DiscoverLa Cravate
La Cravate

La Cravate

Author: Yohan Zuckmeyer

Subscribed: 32Played: 547
Share

Description

La Cravate, c'est un accessoire de mode et un geste rugbystique ultra technique !
Mais La Cravate, c’est surtout le podcast où l'on prend le temps de discuter avec des personnalités extraordinaires liées au monde du rugby. 
C’est un peu une bulle intemporelle ou on s’autorise à échanger sur leur parcours unique, parsemé de réussites, et parfois de coups durs.
👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee (https://fr.tipeee.com/lacravate) où sur Ko-Fi (https://ko-fi.com/lacravate) !
39 Episodes
Reverse
Né en plein cœur du Pays Basque, Pascal est le 6eme du fratrie de 7 enfants ! Grandissant dans l'exploitation familiale, à Méharin, il a été habitué à participer aux taches de la ferme. Absolument pas attiré par le rugby, c'est à 22 ans, suite à son mariage, que sa femme l'incite à s'y mettre pour occuper ses week-ends.  Débutant à Bidart, il rejoint 5 mois plus tard les rangs du Biarritz Olympique et devient rapidement international avec France B ! C'est à 30 ans, en 1986, qu'il honore sa première cape avec le XV de France ! Durant ses 42 sélections, il dispute notamment la finale de la 1ere Coupe du Monde, en 1987. Redoutable et redouté, il restera au BO jusqu'à ses 37 ans, et raccrochera définitivement les crampons 3 ans plus tard, après un dernier tour de piste à petit niveau. Plus que l'homme d'un club, Pascal est l'homme d'une région ! Pour preuve, il n'a jamais voulu quitter son cher Pays Basque ! Magnifiquement reconverti dans l'hôtellerie-restauration, il met autant d'énergie à faire fleurir ses affaires qu'il n'en mettait sur le terrain à l'époque où il était joueur. J'ai passé un excellent moment en compagnie de Pascal. Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est quelqu'un de nature, extrêmement lié à sa famille et à ses frères du XV de France. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Native de Paris, c'est en se rendant chez ses grands-parents du coté de Brive que Cécile découvre le rugby. Enjouée et encouragée à s'intéresser à de nombreux domaines, elle effectue une Licence de Lettres avant de s'orienter vers le journalisme sportif ! C'est en 2012, à l'occasion d'un stage, qu'elle intègre l'Equipe. D'abord pigiste omnisports, c'est au sein de cette rédaction qu'elle se spécialise dans le rugby tout en intervenant pour d'autres médias. En 2014, c'est à l'Equipe TV qu'elle fait ses premiers pas en télévision, avant de filer 1 an plus tard sur Eurosport, devenant la coqueluche des observateurs de la Pro D2. Après 4 saisons passées à arpenter les pelouses de l'antichambre de l'élite, elle s'engage avec France Télévision, étant ainsi l'une des voix du XV de France. Absolument pas prédisposée à intégrer ce milieu, Cécile a une personnalité qui dénote dans le journalisme sportif et elle est la preuve qu'il est possible de réussir à force de travail. Curieuse de tout, c'est une véritable perfectionniste qui ne laisse au hasard aucune de ses interventions à l'antenne. J'ai passé un super moment avec Cécile ! Elle est super intéressante, et on a pu discuter de plein de sujets. Je suis trop content de vous partager notre échange ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Enfant de Tarbes, Nicolas s'engage au Stadoceste dès son enfance, suivant les pas de son père et de son grand frère. Très doué dans l'exercice, il est rapidement remarqué par les entraineurs alentours, et il est sélectionné dans toutes les équipes de France « Jeunes ». Plutôt casanier et très attaché à sa Bigorre, il n'a pas cédé aux sirènes des pôles espoirs ou des nombreux clubs qui le sollicitaient alors. C'est seulement à 19 ans qu'il s'engage à Dax, avant de filer à Perpignan ou il passera 10 saisons et remportera le bouclier de Brennus en 2009. Sa période Usapiste le fera également international, puisqu'il a eu l'honneur de partager la Marseillaise avec son frère Julien lors de la Tournée d'été 2007 du XV de France en nouvelle Zélande. En 2012, il s'engage à Grenoble avant de boucler la boucle au Stado Tarbais, là ou tout a commencé. Passionné du rugby dont il connait l'histoire et les acteurs sur le bout des doigts, c'est dans l'entrainement qu'il s'épanouit dorénavant. Malgré l'apparente nonchalance qu'il aime cultiver, il a su forger une magnifique carrière en composant avec une maladie qui lui aura causé bon nombre de blessures. C'était vraiment chouette de passer ce moment avec Nicolas. Un entourage de bon conseil et une excellente gestion lui ont permis de faire des investissements qui l'autorisent aujourd'hui à mener la vie qui lui plait, faite de sport, de divertissement et de moments en famille. Pour quelqu'un qui de timide et d'introverti, vous allez voir qu'on a bien discuté ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Alors qu'il est plutôt turbulent et casse-cou, c'est durant son enfance à Beaumont de Lomagne que Lionel se tourne naturellement vers le rugby.  A 17 ans, se destinant à la boulangerie/pâtisserie, c'est à l'occasion de son apprentissage qu'il rejoint les rangs de Valence d'Agen.  Fort de solides performances, il est alors remarqué par Clermont ou il part terminer sa formation et faire ses premiers pas en Equipe 1. Barré par le nouvel encadrement du club, il s'engage au Stade Rochelais ou il passe 2 saisons puis prend la direction de Pau avant de traverser la Manche et de grossir le contingent Français de la redoutable équipe de Sale ! Couronnée de succès, son aventure Anglaise durera 4 ans, le faisant notamment Champion d'Angleterre.  D'ailleurs, en 2007 et alors qu'il n'avait jamais été appelé avec le XV de France, ce sont le XV de la Rose et la Squadra Azzura qui lui font les yeux doux. Cependant, l'arrivée de Marc Lièvremont à la tête de l'équipe de France marque le début de son aventure en Bleu, avec lesquels il décrochera 8 sélections. En 2009, il retourne boucler la boucle à Clermont participant l'année suivante au premier sacre des Jaunards en Top 14 ! En 2012, il décide de raccrocher les crampons au terme de sa saison sans doutes la plus aboutie.  Curieux de découvrir de nombreux domaines, Lionel est aujourd'hui à la tête d'un cabinet d'assurance à l'Isle Jourdain. Pour autant il n'en oublie pas de voyager, tant à but touristique qu'en prenant part à des opérations humanitaires. Vraiment, c'était un régal de discuter avec Lionel, c'est quelqu'un d'entier et un puits à anecdotes ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
C'est durant son enfance en Italie, plus précisément à Padoue, que Leonardo démarre le rugby.  Sortant clairement du lot, il est recruté à 20 ans par Calvisano, alors Champion d’Italie et c'est d'ailleurs lors de son aventure Lombarde qu'il vit le début d'une longue histoire avec la sélection nationale. Ses performances le mènent alors en 2009 du côté du Benetton Trévise, club avec lequel il disputera le Pro 14 et se révèlera sur le scène européenne. Sa discipline, et sa soif de réussir lui ouvrent en 2014 les portes du mythique club de Leicester, ou il découvrira une toute nouvelle façon d'appréhender ce sport.  2 ans plus tard, il prend la direction de la France et s'engage avec le club le plus titré d'Europe, le Stade Toulousain. Véritable légende du rugby Italien, il a été de nombreuses fois capitaine de la Squadra Azzurra dont il a porté la tunique à 107 reprises. Passionné par son sport et très attaché à ses proches, Leonardo n'en est pas moins ouvert à de nombreux domaines puisqu'il a notamment poursuivi de brillantes études en économie et en gestion. Doté d'une détermination à toute épreuve, il a réussi à toucher ses rêves du bout des doigts et je suis certain que sa discipline le destinera rapidement à des fonctions très élevées de dirigeant sportif. J'ai passé un super moment en compagnie de Leo, c'est vraiment un bon gars ! 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Fier représentant d'une illustre famille Narbonnaise, c'est dans les travées du stade municipal que Louis-Benoît est piqué tout jeune par le virus de l'ovalie.  S'inspirant de ses aînés, il fait ses classes au Racing Club Narbonnais jusqu'à devenir le Capitaine de l'équipe fanion à seulement 20 ans. En 2011 et après 4 saisons en Pro D2, ses performances attirent l'attention de Marc Delpoux qui l'enrôle à l’Union Bordeaux Bègles, fraichement promu dans l'élite du rugby français. A l'image du club, il confirme son potentiel jusqu'à devenir cette fois capitaine de l'équipe Girondine. Auteur de 6 saisons de haute volée et poursuivant sa quête d'excellence, il saisit en 2017 l'opportunité de s'engager avec le Stade Toulousain avec qui il réalise un parcours exemplaire, s'établissant comme un leader du vestiaire. Passionné de voyages, de découverte et en quête de sens dans ce qu'il entreprend, Louis-Benoit est vraiment le genre de personnes à se poser 10 000 questions. Il est également fidèle à son clocher, et c'est au sein de son club formateur qu'il compte bien boucler la boucle du rugby professionnel, emmenant avec lui toute l'expérience accumulée durant sa carrière. D'ailleurs il a méticuleusement préparé l'après en s'offrant plusieurs options de reconversion. Je me suis régalé en compagnie de Louis-Benoit. Du genre discret, il s'est pourtant livré comme rarement au cours de notre échange et j'ai adoré découvrir l'homme derrière le joueur. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Profondément Béarnais, Pierre grandit à Nay où il se dirige naturellement vers le rugby. Il y joue jusqu'en équipe une avant de filer à la Section Paloise, où diagnostiqué diabétique, il réussit le tour de force de mener une carrière de plus de 10 ans dans l'Elite du rugby français. Membre de l'effectif qui a réalisé le Grand Chelem 97, il remporte le trophée Du Manoir la même année, ainsi que le Bouclier Européen en 2000. Témoin et acteur de la professionnalisation du rugby à la fin des années 90, Pierre a fait le choix de toujours garder un pied dans la réalité en conservant son travail d'employé municipal.   Epris de littérature, de poésie et de son village de Nay, Pierre est un personnage haut en couleurs qui se trouve là ou il doit être, bien au milieu des siens. Très cultivé et aimant partager, c'est en entrainant différentes catégories d'âges et à différents niveaux qu'il vit le rugby depuis sa fin de carrière.   Au-delà de l'image du bout en train un peu impulsif qui lui colle à la peau, j'ai adoré découvrir un peu mieux l'Homme qui laisse transparaitre sa gentillesse et son bons sens.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Né à Pau, c'est en vallée d'Ossau que Julien grandit au cœur d'une famille dont la vie s'organise autour du rugby. Il rejoint d'ailleurs tout naturellement ses copains à l'Etoile Sportive Arudyenne dès ses 5 ans !  Très doué dans l'exercice, il intègre les rangs de la Section Paloise en Cadets, progressant jusqu'en Equipe Une. Un peu à l'étroit dans son nid Béarnais, il décolle en 2011, direction Toulon et son équipe de galactiques. Alors en concurrence avec la légende Johnny Wilkinson, avec qui il apprend énormément, il décide toutefois de quitter la Rade après une saison pour rebondir à Lyon, alors en Pro D2. Grand artisan de la montée du LOU en Top 14, il passera 2 saisons dans la cité des Gaules avant de se laisser séduire par le discours de l'encadrement du Castres Olympique avec qui il devient Champion de France en 2018. Cadre du vestiaire et très apprécié du public Castrais, il a trouvé dans ce club l'équilibre nécessaire pour s'épanouir pleinement dans son rugby. Passionné de grand air, de sport et de chasse, Julien est terriblement attaché à son village d'Arudy. Se destinant à une deuxième vie en tant que pompier, il compte d'ailleurs s'y réinstaller avec sa petite famille dès sa carrière de joueur achevée. Quel super moment passé avec Julien. J'ai adoré son attachement aux siens et sa simplicité pour aborder les sujets qui lui tiennent à cœur.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Grandissant dans les Landes et fou de sport, c'est au sein du club de Habas que Titou fait ses premiers pas sur un terrain de rugby. Remarqué dans les différentes sélections, il est recruté à Peyrehorade par celui qui deviendra alors son mentor, Monsieur Gaston Dubois. A l'adolescence, il intègre le pôle espoir de Bayonne puis signe à l'Aviron Bayonnais à sa sortie du lycée. Directement intégré en équipe 1, il y reste 6 ans avant de se laisser séduire par l'ambitieux projet du CA Brive, avec qui il remporte notamment une Coupe d'Europe, en 1997. Dans le même temps, il devient un cadre du XV de France, s'adjugeant 2 Grands Chelem et éclaboussant de son talent la légendaire demi-finale de Coupe du Monde en 99.  Fort de nouvelles rencontres, il s'engage par la suite avec le SU Agen, échouant en 2002 contre Biarritz dans une irrespirable finale de Top 16. Souhaitant rendre à l'Aviron Bayonnais ce que le club lui avait donné, il y retourne, ponctuant sa carrière de joueur pro par une finale de Pro D2. Conscient qu'une fée du rugby s'était penchée sur son berceau, il a savouré ses années de joueur avec gourmandise! Aujourd'hui retiré du monde du rugby et de sa sphère médiatique, c'est dans le domaine des énergies renouvelables qu'il fait son bout de chemin. J'ai passé un moment magnifique avec Titou. Son humilité, sa gentillesse mais aussi sa rareté face aux sollicitations n'en rendent sa parole que plus précieuse. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Pur produit Auscitain et enfant d'une famille toute dévouée au rugby, Arnaud foule la pelouse du Moulias dès les mini poussins. Faisant toutes ses classes au FC Auch, il effectue ses débuts professionnels en 2004, à 18 ans et 3 jours, sous l'œil bienveillant du sorcier gersois, Henry Broncan. Passant ensuite par Agen ou il deviendra d'ailleurs international, puis Clermont et Biarritz, c'est finalement à Brive que sa carrière prend tout son sens. Il y restera 9 ans, connaissant la difficulté des saisons galères, les descentes, mais également l'ivresse de la montée en Top 14. Devenu l'un des chouchous des supporters Corréziens, il est pourtant débarqué sans ménagement par la direction du club après 200 matchs sous la tunique zébrée. Tenant à décider lui-même du moment de sa sortie, il s'engage début 2020 avec le Stade Montois et raccroche finalement les crampons à la fin de la même saison. Passionné, généreux, battant et accrocheur, Bison est dans la vie comme il était sur le terrain. Il transmet dorénavant cet état d'esprit à ses joueurs, puisqu'il est tout jeune entraineur à l'US Dax. Je me suis régalé à passer ce moment avec Arnaud. C'est quelqu'un de super simple, qui reste fidèle à ses principes et à ses convictions. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Petit fils d'immigrés espagnols, Guy grandit à Toulouse dans une famille aimante. Excellent coureur, c'est sur les pistes d'athlétisme qu'il use ses pointes jusqu'à sa majorité.  C'est à l'occasion de son concours pour le professorat d'EPS qu'il découvre le rugby à plus de 20 ans ! Auteur d'une progression fulgurante, il est propulsé en équipe 1 au Stade Toulousain et se retrouve capé avec le XV de France 9 mois seulement après ses débuts sur le pré ! 7 sélections et 2 boucliers de Brennus plus tard, c'est en 1988 qu'il devient entraineur, d'abord avec les Reichel, puis en tant qu'adjoint avec l'équipe 1 du Stade Toulousain. C'est finalement en 1993, sous la houlette du nouveau président René Bouscatel qu'il prend les rênes du club rouge et noir. Il y restera 22 ans, engrangeant 10 nouveaux Brennus et faisant planer le Capitole au-dessus du rugby Européen. Plusieurs fois sollicité pour devenir sélectionneur du XV de France, il accepte la mission en 2015, avant d'être abusivement licencié 2 ans plus tard par la direction fédérale fraichement élue. En 2019, à la suite de son procès victorieux face à la Fédération, il décide de tirer sa révérence rugbystique, la tête haute et son honneur rétabli. Exigeant, intransigeant et travailleur, Guy est un compétiteur né. Il n'en est pas moins un pédagogue hors du commun : en témoignent les 23 années qu'il a passées au collège de Pibrac accompagnant des générations de jeunes à tendre vers l'excellence sportive mais aussi et surtout, à devenir des adultes. Extrêmement proche des siens, il trouve son équilibre grâce à un solide socle familial et amical auquel il demeure très soudé. J'ai passé un magnifique moment chez Guy. Au-delà de tout ce qu'il représente rugbystiquement, j'ai rencontré quelqu'un de super accueillant, très sympa et d'une grande humanité. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Issu d'une fratrie de 8 enfants, Louisou grandit dans la ferme familiale en plein cœur des Pyrénées. Naturellement attiré par le ski et autres activités de plein air, c'est presque sur un concours de circonstances qu'il découvre le rugby à 17 ans. Il paraphe alors sa première licence dans le mythique Football Club Lourdais qu'il ne quittera alors quasiment plus, et dispute ses premiers match en Equipe Une seulement 2 ans plus tard à l'exigeant poste de pilier. Alors à bonne école, son ainé de coéquipier Jean Pierre Garuet, le prend sous son aile. Discipliné, à l'écoute et doté d'un mental hors normes, il se hisse à seulement 23 ans, et après seulement 6 ans de rugby, au sein du 15 de France. 46 sélections et 3 Coupes du Monde plus tard, c'est au soir de la demi-finale de Coupe du Monde 1995 dans le traquenard de Durban, qu'il prend sa retraite internationale. Pas le joueur le plus médiatique de sa génération, Louis n'en a pas moins réalisé une magnifique carrière. Fier Pyrénéen et plaçant sa famille au-dessus de tout, il n'a jamais voulu quitter la terre qui l'a vu grandir. Fort attaché aux histoires Humaines, il s'est engagé en politique, vraiment pas dans le sens carriériste du terme, mais bien pour rendre service à ses concitoyens. J'ai passé un superbe moment avec Louisou. J'ai beaucoup aimé le regard aiguisé qu'il porte sur le rugby actuel et sa façon de voir la vie. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Originaire de Sainte Foy la Grande, Ugo passe ses premières années dans le bistrot familial. Touche à tout, c'est lorsque ses parents déménagent en région Toulousaine qu'il se met réellement au Rugby, à Blagnac. Habitant à 2 pas du Stade Ernest Wallon, il se dirige alors vers le Stade Toulousain en Cadets. Par la suite, tout s'enchaine rapidement : Il dispute ses premiers matchs en Equipe Une à 17 ans et est déjà triple Champion de France et Champion d'Europe à 23 ans. Jeune et impatient, il file 1 saison à Dax, et honore la Première de ses 12 Capes avec le XV de France. S'en suivent 8 années à Castres, durant lesquelles il vit les montagnes russes, tant sportivement qu'émotionnellement. Bercé dans une logique de transmission, c'est tout naturellement qu'il bascule en 2006 dans l'entrainement d'abord à Castres, Brive, Albi et maintenant au Stade Toulousain, son club de cœur. Conscient que l'héritage qu'il a entre les mains aurait pu se transformer en fardeau, il parvient à tracer son propre chemin sans pour autant renier le passé. J'ai adoré le recul qu'il peut avoir par rapport à son environnement : Il sait comment il réussit, mais il comprend aussi pourquoi il lui arrive d'échouer. Loin des stéréotypes que l'on tend à nous imposer, Ugo est un personnage passionné, excessif et entier ! J'aurais réellement pu passer des heures à discuter avec lui... 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Issu d'une famille mordue de rugby, Pierre arpente dans un premier temps la pelouse du stade de Cazères sur Garonne. Partant poursuivre des études scientifiques sur Toulouse afin de devenir pharmacien à l'instar de son père, il est recruté par le Stade Toulousain en équipes jeunes. Barré par la forte concurrence à son poste, il file à Albi avec ses copains, dans l'espoir de concilier au mieux ses études et le sport. Jugé pas assez bon pour atteindre le rugby professionnel, il atterrit finalement en Fédérale 1 du coté de Castanet où il passera 3 saisons, puis à Blagnac pour 3 autres années, exerçant en parallèle son métier de pharmacien. C'est en 2018, à l’âge de 28 ans, que sa vie bascule lorsque son entraineur à Blagnac, la grande figure toulousaine Christophe Deylaud, le recommande aux Rouges et Noirs pour palier la blessure d'Antoine Dupont. Profitant du temps de jeu qu'il parvient à grapiller, il remporte le Bouclier de Brennus, 10 mois seulement après avoir foulé ses premières pelouses de Top 14. Ultra simple et très lucide, il a parfaitement su saisir l'opportunité qui se présentait à lui et il profite à fond de chaque instant de cette parenthèse enchantée. Il se régale actuellement en Pro D2 du coté de Vannes, un club plein d'ambitions. J'ai passé un super moment avec Pierre, toujours le sourire aux lèvres et heureux de vivre. Avec son air de pas y toucher, c'est un véritable modèle de ténacité et de détermination qui a réussi à se tracer un parcours aussi magnifique qu'improbable. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! 
Fils d'agriculteurs, Laurent passe son enfance dans l'exploitation familiale, entre les canards et des machines agricoles. Il chausse ses premiers crampons à l'age de 5 ans dans le club de Saint Nicolas de la Grave, dont son père est alors président. Alors qu'il joue en Cadets à Castelsarrasin, il est repéré par l'US Montauban qu'il intègre à tout juste 16 ans, quittant par la même occasion le domicile familial. C'est d'ailleurs au sein du club Tarn et Garonnais, dont il défend les couleurs durant 10 saisons, qu'il passe professionnel. Suite à la double rétrogration administrative de l'US Montauban en 2010, il part à Carcassone, en Pro D2, mais ses performance lui valent de se faire enrôler par l'Union Bordeaux Bègles, alors en construction et tout juste promu en Top 14. Sa carrière le mène ensuite à Oyonnax puis Toulon, avant de revenir 3 ans plus tard au sein d'une UBB métamorphosée et bien installée dans l'élite du rugby Français. Authentique et empreint des valeurs que lui ont inculqué ses proches, il n'oublie pas d'où il vient, et se destine d'ailleurs à reprendre la ferme de ses parents une fois sa carrière achevée. Je suis ravi d'avoir passé ce moment avec Laurent, j'ai adoré sa personnalité singulière et à contrecourant dans un environnement de plus en plus connecté. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. C'est super rapide, et ça aiderait vraiment la Cravate à se faire connaître ! 🙂 👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! Merci ! 
Originaire du village Pyrénéen d'Argelès Gazost, Jean-Baptiste chausse ses premiers crampons à l'age de 4 ans à Pamiers, en Ariège. Débordant d'énergie, il cumule les activités et s'essaye au handball, au judo et au ski, en plus du rugby ! C'est à la faveur de la mutation de son père dans les Landes qu'il se fixe sur le rugby, en intégrant les rangs du Stade Montois à l'age de 10 ans. Jamais sélectionné en équipes de jeunes, pas retenu en Pôle Espoir, "Boulou" a toujours navigué en dessous des radars des décideurs fédéraux. Il grandit avec ses copains dans ce club ou il a vécu de nombreuses émotions comme un essai (à Mayol) pour son premier match en pro à seulement 18 ans, la folie d'une montée en Top 14 mais aussi les saisons de disette, les blessures et les contrariétés inhérentes au monde du rugby professionnel. En 2015, alors pisté depuis plusieurs années par Laurent Marti, le Président de L'Union Bordeaux Bègles, il quitte le cocon Montois dans lequel il est devenu un cadre. A 25 ans, il relève ce nouveau challenge avec le club Girondin dans lequel il est parvenu à s'imposer depuis. Son sens de l'anticipation, sur et en dehors des terrains l'emmène a déjà réfléchir à  l'après, et c'est au métier de préparateur physique qu'il se destine suite à sa carrière de joueur. Auteur d'une magnifique carrière alors que ce n'était pas du tout écrit d'avance, Jean-Baptiste a su se forger dans l'adversité et la difficulté. Extrêmement attaché à sa famille et à ses amis, il a vraiment besoin de se sentir bien dans son environnement afin de s'y épanouïr.  Je suis trop content d'avoir passé ce moment avec JB qui, au délà de son humour et de sa bonne humeur communicative, est vraiment quelqu'un de réfléchi et posé.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. C'est super rapide, et ça aiderait vraiment la Cravate à se faire connaître ! 🙂  👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! Merci !
Enfant de Sainte Foy la Grande, c'est en se rendant tous les dimanches au stade municipal que Rémi a été piqué tout jeune par le rugby. Repéré très tôt, il quitte le cocon familial à tout juste 15 ans pour endosser une nouvelle tunique rouge et noire, mais cette fois ci, c'est celle du Stade Toulousain. Progressant rapidement dans les équipes de jeunes et la hiérarchie Stadiste, il intègre peu après sa majorité le groupe professionnel du Club le plus titré d'Europe. Régulièrement blessé, il peine toutefois à s'imposer dans cet effectif pléthorique et part chez le voisin Castrais en 2011 à tout juste 21 ans. Il y vit 5 saisons au cours desquelles il passe par toutes les émotions ! Il y remporte un titre de Champion de France, perd une finale de Top 14, lutte même pour le maintien et connait ses premières sélections avec le XV de France. Son envie de titres le mène en 2016 à Clermont, ou il évolue pendant 4 saisons au cours desquelles il remporte un Brennus, un Challenge Européen et fait partie intégrante du XV de France. C'est également dans cette période Jaunarde qu'il découvre ce qui va devenir sa passion et l'objet de sa reconversion : la viticulture et l'œnologie ! Depuis 2019, Rémi est de retour dans sa région puisqu'il évolue aujourd'hui dans les rangs de l'UBB avec qui il nourrit de grandes ambitions. Très proche de sa famille et des ses amis, il a retrouvé en Gironde l'équilibre parfait entre sa vie sportive, privée, et celle qui deviendra la sienne après sa carrière de joueur, dans la production de vin. Je suis vraiment ravi d'avoir passé ce moment avec Rémi qui est un Homme de la Terre et de valeurs. J'ai adoré sa personnalité super simple au regard de sa superbe carrière.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. C'est super rapide, et ça aiderait vraiment la Cravate à se faire connaître ! 🙂  👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! Merci ! 
Issu d'une famille aisée du Chesnay, dans l'Ouest parisien, Thomas démarre par le tennis. Fils unique, il découvre le rugby à 13 ans et par la même les notions de partage et d'échange. A 17 ans, il signe au Racing Club de France avec qui il est champion Crabos. Propulsé dans le groupe sénior avant sa majorité, il y passe 5 ans dans une équipe alors en déclin. En 1997, Max Guazzini le fait signer au Stade Français pour écrire des chapitres les plus glorieux du club. 4 Fois Champion de France, 12 fois international, mon invité devient alors une référence du rugby hexagonal. Il traverse la manche en 2004 et s'engage avec le club de Worcester où il passe 3 saisons, avant de boucler la boucle au Racing Metro en 2008. A la fin de sa carrière, il devient consultant chez Canal+ ou il commentera les principales affiches rugby pendant plus de 10 ans ! Ultra ambitieux, Thomas est dorénavant le Directeur Général de son club de coeur, le Stade Français avec qui il trace une nouvelle route. Son esprit novateur s'appuie également sur ce qui a fait la force du club : ses anciens et son histoire. J'ai passé un super moment en compagnie de Thomas. Au delà de sa carrière sportive et médiatique, j'ai beaucoup aimé sa personnalité et sa lucidité. 🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. C'est super rapide, et ça aiderait vraiment la Cravate à se faire connaître ! 🙂  👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! Merci ! 
Bien qu'ayant baigné très fortement dans le rugby en tant que fils d'un illustre international, François s'essaie à plusieurs sports, étant d’abord particulièrement attiré par le tennis. Se fixant sur le rugby un peu plus tard, c'est dans les travées du Stade André Moga qu'il ajoute son prénom à un patronyme déjà bien connu puisqu’il devient champion de France 91 avec le CABBG. Ses études le mènent alors du coté de Paris puis il s'envole vers le Mexique pour y effectuer son service militaire ! Après un passage au Racing Club de France, Max Guazzini l'enrôle en 1993 au Stade Français où il joue plusieurs saisons, entamant en parallèle une carrière de journaliste. Lancé sur la chaine MCM puis sur les ondes d'NRJ, il passe par France TV puis par Infosport avant d'intégrer Canal+ en 2000 pour en devenir un visage incontournable. Véritable papa poule, il est aujourd'hui présentateur sur Sud Radio, mais c'est à l'entreprenariat qu'il consacre la majeure partie de son temps de travail, puisqu'il est le cofondateur de la plateforme BeSport. Je me suis régalé à passer ce moment avec François qui est quelqu'un de très sympa et qui n’en oublie jamais ses racines gasconnes.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. C'est super rapide, et ça aiderait vraiment la Cravate à se faire connaître ! 🙂  👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! Merci ! 
Durant ses jeunes années, Guillaume découvre le rugby du coté de Rieumes, près de Toulouse, avec ses copains d'école. Doté d'énormes capacités, il est détecté à l’âge de 15 ans par le Stade Toulousain et en gravit les marches jusqu'à atteindre l'équipe 1. Barré par d'autres grands talents émergents et tenant à poursuivre ses études, il file à Biarritz et s'impose rapidement au sein de cet effectif XXL. S'en suit une expérience à Bourgoin (durant laquelle il honorera une Cape avec le XV de France), puis au Stade Français, au Racing 92 et enfin à Oyonnax ou il tire un trait sur sa carrière de joueur en 2016. Malgré sa superbe carrière, Guillaume est désenchanté par l'évolution du rugby et de ses acteurs dont il aurait espéré une main tendue à certains moments. Doté d'un fort caractère, et après avoir surmonté de nombreux obstacles, il s'est offert un nouveau départ et vit à fond le début de sa 2eme vie, celle d'ingénieur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que tout n'a pas toujours été rose pour Guillaume. Je suis très content d'avoir passé ce moment en sa compagnie et je me sens privilégié de pouvoir vous partager ce témoignage sans faux semblant.  🙏 Si ce podcast vous plait, n’hésitez pas à le noter 5/5 sur Apple Podcast, à laisser un commentaire sympa et à le partager autour de vous. C'est super rapide, et ça aiderait vraiment la Cravate à se faire connaître ! 🙂  👉 Pour soutenir La Cravate via un don, ça se passe sur Tipeee où sur Ko-Fi ! Merci ! 
loading
Comments 
Download from Google Play
Download from App Store