DiscoverCode sourceZahia Ziouani, cheffe d'orchestre : «On me disait que ce n'était pas un métier de femme»
Zahia Ziouani, cheffe d'orchestre : «On me disait que ce n'était pas un métier de femme»

Zahia Ziouani, cheffe d'orchestre : «On me disait que ce n'était pas un métier de femme»

Update: 2021-09-281
Share

Description

Permettre à tous les publics d’assister à un concert de musique classique, c’est l’engagement de Zahia Ziouani. À 43 ans, la cheffe d’orchestre multiplie les représentations, aussi bien dans les salles parisiennes que dans les MJC de la Seine-Saint-Denis, son département natal. Fille d’immigrés algériens installés à Pantin, son enfance baigne dans l'amour des symphonies, de la guitare, de l’alto et des partitions. Brillante élève, elle suit un parcours d’excellence et rêve de diriger un jour un orchestre, même si ses professeurs lui disent que « ce n’est pas un métier de femme ». Après des années de travail acharné pour se faire une place dans cet univers très masculin, elle crée en 1998 son propre orchestre symphonique, Divertimento. Aujourd’hui Zahia Ziouani est une « maestra » réputée dans le monde entier, et son histoire inspire le cinéma. Elle retrace son parcours au micro d’Ambre Rosala. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Ambre Rosala - Production : Timothée Croisan et Thibault Lambert - Réalisation et mixage : Julien Montcouquiol - Musiques : François Clos, Audio Network, Epidemic Sound - Identité graphique : Upian - Archives : orchestre Divertimento.

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Comments 
In Channel
loading
Download from Google Play
Download from App Store
00:00
00:00
x

0.5x

0.8x

1.0x

1.25x

1.5x

2.0x

3.0x

Sleep Timer

Off

End of Episode

5 Minutes

10 Minutes

15 Minutes

30 Minutes

45 Minutes

60 Minutes

120 Minutes

Zahia Ziouani, cheffe d'orchestre : «On me disait que ce n'était pas un métier de femme»

Zahia Ziouani, cheffe d'orchestre : «On me disait que ce n'était pas un métier de femme»