DiscoverNavigantes
Navigantes
Claim Ownership

Navigantes

Author: Tip & Shaft

Subscribed: 30Played: 551
Share

Description

Navigantes, c’est le podcast des femmes en course et des femmes de la course : celles qui régatent - au large comme entre trois bouées - mais aussi celles qui œuvrent à terre, sous les projecteurs ou non.

Objectif : mettre en lumière les parcours, les bonnes pratiques, les réussites mais aussi les difficultés et les échecs de toutes les femmes qui se lancent dans l’aventure de la voile de compétition. Des rôles modèles aux femmes célèbres, en passant par les futurs talents.

Dans ce nouveau rendez-vous, au-delà de leur parcours, les femmes skippers, les régatières, les organisatrices, les communicantes, les techniciennes, les sponsors, toutes générations confondues, nous racontent leur vie dans les méandres de la voile de compétition.

Comment elles mènent de front un quotidien aux multiples facettes de sportive de haut niveau, de championne, d’experte, de femme d’affaires, de mère, d’épouse… Comment elles ont pu - comment elles ont dû - faire leur place et parfois… prouver leur légitimité, dans un des rares sports où les femmes peuvent prendre le même départ que les hommes. Où homme et femme peuvent se retrouver sur un même bateau dans une même compétition.

Un temps en tête à tête avec elles pour évoquer aussi ce qui les anime, leurs bonheurs intenses et leurs cicatrices, les victoires et les doutes, pour parler de celles et ceux qui les ont guidées, de ce qu’elles attendent aussi de l’évolution des mentalités.

Des discussions et des femmes inspirantes. Voilà… Navigantes.

Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.
Post production : Grégoire Levillain
Générique : All the summer girls
Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/fr/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
51 Episodes
Reverse
Claire Renou fait partie de ses très rares femmes à travailler au sein de la direction de course des grandes épreuves de course au large. Originaire de La Rochelle, elle a fait son premier convoyage, à peine âgée de 3 mois, avec sa maman, navigatrice chevronnée, six participations à la Course de l’Aurore qui deviendra la Solitaire du Figaro.Si Claire a pas mal navigué, c’est de l’autre côté, dans l’organisation, qu’elle va peu à peu tracer sa route. Le Tour de France à la voile sera le point de départ, il y a 20 ans, Sylvie Viant sa mentor. Cette dernière, pionnière en matière de direction de course (écouter Navigantes #36), la prend sous son aile et lui met le pied à l’étrier. Discrète et bosseuse, elle fait ainsi partie de l’aventure Pen Duick : “J’ai rencontré Pierre Bojic, Jean Maurel et Mathieu Sarrot sur la Route du Rhum 2006, ils ont créé pour moi le poste de coordinatrice sportive des courses, qui n’existait pas, j’ai eu mon premier contrat !”Pierre angulaire entre l’organisation et les marins - “J’ai une relation très saine avec eux, ils connaissent mon travail et savent qu’ils peuvent compter sur moi” -, elle s’est lancée récemment à son compte, après avoir travaillé en tant qu'adjointe en direction de course des plus grandes épreuves (Solitaire du Figaro, Route du Rhum, Transat Jacques Vabre, Route du Rhum…).A 45 ans, elle continue à être passionnée par son métier, toujours fascinée par la mer et les marins, confiant : “J’adore les rencontres, les relations humaines et puis j’apprends tout le temps ; ça fait avancer.” A l’heure où nous enregistrons cet épisode, elle est en plein Tour Voile 2024, entre deux écluses, deux départs à lancer, deux arrivées à pointer…Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 10 juillet 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Françoise Le Courtois est l’une des deux femmes coachs de l’équipe de France de voile olympique. Elle entraîne les 49er depuis plusieurs années et accompagnera Erwan Fischer et Clément Péquin aux Jeux olympiques de Paris cet été. En mars dernier, le duo a été sacré champion du monde, une grande première pour la France dans cette série et “une émotion immense” pour la technicienne.Avant cela, et pendant plus de quinze ans, Françoise a aussi entraîné les équipes de France de planche à voile, son support de cœur, celui qu’elle a découvert, enfant, chez ses grands-parents dans le golfe du Morbihan. “La sensation de glisse et de liberté ont été une révélation.” A tel point qu’elle intégrera l’équipe de France pour la préparation des JO de Barcelone, en 1992.Elle a par la suite été coach de Julien Bontemps, médaillé d’argent aux Jeux de Pékin (2008), qu’elle a vu débarquer adolescent au pôle France de La Baule. Dans son métier, ce qui lui tient à cœur, c’est d’accompagner, de transmettre et de partager. Ce qu’elle fait depuis maintenant trente ans avec bienveillance. “Voir les athlètes heureux, aller au bout, c’est ça qui me rend heureuse ; les laisser trouver leur chemin et leur autonomie, c’est la clé.”Les Jeux de Paris seront son dernier grand rendez-vous, après lesquels elle prendra sa retraite, sans appréhension aucune. ”Ça ne me fait pas peur du tout, j’ai envie de découvrir plein de choses que je n’ai pas eu le temps de faire, c’est dans ma nature.”Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 26 juin 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 30 ans, Tiphaine Ragueneau vient d’être sélectionnée parmi les sept navigatrices du projet Upwind by MerConcept, filière créée par l’écurie de François Gabart pour favoriser l’inclusion et ouvrir la navigation en Ocean Fifty à des navigatrices. “Au début, j’y allais surtout pour glaner de l’expérience, je ne pensais pas être retenue”, commente-t-elle.Il faut dire que le parcours de cette Parisienne d’origine est plutôt atypique, puisque son “premier” métier à la sortie de ses études a été celui de vétérinaire. La mer est venue il y a dix ans, le surf d’abord, puis le bateau, qui s’est imposé à elle comme une évidence, l’équipage en particulier, pour “le partage que ça apporte”.Tout en continuant d’exercer son métier, dans les fermes et en clinique, à Rosporden, Tiphaine décide il y a quelques années de se lancer dans la course au large, s’inscrivant aux sélections ouvertes aux femmes, qui ”permettent de prendre confiance”, souligne-t-elle..L’entreprise n’est pas toujours facile quand on doit concilier deux activités - ”faire un césarienne sur une vache, être de garde et enchaîner le lendemain sur une navigation, ce n’est pas évident !” - mais elle s’est accrochée et a bien fait.En 2023, elle a ainsi décroché avec Pamela Lee la bourse Cap pour Elles, gagnant ainsi le droit de participer à la Transat Jacques Vabre en Class40, et au printemps 2024, elle a donc été retenue pour intégrer l’équipage 100% féminin d’Upwind by MerConcept. Ce qui va lui permettre d’ouvrir un nouveau chapitre, fait jusqu’ici d’audace, de courage et de beaucoup d’humilité.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 12 juin 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 37 ans, Sophie Faguet a une carrière déjà bien remplie. Après des premiers bords au large de Granville, sa ville natale, elle a connu ses premières victoires au classement amateur du Tour Voile avec l'équipe normande de Benoît Charon. "A l’époque j’étais timide, un peu renfermée et je parlais très fort pour faire ma place", sourit-elle.Depuis, la Normande a beaucoup navigué, enchaînant les formats (solitaire, double, équipage) et les supports, du match racing (championne du monde en 2021 avec Match in Pink by Normandy Elite Team skippé par Pauline Courtois) au Class40 (récente troisième place sur la Niji 40 avec Pierre-Louis Attwell et Maxime Bensa), en passant par le Figaro et l’Imoca (Transat Jacques Vabre en 2023 comme co-skippeuse de Sébastien Marsset).Parallèlement, Sophie Faguet mène une carrière de coach à la Société des Régates du Havre, parce que la transmission est une valeur directrice dans sa vie : "Transmettre donne du sens à ma profession de navigatrice", confirme-t-elle.Accompagnée et soutenue depuis toujours par Corinne Migraine, gérante de la société SIE Le Havre (et vice-présidente de la FFVoile), la navigatrice gère aujourd’hui un double projet : emmener à la victoire sur le Tour Voile 2024 des jeunes qu’elle a sélectionnés et disputer la Route du Rhum 2026 en Class40 en 2026. A terre pour rechercher des partenaires, en mer pour naviguer, elle mène une vie à 100 à l’heure, mais l’assume parfaitement : "Aujourd’hui je suis là où je dois être."Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 29 mai 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A bientôt 23 ans, Lou Berthomieu vient de se qualifier pour ses premiers Jeux Olympiques en Nacra 17 avec son barreur Tim Mourniac. “Cette annonce a rendu réel ce dont on rêvait”, confie-t-elle. Le duo s’est formé en 2021 sur un coup du sort : Noa Ancian, l’équipière de Tim Mourniac, se blesse avant le championnat du monde, Lou la remplace et le duo finit quatrième. “Ça a été un coup de foudre vélique”, raconte la jeune femme originaire de Nantes, qui a commencé à naviguer dans le golfe du Morbihan et a également passé pas mal de temps aux Antilles sur le bateau familial.Très tôt, Lou a souhaité faire de la compétition : “J’adorais ça, j’adorais décortiquer le plan d’eau.” Son leitmotiv ? Faire les choses sans peur et ne pas craindre d’avoir de l’ambition. En juillet dernier, à un an des Jeux, elle se blesse : rupture des ligaments croisés du genou. C’est le début d’une course contre la montre pour celle qui, en moins de six mois, parvient à revenir au plus haut niveau et décrocher son sésame olympique. “Je n’avais qu’un objectif, aller décrocher la médaille aux JO, et j’ai été très bien entourée.”Etudiante à Sciences Po Paris, la jeune femme savoure chaque instant de sa préparation olympique, “qui est avant tout une aventure humaine, j’ai tellement appris”. Elle voue par ailleurs une grande admiration pour Jérémie Beyou, louant son humilité et son travail. Ce dernier l'avait accueillie dans son équipe BeYou Racing en 2019, lui permettant de courir sur son Figaro 3 le Tour de Bretagne avec son préparateur, Guillaume Farsy. Elle aurait dû disputer avec Alan Roberts la Transat AG2R en 2020, finalement annulée, la voile olympique l'a ensuite rattrapée.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 15 mai 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Ariane Imbert le confie elle-même : "Je suis hyperactive". Cette énergie, elle l’a notamment mise au service du kite. Notamment en montant seule, il y a seize ans, une école dédiée au support à Hyères, devenue depuis centre d’entrainement d’excellence. La Niçoise, une des pionnières de la discipline en France, a été deux fois vice-championne du monde master et cinq fois championne de France. "Je voulais être coach, mais ça passait aussi par faire de la compétition pour mieux comprendre mes athlètes", justifie celle qui a contribué aux excellents résultats ces dernières années des athlètes français, qui ont accumulé de nombreux titres internationaux."En France, on est précurseurs en kite et en foil", ajoute Arianne Imbert qui, depuis quatre ans, jongle entre la préparation olympique pour les Jeux de Paris 2024, son école et sa vie de famille, quitte à y laisser quelques larmes quand elle doit quitter ses enfants pour plusieurs semaines. Aujourd’hui, avec Bertrand Dumortier, elle forme un duo très complémentaire à la tête de l’équipe de France de Formula Kite, qui, pour la première fois sera, présente aux Jeux. L’objectif du staff ? Accompagner cet été Lauriane Nolot et Axel Mazella, les deux sélectionnés français, sur le podium olympique à Marseille.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 1er mai 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Laure Galley a intégré il y a deux ans la Sailing Academy de l’écurie DMG Mori, celle du skipper Kojiro Shiraishi en lice pour un deuxième Vendée Globe. L’équipe, qui a donc aussi vocation à promouvoir les jeunes talents, a porté la jeune rhétaise dans sa première Mini Transat en 2023 (4e de la première étape) ; ingénieure en mécanique et conception, elle amène aussi son savoir-faire technique au sein du team.Laure est tombée dans la marmite toute petite avec des parents régatiers, a tiré ses premiers bords avec son père - « Je ne voulais naviguer qu’avec lui, dit-elle, j’avais une confiance absolue ». Pourtant, devenir navigatrice professionnelle n’a jamais été un moteur, elle est d’ailleurs venue tard à la compétition : « J’ai commencé quand je suis allée en Angleterre et en Nouvelle-Zélande dans le cadre de mes études. »Elle reconnaît être « encore une des moins féroces sur l’eau » et se revendique « très cartésienne ». Son ascension est rapide, même si elle veut monter les marches une par une ; elle fait aujourd’hui partie de celles sur qui il faut compter.Si The Ocean Race est une course qui lui fait très envie, en août prochain elle prendra le départ de la Solitaire du Figaro à la barre du bateau acheté pour elle par DMG-Mori, son premier rêve. « Je vais avoir 30 ans début septembre, ce serait un joli cadeau de faire quelque chose de beau sur cette course. »Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 17 avril 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 37 ans Sarah Steyaert s’apprête à disputer ses quatrièmes Jeux olympiques. Après Pékin (5e) et Londres (16e) en Laser Radial, Rio en en 49er Fx (6e), elle avait pourtant décidé d’arrêter sa carrière d’athlète de haut niveau pour se consacrer à son métier de professeure des écoles tout en devenant maman, puisqu’elle a donné naissance à deux petites filles. Jusqu’à ce que la double médaillée olympique en planche (or à Rio, argent à Tokyo), Charline Picon, vienne la sortir de sa retraite pour tenter un pari un peu fou : décrocher une troisième médaille aux Jeux de Paris 2024, cette fois en 49er FX, médaille que Sarah n’a jamais réussi à décrocher. Charline découvre alors le 49er FX, Sarah a arrêté depuis 5 ans, les deux « mamas », comme elles se surnomment, repartent presque de zéro, mais en deux ans et demi, à force de travail, de gamelles, mais également au prix d’une organisation familiale au cordeau, elles parviennent à décrocher leur sélection dans cette série très spectaculaire. Au moment d’entamer la dernière ligne droite de la préparation olympique, la championne du monde de Laser Radial (2008) estime qu’elle se connaît mieux aujourd’hui, notamment parce qu’elle a réussi à mettre des mots sur ce qui faisait sa particularité : “Je suis hypersensible, maintenant je le sais et je compose avec.”Elle se décrit aussi comme une barreuse très instinctive et sait que le chemin est encore long avant d’aller décrocher le graal…  Mais même si c’est dur, ça reste… “un jeu”, souligne-t-elle.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 10 avril 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Sylvie Viant est une figure incontournable de la course au large en même temps qu’une pionnière. Elle a ainsi disputé la toute première Whitbread, course autour du monde en équipage par étapes, en 1973 à bord de la goélette Grand Louis menée par son père André, avec à bord son frère Jimmy et des marins comme Philippe Facque, Patrice Carpentier, Loïc Caradec… Elle a ensuite été la première femme directrice de course, ”un rôle qui n’existait pas avant”, aux manettes de grandes compétitions hauturières, comme la Transat anglaise ou la Transat Jacques Vabre, continuant alors à jongler entre navigations et deux enfants. Si elle a finalement passé la main de la Transat Jacques Vabre à Francis Le Goff, cette femme discrète et souriante n’est jamais bien loin des pontons, restant une référente dans le domaine de la direction de course. Tout un parcours sur lequel elle revient, à grand renfort d’anecdotes, dans cet épisode qu’on ne voit pas passer.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 20 mars 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A bientôt 26 ans, Louise Cervera s’offre des premières : elle a en effet été la première athlète française sélectionnée en voile pour les Jeux olympiques de Paris 2024, en ILCA 6. Elle disputera par conséquent ses premiers JO, elle qui avait eu un avant-goût de ce que représentait cette compétition en étant partenaire d’entraînement de Marie Bolou lors des Jeux de Tokyo. « J’ai adoré cette expérience, je ne me suis jamais sentie dans l’ombre de Marie, elle m’a associée à tout, tout le temps. »Pour la première fois également, Louise Cervera est montée sur un podium européen, en l’occurrence la médaille de bronze des championnats d’Europe disputés à Athènes, quelques semaines après avoir mis le sésame olympique dans sa poche. Elle le dit, « ce n’est qu’une étape », et la spécialiste d’ILCA 6 (ex Laser Radial) n’a pas vraiment eu le temps de rester sur son petit nuage, concentrée sur l’objectif à venir, fin juillet sur le plan d’eau de Marseille.Licenciée au YC de Mandelieu, Louise connaît la Méditerranée par cœur, l’aime au plus profond d’elle-même, tout comme la voile et la compétition, au point de confier : « Plusieurs jours sans naviguer, c’est une torture. » Parallèlement, elle a tracé sa route en faisant un DUT de génie mécanique et productique, avant d’étudier à l’INSA de Lyon, l’objectif qu’elle s’était fixé. Elle mène de front deux projets exigeants et ça tombe bien, la lasériste n’aime pas quand c’est facile…Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 6 mars 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Depuis quinze ans, Aloïse Retornaz navigue au plus haut niveau, avec en point d’orgue une médaille de bronze en 470 aux Jeux olympiques de Tokyo avec Camille Lecointre. "C’était beaucoup d’émotion. Le fait d’avoir partagé ensuite cette histoire avec mon entourage ou dans ldes écoles, c’était un cadeau. J’espère que ça a inspiré les petites filles", dit-elle.Poussée dès son plus jeune âge à la voile par un papa et deux sœurs férus de ce sport, elle s’est découvert une âme de compétitrice à 9 ans. Depuis, Aloïse n’a plus lâché, tout en poursuivant un cursus scolaire et universitaire, ce qui lui vaut d’être diplômée de l’école d’ingénieur des hautes technologies et du numérique de Rennes. Et lui permet de trouver un équilibre : "Quand on est en compétition aux quatre coins de la planète, on peut être vite coupé du monde réel".L’an dernier, elle a dû stopper sa préparation olympique pour les Jeux de Paris en 470 mixte, "un choix un peu contraint", commente celle qui fut élue marin de l’année 2019 avec Camille Lecointre. En parallèle, elle a initié un projet avec Paola Amar en vue de la première Women America’s Cup de l’histoire, à l’automne 2024 à Barcelone, en démarchant des sponsors et en se rapprochant de Stephan Kandler, cofondateur du défi Orient express Racing Team.Ce qui lui vaut aujourd’hui de faire partie des neuf navigatrices sélectionnées pour représenter la France, à sa grande satisfaction : "Je crois que j’ai rêvé devant la Coupe de l’America avant les Jeux Olympiques", sourit-elle.  A 30 ans, Aloïse Retornaz va accomplir ce rêve, consciente de vivre un moment charnière pour ce qui est de la mixité dans la société, et dans la voile en particulier.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 21 février 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 30 ans, Alizée Vauquelin n’a jamais eu peur d’emprunter plusieurs chemins. Diplômée de l’école d’architecture et paysage de Bordeaux avec un mémoire sur les villes connectées, elle bifurque vers l’architecture navale. La voile fait partie de son ADN familial, à force de croisières en famille dès l’enfance, “même quand il faisait froid l'hiver à La Rochelle”.Cette Bordelaise débute sa carrière professionnelle en Espagne dans un chantier naval, avant de partir dix mois voyager autour du monde, sa façon à elle d’aller se nourrir d’autre chose : “Voyager m’est nécessaire, c’est mon équilibre.” Passée par le bureau d’études de l’Imoca Arkea Paprec, elle est ensuite devenue directrice technique de l’équipe Biotherm de Paul Meilhat, poste qu’elle occupe aujourd’hui, même si le mot de "directrice" la fait sourire : “On est une petite équipe”, souligne-t-elle.Elle plonge alors dans le grand bain avec la folle expérience de The Ocean Race, une tranche de vie inoubliable, à l’image de cette nuit “où il a fallu trouver mille solutions pour remettre le bateau en état”. Alizée Vauquelin a du bagout, sans doute ses origines italiennes, beaucoup d’humour et d’énergie. Il en faudra pour le grand défi que représente le Vendée Globe en fin d’année.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 7 février 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Tiphaine De Castro Champon a grandi dans l’hémisphère sud, voyageant dès son plus jeune âge avec ses parents expatriés, ce qui lui donne le sens de l’autre très tôt, qu’elle combine tout aussi tôt avec un amour sans borne pour la mer et la navigation.Après des études en commerce et marketing international en région parisienne, elle débute dans l’écurie de Roland Jourdain, alors skipper de Veolia Environnement. Pendant cinq ans, elle apprend au contact de « Bilou », sa fibre pour la préservation de la planète ne fait alors que grandir.Elle s’engage ensuite chez Mer agitée aux côtés de Michel Desjoyeaux, dont elle dit qu’il "lui a donné sa légitimité". La preuve : elle prend les rênes du projet Imoca Macif de François Gabart, chapeauté au départ par "le Professeur", puis celles du trimaran du même nom, à l’époque une des premières femmes à la tête d’un projet course au large de cette ampleur.Sa carrière prend ensuite un nouveau virage : elle retrouve Roland Jourdain et Kaïros, structure pour laquelle elle devient directrice adjointe au développement durable. L’avenir de la planète, la nécessité de tendre la main aux autres : ces convictions restent fortement ancrées chez cette femme de l’ombre, inspirante.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 24 janvier 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Lou Mourniac fait partie d’une tribu soudée de régatiers bien connus en France : son père Jean-Christophe, dit “Kiki”, est un spécialiste reconnu du catamaran de sport, un temps associé en Tornado à son oncle Philippe, aujourd’hui directeur de l’équipe de France de voile olympique, tandis que son frère Tim est candidat à la sélection pour les JO de Paris 2024 en Nacra 17 et que son cousin Bruno a notamment remporté le Tour Voile en 2018 !Autant dire que la voile est une histoire d’ADN dans la famille Mourniac et que Lou avait peu de chance d’échapper à cette passion : à 18 ans, elle décroche ainsi le titre de championne du monde 2022 de Nacra 15 avec Clément Martineaux sur le lac de Garde. “Ça a été une consécration, la meilleure façon de mettre un terme à mon parcours en « jeune » et ça m’a appris à gagner”, confie-t-elle, avant d’ajouter, sourire en coin : “Je voulais aussi me faire un prénom dans cette famille.”Au printemps dernier, elle participe aux sélections pour intégrer l’équipe jeune du défi français Orient Express Racing Team pour la prochaine Youth America’s Cup à Barcelone. “J’ai été retenue mais je n’étais que dans la « réserve », je crois que ça m’a donné la gnaque pour donner encore plus”. En novembre, elle remporte ainsi à Barcelone la 69F Youth Foiling Gold Cup, avec Enzo Balanger, Théo Revil et Gaultier Tallieu, face au gratin mondial. Une victoire marquante - “On était tous en osmose, c’était magique” - et décisive, puisque dans la foulée, elle est retenue pour faire partie des 6 membres de l’équipage jeune du défi tricolore, qui représentera la France à Barcelone en octobre 2024, seule femme sélectionnée dans ce groupe. “Ça ne me pose aucun problème, c'est très naturel, toute ma carrière, j’ai navigué en mixte”, commente-t-elle.D’ici l’automne 2024, la navigatrice de 20 ans va se plonger à fond dans ce rêve de Coupe et mettre un peu de côté ses études d’architecte à l’ENSA de Nantes, même si elle reconnaît que “ces deux piliers me soutiennent, les études et la compétition, les deux univers sont très complémentaires”.Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft.Diffusé le 10 janvier 2024Post production :  Grégoire LevillainGénérique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Julia Huvé a débuté sa carrière il y a plus de 25 ans sur un coup d’audace : à l’époque étudiante en maîtrise des techniques et langages des médias à la Sorbonne, elle tape à la porte des bureaux de 6e Sens, le défi français pour la Coupe de l’America. "La Coupe, la Nouvelle-Zélande, je voulais faire partie de l’aventure, j’ai même proposé de faire les cafés." Elle fait beaucoup plus puisqu’elle est embauchée dans l’équipe de la communication, point de départ de douze années dans cet univers de la Coupe, entre défis tricolores successifs et organisation de l’épreuve elle-même. "C’était tellement riche de travailler avec des Italiens, des Anglais, des Espagnols…" L’opportunité se présente ensuite de travailler auprès de Thomas Coville et Sodebo, auprès duquel elle va construire une histoire au long cours, ce qui lui fait dire : "Arriver à un degré de confiance avec le skipper pour qui tu travailles, c’est le plus important." Multipliant parallèlement les expériences – auprès notamment de Kito de Pavant, du Gitana Team, de Spindrift racing et de l’équipe Dongfeng Race Team pendant la Volvo Ocean Race 2017-2018 -, la « communicante » voit son métier évoluer de façon drastique : "La vidéo a changé tellement de choses ! Avoir des mediaman à bord par exemple, c’est génial." Aujourd’hui, à 45 ans, elle est directrice de la communication de l’Imoca, qui n’a cessé de se développer ces dernières années. "Je suis fière de ce qu’on a réussi à faire avec cette classe", confie celle qui, lors de cet entretien, rend un vibrant hommage à Pierre, son compagnon, et à sa mère, très présente pour l’aider à jongler entre sa vie à 200 à l’heure autour du monde et celle de maman de deux filles. "Sans elle, je n’aurais pas pu faire tout ça." Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft. Diffusé le 13 décembre 2023 Post production :  Grégoire Levillain Générique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 31 ans, Marie Gendron vient de signer une sacrée performance sur La Boulangère Mini Transat en terminant à la quatrième place au général, après être montée sur la troisième marche du podium de la deuxième étape entre La Palma et Saint-François, en Guadeloupe. Enfant, elle a découvert la voile en famille au large de Pornic : “Mes parents n’étaient pas du tout marins, ils ont acheté un bateau et appris sur le tas, ça forge le caractère.” La mer et le bateau l’ont tout de suite passionnée, ce qui explique que, plus tard, elle a orienté ses études dans cette direction, en suivant un IUT Matériaux à Nantes. Débute alors la grande aventure de Cassiopée. Son projet d’études : construire un mini proto. L’architecte Guillaume Verdier, séduit par son projet, lui donne des plans, ses mentors sont notamment Michel Desjoyeaux et Catherine Chabaud. Il lui faudra cependant sept ans de travail, d’abnégation, de hauts et de bas- “pas mal de portes se sont fermées, je n’avais plus d’argent” - pour enfin y arriver, avec une première participation à la Mini Transat en 2019. Elle termine quatrième de la première étape, une avarie de quille dans la seconde la contraint à faire demi-tour pour réparer, elle prendra la dixième place du général. Quatre ans plus tard, la ministe retrouve la transat en solitaire sur Martine (nom de baptême de Léa Nature), proto qu’elle a également construit, en partie en fibre de lin. “La notion d’éco responsabilité est très importante pour moi, si on peut éviter au maximum l’empreinte carbone, il faut le faire.” Quand on lui parle de projet d’avenir, Marie pense maintenant à la Route du Rhum : “La Mini c’était un rêve, être au départ de la Route du Rhum serait un privilège.” Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft. Diffusé le 29 novembre 2023 Post production :  Grégoire Levillain Générique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 35 ans, Mariana Lobato a une carrière déjà bien remplie, un emploi du temps réglé au cordeau, une vie de femme, de maman, de championne et désormais de navigatrice au large. Quand elle part en mer longtemps, comme ce fut le cas sur The Ocean Race à bord de Biotherm, la Portugaise prépare des colis pleins de petits cadeaux qui sont régulièrement distribués à ses deux enfants. “C’est ma façon à moi de garder le lien”, sourit celle dont le mari, Antonio Fontes, est lui aussi navigateur , ce qui les oblige à jongler avec leurs plannings respectifs. La native de Lisbonne a commencé la voile à 8 ans - Optimist, 420, 470 - avant de représenter son pays aux JO de Londres en 2012, en Elliot. “C’était fou, on n’avait pas d’argent, pas de bateau et on a réussi à se qualifier !” S’en suivent un titre de championne du monde de match-racing en 2013, des participations aux circuits GC32 et M32, avant la découverte du large, notamment auprès de Yoann Richomme, skipper du VO65 Mirpuri Foundation Racing Team, sur The Ocean Race Europe en 2021. Un déclic pour celle qui, un an et demi plus tard, est embarquée par Paul Meilhat pour son premier tour du monde, The Ocean Race. Celle que ce dernier qualifie de “grosse bosseuse, très rigoureuse et imperturbable”,  se réjouit de la présence grandissante des femmes en course au large et des opportunités qui leur sont offertes, au point qu'elle se verrait bien monter un duo 100% féminin pour la Transat Jacques Vabre 2025 ! En attendant, c’est avant le départ de l’édition 2023, courue auprès du même Paul Meilhat, qu’elle a accepté de se raconter, les deux skippers ayant par la suite dû abandonner, la grand-voile de Biotherm s’étant déchirée en début de course. Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft. Diffusé le 15 novembre 2023 Post production :  Grégoire Levillain Générique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
La Sud-Africaine Kirsten Neuschäfer est entrée dans l’histoire de la course au large le 27 avril 2023 en remportant la deuxième édition de la Golden Globe Race, course autour du monde à la voile en solitaire, sans aucun moyen de navigation ou de communication moderne. Elle a passé 235 jours en course et est devenue la première femme à s’imposer sur un tour du monde à la voile par les trois caps et en course. Le 27 avril, c’est aussi le jour de la Liberté en Afrique du Sud ; "Je n’avais pas réalisé en arrivant mais c’est un symbole très fort", commente-t-elle. Plusieurs mois près cet exploit, la navigatrice est encore surprise de l’engouement que sa victoire a suscité et se montre très touchée par les messages de celles et ceux qui lui disent qu’elle les a fait rêver. Elle revient également sur son parcours : destinée à faire des études classiques, elle décide 18 ans de rallier Berlin au Cap en vélo, 15 000 km seule. Sa vie va dès lors changer. Elle enchaîne les convoyages à la voile, participe à des expéditions en Antarctique pour la BBC… Kirsten Neuschäfer embrasse la vie pleinement, elle fascine aussi par sa philosophie du quotidien qu’elle raconte au cours de cet entretien, dans un français impeccable.  Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft. Diffusé le 1 novembre 2023 Post production :  Grégoire Levillain Générique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
Née à Paris, Cécile Andrieu a grandi à La Rochelle, entourée d’un père, Daniel, illustre architecte naval, et d’une mère navigatrice, qui compte notamment deux participations à la Solitaire du Figaro et plusieurs transats à son actif. Elle se rêvait ambassadrice, journaliste ou avocate, elle aura finalement travaillé, après ses études (Sciences Po Bordeaux notamment), chez Business France, parcourant la planète pour faire rayonner la France. Parallèlement, elle continue de naviguer en IRC et en match racing, et peu à peu, la mer prend le dessus, le Mini 6.50 en particulier. « J’étais à la fin d’un cycle professionnel dans lequel j’avais beaucoup donné, au fond de moi, je me disais : « Tu sais naviguer, c’est un outil génial pour vivre des aventures ». Et la Mini s’y prête tellement ». Elle dispute ainsi la Mini en 2021, dont elle termine 13e en série. Juste avant de partir, elle reçoit un appel de François Gabart qui lui propose le poste de team manager de l’Ultim SVR Lazartigue. « J’ai cru qu’il m’appelait pour que je lui recommande des noms ! » A son retour, elle ouvre donc une nouvelle page, déménage en Bretagne et « fait sa place dans une équipe soudée qui se connait depuis des années ». A presque 35 ans, en plus de son poste de team manager, elle est directrice des projets course au large de MerConcept, œuvrant notamment pour plus de mixité au sein de l’écurie de François Gabart et dans la course au large au général. « Au sein de l’équipe, ça nous tient à cœur que ce cet univers ressemble plus à la société en général. Un des axes de développement est de favoriser l’accès des femmes au monde de la course au large, on a un rôle à jouer. » Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft. Diffusé le 18 octobre 2023 Post production :  Grégoire Levillain Générique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
A 25 ans Chloé Le Bars vient d’en finir avec sa deuxième Solitaire du Figaro Paprec, dont elle a pris la 13e place. Elle était l’une des cinq femmes engagées dans cette édition 2023 et fait partie de cette nouvelle génération de navigatrices qui monte. “Les femmes ont complètement leur place dans ce milieu, évidemment, et je reconnais que j’ai de la chance d’être de cette génération qui voit les choses avancer”, confie-t-elle. Avant de se lancer au large, elle était kiné, parce que, dit-elle, “c’était très important pour moi de poursuivre mes études, d’avoir ce bagage-là”. Elle était également navigatrice dans l’âme, avec un beau parcours en voile légère, qui l’a notamment conduite à un titre de championne de France espoir en Laser. Et puis elle s’est lancée le pari de disputer la Mini Transat en 2021, qu’elle a préparée entre ses patients et son bateau , bricolant aux pauses déjeuner et naviguant les week-end. Elle finira à la 29e place en série, estimant, à propos de cette expérience : “On apprend beaucoup sur soi.” Dans la foulée, elle postule au Challenge Région Bretagne-CMB Océane, sélection réservée aux jeunes femmes, et est retenue, consacrant dès lors entièrement sa vie à la voile et à la compétition. Aimant “que les choses soient bien faites”, elle prend le temps pour progresser, s’entourant notamment de Ronan Treussart ou d’Hugo Dhallenne, avec lequel elle a disputé cette année la Transat Paprec (6e place). Ses références ? Sam Davies - “Je me souviens d’elle sur Roxy ; forcément quand on est petite fille, on s’identifie” - et Yoann Richomme, dont elle dit : “ll est vraiment fort dans tout ce qu’il fait, j’aimerais atteindre un jour ce niveau-là.” Navigantes est animé par Hélène Cougoule et produit par Tip & Shaft. Diffusé le 4 octobre 2023 Post production :  Grégoire Levillain Générique : All the summer girlsHébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.
loading
Comments 
loading