DiscoverPodcast de l'Émergence | Pierre-Luc Poulin
Podcast de l'Émergence | Pierre-Luc Poulin
Claim Ownership

Podcast de l'Émergence | Pierre-Luc Poulin

Author: Pierre-Luc Poulin

Subscribed: 8Played: 158
Share

Description

Compagnies et concepts en émergence qui démontrent du courage et de la créativité et inventent un avenir qui sera positif... enfin je l'espère ;

Personnalités[Influenceurs] qui sont vraiment intéressants à suivre, à lire et à écouter ;

Trucs pour être plus productif et positif ;

Idées pour demeurer enthousiaste et focus ;

Bref, ce sera hétéroclite mais en même temps congruent.

Lorsque nous sommes à notre compte ou que nous voulons avancer, changer, des défis se présentent et nous avons tous besoin d'un petit coup de "pep".. J'espère que vous le trouverez ici,

Bonne écoute :)
61 Episodes
Reverse
Troisième et dernier épisode de la série "Les 3 facteurs de rendements". Interview avec William-André Nadeau, gestionnaire de portefeuille chez Tactex gestion d'actifs.
Interview avec M. Rémy Morel de la firme Barrage Capital.Dans ce podcast, Rémy répondra aux questions suivantes :- Pourquoi un investisseur devrait-il s’intéresser à la voiture autonome?- Est-ce que Barrage Capital possède des investissements dans la voiture autonome?- Est-ce que cela prendra du temps avant de voir son apparition à grande échelle?- Avec nos conditions hivernales difficiles, n’est-il pas utopique d’imaginer qu’on aura accès à cette technologie un jour au Québec?- Qu’est-ce qui pourrait retarder considérablement l’adoption massive de la voiture autonome un peu partout?- Autre que Waymo, quels compagnies travaillent sur la voiture autonome?- Quelles industries seront affectées?Industries évidentes: Assurance-auto (moins accidents)Concessionnaire auto (auto-partage), (Autonation, 7x) (affectés par tarifs et risque récession)Réparation voiture & Pièces d’autoPWC prédit qu’en 2030, l’électronique représentera 50% des coûts. Parts de marché aux techno.Écoles de conduite.Camionnage / livraisonsUber - LyftTransports publicsStationnementsPétrole et énergie.Industries moins évidentes: Hôtels et motels sur les bords de route. Plus besoin arrêter pour dormir. Ex: voyage Montréal-Floride. AvionsVoyages en voiture (ex: Montréal-Floride, 30 heures, dormir dans l’auto).
« Lauréat du Prix Relève 2017 remis lors de la 10e édition des Prix Excellence CSF. Il est associé principal à finance-toi-mieux.com, un service innovateur destiné aux étudiants universitaires, et cofondateur du cabinet de services financiers Gestion FTM, qui vise entre autres à inculquer de meilleures connaissances financières à ses clients.»Marc-Étienne sur Linkedin : https://www.linkedin.com/in/marc-etienne-legault-salvail-1a950446/
Voici l'article qui m'a inspiré ce podcast :https://www.fool.ca/2018/12/02/dollaramas-tsxdol-stock-has-plunged-by-31-should-you-buy-before-earnings/C'est une bonne lecture!:)
Entrevue avec Rémy Morel, partenaire chez Barrage Capital.LA question: Est-ce un bon temps pour investir en immobilier ? Les taux d'intérêt sont bas, il n'y a pas eu un cycle baissier depuis le début des années '90. Puis, les autres questions :- Que dire des possibilité de flips ?- Pourquoi l'immobilier est-il considéré souvent plus sécuritaire que la Bourse ?- Pourquoi fait-on moins ses devoirs en Bourse?- Comment réussir en immobilier?- En immobilier, on dit souvent que l'immeuble se paie tout seul. Qu'est-ce que cela veut dire?- Quelle est l'erreur que font bien des investisseurs en immobilier lorsque vient le temps d'intéresser à la Bourse?- Peut-on investir en immobilier à la Bourse, plutôt que d'acheter des immeubles ?- On dit qu'en immobilier, on peut profiter de l'effet levier, alors qu'à la Bourse, c'est moins le cas. Est-ce vraiment le cas ?
Entrevue avec William-André Nadeau, gestionnaire de placements chez Tactex.« À court terme, la Bourse est guidée par l’émotion, mais elle finit toujours par suivre la juste valeur des actions.La définition de la bonne valeur fondamentale d’une entreprise peut varier selon la perception de chaque investisseur sur un horizon de court ou de long terme. À mon avis, en termes de ratios financiers, acheter à prix raisonnable sur un horizon de 5 ans ou à escompte sur 1 an fait partie de la définition “valeur”. Déterminer la juste valeur d’une entreprises en Bourse exige plusieurs calculs qui doivent actualiser les données prévisionnelles des profits et des ventes. La juste valeur peut considérablement varier, selon la personnalité de l’investisseur ou du gestionnaire. D’ailleurs, selon moi, de nombreux facteurs externes doivent être pris en considération pour déterminer la juste valeur d’un titre, comme l’industrie, la dominance de l’entreprise, la qualité du management, la réalité économique et la valeur de la marque. Acheter un titre qui se transige à seulement 8 fois les profits anticipés du consensus des analystes (si 16 fois le S&P500) pourrait être considéré comme étant surévalué si l’entreprise ne présente pas un potentiel suffisant de croissance des ventes et des profits. Dans un cas contraire, un titre qui se transige à 25 fois les profits, et qui est donc plus cher que le marché (S&P500) pourrait être considéré comme sous-évalué si la croissance prévue des revenus et des profits sur quelques années est de 15% par an.Dans ce balado, je parle des compagnies de Cannabis pour comprendre comment les titres de ce secteur sont exagérément surévalués à cause d’un excès de confiance des investisseurs et de la spéculation.
La bourse, c'est connu, nous fait vivre des instants de haute voltige de temps à autres... et quelques fois tous les jours!Volatilité, risque, corrections boursières, opportunités... comment bien comprendre ces termes(qui ne sont pas tous des synonymes!)Patrick Thenière, président de Barrage Capital, nous explique sa façon de concevoir les mouvements à la bourse versus le risque de «tout perdre son capital investi».
Premier entretien d'une série de 3 avec William-André Nadeau, gestionnaire de portefeuille chez Tactex gestion d'actifs :« Sélectionner des entreprises visionnaire en Bourses / Des titres sous-évalués, fondamentalement solides, et bénéficiant de l’engouement récent des investisseurs sont trois importants facteurs de rendement en Bourse, selon le gestionnaire William André Nadeau.Comment reconnaître des titres?Ces firmes, déjà chefs de file de leur niche de marché, délogent leurs concurrents par la vitesse de réaction et savent rebondir après des échecs pour s’adaptent très vite à l’environnement. Elles attirent les employés et les partenaires de talent et savent comment les motiver et les retenir. Les besoins latents des clients sont scrutés à la loupe, car ces entreprises créent, grâce à leur innovations continues, des produits de qualité dont les coûts de production sont souvent radicalement plus faibles que ceux des concurrents. Une fois qu’elles s’imposent comme des chef, ces compagnies sont difficilement indélogeables. De plus, elles continuent sans cesse à surprendre les consommateurs et les analystes financiers grâce à une direction de style ​transformateur.​ En effet, leur mode de pensée est issu d’une forte culture organisationnelle bien décrite dans l’étude de deux chercheurs d'Harvard intitulée​ Bâties pour durer. ​Ce livre, l’un des meilleurs ouvrages en management des années 90, explique pourquoi les grandes organisations sont souvent sclérosées dans leur hiérarchie, où les décisions sont prises au sommet, alors que les entreprises visionnaires préfèrent décentraliser et aplanir l’organigramme hiérarchique. Les rendements en Bourse de ce type d'entreprises visionnaires a été nettement supérieur aux indices boursiers selon l’étude de ​James Collins et Jerry Portas dans leur ouvrage ​Bâties pour durer.Les exemples de ce type de compagnies visionnaires sont Amazon, Netflix, Apple (surtout à l’époque de Steve Jobs, Interactive Brokers, Google, Shopify et Etsy. Au Canada, l’histoire de Bombardier est un bel exemple. Il y a des milliers d’entreprises de ce style qui sont toutefois plus difficiles à identifier lorsqu’elles sont de plus petites tailles. Non seulement la croissances de leurs revenus est étonnement élevée à long terme, mais leur dirigeants préfèrent souvent sacrifier des profits à court terme pour en réaliser de plus importants cinq, dix ou quinze ans 10 ou 15 plus tard. C’est lorsque ces entreprises dominent un vaste marché que leur marge de profits est plus élevée, car elle prennent des risques importants, mais la justesse de leur vision réduit le risque. »Le courriel de William-André : Wanadeau@tactex.ca
Comme promis, voici la liste des liens des différents articles mentionnés dans ce podcast :1) "Si j'avais été une femme..." : https://www.cnbc.com/2018/10/16/warren-buffett-says-being-a-white-man-helped-him-succeed.html2) Taux d'intérêt : https://www.cnbc.com/2018/10/11/warren-buffett-on-why-interest-rates-matter-so-much-for-investing.html3) Charlie Munger : https://www.forbes.com/sites/bryancollinseurope/2018/10/11/warren-buffetts-right-hand-man-charlie-munger-on-avoiding-painful-failures/#6e4a0f06510e
Apple ou Amazon? Bezos ou Cook? iPhone ou Prime? Grosses marges de profit ou domination des ventes? Laquelle de ces actions possède la meilleure évaluation et est la mieux préparée pour l'avenir?Comme promis voici le lien qui m'a inspiré ce podcast: https://www.marketwatch.com/story/amazon-vs-apple-which-should-you-own-if-you-can-only-own-one-2018-10-02?siteid=yhoof2&yptr=yahoo
loading
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store