DiscoverAtelier des médias
Atelier des médias

Atelier des médias

Author: RFI

Subscribed: 202Played: 2,565
Share

Description

L'Atelier des médias, c’est une émission de radio à l’écoute de l’innovation, de la société numérique et des r/évolutions dans le monde des médias. Chaque semaine, par des entretiens et des reportages, Steven Jambot et son équipe explorent un monde en perpétuelle mutation. *** Diffusé le samedi à 13h10 TU vers toutes cibles, à 19h10 TU vers l'Afrique, le lundi à 03h40 TU vers le monde (sauf Afrique). Présentation : Steven Jambot.  Réalisation : Simon Decreuze.  Avec la collaboration de Camille Deloche, Colin Gruel et Camille Sarazin.  Le site de L'Atelier des médias : http://atelier.rfi.fr/  
178 Episodes
Reverse
Quand on parle d’atteintes à la liberté de la presse, on pense souvent aux journalistes menacés, arrêtés, enlevés ou assassinés. Mais, les censeurs s’en prennent aussi beaucoup au circuit de distribution de la presse. En début d'émission, nous avons reçu Mathieu Molard, rédacteur en chef de StreetPress. La survie de ce site d'information français est menacée, il vient de lancer un appel aux dons.Puis, nous recevions Catherine Monnet, rédactrice en chef adjointe à Reporters sans frontières (RSF). Elle a supervisé la rédaction du rapport «Ces journaux qui n'arrivent jamais», une enquête menée dans plus de 90 pays sur les entraves à la diffusion de la presse.
Reportage à Conakry à la rencontre de l'Association des blogueurs guinéens, Ablogui. Raphaëlle Constant était à Conakry, fin septembre 2019. Elle a rendu visite à l'association des blogueurs de Guinée.Ablogui rassemble une cinquantaine de personnes. La plupart ont moins de 25 ans. Tous ne sont pas forcément des blogueurs, mais ils ont le Web pour terrain de jeu. Et ce qui les réunit, c’est l’idée de défendre les droits et les libertés des citoyens guinéens.Une discussion improvisée entre trois blogueurs s’est transformée en un voyage dans le temps. Dix ans de web en Guinée qui ont vu naître une blogosphère et se développer les réseaux sociaux.Il est question des actions concrètes menées ces dernières années par les blogueurs guinéens, du changement de perception d’Internet et des réseaux sociaux qui est en cours dans pays. La situation compliquée pour les journalistes en Guinée est aussi abordée, mais aussi pour les blogueurs, qui sont eux aussi des producteurs d’information.En fin d'émission, Mondoblog audio fait entendre l'Ivoirienne Raïssa Yao qui interviewe les deux seules femmes arbitres de la 8e Coupe d'Afrique des nations de Maracana, un dérivé du football.
« Ma vie sur les réseaux sociaux », c’était le thème d’un appel à projets de l’Atelier audiovisuel public, rassemblant les groupes de médias publics français, dont RFI. L'Atelier des médias s'est intéressé à deux d'entre eux : Dans ton tel et Double vie. Sheerazad Chekaik-Chaila présente Dans ton tel, cosigné avec Antoine Schirer et produit par Upian. En huit portraits vidéo de cinq minutes, des jeunes âgés d'environ 18 ans racontent comment ils utilisent leur téléphone portable.Élodie Font est venue nous parler de Double vie, un podcast sur nos identités en lignes en cinq épisodes réalisés par Charlène Nouyoux et produits par l'INA.
Alors que les marches pour le climat se multiplient à travers le monde et que doit s'ouvrir à l’ONU un sommet spécial dédié à l’urgence climatique, L'Atelier des médias reçoit une experte en mobilisation en ligne et un photojournaliste qui s'est spécialisé sur l'Arctique. Les températures s’emballent, les forêts primaires d’Amazonie et d’Afrique centrale brûlent, les épisodes météorologiques extrêmes se multiplient. Face à ces signaux d’urgence, et malgré les discours alarmistes de la communauté scientifique, les dirigeants du monde ne sont souvent pas à la hauteur.Pour dénoncer l’inaction, des marches pour le climat sont organisées partout dans le monde. Objectif : mettre la pression sur les responsables politiques alors que se tient lundi 23 septembre 2019 à l’ONU un sommet spécial dédié à l’urgence climatique.Comment mobiliser autour des enjeux climatiques ? Nous avons posé la question à la Française Magali Payen. Productrice, elle est l'organisatrice du mouvement «On est prêt» et premier soutien de L'affaire du siècle.Puis, nous donnons la parole au photojournaliste canadien Louie Palu. Il travaille depuis plusieurs années sur le Grand Nord, l'Arctique. Il constate les effets concrets du réchauffement climatique sur l’environnement et ses implications géopolitiques, notamment la militarisation progressive de la zone. ► À lire aussi : Louie Palu raconte l'entraînement des soldats dans l'Arctique
L'Atelier des médias poursuit sa série de rencontres faites au Festival de photojournalisme Visa pour l'image, qui se déroule à Perpignan, dans le sud de la France. Cette semaine, nous avons tendu notre micro à deux journalistes qui parcourent l’Afrique pour la raconter en photos. Le Français Pascal Maitre n’a cessé de parcourir le Sahel depuis une cinquantaine d’années. Sa dernière enquête, publiée dans National Geographic et exposée à Visa pour l'image, montre avec pudeur mais énormément de couleurs les régions du nord du Mali et du nord du Niger, où il est l'un des rares Occidentaux à continuer de se rendre. Ses photos racontent l’avancée du désert, les tensions intercommunautaires, les trafics et migrations et laissent imaginer la présence jihadiste, jamais très loin.► À lire aussi : Pascal Maitre à Visa pour l'image: «Je vois tout doucement le Sahel glisser»Le Sud-Africain Brent Stirton a photographié le quotidien des rangers qui luttent contre le braconnage et pour la défense de l’environnement en Afrique. Un travail de longue haleine qui lui a valu de nombreux prix et une reconnaissance internationale qui a parfois fait bouger les choses, comme sa photo d’un gorille mort porté par une douzaine de rangers dans le parc des Virunga, en RDC, en 2007.► À lire aussi : Visa pour l'image: photographier l'urgence environnementale en Afrique
Le festival international de photojournalisme Visa pour l'image se déroule actuellement en plein cœur de Perpignan, dans le sud de la France. L'équipe de L'Atelier des médias y a rencontré des photojournalistes de renom. Pour dresser le décor de ce festival, un homme est incontournable : Jean-Francois Leroy. Le directeur de Visa pour l'image porte cet événement avec passion et détermination depuis 31 ans.Nous avons ensuite tendu notre micro à Alain Keler auquel le festival rend hommage cette année avec une rétrospective intitulée « Journal d'un photographe ».Enfin, nous avons rencontré Frédéric Noy, dont « La lente agonie du lac Victoria » a remporté cette année le Visa d'or de Visa pour l'image.► À lire aussi : Disclose remporte le Visa d'or de l'information numérique
La chaîne d'info en continu LN24 s'apprête à débuter sa diffusion à la télévision. Quant au magazine Yggdrasil, il est entièrement consacré à la collapsologie. Vu le contexte économique, ce n’est pas tous les jours qu’on assiste à la naissance de nouveaux médias. Et pourtant, des entrepreneurs ambitieux, un peu rêveurs ou parfois un peu fous font le pari d’en lancer. L'Atelier des médias donne cette semaine la parole à Martin Buxant, cofondateur de LN24 – pour Les News 24 –, un média créé en Belgique qui va se lancer dans quelques jours à la télévision et devenir ainsi la première chaîne d'information en continu belge.Dans la deuxième partie de l'émission, nous interrogeons Yvan Saint-Jours, qui a lancé Yggdrasil, un magazine consacré à la collapsologie : l’effondrement du monde tel que nous le connaissons sur fond de dérèglement climatique et d’exploitation à outrance des ressources naturelles.
Notre smartphone nous accompagne partout, tout le temps. Et alors que c'est l'été – et donc pour beaucoup d'entre nous, la période des vacances –, L'Atelier des médias reçoit un sociologue spécialisé dans l'hyperconnexion et la déconnexion. Combien de fois, chaque jour, attrapez-vous votre téléphone portable ? Des dizaines, peut-être des centaines de fois. Souvent à chaque temps mort : en attendant le bus ou le métro, dans l’ascenseur… et même dans les toilettes.Pourquoi est-il si compliqué de déconnecter pendant 5 minutes, une heure, une journée... toute la durée des vacances ? Francis Jauréguiberry, sociologue et professeur à l’Université de Pau, est notre invité cette semaine.Dans la deuxième partie de l'émission, on vous propose quelques conseils de podcasts à écouter :• Injustices, proposé par Louie Media, présenté par Clara Garnier-Amouroux• A parte, de la start-up Ginkio, présenté par Jean-Baptiste Diebold et Élise Colette• Code source, du Parisien, présenté par Jules Lavie• Au comptoir de l’info, de France Télévisions, présenté par François Beaudonnet• Afrofuturismes, podcast natif de RFI, écrit par Vladimir Cagnolari, réalisé par Simon Decreuze.
Dans le monde actuel, l’heure est à la dématérialisation. De plus en plus de choses se font en ligne, voire ne peuvent se faire qu’en ligne. Mais même dans un pays comme la France, tout le monde n’a pas pris en marche le train de la transition numérique. Comment y remédier ? Nos invités sont :- Pierre Mazet, chercheur en Sciences sociales et formateur. Il étudie la dématérialisation numérique et son impact sur les usagers, notamment dans l’accès aux administrations.- Jean Deydier, directeur de WeTechCare et d’Emmaüs Connect dont l’objectif est de sortir les plus démunis de la précarité numérique. On parlera avec lui d’une notion, l’illectronisme.
Le 5e Congrès mondial de l'enseignement du journalisme, le WJEC, se tenait du 9 au 11 juillet 2019 à l'Université Paris-Dauphine. L'Atelier des médias a rencontré Cousson Traoré Sall, directrice du Cesti, basé à Dakar, au Sénégal.  Le Centre d’études des sciences et techniques de l’information, le Cesti, forme au journalisme, à Dakar, des jeunes venus de toute l’Afrique de l’Ouest. Sa directrice Cousson Traoré Sall a raconté à L'Atelier des médias ce à quoi aspiraient ces étudiants, comment ils sont formés et les débouchés qu'ils trouvent. Elle explique aussi que les langues locales comme le peul et le wolof trouvent maintenant leur place dans les enseignements, à côté du français qui reste la langue principale, mais aussi de l'anglais et du mandarin.Nous avons aussi tendu notre micro à Nouha Belaïd, directrice des études à l’Université centrale de Tunis, pour parler de l'évolution de la formation des journalistes en Tunisie depuis la révolution, et discuter avec elle de l'enseignement du datajournalisme dans le monde arabe.
loading
Comments 
loading
Download from Google Play
Download from App Store