Claim Ownership

Author:

Subscribed: 0Played: 0
Share

Description

 Episodes
Reverse
C'est le retour, un 2ème hors-série : ma propre interview Ruben Grave  :) merci Ruben !  une forme de mise en abyme pour vous livrer où j'en suis de mon exploration des relations h/f, de la compréhension du masculin-féminin, ...  Je vous livre mon cheminement... Parce que concrètement, je ne sais pas où je vais !  J'avance sur le fil, et au fil de mes interviews, de mes lectures, de mes échanges sur le sujet ...  Je tire les fils d'une pelote de laine, une pelote quadri colore pour le moment !  4 fils enchevetrés entre ce qui rélève de 4 sphères : intime (rapport à soi), foyer (rapport à l'autre genre), publique  (culture, éducation, santé,...), professionnelle (carrière, métiers..), Après une saison 1 sur l'intime (rapport à soi), une saison 2 plus coloré de la sphère publique et famililal (rapport aux autres et à soi,  je prépare une saison 3 spéciale sphère professionnelle :) (rapport au travail)...  Le rapport au travail, c'est mon autre domaine d'expertise : mon "métier" (au sens celui qui permet de gagner sa vie comme on dit:), celui d'accompagner des entreprises dans leur réflexion sur le futur du travail (conférences, facilitation, conseil, création de contenus,...) .  Je vais donc dans la saison 3 rapprocher "Sur l'oreiller" de ce que je fais dans ma sphère profesionnelle !   Alors restez à l'écoute :)  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme
C’est un buzz qui m’a fait connaître Vincent Dujardin.   Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes,  Vincent a publié sur un réseau professionnel célèbre un message qui a fait le tour de la terre 🔥 Vues : 1,6 millions de fois.  25 000 like, 2000 partages  et 800 commentaires …    Vous pouvez retrouver ce post ici .     Quelques morceaux choisis.  « J’ai épousé une féministe sans trop savoir de quoi il s’agissait vraiment. J’avais l’impression d’être au top . Mais quand le premier congé maternité s’arrête, c’est là que les choses sérieuses commencent (…). Il m’aura fallu du temps pour comprendre que j’étais loin de faire ma part. Faire sa part ce n’est pas faire les courses avec sa liste, c’est penser aux menus de la semaine et écrire la liste (...) Comme Les tâches ménagères et la charge mentale, le féminisme ce n’est pas que pour les femmes »    Pourquoi la charge mentale et l’égalité des hommes et des femmes dans le monde du travail sont-elles intimement liées ?  Quel couple formait ses parents ?   Avec sa femme, comment ont-ils réussi à se comprendre sur cette nébuleuse parfois fatale, qu'est la charge mentale ?    Vincent démontre que le « chacun sa part » est possible .   Les ingrédients ? Écoute, dialogue, et surtout, surtout beaucoup, beaucoup d'amour !🥰😍   A partager avec votre partenaire  ou à transmettre à des personnes en galère 😊   Douce écoute.  Nous faisons référence à la BD d'Emma qui traite de la répartition des tâches ménagères et de la réplique toute faite "Fallait me demander"... Vous la retrouverez ici . Attention âmes sensibles, ne vous abstenez-pas... Juste préparez-vous, ça peut piquer :)  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme
Nicolas Froissard, je l’ai rencontré sur Linkedin.    Je suis lectrice de son fil depuis quelques mois.   Un fil bien chouette pour un monde plus juste, plus ouvert, plus égalitaire, plus digne pour toutes et pour tous.    Nicolas oeuvre depuis plus de 20 ans au sein du groupe SOS, groupe associatif leader de l’entrepreneuriat social.    Son engagement est venu de discussions avec les femmes, d’une prise de conscience sur leur quotidien, leur invisibilité dans l’histoire, dans l’art, dans notre espace urbain…    Sa posture est claire : Il ne s’agit pas de prendre la parole à la place des femmes et encore moins de donner sa vision du féminisme. Il s’agit de trouver en tant qu’homme un positionnement utile aux femmes.    J’ai adoré notre échange tout en nuances, tout en partage d’expériences, et de lectures.    Je le rejoins totalement dans cette conviction : "les hommes étant une partie importante aujourd’hui du problème, ils sont aussi par conséquent une partie de la solution".    Douce écoute. Nous citons dans cet échange plusieurs ouvrages  Lucile Peytavin, docteure en histoire, autrice du "Coût de la virilité"  L'étude toute frâiche sur l'égalité des genres en entreprise  Gaël Chatelain-Berry et son roman "Sois  un homme ma fille, Faut-il être un homme pour devenir PDG?" . Vous pouvez aussi le retrouver dans un épisode de mon podcast :)  Mona Chollet et son plus  récent ouvrage "Réinventer l'amour" Nous ne l'avons pas cité mais nous y avons pensé car nous l'avons aussi lu tous les deux, le drôle et instructif essai de Titiou Lecoq , "Pourquoi l'histoire a effacé les femmes?"  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme
Avec Hélène, nous  nous sommes rencontrées à une soirée il y a quelques années.    Hélène est coach de vie amoureuse.   Elle accompagne les femmes et les hommes.    Nous parlons des façons de faire différentes, façonnées par le temps, les croyances, les mythes ancestraux autour de l’amour. Quelques pensées réflexes : "l'amour c'est naturel, magique même, inutile de le chercher il tombera bien un jour, ...". Oui mais non !    Hélène écoute, observe, questionne … et partage ses analyses.    Elle était comme à son habitude flamboyante quand elle est arrivée chez moi.    Passionnée de cinéma, elle utilise cet univers comme une analogie.    Quel film chacun, chacune d’entre nous souhaitons-nous réaliser ?    Mais oui ! Faisons notre film : soignons le scénario, organisons le casting, prêtons-nous sincèrement au jeu d’acting et réalisons notre story !    Et pas que virtuelle, celle-ci !    C'est un épisode pour tous les cœurs : les jolis cœurs, les artichauts, ceux qui l’ont gros, … le tout avec gaieté de cœur  ….    Ecoutez nous, peut-être aurez- vous alors  le cœur plus net de là où vous en êtes .     Douce écoute.  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme
Echanger avec EstElle et l'écouter, c'est ressentir à ses côtés une ardente tendresse.  Elle a accepté de partager dans cet épisode son parcours de vie, son chemin parsemé de rencontres avec des femmes et des hommes, tissé de son masculin sur-exprimé au début et de son féminin accueilli aujourd'hui.  De fille désirée garçon à la femme qu'elle est aujourd'hui :  une poète, une autrice, une scénariste, une chanteuse, une conférencière passée de la "productivité" à la créativité.  Aujourd'hui, à l'écoute de sa voix, je me réjouis du doux plaisir qu'elle à à faire danser son feminin et son masculin...  si tenté qu'il soit utile, pour elle, de les nommer encore ainsi !  Nous avons parlé d'une rencontre déclic à New-York, de sa colère, d'y faire face, d'attirance, de la force et de l'écroulement.  Nous avons parlé de la signification des couleurs que l'on porte, de ces énergies et de ces ondes que l'on dégage.  Nous avons parlé de ce monde amputé d'une part de voies et de voix !  Vous pouvez aussi retrouver toutes les activités et actualités ainsi que tous les ouvrages d'EstElle ici.   Douce écoute  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme
Il y a 1 an, je suis tombée de ma chaise.   J’ai appris que la Préhistoire était une discipline scientifique récente née aux environs de 1850!  … hier quoi ... à l'échelle de l'histoire de l'humanité !     Un ami m’a alors parlé de Marylène Patou-Mathis , une préhistorienne française. Elle a notamment écrit récemment "L'homme préhistorique est une femme"  que je vous invite à lire :)    Géologue de formation, Marylène s’intéresse depuis quelques décennies à la fiabilité du regard posé par les premiers préhistoriens  de 1850 : des hommes blancs, occidentaux, abbés, médecins ou instituteurs de métiers.    Le tout à une période où le système de patriarcat battait son plein avec le code civil de  Napoléon de 1804.     Des femmes préhistoriennes américaines et des avancées technologiques non biaisées donnent aujourd’hui un nouveau regard sur les relations hommes-femmes dans la préhistoire.     Et si les interprétations que nous avons toutes et tous apprises pendant notre scolarité étaient faussées par les biais de l’époque ?    Les activités des hommes et femmes préhistoriques étaient-elles aussi genrées ?   Marylène m’a reçu à l’institut de Paléontologie humaine à Paris.   Avec Marylène, nous avons décrypté une partie de l’histoire de l’humanité : de l’influence de la religion à celle de la science en passant par le fallacieux comparatisme ethnographique, la préhistorienne met en lumière les biais de l’époque, les certitudes actuelles et les incertitudes qui demeurent !    Douce écoute  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme
C’est d’abord le nom d’Eva Jean  qui est arrivé à mes oreilles, un fantastique show sans nul autre pareil.    J’interviewe David Jean, le créateur d’Eva, tantôt chanteuse jazzy, tantôt clown . Une performance de comédien.    David a écrit ce seul en scène pendant le confinement avec ce fil conducteur : si il avait désiré être une femme, quelle personne aurait-il aimé être ?   Eva a autant de masculin que de féminin.    C’est une personne accomplie.    J’ai ressenti une puissance contagieuse en la voyant évoluer sur scène.   David s’est formé initialement au théâtre puis au chant et à la comédie musicale.    Avec Eva, David exerce tous ses talents et comme Eva, il s’offre la liberté d’être multiple.     David Jean et Eva Jean nous invitent finalement à nous poser cette question :  quelle liberté je prends dans mon genre ?    Eva Jean  est programmée jusqu’en avril 2023 au Point-Virgule .     Contre le blues du dimanche soir, je vous garantis un très bon antidote     Douce écoute.    Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme  
Gaël je  le connais virtuellement.  Nous avons partagé quelques scènes derrière nos écrans à distance. Il donne des conférences. Son thème à lui c’est la bienveillance . Il a notamment écrit aux éditions Marabout « Mon boss est nul mais je me soigne ».    La bienveillance ou la malveillance sont elles genrées ? Parler de leadership au féminin a-t-il du sens ?  En dehors des lois allant dans le sens de l’égalité homme-femme, comment pouvons-nous faire progresser le sujet dans notre entreprise, en tant que femme, et aussi en tant qu’homme ?     « Sois un homme ma fille » est un de ces plus récents ouvrages.    Il met en scène Constance, une femme qui se voit refuser un poste de  dirigeante. Elle décide alors d’acquérir tous les codes masculins en entreprise et se grimme en homme pour atteindre son objectif…     Il m’a reçu chez lui. Je devais être bien réveillée ce jour là, peut-être trop :). Nous sommes entrés directement dans le vif des nos sujets masculin féminin !   Douce écoute.    Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme     
Solenn Thomas est comme on  dit « chasseuse de têtes », elle préfère se présenter comme  "cueilleuse de talents".  Dans cet échange vous allez comprendre sa perception de la société actuelle et sa façon d’envisager notre société de demain à la recherche d’une complémentarité des rôles entre les femmes et les hommes.     Elle est d’ailleurs aussi fondatrice de l’association Eklore , créé en 2015 un mouvement culturel d’humanité au travail , une communauté de professionnels en quête de sens. Ekklore organise notamment les événements Debout Citoyennes.     Lors de cet échange, nous abordons de façon très concrète et sans tabou la place des hommes et des femmes dans les entreprises, dans les instances dirigeantes.    Si nous souhaitons des relations plus harmonieuses, qu’est ce que cela signifie concrètement pour les femmes et les hommes ? Que devons- nous faire évoluer sur nos parts masculines et féminines pour des relations plus authentiques et de fait plus bénéfiques ?    Solenn préfère parler d’entreprise responsable que d’entreprise à mission.  Elle aborde les sujets d’émancipation et de déconstruction.  Elle aime à distinguer le pouvoir de la puissance.    Un moment d’échange lumineux tout autant que son énergie tant intérieure qu’extérieure. Inspirer et expirer …    Douce écoute.    Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme     
Je suis toute émue de partager cet épisode.  C'est un épisode de coeur.  Il a beaucoup de résonance.  J'ai rencontré Gauthier dans le cadre de ma vie professionnelle.  Il a accepté avec sa femme d'échanger sur leur parcours de couple : de la rencontre amoureuse à la naissance de leur premier enfant.  Au fil de notre dialogue à trois, j'ai eu envie de leur demander ce que représente pour eux "la puissance d'un couple".  Nous avons parlé de la synchronicité du moment amoureux, du désir et des doutes de la parentalité, de projets communs et d' épanouissement individuel au sein d'un duo devenu tout récemment trio avec l'arrivée d'un enfant.  Pour la 1ère fois, j'échange avec un couple sur leur intimité relationnelle et personnelle, leur masculin, leur féminin,  C'est tout plein de mots tendres, de nuances, d'hésitations, d'accords, de doutes et d'harmonie douce comme j'aime.  Jolie écoute la tribu.  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme 
Gilles Poirieux a parcouru une  partie du monde et a eu une carrière de dirigeant de plus de 20 ans à l'international. Père de trois grands enfants, il accompagne les hommes, les femmes, les plus jeunes en quête de leur voie : trouver leur place. Gilles est un chemin d'exploration à lui tout seul... Il est aussi président de Tadam . Cette association fondée par Marina Barreau aide - via des stages - les jeunes de 14 à 21 ans à s’orienter pour définir le fameux : « ce que je veux faire plus tard ».    Nous avons échangé sur les rencontres amoureuses, ce que chacun-chacune peut apprendre de l'un, de l'une... de l'autre.  Nous avons tenté de définir ce qu'est la puissance masculine, la puissance féminine.  Nous avons souvent reparlé d'éducation : celle qu'il a reçu, celle qu'il a donné, celle que lui donne ses enfants en quelque sorte aujourd'hui aussi :)   Il m’a invitée chez lui, nous étions pas loin de l’Orangerie .  Douce écoute .  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme 
Sandrine Delage est une personnalité de la tech.    Elle a commencé sa carrière dans les années 80 en tant qu’informaticienne.    Elle œuvre depuis 2013 à rendre les métiers de la tech aussi attractifs pour les femmes que pour les hommes. .    Les chiffres ne mentent pas : depuis quelques décennies, la représentation des femmes dans les métiers liés à l’informatique et au numérique est sur une pente descendante.    Pourquoi ce différentiel ? Qu’est-ce qui nuit à l’image de la tech ? Comment la changer ? Pourquoi Sandrine a-t-elle été attirée par cet univers qu'elle apparente à une forme d'artisanat ?    Sandrine ne manque ni d’idées, ni de concret.     Engagée pour la mixité des métiers du numérique, blogueuse de “Mère et Fille 2.0” avec le partage d’une news-letter #WomenInTech, elle est aussi co-fondatrice du collectif « Women & Girls in Tech » avec BNP Paribas, Digital Ladies & Allies, Simplon et BECOMTECH pour que le numérique soit un levier pour toutes et tous #WoGiTech. « Serial intrapreneure » chez BNP Paribas avec la création en 2015 d’un dispositif d’acculturation au digital #EnjoyDigitAll, puis en 2017 du programme d'intrapreneuriat People’sLab4Good. Il accueille 100% de projets à impact des collaborateurs avec une ouverture à d’autres entreprises en coalition #Intrapreneurs4Good (ENGIE et Danone jusqu’en 2021).   Elle mène tambours battants depuis bientôt 10 ans ces multiples actions. Un seul objectif : faire bouger les lignes. Vous êtes partant.e.s  ?  Le post Linkedin  cité au début de l'interview  Tout ce qu'il faut savoir sur les femmes et la tech  ! Etre littéraire et s'éclater d ans le numérique c'est possible (je peux en témoigner :)  Stop clichés liés aux mé tiers de la tech  Comment faire en tant que parents ?     Douce écoute. A mardi prochain !  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme 
Noémie de Lattre est comédienne, autrice et metteuse en scène. Je l’ai découverte dans son seule en scène « Féministe pour homme » créé en 2017. Sans concession ni pour le système, ni pour elle-même, ni pour nous qu'on soit un homme ou une femme.  J'ai lu son journal « L’histoire de mon cœur et de mon cul » édité chez Albin Michel. Le parcourir au fil des jours c’est entrer dans la psychologie intime d’une femme à corps et à coeur ouvert.  L’autrice nous invite à la suivre dans sa quête d’un équilibre entre : l’indépendance, la sécurité affective, les joyeusetés sexuelles. Une jolie équation à trois inconnues à résoudre :) ça tombe bien, nous avons toute la vie et un super podcast pour ça :)    Nous avons parlé de tout : du micro-système de patriarcat que chacun a consciemment ou pas autour et en soi - qu'on soit homme ou femme et du bénéfice pour toutes et tous à construire une société et des relations hommes femmes plus justes et plus vraies.  Nous avons aussi parlé de l'importance du langage et des mots que nous employons, du consentement, des trois chronos de la maternité, de désir et de sexe ... et elle a commenté la scène pour moi mythique de son spectacle que vous écouterez dans cet épisode :)  Rien que pour cette scène, il faut écouter absolument cet épisode et le partager au moins à deux personnes hommes et femmes ! Je vous le promets, 2 min d'anthologie !  Douce écoute. A mardi prochain !  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme   
J'ouvre la saison 2 de mon podcast avec un échange passionnant autour du lieu où déjà le futur des relations hommes-femmes se joue : la cour d'école, le réfectoire, les espaces sanitaires,... J'interroge une experte, Édith Maruéjouls. Elle est géogr aphe du genre et fondatrice de l'ARObE, bureau d'études spécialisé dans l'aménagement égalitaire des espaces et la lutte contre les stéréotypes de genre. Edith est autrice de l'ouvrage "Faire je(u) égal"  aux Editions Double ponctuation, paru en août 2022. Elle intervient sur le terrain sous la forme de missions d'accompagnement à la maitrise d'usage. Sa méthode part de l'observation des usages, elle fait parler et dialoguer les enfants sur ce qu'ils vivent et ressentent dans les espaces communs d'une école.  Comment faire de la mixité à cet endroit, cette cour où déjà se jouent aussi la place, l'espace et le mouvement du corps physique que chacun et chacune prend ?  Comment rendre possible le fait que chaque genre s'autorise - car se sent autorisé(e) - à prendre sa place dans un jeu et dans un espace ?  Comment transformer la manière de jouer et de partager ensemble grâce au réaménagement des espaces, du temps et des activités ?  En somme, comment faire égalité, ressentir qu'en tant que fille ou garçon, nous avons les mêmes droits dès notre plus jeune âge ?   L'échange est illustré du témoignage de Camille en classe de 6ème, Antoine en classe de CM1.   Douce écoute. A mardi prochain !  Retrouvez les actualités Sur l'Oreiller sur le compte Instagram   A la création sonore : Franck Narbo   A la direction artistique : Valérie Lhomme 
Entre la Saison 1 de 12 épisodes et la Saison 2 qui arrive, j'ai eu envie de partager les coulisses de ce podcast. Qu'est-ce qui m'anime à entreprendre ce projet ? Qu'est-ce qui explique que je n'ai pas d'autre choix que de le faire, comme si Sur l'Oreiller était plus grand que moi. J''en profite aussi pour repointer des épisodes précédents et annoncer le sujet des futurs épisodes  😀 D'apparence, c'est "juste" un podcast.  En réalité, c'est une conquête et une quête à la fois.  Une conquête car l'audio est un nouveau territoire de jeu pour moi (j'anime plutôt des événements, conférences et ateliers dans ma vie !). Toute la matière créée prendra peut-être un jour d'autres formes, qui sait ?    Une quête car le sujet de notre relation à notre mascuilin, à notre féminin et à l'autre genre dans un monde toujours binaire me questionne. J'apprends au fil des interviews. J'avance.  J'espère que ce moment "bulle" vous nourrit, vous interroge, vous transmet de douces énergies d'harmonie et d'envie à mieux vivre avec soi et ensemble.  A bientôt, dormez-bien 😘
Valentine, la première fois que je l'ai rencontrée, c'était à cette occasion-là, pour le podcast Sur l'oreiller 😀 Elle m'a accueillie les bras ouverts dans son nouveau nid, dans les environs de Lille, chiens et chat étaient aussi de la partie, dans sa cuisine.  Influencées par ladite pièce, nous avons parlé répartition des tâches du foyer ! Mais aussi de sa demande en mariage, la sienne ! C'est elle qui a demandé son homme :)  Valentine ne se sent ni homme ni femme. Elle nous l'exprime avec simplicité comme une évidence qui s'est diffusée en elle au fil du temps. Une fois n'est pas coutume, nous parlons aussi sexisme en entreprise. Valentine ne mâche pas ses mots, son engagement est ancré, elle l'assume lors des entretiens de recrutement et elle fait en sorte d'arrêter que les "noms" circulent juste sous la table, comme une messe basse entre femmes pour se protéger de ceux qui ...  Son voeu et ses actions : mettre le sujet sur la table avec des mots, de la visibillité pour éviter de faire penser que c'est "ok" de se comporter ainsi, ou que c'est "pas grave" ou que c'est "bon, ça va, c'est pour rire". Dire à quelqu'un "belle plante", non. Ou "la prochaine fois, on évite le décoletté, j'ai eu du mal à me retenir", non. Vous retenir de quoi ?!?  Je suis heureuse de clore la saison 1 de Sur l'Oreiller avec Valentine.  Nous avons démarré avec Marion Genaivre, philosophe, en ciblant la question du genre. Il me semblait logique de terminer par une personne qui, dans son quotidien vit la question du genre sans se genrer justement.  La question que chacun, chacune peut se poser reste d'actualité. C'est Marion que nous l'a adressée dès l'épisode 1 : est-ce-que je me donne la liberté d'être l'homme, la femme, la personne que je suis, en me sentant libre de jongler avec les normes et les attentes ? Car c'est bien là que se joue notre unicité, singularité.  Je vous souhaite de trouver votre unique à vous.  Bel été en navigation douce.  Sur l'Oreiller fait une pause de quelques semaines. La Saison 2 alternera des duos artistiques, professionnels, dans la vie de femme/homme et des solos expert-e-s de sujets précis ayant un impact sur la constitution - parfois trop étriquée, ou trop dictée ? - des genres.  Pour suivre les publications du podcast, rendez-vous sur le compte Instagram Sur l'oreiller .  Au son, jingle, montage, mixage :Franck Narbo  A la création : Valérie Lhomme   Caroline 
Erwann nous le  dit et il le sait depuis tout petit :  il préfère la compagnie des femmes et il nous dit pourquoi... Je ne spoilerai rien !! 😜 S'il n'avait pas été vétérinaire - son gagne-pain aujoud'hui - il aurait été psychologue.  C'est dans l'artistique qu'il nourrit son âme et son coeur. Il a écrit des romans, réalisé des films, créé une compagnie de théâtre, composé des chansons et, désormais, il les chante. Nous retrouverons, d'ailleurs, trois de ces titres dans cette émission : "Le prince charmant", "Je préfère les chieuses" ,"Un guerrier".  Du féminin et du masculin comme j'aime :)  Nous parlons aussi du pendant de la réalité : les illusions 😅 Ah bon, ça existe encore ?;)  Il se reconnaît en tant qu' homme essentiellement dans le regard des autres. Son souhait serait que les femmes et les,hommes apprennent mieux, depuis tout petit, à dialoguer car ils ne sont pas si différents, pense-t-il.  Côté éducation, du plus loin qu'il s'en souvienne, elle n'était pas genrée. A la question "quelle phrase t'était-elle fréquemment répétée ?" Il répond : "ne te fais pas remarquer". Résonance, écho, à une éducation type ou pas des générations 70 ?  Je continue mon exploration à vos côtés, merci de me suivre avec mes invité-e-s.  Pour suivre les publications du podcast chaque mardi, je vous donne rendez-vous sur le compte Instagram Sur l'oreiller .  Au son, jingle, montage, mixage :Franck Narbo  A la création : Valérie Lhomme     Douce écoute  Caroline
Les moments sont toujours doux avec Mélanie.  Que nous parlions de ses parents, des phrases entendues quand elle était plus jeune, de son mari, de sa relation à  ses émotions - qu'elle devait réfréner petite-, son corps et à son féminin mascuilin, la parole est juste et les mots sont choisis  En même temps, je ressens que tout est encore en mouvement, en élan, en questionnement et c'est passionnant.  Mélanie partage aussi en quoi elle se ressent femme, en quoi le duo qu'elle compose avec son mari est tout autant chargé de l'éducation qu'il a reçu et que, de ce fait, chacun apporte son masculin féminin à l'autre.  Pour suivre les publications du podcast chaque mardi, je vous donne rendez-vous sur le compte Instagram Sur l'oreiller .  Au son, jingle, montage, mixage :Franck Narbo  A la création, charte, aux dessins : Valérie Lhomme     Douce écoute  Caroline
J'ai rencontré Anne sur Linkedin. J'aimais bien ce qu'elle postait, cela résonnait. Ex-enseignante - parce qu'elle "le vaut bien" :) non... parce que c'est "bien pour une femme" :) à ce qu'on dit ! - cette pétillante femme a aujourd'hui plusieurs activités. Elle est notamment la fondatrice d'un collectif de femmes le Badass Gang. Mais surtout, Anne est féministe et le revendique dans son quotidien avec son mari et ses deux fils. Comment son partenaire le vit-il ? Et comment Anne gère-t-elle ses mecredis après-midi ?:) Une des nombreuses questions exclusivement posées aux femmes... un cliché qui la consterne et, en même temps... dont elle a du mal à se dépêtrer !!  On a tenté ensemble mais c'est compliqué ...  Nous parlons finalement de schémas de fonctionnement homme-femme tellement intériorisés que nous ne les voyons pas ...  Résultat : les femmes se sentent coupables, les hommes pas concernés.  Je vous laisse aussi découvrir comment Anne, toute jeune, a ré-écrit le conte de Cendrillon dans sa Ferrari Carosse :) Ce qui est certain, c'est que ladite héroine finit heureuse à sa manière ;).  De façon plus triviale, nous abordons la répartition des tâches domestiques, de la charge mentale ... Elle va, d'ailleurs, suite à cette émission,  remettre en place son post-it "décharge mentale"...!! 😜 Nous terminons par son cheminement du moment.   Passer d'entrepreneure solo à chef d'entreprise la questionne beaucoup sur sa posture et ses énergies masculines et féminines :) ...  Je vous souhaite un été au plus près du vent de la parité 😍 Pour suivre les publications du podcast chaque mardi, je vous donne rendez-vous sur le compte Instagram Sur l'oreiller .  Au son, jingle, montage, mixage :Franck Narbo  A la création, charte, aux dessins : Valérie Lhomme   A ma formation de podcasteuse : Théo Robache Douce écoute  Caroline
Ce n'était pas prévu, je ne connais jamais à l'avance LE sujet phare de chaque émission, celui-ci est définitivement l'épisode de l'été. Chaud, caniculaire mais dans ce cas précis, cela ne fait que du bien pour toutes et tous ! Avec Ruben, une fois passées les 15 premières minutes de son parcours de vie, nous avons tiré les fils des sens, des corps à corps, de l'éveil des émotions, des fils tous tissés dans la pelote de laine du féminin masculin.  Nous parlons des 7 sens, d'une quête de l'autre et non de celle de la performance et de la jouissance, de l'intensité de l'orgasme potentiellement infinie.  Le fameux "premier pas" est aussi de la partie, profitez-en pour découvrir une nouvelle technique d'approche, qu'on soit une femme ou un homme :-) L'apparence et comment s'en détacher est aussi au programme ! Oublions nos vergetures, nos zones poilues ou pas, nos côtés qui dépassent ou qui flasquent :) C'est un nouveau mot, je viens de l'inventer, je suis certaine vous voyez ce que c'est :)  Je vous souhaite une jolie danse estivale, féminin, masculin, la vôtre, celle avec les autres.  Pour suivre les publications du podcast chaque mardi, je vous donne rendez-vous sur le compte Instagram Sur l'oreiller .  Au son, jingle, montage, mixage :Franck Narbo  A la création, charte, aux dessins : Valérie Lhomme   A ma formation de podcasteuse : Théo Robache Douce écoute  Caroline
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store