Vlan!

Vlan!

Author: Gregory Pouy

Subscribed: 9,620Played: 145,500
Share

Description

Vlan, c'est un podcast pour mieux comprendre notre société à travers le lien. Le lien à soi, aux autres et à la nature. Vlan, c'est une discussion entre Grégory Pouy et une personne éclairée et passionnée - Chercheur, anthropologue, journaliste. Tous les mardi, recevez un nouvel épisode court pour comprendre les grands mouvements du moment
120 Episodes
Reverse
Marie Drucker et Sidonie Bonnec sont toutes les 2 journalistes et s'intéressent à leur quotidien et en font naturellement des bouquins. Après s'être intéressées à la vie de maman puisqu'elles traversaient toutes les 2 cette phase de leur vie, désormais elles se posent la question de comment mieux consommer. A l'image du livre qu'elles viennent de sortir, Naturel pour le meilleur et pour le reste, c'est un podcast beaucoup plus pratique que d'autres.Un épisode moins technique mais beaucoup plus ancré dans le quotidien car jusqu'à preuve du contraire nous en sommes tou.te.s là.On y parle de conseils pratico pratiques sur les choix du quotidien en terme de produits ménager, de cosmétiques ou encore de nourriture. Sans tout sacrifier, comment faire les bons choix? C'est à ces questions que nous essayons de répondre avec Marie et Sidonie.Il s'agit de consommer mieux pour soi même et pour la nature bien sur.J'ai la sensation que ce bouquin va se retrouver sous beaucoup d'arbre de noël!
Frédéric Lopez est un journaliste, producteur et il a animé cette émission "rdv en terre inconnue" que j'ai beaucoup apprécié.Nommé pendant un temps le présentateur préféré des français, Frédéric m'a surtout intéressé car sans avoir le diplôme d'ethnologue, il est allé à la rencontre de peuples qui vivent de manière différente de la notre. Ces peuples se font de plus en plus rares et c'est en cela qu'ils sont précieux et qu'il est intéressant de mieux comprendre leur manière de vivre.Comme Frédéric le rappelle l'idée n'est certainement pas de tomber dans la caricature de se dire que ces peuples autochtones sont bien meilleurs que les nôtres qui n'avons rien compris puisque nous avons, à travers le consumérisme outrancier, détruit notre propre habitat. Par de nombreux aspects et à travers les histoires que nous raconte Frédéric on se rend compte que parfois il y a des coutumes que nous sommes heureux d'avoir abolies mais il y a également une sagesse millénaire simplement humaine qu'il est aussi bon de rappeler.Frédéric partage avec nous ce qu'il a appris au bout du monde, comment il envisage la société de l'information aujourd'hui, le regard qu'il porte sur notre société, les solution que lui a mis en place pour se sentir mieux.Frédéric qui nous emporte à travers ses récits dans ces histoires qui nous dépasse.
Abd Al Malik est un artiste touche à tout, s'il a débuté par le rap, il est ensuite allé vers l’écriture puis les pièces de théâtre et le cinéma afin de changer le monde à son niveau. Car c’est surtout un artiste aux idées bien trempées et réfléchies au discours éloquent. Pour moi, il représente la nouvelle vague des poètes, de ces auteurs qui marqueront leur temps par leur exigence et leur volonté.Il est convaincu que les artistes peuvent sauver le monde, car en travaillant directement sur les imaginaires, ils sont au cœur du processus.Il défend l’idée « qu’un artiste est un être qui a le courage d’être vraiment lui-même. Il puise sa force dans la singularité et cela implique que chacun est légitime d’être qui il est. »Si nous ne pouvons réécrire l’histoire, il faut pourtant se repositionner et changer de regard. Là est le rôle de l’artiste. En tant que raconteur d’histoire, il connait le passé tout en ayant conscience que de là où il se trouve, il créé du mythe. C'est de cela que nous parlons avec Abd Al Malik et de beaucoup d'autres choses que je vous laisse découvrir à l'écoute de cet épisode.J'aimerais tant que tous les artistes puissent entendre ce discours car ils jouent un rôle décisif chacun à leur niveau comme nous jouons chacun un rôle à notre niveau également.Comme le souligne Abd Al Malik, si on touche une âme, on touche le monde.Bonne écoute!
Alexandre Cadain est le cofondateur d'Anima, un cabinet de conseil en rupture pour les entreprises mais aussi pour des organisations comme l'agence spatiale. Il travaille aussi pour IA (intelligence artificielle) for Goods à l'ONU.Avec Alexandre nous discutons donc de la nécessité de rentrer en rupture face au défi climatique qui est face à nous mais surtout comment nous allons faire tous ensemble pour réimaginer un avenir souhaitable. Car oui, la rupture de nos modes de vie peut être sexy.Elle est évidemment inévitable et le plus rapidement le mieux. Alexandre ne croit pas trop à la stratégie des petits pas mais plutôt à une volonté forte de changer et de totalement réinventer.Cela ne peut pas se faire sans une volonté de performance et c'est la raison pour laquelle nous redéfinissons ensemble ce terme.Qu'est-ce que le R.O.I., qu'est ce que la croissance, la performance dans une économie qui doit totalement se réinventer.Alexandre accompagne les plus grandes entreprises françaises et cette conversation devrait naturellement vous intéresser.
Albert Moukheiber est docteur en neuroscience et psychologue, il est aussi le cofondateur de Acte, un laboratoire de recherche qui essaie de comprendre nos biais cognitifs qui explique notre relative inaction face à la crise écologique.Nous avons tou.te.s développé une conscience écologique et autour de moi beaucoup de personnes se posent la question de ce qu'ils pourraient faire.Chaque jour nous avons des informations qui nous expliquent que nous allons dans le mur et pourtant nous sommes une majorité à continuer à vivre notre vie et à modifier à la marge nos actions. Ici nous allons trier nos déchets, là nous allons manger moins de viande ou prendre un vélo pour nous déplacer mais il est évident que ca ne suffit pas.Ce qui est aussi intéressant, c'est que la culpabilisation créé un parfois un rejet chez une partie des citoyens.Avec Albert nous discutons de toutes les manières dont nous justifions notre inaction parfois par des éléments très concrets et réél, parfois moins.Albert est très accessible et hyper intéressant. Tout du moins, je l'ai trouvé passionnant, d'autant plus sur un sujet qui me passionne et sur des questions que je me pose moi même bien sur.Car n'en doutez pas, j'en suis moi même au même point et je n'ai de leçon à donner à personne en la matière.
Nicolas Vanderbiest est chercheur et est déjà venu sur ce podcast mais dans cet épisode avec lui cette fois nous parlons de l'astroturfing.Cette méthode permet de feindre des mouvements supposés de foules sur les réseaux sociaux. Ecoutez et vous allez tout comprendre.Nous parlons avec Nicolas du fait que nous n'avons plus d'espace médiatique commun et que cela pose un grave souci démocratique évidemment.On ne sait plus vraiment prendre le poul de la population.Par ailleurs, en raison des réseaux sociaux et de l'optimisation de tout ,Il n'y a plus de complexité ni dans la communication des individus, des entreprises ou des politiques.Alors que les questions sont de plus en plus complexes, les débats sont de plus en plus pauvres et c'est un vrai souci.Comme Joel de Rosnay en parlait dans un épisode précédent, il faut aller vers une vision systémique. Mais comment faire quand tout va si vite et que chacun a son petit auditoire qui lui ait propre.Nicolas décrypte parfaitement pourquoi les médias ne sont plus objectifs, comment ils sont manipulés et on essaie ensemble de trouver des solutions. Sans vouloir être négatif, c'est vrai que la problématique est tellement complexe que les pistes que nous avançons sont difficilement réalisables malgré tout.Un épisode évidemment passionnant alors que les avis se déchirent sur Twitter à propos du port du voile ou sur d'autres sujets.Comment tirer le vrai du faux, comment savoir si cela représente des vrais mouvements de foule?C'est tout cela qu'on aborde avec Nicolas.
Benoit Bergeret est entrepreneur et se rend depuis 12 ans à l'événement qu'est Burning Man. Il n'est pas un simple consommateur de l'événement mais il a été le constructeur en chef du Temple, une des 2 plus grandes installation artistique de Burning Man et en 2019 du Folly.Il y a beaucoup d'articles ou de documentaires sur Burning Man qui essaient de faire sensation et qui résument l'événement en quelques mots :sexe, drogue, argent, musique électronique.Qu'en est il vraiment? On m'a tellement posé de questions après mon expérience qu'il m'a semblé important de revenir avec Benoit sur ce que nous pouvions apprendre de ce projet unique.Pour ceux et celles qui n'ont jamais entendu parler de Burning Man, il s'agit d'un événement au milieu du désert du Nevada qui a lieu tous les ans (fin aout) depuis 1986. Mais c'est surtout un moment particulier puisque rien (ou presque) n'est à vendre, que vous êtes totalement libres (dans la limite du respect des autres) pendant 1 semaine, que tout le monde est censé participer et beaucoup d'autres éléments que vous allez entendre.A travers cet épisode, nous essayons de mieux saisir l'essence de cet événement mais aussi ce que nous pouvons en apprendre.Nous abordons bien entendu les questions qui fâchent comme l'impact écologique d'un tel rassemblement par exemple mais aussi le rapport à l'argent, au sexe ou à la drogue.Est-ce que Burning Man a perdu son essence et est devenu le nouveau Coachella, c'est à dire l'endroit ou il faut s'instagrammer pour ses 15 secondes de gloire?Tout cela est abordé dans cet épisode et je vous laisse le découvrir.
Clotilde Dusoulier est l'autrice du podcast Change ma vie au travers duquel elle partage des méthodes pour mieux vivre au quotidien voire pour changer de vie comme le propose le titre de son podcast.C'est un épisode un peu particulier puisqu'enregistré en live au Paris Podcast Festival et d'ailleurs vous aurez le droit à la fin à des questions des personnes présentes. Le son sera donc un peu différent à celui auquel vous êtes habitués.Avec Clotilde nous abordons beaucoup de points ensemble, d'abord pourquoi elle s'est particulièrement intéressée à ces techniques de développement personnel, ce qu'elle y a appris et ce qu'elle peut partager aujourd'hui mais aussi pourquoi dans notre société occidentale on voit beaucoup de monde s'y intéresser désormais.On a essayé d'expliquer comment et malgré son nom, le développement personnel n'est évidemment pas une course mais un lien à soi et qu'il n'y a pas de bien ou de moins bien dans cette quête.Comme le souligne Clotilde, il s'agit d'une méthode qui a fonctionné pour elle mais elle ne force personne à s'y intéresser bien sur.Vous verrez la conversation est riche alors je vous laisse avec cet épisode.
Camille Aumont Carnel est la personne qui se cache derrière le compte instagram @jemenbatsleclito qui regroupe près de 400 000 personnes désormais. Elle y parle de sexualité de manière décalée et avec beaucoup d'humour. Du haut de ses 22 ans, elle parle sans complexe de ce "qui se passe dans la petite culotte et dans la tête des filles" comme elle l'explique. Elle en a même sorti un livre au bout de quelques mois puis une marque d'habillement.Camille s'adresse évidemment à toutes les femmes mais quand au bout de quelques mois elle a montré son identité, le fait qu'elle soit noire a questionné. On a voulu la ranger dans des cases qui ne lui correspondaient pas comme l'afroféminisme.Elle avait justement masqué son identité car elle savait que son caractère trempé, son look aux cheveux rasés, sa taille (+ de 1m80) et évidemment sa couleur pourrait empêcher certaines femmes de se projeter dans le compte. Or, l'idée pour Camille était évidemment que toutes les femmes puissent s'approprier ces phrases.On parle avec Camille de son expérience pour bien différencier diversité et inclusion dans une période ou la diversité est partout.Ce n'est pas forcément simple pour beaucoup de personnes de comprendre la différence et elle est pourtant majeure. D'ailleurs je m'excuse car je fais l'erreur à un moment donné moi même quand je parle des marques, j'espère que vous me pardonnerez.En tant que métis (Martinique/Inde de ma mère et d'un père bourguignon), je le vis très régulièrement mais en général on nous explique que c'est nous qui nous victimisons. La réalité est très différente je crois car la différence de couleur de peau ou d'origine est encore très marquée en France.L'expérience de Camille est en ce sens très intéressante et c'est pourquoi je voulais la recevoir pour en parler avec moi.J'espère que cela permettra à beaucoup de personnes de se reconnaitre et aux autres de comprendre la différence entre les 2 pour que nous soyons demain dans l'acceptation de l'autre bien plus qu'aujourd'hui et que nous jugions d'abord une personne pour ce qu'elle fait que pour sa couleur de peau, son genre ou ses préférences sexuelles d'ailleurs.
Lionel Pourtau est sociologue et Directeur Général du pôle Réfugiés chez Habitat & Humanisme. Alors que Emmanuel Macron a décidé d'ouvrir un débat sur les migrants et sur l'immigration de manière générale, cet épisode me semble tomber à point nommer pour mieux cerner nos réactions.D'abord parce que l'imaginaire collectif autour des migrants est totalement erroné. Ils s'agit souvent de personnes diplomés et capables qui ont beaucoup à nous apprendre.Mais aussi parce qu'économiquement un humain coute particulièrement cher à 2 moments de sa vie: sa jeunesse pour son éducation et sa vieillesse pour sa retraite, hors les migrants n'étudient pas chez nous, ils arrivent déjà formés et repartent en général dans leur pays quand ils sont à un age avancés, ils sont donc une valeur vive pour notre économie et parfois prêts à aller prendre les 400 000 emplois vacants en France faute de main d'oeuvre.Lionel nous explique les mécanismes de peurs mais aussi les manières de les déjouer, il remet les pendules à l'heure sur les mythes et les histoires que l'on se raconte autour des migrants.Il espère que ce sursaut identitaire montre surtout qu'il arrive à son dernier soupir car il est construit sur des peurs infondées dont nous parlons ensemble.Belle écoute à vous.
Joel de Rosnay et Aurélie Jean ont plusieurs traits communs: ancien du M.I.T., scientifiques et passionnants. Entre autre.J'ai déjà eu l'occasion de recevoir Aurélie et de parler d'elle lors des épisodes 4 et 56, je vais donc me concentrer sur mon autre invité.Quand je parle de Joel de Rosnay a des personnes de moins de 35 ans, je réalise que parfois il n'est pas aussi reconnu. A tort car cet homme que j'admire beaucoup est passionnant.Il a été l'un des 5 premiers surfeurs français, il a même défendu la France aux championnats du monde de surf, il est un vulgarisateur technologique de talent, il est d'une douceur, d'une intelligence et d'une élégance rare.Ce podcast est passionnant, on y parle de beaucoup de concepts tout en restant accessibles et simples je crois. Mais nous essayons surtout de comprendre comment éduquer ses enfants dans ce monde aussi complexe. Les parents sont souvent perdus entre leurs croyances, notre système scolaire et les multitude d'options qui se présentent.Mes 2 invités sont experts de technologies et pourtant vous serez sans doute surpris d'entendre qu'ils n'invitent pas à se concentrer sur le code ou autre.La conversation est beaucoup plus riche et intéressante que cela mais je vous laisse la découvrir .
Ferdinand Richter est le DG France d'Ecosia un moteur de recherche éthique.Quand Ferdinand est venu au studio nous devions enregistrer un épisode sur la pollution numérique mais en discutant tous les 2, j'ai trouvé ses points de vue sur la manière de se réaligner avec soi tellement pertinents que nous avons changé de sujet.Ici nous parlons donc la relation à soi, la relation aux autres et la relation à la nature en passant par le prisme du lien à soi qui est toujours la première brique par laquelle chacun.e doit passer.Avec des exemples simples, il explique comment la société moderne à briser le lien à tous les niveaux mais aussi comment cette logique de performance a beaucoup abimé notre lien.Nous parlons donc de comment donner du sens à la vie qui me semble la question existentielle par essence. Evidemment, c'est une partie de la réponse uniquement, c'est sa réponse à lui mais une réponse éclairée et vraiment intéressante pour une personne qui a eu plusieurs vies. D'abord sportif de haut niveau mais ensuite agriculteur, coach et enfin DG d'une société avec une mission responsable.Il s'agit d'un épisode un peu différent et en même temps complètement aligné avec les sujets que je traite puisque je crois qu'on ne pourra pas changer la société sans créer de lien à soi et surtout que cette partie a largement débuté.
Mai Hua est la réalisatrice d'un documentaire sur des hommes remarquables comme son titre l'indique "meeting with remarkable men" qui a également un compte Instagram hyper intéressant.Pour cet épisode 100 j'ai voulu recevoir Mai sur un sujet qui touche tout le monde et qui est tellement débattu: la relation hommes mais aussi la masculinité, la féminité ou encore le féminisme et enfin l'humanisme.Si vous ne vous retrouvez jamais dans ces débats sur le genre parce que les propos sont trop souvent militants et peu nuancés ou inclusifs, cette conversation devrait vous réconcilier avec la question et vous permettre de vous poser sereinement les bonnes questions.Remettre en cause le patriarcat, le questionner, ce n'est pas remettre en cause les hommes comme certains pourraient le laisser penser.Etre féministe ce n'est pas remettre en cause les hommes non plus ni penser que "the future is female" - en tous cas, ce n'est pas ma manière de l'envisager. C'est remettre en cause une forme de masculinité, c'est remettre en cause certains hommes.Cet un épisode exceptionnel à beaucoup de niveaux, c'est une étape pour moi d'abord évidemment mais il a aussi et vous allez vous en rendre compte une forme totalement novatrice que nous avons créé au studio avec Pierre Henri Samion et Antoine Bertin que je remercie mille fois.C'est un épisode avec lequel je voulais remercier chacun.e d'entre vous de soutenir Vlan mais plus largement les podcasts et c'est la raison pour laquelle j'ai invité mes ami.e.s podcasteur.euse.s à venir sur cet épisode. Je remercie donc Pauline du podcast La Leçon, Clémentine du podcast Bliss, Matthieu du podcast Generation DIY, Lelée.o du podcast Voxxx, Margaux et Céline du podcast Entre nos lèvres et Angelo du podcast Balance ta peur. Pauline du Gratin et Valérie de Chiffons auraient aussi du être des nôtres et ont finalement été retenues mais tou.te.s ensemble nous voulions vous remercier.C'est un épisode un peu particulier également par sa longueur et son ton ou encore sa méthode d'enregistrement mais j'espère que vous allez apprécier. Moi j'ai adoré l'enregistrer et l'écouter ensuite.C'est typiquement du Vlan parce que ce n'est pas prise de tête, on se marre mais c'est toujours très pertinent.Je suis tellement touché par les messages que je dois de temps en temps, par cette capacité que peut avoir ce podcast de vous accompagner dans vos réflexions. Merci encore du fond du coeur.
Elisabeth Laville est la fondatrice de Utopies, engagée depuis plusieurs décennies dans le respect de la nature, elle est souvent considérée comme l'une des personnalité les plus importantes en France dans ce combat.Avec elle nous abordons un sujet important qu'est la consommation locale, le bio mais aussi le marché d'occasion.Avec une connaissance aigue de ces problématiques, Elisabeth nous accompagne au cours de ces 30 petites minutes dans une compréhension de ce que signifie vraiment mieux consommer.Nous parlons bien sur de l'alimentaire mais aussi de l'industrialisation des zones peri-urbaines, on parle des limites de l'agriculture urbaine, on parle également d'économie circulaire, de réparation et de porduits d'occasion.Bref, vous allez apprendre beaucoup, l'idée étant surtout de vous permettre de consommer en conscience
Catherine Gueguen est pédiatre, référence dans le monde de l'éducation, auteur de multiples ouvrages lié à l'éducation et l'intelligence émotionnelle.C'est un épisode positif et rayonnant que je vous propose et plutôt à propos si vous avez des enfants ou si vous avez des ami.e.s qui ont des enfants puisque c'est la rentrée :)L'éducation est pour moi la première brique par lequel on transforme une société et c'est la raison pour laquelle je voulais recevoir Catherine.On parle beaucoup en ce moment d'intelligence émotionnelle ou dans le milieu professionnel des "soft skills", ors on se rend compte dans cette discussion avec Catherine à quel point cela doit s'apprendre dès le plus jeune âge.De Jack Ma à Elon Musk tout le monde s'accorde à dire que le système scolaire d'aujourd'hui qui consiste à apprendre des éléments est totalement dépassé puisque les machines le font et le feront mieux que nous. Ce que les machines n'ont pas c'est un coeur et c'est cela que nous devons nous efforcer de développer.Ou plutôt comment cela peut se développer car l'enfant a un cerveau totalement maléable jusqu'à modifier les neurones, les connexions neuronnales et même l'expression de certains gênes.Catherine explique comment l'empathie permet de développer de manière positive leur cerveau.Peut être même que cela vous permettra de mieux comprendre vos réactions aujourd'hui lié à votre éducation d'autan.Bref, Catherine est d'une douceur sans pareil, c'est un bonheur à écouter.Bonne écoute et bonne reprise à vous tout.e.s
Alain Viala est un sociologue littéraire, professeur émérite à la Sorbonne et à l'université d'Oxford et il a écrit 2 livres autour de la galanterie.Le dernier opus: La galanterie, une mythologie française (au Seuil) nous ouvre les portes d'une compréhension largement élargit de ce terme qui peu sembler désuet mais qui recouvre énormément de choses: de la peinture, de la musique, des soirées, des comportements aussi.Au final, la galanterie est un style, une marque de fabrique et nous avons en France une relation toute particulière avec ce style justement.C'est ce dont nous discutons avec Alain Viala.Est-ce que la galanterie est une marque d'un sexisme bienveillant ou malveillant?Est-ce que la galanterie est une forme de politesse?Doit on quand on est un homme être galant avec les femmes? Et l'inverse? Les femmes peuvent-elles être galantes?J'ai décidé de le recevoir car moi même je n'étais pas très au clair avec cette notion en tant qu'homme.Par conséquent il m'a semblé important de mieux comprendre et ensuite de partager avec vous afin que vous puissiez à votre tour mieux appréhender la question et vous faire un avis éclairé sur ce "petit" terme qui fait débat mais que l'on maîtrise plutôt mal.
Maxime de Rostolan est le fondateur de ferme d'avenir et plus récemment de La Bascule, un mouvement citoyen pour essayer de faire bouger les choses.Après avoir été voir les entreprises, l'état, il reste convaincu que c'est un mouvement citoyen qui pourra nous faire basculer dans une nouvelle manière de consommer.Nous savons tous, plus ou moins, que l'humanité va dans le mur si nous continuons à vivre à ce rythme et que cela impliquera des conséquences nécessairement très importantes même si les scientifiques se gardent bien de sortir leur boule de cristal pour prédire précisément les conséquences.Dans ce contexte, il y a 2 postures: ne rien faire ou faire quelque chose.Cela peut être aussi simple que de générer des conversations autour de soi ou comme Maxime de créer un mouvement d'ampleur pour montrer au gouvernement la volonté d'une partie non négligeable de la société de bouger.L'idée de la Bascule c'est de célébrer l'an zéro, celui à partir duquel on modifie tout, on s'engage pour voir s'enclencher les transitions nécessaires.Ca se passe les 30/31 aout et le 1er septembre sur le plateau de Millevache et comme il le précisera chacun est le bienvenue.Utopique? Oui sans doute mais c'est sans doute préférable à la dystopie.Maxime nous entraine dans son parcours de vie, comment il est arrivé pas à pas dans une conscience écologique et la raison pour laquelle il essaie à son niveau de changer la donne.
Lili Barbery Coulon est journaliste mais aussi "influenceurs" ou encore professeur de yoga Kundalini.Comme nombreux.ses elle se questionne naturellement sur son mode de vie.A travers cet épisode, plus long que les autres, elle nous entraine dans son histoire, dans ses contradictions et finalement sur son chemin pour changer totalement de mode de vie.Elle décrit parfaitement sa quête de succès, son plaisir d'être journaliste à M le Monde, la manière dont elle a fait tout parfaitement pour être heureuse: mariée, une petite fille, un super job, un peu de méditation, la pratique du yoga...Puis ses questionnements, ses tentatives de négociations avec elle même et sa transformations sur les 3 dernières années.Le yoga Kundalini aura été pour elle le vecteur d'une transformation profonde.Alors qu'elle cherchait de la réassurance à l'extérieur d'elle même sans y arriver vraiment, elle a fini par trouverAprès avoir rédigé un premier livre autour des petits déjeuners, elle s'apprête à sortir un nouvel ouvrage "la réconciliation" chez Marabout dans lequel elle raconte comment elle a trouvé une voix en elle.Changement de métier, arrête de la viande, réveil très matinal, routine pas tant pour faire ce qu'on lui a conseillé mais pour trouver une paix intérieure.Un épisode dans lequel on se laisse emporter avec plaisir et qui permet de résonner avec nos propres questionnements.
Thierry Picard a dirigé le digital d'un grand groupe pharmaceutique et il nous explique aujourd'hui les avancées technologiques pour réduire la consommation de médicaments.En France, pays champion de la prise de médicament, il m'a semblé important d'abordé ce sujet car il peut vous aider à vous faire du bien.Avec Thierry, nous abordons évidemment les médecines douces mais aussi et surtout comment la technologie aujourd'hui permet de réduire sa consommation.Evidemment il ne s'agit pas de faire de l'auto diagnostic via Google mais simplement d'utiliser des outils qui permettent de mieux écouter son corps.Mais par exemple, on peut mettre (et maintenir) une personne sous hypnose grace à des casques de réalité virtuelle, on peut prévoir ses règles en observant de manière précise la température de son corps, gérer partiellement la douleur liée à une endométriose bref, autant de solutions auxquelles la technologie nous permet d'accéder.
Nicolas Menet est un sociologue spécialisé sur les vieux, DG de Silver Valley et auteur de "construire la société de la longévité".Dans une société viellissante, il est indispensable de parler des vieux mais ce n'est pas nécessairement la ralson pour laquelle je voulais traiter le sujet.Il me semble qu'il y a un rapprochement générationnel que nous avions perdu entre les vieux et les jeunes.L'épisode avec Perla Serva Schreiber avait été un bon indicateur de cela mais plus largement je l'observe autour de moi.Finalement la société nous appelle à revenir à un mode de vie frugal que la société humaine à connu avec les guerres à répétition.En occident, la société de consommation dont nous avons totalement perdu le contrôle nous amène à des défis inédits tant il est plus facile d'imaginer la fin de l'humanité que la fin du consumérisme.Avec Nicolas nous essayons de définir ce qu'est un vieux, nous balayons tous les préjugés vis à vis du sexe, de la vie amoureuse, du rapport aux technologies, bref toutes ces choses sur lesquelles on peut avoir des préjugés idiots.Je vous laisse avec cet épisode, n'hésitez pas à me faire des retours surtout.
loading
Comments (22)

Amandine Llr

J’adore écouter vos podcasts ! Elles sont très enrichissantes 😊 Continuez comme ça !

Oct 29th
Reply

Lauriane Lotti

merci !

Oct 15th
Reply

Adeline Gag

Super merci pour ce podcast! Est ce possible de mettre des références des livres dont vous parlez? Bonne journée

Jun 4th
Reply (2)

Lama Serhan

excellent boulot !

Jun 4th
Reply

Lama Serhan

Un grand OUI à l'épanouissement collectif en réponse au développement personnel...

Apr 30th
Reply (1)

Lama Serhan

Episode trop court car sujet si vaste ! Merci quand même 🙏

Apr 30th
Reply (1)

Nadège

J'aime beaucoup vos podcasts, seulement je trouve l'utilisation d'anglicismes vraiment excessive dans cet épisode. Bien-sûr fallait s'y attendre rien qu'au titre, mais est-ce vraiment nécessaire d'en mettre un à chaque phrase ? 🙄 Je trouve ça juste un peu dommage.

Apr 29th
Reply (2)

Rémi B

👍👍💯

Mar 28th
Reply

quesben

🙄

Sep 19th
Reply

Fred jacques

J'ai adoré ! Merci pour ce podcast merveilleux ! Quel bonheur 😉

Sep 7th
Reply (1)

Fred jacques

Bonjour, les solutions de court-voiturage existent déjà. Pour ne citer que la plus utilisée, Karos, subventionnée par le STIF ce qui permet aux porteurs de pass Navigo de covoiturer 2 fois par jour gratuitement. je l'utilise moi même plusieurs fois par semaine pour aller au travail depuis presque 2 ans et ça fonctionne bien ! évidemment ça demanderait a être plus répandu mais petit à petit ça se développe ! voilà c'etait ma modeste contribution 😉

Sep 5th
Reply (1)

Jennifer Néant

Merci pour cette très belle interview. J'aime bcp la liberté de parole de cet homme : sa vision de la vie va à l'encontre de tout ce que nous propose le monde d'aujourd'hui (le consumérisme, l'égoïsme, la violence...).

Jul 3rd
Reply

Valentin Moi

j'aime bien, j'ai la sensation de me cultiver en écoutant vlan

Jan 18th
Reply (1)
loading
Download from Google Play
Download from App Store