DiscoverEn route... ! Le podcast du Climat
En route... ! Le podcast du Climat
Claim Ownership

En route... ! Le podcast du Climat

Author: En route !

Subscribed: 22Played: 659
Share

Description

En Route, c’est le podcast qui donne la parole à ceux qui agissent pour le climat. Pour ceux qui veulent mieux comprendre les enjeux RSE, l’actuelle transition écologique et énergétique des entreprises, et le lien entre développement personnel et développement durable. 

Chaque jeudi, Valérie Mas, co-fondatrice et co-dirigeante de WeNow, la greentech spécialiste de l’innovation climatique, reçoit à son micro des dirigeants de grands groupes et de start-up, des directeurs RSE, et des personnalités influentes, pour s’intéresser à leur conscience climatique et tenter de comprendre comment s’engager pour la planète. 

Vous aussi vous en avez assez du discours défaitiste ambiant ? Vous avez envie de découvrir des initiatives positives qui font avancer les choses pour notre planète ? Alors, En route ! 
Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
128 Episodes
Reverse
Ils ont osé proposer des voitures électriques en autopartage en zone rurale.Et ça marche ! 🚀C’est une nouvelle initiative du Crédit Agricole dans le sud de la France.Proposer aux habitants des voitures électriques de différent gabarit en autopartage.Les résultats sont rapides et assez bluffants :👉 non seulement les habitants passent facilement à l’électrique.👉 et en plus, les véhicules restent PROPRES - contrairement à l’autopartage classique.Leur secret ?Clarisse.Clarisse habite sur place.👉 C’est elle qui apprend aux personnes à conduire la voiture électrique.👉 C’est elle qui les guide dans leur première location.Et comme elle habite sur place, les client.e.s n’osent pas rendre “la voiture de Clarisse” en mauvais état.Ils ou elles auraient bien du mal à la regarder dans les yeux lorsqu’ils ou elles la croisent. 😁Le service a un tel succès queil y en a qui partent même en vacances avec les voituresil y en a d’autres qui ont vendu leur voiture🎙️ Vincent Carré nous raconte les coulisses de ce projet.Il est aujourd’hui Directeur des Services de Mobilité chez Credit Agricole Personal Finance & Mobility. Il a une longue expérience de l’autopartage et du véhicule électrique. (C’est lui qui a lancé chez Renault l’aventure de la voiture électrique puis celle de l’autopartage.)Avec lui, nous avons parlé 👉 autopartage et voiture électrique, évidemment, 👉 mais aussi changement de comportement, persévérance, relations humaines…Vous êtes prêts à changer votre vision du monde ? Alors... En route 🚙🍃 ! Notes de l’épisode :le site web d'Agilauto PartageHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
La voiture électrique, on en entend beaucoup parler.Il y a les afficionados.Et les détracteurs.Ce qu’on sait, c’est qu’il faudrait électrifier le plus vite possible toutes les voitures pour limiter l’impact sur le climat.Mais ce qu’on sait moins, c’est que le match se joue dans… les entreprises.✅ C’est elles qui achètent 1 voiture neuve sur 2 en France.✅ C’est elles qui achètent principalement des marques françaises.✅ C’est elles qui, en changeant leur parc tous les 3 ans, permettent d’alimenter les ménages en voitures d’occasion électriques.La loi LOM oblige les entreprises à électrifier progressivement leur parc.Le problème… c’est qu’elles ne respectent pas la loi.😰Leo Larivière, responsable transition automobile au sein de l'ONG et du think tank Transport & Environment, a accepté de nous décrypter les enjeux autour du véhicule électrique. Et vous allez voir… c’est passionnant ! 🤩Envie de changer votre façon de voir les choses ou de vous enrichir ?Alors en route !! Notes de l’épisode :le site Transport & EnvironmentÉlectrification des véhicules professionnels : 60 % des grandes entreprises ne respectent toujours pas la loiLe secteur des transports devrait représenter près de la moitié des émissions de l’Europe en 2030Électrification des flottes d’entreprises : les filiales leasing de la BNP Paribas et de la Société Générale freinent la transitionLa proposition de loi de Damien Adam réformant les obligations de verdissement de la loi LOMHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Voici un nouvel épisode de "Ça s'partage by EN ROUTE", le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.Cette semaine nous parlons à nouveau de transport, avec le train et le vélo.Pourquoi ?Avec 31 % des émissions de gaz à effet de serre, le secteur des transports contribue le plus au changement climatique en France.C'est même le seul secteur qui n'a pas réussi à baisser ses émissions de CO2 depuis 25 ans.Alors, en pratique, comment se déplacer autrement ?Aymeric raconte comment il a décidé de passer au train + vélo après avoir pris conscience que, ce qu'il aimait avant tout, c'était l'aventure et les rencontres...Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route !Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
« Mais pourquoi vous ne racontez pas ce que vous faites ? »Géraldine Deleuse est directrice RSE de Ngroup, un groupe média belge qui regroupe les radios NRG, Nostalgie, NRG+, Nostalgie+, et Chérie.Le groupe s'est lancé très tôt - en 2010 - dans des actions environnementales.Mais sans en faire la publicité.Juste pour eux.Quand on lui a demandé pourquoi, elle a réalisé que c'était tellement dommage de ne pas raconter :"C'est vrai que de partager ce qu'on fait permet aux autres d'oser faire des choses. (...) On fait notre chemin chacun, mais on peut inspirer par nos projets, par nos actions, inspirer d'autres sociétés. (...) On est chacun dans nos sociétés avec un peu nos œillères et c'est utile d'avoir des idées qui viennent de l'extérieur, de voir des gens qui ont osé des choses et que ça a marché. On a osé des choses et ça a raté aussi. Mais c'est bien de le partager et de se dire qu'on n'est pas tout seul dans cette démarche."Et des idées inspirantes à reprendre et dupliquer, Géraldine en a plein sa besace 🤩Installez-vous confortablement, attrapez un carnet et un stylo pour pouvoir prendre des notes, je vous invite dans une conversation passionnante où vous allez découvrir👉 comment NGroup a fait passer ses collaborateurs de l'avion au train👉 comment ils travaillent à faire accepter aux annonceurs des publicités ou des opérations moins émettrices en CO2👉 l'importance de la stratégie des petits pasEnvie de changer votre façon de voir les choses ou de vous enrichir ?Alors en route !! Notes de l’épisode :découvrez NGroupHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Voici un nouvel épisode de "Ça s'partage by EN ROUTE", le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.Cette semaine nous parlons à nouveau de vélo.Pourquoi ?Avec 31 % des émissions de gaz à effet de serre, le secteur des transports contribue le plus au changement climatique en France. Et la voiture individuelle se place en tête du podium, avec 16 % des émissions de la France. Réduire nos émissions signifie donc réduire notre usage de la voiture, voire même réussir à s'en passer.Alors, en pratique, comment se passer de voiture ? Laurianne a osé sauter le pas : elle est passée au vélo et a vendu sa voiture. Elle raconte...Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route !Pour aller plus loin sur le sujet de la voiture, vous pouvez aussi écouter :Aurélien Bigo, chercheur sur la transition énergétique des transports : « Il n’y a pas de solution magique : il faut activer tous les leviers » Benoît Tholence « Offrir une alternative à la seconde voiture » Maxime Picat, directeur des achats et de l’approvisionnement Stellantis : « Si nous réussissons à nous transformer, l’impact sera colossal » "Comment j'ai réussi à me passer d'une voiture" avec Cédric LebretonHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Sensibiliser au climat : est-ce le nouveau greenwashing des entreprises ?Il y a quelques mois, deux chercheurs, Rustam Romaniuc et Dimitri Dubois, ont publié une tribune dans Le Monde, intitulée "Il n’existe aucune preuve de l’impact d’une formation de sensibilisation aux enjeux climatiques sur les comportements"Pour eux, il y "a un risque de créer l’impression que les "entreprises agissent" et que les "choses évoluent'".Et c'est vrai que la question de l'impact de la sensibilisation au climat n'est pas un sujet simple."Faire agir pour le climat" serait même comparable à "pousser à se faire vacciner" ou "aller voter" :ce sont des gestes utiles pour la société mais coûteux pour une personne.Comment motiver le plus grand nombre à faire individuellement des efforts pour le bien commun ?C’est justement ce sur quoi travaille Rustam RomaniucIl est chercheur et se consacre à comment favoriser ces comportements dits “pro-sociaux”.Né en Moldavie, il s’est toujours demandé ce qui faisait que les gens de son pays, spontanément s’entraidaient pour construire leur maison ou garder leur bétail.Il s'est donc formé en économie comportementale, un mix entre l’économie et la psychologie.Et son questionnement initial est devenu une quête bien plus large :👉 Comment on fait en sorte que les jeunes aillent voter pour que leurs voix soient représentées ?👉Comment on fait en sorte que les gens aillent se faire vacciner ou portent un masque ?👉Comment on fait en sorte que les gens utilisent des moyens de transport décarbonés ?Je suis hyper heureuse qu’il ait accepté de me rejoindre au micro du podcast En Route !Dans cet épisode, vous allez découvrir :✅ que les chercheurs savent déjà plein de choses sur la manière de changer les comportements, et ça serait vraiment utile qu’on transfère ces connaissances dans les politiques ou les entreprises✅ que ce qui nous fait bouger avant tout, c’est le regard des autres. Et même pire : ce qu’on pense que les autres pensent…✅ qu’on a souvent tendance à chercher des explications compliquées à des comportements alors que, souvent, l’explication est plutôt basique✅ que nos intuitions sont mauvaises…Envie de changer votre façon de voir les choses ou de vous enrichir ?Alors en route !! Notes de l’épisode :site web de Rustam RomaniucSa tribune dans Le Monde : « Il n’existe aucune preuve de l’impact d’une formation de sensibilisation aux enjeux climatiques sur les comportements »Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Voici un nouvel épisode de "Ça s'partage by EN ROUTE", le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.Cette semaine nous parlons d'achat de vacances à vélo.Pourquoi ?Parce que nos vacances ont un impact.Le secteur du tourisme représente 8%* des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En France, ce chiffre s’élève à 11%**. Une récente étude de HomeExchange auprès de leurs 13 000 membres montre que, dans nos vacances, c’est le transport qui pèse le plus. Il peut représenter jusqu’à 71 % des émissions carbone des vacancier·e·s. C’est donc le levier principal pour agir.Choisir des formules comme les vacances à vélo, c'est donc une super opportunité pour réduire drastiquement ses émissions de CO2... Et vivre une aventure originale !Alors, en pratique, ça donne quoi des vacances à vélo en famille ? Aurélie a osé sauter le pas l'année dernière. Avec son mari et ses deux petites filles, ils ont quitté la maison à vélo... et sont partis en vacances Elle raconte...Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route !Pour aller plus loin :Etude de HomeExchangeLe tourisme durable en France : un levier de relance écologique (Ademe)*Etude réalisée auprès de 160 pays et publiée en 2018 dans la revue scientifique Nature Climate Change ** Source : Bilan des émissions des gaz à effet de serre du secteur du tourisme en France - ADEMEHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
"j'avoue que lorsque j'entends à la radio ou à la télé encore un énième sujet sur le climat, il m'arrive de zapper et de me dire « ah non, pas encore un truc sur le climat » parce que je sais que ça va être quelque chose d'assez plombant."Savez-vous qui a dit ça ?Un expert du GIEC, François Gemenne.😳Je suis ravie de partager avec vous cette interview géniale avec lui.Géniale parce qu’elle donne la pêche.Géniale parce qu’elle n’est pas langue de bois.Géniale, parce qu’elle permet de mieux comprendre ce qui se joue.J’ai appris que :👉 les membres du GIEC ne sont pas les scientifiques, mais les gouvernements. Les scientifiques, ils sont juste des experts bénévoles 😁👉 c’est justement pour cela que les rapports du GIEC ne proposent pas de solutions politiques👉 contrairement à ce qu’on entend dire, les COP ne servent pas à rien : grâce à la dynamique qu’elles insufflent, on est passé d’une trajectoire à +4°C à une trajectoire à +3°C. Alors oui, ce n’est pas encore suffisant, mais ça montre qu’en travaillant ensemble, on peut faire bouger les choses👉 les messages d'alerte sont contre-productifs parce qu'ils retardent l'action: cela focus sur la question de l'alerte sans passer à la question des solutions👉 c’est important que les gens réalisent qu'il y a des choses à faire qu'on n'est pas dans une sorte de bataille qui serait perdue d'avanceJe vous laisse écouter.C’est passionnant !Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Notes de l’épisode :"Je ne connais personne qui a lu les rapports du GIEC de A à Z""Il faut dessiner une trajectoire avec des balises""Il faut se battre pour "chaque dixième de degré" de réchauffement du climat"COP28 : accord historique pour les uns, point de départ pour les autresTransition écologique : comment susciter l'adhésion ?Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Voici un neuvième épisode de "Ça s'partage by EN ROUTE", le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.Cette semaine nous parlons d'achat de jouets de seconde main.Pourquoi ?Chaque année, 150.000 tonnes de jouets sont mises sur le marché selon l’Ademe, soit plus de 430 millions d’unités. 90% de ces jouets sont importés (souvent d'Asie), et 70% des jouets ne sont plus utilisés 8 mois après l’achat. Les ⅔ sont d'ailleurs jetés. Et pourtant 50 % de ces jouets seraient réemployables...C'est dommage parce que, toujours selon l’ADEME, 72% des jeunes de moins de 15 ans accepteraient de recevoir des jouets d’occasion à Noël.Alors, en pratique, ça donne quoi quand on passe à la seconde main ? Mathilde est récemment devenue maman. Elle a décidé de ne pas acheter de jouets neufs pour sa fille et de faire en sorte que tous les jouets retrouvent ensuite une autre vie.Elle raconte...Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route !Pour aller plus loin sur le sujet des jouets et de la seconde main :Etude Ademe préalable à la mise en place de la REP jouetsEtude Ademe "La face cachée des objets : vers une consommation responsable"Page du gouvernement sur la gestion des déchets jouetsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
“La sobriété n'est pas un projet de société. Je ne pense pas qu'on doit nécessairement faire moins. On doit faire différemment. Il y a certaines choses qu'on doit faire moins et il y a des choses qu'on peut faire beaucoup plus. Et je crois que c'est précisément un des enjeux aujourd'hui, c'est de montrer ce qu'on peut faire plus.”Je suis ravie d’accueillir Laurent Hublet au micro du podcast En Route !…Figure de la Tech de Bruxelles, il a réussi le tour de force de lancer BeCentral, le plus grand campus numérique de Belgique - voire d’Europe.Je trouvais intéressant d’avoir son double point de vue d’entrepreneur et de philosophe sur la question de l’action pour le climat. Et notre entretien fut passionnant.Avec Laurent nous avons parlé de :- comment on opère des changements de grande ampleur ?- comment on fait en sorte que la question climatique ne divise pas ?- comment aide chacun à agir ?- mais nous avons aussi parlé du temps que met le changement, de courage, de ralentir, de découragement, de Kairos ou encore de véloVous êtes prêts à passer en mode action ? Alors en Route ! Notes de l’épisode :une intervention video de Laurent HubletHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Voici un huitième épisode de "Ça s'partage by EN ROUTE", le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.Cette semaine nous parlons de voiture électrique.Pourquoi ?Avec 31 % des émissions de gaz à effet de serre, c'est le secteur des transports qui contribue le plus au changement climatique en France. Et la voiture thermique individuelle se situe en tête du podium avec 16 % des émissions de la France. Réduire nos émissions signifie donc soit utiliser moins sa voiture, soit passer à l'électrique. Plusieurs études ont, en effet, montré qu'en France, les émissions des voitures électriques sont de 2 à 5 fois plus faibles que celles de la voiture thermique (essence ou diesel). (Voici quelques-unes des études récentes : IPCC 2022, IEA 2023, Sacchi et al 2022, Ademe 2022, IFPEN 2022, Transport & Environment 2022).Alors, en pratique, ça donne quoi quand on passe à l'électrique ? Les Français disent avoir peur de passer à l'électrique à cause notamment de l'autonomie.Richard Seltrecht fait partie des pionniers de la voiture électrique puisqu'il y est passé en... 2015 !Il raconte...Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route !Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
"il faut absolument qu'on arrive à fabriquer des produits qui soient ultra-durables donc ultra-robustes, et ultra‑réparables ; l'objectif pour une entreprise ne doit plus être de les VENDRE à ses clients mais de les METTRE À DISPOSITION de ses clients. Parce qu'en fait, personne n'achète un PRODUIT. On achète le SERVICE que rend le produit.(..) Et, en étendant ce modèle à quasiment la totalité des produits du quotidien on va en fabriquer notablement moins (...) ça sera moins de pression sur les ressources, et moins d'émissions de CO2..."Cette semaine je reçois Fabrice Bonnifet. Fabrice est directeur développement durable du groupe Bouygues, mais aussi président du Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D).Il milite pour une autre façon de créer de la valeur économique sans nuire à l’écologieDans cet épisode, il nous explique les nouveaux modèles d'affaires compatibles avec le climat et les ressources planétaires.Vous allez voir, c'est passionnant ! Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Notes de l’épisode :Ecouter le précédent podcast avec Fabrice Bonnifet "Comment rendre le futur sobre désirable"découvrir son blog sur l'entreprise contributivedécouvrir son livre "L'entreprise contributive: Concilier monde des affaires et limites planétaires"Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Voici un septième épisode de "Ça s'partage by EN ROUTE", le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.Cette semaine nous parlons de réduire sa consommation d'énergie à la maison.Pourquoi parler de consommation d'énergie à la maison ?Le logement est le 3e poste d'émissions de CO2 d'un Français, selon l'Ademe et il représente quand même plus d’un quart de l’énergie totale consommée en France !Réduire la consommation d'énergie à la maison, c'est donc à la fois un enjeu pouvoir d'achat, un enjeu écologique, mais aussi un enjeu citoyen d'indépendance énergétique nationale.En pratique, comment faire ? Découvrez le témoignage de Cédric Lebreton. L'hiver dernier, il a réussi à réduire de 17 % sa facture d'énergie. Il raconte...Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route !Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
"L'idée de départ est quand même assez géniale : (...) on s'est dit on va construire un programme d'engagement pour nos clients particuliers en France, mais on va faire l'inverse de ce que fait un programme classique. Nous, on ne va pas donner des points lorsque les gens consomment plus. On va leur donner des points soit quand ils consomment moins." Cette semaine je reçois Thomas Szygula.  Thomas a un parcours étonnant.  Durant ses études, il a participé activement au collectif "Pour un réveil écologique" qui vise à faire bouger les entreprises sur la question climatique.  Et puis, il est entré chez Engie. Aujourd'hui, il est responsable de Mon Programme Pour Agir de Engie. C'est un programme de fidélité d'un nouveau genre : un programme qui aide les clients de l’entreprise à réduire leur consommation. Avec Thomas, nous avons parlé : ✅ de comment on parle écologie aux dirigeants et dirigeantes quand on est étudiant ✅ de comment on passe de "Pour un réveil écologique" à Engie ✅ de comment on aide ses clients à moins consommer   Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Notes de l’épisode : Découvrir Mon Programme Pour Agir  Découvrir Pour un réveil écologique  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Cette semaine, nouvel épisode de Ça s'partage by EN ROUTE, le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.  Dans cet épisode, nous parlons de transport en avion. Pourquoi ? Selon les sources (Carbone 4, OACI), le transport en avion représenterait entre 2 et 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde . C’est loin d’être négligeable. Et compte tenu de la croissance forte attendue par le secteur (environ +3 % / an au moins, selon les estimations du secteur), sa part dans les émissions mondiales peut facilement croître, et ainsi peser encore plus lourd dans le réchauffement climatique...  A l'échelle l’échelle individuelle, c'est prendre l'avion est vraiment un élément qui peut changer du tout au tout son bilan carbone : par exemple, un vol aller-retour Paris-New York (1,7 tCO2e en comptant les effets hors CO2) représente 20 % des émissions annuelles d’un·e français·e moyen·ne. Mais, en pratique, comment changer nos pratiques ?  Découvrez le témoignage de Martin Jérôme. Avec sa femme, ils en ont fait un jeu. Il raconte son aventure et ses découvertes... Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Pour aller plus loin sur le sujet de l'avion, vous pouvez aussi écouter : le témoignage de Diane qui, elle, a divisé par deux ses trajets en avion  l'interview de Aurélien Bigo, chercheur sur la transition énergétique des transports  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Cette semaine, nouvel épisode de Ça s'partage by EN ROUTE, le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.  Dans cet épisode, nous parlons de réduire sa consommation de viande sans perdre le plaisir des repas. Pourquoi ? L’alimentation représente 24 % de l’empreinte carbone des français, selon l’Agence de la transition écologique (Ademe). Dans ces 24 %, la viande joue un rôle majeur : un repas avec du bœuf émet en moyenne 7 kg de CO2, soit 14 fois plus qu’un repas végétarien (0,5 kg de CO2). Réduire nos émissions signifie donc réduire notre consommation de viande. Alors, en pratique, comment changer faire ? Aude raconte son chemin. Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Pour aller plus loin sur le sujet de la viande, vous pouvez aussi écouter : Une conférence de 15 minutes par Marta Zaraska  sur pourquoi nous devrions manger moins de viande. Un TEDx sur "Pourquoi les humains sont obsédés par la viande" Un article de Aude de décryptage de cette conférence  Le blog de cuisine Owi Owi Fouette-moi  qui a donné envie à Aude de tester de nouvelles recettes Un article sur l'empreinte carbone de la viande  l'épisode du podcast avec Bertrand Swiderski, directeur développement durable du groupe Carrefour,  qui perle de la manière dont on change les rayons alimentation dans les supermarchés Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
“Je me suis aperçue que c’était grâce à mes actions de covoiturage que j'avais plus d'action sur le climat que dans mon job RSE en lui-même (…) Cela m’a donné envie de chercher toutes les choses qu'on peut faire dans notre manière de travailler qui ont de l'impact. C’est comme cela que j’ai lancé un blog puis un podcast et, récemment, un livre.” Cassandre Joly est une jeune fem me engagée qui a envie de faire bouger les choses pour le climat. Elle anime un podcast intitulé “Ecolo au boulot”. Dans ce podcast, elle creuse comment rendre son quotidien au boulot plus écologique, partage des idées pour motiver ses collègues, et propose enfin de l'inspiration et de la motivation pour impliquer son entreprise dans cette nouvelle voie ! Avec Cassandre, nous avons parlé : ✅ de comment on parle écologie au boulot sans passer pour un relou ✅ des motivations à changer des habitudes ✅ des 3 leviers d’action à notre disposition pour agir “écolo” quand on est salarié.e   Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Notes de l’épisode : découvrez le podcast Ecolo au boulot Lire l’étude ParlonsClimat.org Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Cette semaine, nouvel épisode de Ça s'partage by EN ROUTE, le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.  Dans cet épisode, nous parlons de réduire notre usage de la voiture au quotidien. Pourquoi ? Avec 31 % des émissions de gaz à effet de serre, c'est le secteur des transports qui contribue le plus au changement climatique en France. Avec la voiture individuelle en tête du podium avec 16 % des émissions de la France. Réduire nos émissions signifie donc réduire notre usage de la voiture, voire même réussir à s'en passer. Alors, en pratique, comment changer faire ? Comme beaucoup de français, Cédric Lebreton avait deux voitures pour la famille. IIl a décidé de se passer d'une des deux voitures. Il raconte. Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Pour aller plus loin sur le sujet de la voiture, vous pouvez aussi écouter : Aurélien Bigo, chercheur sur la transition énergétique des transports : « Il n’y a pas de solution magique : il faut activer tous les leviers »  Benoît Tholence « Offrir une alternative à la seconde voiture »  Maxime Picat, directeur des achats et de l’approvisionnement Stellantis : « Si nous réussissons à nous transformer, l’impact sera colossal »  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
“65 % des salariés ont un site de leur employeur plus près de chez eux. (...) La nounou de ma fille, par exemple. (...) Elle a été formée pour devenir aide-soignante et elle faisait 1 heure de trajet par jour alors qu'elle aurait pu aller à l'hôpital Lariboisière à pied. Elle a tenu un an et est redevenue nounou."  Laure Wagner est une pionnière de la mobilité durable. Après un premier poste au ministère de l'écologie pour s'occuper de la semaine de la mobilité durable, elle a vécu une aventure fantastique auprès de Frédéric Mazella : elle a été la toute première employée de Blablacar.   C'est d'ailleurs là qu'elle s'est apercue d'un truc hallucinant : 65 % des salariés pourraient bosser beaucoup plus près de chez eux sans changer ni de poste ni d'employeur. Il suffirait juste qu'ils échangent leur poste avec un.e autre salarié.e.  Non seulement ca parait tout simple, mais en plus ca diminuerait la fatigue de ces employé.e.s liée à ces déplacements pendulaires, les coûts de transport, ou encore les émissions de CO2 induites par les trajets en voiture...  C'est la raison pour laquelle elle a décidé de lancer 1 km à pied. Une entreprise qui aide les employeurs à rapprocher leurs salarié.e.s de leur lieu de travail.    Avec Laure, nous avons parlé ✅ des distances acceptables entre le bureau et la maison ✅ de l’impact de la mobilité sur le climat ✅ mais aussi de vélo, covoiturage, télétravail…    Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Notes de l’épisode : découvrez le site de 1 km a pied  voir l'étude sur les gisements de CO2 des réaffectations  Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Cette semaine, nouvel épisode de Ça s'partage by EN ROUTE, le changement au quotidien par ceux qui le vivent et qui ont envie de partager ce qu’ils vivent.  Dans cet épisode, nous parlons d'écoconduite et de limiter sa vitesse sur autoroute. Pourquoi ? Baisser sa vitesse sur les autoroutes est l’une des rares mesures dont l’effet est immédiat. Passer, par exemple, de 130 km/h à 110 km/h permettrait d'économiser 16 % de carburant à chaque kilomètre. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, la baisse de vitesse sur autoroute est même le premier levier pour réduire les consommations de pétrole dans les pays avancés. Le problème, c'est que limiter la vitesse sur les autoroutes n'a pas bonne presse... et que c'est difficile de changer ses comportements individuels. Alors, en pratique, comment changer notre comportement ? Fabien Carimalo a réussi à changer sa vitesse max sur autoroute : 120 km/h au lieu de 130. Il témoigne. Vous êtes prêt à passer en mode action ? Alors en Route ! Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
loading
Comments