Claim Ownership

Auteur:

Abonnements: 0Lu: 0
partager

Description

 Episodes
Reverse
C'est un livre-somme qui nous plonge dès ses premières pages dans un rythme qui ne nous laisse pas de répit : un deuil, une visite joyeuse dans les coulisses d'un grand restaurant, la découverte d'un cancer. Plaisirs et tremblements et se succèdent. Il s'agit de La Vie gourmande, album autobiographique d'Aurélia Aurita (Fraise et Chocolat, Comme un chef...), qui relate ici un an de vie, où les émotions se succèdent. L'amour y a une place certaine, mais l'amitié plus encore, avec Jeanne Cherhal, Mona Chollet ou Maëlle Sigonneau par exemple. Pendant cette année, l'autrice a changé, son "écriture" dessinée aussi. Et la gourmandise demeure... Interview : Thomas Baumgartner Direction éditoriale : Kathy Degreef Prise de son : Malo Williams Réalisation : Charlène Nouyoux
Parler dessin avec Jean-Marc Rochette, c'est parler de la montagne. Omniprésente dans tous ses derniers travaux, la montagne l'habite autant que l'inverse. Depuis son atelier à proximité du massif des Ecrins, il nous répond, et refait l'histoire de son trait : plutôt burlesque et rebondissant à l'époque d'Edmond le cochon, un de ses premiers personnages, il s'assombrit avec sa série dystopique à succès Le Transperceneige (adaptée au cinéma par Bong Joon Ho ). Puis la peinture l'a accaparé. Aujourd'hui, la lumière est là, les cassures du relief, le minéral... aussi, et son prochain livre, La Dernière reine, ne fait pas exception. Interview : Thomas Baumgartner Direction éditoriale : Kathy Degreef Réalisation : Charlène Nouyoux
JeanLouis Tripp est libre. Une liberté qui signifie qu'il peut s'arrêter de faire de la bande dessinée si les contraintes sont trop pesantes. C'est ce qu'il a fait pendant 12 ans, avant de revenir quand il l'a voulu. Cela signifie aussi mêler son trait à celui d'un autre auteur, Régis Loisel, pour une grande saga (Magasin Général) de plus de 400 planches. Cela signifie dire "je" à travers des oeuvres singulières, comme Extases (deux tomes existant, d'autres à paraître) ou comme Le Petit frère, son nouvel album paru chez Casterman. L'histoire tragique et vraie, de son petit frère de 12 ans, fauché par une voiture sous ses yeux en 1976. La discussion n'est pas sombre, elle est pétillante, et le livre est saisissant. Interview : Thomas Baumgartner Direction artistique : Kathy Degreef Réalisation : Guillaume Girault
Enki Bilal, on ne le présente plus. Vraiment ? Le choc graphique Bilal fut grand, au-delà même des lecteurs de bandes dessinées. Une fois le séisme advenu, les secousses furent encore nombreuses et jusqu'à aujourd'hui, où sa méthode poursuit sa mue. Toujours en recherche, chercheur en couleurs, Bilal soigne son geste, floute le trait, et creuse ses thèmes : la mémoire, le corps, l'effondrement... Il nous reçoit dans son atelier, à l'occasion de la parution de Bug, livre 3 (éd. Casterman). Mais la conversation va au-delà. Direction éditoriale : Kathy Degreef Interview : Thomas Baumgartner Réalisation : Charlène Nouyoux Production : wave.audio
Johan De Moor fait danser la ligne claire. Avec son héroïne agent secret, La Vache (ou Pi 3,1416), il a assoupli, détendu, explosé ce fameux trait clair et net, à force de collages, de citations graphiques, de relief, de couleurs directes... Cette ligne claire hergéenne, il l'a dans le sang, puisque son père était Bob De Moor, auteur et fameux second de Hergé, et que lui-même a dessiné Quick et Flupke à ses débuts. Aujourd'hui Johan De Moor signe chez Casterman Sauvages animaux (inspiré de la vie du manager de Led Zeppelin, scénario Stephen Desberg)  et en même temps Dessins d'humeur, un recueil de dessins d'actualité publiés dans la presse belge. Voilà l'occasion d'une conversation buissonnière et joyeux, pour parler d'énergie, d'histoire de l'art, de concentration et de jardin secret... Direction éditoriale : Kathy Degreef Prise de son : Malo Williams Interview : Thomas Baumgartner Réalisation : Charlène Nouyoux
François Schuiten, qui signe la saga "Les Cités obscures" avec Benoît Peeters au scénario, propose Bruxelles, un rêve capital (éd. Casterman), avec le même co-auteur. Une manière de rendre hommage à la capitale de la Belgique et de l'Europe et à certaines de ses figures les plus fascinantes (Victor Horta l'architecte, Paul Otlet, "anticipateur" du net, Magritte, Poelaert la créateur fou du Palais de Justice...). Fils et frère d'architectes, Schuiten dit son amour des bâtiments mystérieux, de la fiction qui s'y glisse, du temps nécessaire à dessiner et à aimer une ville, elle-même autodestructrice, mais en mouvement de réinvention. Entretien à distance, entre Paris et Bruxelles. Direction éditoriale : Kathy Degreef Interview : Thomas Baumgartner Réalisation : Charlène Nouyoux
Dans Le Poids des héros, nouveauté de la rentrée de janvier aux éditions Casterman, David Sala met son trait virtuose et son art de la couleur au service d'une histoire autobiographique bouleversante. Hommage à ses deux grands-pères, survivants de la 2e guerre mondiale après avoir fui l'Espagne franquiste, ce livre est une plongée dans son enfance, les années 70, et dans une insouciance confrontée à l'indicible et au devoir de se souvenir. David Sala transmet et nous émeut. Interview : Thomas Baumgartner Direction artistique : Kathy Degreef Réalisation : Charlène Nouyoux
C'est un des maîtres de la couleur, de la suspension, d'une certaine recherche narrative et graphique aussi : Lorenzo Mattotti. L'auteur italien publie Nell'acqua, chez Casterman. Deux corps nus dans l'eau, deux amoureux qui s'enlacent, se racontent, se perdent et se retrouvent. Mattotti est un poète qui aime (se) surprendre et qui ne déteste rien tant que l'ennui face à son carnet à dessins. Il donne à ses couleurs un volume et une matière exceptionnels, mais il excelle aussi à l'encre noire (qu'il avait pratiquée dans Guirlanda, en 2017, par exemple). Affichiste, illustrateur, il affirme que la bande dessinée, dont il aime la capacité de renouvellement et les pouvoirs de narration, est son "destin". Discutons avec cet infatigable chercheur de son art... Interview : Thomas Baumgartner Direction artistique : Kathy Degreef Réalisation : Charlène Nouyoux
Vincent Perriot publie le 2e tome de sa fresque SF Negalyod (éd. Casterman), sous-titré "Le dernier mot". Le premier tome, une histoire de vengeance qui se transforme en quête de monde meilleur et en histoire d'amour, nous permettait de suivre l'ex-berger Jarri. Le deuxième tome est nettement plus crépusculaire, sombre et surnaturel, mais laisse l'indice d'une continuation. Il partage avec nous ses convictions d'auteur de SF dans l'ère post-covid ("J'en ai marre des robots !"), sa méthode étonnante très proche de l'improvisation, son regard sur quelques grands anciens comme Moebius et Druillet. Et sur le pouvoir magique du dessin. Entretien : Thomas Baumgartner Direction éditoriale : Kathy Degreef Réalisation : Charlène Nouyoux. 
Catel mène, en compagnie du scénariste José-Louis Bocquet, un projet littéraire d'ampleur. Celui des "clandestines de l'Histoire" : des sommes bio-graphiques consacrées à Kiki de Montparnasse, Joséphine Baker, Olympe de Gouges, et tout nouvellement à la cinéaste et productrice pionnière Alice Guy. Des femmes multiples, douées, essentielles et pourtant minorées, invisibilisées ou disparues des mémoires. On parle avec Catel de noir et blanc, de mouvement, d'endurance, de George Grosz, Gus Bofa, Marie Laurencin et Claire Bretécher... 
Bastien Vivès allie à la fois une vraie virtuosité graphique et une productivité impressionnante. Il est un des noms essentiels parmi ceux et celles qui ont renouvelé la bande dessinée ces quinze dernières années. Son trait souple, dynamique, qui va autant à l'introspection, au contemplatif, qu'à l'aventure, au réaliste qu'à la fantaisie. Ces derniers temps, il signe Océan noir, une aventure de Corto Maltese, scénarisée Martin Quenehen. Insatisfait de son trait, Bastien Vivès ? Oui. Le désir de faire mieux, de faire évoluer son art, l'habite aujourd'hui. On parle couleur, mouvement, érotisme... Entretien : Thomas Baumgartner Direction éditoriale : Kathy Degreef Réalisation : Charlène Nouyoux
Pour son numéro du coeur de l'été, Studio A Suivre vous propose une édition spéciale. Non pas un face-à-face comme d'habitude, mais un portrait en kaléidoscope. Celui de Jacques Martin, auteur essentiel, grand nom de la bande dessinée francophone, qui a donné naissance à Alix, à Lefranc, à Jhen... Né en septembre 1921, Jacques Martin aurait donc fêté ses 100 ans cette année. Studio A Suivre "convoque" pour cet hommage au centenaire trois voix marquées par son trait et ses histoires : les dessinateurs Jochen Gerner et Blutch, et le scénariste et romancier François Rivière.   Avec eux, on fait le point sur la "grande aventure graphique" (terme de Jochen Gerner) de l'oeuvre de Jacques Martin. Cette aventure passe aussi par Tintin, puisqu'il fut membre des Studios Hergé pendant près de 20 ans. Les livres de Jacques Martin, à la fois rigoureux, construits et foisonnants, ont laissé des traces chez leurs lecteurs. Trois d'entre eux parlent ici, reconnaissants et toujours impressionnés. On entend aussi Jacques Martin lui-même, dans des extraits d'archives inédites. Par Thomas Baumgartner Réalisation : Charlène Nouyoux Direction éditoriale : Kathy Degreef Production : wave.audio pour Casterman
Jacques Ferrandez est un conteur hors pair. Il met cette faculté au service de ses albums – plus de 40 à ce jour.  Il s’adjoint parfois les services d’autres auteurs (Tonino Benaquista, par exemple). Mais à travers sa fresque personnelle, Carnets d’orient, qui retrace les liens entre l’Algérie et la France depuis 1830, il montre son sens du rythme et des personnages, son endurance... Jacques Ferrandez, c’est un univers en soi, où le soleil, la mer Méditerranée, les ombres portées et la lumière éclatante ont le premier rôle.  Suite algérienne, dernier opus en date, poursuit cette œuvre qui fait le lien entre la France et l’Algérie. Quand on parle de Jacques Ferrandez, on pense aussi à Pagnol, qu’il a adapté en bandes dessinées, comme Giono et comme Albert Camus. Lettres, soleil et réconciliation…
Le trait fin et réfléchi, le couleurs profondes de Sandrine Martin devaient figurer dans cette collection graphique et sonore de Studio À Suivre. Chez toi, son dernier livre en date (éd. Casterman), est une histoire de sororité dans la tourmente. Deux femmes sont au cœur d’une crise (migratoire pour l’une, économique et personnelle pour l’autre). De cette double fragilité va naître un soutien, un échange, une force. Chez toi est nourri d’enquêtes sur le terrain, du réel. On n’est pourtant pas dans le reportage. Et cet équilibre subtil en réel et imaginaire est au cœur du trait même de Sandrine Martin, qui ajuste sa technique et sa narration en fonction de chaque projet. Qu’il s’agisse de la biographie de l’artiste Niki de Saint-Phalle (Le jardin des secrets, avec Dominique Osuch), Le Rire de l’ogre (d’après Pierre Péju), ou La Montagne de sucre (éd. L'Apocalypse). Le dessin chez Sandrine Martin commence comme une révélation, et se poursuit comme un défi à renouveler les formes. C’est beau comme un début d’histoire, qu’elle raconte toute entière dans cet épisode de Studio À Suivre, qui lui est consacré. Par Thomas Baumgartner Réalisation : Charlène Nouyoux Direction éditoriale : Kathy Degreef Production : wave.audio pour Casterman
Philippe  Geluck est l'auteur et créateur du Chat, 23 albums au compteur. Il est  le premier invité de Studio À Suivre, le podcast qui dessine. Pour l'occasion,  il met les petits plats dans les grands, et nous accueille dans son  atelier, à Bruxelles. On accroche les micros à sa table à dessin, il retire la grande feuille sur laquelle le Chat est encore au crayon de  papier, avant l'encrage. L'atelier s'active en silence, Philippe Geluck  est alors dans les derniers préparatifs de la grande exposition qui se tient depuis le 26 mars 2021 sur les Champs-Elysées à Paris... Par Thomas Baumgartner Réalisation : Charlène Nouyoux Direction éditoriale : Kathy Degreef Production : wave.audio pour Casterman
Studio À Suivre, le podcast qui dessine, est un rendez-vous mensuel proposé par les éditions Casterman, chaque premier vendredi du mois. C'est à chaque fois une rencontre avec un  auteur ou une autrice de bande dessinée. L'idée : parler dessin, parler du trait. Que se passe-t-il entre la tête et la main ? Voilà comment démarre le récit de la création. Avec Studio À Suivre, le podcast qui dessine, les éditions Casterman vous invitent dans les coulisses des albums, juste avant que la plume ou le pinceau se pose sur le papier.
Commentaires 
Télécharger sur Google Play
Télécharger sur l’App Store