Vlan!

Vlan!

Author: Gregory Pouy

Subscribed: 9,550Played: 140,533
Share

Description

Vlan, c'est un podcast pour mieux comprendre notre société à travers le lien. Le lien à soi, aux autres et à la nature. Vlan, c'est une discussion entre Grégory Pouy et une personne éclairée et passionnée - Chercheur, anthropologue, journaliste. Tous les mardi, recevez un nouvel épisode court pour comprendre les grands mouvements du moment
118 Episodes
Reverse
Alexandre Cadain est le cofondateur d'Anima, un cabinet de conseil en rupture pour les entreprises mais aussi pour des organisations comme l'agence spatiale. Il travaille aussi pour IA (intelligence artificielle) for Goods à l'ONU.Avec Alexandre nous discutons donc de la nécessité de rentrer en rupture face au défi climatique qui est face à nous mais surtout comment nous allons faire tous ensemble pour réimaginer un avenir souhaitable. Car oui, la rupture de nos modes de vie peut être sexy.Elle est évidemment inévitable et le plus rapidement le mieux. Alexandre ne croit pas trop à la stratégie des petits pas mais plutôt à une volonté forte de changer et de totalement réinventer.Cela ne peut pas se faire sans une volonté de performance et c'est la raison pour laquelle nous redéfinissons ensemble ce terme.Qu'est-ce que le R.O.I., qu'est ce que la croissance, la performance dans une économie qui doit totalement se réinventer.Alexandre accompagne les plus grandes entreprises françaises et cette conversation devrait naturellement vous intéresser.
Albert Moukheiber est docteur en neuroscience et psychologue, il est aussi le cofondateur de Acte, un laboratoire de recherche qui essaie de comprendre nos biais cognitifs qui explique notre relative inaction face à la crise écologique.Nous avons tou.te.s développé une conscience écologique et autour de moi beaucoup de personnes se posent la question de ce qu'ils pourraient faire.Chaque jour nous avons des informations qui nous expliquent que nous allons dans le mur et pourtant nous sommes une majorité à continuer à vivre notre vie et à modifier à la marge nos actions. Ici nous allons trier nos déchets, là nous allons manger moins de viande ou prendre un vélo pour nous déplacer mais il est évident que ca ne suffit pas.Ce qui est aussi intéressant, c'est que la culpabilisation créé un parfois un rejet chez une partie des citoyens.Avec Albert nous discutons de toutes les manières dont nous justifions notre inaction parfois par des éléments très concrets et réél, parfois moins.Albert est très accessible et hyper intéressant. Tout du moins, je l'ai trouvé passionnant, d'autant plus sur un sujet qui me passionne et sur des questions que je me pose moi même bien sur.Car n'en doutez pas, j'en suis moi même au même point et je n'ai de leçon à donner à personne en la matière.
Nicolas Vanderbiest est chercheur et est déjà venu sur ce podcast mais dans cet épisode avec lui cette fois nous parlons de l'astroturfing.Cette méthode permet de feindre des mouvements supposés de foules sur les réseaux sociaux. Ecoutez et vous allez tout comprendre.Nous parlons avec Nicolas du fait que nous n'avons plus d'espace médiatique commun et que cela pose un grave souci démocratique évidemment.On ne sait plus vraiment prendre le poul de la population.Par ailleurs, en raison des réseaux sociaux et de l'optimisation de tout ,Il n'y a plus de complexité ni dans la communication des individus, des entreprises ou des politiques.Alors que les questions sont de plus en plus complexes, les débats sont de plus en plus pauvres et c'est un vrai souci.Comme Joel de Rosnay en parlait dans un épisode précédent, il faut aller vers une vision systémique. Mais comment faire quand tout va si vite et que chacun a son petit auditoire qui lui ait propre.Nicolas décrypte parfaitement pourquoi les médias ne sont plus objectifs, comment ils sont manipulés et on essaie ensemble de trouver des solutions. Sans vouloir être négatif, c'est vrai que la problématique est tellement complexe que les pistes que nous avançons sont difficilement réalisables malgré tout.Un épisode évidemment passionnant alors que les avis se déchirent sur Twitter à propos du port du voile ou sur d'autres sujets.Comment tirer le vrai du faux, comment savoir si cela représente des vrais mouvements de foule?C'est tout cela qu'on aborde avec Nicolas.
Benoit Bergeret est entrepreneur et se rend depuis 12 ans à l'événement qu'est Burning Man. Il n'est pas un simple consommateur de l'événement mais il a été le constructeur en chef du Temple, une des 2 plus grandes installation artistique de Burning Man et en 2019 du Folly.Il y a beaucoup d'articles ou de documentaires sur Burning Man qui essaient de faire sensation et qui résument l'événement en quelques mots :sexe, drogue, argent, musique électronique.Qu'en est il vraiment? On m'a tellement posé de questions après mon expérience qu'il m'a semblé important de revenir avec Benoit sur ce que nous pouvions apprendre de ce projet unique.Pour ceux et celles qui n'ont jamais entendu parler de Burning Man, il s'agit d'un événement au milieu du désert du Nevada qui a lieu tous les ans (fin aout) depuis 1986. Mais c'est surtout un moment particulier puisque rien (ou presque) n'est à vendre, que vous êtes totalement libres (dans la limite du respect des autres) pendant 1 semaine, que tout le monde est censé participer et beaucoup d'autres éléments que vous allez entendre.A travers cet épisode, nous essayons de mieux saisir l'essence de cet événement mais aussi ce que nous pouvons en apprendre.Nous abordons bien entendu les questions qui fâchent comme l'impact écologique d'un tel rassemblement par exemple mais aussi le rapport à l'argent, au sexe ou à la drogue.Est-ce que Burning Man a perdu son essence et est devenu le nouveau Coachella, c'est à dire l'endroit ou il faut s'instagrammer pour ses 15 secondes de gloire?Tout cela est abordé dans cet épisode et je vous laisse le découvrir.
Clotilde Dusoulier est l'autrice du podcast Change ma vie au travers duquel elle partage des méthodes pour mieux vivre au quotidien voire pour changer de vie comme le propose le titre de son podcast.C'est un épisode un peu particulier puisqu'enregistré en live au Paris Podcast Festival et d'ailleurs vous aurez le droit à la fin à des questions des personnes présentes. Le son sera donc un peu différent à celui auquel vous êtes habitués.Avec Clotilde nous abordons beaucoup de points ensemble, d'abord pourquoi elle s'est particulièrement intéressée à ces techniques de développement personnel, ce qu'elle y a appris et ce qu'elle peut partager aujourd'hui mais aussi pourquoi dans notre société occidentale on voit beaucoup de monde s'y intéresser désormais.On a essayé d'expliquer comment et malgré son nom, le développement personnel n'est évidemment pas une course mais un lien à soi et qu'il n'y a pas de bien ou de moins bien dans cette quête.Comme le souligne Clotilde, il s'agit d'une méthode qui a fonctionné pour elle mais elle ne force personne à s'y intéresser bien sur.Vous verrez la conversation est riche alors je vous laisse avec cet épisode.
Camille Aumont Carnel est la personne qui se cache derrière le compte instagram @jemenbatsleclito qui regroupe près de 400 000 personnes désormais. Elle y parle de sexualité de manière décalée et avec beaucoup d'humour. Du haut de ses 22 ans, elle parle sans complexe de ce "qui se passe dans la petite culotte et dans la tête des filles" comme elle l'explique. Elle en a même sorti un livre au bout de quelques mois puis une marque d'habillement.Camille s'adresse évidemment à toutes les femmes mais quand au bout de quelques mois elle a montré son identité, le fait qu'elle soit noire a questionné. On a voulu la ranger dans des cases qui ne lui correspondaient pas comme l'afroféminisme.Elle avait justement masqué son identité car elle savait que son caractère trempé, son look aux cheveux rasés, sa taille (+ de 1m80) et évidemment sa couleur pourrait empêcher certaines femmes de se projeter dans le compte. Or, l'idée pour Camille était évidemment que toutes les femmes puissent s'approprier ces phrases.On parle avec Camille de son expérience pour bien différencier diversité et inclusion dans une période ou la diversité est partout.Ce n'est pas forcément simple pour beaucoup de personnes de comprendre la différence et elle est pourtant majeure. D'ailleurs je m'excuse car je fais l'erreur à un moment donné moi même quand je parle des marques, j'espère que vous me pardonnerez.En tant que métis (Martinique/Inde de ma mère et d'un père bourguignon), je le vis très régulièrement mais en général on nous explique que c'est nous qui nous victimisons. La réalité est très différente je crois car la différence de couleur de peau ou d'origine est encore très marquée en France.L'expérience de Camille est en ce sens très intéressante et c'est pourquoi je voulais la recevoir pour en parler avec moi.J'espère que cela permettra à beaucoup de personnes de se reconnaitre et aux autres de comprendre la différence entre les 2 pour que nous soyons demain dans l'acceptation de l'autre bien plus qu'aujourd'hui et que nous jugions d'abord une personne pour ce qu'elle fait que pour sa couleur de peau, son genre ou ses préférences sexuelles d'ailleurs.
Lionel Pourtau est sociologue et Directeur Général du pôle Réfugiés chez Habitat & Humanisme. Alors que Emmanuel Macron a décidé d'ouvrir un débat sur les migrants et sur l'immigration de manière générale, cet épisode me semble tomber à point nommer pour mieux cerner nos réactions.D'abord parce que l'imaginaire collectif autour des migrants est totalement erroné. Ils s'agit souvent de personnes diplomés et capables qui ont beaucoup à nous apprendre.Mais aussi parce qu'économiquement un humain coute particulièrement cher à 2 moments de sa vie: sa jeunesse pour son éducation et sa vieillesse pour sa retraite, hors les migrants n'étudient pas chez nous, ils arrivent déjà formés et repartent en général dans leur pays quand ils sont à un age avancés, ils sont donc une valeur vive pour notre économie et parfois prêts à aller prendre les 400 000 emplois vacants en France faute de main d'oeuvre.Lionel nous explique les mécanismes de peurs mais aussi les manières de les déjouer, il remet les pendules à l'heure sur les mythes et les histoires que l'on se raconte autour des migrants.Il espère que ce sursaut identitaire montre surtout qu'il arrive à son dernier soupir car il est construit sur des peurs infondées dont nous parlons ensemble.Belle écoute à vous.
Joel de Rosnay et Aurélie Jean ont plusieurs traits communs: ancien du M.I.T., scientifiques et passionnants. Entre autre.J'ai déjà eu l'occasion de recevoir Aurélie et de parler d'elle lors des épisodes 4 et 56, je vais donc me concentrer sur mon autre invité.Quand je parle de Joel de Rosnay a des personnes de moins de 35 ans, je réalise que parfois il n'est pas aussi reconnu. A tort car cet homme que j'admire beaucoup est passionnant.Il a été l'un des 5 premiers surfeurs français, il a même défendu la France aux championnats du monde de surf, il est un vulgarisateur technologique de talent, il est d'une douceur, d'une intelligence et d'une élégance rare.Ce podcast est passionnant, on y parle de beaucoup de concepts tout en restant accessibles et simples je crois. Mais nous essayons surtout de comprendre comment éduquer ses enfants dans ce monde aussi complexe. Les parents sont souvent perdus entre leurs croyances, notre système scolaire et les multitude d'options qui se présentent.Mes 2 invités sont experts de technologies et pourtant vous serez sans doute surpris d'entendre qu'ils n'invitent pas à se concentrer sur le code ou autre.La conversation est beaucoup plus riche et intéressante que cela mais je vous laisse la découvrir .
Ferdinand Richter est le DG France d'Ecosia un moteur de recherche éthique.Quand Ferdinand est venu au studio nous devions enregistrer un épisode sur la pollution numérique mais en discutant tous les 2, j'ai trouvé ses points de vue sur la manière de se réaligner avec soi tellement pertinents que nous avons changé de sujet.Ici nous parlons donc la relation à soi, la relation aux autres et la relation à la nature en passant par le prisme du lien à soi qui est toujours la première brique par laquelle chacun.e doit passer.Avec des exemples simples, il explique comment la société moderne à briser le lien à tous les niveaux mais aussi comment cette logique de performance a beaucoup abimé notre lien.Nous parlons donc de comment donner du sens à la vie qui me semble la question existentielle par essence. Evidemment, c'est une partie de la réponse uniquement, c'est sa réponse à lui mais une réponse éclairée et vraiment intéressante pour une personne qui a eu plusieurs vies. D'abord sportif de haut niveau mais ensuite agriculteur, coach et enfin DG d'une société avec une mission responsable.Il s'agit d'un épisode un peu différent et en même temps complètement aligné avec les sujets que je traite puisque je crois qu'on ne pourra pas changer la société sans créer de lien à soi et surtout que cette partie a largement débuté.
Mai Hua est la réalisatrice d'un documentaire sur des hommes remarquables comme son titre l'indique "meeting with remarkable men" qui a également un compte Instagram hyper intéressant.Pour cet épisode 100 j'ai voulu recevoir Mai sur un sujet qui touche tout le monde et qui est tellement débattu: la relation hommes mais aussi la masculinité, la féminité ou encore le féminisme et enfin l'humanisme.Si vous ne vous retrouvez jamais dans ces débats sur le genre parce que les propos sont trop souvent militants et peu nuancés ou inclusifs, cette conversation devrait vous réconcilier avec la question et vous permettre de vous poser sereinement les bonnes questions.Remettre en cause le patriarcat, le questionner, ce n'est pas remettre en cause les hommes comme certains pourraient le laisser penser.Etre féministe ce n'est pas remettre en cause les hommes non plus ni penser que "the future is female" - en tous cas, ce n'est pas ma manière de l'envisager. C'est remettre en cause une forme de masculinité, c'est remettre en cause certains hommes.Cet un épisode exceptionnel à beaucoup de niveaux, c'est une étape pour moi d'abord évidemment mais il a aussi et vous allez vous en rendre compte une forme totalement novatrice que nous avons créé au studio avec Pierre Henri Samion et Antoine Bertin que je remercie mille fois.C'est un épisode avec lequel je voulais remercier chacun.e d'entre vous de soutenir Vlan mais plus largement les podcasts et c'est la raison pour laquelle j'ai invité mes ami.e.s podcasteur.euse.s à venir sur cet épisode. Je remercie donc Pauline du podcast La Leçon, Clémentine du podcast Bliss, Matthieu du podcast Generation DIY, Lelée.o du podcast Voxxx, Margaux et Céline du podcast Entre nos lèvres et Angelo du podcast Balance ta peur. Pauline du Gratin et Valérie de Chiffons auraient aussi du être des nôtres et ont finalement été retenues mais tou.te.s ensemble nous voulions vous remercier.C'est un épisode un peu particulier également par sa longueur et son ton ou encore sa méthode d'enregistrement mais j'espère que vous allez apprécier. Moi j'ai adoré l'enregistrer et l'écouter ensuite.C'est typiquement du Vlan parce que ce n'est pas prise de tête, on se marre mais c'est toujours très pertinent.Je suis tellement touché par les messages que je dois de temps en temps, par cette capacité que peut avoir ce podcast de vous accompagner dans vos réflexions. Merci encore du fond du coeur.
loading
Comments (2)

Amandine Llr

J’adore écouter vos podcasts ! Elles sont très enrichissantes 😊 Continuez comme ça !

Oct 29th
Reply

Lauriane Lotti

merci !

Oct 15th
Reply
loading
Download from Google Play
Download from App Store