives pullulent, il est essentiel de se regarder entièrement et de réaliser que les péchés capitaux font intégralement parti de notre nature humaine.Il faut du courage pour les regarder en face et les accepter pleinement.Parce que dans la manière dont j'envisage la manière dont la société va évoluer, je crois que nous passerons d'une société hautement individualiste à une société plus collective et cela passe nécessairement par un recentrage personnel.C'est un début de reconnaissance que je vous propose avec ces 2 épisodes.
Alberto Alemanno est un professeur de droit (HEC, NYU) à la renommée internationale, il a créé The good Lobby, un lobby citoyen qui permet à chacun d'avoir un impact fort sur ce qui lui semble essentiel.On voit un peu partout une déception et une remise en cause des politiques, on ne leur fait plus confiance pour défendre les idées pour lesquelles ils se font élire, ils nous semblent faibles devant les puissances économiques.Alors que le terme de "lobby" à une connotation négative, Alberto s'en est servi pour permettre à tout Européen d'avoir un réel poids.Ainsi Greta Thunberg, la fameuse Suédoise de 15 ans a postulé pour le prix de "the good lobby" et prouve que les actions citoyenne peuvent vraiment peser.Avec Alberto on discute de l'impact que les citoyens peuvent avoir comme la chute des frais d'itinérance pour les appels en Union Européenne par exemple ou encore son nouveau combat autour des stages non rémunérés.Il nous semble toujours que les directives européennes n'ont pas d'impact direct et pourtant on se rend compte de l'inverse à travers cet épisode qui redonne de l'espoir sur la capacité de tout à chacun de jouer un rôle.Et ne dites pas à Alberto que vous n'avez pas le temps, il vous répondra que les réseaux sociaux, aussi utiles soient-ils, sont devenus un emploi à temps partiel avec une utilité marginale très discutable.On discute aussi avec Alberto de la légalisation du cannabis, de l'impact du gazon, de ce qui est considéré comme "bien", d'avortement et du droit des femmes à disposer de leur corps, bref de très nombreux sujets sur cette petite demi heure.Bonne écoute!
Charles Pepin est un philosophe qui a écrit plusieurs ouvrages dont dernièrement "les vertus de l'échec" et "la confiance en soi, une philosophie".Rencontré par l'intermédiaire d'Estelle du podcast Reelles, je trouvais intéressant de m'arrêter un moment sur cette notion de confiance de soi qui est une injonction très forte dans notre société alors que dans le même temps cette dernière, par une automatisation de tout, nous enlève la capacité à la développer.Avec Charles Pepin nous parlons de l'échec, de la manière de le prendre et d'en faire quelque chose.Est-ce que l'échec peut nous aider à nous rendre heureux? Et si oui pourquoi et comment? L'échec n'est pas très populaire en France malgré les différentes conférences type Failcon qui ont pu avoir lieu dans l'hexagone.Ce sujet est connexe à celui de la confiance en soi évidemment, voire intiment lié et avec Charles Pepin nous sautons de l'un à l'autre naturellement.On y aborde le fameux complexe de l'imposteur que vous avez tous plus ou moins ressenti mais aussi le rôle de l'audace, l'impact négatif des réseaux sociaux, voire la débilité de ce qui s'y passe.J'ai aussi demandé à l'homme Charles Pepin son rapport à l'échec et pourquoi il avait particulièrement choisi ce thème.Bref, un épisode très riche comme je les aime et qui j'espère vous permettra de réfléchir, de générer des conversations, d'aller un peu plus loin.Bonne écoute et n'hésitez pas à mettre une note sur Apple Podcast si vous avez un iPhone ou à me remonter vos commentaires.
loading
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store