Claim Ownership

Author:

Subscribed: 0Played: 0
Share

Description

 Episodes
Reverse
Pour écouter les podcasts recommandés dans cet épisode: Choses à Savoir Santé: https://chosesasavoir.com/podcast/sante/ Choses à Savoir Culture Générale: https://chosesasavoir.com/podcast/culture-generale/ Choses à Savoir Histoire: https://chosesasavoir.com/podcast/histoire/ --------------------------------- Les NFT ont le vent en poupe, ce n'est pas une découverte. Pour autant, tous ces jetons virtuels ne s'arrachent pas au même prix. La vente NFT du premier tweet de l'Histoire est même un cuisant fiasco... Mauvais calcul "Investir" ne rime pas forcément avec "réussir". Cela, l'entrepreneur Sina Estavi l'a appris à ses frais ; en opérant une mise aux enchères bien peu fructueuse. En effet : le jeudi 14 avril 2022, cet homme a remis en vente un NFT (non-fungible token) du premier tweet publié sur la célèbre plateforme Twitter. Avec un si gros morceau de l'histoire d'internet en sa possession, l'investisseur espérait légitimement décrocher une fortune via l'affluence de nombreux acheteurs. C'est précisément en ayant cette idée en tête que l'homme avait d'ailleurs mis son bien en vente... au prix coquet de 48 millions de dollars ! Manque de chance : la petite vingtaine de personnes intéressées par cette mise aux enchères n'a proposé que des sommes incroyablement inférieures à celle fixée par le Malais. La première offre d'achat n'atteignait, par exemple... que 280 dollars ! Les aléas du business Face à des propositions ne dépassant pas quelques dizaines de milliers de dollars, Sina Estavi a ainsi eu la désagréable surprise de voir que son investissement n'avait pas du tout payé. De quoi le rapprocher du désastre industriel puisqu'une année plus tôt, l'ambitieux entrepreneur avait acheté le NFT du fameux tweet de Jack Dorsey (le fondateur de Twitter)... pour plus de 2,6 millions d'euros ! À l'époque, l'investisseur tablait évidemment sur une croissance exponentielle de ces tout nouveaux actifs virtuels. Malheureusement pour lui, dans les faits, l'enthousiasme pour les NFT semble encore bien volatil. Depuis le début de l'année 2022, on assiste - par exemple – à un certain scepticisme des acheteurs ; lequel cause un recul de nombreuses valeurs numériques. Pour se tirer d'affaire, Sina Estavi compte cependant (avec un brin d'ironie) sur une offre que pourrait formuler Elon Musk (le nouveau propriétaire de Twitter). Reste à savoir si le boss de SpaceX jouera le jeu, pour faire décoller ce marché moribond. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
"Tous les goûts sont dans la nature", certes... Mais peut-on décemment imaginer une friandise... à base de sang de vache ?! C'est pourtant bien ce qui existe dans ce lointain et intrigant pays qu'est la Russie. Sang pour sang bénéfique Si son goût est bien sucré, l'Hematogen (le nom de cette barre très atypique) n'est pas simplement un en-cas que l'on engloutit en cas de fringale, ou par simple gourmandise. En effet, du temps de l'Union Soviétique, cet aliment industriel était – en fait – présenté comme une "friandise bonne pour la santé" ! L'Hematogen était même une sorte de complément alimentaire qui avait pour fonction de lutter contre l'anémie (c'est-à-dire, la baisse anormale du taux d'hémoglobine dans le sang ; un mal qui touche – à ce jour – presque un quart de la population mondiale, dont un très grand nombre de jeunes enfants). Si - de nos jours – on la trouve parfois sous une forme plus conventionnelle (confectionnée à partir de lait concentré, de sirop et de sucre de betterave), la barre d'Hematogen d'antan était cependant faite principalement à partir de sang de vache. Cela n'empêchait pas les pharmacies soviétiques d'en vendre en grandes quantités ; une large part de la jeunesse prisant même ledit produit, jusqu'à la chute de l'URSS. Goûté et approuvé De nos jours, l'étiquette de l'Hematogen mentionne certes pudiquement l'"albumine alimentaire noire" de vache pour parler moins crûment de l'hémoglobine de ce bovidé. Mais, même en connaissant les détails de sa confection, petits et grands de Russie continuent à consommer de cette étrange friandise ; non sans gourmandise, d'ailleurs, pour son "arrière-goût légèrement métallique" qui ferait toute sa saveur et son originalité. Il faut aussi dire que les anciennes générations avaient largement eu le temps d'apprécier cet en-cas ; les barres d'Hematogen étant jadis moins chères que les traditionnels bonbons... Pour les novices que nous sommes, il reste d'ailleurs possible de goûter cet étrange mets sans pour autant se rendre en Russie. Pour ce faire, il suffit simplement de faire une commande – moyennant quelques clics et menus frais de port – sur une plateforme comme Amazon. Après tout, le sang du boudin ne nous dégoûte pas plus que cela... Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Des poissons... portés sur la boisson ? Non, ce n'est pas qu'un simple jeu de mots... Sous les mers, certains de ces animaux peuvent effectivement être ivres. Il se peut même que l'alcool les stimule dans leurs déplacements ! Tu t'es vu quand t'as bu ? Mais, tout d'abord : comment raisonnablement imaginer ces créatures aquatiques consommer de l'alcool ? La réponse est en fait très simple : des chercheurs de l’École Polytechnique de l'Université de New York on tout simplement mené une étude pour connaître les effets de l'alcool sur le poisson-zèbre. Pour ce faire, ils ont alors immergé plusieurs cobayes dans de l'eau contenant quatre concentrations distinctes d'éthanol (en partant du "niveau zéro" à celui qualifié de "très élevé"). Le niveau suprême avait, toutefois, été défini de sorte à ce qu'il n'engendre aucun effet nocif sur les sujets de l'expérience (qui ne devaient, en aucun cas, être maltraités). La suite de l'étude fut plutôt classique : les mouvements des poissons sélectionnés furent effectivement analysés, après chacun de leurs bains pris dans les différentes solutions éthyliques. Toutefois, pour obtenir des données encore plus précises, les sujets de l'expérience furent également placés dans un aquarium contenant exclusivement de l'eau ; en compagnie de congénères que l'on pourrait qualifier de "sobres". L'ivresse des profondeurs Des comportements surprenants furent alors observés par les chercheurs new-yorkais. Lorsqu'il est seul, un poisson ivre ne présente – par exemple - "aucun changement de comportement particulier". En groupe, par contre, un poisson-zèbre avec "un coup dans le nez" se met à nager "beaucoup plus rapidement". Sa vitesse peut, alors, atteindre le double que celle qu'il adopte en temps normal ! Mais ce ne pas le plus étonnant : dans un tel cas de figure, les autres poissons (pourtant sobres) suivent la cadence, en calquant leur rythme de nage sur celui de leur frétillant compagnon. Loin d'être anodin, ce comportement confirme en fait une chose : les poissons-zèbres ont bel et bien une organisation sociale plutôt complexe qui les rapproche des êtres humains. Comme quoi, l'alcool transcende bien toutes les barrières. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Vous vous êtes peut-être déjà demandé pourquoi le gaz a cette odeur caractéristique, assez désagréable à vrai dire. En fait, le gaz naturel, utilisé dans nos cuisines, n’a pas d’odeur. Si on a lui mêlé une substance odorante, c’est pour une raison précise. Une raison de sécurité Jusqu’au début des années 1950, on produit surtout le gaz à partir de la houille. Ce gaz avait une odeur très désagréable, évoquant celle du chou pourri. Puis, après la découverte des gisements de Lacq, il est remplacé par le gaz naturel, ou méthane, mais aussi par le propane et le butane, gaz issus du pétrole. Comme le gaz de charbon, propane et butane sont odorants, mais cette odeur est assez faible. Par contre, le gaz naturel est parfaitement inodore. Il était donc impossible de détecter une fuite de gaz. Pour éviter, autant que possible, des risques d’intoxication et d’explosion, il a donc été décidé de donner une odeur artificielle au gaz naturel et de renforcer celle du butane et du propane. C’était en effet le meilleur moyen d’alerter les personnes concernées de la survenue d’une fuite de gaz. Des « parfums » variés Le gaz naturel, en grande partie importé, circule dans des canalisations ou est stocké sur des méthaniers. Les substances odorantes sont ajoutées au moment de l’entrée du gaz sur le territoire national ou au cours des opérations qui permettent son conditionnement. On a d’abord utilisé du mercaptan pour « parfumer » le gaz naturel. Mais l’odeur nauséabonde de ce produit et son effet corrosif sur les canalisations l’ont fait abandonner. L’on emploie aujourd’hui du tétrahydrothiophène, ou THT. Pour obtenir l’odeur qu’on croit souvent associée au gaz lui-même, il faut lui ajouter une dose précise de THT. Pour accentuer l’odeur naturelle du propane et du butane, on utilise des dérivés des thiolanes, autre nom du THT. Ces substances odorantes sont donc un gage de sécurité. En permettant la détection olfactive des fuites de gaz, elles préviennent d’éventuelles asphyxies et empêchent la survenue de graves accidents. Malgré tout, elles n’en restent pas moins des produits toxiques, qu’il faut se garder d’inhaler trop longtemps. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Observer des espèces vivantes, voilà qui semble convenable... mais les goûter ?! Le moins que l'on puisse dire, c'est que Charles Darwin ne reculait devant rien pour faire de nouvelles découvertes... Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Être trahi par son cœur ? C'est effectivement ce qu'il peut se passer... si vous passez à proximité d'un laser fraîchement développé par le Pentagone. Cet engin dernier cri détecte bel et bien les battements cardiaques, dans un rayon de 200 mètres ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
"Dans l'espace, personne ne vous entend crier"... mais l'on peut quand même vous juger ! Enfin, au Canada tout du moins... Le code pénal canadien a effectivement été modifié, pour qu'il puisse s'appliquer à certaines zones pourtant très éloignées de notre planète Terre... Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
En France "il pleut des cordes", en Angleterre "il pleut des chats et des chiens" ("it's raining cats and dogs") et en Floride il pleut... des iguanes !? En ces lieux, des températures exceptionnellement basses peuvent effectivement occasionner un phénomène hors du commun. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Vous reprendriez bien un peu de thé ? Pas besoin de chercher très loin : qu'il s'agisse du noir, du vert ou d'autres variétés... pour ce liquide, tous les chemins mènent au même arbre ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
C'est un fait bien connu : en moyenne, un corps d'humain adulte contient 65% d'eau. Mais saviez-vous que cela incluait, en petite partie... de l'eau lourde ?! Voilà une nouvelle qui peut faire l'effet d'une véritable bombe ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Omnivores, les chiens ? Si l'on se réfère aux traditionnelles méthodes de domestication, le "meilleur ami de l'Homme" est certes notre semblable sur ce point. Pourtant, de récentes études ont montré un fait étonnant : avec un régime végétalien, le chien serait en fait.... en bien meilleure santé ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Oubliez les gigantesques pénitenciers américains : certains territoires voient tout en petit ! Saint-Pierre-et-Miquelon, par exemple, dispose d'un centre pénitentiaire qui ne peut accueillir... qu'une petite dizaine de personnes ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
"Échec et mat !" : c'est peut-être la phrase qui résonne le plus... dans les classes d'écoles primaires arméniennes ! Loin d'être cantonné aux seuls adultes, ce jeu de réflexion est effectivement enseigné dès le plus jeune âge ; dans plusieurs pays du monde. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Sous la banquise... la plage ? Presque ! Cela peut sembler surprenant, mais plusieurs études l'affirment clairement : il y a plusieurs millions d'années, il existait bien une forêt "quasi-tropicale", en lieu et place... de l'Antarctique ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
De nos jours, l'on pourrait presque croire que tout se monnaie. Ce n'est certainement pas le commerce des nationalités qui nous fera dire le contraire... En effet : il est vraiment possible d'obtenir une citoyenneté de son choix... si l'on y met le prix, bien évidemment ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
On se retrouve lundi 2 mai. D'ici là, je vous invite à découvrir toute la gamme des podcasts Choses à savoir sur www.chosesasavoir.com ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
"Parapluie bulgare" : l'on pourrait penser qu'il s'agit là d'une simple expression imagée comme le sont "montagne russe" ou "été indien". Pourtant, les services secrets bulgares ont bien utilisé cet objet banal... pour inoculer du poison dans le corps de leurs cibles ! Sinistre effet de surprise Certains évènements historiques pourraient sembler tout droit sortis de films d'action et autres fictions d'espionnage. L'empoisonnement de l'écrivain et dissident bulgare Georgi Markov en fait incontestablement partie. Tout survient dans la nuit du 7 au 8 septembre 1978. Installé à Londres, cet homme en exil se réveille brusquement - dans un piteux état. Nausée et fièvres l'assaillent, sans qu'il ne sache vraiment ce qui en est la cause. Tout juste remarque-t-il qu'une de ses jambes comporte une rougeur inhabituelle et douloureuse... Alors qu'il est amené à l'hôpital le plus proche, Georgi Markov s'interroge et décide de remonter le fil des évènements. Le jeudi 7 septembre, à 18h30, il attendait simplement son bus au pont de Waterloo. C'est à ce moment précis qu'il avait ressenti une brûlure aiguë à la cuisse. Une sensation qui coïncidait étrangement avec l'intrusion, dans son champ de vision, d'un homme muni d'un parapluie... In umbrella venenum Peut-être que, durant les dernières heures de sa vie (qui prit fin le 11 septembre 1978), Georgi Markov avait réussi à intégrer toutes les pièces du puzzle... Car le fin mot de l'histoire est effectivement incroyable. Ce romancier et dramaturge qui avait dû fuir son pays - pour cause de prises de position dissidentes – était activement recherché par les services secrets de la "République populaire de Bulgarie". C'est précisément ce "comité de sécurité" qui avait diligenté l'un de ses agents, pour mettre à mort l'homme en fuite (lequel avait déjà transité par l'Italie, neuf ans plus tôt). Au moyen d'une gâchette, d'un embout pointu et d'une soupape (tous intégrés à un parapluie), le meurtrier avait tout simplement inoculé un poison (la ricine), via une piqûre furtive. Un peu plus tôt, le 26 août de la même année, Vladimir Kostov (un Bulgare réfugié en France) avait - d'ailleurs - failli connaître le même sort que son homologue écrivain. Plus chanceux, ce dernier parvint à survivre et mit justement à profit son expérience pour écrire l'ouvrage "The Bulgarian Umbrella", en 1988 (contant également, avec moult détails, l'attentat commis contre Georgi Markov). Finalement : le "parapluie bulgare" est peut-être plus effrayant que la "roulette russe". Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
"Kushim" : il y a de fortes chances que ce nom ne vous dise absolument rien... Dorénavant, vous saurez qu'il s'agit possiblement du plus ancien prénom écrit dont nous disposons à l'heure actuelle ! L'Homme avant l'écriture Un petit voyage dans le temps s'impose. Il y a 30 000 ans, l'écriture n'existait pas encore et les seuls glyphes humains qu'il nous reste de cette ère lointaine sont des dessins pariétaux et des traces de mains qui ornent les murs des cavernes préhistoriques. Cet état de fait a perduré pendant des siècles, jusqu'à la formation de premiers pôles agraires; d'abord dans la zone géographique du "Croissant fertile", dont l'une des parties notables est la Mésopotamie. Installés à l'extrême sud de cette région, les Sumériens ont justement été les premiers à produire un système d'écriture ; faisant entrer, du même coup, le genre humain dans l'ère de l'Histoire (au IIIe millénaire avant notre ère). C'est en ce lieu, correspondant à l'actuel Irak, qu'a justement été trouvé une étrange tablette. Vieille de 5000 ans, celle-ci comporte – gravés – des points, des crochets et des petits motifs (que l'on pourrait assimiler aux lettres d'un alphabet). Déchiffré, son contenu pourrait prêter à sourire. Il s'agirait, en fait, d'une sorte de "ticket de caisse" récapitulant la livraison de plusieurs cargaisons d'orge. Mais, en l'occurrence, c'est bien le dernier mot du message qui nous intéresse : "29.08 mesures orge 37 mois. Signé Kushim". Les bons comptes Selon le journaliste scientifique Robert Krulwich, ce fameux personnage ne pourrait probablement pas être une femme (qui sont, on peut le déplorer, rarement mentionnées sur les documents historiques de cet acabit). Par élimination, l'enquêteur a finalement déduit que c'était probablement... un comptable ! Loin d'être un roi, un guerrier, un général victorieux ou encore un poète, le plus vieil homme à être cité dans notre Histoire est donc une sorte de "fonctionnaire" qui se contentait de mener à bien sa tâche. Un peu déroutant, ce constat n'est, en fait, pas vraiment étonnant. Selon la plupart des historiens, l'écriture est précisément née dans un cadre utilitaire. Celle-ci avait même pour but premier de permettre aux agriculteurs de recenser leurs échanges. Kushim est donc le souvenir lointain de cette époque bien plus terre à terre que ne l'est la nôtre. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
On croit parfois – à tort - tout connaître des grands auteurs qui nous accompagnent depuis l'enfance. Pourtant, certains d'entre eux ont bel et bien un jardin secret. Jean de la Fontaine, par exemple, a réellement écrit des contes grivois ! La rose et la fontaine L'auteur des célèbres fables que nous apprenons tous sur les bancs de l'école a donc produit des œuvres bien moins destinées aux enfants, pour rester évasif... Publiés en 1665 et 1666, ces "Contes et nouvelles en vers" précèdent même - de quelques années seulement - la publication du premier tome desdites "Fables" de La Fontaine (1668). Si, depuis, le conteur vit dans l'ombre du fabuliste, les écrits licencieux de ce membre de l'Académie française ne sont certainement pas à négliger. Effectivement : avec ces poèmes érotiques, Jean de la Fontaine taquinait les tabous religieux tout en jouant de l'art de la métaphore et de la suggestion ; pour ainsi parler de sexualité, sans trop en dire. Un véritable tour de force littéraire, en somme. La morale de l'histoire Aussi, sous la plume du conteur découvre-t-on une galerie de personnages bien singulière : comme des époux adultères, de jeunes et fougueux amoureux, ou encore des libertins assumés. Croqués non sans humour ni ironie, ces portraits rappellent évidemment les intrigues des nouvelles et fabliaux italiens que l'on pouvait déjà lire à l'époque. Certes moins connus que "Le Loup et l'Agneau", "Le cocu, battu et content" ou "Le mari confesseur" font ainsi partie intégrante de l'œuvre de Jean de La Fontaine. Ils font même écho – dit-on – à d'expériences véritables, glanées au moyen de la fréquentation assidue des sociétés libertines de son époque... Contrairement à certains de ses confrères, cependant, Jean de La Fontaine n'a jamais été inquiété, par la censure, pour la publication de ces textes peu catholiques. Cela pourrait d'abord s'expliquer par le style tout en subtilités du formidable écrivain qui parvint, par la suite, à faire passer de féroces critiques sociales sous la forme de fables a priori anodines. Mais il ne faut pas pour autant occulter les relations qu'entretenait cet homme mondain avec des femmes aussi influentes que Madame de Sévigné ou encore Marie-Anne Mancini... Il fut un temps où, pour parler d'entrejambe, il valait mieux avoir... de l'entregent ! Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Comments (3)

Reda Maachou

et donc pour vous ,les arabes n ont été que des diffuseurs ... quelle connaissance du sujet ! je me désabonne.

Feb 29th
Reply

Audrey pasdecalais

Dans un sens, l'inverse est vrai aussi. Une fois mort depuis x temps. notre corps se décompose en poussière. Et vu que nous naissons et mourrons depuis très longtemps ( animaux en tout genre inclus). Je doute fortement que ces cadavres millénaires, soit toujours assimilé à la terre et y reste terrer entre les retournement de terre fait par des véhicules ou manuellement. En plus de la foulée des déplacements ( humaines et animaux...) sur des terrains/terre fait de sable, terre, etc. Enfin c'est ma logique.

Jan 28th
Reply

Déborah Pépé

Très intéressant! Je suggèrerais que vous mentionniez les sources Merci!

Jan 11th
Reply
loading
Download from Google Play
Download from App Store