DiscoverLa Cravate
La Cravate

La Cravate

Author: Yohan Zuckmeyer

Subscribed: 39Played: 678
Share

Description

La Cravate, c'est un accessoire de mode et un geste rugbystique ultra technique !
Mais La Cravate, c’est surtout le podcast où l'on prend le temps de discuter avec des personnalités extraordinaires liées au monde du rugby. 
C’est un peu une bulle intemporelle ou on s’autorise à échanger sur leur parcours unique, parsemé de réussites, et parfois de coups durs.
👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee (https://fr.tipeee.com/lacravate) où sur Ko-Fi (https://ko-fi.com/lacravate) !
46 Episodes
Reverse
Enfant du pays Ariégeois, Didier s'essaie au rugby à ses 10 ans dans son fief de Lavelanet. Doué, il en atteint l'Equipe Une à seulement 17 ans, dans une première division ou les anciens ne faisaient pas de cadeaux. D'abord troisième ligne, c'est à son départ à Quillan qu'il se reconvertit avec succès au talonnage. Il deviendra alors international militaire, France B et A' et rencontrera notamment Jean Pierre Garuet qui deviendra comme un frère pour lui.  Son parcours le mène par la suite à Montferrand, Albi, Thuir et Prades où il clôturera une magnifique carrière à 34 ans. De sa carrière de joueur, Didier garde un amour inconditionnel pour la mêlée dont il est sans doutes aujourd'hui le plus grand spécialiste Français. D'ailleurs, il prodigue son savoir auprès des sélections, clubs et joueurs de tous niveaux qui le sollicitent. Il a guidé au cours des 4 dernières décennies des centaines de joueurs, dont certains sont devenus des références mondiales à leur poste. Bénévole tout au long de sa vie rugbystique, Didier dénote clairement dans ce sport ou l'argent est de plus en plus présent. Son dada, c'est d'aider ceux en qui personne ne croit, les "fonds de casseroles" comme il dit, pour monter le plus haut possible. Toujours dans le partage et la transmission, Didier est quelqu'un de très croyant. D'ailleurs, sa foi le guide en permanence dans sa vie et ses décisions  C'est également un véritable mordu d'art, et vous allez entendre qu'il communique sa passion avec une sensibilité qui lui est propre. Vous l'imaginez bien, j'ai passé un moment incroyable avec Didier. Son amour du rugby n'a d'égales que sa gentillesse et son humanité débordante. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Durant son enfance en région Toulousaine, David découvre le rugby dans le club de Saint Jory, un peu par défaut.  C'est en 1985, au soir de la finale du Championnat de France opposant le Stade Toulousain à Toulon qu'il a le déclic : sa vocation était née et il fera tout pour devenir un grand joueur !  A 17 ans, alors au Lycée Jolimont, il est remarqué par le Stade Toulousain avec qui il s'engage. Il entame alors une irrésistible ascension couronnée de 5 boucliers de Brennus, 2 Trophées du Manoir, de la première Coupe d'Europe et 6 sélections avec le XV de France.  Mais l'histoire était trop belle...à partir de 1997, des soucis de santé l'accablent. Il quitte alors Toulouse pour Brive, puis pour Montauban, mais sa méforme générale et des blessures à répétition ont peu à peu raison de sa carrière de joueur pro, alors qu'il n'a pas encore 30 ans.  En 2002, un nom est enfin mis sur le mal qui le touche, il est atteint d'une sclérose en plaques.  Après près de 5 années d'une grave dépression, David parvient à reprendre le dessus avec l'aide de ses proches qui ne l'ont jamais lâché.  Aujourd'hui, il se régale tant dans son boulot que sportivement, dépassant chaque jour ses limites et repoussant un petit peu plus loin la maladie qui le touche.  David est doté d'une énorme force de caractère, il a 1000 projets en tête et le plus fou, c'est qu'il arrive à les mener à bien. J'ai véritablement passé sur super moment en sa compagnie. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Enfant des Hautes-Pyrénées, Marc grandit dans une famille d'agriculteurs du village de Tournay ou il chausse d'ailleurs ses premiers crampons.  Pur produit de la filière fédérale, il est sélectionné dans toutes les équipes de France jeune et effectue ses débuts professionnels en 2003 au sein d'un Biarritz Olympique alors sommet de son art. Il y remporte d'ailleurs le Bouclier de Brennus en 2005 et 2006.  Il parcourt ensuite les 5km qui le séparent du stade Jean Dauger pour écrire le plus beau chapitre de sa carrière. Il passe 7 saisons à l'Aviron Bayonnais, devenant même le capitaine d'une équipe qui faisait corps avec sa ville et son peuple !  Les histoires d'amour finissant mal en général, il est mis au ban par le nouveau duo d'entraineurs en 2013. Guidé par ses amitiés, il relève alors un nouveau défi et rejoint le club de Béziers, y passant 2 saisons, avant de filer à Agen ou il tirera sa révérence en 2017.     Après avoir baigné pendant plus de 30 ans dans le rugby, Marc est aujourd'hui magnifiquement reconverti dans les assurances puisqu'il est à la tête d'un cabinet florissant en plein centre-ville de Tarbes.  Passionné et souvent excessif, c'est un besogneux qui a besoin d'être actif pour se sentir vivant. Il n'en oublie pour autant pas sa famille à laquelle il est extrêmement lié.  C'était vraiment super de passer ce moment en compagnie de Marc. C'est quelqu'un de très nature et qui attache une grande importance à la parole donnée.   🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Originaire de Marvejols, en Lozère, Joël est d'abord attiré par le foot, et découvre le rugby un peu plus tard avec ses copains du village. Il intègre plus tard le sport étude d'Issoire puis le club de Béziers en Crabos, et y gravit les échelons jusqu'à faire son premier match de Top 16 à 20 ans, lors d'un derby contre le rival Narbonnais. Après la descente du club en Pro D2, il y passe 3 saisons, s'aguerrissant et prenant de l'épaisseur dans l'effectif. Alors convoité par des clubs de l'élite, il s'engage en 2008 avec l'US Dax ou il passera 1 saison. S'en suit un passage à Montauban, marqué par la double rétrogradation administrative du club, laissant ce dernier en Fédérale et contraignant les joueurs à trouver un point de chute en urgence. C'est ainsi que mon invité signe à Carcassonne, sans se douter qu'il en deviendrait plus d'une décennie plus tard une figure emblématique. Infatigable guerrier, Joël a pris sa retraite de joueur après 17 saisons de rugby pro. En pleine phase transitoire et habile de ses mains, il compte lancer son entreprise dans l'aménagement extérieur. Alors qu'il est plutôt réservé, j'ai adoré échanger avec Joël. Son état d'esprit est d'autant plus remarquable qu'il a pris le parti de décliner des offres, parfois très alléchantes sportivement et mais aussi< financièrement, pour préserver l'équilibre et le bien-être des siens.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Né en 1979 à Pau, Damien grandit dans le rugby, son papa étant alors un brillant joueur. Suivant ses traces sur le terrain de Nay, il se révèle être très à l’aise dans l'exercice et se retrouve rapidement sollicité par la Section Paloise. Le paternel veillant au grain, il n'y file que plus tard, l'année de son Bac. D'abord intégré à l'effectif Crabos avec qui il obtient de superbes résultats, il fait ses premiers pas en Equipe 1 quelques temps plus tard pour en devenir rapidement un cadre. Tout s'enchaine, et il décroche sa première cape avec le XV de France à 22 ans. Il dispute sa première Coupe du Monde en 2003 et remporte notamment les Grands Chelems 2002 et 2004. C'est alors qu'il part poursuivre son ascension au Biarritz Olympique, soulevant coup sur coup, 2 Boucliers de Brennus. S'en suivent 2 autres Coupes du Monde, dont la finale de 2011 qui sonnera la fin de son aventure en Bleu, après avoir arboré à 86 reprises le maillot frappé du Coq. En 2014, poussé vers la sortie d'un BO en déclin, il relève un dernier challenge et boucle la boucle à la Section Paloise. Critiqué à son arrivée, il fera taire les mauvaises langues avec des prestations de haute volée, aidant les Verts et Blancs à remonter et à se maintenir en Top 14 ! Navigant entre Biarritz et Pau, Damien est magnifiquement reconverti puisqu'il est associé de la Miot, une prestigieuse entreprise spécialisée dans la vente de confitures, confiseries et autres chocolats artisanaux. Très pris par ses affaires, il suit pour l'instant d'un œil plus lointain le rugby, consacrant principalement son peu de temps libre à sa famille. Je me suis régalé en compagnie de Damien et suis d'autant plus content d'avoir pu échanger avec lui, qu'il est plutôt d'un naturel réservé et pudique !  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Né à Bordeaux, David s'installe rapidement au Pays Basque, à St Jean de Luz, où ses parents l'emmènent régulièrement voir les match de l'équipe de rugby locale.  Il s'inscrit alors dans le club pour retrouver ses copains et gravit les échelons jusqu'à en devenir équipier premier.  Suite à son année d'armée au Bataillon de Joinville, il s'engage au Biarritz Olympique où il passe 10 saisons, agrémentées notamment d'une finale du championnat de France en 1992.  Pouvant jouer ouvreur ou arrière, il s'engage avec Brive en 1999, découvrant ainsi le professionnalisme dans un club alors en avance sur son temps.  Toutefois, il file l'année suivante à la Section Paloise où il passe 3 saisons.  Durant sa carrière il connaitra notamment des sélections avec France à 7 et avec les Barbarians, qui lui laissent un souvenir impérissable !  Il décide finalement de boucler la boucle, en terminant en 2005 en Fédérale 1 à Saint Jean de Luz là où tout a commencé !   Exerçant la profession de policier, c'est sur Twitter que David sévit en commentant l'actualité sportive quand il n'est pas en service.  D'ailleurs c'est un passionné de football qui garde de sa petite enfance à Bordeaux l'amour pour le club au scapulaire, et pour certaines de ses grandes gloires, comme Alain Giresse.     C'était vraiment super de passer ce moment avec David. C'est quelqu'un de simple et très attaché à ses proches puisqu'il est installé à Socoa dans la maison familiale ou se côtoient au quotidien 3 générations !   🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Grandissant du côté de Châtenay-Malabry, Aristide s'essaie d'abord au foot sur le goudron de sa cité. C'est à 10 ans, alors qu'il vit à Massy, qu'il s'initie au rugby avec des gamins qui deviendront ses potes pour la vie. Immédiatement piqué par ce sport, il n'a alors qu'un seul objectif en tête : devenir un joueur professionnel.  Passé par le pôle de Lakanal et toutes les équipes de France Jeune, il s'engage au Stade Français à 18 ans mais ne parvient pas à s'y imposer. Refusant d'endosser le costume d'éternel espoir, il retourne à Massy en 2011 et découvre la Pro D2 l'année suivante, avant de poser ses valises en Italie, du côté de Piacenza puis de Mogliano.  De l'autre côté des Alpes, le coup de foudre est réciproque !  Éclaboussant le championnat de toute sa classe, il intègre le giron de la fédération italienne, en vue de disputer 5 ans plus tard la coupe du monde 2019 avec la Squadra Azzura. Pourtant, sa vie bascule le 13 Novembre 2015, lors d'un de ses rares retours sur Paris. Alors qu’il passe avec quelques amis près du restaurant "Le Petit Cambodge", il croise le chemin de terroristes qui ouvrent le feu.  Aristide est touché par plusieurs balles en protégeant sa sœur, présente ce soir-là et elle aussi touchée.  Suite aux premiers secours prodigués par Serge Simon, s'en suivent des mois de galère, de rééducation et une lutte contre lui-même afin de tenter de reprendre le chemin des terrains. Malgré une invraisemblable réathlétisation, son corps meurtri par les attentats le poussera finalement à se tracer une nouvelle route. Sa folle ambition de fouler à nouveau la pelouse l'aura poussé à dépasser les limites de son corps et de son esprit, lui permettant de se découvrir un peu plus chaque jour. Suite à cet arrêt forcé, il se lance dans l'art. D'ailleurs, l'écriture, la photo ou le dessin sont autant de domaines qu'il explore aujourd’hui avec gourmandise et réussite. J'ai passé un moment véritablement incroyable avec Aristide. Il avance dans sa vie, sans rancœur ni haine, mais avec une détermination hors normes. Ses amis l'ont toujours défini comme étant quelqu’un de bizarre. Moi je dirai qu'il est justement quelqu'un d’extra-ordinaire. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Né en plein cœur du Pays Basque, Pascal est le 6eme du fratrie de 7 enfants ! Grandissant dans l'exploitation familiale, à Méharin, il a été habitué à participer aux taches de la ferme. Absolument pas attiré par le rugby, c'est à 22 ans, suite à son mariage, que sa femme l'incite à s'y mettre pour occuper ses week-ends.  Débutant à Bidart, il rejoint 5 mois plus tard les rangs du Biarritz Olympique et devient rapidement international avec France B ! C'est à 30 ans, en 1986, qu'il honore sa première cape avec le XV de France ! Durant ses 42 sélections, il dispute notamment la finale de la 1ere Coupe du Monde, en 1987. Redoutable et redouté, il restera au BO jusqu'à ses 37 ans, et raccrochera définitivement les crampons 3 ans plus tard, après un dernier tour de piste à petit niveau. Plus que l'homme d'un club, Pascal est l'homme d'une région ! Pour preuve, il n'a jamais voulu quitter son cher Pays Basque ! Magnifiquement reconverti dans l'hôtellerie-restauration, il met autant d'énergie à faire fleurir ses affaires qu'il n'en mettait sur le terrain à l'époque où il était joueur. J'ai passé un excellent moment en compagnie de Pascal. Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est quelqu'un de nature, extrêmement lié à sa famille et à ses frères du XV de France. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Native de Paris, c'est en se rendant chez ses grands-parents du coté de Brive que Cécile découvre le rugby. Enjouée et encouragée à s'intéresser à de nombreux domaines, elle effectue une Licence de Lettres avant de s'orienter vers le journalisme sportif ! C'est en 2012, à l'occasion d'un stage, qu'elle intègre l'Equipe. D'abord pigiste omnisports, c'est au sein de cette rédaction qu'elle se spécialise dans le rugby tout en intervenant pour d'autres médias. En 2014, c'est à l'Equipe TV qu'elle fait ses premiers pas en télévision, avant de filer 1 an plus tard sur Eurosport, devenant la coqueluche des observateurs de la Pro D2. Après 4 saisons passées à arpenter les pelouses de l'antichambre de l'élite, elle s'engage avec France Télévision, étant ainsi l'une des voix du XV de France. Absolument pas prédisposée à intégrer ce milieu, Cécile a une personnalité qui dénote dans le journalisme sportif et elle est la preuve qu'il est possible de réussir à force de travail. Curieuse de tout, c'est une véritable perfectionniste qui ne laisse au hasard aucune de ses interventions à l'antenne. J'ai passé un super moment avec Cécile ! Elle est super intéressante, et on a pu discuter de plein de sujets. Je suis trop content de vous partager notre échange ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Enfant de Tarbes, Nicolas s'engage au Stadoceste dès son enfance, suivant les pas de son père et de son grand frère. Très doué dans l'exercice, il est rapidement remarqué par les entraineurs alentours, et il est sélectionné dans toutes les équipes de France « Jeunes ». Plutôt casanier et très attaché à sa Bigorre, il n'a pas cédé aux sirènes des pôles espoirs ou des nombreux clubs qui le sollicitaient alors. C'est seulement à 19 ans qu'il s'engage à Dax, avant de filer à Perpignan ou il passera 10 saisons et remportera le bouclier de Brennus en 2009. Sa période Usapiste le fera également international, puisqu'il a eu l'honneur de partager la Marseillaise avec son frère Julien lors de la Tournée d'été 2007 du XV de France en nouvelle Zélande. En 2012, il s'engage à Grenoble avant de boucler la boucle au Stado Tarbais, là ou tout a commencé. Passionné du rugby dont il connait l'histoire et les acteurs sur le bout des doigts, c'est dans l'entrainement qu'il s'épanouit dorénavant. Malgré l'apparente nonchalance qu'il aime cultiver, il a su forger une magnifique carrière en composant avec une maladie qui lui aura causé bon nombre de blessures. C'était vraiment chouette de passer ce moment avec Nicolas. Un entourage de bon conseil et une excellente gestion lui ont permis de faire des investissements qui l'autorisent aujourd'hui à mener la vie qui lui plait, faite de sport, de divertissement et de moments en famille. Pour quelqu'un qui de timide et d'introverti, vous allez voir qu'on a bien discuté ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Alors qu'il est plutôt turbulent et casse-cou, c'est durant son enfance à Beaumont de Lomagne que Lionel se tourne naturellement vers le rugby.  A 17 ans, se destinant à la boulangerie/pâtisserie, c'est à l'occasion de son apprentissage qu'il rejoint les rangs de Valence d'Agen.  Fort de solides performances, il est alors remarqué par Clermont ou il part terminer sa formation et faire ses premiers pas en Equipe 1. Barré par le nouvel encadrement du club, il s'engage au Stade Rochelais ou il passe 2 saisons puis prend la direction de Pau avant de traverser la Manche et de grossir le contingent Français de la redoutable équipe de Sale ! Couronnée de succès, son aventure Anglaise durera 4 ans, le faisant notamment Champion d'Angleterre.  D'ailleurs, en 2007 et alors qu'il n'avait jamais été appelé avec le XV de France, ce sont le XV de la Rose et la Squadra Azzura qui lui font les yeux doux. Cependant, l'arrivée de Marc Lièvremont à la tête de l'équipe de France marque le début de son aventure en Bleu, avec lesquels il décrochera 8 sélections. En 2009, il retourne boucler la boucle à Clermont participant l'année suivante au premier sacre des Jaunards en Top 14 ! En 2012, il décide de raccrocher les crampons au terme de sa saison sans doutes la plus aboutie.  Curieux de découvrir de nombreux domaines, Lionel est aujourd'hui à la tête d'un cabinet d'assurance à l'Isle Jourdain. Pour autant il n'en oublie pas de voyager, tant à but touristique qu'en prenant part à des opérations humanitaires. Vraiment, c'était un régal de discuter avec Lionel, c'est quelqu'un d'entier et un puits à anecdotes ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
C'est durant son enfance en Italie, plus précisément à Padoue, que Leonardo démarre le rugby.  Sortant clairement du lot, il est recruté à 20 ans par Calvisano, alors Champion d’Italie et c'est d'ailleurs lors de son aventure Lombarde qu'il vit le début d'une longue histoire avec la sélection nationale. Ses performances le mènent alors en 2009 du côté du Benetton Trévise, club avec lequel il disputera le Pro 14 et se révèlera sur le scène européenne. Sa discipline, et sa soif de réussir lui ouvrent en 2014 les portes du mythique club de Leicester, ou il découvrira une toute nouvelle façon d'appréhender ce sport.  2 ans plus tard, il prend la direction de la France et s'engage avec le club le plus titré d'Europe, le Stade Toulousain. Véritable légende du rugby Italien, il a été de nombreuses fois capitaine de la Squadra Azzurra dont il a porté la tunique à 107 reprises. Passionné par son sport et très attaché à ses proches, Leonardo n'en est pas moins ouvert à de nombreux domaines puisqu'il a notamment poursuivi de brillantes études en économie et en gestion. Doté d'une détermination à toute épreuve, il a réussi à toucher ses rêves du bout des doigts et je suis certain que sa discipline le destinera rapidement à des fonctions très élevées de dirigeant sportif. J'ai passé un super moment en compagnie de Leo, c'est vraiment un bon gars ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Fier représentant d'une illustre famille Narbonnaise, c'est dans les travées du stade municipal que Louis-Benoît est piqué tout jeune par le virus de l'ovalie.  S'inspirant de ses aînés, il fait ses classes au Racing Club Narbonnais jusqu'à devenir le Capitaine de l'équipe fanion à seulement 20 ans. En 2011 et après 4 saisons en Pro D2, ses performances attirent l'attention de Marc Delpoux qui l'enrôle à l’Union Bordeaux Bègles, fraichement promu dans l'élite du rugby français. A l'image du club, il confirme son potentiel jusqu'à devenir cette fois capitaine de l'équipe Girondine. Auteur de 6 saisons de haute volée et poursuivant sa quête d'excellence, il saisit en 2017 l'opportunité de s'engager avec le Stade Toulousain avec qui il réalise un parcours exemplaire, s'établissant comme un leader du vestiaire. Passionné de voyages, de découverte et en quête de sens dans ce qu'il entreprend, Louis-Benoit est vraiment le genre de personnes à se poser 10 000 questions. Il est également fidèle à son clocher, et c'est au sein de son club formateur qu'il compte bien boucler la boucle du rugby professionnel, emmenant avec lui toute l'expérience accumulée durant sa carrière. D'ailleurs il a méticuleusement préparé l'après en s'offrant plusieurs options de reconversion. Je me suis régalé en compagnie de Louis-Benoit. Du genre discret, il s'est pourtant livré comme rarement au cours de notre échange et j'ai adoré découvrir l'homme derrière le joueur. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Profondément Béarnais, Pierre grandit à Nay où il se dirige naturellement vers le rugby. Il y joue jusqu'en équipe une avant de filer à la Section Paloise, où diagnostiqué diabétique, il réussit le tour de force de mener une carrière de plus de 10 ans dans l'Elite du rugby français. Membre de l'effectif qui a réalisé le Grand Chelem 97, il remporte le trophée Du Manoir la même année, ainsi que le Bouclier Européen en 2000. Témoin et acteur de la professionnalisation du rugby à la fin des années 90, Pierre a fait le choix de toujours garder un pied dans la réalité en conservant son travail d'employé municipal.   Epris de littérature, de poésie et de son village de Nay, Pierre est un personnage haut en couleurs qui se trouve là ou il doit être, bien au milieu des siens. Très cultivé et aimant partager, c'est en entrainant différentes catégories d'âges et à différents niveaux qu'il vit le rugby depuis sa fin de carrière.   Au-delà de l'image du bout en train un peu impulsif qui lui colle à la peau, j'ai adoré découvrir un peu mieux l'Homme qui laisse transparaitre sa gentillesse et son bons sens.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Né à Pau, c'est en vallée d'Ossau que Julien grandit au cœur d'une famille dont la vie s'organise autour du rugby. Il rejoint d'ailleurs tout naturellement ses copains à l'Etoile Sportive Arudyenne dès ses 5 ans !  Très doué dans l'exercice, il intègre les rangs de la Section Paloise en Cadets, progressant jusqu'en Equipe Une. Un peu à l'étroit dans son nid Béarnais, il décolle en 2011, direction Toulon et son équipe de galactiques. Alors en concurrence avec la légende Johnny Wilkinson, avec qui il apprend énormément, il décide toutefois de quitter la Rade après une saison pour rebondir à Lyon, alors en Pro D2. Grand artisan de la montée du LOU en Top 14, il passera 2 saisons dans la cité des Gaules avant de se laisser séduire par le discours de l'encadrement du Castres Olympique avec qui il devient Champion de France en 2018. Cadre du vestiaire et très apprécié du public Castrais, il a trouvé dans ce club l'équilibre nécessaire pour s'épanouir pleinement dans son rugby. Passionné de grand air, de sport et de chasse, Julien est terriblement attaché à son village d'Arudy. Se destinant à une deuxième vie en tant que pompier, il compte d'ailleurs s'y réinstaller avec sa petite famille dès sa carrière de joueur achevée. Quel super moment passé avec Julien. J'ai adoré son attachement aux siens et sa simplicité pour aborder les sujets qui lui tiennent à cœur.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Grandissant dans les Landes et fou de sport, c'est au sein du club de Habas que Titou fait ses premiers pas sur un terrain de rugby. Remarqué dans les différentes sélections, il est recruté à Peyrehorade par celui qui deviendra alors son mentor, Monsieur Gaston Dubois. A l'adolescence, il intègre le pôle espoir de Bayonne puis signe à l'Aviron Bayonnais à sa sortie du lycée. Directement intégré en équipe 1, il y reste 6 ans avant de se laisser séduire par l'ambitieux projet du CA Brive, avec qui il remporte notamment une Coupe d'Europe, en 1997. Dans le même temps, il devient un cadre du XV de France, s'adjugeant 2 Grands Chelem et éclaboussant de son talent la légendaire demi-finale de Coupe du Monde en 99.  Fort de nouvelles rencontres, il s'engage par la suite avec le SU Agen, échouant en 2002 contre Biarritz dans une irrespirable finale de Top 16. Souhaitant rendre à l'Aviron Bayonnais ce que le club lui avait donné, il y retourne, ponctuant sa carrière de joueur pro par une finale de Pro D2. Conscient qu'une fée du rugby s'était penchée sur son berceau, il a savouré ses années de joueur avec gourmandise! Aujourd'hui retiré du monde du rugby et de sa sphère médiatique, c'est dans le domaine des énergies renouvelables qu'il fait son bout de chemin. J'ai passé un moment magnifique avec Titou. Son humilité, sa gentillesse mais aussi sa rareté face aux sollicitations n'en rendent sa parole que plus précieuse. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Pur produit Auscitain et enfant d'une famille toute dévouée au rugby, Arnaud foule la pelouse du Moulias dès les mini poussins. Faisant toutes ses classes au FC Auch, il effectue ses débuts professionnels en 2004, à 18 ans et 3 jours, sous l'œil bienveillant du sorcier gersois, Henry Broncan. Passant ensuite par Agen ou il deviendra d'ailleurs international, puis Clermont et Biarritz, c'est finalement à Brive que sa carrière prend tout son sens. Il y restera 9 ans, connaissant la difficulté des saisons galères, les descentes, mais également l'ivresse de la montée en Top 14. Devenu l'un des chouchous des supporters Corréziens, il est pourtant débarqué sans ménagement par la direction du club après 200 matchs sous la tunique zébrée. Tenant à décider lui-même du moment de sa sortie, il s'engage début 2020 avec le Stade Montois et raccroche finalement les crampons à la fin de la même saison. Passionné, généreux, battant et accrocheur, Bison est dans la vie comme il était sur le terrain. Il transmet dorénavant cet état d'esprit à ses joueurs, puisqu'il est tout jeune entraineur à l'US Dax. Je me suis régalé à passer ce moment avec Arnaud. C'est quelqu'un de super simple, qui reste fidèle à ses principes et à ses convictions. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Petit fils d'immigrés espagnols, Guy grandit à Toulouse dans une famille aimante. Excellent coureur, c'est sur les pistes d'athlétisme qu'il use ses pointes jusqu'à sa majorité.  C'est à l'occasion de son concours pour le professorat d'EPS qu'il découvre le rugby à plus de 20 ans ! Auteur d'une progression fulgurante, il est propulsé en équipe 1 au Stade Toulousain et se retrouve capé avec le XV de France 9 mois seulement après ses débuts sur le pré ! 7 sélections et 2 boucliers de Brennus plus tard, c'est en 1988 qu'il devient entraineur, d'abord avec les Reichel, puis en tant qu'adjoint avec l'équipe 1 du Stade Toulousain. C'est finalement en 1993, sous la houlette du nouveau président René Bouscatel qu'il prend les rênes du club rouge et noir. Il y restera 22 ans, engrangeant 10 nouveaux Brennus et faisant planer le Capitole au-dessus du rugby Européen. Plusieurs fois sollicité pour devenir sélectionneur du XV de France, il accepte la mission en 2015, avant d'être abusivement licencié 2 ans plus tard par la direction fédérale fraichement élue. En 2019, à la suite de son procès victorieux face à la Fédération, il décide de tirer sa révérence rugbystique, la tête haute et son honneur rétabli. Exigeant, intransigeant et travailleur, Guy est un compétiteur né. Il n'en est pas moins un pédagogue hors du commun : en témoignent les 23 années qu'il a passées au collège de Pibrac accompagnant des générations de jeunes à tendre vers l'excellence sportive mais aussi et surtout, à devenir des adultes. Extrêmement proche des siens, il trouve son équilibre grâce à un solide socle familial et amical auquel il demeure très soudé. J'ai passé un magnifique moment chez Guy. Au-delà de tout ce qu'il représente rugbystiquement, j'ai rencontré quelqu'un de super accueillant, très sympa et d'une grande humanité. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Issu d'une fratrie de 8 enfants, Louisou grandit dans la ferme familiale en plein cœur des Pyrénées. Naturellement attiré par le ski et autres activités de plein air, c'est presque sur un concours de circonstances qu'il découvre le rugby à 17 ans. Il paraphe alors sa première licence dans le mythique Football Club Lourdais qu'il ne quittera alors quasiment plus, et dispute ses premiers match en Equipe Une seulement 2 ans plus tard à l'exigeant poste de pilier. Alors à bonne école, son ainé de coéquipier Jean Pierre Garuet, le prend sous son aile. Discipliné, à l'écoute et doté d'un mental hors normes, il se hisse à seulement 23 ans, et après seulement 6 ans de rugby, au sein du 15 de France. 46 sélections et 3 Coupes du Monde plus tard, c'est au soir de la demi-finale de Coupe du Monde 1995 dans le traquenard de Durban, qu'il prend sa retraite internationale. Pas le joueur le plus médiatique de sa génération, Louis n'en a pas moins réalisé une magnifique carrière. Fier Pyrénéen et plaçant sa famille au-dessus de tout, il n'a jamais voulu quitter la terre qui l'a vu grandir. Fort attaché aux histoires Humaines, il s'est engagé en politique, vraiment pas dans le sens carriériste du terme, mais bien pour rendre service à ses concitoyens. J'ai passé un superbe moment avec Louisou. J'ai beaucoup aimé le regard aiguisé qu'il porte sur le rugby actuel et sa façon de voir la vie. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Originaire de Sainte Foy la Grande, Ugo passe ses premières années dans le bistrot familial. Touche à tout, c'est lorsque ses parents déménagent en région Toulousaine qu'il se met réellement au Rugby, à Blagnac. Habitant à 2 pas du Stade Ernest Wallon, il se dirige alors vers le Stade Toulousain en Cadets. Par la suite, tout s'enchaine rapidement : Il dispute ses premiers matchs en Equipe Une à 17 ans et est déjà triple Champion de France et Champion d'Europe à 23 ans. Jeune et impatient, il file 1 saison à Dax, et honore la Première de ses 12 Capes avec le XV de France. S'en suivent 8 années à Castres, durant lesquelles il vit les montagnes russes, tant sportivement qu'émotionnellement. Bercé dans une logique de transmission, c'est tout naturellement qu'il bascule en 2006 dans l'entrainement d'abord à Castres, Brive, Albi et maintenant au Stade Toulousain, son club de cœur. Conscient que l'héritage qu'il a entre les mains aurait pu se transformer en fardeau, il parvient à tracer son propre chemin sans pour autant renier le passé. J'ai adoré le recul qu'il peut avoir par rapport à son environnement : Il sait comment il réussit, mais il comprend aussi pourquoi il lui arrive d'échouer. Loin des stéréotypes que l'on tend à nous imposer, Ugo est un personnage passionné, excessif et entier ! J'aurais réellement pu passer des heures à discuter avec lui... 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
loading
Comments 
Download from Google Play
Download from App Store