Claim Ownership

Author:

Subscribed: 0Played: 0
Share

Description

 Episodes
Reverse
Madame Talk x RMBO

Madame Talk x RMBO

2022-11-2450:21

Rappeuse émergente d’origine algérienne, RMBO grandit à Chelles en Seine-et-Marne, où elle vit toujours aujourd’hui. Biberonnée au rap, qu’elle définit comme "l’hymne national des gens de quartier ", elle grandit en écoutant Sniper, la FF, IAM,  Keny Arkana, Diam’s et de la variété française. L’artiste perçoit le rap comme un moyen de s’exprimer mais aussi de rassembler le plus possible, "de la mamie de 77 ans, au petit de 7 ans en passant par le mec de quartier de 30 ans."Surnommée RMBO depuis l’enfance, c’est naturellement qu’elle choisit ce nom quand elle se lance dans la musique. Après une première scène à la fête de fin d’année de son lycée, elle sort un titre en anonyme sur les plateformes qui reçoit un très bon accueil partout en France. Boostée par ces retours, RMBO décide de poursuivre sur sa lancée. En décembre 2021, l’artiste sort JRV, premier album de 16 titres qu’elle a mis un an à finaliser. Quelques mois plus tard, elle contacte Madame Rap avec une idée de projet : enregistrer un morceau en collaboration avec des MCs du monde entier pour faire entendre la voix des femmes sur la scène rap internationale. "Univers’Elles" voit alors le jour. Le titre rassemble 6 rappeuses de 6 pays différents : Sorah, d’origine anglo-française et installée en Allemagne, Justina, iranienne, Yacko, indonésienne, Asma Ramirez, chilienne basée à Barcelone, addeN, irano-allemande, et RMBO donc. "Univers’Elles" sort sur Soundcloud le 25 novembre, journée de lutte contre les violences faites aux femmes. RMBO nous explique pourquoi ce sujet lui tient à cœur mais aussi l’importance du travail et de l’authenticité dans sa musique et son parcours. 
Madame Talk x Calamine

Madame Talk x Calamine

2022-09-2501:03:49

Calamine est une rappeuse québécoise queer et non-binaire, qui fait ce qu’elle appelle du "rap de gouine". Originaire de la ville de Québec, elle vit depuis 2018 au cœur de Montréal, dans le quartier de Hochelaga-Maisonneuve.Également multi-instrumentiste, elle joue du piano depuis l’âge de 5 ans, de la guitare depuis l’âge de 10 ans et du banjo.  Au lycée, elle passe un bac en arts visuels et pratique la photo et la peinture. Elle fait ses premiers pas dans la musique au sein d’un groupe de garage rock/bluegrass puis se lance dans le rap quand elle déménage à Montréal, où elle rencontre le beatmaker Kèthe Magané, qui deviendra un fidèle collaborateur.  Après avoir sorti l’album Boulette Proof, en 2020, Calamine se retrouve en finale des Francouvertes, un concours musical qui a lieu tous les ans à Montréal et qui met en lumière des artistes émergent·es francophones. L’année suivante, elle est nommée révélation rap de l’année par Radio-Canada, la plus grande radio publique du pays. Boostée par cette visibilité et cette reconnaissance, elle sort son deuxième projet solo Lesbienne woke sur l’autotune en juillet 2022. La rappeuse y aborde les sujets qui lui sont chers : féminisme, lesbianisme, anticapitalisme, écologie, véganisme, cyclisme, justice sociale ou encore décolonialisme. L’amour et l’humour occupent également une place centrale dans ses textes.  Dans une industrie musicale régie par les structures patriarcales, l’artiste nous explique son choix d’être indépendante, son envie d’amener plus de RnB dans le rap québécois, son projet d’EP rap et rock avec son groupe Les Shirley et son troisième album solo déjà en préparation.
Madame Talk x Nayra

Madame Talk x Nayra

2022-07-1301:48:25

Basée à Saint-Denis dans le 93, Nayra se définit comme une chanteuse de rap. En effet, l’artiste d’origine égyptienne et marocaine chante, rappe et compose depuis l’âge de 13 ans. Alors qu’elle baigne dans la culture hip hop depuis l’enfance, son quotidien en famille est également rythmé par la musique. Fan d’Ed Sheeran, elle apprend toute seule la guitare, puis le ukulélé et le piano. À l’époque, elle éprouve des difficultés à exprimer ses émotions et trouve un exutoire dans l’écriture et la composition de chansons. À 13 ans, elle remporte un concours de rap organisé à Saint-Denis et commence à poster des freestyles sur sa page Facebook fin 2014. Elle reprend notamment des titres de rappeurs dont elle change les paroles qu’elle juge problématiques envers les femmes : Black M, Mac Tyer, Booba, Lartiste, Lacrim… Certaines vidéos cumulent plusieurs millions de vues et Nayra se constitue rapidement une fidèle fan base.En 2016, elle signe chez Elektra, label de Warner, dont elle part au bout de six mois, et en édition chez Universal en tant qu’autrice compositrice. Aujourd’hui âgée de 23 ans, Nayra nous raconte sa déconvenue après son expérience en major, jusqu’à sa signature avec le label indépendant Low Wood en juillet 2021. Avec les freestyles et la liberté comme ADN, Nayra poursuit son chemin et prépare actuellement un nouveau projet.  Elle nous parle de son processus de création, de sa culture arabo-amazigh et de sa passion pour les sneakers et les animes, qui nourrissent autant sa personne intime que son personnage public.
Madame Talk x Héro Écho

Madame Talk x Héro Écho

2022-06-0901:09:57

Rappeuse agenre née à Troyes dans l’Aube, Héro Écho grandit à Poitiers, où elle vit toujours aujourd’hui. Si l’artiste commence à écrire très jeune, notamment un roman à 15 ans et une tragédie en alexandrins à 17, elle découvre le rap sur le tard, vers l’âge de 28 ans. Elle commence alors à écouter les classiques du rap français : NTM, IAM, Casey, Rocé ou Lunatic et s’imprègne de toute la culture hip hop, du DJing au graffiti en passant par le beatmaking et la danse. Mue par sa passion pour les mots, elle s’essaye à poser sur des instrumentales et se prend au jeu. Parmi ses thématiques de prédilection : la révolution, le féminisme, l’amour, les difficultés sociales et la santé mentale. En décembre 2020, elle sort le clip Amazones, hymne anti-patriarcal avec zéro homme cisgenre à l’image, qui lui vaut un raid de la fachosphère et de masculinistes sur les réseaux sociaux. Héro Écho revient sur cet épisode de violences en ligne, d’insultes et de menaces de mort et ses conséquences sur sa vie et sa visibilité. Atteinte du trouble de la personnalité borderline, elle nous raconte également comment elle s’est retrouvée stigmatisée et confrontée à la psychophobie depuis qu’elle a été diagnostiquée. Bien qu’elle se revendique féministe, la rappeuse explique combien cette étiquette peut être enfermante et prétexte à la désigner comme trop radicale, trop anarchiste, ou simplement trop infréquentable.Enfin, Héro Écho nous parle du collectif des Gilets noirs et de la façon dont la France traite les sans-papiers, de son rapport maladif au trac et à la scène qu’elle a réussi à dépasser et de sa volonté de vivre de la musique. 
Madame Talk x Prichia

Madame Talk x Prichia

2022-05-1901:25:15

Beatboxer, auteur·ice et compositeur·ice franco-portugais·e, Prichia s’identifie comme non-binaire et utilise indifféremment les pronoms iel ou elle. Pour parler de sa pratique, iel privilégie l’emploi du terme anglais et neutre "beatboxer".Né·e à Porto, Inês de son vrai nom, compose des chansons à la guitare, écrit de la poésie et rappe dès l’enfance. À l’âge de 13 ans, iel découvre le beatbox grâce à Robinho, un candidat de l’émission portugaise La Nouvelle Star. Fasciné·e par sa performance, et la capacité du corps humain à produire des sons, iel se met à regarder un grand nombre de vidéos de beatbox, de rap et de danse hip hop sur internet et apprend les bases du beatboxing de manière autodidacte. Inês déménage ensuite à Paris, passe son bac et poursuit des études pour devenir psychologue. Mais le beatbox la rattrape et en 2017, iel s’inscrit aux championnats de France in extremis. À l’occasion, Prichia, qui était son pseudo de gameuse en ligne, devient son nom de scène. En 2020, Prichia remporte le championnat de France de beatbox en catégorie solo et devient une référence dans le milieu. Après avoir exploré le chant, la production et la composition pendant les confinements, l’artiste sort fin 2021 le EP Second souffle, qui démontre la richesse de sa musique et sa polyvalence. Prichia nous parle aujourd’hui de la place des personnes sexisées, non-binaires et LGBT+ dans le beatbox, de la fameuse gifle de Will Smith et de la hiérarchisation des violences, et de l'accueil inégalitaire réservé aux réfugié·es selon leur pays d’origine. Et même si iel se définit comme une artiste engagée, Prichia estime qu’il faut sans cesse travailler sur soi pour pouvoir se présenter comme tel. 
Madame Talk x Dibby Sounds

Madame Talk x Dibby Sounds

2022-04-0801:22:17

Rappeur, chanteur et beatmaker, Dibby Sounds vient de Genève en Suisse. Il est ce qu’on appelle un gender bender, un artiste qui fait plier le genre, s’amuse avec ses codes, les détourne ou les contourne pour dévoiler une identité multiple et un univers complexe où se côtoient gangsters et licornes.Né d’une mère philippine et d’un père serbe et macédonien, Alexander, de son vrai nom, grandit dans le quartier des Pâquis et découvre le rap à l’âge de 9 ans. Il écrit très vite ses premiers textes et participe à des ateliers rap à côté de chez lui. Il compose ses premières prods à l’âge de 17 ans grâce à un ami qui lui donne le logiciel de production musicale Fruity Loops.Après des études de communication et de théâtre, il étudie la mode avec l’idée de créer sa propre marque et pourquoi pas de sortir un jour un album et une collection en même temps. Bisexuel, Dibby Sounds place son identité de genre et son orientation sexuelle au centre de son écriture. Tantôt ego trip, tantôt acerbes, ses textes sont souvent poétiques et toujours drôles. Parmi ses sujets de prédilection, balayer les clichés et fustiger le rap hétérosexiste et LGBT+phobe.L’artiste nous parle de mode virtuelle, de sa passion pour les rappeuses américaines d’Atlanta, et de son coming out à ses "potes lascars" puis à ses parents. 
Madame Talk x Andy S

Madame Talk x Andy S

2022-03-0454:22

Rappeuse ivoirienne de 24 ans, Andy S se fait connaître en 2017 avec le titre "Cotisez", qui rencontre un énorme succès à Abidjan. Andréa Sahouin, de son vrai nom, grandit avec une mère journaliste et un frère aîné aujourd’hui chanteur. Adolescente, elle se passionne d’abord pour le foot et le basket mais abandonne le sport l’année de son bac pour se consacrer à ses études. Elle écoute alors beaucoup de rap, dont Booba et Sexion d’Assaut, et commence à rapper à la sortie des cours. Elle se fait rapidement remarquer lors de freestyles de rue et se lance véritablement dans la musique après le lycée. En 2019, celle que l’on surnomme Pépita ou King Pépita sort son premier EP Le rap n’a pas de sexe, puis le mini EP RDBQ Vol. 1 en janvier 2021.  Artiste indépendante, elle milite depuis ses débuts pour que l’attention du public et des professionnels se porte avant tout sur sa musique et non sur son genre. Elle dénonce également la rivalité entre rappeuses et l’appellation "rap féminin" pour proposer une musique universelle, inclusive et hors catégorie.En novembre 2021, Andy S sort la mixtape Exousia et se produit pour la première fois en France.  Aujourd’hui de retour à Paris pour plusieurs concerts, elle nous parle de drill, de rap ivoire, de son rapport à l’écriture et des questions qui l’agacent en interview. 
Née en Guyane française de parents haïtiens, Turtle White grandit à Deuil-La-Barre dans le Val d’Oise. Elle s’installe ensuite à Montreuil en Seine-Saint-Denis et vit aujourd’hui à Meaux dans les Yvelines. À la maison, elle écoute d’abord du compas, du zouk et de la dancehall avec sa famille avant de découvrir le rap en primaire avec le clip "Boulbi" de Booba.  En parallèle, elle écrit toutes sortes de textes et décide un jour de mettre l’un d’entre eux en musique. Fin 2017, elle enregistre pour la première fois dans le home studio d’un ami et se prend au jeu. Le rap devient alors un moyen de combattre son introversion, de s’exprimer et d’affronter des périodes difficiles. Aujourd’hui, Turtle White définit sa musique comme de la "trap no melo (sans mélodies), parfois proche de la drill, avec beaucoup de flows différents." Si elle reconnaît que les rappeuses manquent encore de visibilité, les difficultés qu’elle rencontre sont surtout liées au développement de son projet émergent et à la gestion de l’humain. L’artiste nous parle de la dimension comique dans ses textes, de sa passion pour la scène et ses nombreux projets, dont le lancement de son propre label. Ses objectifs ? : "savoir et pouvoir faire plein de trucs et vivre à 100 % de la musique". 
Madame Talk x Ash Calisto

Madame Talk x Ash Calisto

2022-01-1401:15:02

Rappeur, chanteur et artiste indépendant, Ash Calisto vit à Lausanne en Suisse romande. Métisse d’origine guinéenne et espagnole, il grandit à Cossonay, une petite commune dans le canton de Vaud, à l’ouest du pays où il est "l’un des seuls Noirs de la ville". Il découvre la musique avec la radio, notamment Nostalgie, puis le rap avec MC Solaar. Il apprend la flûte à bec pendant huit ans et le chant à la chorale de son école. C’est en 2018 qu’il crée le personnage d’Ash Calisto, lors d’un séjour en Espagne où il a vécu pendant un an et demi. Alors que "Ash", fait référence à son prénom Sasha, "Callisto" désigne l’une des lunes de la planète Jupiter. Les astres et les comètes sont omniprésents dans l’univers onirique et inclassable d’Ash Calisto. Tel un OVNI venu d’une autre galaxie, il mélange des sonorités électro, neo soul, rap, jazz et afro-latines. Multilingue, il écrit en français, en espagnol et en anglais et compose, mixe et masterise lui-même ses morceaux.  Si son refus de se conformer peut le desservir, dans une société qui affectionne les étiquettes et aime mettre les individus dans des cases, Ash Calisto se reconnaît dans le terme queer, qui définit pour lui le fait de ne pas être dans la norme et permet d’être qui on veut.  L’artiste nous parle de son processus de création, de son identité d’homme noir et queer, de l’homophobie dans le rap, de la scène artistique suisse et de son prochain projet "Projection astrale". 
Madame Talk x Nanii

Madame Talk x Nanii

2021-12-0901:00:57

Rappeuse et comédienne de 24 ans, Nanii grandit à Romainville en Seine-Saint-Denis "dans la cité et dans la street". Un atout, qui, selon elle, lui permet de développer un "mental" ainsi que la conscience du travail et de l’argent durement gagné. Enfant, elle partage sa chambre avec sa grande sœur. Bercée par Médine, Kery James, Sinik ou Sniper, elle voit sa sœur écrire et rapper et se met à écrire ses propres textes. Suite à un traumatisme, elle se réfugie dans l’écriture à l’âge de 12 ans et se lance dans le rap, qui devient une forme de thérapie. Même si sa sœur ne souhaite pas être connue du public, monter sur scène ou passer en radio, elle conseille Nanii sur ses choix artistiques et toutes deux enregistrent régulièrement des freestyles ensemble, qu’elles postent sur les réseaux.Sur Instagram, Nanii se fait repérer par l’autrice, metteuse en scène et cinéaste Caroline Guiela Nguyen qui lui fait passer des castings pour sa pièce "Fraternité, conte fantastique". Alors qu’elle n’est jamais entrée dans une salle de théâtre, la rappeuse se retrouve propulsée sur les planches. Elle nous explique comment cette expérience de comédienne nourrit son "rap à message" et son écriture, les difficultés qu’elle rencontre à gérer toute seule son activité musicale, sa vision du féminisme et son projet d’EP de 10 morceaux d’1 minute.
Madame Talk x Kelyboy

Madame Talk x Kelyboy

2021-11-1901:17:50

KelyBoy, Eléna à la ville, grandit à côté de Rennes avec une mère professeure de danse et baigne très tôt dans la musique.Enfant, les murs de sa chambre sont tapissés d’images de magazines de graff, de skate et de sports extrêmes. Elle développe une véritable passion pour les visuels flashy, les couleurs fluo et les esthétiques "tuning". Elle écoute également beaucoup la radio, notamment Radio FG et Fun Radio, ce qui forgera plus tard son intérêt pour les sons électroniques, mélodiques et dansants.À l’âge de 10 ans, elle découvre le breakdance et s’investit pleinement dans la danse au point de songer en faire son métier. Lors de battles, elle croise différents acteurs de la culture hip hop, rappeurs, DJs ou graffeurs, et évolue sur cette scène bretonne.Un jour, elle reçoit en cadeau l’album "The Eminem Show" et un dictionnaire d’anglais Robert & Collins. Elle passe alors des journées entières à traduire les paroles du rappeur américain et écrit des textes qu’elle poste sur des skyblogs.En parallèle, et après avoir participé à plusieurs groupes de musique, elle décide de développer un projet en solo. Elle achète des platines avec son premier salaire et commence à mixer dans des bars.Aujourd’hui basée à Paris, Kelyboy est toujours un véritable couteau-suisse : elle fait de la production, du mix, écrit, chante, rappe, joue de plusieurs instruments et se produit en live et en DJ set. L’artiste nous parle de ses nombreux projets, dont un album de productrice en préparation, de son féminisme queer "soft power" et des difficultés que rencontrent les femmes pour exister dans le rap et le beatmaking.
Madame Talk x Le Lou

Madame Talk x Le Lou

2021-10-0650:44

Rappeur trans basé à Strasbourg, Le Lou découvre le rap à l’âge de 8 ans. Originaire de Forbach en Moselle, il grandit dans une famille de mélomanes avec un père ingénieur du son. À l’école de musique de la ville, il prend des cours de solfège, de guitare et de batterie. À 19 ans, il écoute 1995 et L’Entourage, et écrit ses premiers textes de rap dans sa chambre. Encouragé par ses amis, il décide alors de se jeter à l’eau. À partir de 2016, il fait partie de La Bergerie, duo rap, jazz et boom bap fondé à Metz. Quand le projet prend fin pendant le premier confinement, Le Lou se lance en solo et partage ses sons sur Instagram. Bien qu’il estime que son esthétique soit encore en construction, son univers artistique oscille entre bangers et prods planantes un peu wavy avec des textes introspectifs, festifs ou militants, portés par sa voix et ce qu’il appelle sa "petite insolence."Le rappeur nous parle de sa passion pour la scène, de sa transidentité, sa queerness, et de son premier EP qui sortira en mars 2022. 
Née à Dakar à la fin des années 80, Sarahmée est adoptée à l’âge de 7 mois par un couple de Québécois installés au Sénégal. Elle vit ensuite entre le Québec, le Rwanda et la Tunisie avant de s’installer à Montréal.  Alors que sa mère joue de la kora et que son frère Karim Ouellet s’illustre aujourd’hui dans la pop indé, Sarahmée se tourne vers le rap, qu’elle découvre à l’âge de 10 ans. Elle se passionne d’abord pour le rap américain avec les Fugees, Lucy Pearl, et Nas, puis le rap français avec NTM, IAM ou MC Solaar. Touchée par l’énergie de cette musique, elle commence à rapper les poèmes qu’elle écrit. En 2008, elle fonde le duo de rap Diaspora avec l’artiste ivoirienne Yasmina, puis se lance en solo en 2009. Après deux albums, Sarahmée s’apprête à sortir un nouvel opus le 3 septembre prochain. L’artiste nous parle de son implication croissante dans la direction artistique de ses projets, du racisme systémique qui la révolte, de sa conscience féministe en perpétuelle construction et de son intérêt pour la mode. 
Madame Talk x Lexie T

Madame Talk x Lexie T

2021-05-1157:08

Originaire de banlieue parisienne, Lexie T vit à Lille pendant plusieurs années, puis un an à Nantes, avant de s’installer à Montpellier.  A l’adolescence, elle joue de la basse et de la batterie et pogote dans des concerts de métal et de punk. C’est en 2011 qu’elle découvre le beatbox lors d’un stage et se reconnaît tout de suite dans cette pratique et cette communauté accueillante et bienveillante. Elle décide alors de s’inscrire au championnat de France de beatbox et rafle la première place. Des années plus tard, elle commence à rapper sur ses instrus de beatbox enregistrées avec une pédale de boucles.  Désormais double championne de France de beatbox et vice-championne de loopstation, beatboxeuse et rappeuse, Lexie T est aussi un peu beatmakeuse puisqu’elle crée des sons avec sa bouche, sur lesquels elle pose ensuite ses textes. L’artiste attache une importance particulière à la transmission et partage ses compétences dans le cadre d’ateliers et de tutoriels vidéo.On peut également la retrouver sur le S-One Project, mixtape de la DJ parisienne S-One qui réunit des rappeuses. Impatiente de retrouver la scène et le public déconfiné, elle travaille sur un nouvel EP qui devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année. 
Madame Talk x Waka

Madame Talk x Waka

2021-04-1601:04:21

Rappeuse, beatmakeuse et DJ, Waka naît au Cameroun puis arrive en France à l’âge de 8 ans. Elle grandit entre Paris et l’Ile-de-France avant de s’installer à Marseille en 2016.  Passionnée de BD et de dessin, elle se tourne vers la musique à l’âge de 20 ans. Elle achète d’abord une guitare avec son premier salaire puis explore la musique électronique et le beatmaking. Rapidement, elle décide d’écrire des textes pour habiller ses prods et compose ses premiers titres de rap. En 2015, Waka co-fonde avec Paulo Higgins l’association Baham Arts, qui met à  l’honneur les artistes femmes, queer et racisées à travers l’organisation de festivals et de divers événements. Leur dernier projet en date : reprendre l’Eden Café, célèbre lieu lesbien à Marseille, pour en faire un espace de culture et d’échange dédié aux personnes LGBT+ et plus spécifiquement aux personnes trans, queer, racisé.es et lesbiennes (la campagne de crowdfunding ici : https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/l-eden-cafe-lgbtqia-afroqueer-trans).Soucieuse de fabriquer son propre récit de femme noire, lesbienne, féministe et queer, l’artiste nous parle de son rapport ambivalent à l’écriture, de son admiration pour le rappeur gay américain Lil’ Nas X et l’influenceuse trans camerounaise Shakiro et de l’importance des rôles modèles. 
Madame Talk x Thérèse

Madame Talk x Thérèse

2021-03-1501:25:28

Musicienne, styliste et activiste, Thérèse rappe et chante en français, en anglais et en chinois. D’origine sino-lao-vietnamienne, elle grandit dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis, puis vit entre Lyon, Barcelone, Pékin et Munich pendant ses études, avant de s’installer à Paris.En septembre 2020, elle sort le morceau T.O.X.I.C, qui évoque les relations toxiques et la nécessité de se libérer de leur emprise. Deux mois plus tard, avec le titre Chinoise ?, elle dénonce le racisme ordinaire et la fétichisation des personnes asiatiques. Aujourd’hui, alors qu’elle vient tout juste de fêter ses 35 ans, l’artiste dévoile son premier EP intitulé "Rêvalité". Ce projet de 7 titres, composé pendant le confinement, mêle des sonorités hip hop, pop et électro avec des textes à la fois sombres et lumineux, introspectifs mais universels.Thérèse nous parle de ses contradictions, de son rapport viscéral à l’écriture et de sa vision ambivalente des réseaux sociaux. Elle aborde également le manque de représentativité des femmes asiatiques dans notre société ainsi que sa volonté de recréer du commun et du vivre ensemble. 
Madame Talk x Veemie

Madame Talk x Veemie

2021-02-1049:02

Originaire de Clichy-La-Garenne dans les Hauts-de-Seine et basée à Marseille, Veemie commence à rapper à l’âge de 15 ans. Un soir, elle entend la rappeuse  américaine Lil’ Kim sur Skyrock et se met à chercher des artistes françaises qui lui ressemblent, mais n’en trouve aucune. Elle décide alors de prendre le micro. Après plusieurs clips et freestyles publiés sur les réseaux, Veemie rejoint Bande Organisée Version Féminine, collectif de 8 rappeuses marseillaises qui se fait connaître en novembre 2020 avec une reprise de 13 Organisé. Alors qu’elle vient de quitter le groupe pour se concentrer sur ses propres projets, l’artiste nous raconte comment le fait d’être haut potentiel a compliqué ses interactions sociales pendant des années et comment le rap l’a aidé à restaurer son estime d’elle-même. Elle nous parle également de son côté sombre nommé Le Veezeur, de son expérience de la perversion narcissique et de son agacement face à l’image caricaturale des femmes noires véhiculée par certaines rappeuses américaines. 
Madame Talk x Shani

Madame Talk x Shani

2021-01-1654:17

Originaire de Wissous dans l’Essonne, Shani écrit ses premiers textes dès 2012. Après un master de marketing, elle décide de prendre une année sabbatique en 2018 pour explorer ses différentes passions. Parmi elles, la danse hip hop, notamment le new style, le chant, le foot, le dessin et le rap.La même année, l’artiste publie sur les réseaux plusieurs freestyles aux paroles ouvertement féministes et se constitue rapidement une communauté.À l’été 2019, pendant la coupe du monde de football, elle sort Sélection féminine, un titre afro trap qui célèbre les femmes dans le foot et qui la révèle au grand public. La rappeuse nous parle aujourd’hui de son admiration pour la nouvelle génération qui se mobilise contre le sexisme, du cyberharcèlement que subissent régulièrement les rappeuses et de ses nombreux projets malgré la crise du Covid. 
Découvrez le Madame Talk de la rappeuse marseillaise Lansky Namek !D’origine russe, marocaine et polonaise, Lansky Namek commence à rapper en CM1 pour combattre la dyslexie. Entre foot, graffiti, beatmaking et rap, elle fait ses armes au Cours Julien et à la Plaine à Marseille. Au fil des années, l’artiste construit le personnage de Lansky Namek, Lansky, en référence au célèbre mafieux américain Meyer Lansky et Namek du nom de la planète dans le manga Dragon Ball Z. Éclectique, elle peut aussi bien chanter de la soul ou du punk bien énervé que du boom bap ou de la trap. Fervente supportrice de l’OM, elle nous parle de sa passion pour son club, de son prochain projet qui verra le jour en 2021 et de sa famille qui lui a transmis sa fibre militante. Parmi les sujets qui lui tiennent à cœur, elle a choisi d’évoquer la loi sécurité globale, les camps de Ouïghours en Chine et les camps anti-LGBT+ en Tchétchénie. 
Madame Talk x KT Gorique

Madame Talk x KT Gorique

2020-11-1701:10:11

Découvrez le Madame Talk de la rappeuse suisse KT Gorique !D’origine ivoirienne et italienne, KT Gorique a grandi à Abidjan avant de s’installer en Suisse avec sa famille à l’âge de 11 ans. En 2012, elle remporte le End of the Weak World et devient la première et seule femme, mais aussi la plus jeune et la première Suisse à gagner cette compétition internationale de freestyle. La rappeuse nous parle de son dernier album Akwaba, sorti en mai dernier, de son amour pour le reggae et ses nombreuses collaborations avec des femmes. 
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store