Claim Ownership

Author:

Subscribed: 0Played: 0
Share

Description

 Episodes
Reverse
  Escales Maritimes est le podcast iodé au goût de sel, d’embruns et de  vents d’ouest pour décoiffer vos envies d’aventures maritimes… Au fil du sillage et des saisons, je vous proposerai de me suivre  dans la préparation du voilier, de son périple le long des côtes de la  mer d’Iroise, des îles, de l’océan… Nous irons à la rencontre de ceux qui ont le goût du sel dans leurs aventures.  Une parenthèse temporelle et maritime prétexte à la création, l’imaginaire, la poésie et la préservation de l’océan. Ce sera aussi l’occasion de rencontres, d’interviews, d’histoires de  mer, de récits avec ceux qui rentrent de voyage ou avec ceux qui rêvent  de partir, sans oublier ceux qui vivent et protègent cet espace sensible  et fragile… On commence ici, dans le Finistère, dans le bouillon de la mer d’Iroise, là où naissent les histoires. Suivez-moi dès maintenant dans cette aventure iodée et vivifiante comme les embruns…
JOURNAL DE BORD #001 J’avais envie de vous présenter plus en détail, l’univers d’Escales Maritime et de préciser ce que vous trouverez tout au long des épisodes. Mais avant tout je voulais vous dire la raison d’être de ce Podcast, elle est simple. Donner l'envie de naviguer et de protéger les océans. A travers cette volonté, c’est un concept simple que je véhicule qui est « qui aime …protège ! » et je pense qu’il est urgent de faire les deux sans compter !   Alors sans être extrémiste, il est vrai que l’on parlera plus de voilier, car c’est surtout un moyen de transport naturellement poussé par le vent et peu carboné, bien que nos besoins d’être au port le soir, ou nos obligations, nous obligent parfois à mettre le moteur ! La voile aussi parce que l’esprit peut gambader, tout en restant concentré sur sa route, notamment en solitaire. Le journal de bord sera avant tout, l’histoire d’un homme et de son bateau, donc nos aventures avec mon Kelt 7,60. C’est un petit bateau, souvent l’un des plus petits dans les ports, pas très rapide 4 nœuds de moyenne quand tout va bien, mais il a l’avantage d’un faible tirant d’eau et est parfait pour des balades sécurisées en solitaire. De plus il est très marin ce qui est rudement pratique dans les courants de la mer d’Iroise. Ce bateau est de 1981, C’est un jeune quadra qui fête cette année ses 40 ans!
   Voilà février se termine et la météo est de plus en plus engageante, mais comme vous pouvez l’entendre, la pointe Finistère nous offre son petit vent bien sec pour une fois, de nordet, avec des claques à 30 nœuds. Alors il reste deux solutions, affronter dame nature ou rester au chaud au port à commencer le petit chantier d’hiver pour pouvoir naviguer dès début avril et profiter, si la météo le permet, de la présence de nombreux oiseaux marins pour faire quelques photos… Mais pour l’instant, bercé par le vent jusqu’à 18h, je fais ma « to do list » d’avant saison et j’entame les premiers travaux annuels…
Jo Le Guen - Des rames aux albatros... Pour ce premier récit de mer, j'ai interviewé pour vous, Jo Le Guen, un personnage rugueux aux premiers abords, fait de tempêtes, d'insularité, d'aventures et d'histoires humaines. Le tout avec une profonde humanité et une simplicité qui lui permet de ne garder que l'essentiel. Une vie entière passée à aller au delà de l'horizon qu'offrait, avec modestie, son île de Molène. Toujours cette envie de voir ailleurs, cheviller au corps, las de l'instant lent et de l'immobilité, un sexagénaire avec des projets de trentenaire, une envie et une énergie à toute épreuve. une vivacité d'esprit et une soif d'entreprendre jusqu’à ce projet fou à 73 ans de refaire la trace de Magellan sur un Dufour 2800 de 8m23. Alors, il vous dira qu'il manque toujours 1m sur un bateau, mais l'aventure est lancée et le destin s'occupera du reste! Je vous laisse écouter, ce personnage entier et sincère qui me fait l'honneur d'être le premier à partager ses récits de mer sur escales-maritimes.com. Merci Jo Pour suivre et/ou soutenir son aventure rendez-vous sur sillage.org ou https://www.facebook.com/jo.leguen.1
   Sur les traces de Magellan On se retrouve en compagnie de Jo Le Guen pour la deuxième partie de l’interview. Pour ceux qui montent nouvellement à bord, la première partie est le « Récit de mer #001 - Des rames aux Albatros… » Que vous retrouverez sur toutes les bonnes plateformes de diffusion de podcast ou sur notre site escales-maritimes.com. Dans ce récit, Jo Le Guen nous parle de la notion d’engagement dans un projet, de la relation humaine et des convictions qui le portent, pour lui donner la force d’aller au bout de son projet et au bout de ses rêves. Mais aussi de sujets plus intimes comme son attachement à la mer, à Molène, aux relations humaines...  Il nous parle bien-sûr de sa nouvelle aventure sur les traces de Magellan, un voyage qui doit l’emmener autour du monde sur un voilier de 8,23m ! dont le départ à eu lieu le 9 octobre à Lanildut en Finistere Hélas, l’aventure est provisoirement en suspend pour cause de la COVID-19. Dans le dernier chapitre Jo nous décrira sa descente jusqu'à St Laurent du Maroni en Guyane après la casse de deux hauban devant Fortaleza
1ère sortie en solo en mer d'iroise 18 avril 2021, malgré le confinement, on peut naviguer en mer, quand t-on habite à moins de 10km de son bateau. Donc je largue les amarres pour aller naviguer en mer d’Iroise !La navigation sera un tour de l'archipel, la mer est belle, peu de vent, idéal pour une première sortie. Bon, le vent m'a lâché en plein milieu de l'archipel devant Molène.  Après deux heures a me faire balader par les courants (heureusement petits coefficients) le vent est revenu juste pour me ramener au port.  Que cela fait du bien d'être au large de voir des phoques, des fous de bassan, et des cormorans... Un moment suspendu...
   On retrouve une dernière fois Jo Le Guen, qui revient sur la première partie de son parcours entre Lanildut et Fortaleza, puis sur son petit détour vers Saint Laurent du Maroni (Guyane Française) où pour l’instant, il à laissé son bateau, victime bien malgré lui des conditions sanitaires mondiales. Dans ce podcast, il nous décrit sa descente de l'atlantique sur son Dufour 2800 de 8,23 m. Il compare ses conditions de navigation à la vie des marins de l'époque, lors de l'expédition de Magellan. Et se pose des questions pour la suite de l’aventure…. Car pour l'instant, Jo est en escale forcé, un peu comme l’albatros de Baudelaire sur le pont du bateau, un peu comme nous ! J’espère qu’il va rapidement reprendre ce magnifique défit, et démêler le fil de cette histoire qui lui tient à cœur.  Je tenais une nouvelle fois à le remercier pour cet échange inspirant, riche de sens et d’expériences.  On aura peut-être l’occasion de poursuivre ce voyage avec lui, si le bon vent le porte…
Lanildut, Ouessant, Archipèle de Molène, Chenal du Four en solo et de nuit  Voilà le récit d'une aventure d'un peu plus de 60 miles en 16h dont 8 de nuit sous la voie lactée, un magnifique parcours et des souvenirs pleins la tête!! C'est incroyable de dormir la nuit en faisant juste confiance au pilote automatique !!  bon pas plus de 20 mn 😅 mais barrer dans la nuit est une expérience incroyable surtout accompagné de dauphins🤩 ....
 BONNES RESOLUTIONS ET NOUVEAUX PROJETS 2022     Voilà, on y est, à ce moment fatidique où après une année bizarre et chaotique, on fait le bilan au coin du feu de bois qui crépite et l’on se donne de bonnes résolutions ou au moins des motivations, voire peut-être des objectifs à tenir, en se disant que cette année, on y va à fond….  Alors oui, comme beaucoup d’entre vous, avec cette année 2021 pathologique, j’ai un gout de trop peu en terme de jours de navigation. Mais à la quantité, j’opposerais la qualité et là j’ai de quoi me réjouir d’abord avec la réalisation d’un de mes objectifs qui était le tour de Ouessant et de l’archipel de Molène de nuit et d’un rêve…  Une rencontre avec des dauphins ...
Me voilà sur le port de Brest, sur le bateau Joititude de Dominique Lissillour. Dominique est un marin aguerrit avec un cv maritime long comme un jour sans fin et souple aussi, d’ailleurs à mon arrivé, il est recroquevillé en huit dans le coffre de poupe, à la fixation de son régulateur d’allure.  Dominique Lissillour et son projet pourrait être résumé par le chiffre 1 et le chiffre 3   Le chiffre 1 pour 1 homme, 1 projet, 1 rêve, 1 bateau...  Le chiffre 3 pour 3 caps, 3 océans, 300 jours, 30 000 miles nautiques...  Son projet, sa madeleine de Proust est un tour du monde en solitaire avec escales au départ de Brest, sur son 32 pieds Joititude, un Alpa 9.50 qu’il vérifie et adapte pièces par pièces pour sa grande aventure, sa longue route à lui... 
       Dominique Lissillour par les 3 caps pour Océano Vox [2/2]     On se retrouve avec Dominique Lissillour pour la deuxième et dernière partie de l’interview où l’on aborde le quotidien à bord, mais aussi tout ce qu’il met en œuvre pour assurer sa sécurité sur ce parcours de 31 000 nautiques.  Comment va-t-il vivre sa solitude et quelles seront ses occupations, notamment avec son engagement pour Oceano Vox.  Mais tout d’abord restons pratique, parlons des ressources vitales.  Je pense que pour vous comme pour Dominique c’est toujours un immense plaisir de prendre ou de vivre les histoires du grand large et de se retrouver en autonomie face aux éléments et face à soi-même.  Dominique porte ce projet, ce rêve d’enfant à bout de bras et si vous avez moyen de lui apporter une aide matériel, technique ou financière, cela l’aidera à prendre un départ serin en juillet 2023.  Vous participerez activement à cette aventure, car c’est vraiment une aventure ! et votre nom s’associera à cette belle histoire.  Je vous mets les liens pour prolonger cette interview et je pense qu’on refera un point avec Dominique avant le grand départ de Brest.  Pour suivre Dominique Lissillour par les 3 caps : https://www.sea-world-skipper-convoyage.com/par-les-3-caps  Pour participer à l’aventure en aidant Dominique via Gofundme : https://www.gofundme.com/f/joititude-for-ocano-vox?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=p_cp+share-sheet  Participer à l’association Océano Vox : https://www.oceano-vox.com/   
 Voilà une interview qui me tenait à cœur, Michel le Ru est le dernier gardien du Phare d’Ar-Men, un des phares de l’enfer qui a été automatisé en 90.  Il nous raconte ses années aux services des Phares et Balises avec une vision humaine, touchante et juste, du quotidien des gardiens de Phare.  Des conditions de vie parfois difficiles, dans des édifices malmenés, mais toujours debout, défiant les forces de l’océan, survivant à leurs gardiens.  Il nous parle avec justesse des difficultés du métier, de ses joies aussi, de la promiscuité, de l’autre, son binôme, et de la solitude permanente car toujours seul pendant les quarts.  Il aborde les relations humaines qui ont fait la légende de ces hommes mi terrien, mi marins mais toujours humain.  Avec philosophie, il aborde la vie, sa vie dans un Phare, mais aussi toute la vie autour et toutes les évolutions du métier, simplement.  
 On poursuit l’interview avec Michel le Ru, l’un des derniers Gardiens du Phare d’Ar-Men qui revient sur sa vie dans les phares de l’enfer et du paradis. Il se souvient des amitiés, des annecdotes de l’évolution de son métier. On parle aussi de l'avenir de ces Phares en mer, de leur durée de vie , de l’entretien et de la mission de service Publique qui lui tient à coeur…  
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store