DécouvrirArrêt sur images - audio
Arrêt sur images - audio

Arrêt sur images - audio

Auteur: Arrêt sur images

Abonnements: 68Lu: 681
partager

Description

ASI, présentée par Daniel Schneidermann, prolonge le travail de l'émission de France 5 : un retour critique sur des sujets traités dans les médias nouveaux et traditionnels. Retrouvez ici nos 15 dernières émissions en accès libre. Pour découvrir l'intégralité de nos publications (émissions, articles et chroniques), rendez-vous sur https://www.arretsurimages.net
54 Episodes
Reverse
Deuxième vague ou pas deuxième vague ? Alors que le nombre de contamination par le coronavirus n’a cessé d’augmenter cet été, le port du masque se généralise - y compris sur notre plateau ! Obligatoire en intérieur, jusque dans les open spaces à partir du 1er septembre, il est désormais requis dans toutes les rues de Toulouse, Marseille, Paris depuis ce matin… Ces mesures sont-elles nécessaires et comment sont-elles acceptées ? Tentative d’éclairage avec Yves Gaudin, virologue et directeur de recherche CNRS, Laurent Toubiana, docteur en physique et épidémiologue à l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé, et Jocelyn Raude, chercheur en psychologie sociale à l’École des hautes études en santé publique.
L'enseignement à distance est-il le paradis de l'invention de nouvelles méthodes, de nouveaux outils pédagogiques plus adaptés ? Ou bien est-ce l'enfer d'un enseignement numérique noyauté par les intérêts du privé, avec l'objectif secret du ministère de l'Éducation de réduire drastiquement le nombre d'enseignants devant les élèves ? La présence est-elle indispensable à un bon enseignement ? Pour débattre de ces questions, trois invités : Marie-Christine Levet, fondatrice du fonds d’investissement EduCapital, elle finance des start-up qui développent des technologies dans le domaine de l’éducation ; Rachid Zerrouki, professeur des écoles à Marseille en sections d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA), il est connu sous le nom de Rachid L'Instit sur Twitter et écrit des chroniques dans plusieurs médias comme Slate ou Libération ; Laélia Véron, chroniqueuse pour Arrêt sur Images mais également maîtresse de conférence en stylistique et langue française, et enseignante en prison.
150 citoyen.nes tiré.es au sort ont donc accouché de 146 propositions visant à réduire le bilan carbone de la France. Les réactions politiques et médiatiques ont été conformes à ce qu'on pouvait en attendre, certains trouvant que les 150 n'étaient pas allés assez loin, les autres criant déjà à la "dictature verte". Retour sur ces réactions, et tentative de bilan de cet exercice de démocratie inédit, avec Cyril Dion, garant de la convention citoyenne pour le climat, Hugues-Olivier Brillouin, photographe, citoyen de la convention et Marine Rogovitz, étudiante, citoyenne de la convention.
Racisme policier, racisme institutionnel, racisme d’État : ces termes heurtent à chaque fois qu’il sont prononcés, et dernièrement encore dans le sillage de l'affaire George Floyd. Pourtant, trois affaires enfouies amènent à examiner l'hypothèse. Trois affaires oubliées qu'on raconte dans cette émission avec trois invitées : Dominique Manotti, autrice du roman policier "Marseille 73", sur les ratonnades de Marseille en 1973 ; Sarah Angèle, petite-fille d’Emmanuel Cravery Angèle, tué dans les émeutes en 1967 en Guadeloupe et Marie Bonnard, autrice du documentaire "Les ayant-droits" sur les mineurs marocains embauchés par la France dans les années 1960.
Énorme émotion politique et médiatique : et si l'élection présidentielle avait été confisquée par le parquet national financier, en charge de l'enquête sur les emplois fictifs de Penelope Fillon, parquet qui aurait été soumis à de fortes pressions pour mettre en examen le candidat de la droite ? Cette émotion est générée par des déclarations de l'ancienne cheffe du PNF Eliane Houlette devant une commission parlementaire. Pour en parler, le président de cette commission, député Insoumis du Nord, Ugo Bernalicis ; et Pierre Januel, journaliste couvrant la commission pour le site de l'éditeur Dalloz, ancien collaborateur parlementaire EELV et ancien porte-parole du ministère de la Justice sous Jean-Jacques Urvoas. Et notre chroniqueuse linguiste Laélia Véron.
Y a-t-il eu pendant et après le confinement quelques 40 000 enseignants décrocheurs en France ? Des "profs aux abonnés absents", des profs "tire-au-flanc", qui ont disparu de la circulation sans explication, pour cause de décrochage numérique ? Pour l'avoir affirmé, France 2 et Le Figaro ont été vigoureusement contestés sur les réseaux sociaux. On va donc partir à la recherche de ces profs "décrocheurs" avec quatre invitées : Marie-Estelle Pech, journaliste au Figaro en charge de la rubrique Education ; Sophie Vénéditay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU (syndicat majoritaire dans le secondaire) et professeure de SES ; Sophie Audoubert, professeur de lettres et autrice du livre "Don Quichotte en banlieue" (Philippe Rey, 2008) et Myriam Menez, présidente de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP) dans le Val-de-Marne.
De quelle nature est le racisme dont sont affectés des policiers français ? Un racisme fonctionnel, systémique, un racisme "sans racistes" ? Ou alors s’agit-il, comme semblent le montrer plusieurs révélations médiatiques ces derniers jours, d’un racisme idéologique, entre des policiers qui parlent régulièrement entre eux de "bicots", de "bougnoules", de "youpins" ou de "nègres" ? Pour essayer de comprendre, quatre invités : Jean-Michel Schlosser, sociologue et ancien policier ; Christophe-Cécil Garnier, journaliste à StreetPress et auteur d’un des scoops paru la semaine dernière sur le racisme dans un groupe Facebook de policiers ; Camille Polloni, journaliste en charge des sujets minorités et discriminations à Mediapart et autrice d’un autre scoop sorti au même moment avec Arte Radio, sur un groupe WhatsApp de policiers ; et Sébastian Roché, politologue et spécialiste de la délinquance et de la sécurité.
Des États-Unis nous parviennent ces jours-ci des images nouvelles et surprenantes : des émeutes raciales qui à l'examen se révèlent multiraciales, des policiers qui par dizaines mettent genou à terre devant les manifestants et, dernière en date, un mur de grillages autour de la Maison Blanche. Que se passe-t-il aux États-Unis, et de quelle manière ces images américaines viennent-elles percuter en France les représentations des violences policières, du racisme dans la police et plus généralement du privilège blanc ? Questions avec nos trois invités : Maboula Soumahoro, maîtresse de conférence à Tours, spécialiste de la diaspora noire et africaine aux États-Unis (autrice de "Le Triangle et l’Hexagone. Réflexions sur une identité noire" sorti en 2020 aux éditions La Découverte) ; Romain Huret, historien à l'EHESS, spécialiste des inégalités sociales et économiques aux États-Unis ; et Arwa Barkallah, ancienne correspondante pour la BBC à Dakar.
Rien ne va plus en Bretagne, en tous cas chez les journalistes bretons, qui dans une lettre ouverte sans précédent au président de la région Bretagne, dénoncent les intimidations, les auto-censures, les censures en provenance de la profession agricole en général et plus particulièrement sur le sujet de la pollution aux algues vertes. L'information bretonne doit-elle s'émanciper, va-t-elle s'émanciper ? Questions posées à nos deux invités : Philippe Gaillard, ancien rédacteur en chef de la rubrique agricole de Ouest-France ; et Morgan Large, journaliste à la radio locale bilingue RKB et conseillère municipale d'opposition à Glomel (Côtes d'Armor).
Mais qu'ont-ils donc dans la tête, ces voyageurs qui s'agglutinent dans les RER et les TER sans respecter les marquages au sol, se regroupent à Paris sur les bords du Canal Saint-Martin, parfois en consommant de l'alcool, ou qui se précipitent dès les premières heures du déconfinement dans les magasins de prêt-à-porter ? Les pauvres et leurs comportements sont-ils aberrants ? Intitulé provocateur de notre émission, avec deux invités : Denis Colombi, sociologue et auteur de "Où va l'argent des pauvres" (Payot) ; et Laura Varlet, cheminote à la SNCF, syndiquée Sud Rail et militante au NPA.
Retourner à l'école ? Evidemment ! Maternelle, primaire, collège, lycée ! Mais dans quelles conditions, à quels risque, et qui doit assumer ces risques ? Redoutable question qui se pose aux parents et aux enseignants, de l'obéissance ou non aux consignes, même si ces consignes sont floues ou contradictoires, selon qu'on écoute Emmanuel Macron, Edouard Philippe ou Jean-Michel Blanquer. Question posée à nos deux invités : Fanny Le Nevez, institutrice en maternelle à Fresnes (Val-de-Marne), autrice d'un article de blog sur Mediapart, "Sans moi le 11 mai" ; et Olivier Vincent, professeur en lycée professionnel à Marseille.
Il aura fallu rien de moins qu'une pandémie mondiale pour nous obliger à regarder en face ce que personne ou presque ne souhaitait trop regarder : les conditions de vie et de mort des résidents en Ehpad, ou des "vieux dans les maisons de retraite" quand on les appelait encore par un autre nom. Et aussi les conditions de travail de ceux qui les soignent au quotidien, ces "héros du quotidien" comme on les appelle aujourd'hui. Nous évoquons de cette invisibilité avec Anne-Sophie Pelletier, ancienne aide médico-psychologique dans un Ehpad, aujourd'hui eurodéputée France insoumise. Avec l'historien de la Grande guerre Stéphane Audoin-Rouzeau, nous nous interrogeons sur la rupture anthropologique que constitue l'acceptation apparemment générale de la renonciation aux rites funéraires de nos parents et de nos grands-parents, induite par la pandémie. Nous terminons l'émission avec une chronique de Laélia Véron.
Les images se bousculent : Emmanuel Macron était hier à Marseille dans le laboratoire de Didier Raoult. Chaque soir, sur toutes les chaînes à 20h, les soignants sont célébrés comme des héros. Retourner travailler ou rester confinés? Les injonctions contradictoires se bousculent aussi, vite, très vite, trop vite. C'est pourquoi nous prenons aujourd'hui le temps de réfléchir, avec notre invité : Christian Lehmann, médecin généraliste, écrivain et chroniqueur régulier pour "Libération".
A peine deux semaines et déjà nous pensons à l'après-confinement. Car l'urgence nous semble être d'anticiper pour ne pas laisser l'événement décider à notre place. Qui dit déconfinement parle de ciblage, traçage, puçage, qui permettraient d'identifier contaminants et contaminés pour protéger les uns et les autres - au prix d'une intrusion sans précédent dans les vies privées. Quelles sont les mesures envisagées, envisageables, possibles, souhaitables ? Questions posées à nos deux invités : Olivier Tesquet, journaliste Télérama et auteur de "A la trace" (Premier parallèle, 2020) ; et Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique. Ce débat est suivi d'une interview de Anasse Kazib, ancien chroniqueur des "Grandes Gueules" bien décidé à ne pas se taire ; et d'une chronique de Laélia Véron sur la romantisation du confinement par les "journaux" publiés. Thibault Prévost et Loris Guémart nous présentent aussi leurs enquêtes de la semaine.
Si toutes les caméras de l'information en continu, tous les réseaux sociaux sont braqués sur la pandémie de coronavirus, il n'en a pas toujours été de même dans le passé. Sans remonter jusqu'à la fameuse grippe espagnole de 1918-1919, tombée dans les oubliettes de l'Histoire, qui se souvient de la meurtrière grippe de Hong-Kong qui tua des dizaines de milliers de personnes en France entre 1968 et 1970, et environ 1 million dans le monde? Pourquoi est-elle passée à ce point inaperçue? Nous tenterons de le comprendre avec notre invité Patrice Bourdelais, historien de la santé publique. Et avec Joël Chandelier, spécialiste de la médecine médiévale, nous tenterons de distinguer les mythes et les réalités de la grande peste noire du Moyen Âge. Entre les deux, Mathilde Larrère nous ramène en 1832, où la France a connu une meurtrière épidémie de choléra.
Le coronavirus, trop ou trop peu, trop tôt, trop tard ? Les politiques de lutte contre la pandémie sont-elles proportionnées à l'événement, notamment en France, et comment les médias en France éclairent-ils ou pas cette question ? Au lendemain de l'intervention d'Emmanuel Macron, question posée à nos deux invités : François Salachas, neurologue à la Pitié-Salpêtrière et membre du collectif Inter-Hôpitaux ; et Philippe Devos, intensiviste au CHC de Liège, président de l'Association belge de syndicats de médecins (ASBYM).
Une nouvelle crise migratoire se profile-t-elle en Europe ? Le président turc Erdogan aurait, dit-on, ouvert les frontières de son pays avec la Grèce, menaçant l'Europe du déferlement de millions de migrants. En attendant, ce qui déferle vraiment, ce sont des vidéos confuses et contradictoires en provenance de ces frontières de l'Europe et des analyses tout aussi contradictoires sur la stratégie d'Erdogan. Sa Stratégie en Syrie, avec la Russie et sa stratégie par rapport à l'Europe et l'OTAN ? De cet Orient compliqué, nous allons tenter de dégager des idées simples avec les concours de nos trois invité.e.s : Didier Billion, directeur adjoint de l’ IRIS (institut de relations internationales et stratégiques), spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient ; Guillaume Perrier, journaliste indépendant, auteur de "Dans la tête d’Erdogan" (Actes SUD) ; Marie Jégo, journaliste, correspondante du Monde à Istanbul.
Plus d'un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, le gouvernement et les médias semblent découvrir qu'il existe un sérieux problème de violences policières en France. Pourquoi maintenant ? Comment expliquer cet éventuel retournement ? Et s'agit-il seulement d'une inflexion du discours ou faut-il en attendre de vrais changements dans la politique du maintien de l'ordre en France ? Questions à nos trois invités : Assa Traoré, soeur d'Adama Traoré, décédé en juillet 2016 après son interpellation et membre du "Comité vérité et justice pour Adama" ; Doria Chouviat, veuve de Cédric Chouviat, livreur décédé le 5 janvier à Paris à la suite d'un contrôle routier ; et Arié Alimi, membre de la Ligue des Droits de l'Homme et avocat de la famille Chouviat.
En sommes-nous arrivés au point où il faut sauver la nuit ? Oui, il faut la sauver. La sauver de toutes les pollutions lumineuses qui masquent les étoiles, gaspillent inutilement de l'énergie et menacent de nombreuses espèces animales. Mais qui en veut à la nuit ? Les allergiques aux noctambules, ou plus largement la logique libérale pour laquelle tout interstice temporel doit être rentable ? Sur le plateau, deux invités aux approches complémentaires et, par certains aspects, contradictoires : Samuel Challéat, géographe et coordinateur du collectif RENOIR (Ressources environnementales nocturnes et territoires), auteur de "Sauver la nuit' (Editions Premier Parallèle) ; et Michaël Foessel, professeur de philosophie à Polytechnique, auteur de "La nuit : vivre sans témoin" (Editions Autrement).
Et si on se replongeait dans de vieilles émissions d'ASI à la télé, distillées sur le site en calendrier de l'Avent depuis le début décembre ? Pour la fin d'année, Emmanuelle Walter prend la chaise de Daniel Schneidermann et en fait son invité, le temps d'une émission. Avec lui en plateau, André Gunthert, chroniqueur Arrêt sur images.
loading
Commentaires 
Télécharger sur Google Play
Télécharger sur l’App Store