DécouvrirVénus s'épilait-elle la chatte ?
Vénus s'épilait-elle la chatte ?
Claim Ownership

Vénus s'épilait-elle la chatte ?

Auteur: Vénus s'épilait-elle la chatte ?

Abonnements: 543Lu: 5,033
partager

Description

Pourquoi les musées sont remplis de femmes nues à côté d’hommes habillés ? Pourquoi les grands génies sont tous des hommes ? Pourquoi l’art représente autant de scènes de viol ? Pourquoi on oublie souvent de parler des personnages noirs dans les tableaux ? Et pourquoi Picasso était-il si méchant ? 
Vénus s'épilait-elle chatte déconstruit l’histoire de l’art occidentale, en proposant un point de vue féministe et inclusif. Largement basé sur le patriarcat et la colonisation, l’art a contribué à normaliser la domination masculine et la blanchité comme la référence unique et neutre, et c’est important d’en parler, pour mieux comprendre ce qu’on regarde, et se réapproprier tout ce patrimoine commun.
Au programme : un épisode par mois avec à chaque fois un.e spécialiste de la question.
Écriture et réalisation : Julie Beauzac
Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019
Musique : Kumbia Queers, "Chica de calendario", ("Kumbia Nena, 2007), © 2015 Horario Invertido Records
© Tous droits réservés
4 Episodes
Reverse
Dans ce 2e épisode consacré à Frida Kahlo, on retrouve Hilda Trujillo, directrice du musée Frida Kahlo de Mexico. On s’interroge sur sa relation avec son mari, Diego Rivera, souvent présentée comme « passionnelle » mais qui en réalité correspondait sur de nombreux points à un schéma hétéropatriarcal inégalitaire (6’47). On parle également de son rapport à la sexualité (4’37), au genre (12’11), à la religion (17’50), de son féminisme (14’10), de sa relation aux animaux (16’01) et de ses liens avec les surréalistes (20’49). On se demande enfin pourquoi elle est devenue, depuis près de 20 ans, un objet marketing si éloigné de ce qu’elle était vraiment (23’32), ce qui relève dans ce phénomène de l'appropriation culturelle (27'07) et pourquoi elle n’a pas eu, de son vivant, la reconnaissance officielle qu’elle espérait tant (28’44).  Écriture, réalisation et narration : Julie Beauzac  Doublage : Corinne Guédet  Prise de son du doublage : Fanny Cohen-Moreau Mixage : Laureline Dabbadie  Musique : Kumbia Queers, Chica de calendario, 2007, © 2015 Horario Invertido  © Josh Woodward, Sugar on My Tongue (Instrumental), 2009 Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 © Tous droits réservés  Les œuvres sont à retrouver sur Instagram Références 2’34 Diego Rivera, La Création, fresque pour l’école préparatoire de Mexico, 1922  2’36 et 3’03 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 3’59 Frida Kahlo, Le suicide de Dorothy Hale, 1938-39, Phoenix Art Museum 4’24 Diego Rivera, Portrait de Zapata, 1931, New York, MoMA 5’50 Lettre du 19 décembre 1925 de Frida Kahlo à son fiancé de l’époque, Alejandro Gomez Arias 5’56 Frida Kahlo, Souvenir de la plaie ouverte, 1938 (détruite dans un incendie) 6’10 Frida Kahlo, Ce que l’eau m’a donné, 1938, collection privée / Deux nus dans la forêt, 1939, collection privée  6’17 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 8’00 Hayden Herrera, Une biographie de Frida Kahlo, Flammarion, 2013, p.133-134 8’38 Diego Rivera, fresque pour le San Francisco Art Institute, 1931 8’45 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 9’16 H.Herrera p.195 9’35 Autobiographie de Diego Rivera, cité par H.Herrera, p.223 9’46 Britney Spears, Toxic, In the Zone, 2004, © Jive 10’05 et 11’21 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 11’27 Autoportrait aux cheveux coupés, 1935, New York, MoMA 12’32 Photo de famille prise par Guillermo Kahlo le 7 février 1926, où Frida Kahlo est vêtue d’un costume d’homme. Erratum : elle n’a pas 14 ans mais 19 ans.  13’40 H. Herrera p.435 14’32 H.Herrera p.299 14’52 Frida Kahlo, Quelques petites piqûres, 1935, Mexico, musée Dolores Olmedo 15’37 H. Herrera p.221 16’13 Frida Kahlo, Fulang-Chang et moi, 1937, New York, MoMA 17’02 Frida Kahlo, Le cerf blessé, 1946, collection privée  17’56 et 19’10 Frida Kahlo, La colonne brisée, 1944, Mexico, musée Dolores Olmedo 18’10 Frida Kahlo, Le cœur, 1937, collection privée / Journal de Frida Kahlo, Mexico, Musée Dolores Olmedo 18’18 et 19’30  Frida Kahlo, Autoportrait au collier d'épines et colibri, 1940, Austin, Harry Ransom Center 20’44 Frida Kahlo, Autoportrait en Tehuana ou Diego en pensée, 1943, collection privée / Diego et moi, 1949, collection privée  21’17 Time, Mexican Autobiography, 27 avril 1953 21’29 et 21’47 Exposition « Mexique », organisée par André Breton à Paris du 10 au 25 mars 1939 21’31 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Cana...
Pour ce premier épisode consacré à Frida Kahlo, j'ai eu le privilège de rencontrer Hilda Trujillo, directrice de la Casa Azul, la fameuse maison bleue où l'artiste est née, et qui abrite aujourd'hui le musée Frida Kahlo de Mexico. Cette rencontre est partie de l'envie de comprendre comment cette artiste racisée, handicapée, bisexuelle et anticapitaliste est devenue l'icône aseptisée qu'on retrouve sur les porte-clés et les serviettes de plage du monde entier.  Pendant près de 30 ans, Frida Kahlo a créé une œuvre sans précédent et sans équivalent dans l'histoire de l'art, basée sur son vécu, son rapport à son pays et l'histoire de son corps meurtri. Malgré la richesse et le caractère unique de son œuvre, on connait assez peu ses tableaux, bien qu’on voie son visage partout. Ces deux épisodes ont pour vocation de mieux connaitre sa vie et son travail, qui sont indissociables, et de déconstruire un certain nombre de mythes autour de cette artiste devenue malgré elle et après sa mort support de fantasmes, d’appropriations et d'opérations marketing en tous genres.  Ce premier épisode consacré à Frida Kahlo revient notamment sur le dramatique accident qui a bouleversé sa vie et durablement marqué son œuvre, son rapport à la maternité, l’importance des traditions mexicaines dans son travail, et son engagement en faveur des populations autochtones dans un Mexique en pleine lutte pour sa décolonisation culturelle.  Toutes ces facettes de Frida Kahlo sont explorées grâce à l'expertise d'Hilda Trujillo qui connait ses archives mieux que personne, à l'excellente biographie d'Hayden Herrera et au très recommandable film de Julie Taymor avec Salma Hayek, tourné à Casa Azul et très fidèle à la réalité historique.  Écriture, réalisation et narration : Julie Beauzac  Doublage : Corinne Guédet  Prise de son du doublage : Fanny Cohen-Moreau Mixage : Laureline Dabbadie  Musique : Kumbia Queers, Chica de calendario, 2007, © 2015 Horario Invertido  © Josh Woodward, Sugar on My Tongue (Instrumental), 2009 Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 © Tous droits réservés  Les œuvres sont à retrouver sur Instagram Références  2’12 Hayden Herrera, Une biographie de Frida Kahlo, Flammarion, 2013 2'15 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 7’24 Guillermo Kahlo, Autoportrait nu, non daté, Mexico, Musée Frida Kahlo 8’14 Frida Kahlo, Autoportrait au collier d'épines et colibri, 1940, Austin, Harry Ransom Center 13’17 Frida Kahlo, Racines, 1943, collection privée 13’58 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 14’24 Frida Kahlo, Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, 1932, collection privée 14’48 Frida Kahlo, Le marxisme donnera la santé aux malades, ca 1954, Mexico, Musée Frida Kahlo / Frida Kahlo, Staline et moi, 1954, Mexico, Musée Frida Kahlo 17’18 Frida Kahlo, Ma robe est suspendue là-bas, 1933, collection privée 18’03 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 20’25, Frida Kahlo, Frida et la fausse couche, 1932, Mexico, Musée Dolores Olmedo 21’07 Frida Kahlo, L’hôpital Henry Ford, 1932, Mexico, Musée Dolores Olmedo 21’44 Frida Kahlo, Les apparences sont trompeuses, 1934, Mexico, Musée Frida Kahlo 21’51 Frida Kahlo, La colonne brisée, 1944, Mexico, Musée Dolores Olmedo 23’10 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal 24’45 Frida Kahlo, Viva la vida – Pastèques, 1954, Mexico, Musée Frida Kahlo 24’49 Frida Kahlo, Journal, Mexico, Musée Dolores Olmedo 25’32 Julie Taymor, Frida, 2002, Studio Canal   
L'histoire des autoportraits féminins permet de retracer en filigrane l'histoire des femmes artistes, leur absence de formation officielle pendant des siècles, et les contraintes patriarcales qu'elles ont dû contourner pour arriver à se représenter, avec beaucoup d'intelligence et de créativité. C'est un domaine de l'histoire de l'art injustement méconnu mais très important, car il est indissociable de l'histoire des femmes et du féminisme en occident.  Pour en parler, je reçois la très géniale Frances Borzello, autrice de Femmes au miroir (Thames & Hudson, 2019). Écriture, réalisation et narration : Julie Beauzac  Doublage : Corinne Guédet  Prise de son du doublage : Fanny Cohen-Moreau Mixage : Laureline Dabbadie  Musique : Kumbia Queers, Chica de calendario, 2007, © 2015 Horario Invertido  © Josh Woodward, Sugar on My Tongue (Instrumental), 2009 Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 © Tous droits réservés  Les oeuvres sont à retrouver sur Instagram Références 08’02 Sofonisba Anguissola, Bernardo Campi peignant Sofonisba Anguissola, ca 1550, Sienne, pinacothèque nationale  10’35 Frances Borzello, A World of our own: Women as artists since the Renaissance, Watson-Guptill, 2000 13’10 Artemisia Gentileschi, Autoportrait personnifiant la peinture, 1630-1637, Windsor, collection royale 14’10 Élisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait avec une partition, non daté, Dijon, Musée Magnin - Autoportrait, 1672, Louvre 16’00 Clara Peteers, Nature morte avec fleurs et coupes d’or, 1611, Madrid, Prado 17’22 Mary Beale, Autoportrait avec son mari et son fils, 1663-64, Londres, Geffrye Museum 19’35 Baldassare Castiglione, Le Livre du courtisan, 1528, Italie 21’10 Maria Cosway, Autoportrait aux bras croisés, 1787, Londres, British Museum 21’32 Lettre de Maria Cosway du 24 mai 1830, citée par Frances Borzello, Femmes au miroir, p.112 24’43 Élisabeth-Louise Vigée-Lebrun, Portrait de l’artiste et de sa fille Jeanne Marie-Louise, 1785, Paris, Louvre - Raphaël, La Vierge à la chaise, 1513-14, Florence, Galerie Palatina Pitti 25’34 Britney Spears, Baby One More Time, 1998, © Jive 27’03 Denis Diderot, cité par Frances Borzello, p. 79 et p. 81 28’25 Anna Dorothea Therbusch, Autoportrait, 1776-1777, Berlin, Gemäldegalerie 28’40 Jean-Baptiste Siméon Chardin, Autoportrait aux besicles, 1771, Paris, Louvre 29’14 Jacques-Alain Bénisti à Ségolène Royal, 09 septembre 2014, Dailymotion 30’55 Henri Murger, Scènes de la vie de la bohème, 1851, France  32’48 Berthe Morisot, Autoportrait, 1885, Paris, Musée Marmottan-Monet 35’04 Journal de Marie Bashkirtseff, cité par Frances Borzello, p.127-128 37’30 Les bals à Montparnasse dans les années 20, INA 38’00 Claude Cahun, Autoportrait, 1929, Paris, Musée d’Art Moderne - Autoportrait, ca 1928, Nantes, Musée des Beaux-Arts 39’47 Lovis Corinth, Autoportrait, 1902, collection privée 40’06 Charlotte Berend, Autoportrait avec modèle, 1931, Berlin, Nationalgalerie 40’46 Paula Modersohn-Becker, Autoportrait pour son 6e anniversaire de mariage, 1906, Brême, Kunstsammlungen Böttcherstrasse 42’30 Frida Kahlo, L'hôpital Henry Ford, 1932, Mexico, Musée Dolores Olmedo 42’54 Chavela Vargas, La llorona © 2006, UDG & Chavela Vargas 43’28 Collec...
Bienvenu-e-s dans Vénus s'épilait-elle la chatte, le podcast qui déconstruit l'histoire de l'art occidentale 🔥 Vénus s'épilait-elle chatte propose un point de vue féministe et inclusif sur l'art occidental, largement basé sur le patriarcat et la colonisation. L’art a contribué à normaliser la domination masculine et la blanchité comme la référence unique et neutre, et entretenir des systèmes de domination. Tout ceci n'appartient pas qu'au passé, et c’est important d’en parler pour mieux comprendre ce qu’on regarde, et se réapproprier toute une partie de notre patrimoine commun. On va se demander, entre autres, pourquoi les musées sont remplis de femmes nues à côté d’hommes habillés, pourquoi les grands génies sont tous des hommes, et pourquoi Picasso était si méchant  Au programme : un épisode par mois, thématique ou biographique, avec à chaque fois un-e spécialiste de la question. Pour être tenu-e au courant de la sortie du 1er épisode, rendez-vous sur le compte Instagram du podcast. Écriture et réalisation : Julie Beauzac Illustration : Anna Wanda Gogusey, 2019 Musique : Kumbia Queers, Chica de calendario, 2007, © 2015 Horario Invertido Records © Tous droits réservés   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
Commentaires 
Télécharger sur Google Play
Télécharger sur l’App Store